Archives par mot-clé : économie

William G. Clarence-Smith : Les mulets en Asie de l’Est et du Sud-Est dans la longue durée

Séminaire de l’Institut d’Asie Orientale

coordonné par Laurent Gédéon et François Guillemot

SeminaireIAO_2014_06_05

* * *

“Les mulets en Asie de l’Est et du Sud-Est dans la longue durée”

William Gervase Clarence-Smith

Professor of the Economic History of Asia and Africa, SOAS, University of London ; Chief Editor, Journal of Global History, London School of Economics & Cambridge University Press

5 juin 2014

Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30

Résumé : Les ânes sont arrivés en Chine autour du IIIe siècle avant JC, et les mulets sont devenus un pilier de l’économie du nord et de l’ouest de la Chine, ainsi que du Tibet, dès l’époque des Tang. La Chine est même devenu le principal pays muletier du monde entier. En revanche, les mulets n’ont eu qu’une position effacée en Corée, dans le nord du Sud Est Asiatique et aux Philippines. Dans l’espace musulman du Sud Est Asiatique et au Japon, l’on ne retrouve pas de mulets du tout. Les préjugés culturels et religieux ont joué un rôle important dans cette distribution inégale des mulets, mais aussi certains phénomènes économiques.

Source : IAO

La présence française au Viêt-Nam, réponse de Pierre Brocheux à “L’Histoire” (janvier 2014)

[ndlr] Nous publions ci-dessous le commentaire de Pierre Brocheux à propos du CR de l’exposition Indochine (Musée de l’armée) publié dans le n° 395 (janvier) de la revue L’Histoire.

J’ai sursauté en lisant le compte-rendu de l’historienne Huguette Meunier sur l’exposition “Indochine”, p.36 du dernier numéro de L’Histoire (395, janvier 2014). La dernière phrase télescope l’histoire de façon abrupte et erronée. Elle écrit : “La page française est définitivement tournée- même si subsiste à Saïgon une rue Pasteur et une rue Yersin”,  j’ai cru rêver, ….

Certes, en 1955, les troupes françaises évacuent le nord du 17ème parallèle mais les Français se replient sur le sud que l’armée française ne quittera qu’en avril 1956. En outre, l’armée laisse derrière elle environ 17 000 ressortissants français (européens, eurasiens et “Français de l’Inde” selon les termes de l’époque). Jusqu’en 1975, les grandes plantations d’hévéas (Michelin et d’autres), l’industrie automobile (Citroën pour le montage des “méharis”), les entreprises industrielles comme les Brasseries et Glacières d’Indochine, les laboratoires pharmaceutiques (Rhône Poulenc et Roussel-Uclaf) continuent de produire ; il y avait six lycées et autant d’écoles primaires (relevant de la Mission culturelle française) sans compter les établissements catholiques, les  Alliances françaises, où l’enseignement était donnée en français, tandis que des professeurs étaient détachés dans l’enseignement supérieur (médecine, sciences, lettres, écoles d’ingénieurs au centre polytechnique de Phu Tho aux portes de Saïgon).

On trouvait la même situation au Cambodge et au Laos où la France conserva des intérêts économiques et culturels importants, jusqu’en 1975. Au Laos même, à Seno, la France  conserva une base militaire aérienne jusqu’en 1963. Et figurez vous qu’à Hanoï, le lycée Albert Sarraut, n’a été fermé qu’en 1963…

Pierre Brocheux, professeur d’Histoire au lycée J-J Rousseau, à Saïgon, de 1960 à 1968.

Classe de 4e, Lycée Jean-Jacques Rousseau, Saigon. Prof. Pierre Brocheux. © AEJJR
Classe de 4e, Lycée Jean-Jacques Rousseau, Saigon, 1968. Professeur Pierre Brocheux. © AEJJR

Site de l’Amicale des anciens élèves du Lycée Chasseloup-Laubat / Jean-Jacques Rousseau (AEJJR).

Nguyen Van Phu: Vietnam’s Press Turns Partly Private

baochi_VietNam[ndlr] Evolution dans les pratiques de la presse éditée au Viêt-Nam. A lire sur Asia Sentinel, l’article de Nguyen Van Phu sur les débuts d’une privatisation partielle de la presse et de l’information en ligne. Focus également sur le phénomène des “bulletins électroniques” émanant de compagnies ou d’acteurs privés.

