Archives par mot-clé : économie

Angie Ngoc Tran : Workers say no to Vietnam’s ‘Special Exploitation Zones’

[ndlr] A lire sur New Mandala. Analyse détaillée de Angie Ngoc Tran sur le projet controversé de trois nouvelles zones économiques spéciales au Viêt-Nam

On Sunday, 10 June 2018, thousands of people took to the streets in major Vietnamese cities—Nha Trang, Binh Thuan, Hanoi, and Ho Chi Minh City, among others. Academics, independent journalists, and overseas Vietnamese signed petitions to join in their protest against the Draft Law on the 99-year lease of the three Special Administrative and Economic coastal zones in Vietnam. Workers, too, went on strike in two industrial zones in Long An and Tien Giang provinces. These collective actions led to a concession from the government: it would delay the National Assembly’s ratification of the Draft Law to its next meeting.

Why now, given that the idea of these three special economic zones was “old news”, having been announced in May 2017? It turns out that lack of transparency about the details of the Draft Law—made available only before a vote in the June 2018 session of the National Assembly—had triggered these massive protests.

Lire la suite : New Mandala, 18/07/2018.

Illustration à la une :  © Nguyen Peng

François Guillemot : Le « Renouveau » vietnamien, bilan provisoire [Fils Rouges Vietnam]

[ndlr] Résumé de notre intervention à la conférence Fils Rouges Vietnam du samedi 30 juin 2018.

Dans cette présentation succincte de trente minutes, l’auteur balaie 30 ans de la politique vietnamienne du « Renouveau » (Đổi Mới) en partant de la chute de Saigon. L’objectif de cette introduction générale est d’offrir aux étudiants une grille de compréhension et un cadre de réflexion sur cette politique vietnamienne à travers ses forces et ses faiblesses, ses réussites et ses défis en cours et à venir. Décrétée lors du VIe congrès du Parti communiste vietnamien en décembre 1986, le Đổi Mới, véritable « révolution dans la révolution », a façonné le Viêt-Nam actuel autant par son ouverture que ses limites. L’intervention sera suivi d’un débat avec le public.

Pour approfondir :

  • Brocheux, Pierre, Histoire du Viêt Nam contemporain . La nation résiliente (Fayard, 2011)
  • Catherine Earl, Vietnam’s New Middle Classes, Gender, Career, City (NIAS Press, 2014).
  • Christopher Goscha, The Penguin book of Modern Vietnam (Penguin, 2016).
  • François Guillemot, Viêt-Nam, fractures d’une nation. Une histoire contemporaine de 1958 à nos jours (La Découverte, 2018).
  • Pamela D. McElwee, Forests are Gold. Trees, People, and Environmental Rule in Vietnam (University of Washington Press, 2016).
  • Minh T. N. Nguyen, Vietnam’s Socialist Servants. Domesticity, Class, Gender, and Identity (Routledge, 2015).
  • Keith W. Taylor, A History of the Vietnamese (Cambridge University Press, 2013).
  • Benoît de Tréglodé (dir.) Histoire du Viêt-Nam de la colonisation à nos jours (Editions de la Sorbonne, 2018).
  • Benoît de Treglodé & Stéphane Dovert (dir.), Viêt Nam contemporain (Les Indes savantes / Irasec, 2009, nouvelle édition).
  • Documents IRASEC en ligne (Hien Do & Pham Quang Minh, Leroy Nguyen, Vigne…)
  • Articles « Viêt-Nam », de Gédéon/Guillemot dans L’Asie du Sud-Est (Irasec, 2011-2016).

Lectures en complément :

Nicholas Chapman, The Beginning of a Political Doi Moi? Takeaways From the VCP’s Seventh Plenum, The Diplomat, 15/05/2018. The Vietnam Communist Party steps up efforts to reform its inner workings.

Nguyên Quynh – Hoàng Phuong/CVN, L’intégration mondiale, clé du succès économique, Le Courrier du Vietnam, 24/06/2018. C’est l’intégration internationale qui a permis au Vietnam d’obtenir des résultats encourageants, surtout dans le secteur économique. Mais si celle-ci peut créer des opportunités, elle est également source de défis. Recommandations d’économistes et de dirigeants.

VNA/CVN, IDE au Vietnam: 30 ans d’attraction, Le Courrier du Vietnam, 05/07/2018. La conférence bilan des 30 ans d’attraction des investissements directs étrangers (IDE) au Vietnam aura lieu le 4 octobre prochain.

World Bank, Country Partnership Framework for the Socialist Republic of Vietnam for the period FY18-FY22, 4 May 2017.

Illustration « à la une » : détail d’une affiche de propagande © FG / Virtual Saigon

MàJ : 10/07/2018

Fils rouges Vietnam : Le Viêt-Nam dans l’Asie du Sud-Est depuis 1986 [conférences AGEVP] – 30 juin 2018

[ndlr] Annonce de la première conférence de Fils Rouges Vietnam, le samedi 30 juin prochain à l’Hôpital Cochin (Amphi Aboulker) en présence de François Guillemot (IAO, CNRS) et Laurent Gédéon (IAO, UCL) seront présents pour discuter du sujet suivant : « Le Vietnam dans l’Asie du Sud-Est depuis 1986 – Enjeux politiques économiques et sociaux ; focus sur l’aspect géostratégique maritime ». Affiche ci-dessous.

Source : Fils Rouges Vietnam

Projet de « 3 zones économiques spéciales chinoises » au Viêt-Nam – Réactions

[ndlr] Après l’annonce d’un projet de trois zones économiques spéciales chinoises au Viêt-Nam (pour une cession de bail de 99 ans), de nombreuses réactions hostiles et inquiétudes sont exprimées tant à l’intérieur du pays qu’à l’extérieur. En particulier, sont soulignés les dangers en terme de défense nationale.

