Archives par mot-clé : droits de l’homme

Cody J. Foster : Did America Commit War Crimes in Vietnam?

[ndlr] Dans la série « Vietnam ’67 », un article à lire sur le tribunal Russell organisé par des intellectuels européens pour dénoncer la guerre menée par les Américains au Viêt-Nam.

On Dec. 1, 1967, the last day of the International War Crimes Tribunal’s second session, antiwar activists from around the world gathered in Roskilde, Denmark. The panel, also known as the Russell Tribunal after its founder, the philosopher Bertrand Russell, had spent a year investigating America’s intervention in Southeast Asia and was now ready to announce its findings. Tribunal members unanimously found the United States “guilty on all charges, including genocide, the use of forbidden weapons, maltreatment and killing of prisoners, violence and forceful movement of prisoners” in Vietnam and its neighbors Laos and Cambodia.

Russell often stated that he was inspired by the Nuremberg trials. But the Russell Tribunal was not a government body or treaty organization; it had neither the legal authority nor the means to carry out justice after its findings. The tribunal’s mission was to raise awareness about the impact of the war on Vietnamese civilians. “The Nuremberg Tribunal asked for and secured the punishment of individuals,” Russell stated during the sessions. “The International War Crimes Tribunal is asking the peoples of the world, the masses, to take action to stop the crimes.”

The philosopher Jean-Paul Sartre presided over the tribunal and helped to recruit 23 other internationally recognized academics, scientists, lawyers, former heads of state and peace activists whose self-professed moral consciousness persuaded them to accept the tribunal’s invitation. Across two separate sessions, between May 2 and May 10, 1967, in Stockholm, and between Nov. 20 and Dec. 1, 1967 in Roskilde, the members weighed the evidence that each had found during several fact-finding trips to Vietnam between the two sessions.

These missions allowed tribunal members to assess the damage the war had wrought on civilians and verify firsthand the claims heard during the tribunal’s first session. One such mission, which included the labor activist Lawrence Daly, the journalist Tariq Ali and the writer Carol Brightman, returned with indisputable proof that the United States Air Force had deliberately bombed civilian facilities and infrastructure, including hospitals, schools, churches and villages.

Lire la suite : New York Times, 01/12/2017

Autres articles de la série :

Vietnam ’67

Historians, veterans and journalists recall 1967 in Vietnam, a year that changed the war and changed America.

 

Illustration « à la une » : Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre (au centre), lors d’une session du Tribunal Russell accusant les États-Unis de violer les droits de l’homme et le droit international au Viêt-Nam. © Getty Images

Free Vietnam’s Political Prisoners! [HRW]

[ndlr] Infographie de l’ONG Human Rights Watch publiée le 2 novembre 2017, comprenant les liens vers les portraits de quinze personnalités emprisonnées pour leurs idées politiques.

In Vietnam, more than 100 political prisoners are currently locked up simply for exercising their basic rights. Rights bloggers and activists face police harassment, intimidation, surveillance, and interrogation on a daily basis. Activists face long stints of pre-trial detention, without access to lawyers or family in a one-party police state that brooks no dissent.

International donors and trade partners should press for the end to the systematic persecution of peaceful critics. Join us in calling for the immediate release all people imprisoned and detained for peacefully exercising their rights.

★ ★ ★

Libérer les prisonniers politiques au Vietnam

Au Vietnam, plus d’une centaine de prisonniers sont incarcérés pour des motifs politiques ou religieux, en violation de leurs droits fondamentaux. Les activistes et blogueurs sont régulièrement harcelés par la police. Ceux qui sont arrêtés sont souvent privés d’accès à une assistance juridique ou de visites familiales, dans cet État à parti unique où les points de vue discordants ne sont guère tolérés.

Les bailleurs de fonds internationaux et autres interlocuteurs devraient presser le gouvernement de cesser de persécuter les opposants pacifiques, et de remettre en liberté tous les prisonniers politiques. Une liste de plus de 100 prisonniers figure en Annexe du communiqué en français, les profils ci-dessous sont en anglais.

★ ★ ★

Hãy trả tự do cho tù nhân chính trị ở Việt Nam!

Ở Việt Nam, hiện có hơn 100 tù nhân chính trị bị giam giữ chỉ vì đã thực thi các quyền cơ bản của mình. Các blogger và nhà hoạt động nhân quyền hàng ngày phải đối mặt với nạn sách nhiễu, đe dọa, theo dõi và thẩm vấn của công an. Trong một chế độ độc đảng công an trị không chấp nhận bất đồng chính kiến, các nhà hoạt động bị tạm giam trong thời gian dài mà không được tiếp xúc với luật sư hay gia đình.

Các nhà tài trợ và đối tác quốc tế cần gây sức ép để chấm dứt tình trạng đàn áp một cách có hệ thống nhằm vào những người lên tiếng phê phán ôn hòa. Hãy sát cánh cùng chúng tôi kêu gọi phóng thích ngay lập tức tất cả những người đang bị giam, giữ vì thực thi các quyền con người của mình một cách ôn hòa.

Source : HRW

Human Rights Groups Call on Vietnam’s Government to ‘Stop the Crackdown’ [RFA]

[ndlr] Protestation contre l’amplification de la répression contre les dissidents et activistes sociaux au Viêt-Nam.

Vietnamese and international human rights groups called this week on the government of Vietnam to end what they called an “unprecedented crackdown” on peaceful political expression that has seen at least 25 activists and bloggers jailed or exiled so far this year.

Writing in an open letter dated Oct. 16, the coalition—including Vietnam-based rights organizations and groups like Reporters Without Borders based in Western countries—said the ongoing campaign of persecution “violates international law, damages Vietnam’s reputation abroad, and limits the country’s progress.”

The government of Vietnam, a one-party communist state, “has resorted to unsubstantiated national security charges (especially Articles 79 and 88 of the Vietnamese Penal Code) to justify repression of free expression, free information and peaceful advocacy,” the statement said.

“Vietnamese authorities continually resort to tactics of prosecution, arbitrary detention, abuse, and harassment to silence dissenting voices.”

Along with drawing attention to the plight of those sentenced or detained, the group says it aims “in a sustained campaign” to provide support to jailed activists and their families, and to push for diplomatic pressure on Hanoi “to ensure the release of all political prisoners.”

Lire la suite : RFA, 17/10/2017.

★ ★ ★

Appel en français ci-dessous de dix organisations vietnamiennes et internationales

Cessez la répression au Vietnam

16 octobre 2017

Un groupe d’organisations vietnamiennes et internationales de défense des droits de l’homme s’est formé pour faire cesser la répression qui sévit au Vietnam : Ngưng Ngay Đàn Áp.

Le Vietnam est au centre d’une répression politique sans précédent envers toute forme d’expression pacifique. Rien que cette année, les autorités vietnamiennes ont arrêté ou exilé au moins 25 activistes et blogueurs pacifiques. Dans plusieurs simulacres de procès, le gouvernement a orchestré des condamnations injustifiées et a condamné des défenseurs des droits de l’homme et des blogueurs, dont Tran Thi Nga, Nguyen Van Oai et Nguyen Ngoc Nhu Quynh, à de longues peines d’emprisonnement. L’un des avocats et blogueurs les plus renommés du Vietnam en matière de droits de l’homme, Nguyen Van Dai, est détenu arbitrairement sans procès depuis bientôt deux ans.

Le gouvernement de Hanoi recourt à des accusations non fondées qui touchent à la sécurité nationale (utilisant en particulier les Articles 79 et 88 du Code pénal vietnamien) pour justifier la répression de la liberté d’expression, la liberté d’information et la défense pacifique des droits de l’homme. Les autorités ciblent les médias sociaux et utilisent de « fausses informations » pour justifier la censure. Les autorités vietnamiennes recourent continuellement à des tactiques de poursuite pénale, de détention arbitraire, d’abus et de harcèlement pour réduire les voix dissidentes au silence.

Ces mesures de répression violent le droit international, et nuisent à la réputation du Vietnam à l’étranger et au développement du pays.

#StopTheCrackdownVN est formé d’un groupe d’organisations vietnamiennes et internationales défendant la liberté d’expression, la liberté d’information et la protection des droits de l’homme. Grâce à une campagne soutenue, particulièrement concentrée sur les cas des activistes et des blogueurs arrêtés depuis le début de l’année 2017, nous visons à :

  • Attirer l’attention du public sur ce qui se passe afin de condamner la répression qui sévit actuellement au Vietnam
  • Apporter l’assistance nécessaire aux activistes détenus et à leurs familles
  • Appliquer les lois et les mécanismes existants et à faire exercer des pressions diplomatiques sur le gouvernement de Hanoi afin d’assurer la libération de tous les prisonniers politiques

Rejoignez-nous !

Signataires

Association Bau Bi Tuong Than // Brotherhood for Democracy (Fraternité pour la Démocratie) // Chan Hung Nuoc Viet // Defend the Defenders // English PEN // Lawyers for Lawyers // Lawyers’ Rights Watch Canada // Reporters Without Borders // Viet Labor Movement // Viet Tan

Source : Viet Tan

Voir l’infographie Stop the Crackdown in Vietnam

Viêt-Nam : le pouvoir, la dissidence et le spectre de l’étranger – par Louis Raymond

[ndlr] Nous publions cette tribune libre de Louis Raymond sur les rapports entre le pouvoir communiste vietnamien et les enjeux soulevés par la dissidence intérieure.

