Archives par mot-clé : enfants

Jeunes victimes de l’Agent orange, 40 ans après la guerre

[ndlr] Le Daily Mail vient de mettre en ligne un reportage photographique sur les victimes actuelles de l’agent orange, le défoliant déversé par l’armée américaine il y a plus de quarante ans. Voici la troisième génération de victimes… Les photographies sont de Brian Driscoll.

AgentOrangeVictimNguyenPham
Third generation Agent Orange victim Nguyen Pham, 11, deaf, blind and cannot speak has been bed ridden for a great portion of his life. © Brian Driscoll

Generation Orange: Heartbreaking portraits of Vietnamese children suffering from devastating effects of toxic herbicide sprayed by US Army 40 years ago

They were born decades after American forces had sprayed the herbicide dioxin Agent Orange in South Vietnam, but some children living in the region today continue to suffer from the horrifying effects of the chemical.

New York City-based photographer Brian Driscoll traveled to Vietnam to document the everyday struggles of third generation Agent Orange victims battling dozens of serious ailments, physical deformities and mental disorders.

Driscoll was inspired to take up this difficult topic by his uncle, a Vietnam War veteran who may have been one of estimated 2.6 million U.S. soldiers believed to have been exposed to Agent Orange in the 1960s.

Read more: Daily Mail, 25/08/2013.

Exposition / triển lãm ảnh : « Trẻ em thời chiến » – « Une enfance sous les bombes, 90 regards »

[ndlr] L’exposition « Trẻ em thời chiến », littéralement « L’enfance durant la guerre », s’est installée à Ho Chi Minh-Ville au Musée des vestiges de la guerre. Présentée à Hanoi en septembre dernier, elle relate à travers 90 clichés les scènes de la vie quotidienne des enfants durant la guerre du Viêt-Nam, principalement en RDVN (Nord Viêt-Nam). Cette exposition contribue au déferlement de commémorations du fameux « 40e anniversaire du Dien Bien Phu aérien » mais s’inscrit plus précisément dans le cadre du 55e anniversaire des éditions Kim Dong (Nhà xuất bản Kim Đồng), la célèbre maison d’éditions destinée aux publications pour la jeunesse.

 

AVI Une exposition de photos intitulée « Une enfance sous les bombes » a ouvert ses portes vendredi à Hô Chi Minh-Ville, faisant revivre les différents aspects de la vie des enfants durant la guerre du Vietnam.

Élèves allant en classe portant leur chapeau de paille anti-éclats de bombes, crèches et salles de classe dans un abri anti-aérien… à travers 90 vieux clichés, les visiteurs ont une vue générale sur la vie ainsi que les conditions d’études très difficiles des enfants vietnamiens à cette époque.

La guerre a bouleversé toute la vie sociale, affectant considérablement les enfants. La guerre fut une épreuve terrible pour eux, a estimé la directrice du musée, Huynh Ngoc Vân.

Les enfants, notamment les citadins, étaient obligés de s’habituer à une vie dépourvue de biens de première nécessité et aussi à l’absence de leurs proches, a-t-elle ajouté.

Malgré l’âpreté des combats, les enfants se sont efforcés d’étudier, ont surmonté les difficultés et participé activement à la résistance contre les agresseurs. Ils ont devenu le symbole de la volonté et de la force vitale des Vietnamiens, a-t-elle déclaré.

Cet évènement, organisé entre autres par le Musée des vestiges de la guerre de la ville et l’Agence vietnamienne d’information, vise à célébrer le 40 e anniversaire de la victoire « Hanoi-Diên Biên Phu aérien » et le 68e anniversaire de la fondation de l’Armée populaire du Vietnam.

Clôture le 28 février 2013.

Source : Vietnam +

* * *

TPHCM: Triển lãm ảnh “Trẻ em thời chiến”

Trong những ngày này, cả nước tưng bừng tổ chức nhiều sự kiện, lễ hội chào mừng năm mới, nhằm biểu dương, tưởng niệm, ôn lại những chiến công hiển hách của quân và dân ta trong cuộc kháng chiến chống Mỹ. Hòa trong không khí đó, Bảo tàng Chứng tích Chiến tranh TPHCM phối hợp với Chi nhánh tại TPHCM Nhà Xuất bản Kim Đồng, Thông Tấn xã Việt Nam, Công ty Tầm nhìn Á Châu tổ chức thực hiện Triển lãm ảnh, chủ đề “Trẻ em thời chiến”.