Stealth journalism takes over from the state-owned press

Travelling abroad as a journalist, I am frequently asked, “Does Vietnam have freedom of the press?” My beating-about-the-bush answer often starts with something like, “You have to understand that all press in Vietnam is owned by the government.”

Unfortunately, I can no longer get away with such an apologetic opening. Although nobody admits it, more and more Vietnamese newspapers and magazines, both printed and online, are owned by private companies. This encouraging trend may foster a free press as long as the government chooses to look the other way.

A quick visit to any sidewalk news stall in Hanoi or Ho Chi Minh City will confirm this trend. There one finds an array of familiar English-language mastheads such as Elle, Cosmopolitan, Harper’s Bazaar, Her World, Esquire or Women’s Health… on display with the content entirely in Vietnamese, partly localized and somewhat titillating. It is highly doubtful that Vietnam’s Politburo would care to educate its people on how to have the best date or why men cheat.

Read More : Asia Sentinel, 25/11/2013

IRASEC : L’Asie du Sud-Est 2013 Bilan, enjeux et perspectives – sous la dir. de Jérémy Jammes

ASE_2013Jérémy Jammes (sous la dir.), L’Asie du Sud-Est 2013 Bilan, enjeux et perspectives, Paris/Bangkok, Les Indes savantes/ IRASEC, 2013, 430 p.

ISBN (France): 978-2-84654-340-8 / ISBN (Thaïlande): 978-616-7571-10-0

Chaque année l’Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine (Irasec), basé à Bangkok, analyse les principaux événements politiques, économiques, sociaux, environnementaux ou religieux survenus dans l’ensemble du sous-continent asiatique. Établissant une rétrospective des faits majeurs de l’année 2012, ce livre aide à mieux comprendre les grands enjeux et les perspectives de l’année 2013 dans une région de près de 600 millions d’habitants qui, plus que jamais, joue un rôle d’interface entre les grands pôles asiatiques et l’Occident. Grâce au travail de terrain tout au long de l’année d’une vingtaine de chercheurs et d’experts, Asie du Sud-Est 2013 offre un décryptage d’une actualité asiatique complexe, dense et dynamique.

Outre une analyse claire et détaillée, Asie du Sud-Est 2013 propose de nombreux outils pratiques sur l’Asie du Sud-est : une chronologie des événements de l’année, les adresses des différents centres de recherche francophones et internationaux , une liste des formations et des centres de documentation relatifs à l’Asie du Sud-Est, une liste des principaux ouvrages publiés au cours de l’année, ainsi qu’un référencement des sites Internet institutionnels et communautaires sur la région.

Sommaire

  • Jérémy Jammes, Avant propos, pp. 15-20

Première partie : Les dossiers de l’année

  • Jean-Raphaël Chaponnière, La résilience économique de l’Asean, pp. 23-45
  • Pierre-Olivier Peytral et Jean-Christophe Simon, Défis énergétiques et climatiques en Asie du Sud-Est, pp. 47-68
  • Pierre Journoud et Hugues Tertrais, Militaires et politique en Asie du Sud-Est : des évolutions décisives ?, pp. 69-84

Deuxième partie : Débat

  • Quelle(s) société(s) civile(s) en Asie du Sud-Est ? Réflexions partagées sur la base d’un texte de Bernard Formoso, associant Romain Bertrand, Jérémy Jammes et François Robinne, pp. 87-106

Troisième partie : La région

  • Romain Caillaud et Renaud Egreteau, Birmanie. Changement d’époque, pp. 109-1209
  • Marie-Sybille de Vienne, Brunei. Plus l’on brille, mieux l’on prie ?, pp. 131-149
  • Grégory Mikaelian, Cambodge. Ad majorem pecuniae gloriam [Pour la plus grande gloire de l’argent], pp. 151-176
  • Anne-Fleur Delaistre, Indonésie. Entre renouvellement politique et enquête sur le passé, pp. 177-198
  • Vatthana Pholsena et Martin Rathie, Laos. Risques et gains d’une plus grande intégration régionale, pp. 199-217
  • Nathalie Fau, Malaisie. L’année des “promesses tenues” ?, pp. 219-242
  • François-Xavier Bonnet, Philippines. Une année de croissance… et d’espoirs, pp. 243-263
  • Éric Frécon, Singapour. La cité cinq étoiles ? Egalité – Démocratie – Justice – Progrès – Paix, pp. 265-283
  • Arnaud Dubus et Bruno Jetin, Thaïlande. L’abcès gonfle, pp. 285-312
  • Christine Cabasset, Timor-Leste. Dix ans d’indépendance, une année électorale sans faute et un retour sur l’échiquier géostratégique mondial, pp. 313-332
  • Laurent Gédéon et François Guillemot, Viêt Nam. “Xin lỗi” ou les dilemmes de l’Etat-Parti, pp. 333-360