Viêt-Nam : le pouvoir, la dissidence et le spectre de l’étranger

 

Juillet 2017

Nguyen Ngoc Nhu Quynh, blogueuse vietnamienne originaire de Nha Trang et écrivant sous le pseudonyme de Me Nam (la mère des champignons), a été condamnée le 28 juin 2017 par le tribunal populaire de la province de Khanh Hoa à une peine de 10 ans de prison ferme, en vertu de l’article 88 du code pénal, qui définit les « crimes de propagande contre l’Etat ». Elle avait été arrêtée à son domicile le 10 octobre 2016, dans ce qui avait tout l’air d’être une réaction mécanique des autorités de son pays à l’agitation qui avait cours.

Les difficiles mouvements de la société civile

En avril 2016, un très grave scandale environnemental dans le centre-nord du pays avait fait naître un mouvement social. La définition de la société civile vietnamienne a toujours été difficile, tant certaines associations et organisations non-gouvernementales politisées ont tenu le haut du pavé dans les manifestations d’opposition au Parti Communiste Vietnamien (PCV) dans les dix dernières années. Cette fois néanmoins, c’était une frange plus large de la population, urbaine et éduquée, qui était descendue dans les rues, émue par la pollution aux métaux lourds de la mer provoquée par les rejets d’une aciérie de la société taïwanaise Formosa Plastics. L’écosystème marin en avait été lourdement affecté, à raison du spectacle désolant de milliers de tonnes de poissons échoués sur plus de 300 kilomètres de côtes. Le dilemme avait été cruel pour les autorités. Un des responsables taïwanais de la communication de l’usine l’avait alors résumé dans une formule relevant de la provocation froide : « entre les poissons et l’acier, il faut choisir ». Entre les 10 milliards de dollars investis dans une province enclavée du centre du pays et la survie de l’économie littorale traditionnelle, le choix d’un pays cherchant à se développer à tout prix avait été fait, sans compter que les services provinciaux compétents avaient su profiter de l’affaire. Mais cela n’avait guère plu à une jeunesse éduquée qui percevait dans la question environnementale un type de revendications lui permettant d’être entendue tout en évitant la confrontation avec le PCV sur les sujets qui fâchent (la nature du régime, la relation avec le grand frère chinois, etc.). Les premières protestations, celles du mois de mai 2016 dans les grandes villes, avaient été jugulées avec une application toute militaire. Le mouvement était alors revenu vers le lieu où le premier acte de ce drame s’était noué : la province de Ha Tinh, à 400 kilomètres au sud de Hanoï, où est située l’usine pollueuse. L’église catholique vietnamienne avait vu certains membres de son clergé s’investir dans la défense des victimes. Le 2 octobre 2016, un rassemblement d’environ 5000 personnes avait ainsi eu lieu devant l’usine pollueuse et des prêtres catholiques, souvent des « curés de campagne », avaient pris la parole à la tribune. Me Nam pour sa part, même si elle n’y assistait pas personnellement, avait voulu, comme toute une génération de blogueurs et d’activistes vietnamiens ayant fait leurs gammes sur le web 2.0, s’en faire l’écho, si ce n’est le porte-voix.

Il pleuvait à torrents à Ho Chi Minh-Ville en juin 2017, ce qui avait quelque chose d’étonnant pour un mois de la saison sèche. Mais le spectacle était ailleurs. On se passionnait pour un procès de droit commun, opposant la « reine de beauté » Phuong Nga  à l’homme d’affaires Cao Toan My sur fond de chantage financier et de mariage mal conclu, procès dont la publicité médiatique avait quelque chose d’outrancier. A 400 kilomètres plus au nord avait pourtant lieu simultanément un procès qui devait confirmer le virage autoritaire du régime, amorcé depuis le XIIè congrès du PCV en janvier 2016. Me Nam était condamnée à dix ans de prison ferme, dans la relative indifférence de la population. Voilà une peine dont la sévérité surprend jusqu’à l’observateur habitué à recevoir, à un rythme hebdomadaire, la nouvelle d’une bastonnade d’activiste ou l’arrestation d’un vieil écrivain, comme cela avait été le cas de Nguyen Quang Lap à la fin de l’année 2014. Pour « Propagande contre l’Etat » ou « Abus des libertés démocratiques » (les « crimes » définis respectivement par les articles 88 et 258 du code pénal), les peines ont en moyenne été comprises, dans les dix dernières années, entre trois et six ans de prison. Dix ans, c’est long. C’est long pour une femme de 38 ans, mère de deux enfants en bas âge. C’est encore plus long pour une personne qui n’a fait, somme toute, qu’exprimer ses vues par écrit. Le Vietnam est assurément un pays plus complexe que le laissent penser les rapports de Human Rights Watch ou de Reporters sans frontières, qui tendent à présenter la situation des droits de l’homme en établissant des listes sans faire état des logiques politiques. Il en reste que, même en tentant de se refuser au simplisme de traitement, il y a un devoir moral à souligner l’injustice de cette condamnation.

Le retour des vieux fantômes

Si les affaires ayant trait à la question des droits de l’homme et de la liberté d’expression sont courantes, celle-ci doit bien être comparée aux plus emblématiques : la condamnation de M. Tran Huynh Duy Thuc, dissident ayant proposé une opposition intellectuellement construite au monopole du pouvoir par le PCV, à 16 ans de prison. Il avait été jugé à Ho Chi Minh-Ville  en janvier 2010 en même temps qu’un avocat, M. Le Cong Dinh, qui a lui passé plus de quatre ans en prison avant d’être placé sous résidence surveillée en 2015. L’arrestation en 2014, puis la condamnation en mars 2016, du blogueur Anh Ba Sam (Nguyen Huu Vinh, de son vrai nom) et de son assistante Nguyen Thi Minh Thuy, à respectivement cinq et trois ans de prison. Le blogueur Nguyen Van Hai (Dieu Cay) avait lui écopé de douze ans de prison, en septembre 2012, avant d’être relâché et exfiltré vers les États-Unis en 2014. L’avocat Cu Huy Ha Vu avait passé quatre ans en détention entre 2010 et 2014, avant d’être lui aussi relâché puis exfiltré aux États-Unis pour raisons de santé. Enfin, un professeur de mathématiques franco-vietnamien né en 1955, Pham Minh Hoang, avait passé 17 mois en prison entre 2010 et 2012, pour « activités visant à saper l’autorité de l’Etat ». Le 17 mai dernier, une décision signée par le Président de la République vietnamienne, M. Tran Dai Quang, l’a déchu de sa nationalité. Il a été expulsé du territoire le 25 juin dernier et se trouve actuellement à Paris. Il y a, au total en 2017, plus de cent personnes actuellement emprisonnées au Vietnam pour des raisons politiques.

Il existe un lien, supposé ou réel, entre ces diverses affaires : les relations de la dissidence vietnamienne avec les partis vietnamiens de l’étranger, et tout particulièrement celui dit de la « réforme » : le Viêt Tân. Fondé au début des années 1980 par un ancien amiral de la République du Vietnam (la République de Saïgon avant 1975), ce parti n’a officiellement abandonné la lutte armée qu’au milieu des années 2000 et est toujours considéré par Hanoï comme une organisation terroriste. Il dispose d’appuis puissants aux États-Unis, y compris au Congrès à travers la représentation du 39ème district de Californie, et de réseaux en Europe et en Asie du Sud-Est au sein des diasporas. Ainsi, le professeur Hoang n’en était pas simplement un membre revendiqué après avoir adhéré en France à cette organisation ; il en était le représentant officiel à Ho Chi Minh-Ville1. Quant à Tran Huynh Duy Thuc et Le Cong Dinh, il leur était reproché des rencontres qu’ils auraient faites en Thaïlande, à Phuket et Pattaya, au mois de mars 2009, avec des Vietnamiens de la diaspora militant activement dans des partis politiques qui ne tiennent pas exactement Hô Chi Minh pour l’oncle de la nation.

Et voilà que nous sommes témoins de l’agitation d’un vieux spectre. Celui d’une guerre entre Vietnamiens qui avait duré longtemps et dans laquelle les divers acteurs jouissaient de liens avec les puissances étrangères. L’historiographie montre, en s’appuyant sur de nouvelles sources accessibles seulement depuis une quinzaine d’années, que le Nord était bien plus soutenu par la Chine et l’URSS qu’on ne le croyait. Quant au Sud et à l’intervention américaine, c’est un procès qui, contrairement à la dimension expéditive des procès politiques vietnamiens de notre époque, n’aura jamais fini de s’instruire, au moins en apparence.

