Archives par mot-clé : éditions Riveneuve

Cao Xuân Huy – En mars, fusils brisés – Recension de Pierre Brocheux

Première recension du témoignage de Cao Xuân Huy par l’historien Pierre Brocheux.

Cao Xuân Huy, En mars, fusils brisés, Paris, Riveneuve 2021, 243 p. (traduit du quôc ngu par Emmanuel Poisson)

Un historien du Vietnam ne peut pas passer à côté de ce livre et l’ignorer. Non pas qu’il soit le premier livre concernant la guerre du Vietnam (celle dite de réunification) où deux états vietnamiens s’affrontèrent après la trêve instaurée par les Accords de Genève (rappelons qu’il s’agissait d’accords de cessez le feu et non de paix). D’un côté la République démocratique du Vietnam (dite communément Nord Vietnam fondée en 1945) et la République du Vietnam (dite communément Sud Vietnam proclamée en 1955). La première dirigée par le parti communiste vietnamien disposait d’une armée aguerrie par neuf années d’hostilités contre le Corps expéditionnaire français et consacrée par la victoire de Dien Bien Phu (1954). La seconde était le produit du « contre-feu nationaliste »que les Français avaient organisé et armé avec l’aide des États-Unis, avec le but affiché de barrer la route au communisme soviétique. Les fondateurs et artisans de la Viêt Nam Công Hoa devaient créer un état moderne, et rappelons nous que le juriste français Georges Vedel disait « un état c’est d’abord l’ armée ».

Celle que créa la République du Vietnam fut défaite quinze ans après que le parti communiste ait décidé de relancer la « lutte armée » dans le Vietnam méridional (#1960).

Les historiens de la Vietnam War ont étudié l’Armée républicaine (ils sont cités par les éditeurs du livre dans la préface) mais le livre de Cao Xuan Huy ne se situe pas dans le même registre que les thèses universitaires ou les documentaires filmés. Celles-ci sont des histoires d’en-haut ; l’officier sud-vietnamien Cao Xuan Huy nous conte un récit « d’en-bas », dans un moment crucial pour ne pas dire décisif, dans les derniers jours pour ne pas dire les dernières heures de la République du Vietnam . Il combat dans un corps d’élite de l’ARVN (Armée de la république du Vietnam) qui se bat aux environs de Huê alors que les hauts plateaux sont déjà tombés aux mains de l’Armée populaire. Lui et ses camarades sont capturés après avoir été les acteurs et témoins d’une débâcle infernale.

Son récit n’a rien de littéraire, le langage est cru, il est le cri d’un désespéré qui a vu se confondre incapacité, humanité et bestialité dans ses propres rangs. Même si son livre fut rédigé des années plus tard, on sent que l’auteur a porté cette tragédie en lui après qu’il ait été libéré du camp de prisonniers.

Les préfaciers mettent en parallèle ce livre avec celui d’un combattant « nordiste » Bao Ninh dont le récit fut en rupture complète avec l’exaltation d’une guerre héroïque pour une juste cause. Le sudiste comme le nordiste, Abel et Caïn, se rejoignent en mettant à nu le visage sombre de la brute humaine.

Reste deux questions. L’une existentielle et historique : pourquoi une armée équipée à l’américaine (comme l’armée nationaliste chinoise dans les années 1949, comme l’armée afghane aujourd’hui en 2021), est défaite ?

La seconde est essentielle et philosophique : pourquoi cette guerre intestine et fratricide ? Ceci m’a conduit à relire Victor Hugo :

L’homme ivre d’un affreux bruit,

N’a plus d’autre intelligence que le massacre et la nuit

On pourrait boire aux fontaines,

Prier dans l’ombre à genoux,

Aimer, songer sous les chênes ;

Tuer son frère est plus doux.

Pierre Brocheux

Littérature vietnamienne : une nouvelle génération d’auteurs

[ndlr] L’annonce de la création d’une nouvelle collection dédiée à la littérature vietnamienne aux éditions Riveneuve a été publiée sur le site du Centre national du livre (CNL) le 18 mars dernier. Dirigée par notre collègue Doan Cam Thi, maître de conférence à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO), la collection « Littérature vietnamienne contemporaine » a déjà quelques titres à son catalogue. Présentation succincte ci-dessous.

Cliquez sur les couvertures des ouvrages pour les afficher en grand format

DoKh_KhmerBoleroNé au Vietnam, Dô Kh. vit entre Paris et La Californie. Poète, nouvelliste, romancier, scénariste, essayiste, il compte parmi les écrivains les plus novateurs de la littérature vietnamienne actuelle. Khmer Boléro est son premier roman écrit en français.