Quatrième partie : Les Annexes

  • Chronologie de l’année 2012 (préparée par Fanny Louvel et Adrien Rebours), pp. 363-384
  • Centres, fondations et associations de recherche francophones sur l’Asie du Sud-Est, pp. 385-392
  • Formations relatives à l’Asie du Sud-Est 2012-2013, pp. 393-397
  • Principales parutions 2012 – Français et anglais, hors publications Irasec, pp. 398-405
  • Revues et presse francophones, pp. 406-408
  • Bibliothèques et centres de ressources, pp. 409-411
  • Sites institutionnels et communautaires sur l’Asie du Sud-Est, pp. 412-425

Le Laos fait son entrée à l’OMC

Emblem_of_LaosPlus de 15 ans après avoir présenté sa demande d’accession, le Laos deviendra officiellement samedi [02/02/2013] le 158e membre de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Pays pauvre, dirigé depuis 1975 par le Parti communiste, le Laos (ou République démocratique populaire lao) a dû mettre en œuvre de sérieuses réformes de son économie et de ses institutions avant d’être admis au sein de l’OMC. Le renforcement de la gestion des finances publiques a entre autres été mis en branle, ainsi que l’amélioration du système bancaire. L’ouverture de la Bourse de Vientiane en 2010, où les entreprises d’État ont été introduites, a entériné le passage à une économie de marché.

Avec une population de 6 millions d’habitants et un PIB qui a atteint 8,3 milliards de dollars américains en 2011, soit 320 $US par habitant, le Laos connaît une croissance forte et constante depuis près de 20 ans, qui se situe en moyenne entre 6 % et 8 %. Pour 2013, la Banque asiatique de développement prévoit une croissance de 7,9 % pour le pays.

Cette croissance est alimentée par l’augmentation des investissements étrangers, qui sont passés de 300 millions de dollars en 2005 à 1,5 milliard en 2011, selon des chiffres de la Banque mondiale. Ces investissements sont toutefois dans une proportion de 80 % orientés vers les secteurs de l’hydroélectricité et des mines.

Ainsi, le barrage de Nam Theun 2, construit par Électricité de France au centre du pays, vend 90 % de l’énergie qu’il génère à la Thaïlande, rapportant 80 millions de dollars par an à l’État laotien depuis 2010.

Par ailleurs, le secteur des services affiche une croissance importante, notamment grâce au tourisme. L’exploitation de la filière agroforestière est également priorisée par le pays, qui produit, en plus du bois en quantité, du maïs, du riz, de la canne à sucre, du caoutchouc, du manioc, du soja et du café.

Pourtant, malgré la forte croissance économique observée ces dernières années, le sous-développement du pays demeure. Cette situation s’explique par l’avènement d’une économie fortement tournée vers le marché extérieur, qui profite peu à la population.

De plus, la dette publique est élevée, à environ 55 % du PIB, le secteur bancaire reste fragile compte tenu d’une capitalisation insuffisante et le pays connaît un niveau élevé de corruption.

Avant l’OMC, le Laos a adhéré à la Zone de libre-échange de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) et à la Communauté économique de l’ASEAN.

Source : Radio Canada, 02/02/2013.

Voir aussi :

[AFP] Vietnam – L’économie fait naufrage, engloutissant les citoyens

Une vendeuse de rue passe devant une affiche marquant le 83e anniversaire de création du Parti communiste vietnamien. Les communistes célèbrent cet anniversaire pendant que leurs concitoyens tentent de survivre à la crise économique dont ils tiennent leurs dirigeants pour responsables.
© Agence France-Presse / Hoang Dinh Nam

Ruinés, les Vietnamiens montrent du doigt les communistes

Familles ruinées en Bourse, dépressions qui se multiplient ou bonus de fin d’année payés en chaussettes, de plus en plus de Vietnamiens sont touchés par une crise économique dont ils tiennent le gouvernement communiste pour responsable.