Với 90 bức ảnh tư liệu, triển lãm nhằm giới thiệu đến du khách trong nước và quốc tế, đặc biệt là các em thiếu nhi sống trong thời bình hiểu được trẻ em Việt Nam đã học tập, lao động trong điều kiện chiến tranh khốc liệt như thế nào. Qua đó, góp phần giáo dục thế hệ trẻ quý trọng nền độc lập, tự do, có ý thức bảo vệ và xây dựng đất nước.

Ông Nguyễn Thành Rum – Giám đốc Sở VHTTDL TPHCM, phát biểu: Việc tổ chức Triển lãm “Trẻ em thời chiến” tại Bảo tàng Chứng tích Chiến tranh TPHCM là một cơ hội thuận lợi, giúp công chúng trong nước và quốc tế có dịp hiểu rõ hơn về cuộc sống của Nhân dân Việt Nam nói chung và trẻ em Việt Nam nói riêng trong cuộc kháng chiến chống Mỹ. Dù trong mưa bom bão đạn, trẻ em Việt Nam vẫn được Đảng, Nhà nước, toàn dân, toàn quân chăm lo về cuộc sống, cũng như học tập trong điều kiện an toàn nhất, tốt nhất. Nhiều tài năng trong các lĩnh vực khoa học kỹ thuật, văn hóa, nghệ thuật… đang phục vụ tại TPHCM chính là thế hệ trẻ em đã sinh ra và lớn lên trong điều kiện vô cùng gian khổ của chiến tranh ở cả hai miền Nam – Bắc. 90 bức ảnh của triển lãm là những tư liệu hết sức quý báu, không chỉ có tác dụng giáo dục cho thế hệ trẻ hôm nay về truyền thống kiên cường, bất khuất của dân tôc, mà còn là động lực, là tấm gương cho các cháu phấn đấu nhiều hơn nữa trong học tập và rèn luyện với điều kiện hòa bình, ấm no, hạnh phúc hôm nay.

Bà Huỳnh Ngọc Vân – Giám đốc Bảo tàng Chứng tích chiến tranh TPHCM, cho biết: Trẻ em chính là mùa Xuân, là tương lai của đất nước. Từ những bài học sâu sắc của “Trẻ em thời chiến”, chúng tôi hy vọng rằng trẻ em Việt Nam ngày nay sẽ nhận thức được giá trị lớn lao của hòa bình, độc lập, tự do, sẽ phấn đấu học tập, lao động thật tốt để trở thành những người chủ đất nước, thiết thực góp phần xây dựng và bảo vệ tổ quốc Việt Nam giàu đẹp. Triển lãm ảnh tư liệu “Trẻ em thời chiến” là một món quà Xuân, một thông điệp gửi đến du khách trong nước và quốc tế trước thềm năm mới 2013.

Triển lãm Trẻ em thời chiến,gồm 90 bức ảnh tư liệu, được chia làm 5 phần: Thích nghi, Học tập, Góp sức, Sự quan tâm của Đảng và Chính phủ, Các tấm gương. Các bức ảnh được trưng bày và giới thiệu từ nay đến hết tháng 2/2013, tại Bảo tàng Chứng tích Chiến tranh TPHCM (28 Võ Văn Tần, P6, Q3, TPHCM).

Thu Hương

Source : Tap Chi Du Lich

Pour en savoir plus

  • N.Hằng, Xúc động triển lãm ảnh “Trẻ em thời chiến”, Dân trí, 05/09/2012.

Củ Chi Christmas day [1969]

(NY38 – Dec.24) SANTA — A WORLD AWAY – Mixed expressions, from doubt (top left) to tears (bottom right) crossed the faces of younsters at Vien Rosa Orphanage at Cu Chi, 20 miles northwest of Saigon as they got their first view of a red-suited figure more familiar to western eyes. But they soon warmed up to Santa, portrayed by [Pfc.] Raymond Crombie of Quincy, Mass., as he passed our presents in the orphanage courtyard. Crombie is from a unit stationed nearby, which makes the orphanages’s 130 youngsters their special project. (AP Wirephoto). Godfrey, 1969.

click on the picture to enlarge

Read more : Vietnam Service Awards

Những « Vệ út » : Les enfants-soldats de Ho Chi Minh au début de la guerre d’Indochine

Lors des soixante jours de résistance à Hanoi entre le 19 décembre 1946 et le 17 février 1947, une « force spéciale » agissait aux côtés des troupes de l’armée régulière de la RDVN. Elle était constitué d’enfants d’à peine dix ans, ceux que l’on appelait alors affectueusement les « Vệ út », les « cadets des Forces d’Autodéfense ».

