Archives par mot-clé : empire colonial

Bradley Camp Davis, Imperial Bandits – CR de lecture par Thibaut Bara

Imperial Bandits : Outlaws and Rebels in the China Vietnam Borderlands est un ouvrage d’histoire de la frontière sino-vietnamienne. Publié en 2017 aux presses de l’université de Washington, son auteur Bradley Camp Davis est aujourd’hui professeur associé à la Eastern Connecticut State University. Historien, sa thèse soutenue en 2008 à l’université de Washington portait déjà sur la zone frontière Chine-Vietnam dans l’ère post-Taiping c’est-à-dire dans la seconde moitié du XIXème siècle. Bradley Camp Davis a également été membre du jury et pré-rapporteur de la thèse de Johann Grémont portant sur le maintien de l’ordre sur la frontière sino-vietnamienne de 1895 à 1940. Chercheur polyglotte, il maîtrise le mandarin classique et moderne, le vietnamien et le français.

Imperial Bandits est introduit en couverture par une image des Pavillons Noirs révélant la teneur de l’ouvrage retraçant l’histoire de l’incursion puis du retrait du Vietnam de ce groupe d’hommes armés dirigés par Liu Yongfu. Pas qu’une histoire des Pavillons Noirs, cette étude capte le processus de formation de la frontière sino-vietnamienne comme une ligne dans le sol séparant deux empires. On suit l’évolution d’une zone-frontière (borderland) poreuse et marginale en frontière instituée (borderline) révélatrice d’un rapport de force entre ces deux empires. En introduction, l’ouvrage entame une discussion du terme même de bandits et se poursuit par l’explication de la juxtaposition des termes « bandits » et « impériaux ».

Bradley Camp Davis se réfère à la linguistique et surtout à la sémiologie de Roland Barthes en illustrant l’ambivalence de l’appellation de « bandits », ce mot recouvrant une ambiguïté entre « pirates » ou « voleurs » et « rebelles ». Les uns se caractérisant par un recours à la violence pour acquérir des gains matériels, les autres ayant également recours à la violence mais à des fins d’abord politiques1. L’intérêt et la question historique centrale de l’ouvrage de Bradley Camp Davis tient justement dans cette définition politique des Pavillons Noirs.

Une histoire des Pavillons Noirs

Bradely Camp Davis fait l’histoire de ce groupe de rebelles originaires de Chine du Sud structurés autour du Royaume de Yanling, contemporains mais distincts du mouvement des Taipings. Chassée par les armées impériales chinoises, une partie de ce groupe fait scission et se réfugie au Nord Vietnam sous la direction du chef Liu Yongfu. Arrivés au Tonkin en 1865, les Pavillons Noirs restèrent un groupe armé actif sur cette frontière jusqu’en 1885. Le propos de Davis cherche à relater la manière dont les autorités souveraines en présence, l’empire vietnamien, la Chine des Qing et l’empire français vont interagir avec cette bande d’hommes en armes tantôt cherchant à les déloger pour affirmer une autorité unifiée, tantôt forcés de les co-opter au service de la lutte contre les autres forces en présence.

Lorsque les hommes de Liu Yongfu s’installent au Tonkin l’autorité de l’empire vietnamien est fragilisée par une autre bande rebelle dite des Pavillons Blancs. Davis identifie celle-ci comme soutenue par des groupes Hmong et Tai protestant contre l’installation de colons vietnamiens dans les basses terres. Les Pavillons Blancs entretiennent un lien diffus avec la révolte des Panthay en Chine du
Sud et en sont contemporains. L’empire vietnamien tente au premier abord des juguler cette révolte et également de réprimer les Pavillons Noirs. Toutefois, la faiblesse de l’empire amène ce dernier à changer d’approche et à entrevoir la possibilité d’un rapprochement avec les Pavillons Noirs pour affronter les Pavillons Blancs. Les Pavillons Noirs, forts de leur puissance militaire, répriment en effet efficacement les Pavillons Blancs. A la suite de cette victoire, un agent de liaison est nommé par l’empire vietnamien auprès des Pavillons Noirs. Dès 1868, Liu Yongfu reçoit des traites de l’empire vietnamien, en 1870 il reçoit même un titre honorifique le raccrochant officiellement à l’administration impériale. Cette alliance entre un groupe d’hommes en armes refusant de payer les taxes à l’empire, levant leurs propres impôts, contrôlant les papiers des commerçants et l’empire vietnamien est à la naissance de la désignation des Pavillons Noirs comme des « bandits impériaux ».

