Archives par mot-clé : économie de marché

Laos, Sociétés et pouvoirs (V. Bouté et V. Pholsena, dir.) – CR de lecture de Ambre-Emilie Saillio Arquier

“Les flux entrants d’IDE ont dépassé 800 millions d’USD grâce au régime relativement libéral et favorable aux investisseurs de la RDP lao” peut-on lire dans le dernier examen des politiques commerciales de la République démocratique populaire lao effectué par l’Organisation mondiale du commerce en 2019. Ce qualificatif de “régime relativement libéral” est l’aboutissement d’une politique menée par le Parti Révolutionnaire populaire Lao, Parti-Etat à la tête du Laos, depuis 1986 où lors de son quatrième Congrès le parti entérine officiellement le “Nouveau mécanisme économique” (ouverture au marché). Dans l’ouvrage Laos. Sociétés et pouvoirs, ce tournant est à la fois analysé comme un moyen pour le Parti de se maintenir au pouvoir et comme un marqueur de changement social impliquant de nouveaux enjeux et de nouvelles dynamiques.

L’objectif de cet ouvrage est justement “de montrer, dans le contexte actuel des réformes économiques et sous l’angle de la perspective historique, la reconfiguration des rapports entre Etat et sociétés au Laos” (page 10), de façon à ce que les changements sociaux ne nuisent pas à la pérennité du pouvoir communiste.

Pour ce faire, les auteurs se sont en partie appuyés sur les travaux d’autres chercheurs, en particulier ceux de Grant Evans, d’Yves Goudineau et de Michel Lorrillard. Cependant, comme cela est souligné dans l’introduction, ces travaux n’abordent pas directement les thématiques du changement social, des structures et des pratiques politiques du Laos contemporain. Afin de mener à bien leur projet, les auteurs de l’ouvrage ont ainsi collecté des récits et mené des études de terrain (en participant à des cérémonies, observant des monuments…) s’inscrivant dans leur volonté de considérer les structures et agents locaux de l’Etat et la pluralité des individus.

Les conclusions issues de ces recherches débouchent sur trois parties, organisées autour de “trois logiques d’acteurs”, premièrement “celle du Parti”, puis “celle de la société civile” et finalement “celle des réseaux internationaux” (p. 12).

Le parti et ses stratégies de légitimation

La première partie vise à expliciter la façon dont le Parti s’est constitué, imposé, et a mis en place des stratégies visant à se maintenir au pouvoir.

Une première contribution, que l’on doit à Martin Rathie, commence ainsi par retracer l’histoire et l’évolution du Parti révolutionnaire populaire lao. En plus d’offrir un développement chronologique mettant en évidence l’influence qu’a eue le Parti Communiste Indochinois sur les mouvements nationalistes au Laos (notamment le Lao Issara), ce qui explique le lien entre indépendance et révolution, M. Rathie s’appuie sur les entretiens d’acteurs et de témoins afin de faire émerger les parcours des principaux acteurs du Parti, ayant par la suite eu une place centrale dans la vie politique du pays. Il met aussi déjà en évidence le lien ambigu qu’entretient le Parti avec la monarchie (le premier renversant la seconde) traduit par la figure du prince Souphanouvong, dit “Prince rouge”. Le chapitre se termine sur l’adoption du “nouveau mécanisme économique” par le Parti.

Le chapitre suivant semble adopter une démarche opposée. En effet, Vatthana Pholsena entend “partir du bas” (p. 46) en s’intéressant à la façon dont des individus anonymes ont intégré l’appareil du Parti. Plus particulièrement, elle retrace la trajectoire d’adolescents enrôlés dans les rangs du Parti par le biais d’écoles-pensionnats dont l’objectif est d’“engendrer l’homme nouveau socialiste” (p. 48). On retient notamment le témoignage de Kham qui explique “Mes parents étaient de pauvres paysans […] il [son oncle, cadre révolutionnaire] insista pour que je puisse partir étudier, acquérir une éducation, pour que je ne devienne pas une personne ignorante comme eux”, qui met l’accent sur le fait que ces écoles soient vues comme des opportunités pour certains. D’ailleurs, V. Pholsena explique qu’après la Révolution, beaucoup de ces enfants, quels que soient leur genre et leur classe sociale, deviennent fonctionnaires. Cela est à l’origine d’une idée d’ascension sociale qui a été un élément de légitimité pour le régime.