Cet aspect peu connu de la résistance vietnamienne a été révélé en décembre 2006 à l’occasion du soixantième anniversaire du déclenchement de la guerre. L’emploi des enfants dans la résistance fut également mentionné dans les mémoires de Vo Nguyen Giap. L’historien Christopher Goscha a souligné l’utilisation de ces « recrues intéressantes » pour le Viêt-Minh à Hanoi et Saigon et en a rappelé les limites. [1]

Jusqu’à aujourd’hui peu de recherches se sont intéressées spécifiquement aux rôles des enfants dans la guerre d’Indochine puis plus tard lors de la guerre du Viêt-Nam de quelque bord qu’ils fussent. Il est vrai que cet aspect de la guerre nécessite un accès aux archives et à défaut la construction d’un corpus de témoignages vérifiés et solides. Qui étaient-ils ? Combien étaient-ils ? Que faisaient-ils ? Comment se comportaient-ils face au feu ? Une série d’articles parus en 2006 dans le journal Tuổi Trẻ [Jeunesse] revenait sur le destin (côté RDVN) de quelques-uns de ces survivants d’une époque qui façonna leur destin. [2]

Source : www.vnmilitaryhistory.net

« Qui étaient-ils ? » est la première question qui vient à l’esprit. Il s’agissait la plupart du temps d’enfants pauvres, d’orphelins, de petits vendeurs de rues (de journaux ou de sandwiches), de cireurs de chaussures qui passaient leurs journées dans les rues d’Hanoi pour trouver de quoi survivre et se nourrir. De nombreux orphelins ayant survécu à la terrible famine de l’hiver 1944-1945 avaient été poussés dans le hameau des travailleurs pauvres de Phuc Tân, Phuc Xa aux abords du Fleuve rouge. A cette époque la langue de terre de Phuc Tân, longeant le Fleuve rouge, rassemblait plus d’une centaine de paillotes branlantes qui abritaient les travailleurs pauvres mais également des dizaines d’enfants abandonnés ou malchanceux. Tous les « gavroches » de la ville trouvaient là un refuge et un peu de réconfort. Des liens d’amitié se nouèrent, des destins communs pouvaient s’épauler. Puis la guerre arriva à grands pas. Et le 19 décembre Phu Tân s’embrasait.

Pour empêcher le Viêt-Minh de se ravitailler, les forces du CEFEO incendièrent ce quartier de misère sans en mesurer les conséquences. Des dizaines de jeunes furent immanquablement pris dans le cercle de la guerre. Ces enfants quittèrent leur Phu Tân en feu pour investir la capitale. Dans l’autre sens, les citoyens de Hanoi cherchaient à fuir par tous les moyens vers les provinces adjacentes de Nam Dinh, Ha Nam, Ninh Binh… Quant aux « poussières de vie » de Hanoi, elles se retrouvèrent aux barricades dressées par les Forces d’Autodéfense et, de fait, furent associées à la résistance. Jeune agent de liaison de 11 ans, l’ancien « cadet » Nguyen Van Phuc expose ses motivations :

« La chose extraordinaire est que moi et de nombreux autres gamins de mon âge qui tentions d’échapper à l’évacuation se retrouvèrent là à participer à la résistance. Notre objectif étaient vraiment simple : rester pour frapper ceux qui avaient brûlé nos maisons à Phuc Tân » [3].

L’idée d’en découdre prévalait sans mesurer véritablement ce que comportait cet engagement sur les premières lignes comme le rappelle Nguyen Van Hieu : « Nous étions encore trop petits pour comprendre que la guerre et la mort se cotoyaient de très près » [4].