Un autre groupe d’hommes en armes venant de Chine occupe partie du Tonkin, ce sont les Pavillons Jaunes. Eux aussi, issus de groupes rebelles en Chine du Sud et pourchassés par les armées Qing et en 1871 et 1872, trouvent refuge au Nord Vietnam. Sur ce territoire, ils se financent en saisissant des mines de cuivre particulièrement importantes à l’empire vietnamien tout en soufflant sur la flamme du souvenir des Pavillons Blancs. Encore une fois l’empire vietnamien s’appuie sur les Pavillons Noirs pour les réprimer. De plus, cette lutte contre les Pavillons Jaunes accorde à Liu Yongfu le soutien de la Chine des Qing qui pourchassait ces derniers.

D’une marge à une ligne-frontière

Davis illustre la transformation de cette zone du Nord Vietnam en réelle frontière séparant deux souverainetés, cette transformation prenant ses sources dans les relations entre les empires en présence et les différents groupes d’hommes en armes dont notamment les Pavillons Noirs. La frontière est dynamisée par l’ouverture en 1865 du commerce de l’opium cultivé au Yunnan en Chine du Sud et vendu au Vietnam, menant les différentes parties à financer sur ce commerce. La période étudiée par Davis correspond à la croissance de l’intérêt des puissances envers cette région. Les Français, dès 1873 avec Francis Garnier puis avec le traité Philastre de 1874 actant la politique de « mise en valeur » de l’Indochine, entrent dans le jeu des puissances à la frontière, motivés par un mythe yunnanais (celui selon lequel le Nord Vietnam serait une voix privilégiée pour pénétrer le grand marché chinois par la province du Yunnan). Francis Garnier est tué par les Pavillons Noirs à Hanoi le 21 décembre 1873. Les Français identifient dès leur arrivée les Pavillons Noirs comme un obstacle à leur quête du mythe yunnanais. S’alliant aux Pavillons Jaunes puis recrutant le reste de ces hommes sous le statut de soumissionnaires après les défaites successives face aux Pavillons Noirs, les Français vont tenter de venir à bout de ces derniers.

Neuf ans plus tard, la prise de Hanoï par le capitaine de vaisseau Henri Rivière en 1882 inquiétant les Qing et certains fonctionnaires vietnamiens, l’empire Qing et l’empire vietnamien vont une fois encore se tourner vers les Pavillons Noirs pour lutter contre l’impérialisme français. Les deux empires asiatiques peu capables d’affirmer un contrôle direct sur cette région convoitée se retrouvent à co-opter des hommes en armes, accusés de pillage,
viols et vols pour lutter contre la volonté d’autre puissance. L’officier de liaison vietnamien chargé des Pavillons Noirs, Hoang Ke Viem, a tenté selon Davis de sédentariser ces troupes de bandits en les incitant à développer l’agriculture mais ce fut un échec. De leur côté, les Français en 1876 ont tenté de négocier avec les Pavillons Noirs pour ouvrir une voix de commerce vers la Chine, mais le caractère très incontrôlable et indiscipliné des Pavillons Noirs, interdit de les considérer comme relevant d’une autorité installée ce qui fit échouer ces négociations. L’auteur montre bien dans son ouvrage l’ambiguïté de ces bandits impériaux, coopter par les empires pour leur puissance militaire, mais en même temps trop indépendants et proches de pirates pour être intégrés aux forces régulières.

La guerre franco-chinoise de 1881-1885 voit s’affronter dans cette région les Pavillons noirs mandatés par la Chine et les Français. Sur ce front, la guerre se termine par une défaite française qui emporte le « Commandant » Rivière tué par les Pavillons Noirs le 19 mai 1883. Cependant, la négociation en parallèle en Chine du traité de Tianjin pousse l’empire Qing à se déclarer défait, installant une véritable frontière franco-chinoise dans ce qui était jusque là une région surtout sous domination des Pavillons Noirs. L’auteur explique que la modernisation de la frontière, son tracé linéaire, et la dénonciation d’un mouvement vietnamien anti-impérialiste par d’autres administrateurs vietnamiens dont Hong Ke Viem2, force les Pavillons Noirs à quitter le Nord-Vietnam en 1885. Davis raconte comment Liu Yongfu et ses hommes furent réutilisés par l’empire Qing puis même par la république chinoise pour réprimer diverses révoltes mais aussi pour lutter contre les Japonais à Taiwan.