Me Nam avait-elle des liens avec le Viêt Tân ? Non, pas à première vue. Mais elle était membre d’un réseau, le « réseau des blogueurs vietnamiens » (Mang Luoi Blogger VN), qui s’affichait comme clairement proche et favorable à la politique américaine d’influence dans leur pays, souvent à coup de selfies pris « spontanément » avec tel ou tel diplomate, et qui pouvaient se retrouver publiés dans Voice of America ou la BBC dans la journée même. Une partie de la dissidence actuelle, qui va au-delà des héritiers de la défunte République du Sud, se montre en effet séduite par le discours catéchisant développé par les missionnaires du Département d’État. A tel point que l’on trouvait encore en 2014-2015, chez de vieux membres du PCV devenus critiques entre temps, des défenseurs ardents du projet de partenariat trans-pacifique (TPP) de M. Barack Obama, car ils y voyaient le moyen d’échapper à l’influence de la Chine. L’Ambassade des États-Unis prend systématiquement position sur toute violation apparente des droits de l’homme au Vietnam, mais leur pays ne souhaite officiellement plus renverser le régime de Hanoï. C’est en tout cas ce qu’aurait assuré M. Obama au Secrétaire général du PCV, M. Nguyen Phu Trong, dans le bureau ovale en juillet 2015. Pour autant, ils continuent à appuyer (certes plus politiquement que financièrement), certaines organisations que le PCV considèrent ouvertement comme ennemies. Parmi celles-ci, le Viêt Tân. Ce parti n’a assurément pas la haute main sur toute la dissidence mais il est un épouvantail pratique à agiter. Il sert surtout à discréditer toute velléité d’organisation autonome de la société civile, comme ce fut le cas en mai 2016 où un communiqué de presse du ministère de la sécurité publique faisait état que les manifestations à propos du scandale Formosa comme « organisées par les terroristes du Viêt Tân »2, après que certains des représentants de ce parti ont eu des contacts avérés avec les manifestants. Il reste à observer si M. Donald Trump, qui a rencontré l’actuel Premier ministre Nguyen Xuan Phuc à deux reprises, se place ou non dans la continuité de son prédécesseur sur ces questions.

Néanmoins, il n’est pas moins évident que l’idée de la main de l’étranger fait bondir de leur fauteuil d’osier les vieux Léninistes de la place Ba Dinh à Hanoï. L’ingérence étrangère, ou plutôt occidentale, hâte la police politique dans le déroulement de son calendrier répressif. En ce sens, les diverses visites rendues par des diplomates occidentaux, américains ou européens, au domicile de Me Nam dans les mois ou les semaines qui avaient précédé son arrestation, ne l’ont peut-être pas aidée. Depuis sa condamnation, il court à Ho Chi Minh-Ville la rumeur qu’elle pourrait être, après quelques mois de prison, exfiltrée vers les États-Unis. Cela est tout à fait plausible au regard du fait qu’elle a récemment été désignée, en mars 2017, comme récipiendaire du prix « International Women of Courage » par Mme Melania Trump, et qu’il s’agit d’une pratique à laquelle le Département d’État américain ne rechigne pas. L’un des deux derniers exfiltrés en date, le blogueur précédemment mentionné Nguyen Van Hai (Dieu Cay), avait été pris en photo à son arrivée sur le sol américain avec un drapeau jaune à bande rouges de la République du Sud avant 1975. Ce symbole, qui a pu embarrasser M. Hai car il est apparu dans le cadre des photographies de presse sans son consentement, est l’un des points de crispation du PCV.

Un pays qui a changé de visage depuis le XIIème congrès du PCV

Le XIIème congrès du PCV, qui s’est tenu en janvier 2016, a été, avec l’éviction du Premier ministre Nguyen Tan Dung, une véritable rupture. La plupart des commentateurs, y compris vietnamiens, s’attendaient pourtant à le voir briguer de nouveau l’un des quatre postes clef du régime. En l’occurrence, il se disait dans les milieux informés qu’il était en mesure de devenir Secrétaire général du Parti et d’organiser une fusion de cette fonction avec celle de Président de la République, afin de créer un régime centré autour d’un homme fort, à l’instar du pouvoir dont dispose M. Xi Jinping en Chine populaire. C’était sous-estimer la spécificité du pouvoir vietnamien, plus collégial qu’ailleurs, et la capacité d’alliance des factions opposées à un Premier ministre puissant, mais qui était loin de faire l’unanimité. Ainsi, M. Tran Dai Quang, jusqu’alors ministre de la sécurité publique, et M. Nguyen Phu Trong, Secrétaire général depuis 2011, ont conclu un pacte qui a permis l’éviction de l’encombrant M. Dung, que plusieurs procès d’hommes d’affaires de son réseau entre 2012 et 2015 n’avaient su déstabiliser. M. Tran Dai Quang est devenu Président de la République et M. Trong est enfin « entré en fonctions » avec le renouvellement de son mandat, tandis que M. Dung était condamné à tenter, du mieux qu’il pouvait, de recaser ses séides dans le nouvel organigramme gouvernemental. Mais cette soudaine convergence de vues entre les gardiens du temple de l’orthodoxie et des policiers manifestant une tendance à l’autoritarisme devait nécessairement avoir des conséquences pour les orientations du pays.

Le Vietnam est à la recherche d’un équilibre entre trois grandes puissances que sont les États-Unis, la Chine et la Russie, tout en jouant de son appartenance régionale à l’association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN). Cet exercice de funambulisme diplomatique avait néanmoins souvent été résumé en une opposition entre les pro-américains, dont le chef de file putatif était M. Dung, et les pro-chinois, emmenés par M. Trong. Il s’agissait là d’un simplisme dont la séduction avait pu opérer jusque dans les rangs de la dissidence, mais qui ne prenait pas en compte la complexité de la nature du pouvoir.

Dung disposait effectivement de liens avérés avec les États-Unis, qu’il entretenait, au-delà des usages diplomatiques, via les affaires de sa famille. Sa fille, Mme Nguyen Thanh Phuong, est en effet à la tête d’une banque très influente à Ho Chi Minh-Ville, bien nommée Viet Capital3. Elle a épousé un citoyen américain d’origine vietnamienne, M. Henry Nguyen, qui dirige pour sa part un fonds d’investissement très actif dans les médias et les nouvelles technologies en Asie du Sud-Est, IDG Venture. Il était de notoriété publique que le couple avait des liens privilégiés avec les milieux d’affaires américains, qui leur avait permis, entre autres, d’obtenir la licence pour ouvrir les premiers restaurants MacDonalds au Vietnam en 2013. M. Dung, néanmoins, n’avait pas mis tous ses œufs dans le même panier : il fréquentait toutes sortes d’hommes et de femmes d’affaires ayant commencé leurs activités en Russie, en Europe de l’Est, en Chine, ou simplement à l’intérieur des frontières depuis le milieu des années 1990. Ancien gouverneur de la banque centrale vietnamienne avant d’accéder au devant de la scène politique, il avait su jouer de la baguette magique pour faire disparaître certaines dettes douteuses d’entrepreneurs afin de gagner sur eux de l’influence. Naturellement, l’art de la relation voulait qu’à terme, les faveurs soient rendues.

Trong, pour sa part, avait été le rédacteur en chef de la revue « Communisme » (Tap Chi Cong San), et à ce titre un théoricien du pouvoir, avant de faire de la politique. Son intérêt intellectuel pour la Chine n’est pas une soumission, comme voudraient le faire croire un peu trop rapidement certains dissidents anti-chinois. Mais il est sujet à une forme de fascination de la puissance qu’a su développer le grand frère : il veut rendre immuable le système du Parti unique et croit fermement, bon lecteur de Lénine, que les institutions doivent être disciplinées et tenir la société dans le creux de leur main. Nul doute qu’il a observé avec attention les campagnes anti-corruption menées par M. Xi Jinping et qu’il s’était délecté du feuilleton de l’affaire Bo Xilai4. Il en reste que, malgré le prestige, théoriquement suprême, de la fonction qu’il occupe depuis 2011, l’activité débordante de l’ancien Premier ministre l’avait conduit à devoir prendre son mal en patience.

Derrière les débats sur le TPP et les enjeux territoriaux en mer de Chine méridionale, voilà bien ce qui s’était tramé en coulisses du XIIème congrès du PCV. Alors, celui qui en est sorti vainqueur a eu beau jeu et grand intérêt à sécuriser sa victoire en essayant de neutraliser au plus vite les réseaux clientélistes de son adversaire. L’aide de la sécurité publique, qui réside désormais, en la personne de M. Tran Dai Quang, au palais présidentiel, a été bienvenue. Entre 2016 et 2017, une campagne anti-corruption très agressive a été menée. Elle visait, sans que cela fût jamais ouvertement explicité, les réseaux de M. Dung. La principale victime à ce jour est l’ancien ministre des transports devenu entre temps secrétaire municipal du Parti à Ho Chi Minh-Ville, M. Dinh La Thang. Cet ancien président-directeur général du groupe pétrolier national PetroVietnam devait en grande partie sa carrière à l’ancien Premier ministre. Après plusieurs arrestations (dont certaines, ratées, avait conduit à la fuite des suspects à l’étranger) et de très insistants bruits de couloir pendant plus de six mois, M. Dinh La Thang a été démis de ses fonctions de dirigeant de la plus grande ville du pays et exclu du bureau politique en avril 20175. La prochaine cible de cette campagne pourrait être la fille de l’ancien Premier ministre en personne, après qu’elle a été mise en cause dans une obscure transaction de rachat d’une filiale de l’opérateur téléphonique MobiFone, transaction dans laquelle sa banque avait joué le rôle de conseil. En Chine, la dernière campagne anti-corruption avait été appelée « frapper les tigres, tuer les mouches ». Au Vietnam, tigres et mouches se savent désormais en danger.