Những Vệ út trong mùa đông 1946 – Ảnh tư liệu.
Source : http://www.vnmilitaryhistory.net

Mais à Hanoi, la situation devint intenable pour le Viêt-Minh lorsque la voie secrète pour le ravitaillement fut découverte. Il fallut penser à évacuer. Un accord fut trouvé avec les consuls chinois, britannique et américains pour respecter avec les Français une trève de ving-quatre heures permettant l’évacuation des civils chinois, hindous et vietnamiens de la ville. Vo Nguyen Giap rappelle cet épisode dans La résistance encerclée :

Le haut commandement décida de laisser dans l’interzone I une petite unité de cinq cents combattants sélectionnés. La plupart de nos forces devant être évacuées avec les civils pendant la trève. Toutefois, après l’évacuation, selon le rapport du PC du régiment, notre effectif sur place était encore de mille deux cents combattants, dont deux cents femmes et soixante quinze enfants. Nous n’avions pas compté ceux qui, éludant le recensement sélectif, étaient décidés à continuer le combat dans l’interzone. [5]

Autant dire que ceux qui restèrent faisaient figure de volontaires de la mort car les bombardements de l’aviation et de l’artillerie françaises reprirent avec plus d’intensité pour anéantir les dernières poches de résistance du Viêt-Minh.

Evalués à plus de 175, les enfants-soldats de Ho Chi Minh des premiers temps de la résistance servaient comme agents de liaison entre les unités Viêt-Minh, comme éclaireurs logés sur les toits des maisons pour surveiller l’avancée des troupes françaises, comme agents de ravitaillement ou de renseignement. Si peu prirent les armes (elles-mêmes en nombre réduit), certains possédaient des grenades et beaucoup se sacrifièrent lors des durs combats urbains. Peu à peu, ces enfants furent intégrés dans l’armée régulière (Ve Quoc Quan) principalement en tant qu’agents de liaisons. Ils furent pris en main politiquement et militairement dans les détachements de jeunesse du Viêt-Minh. Lors de l’évacuation de la ville en février 1947, ils furent regroupés à Dai Thu dans la province de Thai Nguyên comme le souligne Dang Van Tich :

« Les cadets d’Autodéfense suivirent leurs ainés lors du repli du Régiment de la Capitale. En arrivant à Thai Nguyên, le groupement des cadets qui ne comptaient plus qu’environ 120 enfants fut rassemblé en deux compagnies. Ce fut l’unique chance pour que tous les cadets ayant participé aux 60 jours de résistance puissent faire connaissance » [6].

Nhạc sĩ quyết tử quân Lương Ngọc Trác với các em Vệ út Trang Công Lũy (phải), 10 tuổi và Phạm Đình Luận (trái), 9 tuổi – những chú bé liên lạc gan dạ trên chiến lũy Liên khu 1.

Un ouvrage illustré, rassemblant 145 photographies, a été publié en 2006 par l’ancien « cadet d’Autodéfense » Dang Van Tich mais la vie quotidienne de ces 175 enfant-soldats pris dans le feu de la guérilla urbaine de 1946 puis dans la longue guerre de trente ans restent encore méconnus. Les journalistes Tran Dinh Tu et Lam Hoai ont commencé à lever le voile sur le destin de quelques-uns de ces survivants, engagés bon gré mal gré dans une aventure guerrière qu’ils ne pouvaient imaginer aussi longue et déterminante pour leur pays.

François Guillemot, 20/12/2012.

Notes :

[1] Christopher E. Goscha, Vietnam, un Etat né de la guerre 1945-1954, Paris, Armand Colin, 2011, pp. 145-146.

[2] Voir les liens aux 6 articles en vietnamien ci-dessous : « Những Vệ út trên chiến hào vệ quốc ». Christopher Goscha s’appuie sur ces documents pour retracer l’histoire des « Vê ut », voir Vietnam, un Etat né de la guerre, pp. 157-159.

[3] TRẦN ĐÌNH TÚ, « Những Vệ út trên chiến hào vệ quốc« , Tuổi Trẻ, 11/12/2006.

[4] TRẦN ĐÌNH TÚ, « Những “Gavroche” Hà thành« , Tuổi Trẻ, 11/12/2006.

[5] Vo Nguyen Giap, Mémoires 1946-1954. Tome 1 :  La résistance encerclée, Fontenay-sous-Bois, Anako Editions, coll. Grands Témoins, 2003, p. 53.

[6] TRẦN ĐÌNH TÚ, « Những “Gavroche” Hà thành« , art. cit.