L’auteur détaille l’outillage technologique de la frontière avec l’installation du télégraphe, l’aménagement de postes frontières, le développement d’un contrôle effectif des mouvements de populations et illustre la création d’une frontière au sens contemporain du terme : celle de l’inscription d’un rapport de force entre deux souverainetés. L’empire vietnamien ayant été disloqué par la colonisation, ces deux souverainetés sont à partir de 1885 celles de l’empires Qing et de l’empire colonial français3. La méthode Galliéni utilisée au Nord Vietnam à partir de 1893 consista notamment à internationaliser les bandits, c’est-à-dire à lier les pirates au Tonkin à la Chine, les « bandits » deviennent ainsi les « pirates chinois », installant l’idée de frontière dans les esprits. En 1895, Galliéni peut ainsi faire appel au gouverneur du Guangxi pour lutter contre les pirates et définitivement illustrer la couverture de cette région par des souverainetés impériales. On se référera aux travaux de Johann Grémont sur cette même région pour cerner plus en détails les difficultés et le contrôle longtemps très relatif exercé sur cette frontière après 18954. Les travaux de James C. Scott pourraient être également mobilisés pour montrer que l’altitude et le relief de cette région révélaient des différences majeures dans la réalité de l’exercice de l’autorité impériale5. En faisant l’économie de cette distinction entre plaines et reliefs, la démonstration de Davis risque d’être limitée à un discours sur les zones de basses terres, non-majoritaires dans cette région.

Confrontation des mémoires chinoise et vietnamienne

La dernière partie de l’ouvrage de Davis est particulièrement intéressante en ce sens qu’elle compare les mémoires chinoises et vietnamiennes précisément sur l’épisode des Pavillons Noirs. Dès les années 1950, un historien vietnamien de l’EFEO, Tran Van Giap, a publié une étude sur Liu Yongfu le présentant comme un héros de la lutte contre l’impérialisme6. L’historiographie chinoise s’est saisie des Pavillons Noirs en les liant à la révolte des Taipings, présentant ces derniers comme des précurseurs de l’anti-imperialisme. Mais alors que Liu Yongfu a toujours un musée en son honneur en Chine populaire, l’historiographie vietnamienne des Pavillons Noirs est plus divisée.

Le chercheur vietnamien Tran Duc Sac (Van Tan) par le recours à l’histoire orale a fait apparaître la violence réelle des troupes des Pavillons Noirs avec des propos rapportés de villages pillés, familles détruites, femmes violées. Tout en admettant le côté politique de ces rebelles, Tran Duc Sac les associe dans une vision très matérialiste à un produit de la pauvreté extrême se traduisant par de la violence et une tendance au banditisme7. Alors qu’il n’y a pas de consensus dans cette histoire, Davis illustre la diversité de ces histoires par le recours ou non à l’histoire orale. Davis relève aussi l’opportunisme des débuts d’une historiographie tentant d’instaurer les Pavillons Noirs en héros transnationaux sino-vietnamiens, sorte de proto-internationale anti-imperialiste, particulièrement utile dans les années 1950 pour justifier une coopération sino-vietnamienne dans les guerres de décolonisation du XXème siècle.

Statue de Liu Yongfu (Wikipedia)

La guerre sino-vietnamienne de 1979, le recours à des histoires orales, l’installation au pouvoir de régimes plus gestionnaires que révolutionnaires ont définitivement renouvelé l’historiographie vietnamienne sur le sujet. Davis parle désormais d’une histoire frappée du sceau du silence autour de Liu Yongfu au Vietnam. Cette conclusion historiographique est la bienvenue et tombe comme un retour sur l’ambivalence des définitions de ces « bandits impériaux » : héros au service de la lutte anti-coloniale ou pirates ? instruments de l’installation de l’autorité au Nord Vietnam et/ou source de violences ?