4ème de couverture :

Anciens amants de Paris, Kim et Nam se retrouvent par hasard à Bangkok au moment du Songkran, la fête qui célèbre l’arrivée de la saison des pluies en cette région. Le couple tente de renouer mais la mousson se fait désirer. Ils décident de partir à sa rencontre, vers l’Est, qui est aussi la direction de leur pays d’origine, le Vietnam. En compagnie de Phailin, une jeune fille de la haute société Thaï, le road-trip à travers le nouveau Cambodge au gré des rencontres et au rythme des boléros asiatiques, bute enfin à Bavet, poste frontière orné de casinos improbables. Et la météo reste capricieuse.

* * *

NguyenVietHa_OpportunitePourDieuNguyen Viet Ha, écrivain catholique, est considéré comme l’un des chefs de file de la nouvelle génération. Il domine la scène littéraire dès son premier roman paru en 1999, Une opportunité pour Dieu. Aujourd’hui, son oeuvre compte une dizaine de romans, d’essais et recueils de nouvelles.

4ème de couverture :

De Hanoi à Saigon, en passant par l’Europe et l’Amérique, de jeunes vietnamiens sont confrontés à une impasse matérielle et morale. Désespérés, ils se réfugient dans l’exil, l’argent, l’alcool ou la mort. La foi, au coeur de la littérature officielle, en une double émancipation, sociale – par le marxisme-léninisme – et nationale – par la guerre –, a fait ici place à l’absence d’idéal dans la jeunesse de l’après-guerre.

Vingt-cinq ans après la fin du combat contre les Américains, le Vietnam est aussi pauvre en héros qu’en événements. A travers leurs journaux intimes, quatre personnages principaux occupent tour à tour la scène du roman. S’ils font tout à coeur, en amour ou dans les affaires, c’est dans les mots qu’ils vivent avec le plus de passion.

* * *

Thuan_T.A.DisparuAprès des études à Moscou, Thuân s’est installée à Paris qu’elle quitte parfois pour Hanoi, New York, Berlin. Elle a reçu en 2008 le prix de l’Union des écrivains, la plus haute distinction de la littérature vietnamienne. Thuân est l’auteure de cinq romans parus au Vietnam, aux Etats-Unis, en Israël et en France.  Chinatown, paru en 2009 aux Editions du Seuil, a été publié avec le concours du Centre national du Livre. T. a disparu est sorti en octobre 2012 chez Riveneuve.

4ème de couverture :

T., une jeune Vietnamienne de Paris, disparaît emportant avec elle son corps, mais aussi toutes ses traces, y compris ses photos et son nom. Dans la pensée de son mari – le narrateur du roman –, ses souvenirs ne tiennent jamais en plus de trois lignes, au point que le lecteur doute de son existence. Qui est T. ?

L’enquête que mène le narrateur nous conduit dans la capitale à la rencontre des habitants de ses différents quartiers et sa banlieue, des immigrés dans les HLM de Clichy-sous-bois aux nouveaux riches de l’avenue Victor Hugo en passant par les Chinois du Treizième arrondissement. Roman à suspense, T. a disparu mêle ennui et divertissement, drame et dérision.

* * *

Thuan_AscenseurSaigonThuân, L’ascenseur de Saïgon. Traduit du vietnamien par l’auteure et Janine Gillon

Une jeune Vietnamienne mène l’enquête, après la mort subite de sa mère dans un ascenseur à Saïgon, sur un certain Paul Polotski que celle-ci avait rencontré dans la Prison Centrale de Hanoi, à la veille de la bataille de Dien Bien Phu. Entre Hanoi, Saïgon, Paris, Pyongyang et Séoul, son enquête va de fantôme en fantôme. Carnets d’errance, L’Ascenseur de Saïgon décrit avec ténacité et dérision les mutations du bloc communiste en Extrême-Orient. Dans ce roman à la fois contemporain et historique, aussi politique que tragique, Dien Bien Phu, Indochine et amour perdu ne sont que trompe-l’oeil d’une recherche exigeante et profondément personnelle. Après des études à Moscou, Thuân s’est installée à Paris qu’elle quitte parfois pour Hanoi, New York ou Berlin. Deux de ses précédents romans, Chinatown et T. a disparu, ont été traduits en français. L’Ascenseur de Saïgon est son sixième roman.

Source : CNL et Editions Riveneuve

Pour en savoir plus :