Après avoir lancé en 1986 la transition vers l’économie de marché, le Vietnam était vite devenu un modèle pour les pays de la région, grâce à une forte croissance, un afflux d’investissements étrangers et l’émergence d’une classe moyenne.

Mais le pays est désormais en plein marasme économique, à cause de décennies de mauvaise gestion, selon les experts. Et les Vietnamiens ont perdu leurs économies et leur confiance envers le gouvernement. « Ma famille n’a jamais été dans pire situation […]. Tous nos actifs ont disparu », commente Nguyen Thi Huong, 37 ans, qui travaille dans l’immobilier.

Ses revenus se sont raréfiés avec la stagnation du secteur, et elle a perdu tout son argent dans des investissements immobiliers et en Bourse. Alors elle a dû vendre son luxueux appartement de Hanoï et retourner vivre, avec sa famille, chez sa mère, dans un tout petit logement décrépi.

« Nos dirigeants doivent être tenus pour responsables de la situation désespérée du marché immobilier et de la crise économique actuelle », insiste-t-elle, au diapason de beaucoup de ses compatriotes. Loin de l’euphorie des années de forte croissance, jusqu’à un pic de 8,4 % en 2005. « Pendant cette période, tout le monde était surexcité, rêvant que le Vietnam devienne riche du jour au lendemain », se rappelle un analyste qui préfère garder l’anonymat. « Mais le gouvernement a fait des erreurs en matière de politiques macroéconomiques et les conséquences émergent maintenant. Elles touchent tout le monde de plein fouet ».

La crise du crédit, la hausse des faillites et la stagnation des marchés immobilier et boursier ont frappé la classe moyenne, et pas seulement au portefeuille. De plus en plus de Vietnamiens se font ainsi soigner pour dépression ou stress, selon les médias d’État. « Je n’ai jamais vu autant de patients qu’en 2012 venir pour des problèmes psychologiques » liés à la perte d’un travail ou à une faillite, souligne le Dr Le Hieu, d’un hôpital psychiatrique d’Ho Chi Minh-Ville, sur le site VietnamNet. Mais pour Tran Thanh Hung, propriétaire d’un magasin de meubles à Hanoï, ce n’est pas une surprise. « L’argent et la confiance de la population sont épuisés », relève-t-il.

La croissance a atteint son plus bas niveau en treize ans en 2012, à 5 %. Soit la « pire crise économique » du pays qui jusqu’alors souffrait d’une « longue maladie cachée », estime l’économiste Nguyen Quang A. « C’est comme une tumeur qui vient de surgir. Et cela force le parti communiste à y faire face », insiste-t-il.

Les problèmes sont légion, d’un secteur public mal géré qui cumule des dettes vertigineuses à un marché boursier qui a perdu la moitié de sa valeur depuis un pic en 2007, en passant par la crise d’un secteur bancaire plombé par les créances douteuses. Et le parti communiste qui exerce un pouvoir sans partage ne semble pas prêt à s’attaquer aux groupes d’intérêts puissants qui ont paralysé l’économie, note les experts.

Alors plus de 55 000 petites et moyennes entreprises ont mis la clé sous la porte l’an dernier selon les chiffres officiels, entraînant une hausse du chômage. Des conséquences qui se font d’autant plus sentir en cette période de Nouvel An lunaire vietnamien, dont les célébrations ont commencé dimanche et qui est traditionnellement accompagné des bonus de fin d’année.

Mais beaucoup d’entreprises ont dû faire des économies. Ainsi Tran Thi Hai, ouvrière du textile, a reçu 70 paires de chaussettes au lieu d’un 13e mois de salaire, selon la presse d’État. « Je vais les vendre dans les rues pour avoir un peu d’argent. C’est mieux que rien ».