La tentation de l’oppression

Nguyen Phu Trong et Tran Dai Quang ont désormais les mains libres pour mettre en œuvre leur projet politique, qui est une réhabilitation de l’autorité de l’État et du Parti dans une société gangrenée par la corruption et où la défiance envers les institutions est généralisée. Ils veulent faire le ménage et ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin. Rapidement après le congrès de 2016, ils ont durci le contrôle sur les organes de presse et mis violemment au pas les blogueurs, lanceurs d’alerte et autres journalistes indépendants qui avaient eu l’indécence de vouloir se faire entendre. La condamnation de Me Nam n’est pas un cas isolé. Depuis 2016, le rythme des arrestations et des violences s’est accru et les victimes n’en sont pas seulement celles et ceux qui avaient des liens avec les États-Unis.

L’appel, lancé en avril 2006, du groupe d’activistes du « Bloc 8406 » pour les libertés démocratiques au Vietnam avait trouvé une certaine résonance, car l’accès à internet et la naissance des réseaux sociaux permettaient une circulation de l’information plus rapide et l’accès à d’autres sources que celles contrôlées par le ministère de l’information et de la communication. Depuis, en une dizaine d’années, un système de contre-information et de réponse à la censure s’était développé sur les réseaux sociaux, et tout particulièrement Facebook, qui compte plus de 40 millions d’utilisateurs dans le pays. Les blogs et la divulgation d’informations ont permis des avancées réelles, notamment la prise de conscience de la corruption des élites6. Ils ont aussi permis qu’un débat s’amorce autour de la question des libertés publiques. Pour le Parti, c’était un risque, au moment où avaient lieu les printemps arabes. Alors, il a été décidé de développer, au sein du ministère de la sécurité publique, une unité de « riposte » sur internet. Comme en Chine, des « fonctionnaires de l’opinion » sont payés à scruter les réseaux sociaux et à répondre systématiquement aux nouvelles déplaisantes avec l’argumentaire produit au préalable par les autorités. Six ans plus tard, M. Trong semble s’être lassé de cette guerre numérique et veut envoyer un signal fort à quiconque voudrait placer trop haut et trop fort ses espoirs en une transition démocratique à la birmane.

L’Etat-Parti se sent menacé à l’extérieur, avec la militarisation menée par la Chine des archipels Spratley et Paracels. Pour cela, il veut se montrer impitoyable avec toutes les menaces qu’il perçoit à l’intérieur. Les blogueurs et les activistes d’abord, mais aussi l’armée populaire, qui avait commencé à prendre un peu trop son indépendance en développant des affaires économiques propres. Du côté de la place Ba Dinh, on se montre aussi très attentif à ce qu’il se passe dans le monde. Au renforcement du pouvoir de M. Erdogan en Turquie après le coup d’État raté de juillet 2016, à l’arrestation de M. Navalny en Russie, et bien sûr, aux manœuvres institutionnelles de M. Xi en Chine. M. Trong a froidement analysé le discrédit des démocraties électorales et la perte de prestige de l’Occident après le Brexit et l’élection de M. Donald Trump. Il a préparé sa réplique, si quelqu’un venait jamais à lui faire une remarque sur le durcissement de son régime.

Une diplomatie des droits de l’homme ?

Un diplomate belge autrefois en poste à Hanoï s’étonnait que, à la pause café d’un séminaire sur la torture organisé par son Ambassade et avec le soutien de l’Union européenne, dans le but de convaincre le ministère de la sécurité publique de l’inhumanité de cette pratique, les policiers vietnamiens se montrent hilares. Assurément, il y a ce qu’on fait semblant de dire et ce qu’on dit vraiment, et les communistes vietnamiens, qui ont vaincu la France, l’Amérique et la Chine au cours du même siècle, n’aiment pas beaucoup qu’on leur donne des leçons. Une diplomatie des droits de l’homme de la protestation et de l’affichage n’est guère efficace ; c’est pourtant ce à quoi beaucoup s’obstinent. Le Vietnam est un pays en développement, et la seule façon d’obtenir de ses dirigeants une autre réaction qu’une indifférente politesse, est de parler d’affaires et de signatures de contrats. Le projet d’accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Vietnam, dont le texte doit encore être ratifié par certains parlements des États membres, offre une opportunité de négociation sur ces questions. C’est risqué, bien sûr ; cela pourrait conduire les Vietnamiens à « spéculer » sur leur réserve de prisonniers politiques, à en faire une monnaie d’échange. En parallèle d’une réflexion sur l’ingérence et sur la cohérence de la diplomatie des États membres, les Européens doivent être conscients de ce risque de dévoiement s’ils souhaitent se livrer à ce jeu, après, notamment, que le dissident Dang Xuan Dieu, lui aussi membre du Viêt Tân, a été accueilli en France à la fin de l’année 2016. Sans réflexion stratégique, ils n’auront plus, à terme, qu’une importance toute relative, et devront faire des concessions de plus en plus vexatoires face à un PCV qui est déterminé à ne plus subir la loi du plus fort dans les relations internationales7.

Conclusion

La condamnation de Me Nam, et la recrudescence de la répression à l’endroit des blogueurs, s’inscrit dans un contexte plus large. Le secrétaire général du Parti, M. Nguyen Phu Trong veut reprendre la main dans son deuxième mandat, après avoir été dans l’ombre de Nguyen Tan Dung entre 2011 et 2016. Son projet politique, pour lequel il s’appuie sur le Président Tran Dai Quang, est de réhabiliter l’autorité du Parti et de l’Etat, qu’il estime avoir été mise à mal par la corruption et une gestion économique très approximative dans les quinze dernières années. Il veut aller vers un régime autoritaire, dans le respect des valeurs asiatiques, où le PCV se maintient au pouvoir. Dans une certaine mesure, l’élite dirigeante vietnamienne lorgne désormais du côté de Singapour. Par ailleurs, adopter une position morale sur la question de la répression peut être une attitude dangereuse, car ce serait oublier de prendre en compte que les « dissidents » appartiennent à des réseaux d’intérêts, dont certains sont très liés aux Etats-Unis. Une diplomatie qui ignore, naïvement ou à dessein, à la fois la nature du régime (policier, léniniste, organisé) et la nature de l’opposition, se condamne à être bernée par les deux parties, comme cela a pu être le cas des chancelleries diplomatiques européennes ces dernières années.

 

 

Louis Raymond est un ancien étudiant du Master ASIOC de l’ENS de Lyon. Après deux années au Consulat général de France à Ho Chi Minh-Ville, il travaille désormais comme journaliste indépendant.

Image « à la une » : La blogueuse et activiste sociale Nguyen Ngoc Nhu Quynh alias « Mère champignon » lors de la campagne « C’est notre droit de savoir » © 2015 Me Nam

Notes

  1. L’article du journal « Le Monde » daté du 21 juillet 2017 omet de mentionner ce fait, alors même que la photo d’illustration à cet article est un rassemblement du Viêt-Tân ayant eu lieu au Kremlin-Bicêtre le 25 juin 2017 []
  2. Lire notamment l’article de Tuoi Tre en anglais, représentatif des publications dans la presse en langue vietnamienne : http://tuoitrenews.vn/society/34802/terrorist-group-responsible-for-recent-rallies-in-ho-chi-minh-city-police []
  3. Elle aurait quitté ses fonctions de direction à la tête de Viet Capital au cours du mois de juin 2017 []
  4. En 2012, suite à plusieurs affaires troubles impliquant son épouse, le chef du Parti communiste de la ville de Chongqing et ancien ministre du commerce est démis de ses fonctions. Il est condamné l’année suivante à la prison à perpétuité []
  5. Il a été remplacé à ce poste par M. Nguyen Thien Nhan []
  6. Un cas particulièrement édifiant est le blog « Chân Dung Quyên Luc » – « Le portrait du pouvoir », apparu en ligne en 2013, mais qui n’a eu une période d’activité que de quelques mois []
  7. Le « kidnapping » d’un ex-magnat vietnamien du pétrole, M. Trinh Xuan Thanh, en plein centre de Berlin quelques jours après la rédaction de cet article peut être compris dans ce sens []

Pierre Brocheux : Paris, Moscou, Hanoï : Hồ Chí Minh et les droits de l’homme

[ndlr] Communication de Pierre Brocheux. Reproduite sur Mémoires d’Indochine avec son aimable autorisation.