L’ouvrage de Davis apporte une réponse assez claire, l’établissement de l’autorité dans cette région aurait été impossible sans l’existence des bandits impériaux. Ces bandits forment, selon l’auteur, un des aspects fondamentaux dans la construction du pouvoir impérial. Cette conclusion rejoint les travaux de Charles Tilly liant crime organisé et construction de l’Etat8. Surtout Davis remet en cause l’idée selon laquelle la construction de l’Etat s’oppose à la violence, en réalité la construction de ce dernier est intimement liée à la violence comme l’ont mis en évidence les travaux du sociologue Max Weber (1864-1920) et ceux de Walter Benjamin (1892-1940) et Blaise Pascal (1623-1662). La « culture de la violence » installée à la frontière par les troupes de bandits dont parle Davis fut un des moteurs de son intégration aux empires, certains y puisant des ressources pour lutter contre d’autres puissances, d’autres y voyant la justification de leur expansion.

Recours à l’histoire orale et plurilinguisme

Les atouts de l ‘ouvrage résident avant tout dans l’érudition de Bradley Camp Davis. L’auteur rentre dans le détail des correspondances entre officiels vietnamiens et la cour impériale, dans les rapports de l’administration française et chinoise. Les nuances fines ainsi apportées permettent une réelle investigation des interrogations et de la pluralité de ces dernières questionnant l’attitude adoptée envers les Pavillons Noirs par les différents empires. Le recours à des sources d’histoire orale, sans lequel la violence des Pavillons ne pourrait être discutée et aurait fait avorter la problématique phare de l’étude, est bien dosé. Conscient des dérives d’un recours unique aux sources orales, Davis les confronte en permanence aux sources écrites et ne les insère que lorsque cela apporte à la compréhension de l’ensemble. La bibliographie impressionne, d’autant plus que les sources y sont exposées en quatre langues. Parmi les critiques, on relèvera l’absence de chronologie et un recours trop sporadique aux dates, rendant le suivi chronologique du récit difficile à suivre. Ceci est réellement dommageable car la pluralité des troupes d’hommes en armes sur la frontière et leurs différences sur lesquelles revient longuement Davis rend la lecture parfois laborieuse.

Pavillons Noirs, auxiliaires de la France (source : Hinh Xua, collection Tran Quang Dong / photographie du Dr Hocquard)


En conclusion, on recommandera en particulier la lecture de cet ouvrage aux sinologues notamment par la capacité qu’à Davis de rentrer dans les arcanes de l’administration et des vues plurielles des officiels vietnamiens et chinois. Cette description fine et nuancée pourrait inspirer les sinologues pour lesquels l’analyse des différents courants et point de vue au sein du PCC chinois reste une épreuve. Enfin cet ouvrage est surtout un vrai exemple d’une manière de faire de l’histoire mélangeant les langues, les sources, l’histoire écrite et orale, et l’étude de l’historiographie. Imperial Bandits apporte de réelles clefs de compréhension des transformations de l’autorité et du contrôle réellement exercé par les empires vietnamiens, chinois et français sur leurs marges. Il permet de comprendre la transformation d’une zone frontalière en vraie ligne de frontière et le rôle de la violence dans cette dernière.

Thibaut Bara, promotion ASIOC 2018-2019.

Références citées :

  • Roland Barthes, Mythologies, Paris, Seuil, 1970.
  • Johann Grémont, « Une frontière impossible à garder ? Le défi quotidien du maintien de l’ordre entre Chine et Viêtnam (1895-1940) », conférence à l’IAO de Lyon le 26 octobre 2018.
  • James C. Scott, Zomia ou l’art de ne pas être gouverné, Paris, Seuil, 2013.
  • Tim Summers, Yunnan – A Chinese Bridgehead to Asia, Oxford, Chandos Publishing, 2013.

Thibaut Bara est étudiant en Master 2 Asie Orientale Contemporaine (ENS de Lyon / Sciences Po Lyon). Il rédige un mémoire sur la province du Yunnan de 1992 à 2016. Ses thèmes de recherche se concentrent autour de l’extension du contrôle du pouvoir central chinois sur ses marges et de l’impact de la Chine dans la région du Mékong. Il est actuellement en stage à l’ambassade de France en Birmanie.