P. Thao, Bỏ quy định cho thuê đất tới 99 năm tại đặc khu, Dân Tri, 08/06/2018. Trao đổi với PV Dân trí bên hành lang Quốc hội sáng 8/6, ủy viên Thường trực UB Pháp luật của Quốc hội Bùi Văn Xuyền cho biết, cơ quan này tiếp thu các ý kiến góp ý của đại biểu Quốc hội, cử tri, thống nhất xoá bỏ quy định cho thuê đất tại đặc khu với thời hạn cao nhất tới 99 năm, chỉ duy trì mức 70 năm như Luật Đất đai hiện hành…

Đặc khu kinh tế: ‘Chỉ chỉnh thời gian thuê đất, chưa đủ’, BBC Vietnamese, 07/06/2018. Ý kiến chuyên gia kinh tế rằng nếu chỉ giảm thời gian cho thuê đất xuống dưới mức 99 năm không đủ để Quốc Hội kỳ này thông qua luật về đặc khu kinh tế (ĐKKT).

Cát Linh, Đặc khu 99 năm và cơn ác mộng mang tên ‘Trung Quốc’, RFA, 05/06/2018.

Dân chống kịch liệt, gọi dự luật ‘Đặc Khu’ của Quốc Hội CSVN là ‘bán nước’, Nguoi Viet, 04/06/2018.

Nguy cơ an ninh khi lập đặc khu cho thuê 99 năm, RFA Vietnam, 30/05/2018. Từ ngày 21/5 đến 15/6 năm 2018, Quốc hội khoá XIV họp và thảo luận về đề án Luật Đơn vị hành chính kinh tế đặc biệt Vân Đồn, Bắc Vân Phong, Phú Quốc. Trong dự luật này, ngoài các ưu đãi về thuế và chính sách dành cho các nhà đầu tư nước ngoài, các nhà chuyên môn cũng như dư luận đặc biệt quan tâm đến chính sách mà theo đó Thủ tướng Chính phủ Việt Nam xem xét chấp thuận cho thuê đất đầu tư lên đến 99 năm.

T.B. Dung, Đặc khu có nên cho nhà đầu tư thuê đất 99 năm?, Tuôi Tre, 03/06/2018. TTO – Dự thảo Luật Đơn vị hành chính – kinh tế đặc biệt Vân Đồn, Bắc Vân Phong, Phú Quốc đã được đưa ra Quốc hội và đang nhận được nhiều ý kiến tranh luận về thời hạn cho nhà đầu tư thuê đất lên đến 99 năm.

Bao Ha, Luật đặc khu ‘nhiều ưu đãi nhưng thiếu ràng buộc trách nhiệm’, VnExpress, 03/06/2018. Cho thuê đất lên tới 99 năm, ưu đãi về thuế cho lĩnh vực casino,… là vấn đề khiến nhiều đại biểu quan ngại.

, ‘Chưa an tâm’ về ba đặc khu kinh tế Việt Nam, BBC Vietnamese, 31/05/2018. Quốc hội Việt Nam chưa nên thông qua dự luật về ba đặc khu Vân Đồn, Bắc Vân Phong và Phú Quốc trong kỳ này để ‘loại trừ những vấn đề và sơ hở’ mà dư luận đã nêu lên, một cựu lãnh đạo của Viện Nghiên cứu Quản lý Kinh tế Trung ương (CIEM) nói với BBC Tiếng Việt hôm 31/5/2018.

Luật đặc khu: quyền hạn và trách nhiệm, BBC Vietnamese, 31/05/2018. Entretien avec Mme Phạm Chi Lan.

, Luật Đặc khu kinh tế nên ra ‘chậm mà chắc’, BBC Vietnamese, 03/06/2018. Dự luật Đặc khu kinh tế của Việt Nam cần được ‘thận trọng xem xét’, ‘tổ chức lấy ý kiến’ của các tổ chức xã hội nghề nghiệp sâu rộng, một bức thư kiến nghị chính thức vừa được Hội Khoa học Kinh tế Việt Nam gửi cho Tứ trụ lãnh đạo của nước này bao gồm Tổng Bí thư, Chủ tịch nước, Thủ tướng Chính phủ và Chủ tịch Quốc Hội.

‘Tôi cho rằng cần trưng cầu dân ý về Luật Đặc khu’, BBC Vietnamese, 03/06/2018. Giáo sư Nguyễn Minh Thuyết, nguyên Phó Chủ nhiệm Ủy ban Văn hóa, Giáo dục, Thanh niên, Thiếu niên và Nhi đồng của Quốc hội Việt Nam, cho rằng Quốc Hội Việt Nam nên cần trưng cầu dân ý về Luật Đặc khu kinh tế.

Phan Nhat Binh, Giao đất 99 năm: một đại họa dân tộc, Viêt Tân, 02/06/2018.

Do Dang Lieu, Hôm nay “Đặc khu, 99 năm”, ngày mai “Toàn Việt Nam, 1.000 năm”, Viêt Tân, 03/06/2018.

Voir aussi en français le projet gouvernemental annoncé dès la fin 2016 :

Phuong Nga/CVN, Le Vietnam envisage d’ouvrir trois nouvelles zones économiques spéciales, Le Courrier du Vietnam, 14/10/2017.

VNA/CVN, Le Vietnam étudie une loi sur les zones économiques spéciales, Le Courrier du Vietnam, 02/08/2017.

NDEL/VNA/CVN, Le gouvernement autorise la création de trois zones économiques spéciales, Le Courrier du Vietnam, 09/12/2016.

MàJ 08/06/2018.

François Fourquet : Penser la longue durée – Contribution à une histoire de la mondialisation

[ndlr] Parution d’un ouvrage posthume de François Fourquet qui revisite le phénomène de la mondialisation. Présentation de l’éditeur.

Depuis les années 1980, le phénomène de la mondialisation a été tellement commenté qu’il semble impossible qu’une vision nouvelle puisse se faire jour. C’est pourtant ce défi que François Fourquet a brillamment relevé dans cet ouvrage posthume, présentant les outils d’analyse des étapes de l’unification du monde. Empruntant aussi bien aux économistes et aux philosophes qu’aux historiens ou aux psychanalystes, il y révèle une pensée originale permettant de remettre en perspective le moment actuel de la mondialisation par rapport à l’évolution du monde sur la longue durée.

