Archives par mot-clé : enfants des rues

« Tâm sida », les mémoires d’une femme qui veut surmonter la mort

TruongThiHongTamAlors qu’un sondage récent, passé inaperçu, révélait qu’un Vietnamien lisait à peine un livre par an (0,8), il y a un an, un événement littéraire inédit marqua le Salon du livre à Ho Chi Minh-Ville [1]. Il ne s’agissait pas des mémoires d’une jeune fille du Nord Viêt-Nam sacrifiée par la guerre comme celles de Dang Thuy Tram parus quelques années auparavant [2]. Il ne s’agissait pas non plus des mémoires d’un général de l’armée populaire comme la RSVN en produit chaque année. L’événement littéraire de l’année 2012 revêtait le visage d’une femme malade du sida épuisée par une vie chaotique courageusement reconvertie dans l’action sociale auprès des enfants des rues. Se sachant à terme condamnée, Truong Thi Hong Tam, alias « Tâm sida », a décidé de se confesser pour donner à réfléchir sur la dureté de la vie, celle d’une femme pauvre sans éducation et sans protection.

Elle expose dans son autobiographie sa vie tumultueuse, une descente aux enfers entre prostitution, drogue, délinquance et maladie qui débute avant 1975. Née en 1956, elle évoque sans fioritures son destin tragique au sein d’une famille éclatée à Cantho puis dans le Saigon en guerre et enfin après la réunification. Motivée par « la haine et une vie superficielle » dit-elle, elle commence « la vie de quelqu’un qui n’avait plus rien d’humain » [3]. Ce sont les mémoires d’une fille perdue, issue d’un milieu pauvre, martyrisée pendant son enfance, devenue prostituée, « rééduquée » à de nombreuses reprises, droguée, séropositive puis définitivement malade. Son parcours tragique n’a rien d’inédit dans le Viêt-Nam d’aujourd’hui où la maladie fait encore des ravages. Sa résurrection par la parole a touché le lecteur et ses actions en faveur des jeunes plus encore. Car, depuis une quizaine d’années, « Tam Sida » s’est investie à corps perdu dans le social. Travailleuse sociale volontaire, elle s’occupe désormais des enfants des rues, malades comme elle du fléau du siècle. Elle rencontre des jeunes filles pour les mettre en garde contre les pièges de la vie et transmettre sa malheureuse expérience.

Son témoignage en quatre parties est une évocation sociologique du Saigon de guerre à la réunification. Il frappe le lecteur car il relève de l’intime, celle d’une famille brisée et de l’apprentissage de la vie par une enfant déterminée, bien décidée à se venger du sort qu’on lui impose (première partie). Mais cette vengeance la plonge dans l’univers des « poussières de vie » et le déni de soi-même. En 1970, c’est une débauche de LSD et d’héroïne, « je n’avais que quatorze ans et je m’étais déjà amusée comme une folle ». Le 30 avril 1975 arrive mais ne met nullement fin à cette dérive qui se poursuit de façon beaucoup plus contraignante. Sa vie va de nouveau basculer dans de multiples expériences d’enfermement, de fuite et de rééducation forcée (seconde partie). Son récit donne aussi à voir comment sont traités les « fléaux sociaux » après la réunification. Puis la chance lui sourit peu à peu, la résurrection s’impose comme une nécessité pour survivre, la reconstruction se met en place avec l’aide des autres au sein d’un groupe d’information sur le Sida et au service des autres filles à la dérive (troisième partie). En 1998, avec la création de la Maison de l’espoir, elle s’implique auprès des jeunes dans ce nouveau combat contre la drogue, une lutte difficile également pleine de défis (quatrième partie). Elle expose son ultime souhait en fin d’ouvrage : celui de retrouver une identité, la sienne, la reconnaissance de son existence par l’obtention de papiers d’identité officiels pour ne plus être « une citoyenne sans nationalité ».

Son témoignage littéraire rédigé avec des mots simples, ceux de la rue, ceux des milieux populaires, a rencontré ses lecteurs. S’il ne peut éviter une forme de mea culpa assez convenu et soigneusement mis en scène en quatre parties – enfance martyre, vie de « débauche », prise de conscience, résurrection par le social (sans quoi il n’aurait pu être publié), il est néanmoins rare [5]. Il lève un voile sur cette génération de femmes plongée dans la marginalité pendant et après la guerre, ce qui est également peu courant au Viêt-Nam. Les lecteurs ne s’y sont pas trompés. Lors du Salon du livre de HCM Ville de mars 2012, son témoignage était arrivé dans le top 10 des ventes avec 5000 ouvrages vendus. Depuis novembre 2012, il a été réédité à 3000 exemplaires. Un-e lecteur/trice nommé Ngoc Nguyen traduisit son sentiment à la lecture du livre de Tam et tente d’expliquer ce succès : « il y a de la tragédie, des erreurs qu’il faut payer très cher, des rechutes bardés d’épines selon moi, chaque lecteur, de quelque condition qu’il soit, peut trouver dans ce livre des leçons précieuses pour sa propre vie » [4]. Pour le docteur Do Hong Ngoc, son témoignage est « un message envoyé, un avertissement » : « c’est un livre qui mérite d’être lu comme un moyen d’éviter les erreurs commises par Tam sida ou au minimum pour mieux connaître le sort douloureux d’une personne au destin précaire » [6]. Mais Tam ne demande pas de la compassion, elle assume sa vie passée et se consacre à sa nouvelle mission de sauvegarde pour tenter, comme l’indique le titre de ses mémoires, de « surmonter la mort ».

FG, 24/04/2013.