Image « à la une » : Un membre des Pavillons Noirs, 1885, photographie tirée de la couverture de l’ouvrage.

Notes

  1. Les voleurs et pirates se définissent d’abord par leur recours à la violence pour acquérir des biens matériels. Les rebelles renvoient également à l’usage de la violence mais celle-ci est politiquement motivée. Le mot de « bandits » invite à questionner le caractère politique des Pavillons Noirs []
  2. Ce dernier dénonce la culture de la violence instaurée dans la région comme le principal ennemi []
  3. L’Union indochinoise est créée deux ans plus tard en 1887 []
  4. Voir la présentation de son ouvrage sur Mémoires d’Indochine []
  5. Cf. le CR de lecture sur Mémoires d’Indochine []
  6. Cité par Davis, p. 159 []
  7. Cité par Davis, p. 160-161 []
  8. Cf. Charles Tilly, « La guerre et la construction de l’Etat en tant que crime organisé », Politix, Les mafias, sous la direction de Jean-Louis Briquet, vol. 13, n°49, Premier trimestre 2000, pp. 97-117 []

Kim Loan Vu-Hill, Coolies into Rebels. Impact of World War I on French Indochina – CR de lecture par Pierre Brocheux

Vu-Hill_CooliesIntoRebelsKim Loan Vu-Hill, Coolies into Rebels.  Impact of World War I on French Indochina, Paris, Les Indes savantes, 2011, 190 p., index, bibliographie, documents annexes.

Cette thèse revient sur la première guerre mondiale lorsque la France mobilisa les ressources matérielles et humaines de son empire colonial pour combattre l’Allemagne. Le gouvernement français fit venir en métropole des dizaines de milliers de travailleurs et de soldats recrutés dans les populations de ses colonies. L’arrivée des tirailleurs sénégalais, malgaches et nord africains est relativement bien connue, celle des travailleurs et tirailleurs indochinois (en grande majorité des Vietnamiens) l’est beaucoup moins. Certes, Mireille Lê Văn Hô avait soutenu en 1978 une thèse de l’École des Chartes restée inédite mais consultable à la BDIC (à Nanterre). Son auteure s’intéressait aux Indochinois comme « agents de la modernisation ». Kim Loan Vu-Hill se place dans une perspective différente et recherche ce qui a pu conduire ces hommes à devenir des rebelles à la domination coloniale, d’où le choix du titre : coolies into rebels.

D’abord ils furent moins nombreux (92 102 contre 211 359 Sénégalais et Malgaches et 267 000 Nord-Africains) et les tirailleurs ne bénéficièrent pas de la réputation guerrière des soldats africains. L’appellation lính th (traduite de façon littérale et donc erronée par soldats-ouvriers et non par soldats et ouvriers) entretint une confusion entre les travailleurs et les soldats : les premiers, la majorité, étant affectés aux arrières (usines, voies de communication et transports) à des tâches non combattantes, ainsi tous les Indochinois passèrent–ils pour incapables de supporter le feu en première ligne. Le livre présente suffisamment de documents qui font justice de cette opinion injustifiée. Rappelons qu’en 1922, le général Weygand écrivit un article où il faisait l’éloge des tirailleurs indochinois. Pour cette raison, on peut reprocher également (à l’auteur ou à l’éditeur ?) le titre de l’ouvrage : coolies (mot chinois qui désigne les hommes de peine) englobe les soldats mais aussi des travailleurs civils qui n’étaient pas des coolies (9 019 infirmiers, 5 339 employés de bureau, et des ouvriers spécialisés).