À la suite des thèses de Fernand Braudel sur l’économie monde, François Fourquet analyse l’évolution de l’« écomonde ». Il se démarque ainsi radicalement des économistes qui voient le monde comme une agrégation de nations : s’inspirant de Marcel Mauss, il le considère comme un phénomène social total, dont les nations ne sont que des parties, échouant souvent à maîtriser des flux qui les traversent. Fourquet montre enfin que si les hommes « accumulent la richesse et la puissance pour eux-mêmes ou pour leur nation, c’est le monde qui s’enrichit et devient puissant, dense, unifié et mondialisé. L’humanité semble poursuivre un but commun à travers ses divisions et ses guerres : son unification, la mondialisation du monde ». D’où sa conclusion optimiste sur l’unification du monde, avec le triomphe possible de la « religion de la démocratie et des droits de l’homme ». Outre la préface de Christian Chavagneux, qui montre l’importance de la « méthode Fourquet », cet essai est utilement complété par un article de l’auteur, « Le rapport international est toujours dominant », adressé à l’économiste Robert Boyer, et par la réponse de celui-ci : un échange illustrant superbement la passion du dialogue avec ses pairs qui animait François Fourquet.

François Fourquet (1940-2016), économiste, a été enseignant-chercheur à l’université Paris-8 de 1994 à 2009 et codirecteur du LED (Laboratoire d’économie dionysien). Il est notamment l’auteur de Les Comptes de la puissance. Histoire de la comptabilité nationale et du Plan (Recherches, 1980) et de Richesse et puissance. Une généalogie de la valeur, XVIe-XVIIIe siècles (La Découverte, 1989, 2002).

Source : La Découverte

 

Perspective historique des relations franco-vietnamiennes

[ndlr] Discours d’ouverture de l’historien François Guillemot à l’occasion de la journée Anniversaire des relations France – Vietnam organisée à Paris par l’Asia Centre le lundi 9 avril 2018.

Mesdames et Messieurs, chers collègues, chers amis,

Il m’est donné pour tâche aujourd’hui d’introduire cette demi-journée de réflexion en rappelant brièvement quelques aspects de la longue relation historique et humaine entre nos deux pays. Permettez-moi de m’adresser à vous avec un regard d’historien et non celui d’un diplomate afin de mieux comprendre pourquoi la relation franco-vietnamienne construite sur des décennies et consolidée par le partenariat stratégique de septembre 2013 conserve intrinsèquement une certaine fragilité. Il ne s’agit pas ici dans cette courte introduction de faire acte d’un devoir de mémoire, qui rappelle le débat véhément de 2005 sur la colonisation, mais d’un nécessaire « devoir d’histoire » pour reprendre le mot de Claude Liauzu (1940-2007). Je vais brosser en dix minutes et à grand traits cette relation, ce continuum, qui à mon sens ne débute pas en 1973 mais plus d’un siècle et demi avant. Au milieu du XIXe siècle, cette histoire débute dans le fracas des armes, par un drame, une agression que les écrivains français de la fin du XIXe siècle qualifiaient déjà de guerre : guerre du Tonkin, guerre en Annam, bataille de Chi Hoa… Il faut se rappeler ici des oraisons funèbres du lettré Nguyễn Đình Chiểu (1822-1888), au sujet de sa patrie perdue. Les premières interactions entre nos deux pays furent douloureuses, faites de haine, de méfiance mais aussi d’amitié.

La France, vous le savez tous, a une longue histoire commune avec le Viêt-Nam. Elle a accompagné l’avènement de l’empereur Gia Long avant de prendre les armes de la conquête contre la dynastie des Nguyễn. Le pays Việt Nam puis Đại Nam a été démantelé et des traités inégaux ont été signés. Une politique d’entente franco-vietnamienne ou « franco-annamite » (selon la terminologie de l’époque), si présente dans le discours colonial, n’a pas revêtu la dimension escomptée. Pourtant un « Viêt-Nam français », sur quatre générations, a émergé de la colonisation dans une histoire qui ne fut pas à part égale. Phạm Quỳnh (1892-1945), Nguyễn Văn Vĩnh (1882-1936), Ngô Tất Tố (1894-1954) et bien d’autres furent des passeurs entre nos deux cultures et dans une certaine mesure Phan Châu Trinh (1872-1926), Phan Bội Châu (1867-1940, avec son texte Pháp – Việt đề huề luận de 1918), Nguyễn An Ninh (1900-1943) et Nguyễn Ái Quốc (1890-1969, le futur Hồ Chí Minh) également. Mais la marge de manœuvre de cette élite franco-vietnamienne a été toujours réduite par les rappels à l’ordre colonial dans une relation inégale. Sans soutien aux premiers démocrates, aux républicains modérés, face à la surdité du pouvoir colonial sur la réforme politique, le radicalisme a emporté la nouvelle vague des années vingt pourtant nourrie aux idéaux de liberté, égalité et de fraternité et justement soucieuse de lutter pour ces droits1. Elle y accéda pour partie par la révolution.