 

Paris, Moscou, Hanoï : Hồ Chí Minh et les droits de l’homme

Pierre Brocheux

Résumé :

À Hanoi, le 2 septembre 1945, Hồ Chí Minh proclame la naissance de la République démocratique du Viêt Nam. Son discours débute par l’invocation des droits de l’homme en se référant à la Déclaration de l’indépendance américaine (4 juillet 1776) et à la Déclaration française (26 août 1789). En suivant le parcours du lutteur de l’indépendance nationale au dirigeant d’un état se réclamant du socialisme de type soviétique, Hô Chi Minh a-t-il toujours  placé les droits de l’homme  des « révolutions atlantiques », dans son horizon politique ou les droits ne furent-ils qu’une arme tactique dans sa lutte contre la domination coloniale française ?  Lorsqu’il parlait des droits de l’homme, à quel système de valeurs pensait-il ? A-t-il exposé ses conceptions ?

Le 2 septembre 1945, Hồ Chí Minh proclame la République démocratique du Viêt Nam, état indépendant ; sa déclaration se réfère à la déclaration des droits de l’homme de la Déclaration de l’indépendance américaine et à la Déclaration française de 1789. Mais il précise aussitôt que la France a trahi les droits de l’homme en soumettant les Vietnamiens à sa domination et que le régime colonial  a démenti la devise de la république française : Liberté – Égalité – Fraternité, de façon permanente. La double référence à l’histoire n’était pas innocente car les événements passés que Hồ Chí Minh évoquait, concordaient avec la situation de la fin 1945 : les colonies anglaises d’Amérique s’étaient révoltées contre la Couronne britannique et le Viêt Nam venait de rejeter le joug de la France, simultanément la monarchie viêt séculaire venait d’être abolie (abdication de l’empereur Bảo Đại) comme le fut celle de France en 1792 après l’abolition de la « féodalité » (4 août 1789).

En 1925, il explicita ses accusations dans un pamphlet intitulé Le procès de la colonisation française où il dénonçait le paradoxe flagrant de la France, patrie des droits de l’homme et état impérial conquérant.  Le 9 novembre 1946, l’Assemblée nationale de la République démocratique du Viêt Nam adopta la première constitution qui comportait un préambule où les droits de l’homme étaient affirmés1. Cependant, cette constitution fut élaborée à la veille de la guerre franco-vietnamienne qui ne  favorisa pas  – c’est le moins que l’on puisse dire – son application. Lorsque le conflit militaire de neuf ans prit fin, l’état dont Hồ Chí Minh avait pris la tête  afficha clairement des objectifs révolutionnaires qui conduisit à une deuxième guerre, celle de l’unification du pays et de l’instauration d’un état socialiste de type soviétique (1976).

L’intérêt du sujet tient à sa contemporanéité parce qu’il concerne la nature et le fonctionnement du régime politique de la République socialiste du Viêt Nam ainsi que les facteurs potentiels de démocratisation.

Hồ Chí Minh fait connaissance avec les droits de l’homme

1. Le séjour en France de 1917/1919 à 1923

Le jeune Nguyễn Tất Thành, qui se fit appeler Nguyễn Aí Quốc en 1919 puis Hồ Chí Minh en 1942, a édifié sa personnalité au cours d’une trentaine d’années passées hors de sa patrie. Suivre ses pérégrinations nous éclaire en tenant compte du fait qu’Hô Chi Minh était un homme d’action et un pragmatique.  La théorie n’était pas son fort et je m’avance à  dire qu’il se méfiait d’elle. Il faut donc nous reporter aux témoignages de ceux qui furent ses proches et aux nombreuses anecdotes qui ont été recueillies et publiées à des fins d’édification. Dans son parcours, Hồ Chí Minh rencontra les droits de l’homme tels qu’ils sont définis dans la philosophie politique occidentale et placés en exergue dans les régimes politiques qui s’y référent.

Très tôt, dès  l’enfance, il prend conscience que son pays est sous le joug étranger, mais la domination française présente un caractère ambiguë que révèle la sévère répression qui s’abat sur le mouvement des lettrés modernistes.  Une des principales figures de ce mouvement, le lettré Phan Châu Trinh est accusé  d’avoir fomenté la révolte fiscale dans la province du Quảng Nam en 1908, il est condamné à mort, mais sa peine commuée, il est déporté au bagne de Poulo Condor. Ses amis français de la Ligue des droits de l’homme (il y avait plusieurs sections de la LDH en Indochine) obtiennent qu’il soit exilé en France où il continue d’exprimer librement ses opinions contre la monarchie, le mandarinat et, indirectement, le protectorat français. Par exemple, il prend à partie, publiquement  et irrespectueusement l’empereur Khải Định qui est en visite officielle en France en 1922.

En 1914, il est emprisonné pendant quelques mois ainsi que son compatriote et mentor Phan Văn Trường pour complot en collusion avec l’Allemagne. L’accusation n’étant pas fondée, les deux hommes sont libérés en 1915 sur l’intervention de la Ligue des droits de l’homme2.

À la fin de la guerre, les deux hommes sont rejoints par Nguyễn Tất Thành, Nguyễn Thế Truyền et Nguyễn An Ninh.  Ce groupe rédige les Revendications du peuple annamite, sous la signature collective « Nguyễn Aí Quốc ». Thành saisit l’occasion de la tenue de  la Conférence de la Paix à Versailles en 1919 (où le président Woodrow Wilson avait inscrit l’autodétermination des peuples dans ses fameux « Quatorze points ») pour porter les « Revendications » à la connaissance des délégués. Jusqu’à la dispersion du groupe connu sous le nom « les cinq dragons », de 1923 à 1925, ces cinq hommes qui sont étroitement surveillés et parfois harcelés par la police, poursuivent leurs activités militantes de manière ouverte et publique. Ils sont soutenus et protégés par la mouvance anticolonialiste française, de la Ligue des droits de l’Homme aux partis socialiste et communiste. Nguyễn Tất Thành est donc parfaitement informé de cette situation, il adhère au parti socialiste puis au parti communiste français (1920) en sachant que cette appartenance lui confère une relative immunité légale et pratique.

Des cinq hommes, celui qui se fait appeler désormais Nguyễn Aí Quốc, choisit la voie révolutionnaire pour reconquérir l’indépendance de son pays tandis que les autres ont toujours foi dans le réformisme et l’action légale. Nguyễn Aí Quốc rejoint Moscou où il se met au service de la IIIème Internationale parce qu’il estime que la révolution est plus apte que les réformes et le légalisme à mettre en application les droits de l’homme. À compter de cette période, il est clair que Quốc accorde la priorité et la prééminence au droit des peuples à l’autodétermination sur les droits des individus, un choix clairement déterminé par sa condition de colonisé.

2. Les moments soviétiques (1923-1924 et 1934-1938) sont déterminants pour plusieurs raisons

L’adhésion à la révolution d’Octobre 1917 et au léninisme implique davantage que modifier l’ordre de priorité des droits de l’homme ou les hiérarchiser : elle fait reconnaître le droit des travailleurs et celui des peuples. En outre, le léninisme exalte le rôle historique d’une classe sociale, le prolétariat3. Cette conception est-elle compatible avec la philosophie libérale universaliste des droits de l’homme issue du mouvement intellectuel de l’Europe du XVIIIème siècle4. Karl Marx refusait d’admettre l’existence et l’universalité du droit naturel et il insistait sur le contexte social et historique, il n’envisageait l’homme qu’en tant qu’il fait partie d’une société déterminée. Les philosophes confucianistes, particulièrement Xun zi (341-305 a.c.), ne sont pas loin5.

La conception que l’homme « n’existe que par les autres » (Marcel Mauss) est capitale aux yeux de Nguyễn Aí Quốc qui lors de son premier court séjour à Moscou (1923-1924) ne manque pas de revendiquer sa formation confucéenne6. Lorsqu’il est à Moscou, et, à chaque fois qu’il en a l’occasion, il marque la différence vis à vis de ses camarades occidentaux en affirmant l’antériorité du confucianisme progressiste (qu’il distingue du conservateur). Pour lui, Confucius fut le premier humaniste, le premier  internationaliste (« les hommes sont frères sur les quatre océans ») et le premier socialiste (partage égalitaire du terroir de la communauté villageoise). Mais il écrit également que la lutte des classes n’est pas la même en Asie qu’en Europe7 : dans les sociétés d’Asie, les disparités socio-économiques sont faibles par rapport à celles de l’Occident capitaliste et industriel. Les révolutionnaires asiatiques doivent prendre en compte ces spécificités. Quốc adhère à une doctrine révolutionnaire qui invoque les droits de l’homme comme ceux de la philosophie des droits naturels mais il s’est mis au service d’une organisation révolutionnaire qui se réclame d’une doctrine exclusive : la lutte des classes et la dictature du prolétariat. L’aspiration à la démocratie y est inévitablement contrariée et le respect des libertés individuelles y est aléatoire sinon impossible. Quốc est pris au piège inévitable où étaient tombés les révolutionnaires français comme Saint Just, partisan tout à la fois de la démocratie souveraine et de la dictature révolutionnaire.

Antoine Louis Léon de Saint-Just (1767-1794, guillotiné avec Robespierre)

Aussi, lorsque Quốc invoque les valeurs liberté et égalité,  la liberté n’est pas celle de l’individu mais c’est la liberté du peuple, de la nation. Autrement dit la liberté collective, l’indépendance nationale.