Le chapitre suivant, écrit par Olivier Tappe, est d’ailleurs entièrement consacré aux stratégies de légitimation mises en place par le Parti. Il met en évidence la célébration conjointe, et paradoxale, de figures révolutionnaires, monarchiques et du bouddhisme. De fait, les figures révolutionnaires et monarchiques ont un même objectif de mise en lumière d’un Laos menant des luttes et des combats, là où le bouddhisme correspond davantage à une dimension morale et culturelle positive. L’idée d’une lutte et d’une culture communes à l’ensemble des Laotiens que représenterait le Parti fait de ce dernier un pilier de l’identité du pays dans l’imaginaire (pour reprendre un terme utilisé par Benedict Anderson sur lequel O. Tappe s’appuie) populaire, ce qui est un élément de sa durabilité.

Une société civile entre mutations et migrations

La deuxième partie vient se situer à l’échelle des individus, en s’intéressant aux dynamiques d’innovation des communautés villageoises, groupes ethniques, familles afin de répondre aux mutations touchant le Laos depuis la seconde moitié des années 1990.

Dans un premier chapitre, Olivier Evrard vient ainsi s’intéresser aux migrations de la communauté khmou selon une approche biographique. Ces migrations sont voulues par l’Etat (dans le cadre de projets de développement rural visant à rassembler des villages de montagne dans les vallées, développer les cultures de rente et lutter contre l’agriculture sur brûlis) mais grâce aux témoignages individuels qu’il collecte, O. Evrard parvient à mettre en évidence une divergence au sein des migrations khmou, liée à leurs relations avec le Parti. En effet, les Khmou rok, historiquement plus proches du Parti, semblent davantage bénéficier des migrations (leur permettant une ascension sociale) que les Khmou youan.

Une divergence de trajectoire migratoire est aussi mise en avant dans la contribution de Vanina Bouté. En effet, celle-ci explique que trois types de populations sont à distinguer dans le mouvement de migration vers les villes (capitales de province ou chefs-lieux de district de tailles plutôt modestes) encouragé de façon détournée par l’Etat : les premiers habitants – déjà présents sur les lieux -, les fonctionnaires – qui sont les premiers à migrer dans les villes – et les paysans – qui arrivent dans les années 1990, encouragés ou plutôt poussés par l’Etat. Malgré des stratégies individuelles adoptées par ces derniers (s’inscrire dans un réseau familial ou communautaire au sein de la ville d’installation et partir avec un certain capital économique), ils sont davantage victimes de la pression foncière et connaissent de plus grandes difficultés que les fonctionnaires, sans que l’Etat ne leur apporte d’aide.

Ces migrations ont aussi la particularité de mener à l’apparition de villages multiethniques, comme celui de Thongnamy dans lequel s’est rendu Pierre Petit.  Ce dernier y assiste à trois cérémonies : un mariage interethnique, la fête du greh (dans sa version interne au foyer et dans sa version publique) et Noël. Il explique alors qu’il existe une familiarité des Khmous avec les usages rituels de la société Lao, qu’il y a une sorte de revendication d’appartenance à un groupe lors des fêtes publiques où les rituels sont mis en scène, et que la célébration d’une fête comme Noël, récemment intégrée, offre de nouveaux points de repère à la communauté interethnique en formation.

Nouvelles dynamiques à l’œuvre

Finalement, la troisième et dernière partie quitte complètement l’échelle individuelle pour analyser les dynamiques Etat-Société sous le prisme de l’ouverture internationale de l’économie du pays, avec un point de vue très contemporain allant jusqu’aux suppositions concernant l’avenir du Laos.

Danielle Tan commence par mettre en évidence l’influence qu’a la Chine sur le Laos (ce dernier accueillant des flux de toutes sortes, mais notamment d’importants investissements, en provenance de la principale puissance de la région). Pour autant, D. Tan écarte la thèse d’un néo-colonialisme chinois pour mettre en lumière les intérêts que représente cette présence chinoise pour l’Etat Laotien. En effet, la Chine vient au Laos épauler l’Etat dans le renforcement de l’économie, la mise en valeur du territoire. Elle fait aussi office de médiateur entre l’Etat et l’économie globale, et, par la mise en place de zones économiques spéciales, elle prend pied dans des territoires que l’Etat a du mal à maîtriser. Là où nous pourrions voir une perte de souveraineté de l’Etat Laotien au profit de la Chine, D. Tan parle au contraire d’une “souveraineté graduée” (p. 181) de l’Etat laotien qui ne serait pas possible sans la Chine dans certaines régions.