L’incompréhension ou la volonté de nier le fait indépendantiste a mené à la guerre. Mais malgré les flammes, des liens d’amitié sont restés et la position de la France s’est rangée du côté de la République démocratique du Viêt-Nam (RDVN) pendant la guerre fratricide dans un Viêt-Nam divisé. Le discours impérial de De Gaulle du 24 mars 1945 a été effacé par celui de Phnom Penh en 1966 du même homme (contre la guerre du Viêt-Nam). Les accords de paix de la seconde guerre d’Indochine ont été discutés et signés en France. La réunification du Viêt-Nam en 1976 devait permettre un nouveau départ, rapidement contraint par la troisième guerre d’Indochine. La relation franco-vietnamienne s’illustrait alors par l’action des courageux « french doctors » investis dans le sauvetage des boat people en Mer de Chine. L’image des années 1980 fut brouillée. On se souvient des tentatives désespérées de Laurent Fabius et d’intellectuels renommés pour sauver la tête de Trần Văn Bá (1945-1985), condamné à mort par Hanoi pour fait de résistance armée2. L’avènement du Renouveau (Đổi mới), suite à une autocritique générale du Parti communiste vietnamien (PCV), a été salvateur, tout était à reconstruire avec un nouveau paradigme. La révolution pragmatique remplaçait la révolution totalitaire. Trente ans après, les efforts réalisés sont impressionnants3. Mais là encore, la France très impliquée au début des années quatre-vingt-dix « a perdu pied », ce que souligne les experts, face aux investissements massifs venus d’Asie et au retour des États-Unis4.

En quelques dates clés, rappelons les visites d’un chef d’État français au Viêt-Nam : François Mitterrand en février 1993, Jacques Chirac, par deux fois, en 1997 et en 2004, François Hollande en septembre 2016 et Emmanuel Macron dans un futur proche suite à l’invitation de Nguyễn Phú Trọng (né en 1944), secrétaire général du PCV. Du côté de la République socialiste du Viêt-Nam, on peut citer les visites de quelques dignitaires importants du régime : Phạm Văn Đồng (1906-2000) en 1977, Võ Văn Kiệt (1922-2008) en 1993,  Trần Đức Lương (né en 1937) en 2002, Nông Đức Mạnh (né en 1940) en 2005, Nguyễn Tấn Dũng (né en 1949) en 2007, 2013 et 2015 et Nguyễn Phú Trọng en 20185. Depuis ce recentrage vietnamien sur l’Asie, où en est-on ? Le partenariat stratégique a été signé le 25 septembre 2013 pour consolider nos relations sur tous les plans6. La France n’est plus seule. Elle interagit au sein de l’Union européenne (UE) et cette dernière est désormais bien présente au Viêt-Nam en tant que troisième partenaire commercial après la Chine populaire et les États-Unis. Des accords ont été signés depuis 2015 : accord de libre-échange Union Européenne Viêt Nam (en cours de ratification), accord de partenariat et de coopération bilatérale (1er octobre 2016), et dialogue bilatéral sur les droits de l’homme (dernière session en décembre 2017) ; aide au développement 2014-2020 pour un montant estimé à 400 millions d’euros. C’est dans ce cadre que s’inscrit désormais notre relation.

Cependant, deux images négatives persistent et signent dans le champ de nos interactions. L’une véhiculée par les courants les plus à droite de l’échiquier politique hexagonal donne à croire que la colonisation fut une grande aventure héroïque, globalement positive dans la ligne droite des prétentions civilisatrices de la France du XIXe siècle lorsque celle-ci fut confrontée à la culture millénaire et impériale vietnamienne. Dans cette présentation idéalisée7 on oublie les larmes, l’humiliation et le sang. Cette perspective et cette méconnaissance de l’histoire globale débouche parfois sur un désintérêt pour le Viêt-Nam actuel. La seconde image, plus prégnante et largement relayée par les moyens de communication d’aujourd’hui est celle de la République socialiste du Viêt-Nam avec ses procès politiques à répétition, infligeant notamment des peines très lourdes à des dissidents, des blogueurs ou des activistes sociaux en réseau, une image qui questionne les historiens et plus largement les citoyens de nos deux pays sur « l’État de droit socialiste »8. Ces deux volets, l’un, réminiscence d’un passé lointain, l’autre, illustration d’une pratique ancrée dans un système, constituent en quelque sorte une épine dans le pied de la relation construite et apaisée qu’entendent consolider les deux pays.

Ce dernier questionnement mis de côté, je vous laisse débattre de la renaissance économique et sociale impulsée depuis trente ans par le Renouveau, décrété par Nguyễn Văn Linh (1915-1998) lors du VIe Congrès du PCV en décembre 1986. Ce Renouveau dont il sera largement question ici doit être analysé de près avec ses succès et ses échecs ou à travers ses transformations encore inachevées. L’appel à un second Renouveau (à la fois politique et économique) est en effet dans l’air du temps comme le démontre les demandes récurrentes d’intellectuels vietnamiens. De même, les réalisations dans le cadre du partenariat stratégique signé il y a cinq ans doivent être décryptées sans complaisance. Et l’on pourra sûrement évoquer ici les échanges scientifiques et universitaires mis en œuvre ou en projet. Je laisse le soin aux intervenants de nous apporter quelques lumières sur la nouvelle étape européo-vietnamienne qui s’amorce et que l’on souhaite pérenne et plus fructueuse9. Je vous remercie de votre attention.

François Guillemot, IAO / ENS de Lyon, 09/04/2018

MàJ du 11/04/2018.