Le droit à l’égalité est également un droit primordial qui le conduit à faire l’éloge du kolkhoze qui, dans la vision qu’il en eut, est l’application du droit au travail, où les paysans ont le même statut, jouissent de mêmes revenus, du même niveau de vie, où leurs enfants bénéficient du droit à l’éducation. Plus tard, lorsqu’il est incarcéré à l’hôpital de la prison britannique de Hong Kong, une infirmière chinoise  lui demande « qu’est ce que le communisme ? », Quốc lui répond que c’est d’abord l’égalité, « vous portez une collerette bleue et l’infirmière-chef anglaise une collerette rouge, dans le régime communiste il n’y aura pas deux collerettes de couleur différente pour marquer la hiérarchie »8.

Ces anecdotes confirment ce qu’il écrivait en 1921 :

L’Asiatique – bien que considéré par les Occidentaux comme arriéré – comprend pourtant mieux la nécessité d’une réforme totale de la société présente. Et voici pourquoi […] le Grand Confucius préconisa l’Internationale, prêcha l’égalité de fortune […]. L’égalité annule la pauvreté […].  Son disciple Mencius continua sa doctrine, il traça un plan détaillé d’organisation de la production et de la consommation. La protection et le développement d’une saine enfance, l’éducation et l’obligation au travail des adultes, la condamnation sévère du parasitisme, le repos des vieillards, rien ne fut négligé dans sa thèse9

Les séjours à Moscou permettent à Quốc d’observer, une fois de plus, le décalage entre  théorie et réalité ; quel que soit le régime politique du pays dans lequel il séjourne, il ne peut pas ne pas remarquer que la réalité ne concorde pas avec les idéaux affichés. Dans le premier séjour, il attribue l’écart aux facteurs objectifs : « l’encerclement capitaliste » qui oblige les révolutionnaires à défendre la jeune république des soviets et à établir un régime d’exception, les difficultés économiques, la déstructuration de la société. Mais au cours du deuxième séjour (1934-1938) qui correspond à la période des grandes purges staliniennes dont il manque de peu d’être la victime, il n’est pas davantage aveugle et sourd devant ce qui se passe.  Son silence sur cette période laisse supposer qu’il admet que la fin justifie les moyens et/ou, son but prioritaire étant l’indépendance de son pays, il lui faut suspendre l’application des droits de l’homme.  Pour réaliser son dessein, il a un besoin absolu de l’Internationale et de l’Union soviétique10.

Cela ne l’empêche pas d’écrire que la constitution soviétique de 1936 est « la meilleure du monde », en quoi il ne fait que répéter Staline qui passait pour le principal inspirateur ou rédacteur. Il convient de noter que la nouvelle constitution soviétique proclamait les droits de l’homme mais les assortissait des devoirs des citoyens envers l’État et le Parti (la constitution française de l’An III/1795 associait, elle aussi, des droits et des devoirs).

Pour Nguyễn Aí Quốc, les aspects négatifs de l’Union soviétique sont imputables au fait que la révolution est trop récente pour produire ses aspects positifs. S’adressant à ses trois compatriotes délégués au 7ème congrès du Comintern (1935) au cas où ils rencontreraient des bandes de bezprizorniki, jeunes sans surveillance et souvent délinquants ainsi que d’autres aspects « négatifs » de la réalité soviétique, il leur rappelle que l’URSS « revient de loin » et que, de toutes manières, la « situation des colonisés en Indochine est pire »11. Trente ans plus tard, si l’on en croit Hoàng Tung12, Hồ Chí Minh admettait qu’il savait à quoi s’en tenir sur la dictature de Staline et de Mao Zedong mais qu’il considérait l’unité du camp socialiste comme primordial, la libération nationale l’emportant sur toute autre objectif.

3. En contrepoint de sa confrontation avec la dure réalité soviétique, Nguyễn Aí Quốc fit deux expériences contrastées : celle du régime pénal britannique (1931-1934) et celle des geôles chinoises de la province du Guanxi (1942-1943)

Dans le premier cas, incarcéré dans la prison de Hong Kong après que les réseaux de la IIIème Internationale en Extrême-Orient fussent tombés dans un coup de filet de la police anglaise (1931), Quốc bénéficia de l’habeas corpus (notion qui existait dans le droit britannique mais pas dans le droit français).  La garantie juridique de la liberté individuelle lui évita l’extradition demandée par le gouvernement général de l’Indochine, de sorte qu’il échappa à la peine capitale qui avait été requise contre lui par un tribunal du protectorat d’Annam. Non content de le préserver d’un sort fatal, le gouverneur britannique exfiltra Nguyễn Aí Quốc vers la Chine d’où il rejoignit Moscou en 193413.

Dans un second épisode de sa vie aventureuse, Quốc fut arrêté par la police nationaliste chinoise en août 1942, il passa une année dans les prisons de la province du Guanxi, dans des conditions éprouvantes qui lui fournirent matière à rédiger ses Carnets de prison. On peut imaginer que s’il ne cultiva pas la nostalgie de la prison Victoria de Hong Kong, il fit des comparaisons à l’avantage des geôles impérialistes14

4. Les droits de l’homme pendant les trente années de la tragédie vietnamienne (1945-1975), ont-ils été mis de côté voire oubliés ou leur application a-t-elle été ajournée jusqu’à la restauration de la paix, de la prospérité économique et de la stabilité sociale et politique ? Entretemps, ont-ils servi d’idées-force au mouvement d’indépendance et d’alibi à un pouvoir d’exception ?

On ne peut nier le poids décisif des conditions objectives dans la définition et l’application des doctrines philosophiques, des aspirations des peuples, Emmanuel-Joseph Sieyès (1748-1836) a exprimé le fait en une phrase « Pourquoi transporter les hommes sur le haut d’une montagne et de là, leur montrer tout le domaine de leurs droits puisqu’on est obligé ensuite de les en faire redescendre pour les placer dans l’ordre politique où ils doivent trouver des limites à chaque pas ? »15.

Hồ Chí Minh et les droits de l’homme  dans la mémoire de Vũ Đình Hoè

À ma connaissance, le seul témoignage qui évoque Hồ Chí Minh et sa conception des droits de l’homme, est celui de Vũ Đình Hoè (1912-2011). Juriste, formé à l’université de Hanoi, il fut représentatif de l’intelligentsia vietnamienne qui émergea dans les années 1930 et 1940. Il anima un groupe d’intellectuels dont plusieurs juristes qui publiait la revue Thanh Nghị (1941-1945)16.  Celle ci traitait principalement des questions de société, d’économie et de culture générale du Viêt Nam contemporain. Lors de la révolution  d’août 1945, le groupe rallia le Viêt Minh (organisation frontiste dirigée par le Parti communiste indochinois). Il se transforma en Parti démocrate du Viêt Nam (Đảng Dân Chủ Việt Nam) auquel Hồ Chí Minh assignait un rôle  précis au sein du Viet Minh/Liên Viêt : représenter la fraction de la bourgeoisie moderniste, les « experts » pour éduquer, éclairer les révolutionnaires professionnels, les cấn bộ politiques et équilibrer la balance des pouvoirs.

Vũ Đình Hoè accepta  le poste de ministre de l’éducation nationale dans le gouvernement provisoire d’Hồ Chí Minh puis il devint le ministre de la justice en 1946 jusqu’en 1960. Il fut un conseiller de confiance de Hồ Chí Minh pendant toute la durée de la résistance antifrançaise dans la haute région du Nord Vietnam et après le retour du gouvernement de la République démocratique du Vietnam à Hanoï17.

Vũ Đình Hòe (1912-2011), ministre de la justice de la RDVN de 1946 à 1960 © DR

Vũ Đình Hoè nous confirme quatre idées-clefs que Hồ Chí Minh n’eut de cesse de répéter : il n’est pas concevable d’isoler les individus de leur société et de leur culture, l’indépendance nationale (la liberté collective) est la condition sine qua non de la liberté individuelle, les hommes ont des droits et des devoirs, le Droit est inséparable de la Morale.

Cependant, en plusieurs occasions, et dans des circonstances précises, Hồ Chí Minh chargea Vũ Đình Hoè de corriger des « erreurs », un euphémisme qui désigne des abus de pouvoir, les actes et les effets de la coercition violente induite dans le communisme de guerre.  Par exemple, Vũ Đình Hoè livre le récit de la mission qu’il accomplit après l’échec de l’opération Léa que le commandement français déclencha en octobre 1947 pour capturer le gouvernement de la résistance dans la région de Bac Kan.

Ses pérégrinations pédestres de 3.000 kilomètres durèrent quatre mois. Il vérifia que les prisonniers français étaient bien traités18 ; il enquêta sur le « zèle » d’un cadre de la Sécurité, « esprit borné, coupé de la population, procédant à des arrestations sans preuves, faisant disparaître certains détenus », il présenta à la population et aux victimes de l’arbitraire, les excuses du gouvernement19.