Notes

[1] Hồ Hương Giang, Giật mình! người Việt không đọc nổi 1 cuốn sách/năm, VietnamNet, 12/04/2013 et voir l’analyse de Dan Lam Bao : Trần Thành Nam, Tại sao người Việt đọc ít?, Dan Lam Bao, 23/04/2013.

[2] Dang Thuy Tram, Les carnets retrouvés (1968-1970), Arles, Philippe Picquier, 2010.

[3] Voir : Trương Thị Hồng Tâm, Càng bước càng lún sâu, Tuoi Tre Online, 20/03/2012.

[4] Toutes proportions gardées, son récit fait immanquablement penser au best seller allemand des années 1970 : Moi, Christiane F., 13 ans, droguée, prostituée… (Wir Kinder vom Bahnhof Zoo – Nous, les enfants de la station Zoo) qui relatait la descente aux enfers d’une jeune fille des rues de Berlin. L’ouvrage, qui connut une immense popularité dans toute l’Europe, fut adapté au cinéma et est, depuis sa première parution en 1979,  régulièrement réédité. Réf. : Moi, Christiane F., 13 ans, droguée, prostituée…, Paris, Gallimard Folio, 1983.

[5] Thất Sơn, Tái bản ‘Hồi ký Tâm Si-đa’, VN Express, 12/11/2012.

[6] id.

Lire Truong Thi Hong Tam dans le texte original sur Tuoi Tre Mobile :

SachTamSida

Viêt-Nam, enfants de naguère: « Poussière de vie » – chronique de Didier Péron [1995]

[ndlr] Chronique de Didier Péron parue dans Libération à propos du film de Rachid Bouchared, Poussières de vie inspiré par La colline de Fanta, le roman de l’écrivain vietnamien Duyên Anh.

Cinéma. Viêt-Nam, enfants de naguère Poussières de vie, de Rachid Bouchareb, durée 1 h 27, avec Daniel Guyant, Gilles Chitlaphone, Jehan Pagés, Eric Nguyen… Lors du repli catastrophique des Américains du Viêt-Nam, beaucoup d’enfants, nés de pères GI, sont oubliés dans la tourmente. Rachid Bouchareb en a tiré «Poussières de vie», un film ambitieux qui manque toutefois de lyrisme.

SAIGON 1975. Les GI quittent le pays en pleine débandade et laissent derrière eux une masse d’enfants orphelins, métis amérasiens que le nouveau pouvoir en place se met en devoir de récupérer, histoire d’extirper à temps la mauvaise graine capitaliste de leur esprit encore tendre. Beaucoup, abandonnés, traînent dans les rues et sont raflés par centaines comme les prostitués, voleurs à la tire et autres «déchets de la bourgeoisie». Ces gamins ahuris et hirsutes vont atterrir après un pénible voyage en pleine brousse, dans les hauts-plateaux du Nord où les attendent une rééducation de fer dans un camp, vaste chantier inutile tenu par des militaires instructeurs fanatisés.

Lire la suite : Libération, 19/01/1995.

* * *

Poussières de vie par Rachid Bouchareb

 

Rachid Bouchareb : « Nous avons reconstitué un camp en pleine jungle pour travailler dans un réalisme total… »

« J’ai souvent tourné avec des non-professionnels. Avec les enfants le travail est difficile, mais ils possèdent deux richesses : leur innocence et leur curiosité » confie le réalisateur de « Poussières de vie ».

« J’ai souvent tourné avec des non-professionnels. Avec les enfants le travail est difficile, mais ils possèdent deux richesses : leur innocence et leur curiosité. Dans ma collaboration avec eux, j’essaie surtout de les accompagner dans la traduction spontanée des sentiments et des émotions qu’ils me donnent sur le plateau ».

Lire la suite : Univers Ciné, 1995.

 

* * *

L’histoire

Son, fils d’officier noir américain, et sa mère, vietnamienne, cherchent à quitter le pays. Mais sans papiers américains, ils sont contraints de rester. En revenant de l’école, Son est embarqué par les bô-doï (soldats vietnamiens) qui ramassent les enfants errant dans les rues de Saïgon. Orphelins, cireurs de chaussures, délinquants, ils sont les « poussières de vie » d’un monde en décomposition. Entassés dans deux camions, quatre-vingts gamins, dont une vingtaine d’Amérasiens, sont transbahutés à travers le pays vers les « camps de rééducation » des hauts plateaux du nord. Arrivés à destination, un camp en pleine jungle, ils sont astreints aux travaux de défrichage et soumis à l’ordre et à la morale révolutionnaires. Toute tentative d’évasion se termine dans la « cage aux tigres » avant le départ définitif vers la « Colline de Fanta » qui se dresse tout près et dont Son percera le terrible secret… Minutieux, il consignera précieusement cet événement dans son journal qu’il tient au jour le jour. Son, Bob et Petit Haï vont alors tenter la folle aventure de l’évasion en construisant un radeau pour descendre la rivière, rejoindre le fleuve, et de là atteindre, Saïgon, la mer, et peut-être même… les États-Unis.

A propos du film
« Le Vietnam et les États-Unis ont voulu effacer ces enfants de leur mémoire, ces « poussières de vie », comme on les appelait à Ho Chi Minh Ville, ex-Saïgon. Ces milliers d’enfants dont le physique et le visage métissé sont une présence trop voyante de la guerre. Alors, ayant retrouvé les mêmes préoccupations chez un autre cinéaste franco-vietnamien, nous avons décidé d’écrire et d’adapter ensemble le roman de Duyên Anh, « La Colline de Fanta« . Tourner ce film était pour moi une continuité par rapport au sujet que j’avais déjà abordé dans « Cheb« , mon précédent film, sur le brassage des races et des cultures. » (Rachid Bouchareb)

Source : Africultures, publié par mangona le 17/10/2006.