Notes

  1. Cf. Christopher Goscha, The Penguin history of Modern Vietnam, London, Penguin Books, Allen Lane, 2016, « The failure of Colonial Republicanism », p. 127-156 []
  2. La généalogie de ce résistant anti-communiste est une histoire franco-vietnamienne : son grand-oncle Bùi Quang Chiêu (1872-1945), fondateur du parti constitutionnaliste, fut assassiné en septembre 1945 par le Viêt-Minh, son père Trần Văn Văn (1908-1966), député de l’Assemblée constituante de la République du Viêt-Nam, fut assassiné par un commando Viêt-Công à Saigon en décembre 1966 et Tran Van Ba lui-même fut exécuté à Hô Chi Minh-Ville le 8 janvier 1985 malgré les vives protestations de la France []
  3. Sur ce sujet, voir l’exposé très complet de Jean-Philippe Eglinger, « L’économie », in Benoît de Tréglodé (dir.), Histoire du Viêt-Nam de la colonisation à nos jours, Paris, Éditions de la Sorbonne, coll. Libre cours, chapitre 5, p. 117-137 []
  4. Cf. pour la citation : « Pourquoi la France a perdu pied au Vietnam« , Les Échos, 27/03/2018 []
  5. Un Président de la République, trois Premiers ministres et deux Secrétaires généraux du PCV []
  6. Cf. « Relations bilatérales« , 16/03/2018. Pour une vue d’ensemble, voir l’article détaillé de Pierre Journoud, « France-Vietnam – Entre héritages de l’histoire et quête d’un nouveau souffle » sur Mémoires d’Indochine, 31/08/2016 []
  7. A titre d’exemple, voir le numéro spécial de Valeurs actuelles sur la colonisation française []
  8. Notons que des citoyens français ont été la cible ces dernières années de la répression politique : Pham Minh Hoang, expulsé le 25 juin 2017 ou dix ans plus tôt la militante pro-démocratie Nguyen Thi Thanh Van, arrêtée à Hô Chi Minh-Ville et accusée de terrorisme  []
  9. Étape cruciale aujourd’hui parasitée par l’affaire Trịnh Xuân Thanh et les récents procès politiques contre la dissidence comme le rappelle le journaliste indépendant Phạm Chí Dũng ; « EVFTA sẽ ra sao sau cú giáng án Hội Anh Em Dân Chủ?« , VOA, 10/04/2018 []

Les relations France – Vietnam – Asia Centre – lundi 9 avril 2018

[ndlr] Annonce d’une rencontre-débat. Présentation de l’Asia Centre.

A l’occasion du 45ème anniversaire des relations diplomatiques entre la France et le Vietnam (1973) et du 5ème anniversaire du Partenariat stratégique franco-vietnamien (2013), Asia Centre organise au printemps 2018 un colloque international d’une demi-journée sur les relations franco-vietnamiennes, qui réunira des diplomates et politiques (anciens et actuels) des deux pays, des chercheurs, académiques et experts des relations franco-vietnamiennes sur des sujets politique et diplomatique, économique, historique, culturel et scientifique.

Avec la participation de :

  • S.E Claude Blanchemaison (ambassadeur de France à Hanoi de 1989 à 1993, Gouverneur français de l’Asia Europe Foundation)
  • Mme Stéphanie Do (Députée, Présidente du groupe d’amitié France-Vietnam de l’Assemblée nationale)
  • M. Duong Van Quang (chercheur, ancien ambassadeur du Vietnam en France, à l’UNESCO et à la Francophonie)
  • Mme Tôn Nu Thi Ninh (ancienne ambassadrice du Vietnam à l’UE).

La liste complète des intervenants, le programme détaillé et les modalités d’inscription seront communiqués prochainement.

La conférence se tiendra en français, dans les Salons de la Maison de la Recherche de l’Inalco (2 rue de Lille, Paris 7), à partir de 13h30.

Source : Asia Centre

Compte-rendus en ligne de la conférence :

Do Benoît Hien & Pham Quang Minh : Nouvelles élites économiques vietnamiennes

[ndlr] Parution d’un numéro intéressant de la revue Études Vietnamiennes (N°3-2017, 205) sur les élites économiques de la RSVN. Extrait de l’introduction (p. 5-6, corrigée par nos soins) de cette étude rédigée en 2015.

Un regain d’intérêt se dessine ces dernières années dans de nombreuses disciplines à l’égard des études sur les élites économiques. Cet objet de recherche prend une résonance particulière dans le contexte actuel de crises financières et économiques ainsi que de remise en cause de modèles managériaux. Qu’est-ce qui, aujourd’hui, assied l’autorité économique ? Les détenteurs de cette autorité et leurs critères d’éligibilité sont plus que jamais variés : la propriété du capital, le diplôme, le poids des réseaux sociaux, l’appartenance politique. Les trajectoires ou les modes de sélection pour accéder à un tel statut ne semblent pas, en tout cas, suivre un schéma-type.

Au Vietnam, l’intérêt porté à ces questions est d’autant plus légitime que l’environnement sociopolitique vietnamien connaît des tournants majeurs. Près de trois décennies après le lancement de la politique de « renouveau » (doi moi), lors du VIe Congrès du Parti communiste en 1986, l’économie vietnamienne, laboratoire des réformes, se voit muter d’un régime de gestion centralisateur et dirigiste à ce que l’on appelle désormais une « économie de marché à orientation socialiste ». Les objectifs de modernisation et d’industrialisation du pays, ainsi que l’ouverture et l’intégration internationales bouleversent le paysage économique et changent en profondeur ses acteurs.

Peut-on parler de l’émergence d’élites nouvelles dans une économie métamorphosée, bon gré mal gré, par la politique nationale d’ouverture et d’intégration internationale ? Ce renouvellement porte-t-il les caractéristiques de la « transition » – terme utilisé pour qualifier la longue et singulière étape de développement politico-économique du Vietnam – initiée dès les années du doi moi et dans laquelle le pays se situe toujours en 2015 ?

Cette étude se propose de mettre en relief ce passage de l’ancien au nouveau mode de gestion économique et de questionner s’il  a donné lieu au remplacement d’une élite par une autre, ou à l’arrivée de nouveaux membres venus se greffer aux représentants de l’élite ancienne. Cette analyse de l’évolution des élites économiques vietnamiennes sur plus de deux décennies vise ainsi à explorer les changements et/ou les constances dans le profil et les parcours des dirigeants d’entreprise, notamment à l’heure où le pays s’engage plus profondément dans l’intégration internationale, parallèlement aux mutations du socialisme vietnamien. […]

Do Benoît Hien & Pham Quang Minh

  • Attention : Pour les personnes intéressées, l’intégralité de ce numéro est disponible en téléchargement libre sur le site de l’IRASEC : Carnet de l’Irasec