Vũ Đình Hoè cite un autre exemple significatif : pendant la résistance anti-française, un médecin, le Dr Trần Hữu Tước, refusait de participer aux séances collectives de critique et d’autocritique (Chỉnh huấn), aux plaintes répétées des dirigeants de la Zone III, « Oncle Hồ répondait avec placidité le chỉnh huấn repose entièrement sur le libre consentement. Si quelqu’un le refuse il ne doit pas y être contraint »20.

Par conséquent, Vũ Đình Hoè témoigne que les droits de l’homme dans leur déclinaison collective comme dans leur déclinaison individuelle, étaient au centre des préoccupations de Hồ Chí Minh mais de façon indissociable du dessein ultime que cet homme voulait accomplir : la restauration de l’indépendance de sa patrie et de l’État national. Lorsqu’en 1986,  le secrétaire général du Parti communiste décréta le Đổi Mới ou Rénovation, dont les commentateurs étrangers ne relevèrent que le volet économique, la parole fut libérée dans tous les domaines y compris dans la culture et la politique21.

Le Bicentenaire de la révolution française en 1989 fut l’occasion d’une reprise de la parole par les partisans d’une rénovation politique approfondie qui se référa à la Révolution et particulièrement à la Déclaration de 1789.  Vũ Đình Hoè  rappela en maintes occasions que Hồ Chí Minh insistait pour que les gouvernants vietnamiens ne perdent jamais de vue cette référence : « Aujourd’hui, il s’agit de mettre en application ces principes universels que Hồ lui même avait enseigné en 1946. Aujourd’hui nous devons suivre cette orientation et fonder sur le Droit un socialisme-démocratie, abandonner pour toujours et sans regret le monstre Socialisme-État , le Socialisme-Féodalisme »22.

Hô Chi Minh et sa conception des droits de l’homme

En se présentant comme l’héritier et le porte-parole des idées cardinales du président Hồ Chí Minh, en matière des droits de l’homme, Vũ Đình Hoè  confirme le pragmatisme de la démarche hochiminienne. Celle ci nous permet de supposer que l’adhésion au marxisme-léninisme, à son idéologie exclusive (lutte des classes et dictature du prolétariat) était fortement contrebalancée par l’empreinte plus profonde de la culture humaniste sino-vietnamienne23. Cette dernière valut à Hồ Chí Minh d’être fortement critiqué par des camarades ‘’purs et durs’’ et d’être écarté du pouvoir décisionnaire à partir des années 1960. Mais elle éclaire également la décision du parti-État d’engager le pays dans la voie de la réforme, Đổi Mới, en 1986, une politique d’ouverture dont les commentateurs étrangers et vietnamiens ignorent ou cachent le registre culturel et politique24.

Lorsque Nguyễn Aí Quốc écrivait que faire de la lutte de classes le moteur de l’Histoire repose sur les analyses des sociétés européennes, or, ajoutait-il, « qu’est ce que l’Europe ? Ce n’est pas toute l’humanité […] il faut envisager de réviser le marxisme, quant à ses assises historiques, l’affermir par l’ethnologie orientale »25, il se situait dans une logique syncrétique qui le conduisit à associer Marx, Mencius, Jésus dans une vision humaniste que l’on peut qualifier de générique. En ce sens, Hồ Chí Minh apparaît comme un passeur de la modernité dans le Viêt Nam du XXe siècle.

Pierre Brocheux

Notes

  1. Stein Tonnesson, « Ho Chi Minh’s First Constitution (1946) »,  exposé présenté à la International  Conférence on Vietnamese Studies and the Enhancement of International Cooperation, Hanoï, juillet 1998 ; B. Fall, Le Viet-Minh, La République démocratique du Viêt-Nam. 1945-1960, Paris, 1960, p. 51-59. Les constitutions de 1956, 1960, 1980 qui ont précédé celle, dernière en date, de 1992, sont clairement élaborées dans des conjonctures où guerres chaudes (locales, régionales) et Guerre froide sont emboîtées []
  2. P. Brocheux, ‘’Phan Văn Trường, 1876-1933, Acteur d’une histoire partagée’’, Moussons, 1/2015 []
  3.  Lors du débat, en 1956,  sur la réforme constitutionnelle en RDVN, Trần Huy Liệu, président de la commission déclara « il est nécessaire que l’on comprenne clairement à quelles classes appartient le pouvoir et par quelles classes l’État doit être dirigé (…). Il se fonde sur l’union entre ouvriers et paysans et il est dirigé par la classe ouvrière… », cité par B. Fall, op. cit., p. 55 []
  4. le mouvement des Lumières n’était pas univoque, les idées de Marx se rattachaient à la tradition de John Locke et J.-J. Rousseau et non à celle de Thomas Hobbes et Jeremy Bentham ? []
  5. voir Philosophes confucianistes, p. 611-688, La Pléiade, Gallimard, Paris, 2009. Les historiens considèrent Xunzi comme le maître des Légistes qui « accordaient la primauté aux intérêts de l’État » (Anne Cheng) []
  6. L’entretien avec l’écrivain Ossip Mandelstam dans Ogoniok, 23/12/1923, n’est pas reproduit dans Tòan Tập [Oeuvres complètes], mais il l’est dans Hô Chi Minh. Textes 1914-1969, A. Ruscio édit., Paris, L’Harmattan, 1990, p. 54-57 []
  7. P. Brocheux, Hô Chi Minh, Presses de Sciences Po, Paris, 2000 ou Hô Chi Minh, du révolutionnaire à l’icône, Payot, Paris, 2003. Sur ce dernier point, en particulier, voir  Ho Chi Minh. Textes, op. cit., p. 69-74. []
  8. Voir les deux récits à caractère autobiographique, notamment T. Lan, Vừa đi đương vừa kể chuyện (Causeries chemin faisant), Hanoï 1963 ; Trần Dân Tiên, Những mâu chuyện về hoạt động của Hồ chủ tịch (Récits des activités du président Hô Chi Minh), Hanoi, 1948 []
  9.  Sous le titre « Indochine » dans Revue communiste n°15, 15 mai 1921, reproduit dans Ho Chi Minh. Textes…, op.cit., p. 34-35 []
  10. Entretien avec C. Fenn, Trial runs to Domesday, cité dans Ho Chi Minh. A Life, de W. Duiker, p. 238-239 []
  11. T. Lan, op. cit. []
  12. in Những Kỷ Niệm về Bắc Hồ, Hanoi, Éditions politiques d’État, 2002.  Hoàng Tung, était membre du  comité central du parti communiste, mais il assistait régulièrement aux réunions du Bureau politique (instance suprême du parti) en tant que responsable à la propagande et rédacteur en chef du Nhân Dân de 1951 à 1982. La brochure fut retirée de la vente et brûlée mais entretemps elle fut téléchargée sur le Web []
  13. Hô Chi Minh, du révolutionnaire à l’icône, op. cit., p. 92-94 ; tous les détails de l’imbroglio juridique sont exposés par Lady Borton, The Legal Case of Nguyen Ai Quôc in Hong Kong, 1931-1933 (documents and photographs), Hanoi, éditions Thê Gioi, 2006 []
  14. Ibid., p. 122-125 []
  15. Législateur français, Sieyès a traversé la tourmente révolutionnaire, le Consulat, l’Empire , la Restauration et la monarchie de Juillet . Il « passa entre les gouttes » et à ceux qui lui demandaient « que faisiez vous ? » « j’ai vécu » répondait-il []
  16. Inspiré du Qing Yi (‘’Jugements purs’’), nom porté à partir du IIème siècle p.c, par  un mouvement protestataire de lettrés chinois qui s’opposaient à l’influence grandissante des eunuques comme conseillers des empereurs chinois. Dans les moments de crise, au cours de l’histoire de Chine jusqu’au XIXème siècle, le mouvement dit Qing Yi réapparut jusqu’à l’époque où, face aux défis de l’agression impérialiste occidentale, des lettrés comme Kang Yeouwei (1857-1928) remirent en cause la Tradition ; voir Anne Cheng, Histoire de la pensée chinoise, Paris, Seuil, 1997 ; P. Brocheux, ‘’La revue Thanh Nghị : un groupe d’intellectuels vietnamiens confrontés aux problèmes de leur nation. 1941-1945’’ in Revue d’Histoire moderne et contemporaine n°2/1987, p. 317-331 []
  17. Il a évoqué ses souvenirs de la période 1945-1960 dans 1) Thanh Nghị. Hồi Ký, Hanoï 1999  2) Hồi Ký Vũ Đình Hòe, Hanoï, 1994 3) Pháp Quyền Nhân Nghĩa Hồ Chí Minh, Hanoi, 2001 suivi d’une 2e version augmentée, Ho Chi Minh-ville, 2008 ; correspondance et entretien avec P. Brocheux en 1990, 2002 et  2003 []
  18. Henri Morché, président de la Cour d’appel de Hanoi et sa famille, pris en otages le 19 décembre à Hanoi, y était détenu []
  19. Pháp Quyền Nhân Nghĩa… op. cit., p. 130-133.  Pour moi le titre est difficilement traduisible en français, il pourrait être Les droits de l’homme selon Hô Chi Minh, ou la conception hochiminienne des droits de l’homme… []
  20. in Vũ Đình Hoè, Ibid., p. 308 []
  21.  P. Brocheux, ‘’Vietnam, une sortie à petits pas’’ in Les communismes d’Asie : mort ou métamorphoses ? (dir. J-L Domenach et F. Godement), Éditions Complexe, 1994, p. 71-89 []
  22. Hai Trăm Năm Cách Mạng Pháp, p. 121, Tp. Ho Chi Minh 1989 ; propos renouvelé dans un entretien avec P. Brocheux en 2003 []
  23. dont l’union nationale, đoàn kết fut la traduction stratégique sous le nom de Việt Minh / Liên Việt []
  24. Pierre Brocheux, « Vietnam 1994 : une société en mouvement » in Approches Asie, n°12, p. 31-49, 1994 []
  25. « Rapport sur le Tonkin, l’Annam et la Cochinchine » dans Ho Chi Minh. Textes… op. cit., p. 69-74 []

Pham Minh Hoang : Lettre à cœur ouvert

[ndlr] Lettre ouverte du professeur Pham Minh Hoang, ancien prisonnier de conscience, devant le risque d’une déchéance de sa nationalité vietnamienne pour son positionnement pro-démocratique.