Du point de vue historiographique, l’ouvrage est novateur pour deux raisons. D’abord, l’auteure refuse la vulgate anti-colonialiste selon laquelle ces hommes furent enrôlés de force et transférés manu militari dans un milieu hostile où ils servirent de chair à canon pour la cause de ceux qui les opprimaient dans leur pays. Elle exploite tous les fonds d’archives disponibles sur ce sujet, en particulier le très riche SLOTFOM / Service de liaison des originaires des territoires français d’Outre-mer. Selon  l’auteure, la majorité des Indochinois qui partirent pour la France où les premiers contingents arrivèrent en 1915, était volontaire pour des raisons diverses : servir la « Mère Patrie » ou mourir pour elle ne fut certainement pas la principale. Ruraux pour la plupart, ils espéraient sortir de la pauvreté voire de la misère ; les jeunes étaient tentés par l’aventure dans un ailleurs mythique. Aucune motivation n’est à écarter mais il ressort des rapports de l’encadrement et des lettres interceptées par le Contrôle postal que ces hommes  attendaient que leurs sacrifices fussent récompensés autant par des gestes symboliques que matériels : octroi de la nationalité française, égalité de traitement, accès à des fonctions réservées et des grades élevés, promotions professionnelles grâce à la formation qu’ils avaient acquises pendant leur séjour en métropole, tout ce qui ferait qu’ils ne seraient plus traités comme des sujets de condition inférieure.

La thèse développée par l’auteure rend tout à fait plausible l’état d’esprit ou les sentiments attribué à ces hommes : elle est l’histoire d’une immense déception causée par le traitement qu’ils reçurent ou dont ils s’estimèrent victimes après la guerre et une fois qu’ils furent rapatriés dans leur pays. Ils ne furent pas victimes d’un marché de dupes parce qu’ il n’y eut pas de tromperie intentionnelle de la part des Français sur le sort qui leur échoirait lorsqu’ils retourneraient chez eux, il n’en resta pas moins qu’ils se sentirent frustrés.

Deux séries de facteurs déçurent leurs espoirs d’une vie meilleure. Le fait fondamental fut le maintien et le renforcement de la domination coloniale. Rien ne fut changé dans les rapports entre colonisateurs et colonisés, bien au contraire ; les retours de France qui avaient été traités en égaux dans les usines ou les tranchées et qui avait connu, pour un certain nombre d’entre eux, des moments heureux avec des femmes furent de nouveau assujettis à la hiérarchie raciale de la colonie. Or, le séjour en France fut également l’occasion de faire connaissance avec les théories socialistes, avec l’action syndicale des travailleurs : ils furent témoins des mutineries en 1917 et des grèves ouvrières (1915, 1917, 1918).

En outre, ils subirent  les effets de la conjoncture économique et financière qui suivit la fin de la guerre et qui  aggrava leur situation : la dépréciation du franc se répercuta sur les soldes, les  pécules, les pensions, la chute de valeur des rentes des souscriptions aux bons de la défense nationale. Parallèlement, les emplois pour lesquels ces travailleurs avaient reçu une formation en France ne furent pas créés localement en dépit d’importants investissements dans les travaux publics et dans l’économie des grandes plantations. Des frustrations au ressentiment, le cheminement fut plus ou moins rapide, ponctué par la grande crise économique des années 1930, accompagné par l’émergence d’une intelligentsia modernisatrice et porte-parole de revendications sociales et politiques, la diffusion des idéologies radicales comme le communisme, l’accentuation du mouvement anticolonialiste en métropole.

L’ouvrage de Kim Loan Vu-Hill démontre que la « Grande guerre » fut un tournant dans l’histoire du Viet Nam contemporain, elle fut quatre années initiatrices d’évolution sociétale, de maturation de la conscience collective et qui déterminèrent les transformations politiques ultérieures. De ce point de vue aussi la thèse est neuve parce que l’auteur se détache de l’historiographie nationale (nationaliste et communiste) qui fait partir le mouvement de résistance moderne des années 1930 (mutinerie de Yên Bay et soulèvement des campagnes du Nord Annam et de la Cochinchine).

S’il faut féliciter les Indes savantes pour l’édition de cette « histoire partagée », il est souhaitable que ce livre sérieusement documenté, très intéressant et qui comble une grosse lacune historiographique, soit traduit pour être accessible au public francophone. Reproduire la thèse rédigée en anglais est une solution de facilité que l’on ne peut que regretter.

Pierre Brocheux

Présentation de l’ouvrage sur le site des Indes savantes.

[parution] Défendre l’empire. Des conflits oubliés à l’oubli des combattants – Frédéric Garan (dir.)

Garan_Défendrel'Empire[ndlr] Vient de paraître aux éditions Vendémiaire dans la nouvelle collection Empires dirigée par Sophie Dulucq et Jean-François Klein. Présentation de l’éditeur.