La lutte contre la corruption, outil politique du Politburo vietnamien

La reprise en main du Parti communiste vietnamien (PCV) sur les affaires du pays se confirme au fil des mois. Depuis le XIIe Congrès marqué par l’éviction de Nguyên Tân Dung, Premier ministre de la RSVN pendant dix ans, de 2006 à 2016, le niveau politburo a entrepris une vaste opération de reprise de contrôle sur une partie du monde politico-économique qui lui échappait – les fameux groupes d’intérêts – et sur ses propres cadres. Cette opération se déroule actuellement sous deux formes : la première consiste à re-discipliner les cadres du Parti, la seconde à lutter contre la corruption. Ces deux outils apparaissent néanmoins comme un moyen de consolider le dirigeant actuel du PCV Nguyên Phu Trong, secrétaire général du PCV depuis 2011 et son équipe. On a pu observer ces dernières semaines les moyens mis en œuvre pour traquer jusqu’à l’étranger, hors des frontières du Viêt-Nam, des hauts cadres impliqués dans des réseaux économiques susceptibles de damer le pion au parti et, ce n’est guère un hasard, souvent lié au réseau politico-économique de l’ancien Premier ministre. Compte tenu de la complexité du dossier et le temps qu’il conviendrait de passer pour l’analyser en profondeur, la rapidité de l’enquête et du jugement questionne déjà les avocats du pays1.

Rectification idéologique et verrouillage intérieur

L’histoire du Parti communiste vietnamien est jalonnée de campagnes de « rectification idéologique » et de mises à l’épreuve de ses membres. La purge brutale initiée par la réforme agraire radicale de 1953-1956 n’a pas été rééditée du fait de sa violence contre-productive et de la fracture qu’elle a laissé au sein du mouvement communiste2. Par contre, des purges internes plus douces, du moins beaucoup moins brutales qu’en Chine populaire et surtout moins médiatisée par le pouvoir en place, ont été menées tout au long de la guerre de réunification. La plus célèbre reste la campagne contre le révisionnisme anti-parti initiée en 1967 pour museler la branche pro-soviétique du Parti des Travailleurs du Viêt-Nam et mener tambour battant la guerre de réunification3. Ce système d’autocontrôle, pour préserver l’unité et le caractère monolithique du parti a bien fonctionné pendant la guerre dans le secret d’une information étatique triée sur le volet.

Il fonctionne aujourd’hui, quarante-trois ans après la fin de la guerre civile, de moins en moins bien surtout depuis l’avènement de la politique de Renouveau (lors du VIe Congrès de décembre 1986). D’une part, parce que la politique pragmatique initiée par le Dôi Moi a remis en selle les « experts » au détriment des « rouges » et d’autre part, parce qu’il fallait réinventer une voie idéologique, celle de « l’économie de marché à orientation socialiste » pour accompagner les changements économiques et sociaux. Ces dernières trois décennies ont ainsi vu émerger des sensibilités plus ou moins concurrentes au sein du PCV. On a ainsi parlé de plusieurs binômes antagonistes tels que rénovateurs vs conservateurs sur le plan politique,  pro-américains vs pro-chinois sur la question de la Mer de Chine méridionale, libéraux vs planificateurs sur le plan économique, services secrets militaires (Cuc 2) vs service secrets policiers (Cuc 5) sur la conduite de la sécurité nationale, nordiste vs sudiste, etc. Tous étant d’accord pour maintenir la cohésion fondamentale du Parti pour se maintenir au pouvoir. A l’issue du XIIe congrès national, le secrétaire général, reconduit dans ses fonctions, avait déclaré à la presse :

« Nous tenons à suivre les recommandations de l’Oncle Hô : préserver la solidarité au sein du Parti, protéger la moralité du Parti pour diriger le peuple sur la voie choisie par le Parti, le Président Hô Chi Minh et le peuple »4

Ce facteur (primauté de la cohésion) exige que les affaires se règlent dans le secret du fonctionnement du Parti, dans les alcôves des Comités populaires et des différentes instances d’auto-contrôle de l’État-Parti (les comités d’éducation et de propagande et les services de contrôle dédiés à la discipline de Parti). Autrement dit, le PCV dispose d’une police interne qui veille à la cohésion et à la soumission des différentes sensibilités au Politburo en exercice. La publication du Décret 102 du Politburo le 15 novembre 2017 concernant la discipline du Parti est claire5. Gare à ceux qui s’écartent de la ligne officielle, qui enfreignent les lois strictes du règlement ou qui entendent s’émanciper par le pouvoir économique. Une lecture des événements récents peut-être faire dans ce sens. Et si l’on remonte dans le passé, les cas de Nguyên Van Linh et de Vo Van Kiêt peuvent être évoqués pour montrer à quelle point la ligne rouge dessinée par le Politburo ne peut être franchie. Rappel des faits à travers les affaires Trinh Xuân Thanh, Dinh La Thang et Vu Nhôm.

Procès pédagogiques et regrets éternels

Récemment, l’opinion publique vietnamienne a suivi avec assiduité un long feuilleton de « procès pédagogiques » contre la corruption. Si le feuilleton « comment faire tomber de hauts-cadres corrompus indisciplinés » déclenche une passion populaire et une certaine empathie de la population pour la répression des comportements abusifs, il semble cacher des desseins politiques plus complexes qui ont maille à partie avec les dirigeants actuels soucieux d’imposer une discipline de fer à ses cadres. En effet, depuis la destitution de Nguyên Tân Dung en janvier 2016, une lutte interne s’est engagée pour reprendre le contrôle du Parti notamment au Sud. Le « réseau » de l’ancien Premier ministre est l’objet d’attaques ciblées. La première victime de poids fut Dinh La Thang, un membre du Politburo, né en 1960 et originaire de Nam Dinh, objet d’une action disciplinaire du Parti et poussé à la démission du Comité du Parti à Hô Chi Minh-Ville dont il était secrétaire depuis un an et 94 jours6. M. Thang est finalement destitué (provisoirement) le 8 décembre 2017 de ses fonctions de Vice-directeur du Comité central du Parti pour l’économie et de celle de député de l’Assemblée nationale pour la province de Thanh Hoa. En dehors de ces dernières fonctions, Dinh La Thang fut désigné par le Premier ministre Phan Van Khai (en fin de mandat) à la fin de l’année 2005 pour intégrer le bureau directeur chargé de la gestion de l’entreprise d’État PetroVietnam dont il assura la présidence à partir de janvier 20067. Le 22 janvier M. Thang était condamné en première instance à 13 ans de prison pour « actes volontaires contraires aux réglementations de l’État relatives à la gestion économique, causant de graves conséquences »8.