Paru dans Le Devoir (Montréal), 14/02/2013

Péninsule n° 64 : Etudes khmères ? 1 – Outils pour une approche du Cambodge contemporain

[ndlr] La revue Péninsule consacre deux numéros au renouvellement des Etudes khmères en France. Le premier numéro intitulé “Outils pour une approche du Cambodge contemporain” vient de paraître. Il propose en neuf tableaux un parcours pluridisciplinaire dans l’histoire et la société du Cambodge contemporain. Il s’agit de faire le point sur les thématiques privilégiées par la khmérologie actuelle. Les analyses sur l’historiographie et la religion côtoient l’histoire quantitative ou la science-politique et s’intéressent aux récentes transformations culturelles, urbaines, spatiales et économiques de ce pays.

Cette initiative est le fruit d’un colloque organisé conjointement par l’Association d’Echanges et de Formation pour les Etudes Khmères (AEFEK), l’Institut National des Langues et Civilisations orientales (INALCO) et le Centre Asie du Sud-Est (CASE) du CNRS. Rappel ci-dessous des résumés en ligne sur le site de la revue Péninsule.

 

I. Les cadres culturels hérités

L’emprunt et l’empreinte culturelle khmère

Jacques DOLIAS, Docteur en études khmères (INALCO).

La société cambodgienne marque sa vitalité et son originalité par la manière dont elle a adopté les mythes, récits et légendes empruntés, qu’ils proviennent de l’Hindouisme (exemple du dieu Viśvakarman) ou du Bouddhisme (témoignage de la déesse Terre Braḥ Dharaṇī peu avant l’illumination du Bouddha). Elle a réajusté les emprunts à l’aune de son propre univers légendaire et animiste. Dans leurs choix, les Khmers n’ont pas manqué non plus de reconnaître quelques-uns des éléments mythologiques ou religieux orientaux que les anciennes populations austro-asiatiques véhiculèrent d’est en ouest, dont certains furent intégrés aux mythes indiens.

De la religion au Cambodge comme phénomène historique

Alain FOREST, Professeur à l’Université Paris-VII-Denis Diderot.

Cet article présente un essai d’histoire religieuse du Cambodge, à paraître aux éditions Les Indes savantes (Paris, 2012). Il s’agit, d’une part, de tenter une histoire ‘générale’, des origines à nos jours – en étant conscient des limitations d’un tel projet ; d’autre part, d’établir un lien constant entre histoire religieuse et histoire de la société cambodgienne. L’ouvrage épouse les données classiques concernant la chronologie des grands mouvements religieux au Cambodge tout en accordant une attention particulière aux synthèses entre ces grands mouvements et les expressions populaires locales. Il met ainsi en lumière la capacité enveloppante du bouddhisme mais aussi quelques-unes de ses limites : le rapport à l’animalité, le devenir des défunts… Il interroge également la portée socio-politique des réformes du bouddhisme depuis le début du XXe siècle.

* * *

II. Du protectorat à l’indépendance

Gens de la rizière à l’époque du protectorat français. Essai d’histoire quantitative sur l’accès à la terre des paysans khmers

Mathieu GUÉRIN, chargé de recherche au Centre de Recherche en Histoire Quantitative, UMR 6583 CNRS.

Le traitement des archives cambodgiennes et françaises sur la période du protectorat français au Cambodge par les méthodes de l’histoire quantitative permet d’aller bien au-delà de la récolte des informations contenues dans les sources. L’utilisation des documents fiscaux, judiciaire et administratif émis par les administrateurs cambodgiens et français de Kompong Thom au début des années 1930, permet ainsi de montrer que l’accès à la terre n’était pas assuré pour tous, mais aussi que les femmes pouvaient jouer un rôle important en tant que chef d’exploitation agricole ou encore que la société villageoise cambodgienne était largement dominée par les hommes de la tranche d’âge 40-60 ans.

Relire l’historiographie des Cambodgiens

David CHANDLER, Professeur émérite à l’Université de Monash.

L’historiographie cambodgienne, traditionnellement limitée au genre des chroniques royales (rājabaṅsāvatār), a pris son envol sous le régime de Lon Nol (1970-1975), avant de s’altérer sous les Khmers Rouges (1975-1979) lorsque les gens du commun ont été forcés de penser à eux-mêmes ainsi qu’à leur société en des termes narratifs. Aujourd’hui libérée des contraintes de son cadre traditionnel, l’histoire nationale cambodgienne revêt un intérêt plus grand qu’il ne l’a jamais été pour la plupart des Khmers.