Pour en savoir plus :

  • La série de six articles parus en 2006 sur Tuổi Trẻ : « Kỷ niệm 60 năm ngày Toàn quốc kháng chiến (19-12-1946 – 19-12-2006) »

Những Vệ út trên chiến hào vệ quốc

>> Kỳ 1: Tuổi thơ dữ dội
>> Kỳ 2: Những “Gavroche” Hà thành
>> Kỳ 3: Nữ Vệ út và báu vật 60 năm
>> Kỳ 4: Tiểu đội nhí và “chiến thuật xe bò”
>> Kỳ 5: Người chép sử Vệ út

>> Kỳ 6: Cô đầu phố Khâm Thiên

  • Nguyễn Trọng Hàm, Đặng Văn Tích, Hoàng Kim Đáng (biên soạn), Quyết tử để Tổ Quốc quyết sinh, Hà Nội : Nhà xuất bản Quân đội nhân dân, 2005.

Malay Phcar : Une enfance en enfer – Cambodge, 17 avril 1975 – 8 mars 1980 [2005]

« J’ai écrit ce livre pour témoigner de l’horreur du régime khmer rouge en espérant que la folie des hommes ne les conduirait plus jamais à de telles extrémités. »

Le 17 avril 1945, les Khmers rouges prennent Phnom Penh et donnent l’ordre insensé d’évacuer ses trois millions d’habitants. Pour Malay Phcar, qui vivait dans la capitale cambodgienne une enfance heureuse avec ses huit frères et sœurs, commence le long exode vers la « rééducation rurale ». Sur la route jonchée de cadavres qui le mène en exil avec sa famille et des centaines de milliers d’autres, il comprend mal ce qui est en train de se passer : il n’a que neuf ans. L’exode est long, épuisant. Les Phcar sont déplacés de village en village, à pieds ou dans des wagons à bestiaux.

En route, ils sont séparés de la sœur aînée, la préférée de Malay. Dans le village ou la famille est finalement assignée, commence une progressive descente aux enfers. Malay découvre le manque d’hygiène, la famine, le mépris affiché des Khmers rouges pour la vie humaine ; il voit les liens sociaux se désagréger devant la misère et les morts successives. Une seule obsession chasse toutes les autres : manger pour survivre. Bientôt, la maladie et l’épuisement lui enlèvent son père et sa mère. Il est ensuite séparé de ses frères. Envoyé en camp de travail, il lutte jour après jour pour survivre à ce régime barbare.

Ce que Malay ignore alors, c’est que le système, miné de l’intérieur, est en totale déliquescence. Bientôt, l’armée vietnamienne vient chasser les Khmers rouges, apportant au jeune garçon et à ses deux petits frères survivants l’espoir incrédule de la liberté.Pourtant, c’est un autre exil aveugle, dans lequel leur plus jeune frère disparaîtra, qui attend les survivants, car le pays est livré aux combats. Un exil qui continuera à mener Malay de camp en camp, vers les restes d’une famille qui le rejette, puis vers une Thaïlande qui repousse les Cambodgiens affamés. Malay réussit pourtant à entrer en Thaïlande, et là, ce sont finalement les retrouvailles avec la sœur disparue et le départ pour la France et la liberté. La fin d’une errance de quatre ans, qui aura décimé quasiment toute sa famille et fait de son enfance un enfer. [Présentation de l’éditeur]

Source : Robert Laffont

* * *

Malay Phcar est né en 1964 dans une famille cultivée, chrétienne, particulièrement exposée à la répression des Khmers rouges suite à la prise de Phnom Penh, au Cambodge, en 1975. Dans ce témoignage bouleversant, il raconte son enfance saccagée par les révolutionnaires : c’est en effet à l’âge de neuf ans qu’il est déporté avec toute sa famille dans un camp de « rééducation rurale ». A la clé, la perte de ses proches, la famine, le travail forcé, la maladie, l’épuisement, la solitude, la déshumanisation, le désespoir et la folie… Cruel destin pour un enfant habité d’une extraordinaire force, celle qui lui permettra de survivre et de ne pas définitivement sombrer. Le lecteur sera ici frappé par l’émotion qui se dégage de la voix de celui qui raconte son enfance en enfer, jusqu’en 1980, année où Malay viendra se réfugier en France en compagnie d’un frère et d’une sœur rescapés. Une enfance en enfer est le deuxième livre de Malay Phcar, après L’Enfer khmer rouge (duquel Olivier Weber a tiré un documentaire, Retour au Cambodge, où Malay joue son propre personnage).[avis de la FNAC]