Le second personnage issu des rangs du PCV à être inquiété a fait la une de la presse vietnamienne en début d’année. Dirigeant entre 2009 et 2013 de l’entreprise d’État PetroVietnam (Petrovietnam Construction Joint Stock Corporation), Trinh Xuan Thanh (né en 1966) fut accusé d’avoir fui à Berlin en Allemagne après avoir causé des pertes massives à hauteur de 4 milliards de VND (environ 145 millions d’ euros) pour l’entreprise publique. Ce héros du travail (récompensé en 2011), aurait provoqué ce trou par des malversations volontaires notamment en plaçant l’argent hors du Viêt-Nam. Kidnappé en Allemagne par la police secrète vietnamienne et arrêté, il est extradé vers son pays le 23 juillet 2017 pour y être jugé9. Fait notable, membre du PCV, Trinh Xuan Thanh a débuté sa carrière en Allemagne de 1990 et 1995. Fait-il partie de ces « retours de l’Est » qui ont apporté du crédit au Renouveau économique ? Outre cet aspect économique, l’affaire s’avère politique. En effet, avant son départ en Allemagne en septembre 2016, M. Thanh avait demandé expressément de quitter le Parti et ses différentes fonctions soulignant un manque de confiance envers le Politburo actuel et en particulier envers Nguyên Phu Trong le secrétaire général du PCV. Sa demande a été publié dans la presse10 mais aussi sur un blog dissident (voir plus bas).

A partir du lundi 8 janvier, un procès pour « actes volontaires contraires aux réglementations de l’État relatives à la gestion économique, causant de graves conséquences », et « détournement de biens » s’ouvrait à Hanoi avec Trinh Xuan Thanh et neuf co-accusés11. Cependant, décidé à faire entendre sa voix, le principal accusé a plaidé non coupable, mettant en avant le manque de preuves. Néanmoins au cours de cette semaine d’audience la défense de M. Thanh s’est modifié et les médias vietnamiens ont relayé ses regrets et excuses publiques dans le style le plus pur des procès pédagogiques : excuses à Nguyên Phu Trong envers lequel il avait des émis des doutes politiques12. Faire amende honorable c’est aussi tenter de sauver sa peau car la condamnation est lourde : la perpétuité. Or, les excuses de M. Thanh parasitée par sa contestation des faits (il aurait été l’objet d’une manipulation) n’ont pas suffi à réduire considérablement sa peine. Lors d’une seconde audience concernant une autre affaire de corruption (PVP Land) le 5 février 2018, la tribunal populaire de Hanoi inculpa M. Thanh de « détournement de biens » et confirma pour la seconde fois sa condamnation à la perpétuité. Son fils (Dinh Manh Thang), inculpé également, écopa de neuf ans de prison13.

Bùi Thanh Hiếu alias Người Buôn Gió (le vendeur de vent), le célèbre blogueur avec lequel Trinh Xuân Thanh prit contact pour relayer sa décision de quitter le Parti expose sur son blog son sentiment vis-à-vis de l’application du droit vietnamien :

Không có toà án, không có nhà nước, không có luật pháp. Chỉ có bác tổng bí thư Nguyễn Phú Trọng, đảng trưởng đảng cộng sản là trên hết tất thảy mọi thứ. Tại một phiên toà của nhà nước pháp quyền mà bị cáo xin lỗi một ông đảng trưởng như vậy, lẽ ra phải là nỗi đau và nhục của một đất nước mà mọi giá trị về pháp luật đều thua một ông đảng trưởng một đảng. Thế nhưng lại hân hoan đưa những lời xin lỗi của bị cáo như thế lên báo chí, truyền thông như một thắng lợi?14

Pas de tribunal, pas d’État, pas de loi. Seul le secrétaire général Nguyen Phu Trong, chef du parti communiste, passe avant toute chose. Dans un État respectueux de la loi si un accusé s’excuse de la sorte auprès d’un chef de parti, cela apparaîtrait douloureux et humiliant pour le pays, signifiant que toutes les valeurs juridiques ont été foulées au sol pour le chef d’un parti unique. Faut-il considérer les regrets et les excuses de l’accusé dans les médias comme une victoire ?

En effet, l’important pour le Parti réside dans cet acte de contrition. Il se s’agit pas d’inciter ou de permettre aux journalistes d’enquêter sur l’affaire et ses ramifications, d’investiguer le champ de la corruption dans les hautes sphères de l’État ni même de donner à comprendre le mécanisme qui mène à de telles dérives. Il ne s’agit pas d’un exercice de droit et de justice. Pour l’heure, seules les excuses publiques de « l’accusé » comptent. Le Parti en sera-t-il pour autant sain et sauf ?

FG

[à suivre]

Image « à la une » : Dinh La Thang au tribunal © 2018 Zing / P.D.

Pour en savoir plus, voir les entrées :

Voir aussi le débat de la BBC :

MàJ 05/02/2018.