Ces liens entre le Laos et la Chine témoignent de l’entrée du premier dans la mondialisation, entrée ayant des conséquences sociales que souligne Annabel Vallard dans l’ultime chapitre. En s’intéressant à la filière textile, cette dernière montre en effet que le tissage traditionnel laisse place aux “entreprises artisanales à vocation internationale” (page 194) régies par les lois du marché (division du travail, prototypes, système hiérarchique, dépôt de copyrights, marketing…).

***

Pour conclure, nous pouvons dire que cet ouvrage à la structure et aux démarches très claires, nous montre comment le Parti-Etat a su s’adapter, s’ouvrir à la mondialisation tout en gardant le contrôle et en influençant les dynamiques sociales ayant résulté de ces adaptations afin de se maintenir.

Loin d’offrir un exposé théorique, il présente des observations et des analyses très localisées permettant de saisir des réalités (mais, forcément, d’une façon qui ne saurait être exhaustive, l’ouvrage n’a d’ailleurs pas pour ambition de saisir toutes les réalités, comme nous pouvons le lire dans l’introduction : “en raison de ce parti pris méthodologique – analyser les logiques de différents acteurs – cet ouvrage n’a pas pour objectif d’être exhaustif”, p. 11). 

Au-delà de la problématique principale, d’autres thèmes traversent les chapitres. On pense notamment à une approche géopolitique, insistant tout au long de l’ouvrage sur les liens historiques et antérieurs à la colonisation unissant le Laos avec le Vietnam et la Chine, liée à une forte composante géographique (avec par exemple l’étude des migrations temporaires de travail s’intéressant à la longue histoire des migrations temporaires des Khmous vers la Thaïlande).

Cependant, nous pouvons dire que la coexistence de nombreux thèmes, ainsi que de diverses échelles (échelle du pays, échelle individuelle puis échelle régionale et internationale) rendent parfois plus difficile à saisir le lien avec la problématique, tout en permettant d’ouvrir de nombreuses pistes de recherche.

Bibliographie :

  • Anderson, Benedict, L’imaginaire national, réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte, 2002.
  • Bouté, Vanina, En miroir du pouvoir : Les Phounoy du Nord Laos: ethnogenèse et dynamiques d’intégration, Paris, Ecole française d’Extrême-Orient, 2011.
  • Evans, Grant, Laos. Culture and Society, Chiang Mai, Silkworm Books, 1999.
  • Goudineau, Yves et Michel Lorrillard, Recherches nouvelles sur le Laos, Paris, Ecole française d’Extrême-Orient, 2008.
  • Mariani, Léo, « Laos. Sociétés et pouvoirs », Moussons. Recherche en sciences humaines sur l’Asie du Sud-Est, no 21, 15 juin 2013, p. 157-159. Recension.
  • Tan, Danielle, Du communisme au néolibéralisme : le rôle des réseaux chinois dans la transformation de l’Etat au Laos, Thèse de doctorat en Science politique, Paris, Institut d’études politiques, 2011. Sous la direction de Françoise Mengin.

Ambre-Emilie Saillio Arquier, promotion ASIOC 2021-2022.

Ambre-Emilie Saillio Arquier est étudiante en première année en Histoire à l’ENS de Lyon.


Photographie “à la une” : © 2015 Didier Marti

Kirsten W. Endres, Ann Marie Leshkowich (eds.) : Traders in Motion. Identities and Contestations in the Vietnamese Marketplace

[ndlr] Parution. Présentation de l’éditeur.

Traders in Motion

Identities and Contestations in the Vietnamese Marketplace
Edited by Kirsten W. Endres, Ann Marie Leshkowich

With essays covering diverse topics, from seafood trade across the Vietnam-China border, to street traders in Hanoi, to gold shops in Ho Chi Minh City, Traders in Motion spans the fields of economic and political anthropology, geography, and sociology to illuminate how Vietnam’s rapidly expanding market economy is formed and transformed by everyday interactions among traders, suppliers, customers, family members, neighbors, and officials.