La mémoire de l’histoire des anciens combattants « indigènes » s’arrête généralement avec la victoire sur le nazisme à l’image de ceux qui ont combattu jusqu’au bout pour libérer la France. Cette mémoire, très sélective, est entretenue par les pouvoirs politiques qui « oublient » qu’à la suite de la Seconde Guerre mondiale, ces soldats ont été appelés pour défendre l’Empire dans les conflits de décolonisation… Mobilisés par une France affaiblie pour des raisons militaires mais aussi économiques et politiques, ils ont participé à la répression de l’insurrection de Madagascar et sont intervenus massivement pendant la guerre d’Indochine.

Cet ouvrage retrace les parcours collectifs de ces « Sénégalais », Maghrébins, Malgaches et Réunionnais, auxquels répondent des portraits de combattants où se dessinent des destins poignants. Une mise en perspective qui nous amène au plus près de ces soldats, de leur engagement à leur présence sur le terrain, avant de se clore sur les luttes de ces anciens combattants pour la reconnaissance de leur pension – c’est-à-dire de leur participation à la défense de l’Empire.

Sommaire :

  • Introduction, pp. 5-15
  • Armelle Mabon : « Prisonniers de guerre malgaches durant la Seconde Guerre mondiale », pp. 17-31
  • Christophe Giudice : « Hédi Abdelkader, un tunisien de la France libre », pp. 33-39
  • Jean Fremigacci : « Bataillons marocains en campagne à Madagascar », pp. 41-96
  • Frédéric Garan : « Une brève histoire d’amour dans l’empire », pp. 97-101
  • Michel Bodin : « Les ‘Sénégalais’ de la guerre d’Indochine », pp. 103-135
  • Christophe Giudice : « Mohamed Hédi Guertili, de la Phalange africaine aux troupes coloniales », pp. 137-140
  • Pierre-Eric Fageol, « Réunionnais en Indochine », pp. 141-165
  • Michel Bodin : « Tunisiens en Indochine », pp. 167-189
  • Christophe Giudice : « Slimane Ayari ou les regrets d’une jeunesse perdue », pp. 191-193
  • Christophe Giudice : « Des Marocains ralliés au Vietminh », pp. 195-222
  • Frédéric Garan : « Le dernier combat des tirailleurs malgaches », pp. 223-256
  • Conclusion, pp. 257-261
  • Annexes dont Pierre-Eric Fageol : « Les Réunionnais morts en Extrême-Orient », pp. 267-281
  • Notes : pp. 283-312
  • Les auteurs : pp. 314-315

Frédéric Garan est maître de conférences à l’université de La Réunion, chercheur au CRESOI et directeur de publication de la revue Tsingy.

Source : Editions Vendémiaire

Robson & Yee: France and Indochina – Cultural Representations [2005]

At the intersection of literary, cultural, and postcolonial studies, this volume looks at French perceptions of ‘Indochina’ as they are conveyed through a variety of media including cinema, literature, art, and historical or anthropological writings. The volume is long awaited, as France’s memory of ‘Indochina’ is understudied compared to its relationship with its former colonies in West and North Africa. The book has contemporary urgency as the makeup of France’s immigrant population changes and grows to include Vietnamese, Cambodian, and Laotian populations.

Kathryn Robson is lecturer in the School of Modern Languages, University of Newcastle, United Kingdom. Jennifer Yee is lecturer at the University of Oxford (Christ Church).

Réf. : Robson, Kathryn & Yee, Jennifer (eds), France and Indochina: Cultural Representations, Lanham, Lexington Books, 2005, xvi-237 p.

Aperçu Google Books

Table des matières : Library of Congress catalog

* * *

This outstanding collection combines contributions from established scholars of Francophone South-East Asia with the work of some of the most talented and original new researchers in the field. The volume explores the representation and reality of colonial Indochina and also offers an introduction to some of the most innovative Francophone writers and filmmakers of the contemporary Indochinese diaspora. By pairing rigorous historical inquiry with original cultural, literary and theoretical analyses, the essays collected here reveal the complex, ambivalent connections linking France and Indochina, as well as the postcolonial legacies of the contacts and conflicts on which these connections depend. (Charles Forsdick, University of Liverpool) – source : Amazon