* * *

Extraits :

« On a marché toute la journée. Enfin, je ne sais pas si on appelle cela marcher. On avance comme on peut dans une cohue incroyable (…). Soudain, j’aperçois quelqu’un qui dort dans la vase. Je trouve ça curieux et je le montre à Naron (…). Naron me répond qu’il ne dort pas, il est mort.  Il est mort ? J’appelle maman (…).  Je scrute le lit du fleuve. Il y en a d’autres, qu’on ne voit pas tout de suite. Des corps parfois recroquevillés, parfois avec la tête qui pend en arrière, à moitié recouverts de boue séchée. Je me demande pourquoi il y a tous ces morts et pourquoi on marche ainsi, pourquoi tous les habitants de la ville doivent partir (….) ».

« Au début, je ne comprenais pas pourquoi maman s’intéressait au nombre de corbeaux dans le ciel. En fait, c’était un nom de code pour désigner les Khmers Rouges. Depuis, on les appelle tous ainsi. Luc m’a expliqué tout bas, à l’oreille, qu’il faut se méfier des espions, les schlop, ces petits mouchards qui écoutent les conversations. Ils vont ensuite dénoncer les gens aux Khmers Rouges qui viennent alors les arrêter (…).

Phong Sithean a été dénoncé. On se regarde tous. Qui a pu faire une chose pareille ? (…).

En fin d’après-midi, une dizaine d’hommes et de femmes en noir sont venus perquisitionner les maisons. Ils ont rassemblés sur la place les sacs de riz qu’ils ont trouvés et les ont emportés. Nous sommes tous des traîtres (…). On va mourir de faim « .

Source : voyagesmillebornes

Réf. : Phcar, Malay, Une enfance en enfer : Cambodge, 17 avril 1975-8 mars 1980, Paris, J’ai Lu, Robert Laffont, cop. 2005, 282 p. (réédition en poche de 2007)

Jeunes camarades khmers rouges, victimes avant d’être bourreaux – par Barbara Delbrouck

[ndlr] Article de Barbara Delbrouck sur le conditionnement politique des jeunes partisans Khmers rouges et les conséquences post-traumatiques de la violence quotidienne sous le Kampuchéa Démocratique. Plus généralement, l’article souligne la manipulation des enfants au service de l’Angkar, à la fois victimes et bourreaux.

Beaucoup d’anciens khmers rouges se définissent aujourd’hui comme victimes. Refuser de rejoindre le mouvement Khmer Rouge signifiait de facto, la mort. Sa propre mort mais également celle de sa famille. La problématique est d’autant plus difficile dans le cas des « jeunes camarades », ces enfants soldats enrôlés et endoctrinés dès leur plus jeune âge. Des études montrent que les bourreaux souffrent souvent des mêmes symptômes que leurs victimes. Dans l’ouvrage « Victims and Perpetrators » du DC-Cam, d’anciens jeunes soldats khmers rouges témoignent de la peur dans laquelle ils ont vécu pendant le régime, de 1975 à 1979.

Mêmes symptômes post traumatiques

Comme l’explique Sorya Sim, responsable du département de recherche du DC-Cam et auteur de « Victims and Perpetrators », de nombreuses études ont été faites sur la psychologie des survivants de génocide, mais peu sur celle des bourreaux.
Les études ont montré que les victimes survivantes peuvent présenter de nombreux problèmes psychologiques tels que la dépression, des cauchemars récurrents, des troubles de la concentration ou du sommeil. Tous ces symptômes peuvent être diagnostiqués comme « Post Traumatic Stress Disorder ».

Lire la suite : L’après génocide au Cambodge

Références :

  • DC-CAM, Victims and Perpetrators, Testimony of Young Khmer Rouge Comrades, National Library of Cambodia cataloguing in Publication Data, 2001.
  • Locard, Henri,  « Le petit livre rouge » de Pol Pot, ou « Les paroles de l’Angkar », Paris, L’Harmattan, Paris, 1996.
  •  Kiernan, Ben, in « Victims and Perpetrators », p. 242.
  • Site officiel du DC-Cam (Centre de documentation pour le Cambodge)