The contributions shed light on the micropolitics of local-level economic agency in the paradoxical context of Vietnam’s socialist orientation and its contemporary neoliberal economic and social transformation. The essays examine how Vietnamese traders and officials engage in on-the-ground contestations to define space, promote or limit mobility, and establish borders, both physical and conceptual. The contributors show how trading experiences shape individuals’ notions of self and personhood, not just as economic actors, but also in terms of gender, region, and ethnicity. Traders in Motion affords rich comparative insight into how markets form and transform and what those changes mean.

Ref. : Endres, Kirsten W., and Ann Marie Leshkowich, eds. Traders in Motion: Identities and Contestations in the Vietnamese Marketplace. Southeast Asia Program Publications, Cornell University Press, 2018.

TABLE OF CONTENTS

Introduction: Space, Mobility, Borders, and Trading Frictions
ANN MARIE LESHKOWICH AND KIRSTEN W. ENDRES

PART I. Space, Place, and Contentious Politics of Market Redevelopment
Introduction: The Spatial Politics of Marketplaces
LINDA J. SELIGMANN

Chapter 1
Making the Marketplace: Traders, Cadres, and Bureaucratic Documents in Lào Cai City
KIRSTEN W. ENDRES

Chapter 2
“Run and Hide When You See the Police”: Livelihood Diversification and the Politics of the Street Economy in Vietnam’s Northern Uplands
SARAH TURNER

Chapter 3
Grand Designs? State Agendas and the Lived Realities of Market Redevelopment in Upland Northern Vietnam
CHRISTINE BONNIN

Chapter 4
Ghost Markets and Moving Bazaars in Hanoi’s Urban Space
GERTRUD HÜWELMEIER

PART II. Circuits of Mobility, Identities, and Power Relations
Introduction: Moving and Shaking
ERIK HARMS

Chapter 5
A Mobile Trading Network from Central Coastal Vietnam: Growth, Social Network, and Gender
HY VAN LUONG

Chapter 6
Money, Risk Taking, and Playing: Shifting Masculinity in a Waste-Trading Community in the Red River Delta
MINH T. N. NGUYEN

Chapter 7
“Strive to Make a Living” in the Era of Urbanization and Modernization: The Story of Petty Traders in a Hanoi Peri-urban Community
NGUYỄN THỊ THANH BÌNH

Chapter 8
Dealing with Uncertainty: Itinerant Street Vendors and Local Officials in Hanoi
LISA BARTHELMES

PART III. Borderwork
Introduction: Constructing, Maintaining, and Navigating Boundaries
CHRIS GREGORY

Chapter 9
Regulations and Raids, or the Precarious Place of Gold Shops in Vietnam
ALLISON TRUITT

Chapter 10
Moralities of Commerce in a Northern Vietnamese Trading Community
ESTHER HORAT

Chapter 11
Fuel Trade: People, Places, and Transformations along the Coal Briquetting Chain
ANNUSKA DERKS

Chapter 12
Arbitrage over the Beilun/Kalong River: Chinese Adjustments to Border Trade Practices in Vietnam
CAROLINE GRILLOT

Afterword
GRACIA CLARK

Contributors:
Lisa Barthelmes, Christine Bonnin, Gracia Clark, Annuska Derks, Kirsten W. Endres, Chris Gregory, Caroline Grillot, Erik Harms, Esther Horat, Gertrud Hüwelmeier, Ann Marie Leshkowich, Hy Van Luong, Minh T. N. Nguyen, Nguyen Thi Thanh Binh, Linda J. Seligmann, Allison Truitt, Sarah Turner.

Source : Cornell University Press

Do Benoît Hien & Pham Quang Minh : Nouvelles élites économiques vietnamiennes

[ndlr] Parution d’un numéro intéressant de la revue Études Vietnamiennes (N°3-2017, 205) sur les élites économiques de la RSVN. Extrait de l’introduction (p. 5-6, corrigée par nos soins) de cette étude rédigée en 2015.