 Khmers et autochtones : des études orientalistes aux idéologies ethnonationalistes

Catherine SCHEER, doctorante en ethnologie, Centre Asie du Sud-Est, CNRS/EHESS, UMR 8170.

Cet article se propose d’étudier la place qui fut attribuée au Cambodge à ceux qu’on regroupe aujourd’hui sous le titre de « minorités autochtones nationales ». Avant d’aborder des thèses ethno-nationalistes forgées par les élites cambodgiennes depuis l’indépendance, il s’agira de retourner à des travaux de khmérologues qui leur ont servi de sources d’inspiration. On peut enfin s’interroger sur l’influence que de telles constructions idéologiques ont pu avoir sur la manière dont ces minorités définissent aujourd’hui leur identité au sein de la nation khmère.

* * *

III. Les bouleversements urbains

À la recherche des savoirs urbains. Les enjeux socio-spatiaux du marché du logement à Phnom-Penh

Gabriel FAUVEAUD, doctorant en géographie, ATER à l’IEDES, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 8586-PRODIG.

L’accélération des investissements immobiliers locaux engendre une transformation rapide des espaces urbains de Phnom Penh. Au-delà des stratégies économiques, l’organisation des échanges et de la construction de logements sont tributaires de l’accès à certaines ressources socio-spatiales. La mobilisation par les individus et les groupes de leur capital spatial, la sollicitation de leurs réseaux socio-spatiaux et la captation d’informations territoriales semblent être des enjeux de premier plan dans le déploiement des
stratégies immobilières.

Siem Reap : processus et enjeux de la fabrication d’une ville touristique

Adèle ESPOSITO, docteur de l’Université Paris Ouest-Nanterre. Laboratoire IPRAUS de l’ENSAPB

La ville de Siem Reap, située aux portes du site d’Angkor, connaît, depuis l’inscription de ce dernier dans la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO (1992), un développement sans précédents. L’article examine les processus de fabrication urbaine qui mettent en échec les nombreux documents de planification proposés par des experts de la coopération internationale. L’analyse des démarches et des logiques de l’activité constructive offre des clés de compréhension, en montrant que promoteurs et investisseurs élaborent des procédures qui contournent le cadre réglementaire et leur permettent d’accéder à un véritable pouvoir de transformation de la ville.

Des bidonvilles aux nouveaux-villages (bhūmi, dī kruṅ, bhūmi thmī). Sémantique des nouvelles formes urbaines du Cambodge et ses enseignements géographiques

Julie BLOT, Doctorante en géographie et ATER à l’Université Paris- Sorbonne, Laboratoire ENeC (UMR 8185).

Cet article se penche sur la géographie khmère à travers les termes désignant à la fois les entités traditionnelles, telles que la ville et le village, mais aussi de nouveaux espaces comme la banlieue et le bidonville. Quant aux « sites de relocalisation », créés pour accueillir les bidonvillois chassés du centre-ville, la langue peine à traduire une réalité apparue trop brutalement. Les mots désignant ces lieux nous renseignent sur la façon dont les Cambodgiens perçoivent les mutations urbaines contemporaines.

* * *

IV. Bilan économique

Le Cambodge entre réalité économique et fiction statistique (1990-2010)

Marie-Sybille de VIENNE, professeur des universités, INALCO, directrice du Centre d’études sur l’Asie du Sud et du Sud-est (ASIES EA 4512)

En 1970, le profil productif élémentaire (corrélation du PNB et du PNB/capita) du Cambodge le situait dans la même catégorie que le Sri
Lanka, dans une position voisine de celle du Cameroun. La même opération effectuée à l’année 2010 révèle un profil comparable à celui du Mali, loin derrière les deux pays précédemment cités. Pour autant, une plus ample analyse statistique, couplée à un passage sur le terrain, montre une activité économique n’ayant que peu à voir avec celle du Mali, alimentée par des investissements étrangers (IDE) qui, cumulés, représentent près de 60% du PNB : le Cambodge se retrouve ainsi au 4e rang de l’ASEAN. Qui plus est, les flux d’aide au développement sont supérieurs aux IDE. Quel est donc l’incidence de ce double apport en capitaux sur l’économie cambodgienne ?

Documents en ligne en pdf :

Source : Revue Péninsule