Notes

  1. Voir le débat à la BBC []
  2. Voir : « Pour l’étude des filiations du communisme vietnamien : l’utilité d’une base de données prosopographique« , Mémoires d’Indochine, 25/11/2015 []
  3. , « The Ideological Debate in the DRV and the Significance of the Anti-Party Affair, 1967–68« , Cold War History, Vol. 5, Iss. 4, 2005, p. 479-500 ; , « ‘Revisionism’ in the Democratic Republic of Vietnam: New Evidence from the East German Archives« , Cold War History, Vol. 5, Iss. 4, 2005, p. 451-477 []
  4. VNA, CVN, « Gala saluant le succès du XIIe Congrès du PCV« , Le Courrier du Vietnam, 29/01/2016 []
  5. Voir en ligne : Quy định 102-QĐ/TW 2017 xử lý kỷ luật đảng viên vi phạm. Un florilège de mesures disciplinaires qui nécessiterait à lui seul un article de recherche []
  6. A titre de comparaison, Lê Thanh Hai (né en 1950), son prédécesseur, était resté à ce poste neuf ans et trois mois, de 2006 à 2015 []
  7. Il gravit encore un échelon dans la structure qui gère l’entreprise à partir de décembre 2008 []
  8. Voir : VNA, « Trinh Xuân Thanh condamné à la perpétuité, Dinh La Thang à 13 ans de prison« , Vietnam +, 22/01/2018 []
  9. Cette affaire souleva les protestations diplomatiques officielles de l’Allemagne. De retour au Viêt-Nam et sous pression policière, Trinh Xuan Thanh avança que son retour était volontaire []
  10. Journal Thanh Niên du 6/09/2016 []
  11. Cf. VNA/CVN, « Le parquet expose ses arguments contre Trinh Xuan Thanh« , Le Courrier du Vietnam, 16/01/2018 []
  12. Trịnh Xuân Thanh hối hận, gửi lời xin lỗi Tổng bí thư, VietnamNet, 17/01/2018 ; Kami, Lời xin lỗi của Trịnh Xuân Thanh, Đinh La Thăng và tư duy của quan chức Cộng sản, RFA Vietnam, 19/01/2018 []
  13. Voir Trịnh Xuân Thanh bị tuyên chung thân lần hai, BBC Vietnamese, 05/02/2018 ; Tiến Nguyên, Tuyên phạt Trịnh Xuân Thanh tù chung thân, Đinh Mạnh Thắng 9 năm tù, Dân Tri, 05/02/2018 []
  14. Voir en ligne : Cháu xin lỗi bác tổng bí thư Nguyễn Phú Trọng, 19/01/2018 []

Changing Lives in Laos: Society, Politics, and Culture in a Post-Socialist State [parution]

[ndlr] Parution d’une nouvelle publication sur le Laos contemporain sous la direction de Vatthana Pholsena et Vanina Bouté. Présentation de l’éditeur.

Changing Lives in Laos:

Society, Politics, and Culture in a Post-Socialist State

Edited by Vanina Bouté and Vatthana Pholsena

Changes in the character of the political regime in Laos after 2000, a massive influx of foreign investment, and disruptions to rural life arising from improved communications and new forms of mobility within and across the borders have produced a major transformation across the country. Witnessing these changes, a group of scholars carried out studies that document the rise of a new social, cultural and economic order. The contributions to this volume draw on original fieldwork materials and unpublished sources, and provide fresh analyses of topics ranging from the structures of power to the politics of territoriality and new forms of sociability in emerging urban spaces.

« In Changing Lives in Laos, Vanina Bouté and Vatthana Pholsena have assembled an invaluable collection of papers on Laos by key established and emerging scholars of the country. While Laos remains under-studied compared to most of the region, these chapters show an increasingly thorough engagement with people and places and a better understanding of the texture of transition and transformation. »
Jonathan Rigg, Department of Geography, National University of Singapore

« This new book on Laos, edited by two leading specialists on this country, features articles by a new generation of historians, anthropologists, geographers and political scientists. Studying state formation, new economic trends, and issues such as the cultural integration of ethnic minorities and rural migration, this interesting book brilliantly demonstrates how in less than fifty years Lao society has been deeply transformed. »
Yves Goudineau, Director of the French School of Asian Studies (EFEO), Chair in Comparative Anthropology of Southeast Asia (Paris)

________________________________________________________ 

CONTENTS
List of Illustrations
1. Introduction
Vanina Bouté and Vatthana Pholsena

PART I: STATE FORMATION AND POLITICAL LEGITIMATION
2. The History and Evolution of the Lao People’s Revolutionary Party
Martin Rathie
3. Shaping the National Topography: The Party-State, National Imageries, and Questions of Political Authority in Lao PDR
Oliver Tappe
4. ‘Special Operation Pagoda’: Buddhism, Covert Operations, and the Politics of Religious Subversion in Cold-War Laos (1957-60)
Patrice Ladwig
5. War Generation: Youth Mobilization and Socialization in Revolutionary Laos
Vatthana Pholsena
6. Socialist Pathways of Education: The Lao in East Germany
Nicole Reichert

PART II: NATURAL RESOURCE GOVERNANCE AND AGRARIAN CHANGE
7. The Poltical Ecology of Upland/Lowland Relationships in Laos since 1975
Olivier Évrard and Ian G. Baird
8. The New ‘New Battlefield’: Capitalizing Security in Laos’ Agribusiness Landscape
Michael B. Dwyer
9. Reaching the Cities: New Forms of Network and Social Differentiation in Northern Laos
Vanina Bouté

PART III: ETHNIC MINORITIES ENGAGING WITH MODERNITY
10. Ethnic Belonging in Laos: A Politico-Historical Perspective
Grégoire Schlemmer
11. Piglets Are Buffaloes: Buddhification and the Reduction of Sacrifices on the Boloven Plateau
Guido Sprenger
12. Rubber’s Affective Economies: Seeding a Social Landscape in Northwest Laos
Chris Lyttleton and Yunxia Li

PART IV: IN SEARCH OF OPPORTUNITIES: MOVING ACROSS AND OUTSIDE THE COUNTRY
13. Migration and Mobility in Laos
Sverre Molland
14. Patterns and Consequences of Undocumented Migration from Lao PDR to Thailand
Kabmanivanh Phouxay
15. Textiles Economy in Laos: From the Household to the World
Annabel Vallard

Bibliography
Contributors
Index

Source : NUS Press