Un regain d’intérêt se dessine ces dernières années dans de nombreuses disciplines à l’égard des études sur les élites économiques. Cet objet de recherche prend une résonance particulière dans le contexte actuel de crises financières et économiques ainsi que de remise en cause de modèles managériaux. Qu’est-ce qui, aujourd’hui, assied l’autorité économique ? Les détenteurs de cette autorité et leurs critères d’éligibilité sont plus que jamais variés : la propriété du capital, le diplôme, le poids des réseaux sociaux, l’appartenance politique. Les trajectoires ou les modes de sélection pour accéder à un tel statut ne semblent pas, en tout cas, suivre un schéma-type.

Au Vietnam, l’intérêt porté à ces questions est d’autant plus légitime que l’environnement sociopolitique vietnamien connaît des tournants majeurs. Près de trois décennies après le lancement de la politique de “renouveau” (doi moi), lors du VIe Congrès du Parti communiste en 1986, l’économie vietnamienne, laboratoire des réformes, se voit muter d’un régime de gestion centralisateur et dirigiste à ce que l’on appelle désormais une “économie de marché à orientation socialiste”. Les objectifs de modernisation et d’industrialisation du pays, ainsi que l’ouverture et l’intégration internationales bouleversent le paysage économique et changent en profondeur ses acteurs.

Peut-on parler de l’émergence d’élites nouvelles dans une économie métamorphosée, bon gré mal gré, par la politique nationale d’ouverture et d’intégration internationale ? Ce renouvellement porte-t-il les caractéristiques de la “transition” – terme utilisé pour qualifier la longue et singulière étape de développement politico-économique du Vietnam – initiée dès les années du doi moi et dans laquelle le pays se situe toujours en 2015 ?

Cette étude se propose de mettre en relief ce passage de l’ancien au nouveau mode de gestion économique et de questionner s’il  a donné lieu au remplacement d’une élite par une autre, ou à l’arrivée de nouveaux membres venus se greffer aux représentants de l’élite ancienne. Cette analyse de l’évolution des élites économiques vietnamiennes sur plus de deux décennies vise ainsi à explorer les changements et/ou les constances dans le profil et les parcours des dirigeants d’entreprise, notamment à l’heure où le pays s’engage plus profondément dans l’intégration internationale, parallèlement aux mutations du socialisme vietnamien. […]

Do Benoît Hien & Pham Quang Minh

  • Attention : Pour les personnes intéressées, l’intégralité de ce numéro est disponible en téléchargement libre sur le site de l’IRASEC : Carnet de l’Irasec

Vietnam Update: The Politics of Life – Call for Papers

[ndlr] Appel à communications.

CALL FOR PAPERS

2017 Vietnam Update: The Politics of Life

20-21 November 2017

Australian National University, Canberra

Vietnamese people often tell their foreign visitors that Vietnam is the most secure place in the world. The country has no terrorists, no political disorder, and the police are second to none. Decades of devastating warfare are long-past. Poverty is declining and incomes are rising in a region with good economic prospects. People in Vietnam appear to fling themselves at life’s everyday challenges with intensity and no little optimism.

But Vietnamese today are questioning ends and means, particularly as they relate to human security; they thirst for transparency and reliable ways to assert control over life. In the country and the city, in material, ideological and psychological realms, and at local, national and regional scales, the ability to feel secure is slipping away. This leads to high system maintenance costs and exhaustion as people exert themselves to amass the means and the trust they require to obtain existential security. Increasingly, questions are being asked as to whether life might be lived in a better way.

This Vietnam Update is dedicated to exploring the politics of life in Vietnam. The organisers call for original research papers that address the following sets of questions:

  1. For many Vietnamese, the most significant risks to life come from their own region as neighbours stake claims and leverage power asymmetries in ways perceived to be detrimental to the very existence of the country. Doubts about co-ordinating mutual security through ASEAN co-exist with concerns about the merits of rapprochement with America. Preoccupations with China manifest in anxieties about encirclement, infiltration, collusion, manipulation and incitement. How are such anxieties given voice and how does the government respond? Online criticisms and protests by activists are met with repression, but throughout the country – both within the government and beyond  – debate rages about how to secure the nation. One of the deepest questions is: who is to be trusted with the nation’s security?
  2. The recent censure and demotion of high level leaders for misconduct or poor performance attests to the openly competitive nature of political power. Party leaders continue to warn about the threats posed by ideological and moral degradation, but are there indications that leaders are being selected according to new standards of meritocratic governance? It has become conventional to tie political outcomes to factional power struggles or a contest over the spoils of patronage but to what extent does politics represent a contest between alternative visions for how the country should be governed and how life is to be lived?
  3. Capitalist market relations are central to gaining access to basic life needs formerly obtained through government programs, state enterprises and co-operatives, or via family, community or customary economies. Market logics influence the supply of housing, land, food, healthcare and education, and most government services attract formal or informal user fees. The pursuit of market efficiencies is linked to precarious livelihoods, indebtedness, and widening social disparities. How are such processes experienced and debated within Vietnamese society? Are there attempts to push back against or mitigate the commoditisation of life?
  4. Technology, industry, science and new production and exchange systems have unleashed material plenty and improved life for tens of millions of people. However, doubts about the benefits of headlong modernisation appear in concerns about the harm done by chemical effluents, carcinogens, pesticides and unsafe food, along with urban expansion, traffic chaos and unsafe workplaces. Agrarian intensification, agricultural commoditisation and land concentration have increased productivity but also engender livelihood insecurities and pose existential threats to rural communities and customary ways of life. In what ways are citizens suturing gaps and controlling such risks through mutual assistance, security from below, or deliberative modes of living and being?
  5. For a number of Vietnamese, the material, spiritual and psychological strains of modern life are such that a retreat into simpler modes of living, equated with the past, offers an appealing alternative. At the same time, tradition is blamed for ills as diverse as corruption, excessive drinking, age, gender and ethnic hierarchies, and doctrinaire thinking. As youths study abroad and gain exposure to the cultures of the world, many are led to wonder: what values and institutions work? Do Vietnamese need a state religion, a prescribed traditional or ‘Western’ culture, civics lessons, or democracy to have the means to obtain security and hold each-other to account?
  6. One of the most intriguing developments in the politics of life come from networks of activists who use media, community affiliations and ties to government insiders and resources to vocally and persistently oppose official development projects, land confiscations and foreign investments considered harmful to human wellbeing. Recent actions range from social media campaigns to sit-ins, flash demonstrations, and the capture of public officials by frustrated villagers. In this workshop we are interested to explore whether the politics of material security represents a singular domain in which citizens may significantly oppose or influence government decisions and development directions through engaging in overt political action perhaps in ways not seen previously in Vietnam.

The organisers are seeking proposals for papers on these themes to be presented at a conference to be held at the ANU, Canberra on 20-21 November 2017.

Proposal Submission:
Interested contributors should send their proposals and a one page CV to Philip Taylor by 20 June 2017. Email: Philip.taylor@anu.edu.au

Each proposal should be no longer than 600 words. The proposal should outline how the paper relates to the issues highlighted in the above sets of questions and the kind of research the paper will be based on. Preference will be given to papers that promise a rich analysis and have an interdisciplinary dimension. The conference organisers will then decide which proposals to accept. We will then extend invitations to the authors of the selected proposals to prepare and present their papers to the conference. The organisers also reserve the right to solicit papers, if necessary, from individuals who did not submit proposals.

Funding for travel and accommodation is available and details will be discussed later with each paper presenter.

Paper Specifications:
The paper itself should be submitted 30 days before the date of the conference.

The paper should not exceed 10,000 words and it should include appropriate bibliography and citations. Each paper should include an abstract of 250 words.

Presentation and Publication:
We envisage about twelve paper presentations during a two day workshop in Canberra on 20-21 November 2017. At the Update each author will have approximately 40 minutes to summarise what her/his paper argues and the evidence used.

The conference will also include presentations about recent political and economic developments in Vietnam.

Organisers request the right of first refusal with regards to publishing the accepted papers, which may be included, subject to any necessary revisions to meet publication requirements, in a refereed book or journal collection that we hope will be published within a year of the conference.

For more information on this Vietnam Update theme or questions about paper proposals please contact Philip Taylor (philip.taylor@anu.edu.au).

Vietnam Update Committee: Huong Le Thu; Phuc To; Ashley Carruthers; Kim Huynh; David Marr; Tana Li; Benedict Kerkvliet; Sango Mahanty.