 

Lettre à cœur ouvert

Chère communauté Facebook,

Chers amis proches et lointains,

Ce 1er juin 2017, le Consul de France à Saigon, m’a fait venir pour m’annoncer une « très mauvaise » nouvelle : Le gouvernement vietnamien a décidé, le 17 mai, de me déchoir de ma nationalité vietnamienne avec pour effet mon expulsion vers la France. (Je possède la double nationalité franco-vietnamienne)

Encore sous le choc et bouleversé, je vous écris ces quelques lignes. Mon épouse et ma fille sont en larmes depuis qu’elles ont appris la nouvelle. Mon frère (Invalide de guerre handicapé à près de 100%) reste hébété. Notre situation familiale ne permettra pas à ma femme de m’accompagner, car elle doit continuer de soigner sa mère âgée et s’occuper de mon grand frère handicapé. Cela veut dire notre famille devra vivre séparée.

Novembre 1973…

Je me souviens encore comme si c’était hier, je partais étudier à Paris. Alors que l’avion s’élevait dans le ciel de Saigon, je regardais par le hublot me promettant revenir reconstruire notre patrie dévastée par la guerre. Deux ans après, mes aspirations se sont effondrées avec la chute de Saigon, m’obligeant d’embrasser une nouvelle vie, sous un nouveau ciel avec de nouvelles idées. Mais dans mon cœur, je me lancinais de ma Patrie où reste enterré mon cordon ombilical.

Après avoir vécu et travaillé en France, l’idée de revenir au pays a resurgi et j’ai repris mes livres et le chemin de la Faculté pour étudier et acquérir les connaissances utiles pour le Vietnam. De retour au pays en l’an 2000, j’ai lutté pour trouver un poste adapté à l’École Polytechnique de Saigon avec un petit salaire. Après 10 ans d’enseignement, je ne me considère pas comme un bon professeur, mais mon travail est reconnu et je suis perçu comme étant consciencieux et rigoureux. Je me satisfais d’avoir apporté toute mon énergie et ma volonté à transmettre mes connaissances aux étudiants. Lorsque je fus arrêté en 2010 pour avoir alerté sur la situation du pays, j’enseignais les mathématiques sur 5 domaines différents. À ce moment-là, mes capacités et ma créativité étaient exceptionnellement prolixes.

Grâce à l’intervention du gouvernement français, des organisations de défense des Droits de l’homme et du soutien de nombreuses personnes à l’intérieur comme à l’extérieur du pays, ma peine fut relativement légère : seulement 17 mois d’emprisonnement et 3 ans de résidence surveillée. Seulement après cela, je ne pouvais plus enseigner. Parfois, je projetais d’ouvrir une classe de Français, mais on trouvait mille reproches pour m’en empêcher. Même en 2016, alors que je discutais et échangeais avec des jeunes sur les droits de l’homme, la législation vietnamienne et l’instruction civique, la police est intervenue violemment pour disperser les étudiants et confisquer le matériel électronique. Jusqu’à aujourd’hui, mes différentes plaintes ont fini dans le néant.

Malgré les difficultés et les multiples menaces, j’ai continué et me suis toujours efforcé d’alerter et de contribuer par la discussion à la résolution des problèmes du pays. Mes articles sont critiques, mais toujours modérés, pacifiques, et ne peuvent pas être accusés de nuire à la sécurité nationale. Mais cela ne semble pas suffisant aux autorités communistes. Par divers canaux d’information, je savais que je représentais toujours à leurs yeux une menace potentielle que ni mon attitude modérée et prudente n’ont suffi à calmer, au point de décider de me retirer ma nationalité.

La privation de nationalité va de pair avec mon expulsion. Ce qui veut dire que je n’ai plus le droit de vivre et de mourir dans mon pays natal. Je me souviens de mes discussions avec le Consul de France, en 2010-2011, alors que j’étais en prison. Je lui avais alors précisé que je préférais rester en prison plutôt que d’être expulsé. Il en a pris bonne note et m’a promis de m’aider à obtenir satisfaction.

Aujourd’hui la situation semble avoir changé. L’emprisonnement d’un citoyen français serait mal vu pour les deux gouvernements, aussi ils ont choisi la solution la moins gênante pour les deux parties, mais aussi la plus inhumaine, car plus que quiconque, ils connaissent très bien l’isolement de ma famille.

Avant, derrière les murs de la prison, je pensais que je vivais les heures les plus sombres de la vie d’homme, mais maintenant, je vois qu’il y a une chose encore plus horrible, c’est de ne pas pouvoir vivre dans le pays où tu es né.

À l’heure actuelle, je n’ai reçu aucun papier me signifiant la déchéance de ma nationalité. Je ne peux donc que vous adresser ces quelques lignes en espérant votre compréhension et soutien. Et que vous relayerez cet appel à l’aide à vos amis. Ma famille a aussi contacté un avocat pour chercher à comprendre les motivations de ce jugement. Je viens d’apprendre que la privation de la nationalité est contraire à la législation vietnamienne (voir le document ci-dessous).

Pour conclure cette lettre, je voudrais citer les paroles d’un autre militant qui fut aussi expulsé :

« On peut m’obliger de sortir du Vietnam, mais personne ne pourra sortir le Vietnam de moi »

Pham Minh Hoang, 2 juin 2017

Source : Page Facebook de l’auteur

 

Sur cette affaire, voir également :

  • Vietnam : French-Vietnamese blogger threatened with expulsion, RSF, 07/06/2016. Reporters Without Borders (RSF) is extremely concerned about the Vietnamese government’s declared intention to expel Pham Minh Hoang, an outspoken blogger who has French as well as Vietnamese nationality. RSF condemns this persecution of Hoang and urges the French authorities to give him their support.

Sur son procès en 2011 :

Image « à la une » : Le professeur Phạm Minh Hoàng lorsqu’il enseignait les mathématiques à l’Université Polytechnique de Saigon en 2006 © Facebook Lê Nguyễn Hương Trà.

Vietnam Update: The Politics of Life – Call for Papers

[ndlr] Appel à communications.

CALL FOR PAPERS

2017 Vietnam Update: The Politics of Life

20-21 November 2017

Australian National University, Canberra

Vietnamese people often tell their foreign visitors that Vietnam is the most secure place in the world. The country has no terrorists, no political disorder, and the police are second to none. Decades of devastating warfare are long-past. Poverty is declining and incomes are rising in a region with good economic prospects. People in Vietnam appear to fling themselves at life’s everyday challenges with intensity and no little optimism.

But Vietnamese today are questioning ends and means, particularly as they relate to human security; they thirst for transparency and reliable ways to assert control over life. In the country and the city, in material, ideological and psychological realms, and at local, national and regional scales, the ability to feel secure is slipping away. This leads to high system maintenance costs and exhaustion as people exert themselves to amass the means and the trust they require to obtain existential security. Increasingly, questions are being asked as to whether life might be lived in a better way.

This Vietnam Update is dedicated to exploring the politics of life in Vietnam. The organisers call for original research papers that address the following sets of questions:

  1. For many Vietnamese, the most significant risks to life come from their own region as neighbours stake claims and leverage power asymmetries in ways perceived to be detrimental to the very existence of the country. Doubts about co-ordinating mutual security through ASEAN co-exist with concerns about the merits of rapprochement with America. Preoccupations with China manifest in anxieties about encirclement, infiltration, collusion, manipulation and incitement. How are such anxieties given voice and how does the government respond? Online criticisms and protests by activists are met with repression, but throughout the country – both within the government and beyond  – debate rages about how to secure the nation. One of the deepest questions is: who is to be trusted with the nation’s security?
  2. The recent censure and demotion of high level leaders for misconduct or poor performance attests to the openly competitive nature of political power. Party leaders continue to warn about the threats posed by ideological and moral degradation, but are there indications that leaders are being selected according to new standards of meritocratic governance? It has become conventional to tie political outcomes to factional power struggles or a contest over the spoils of patronage but to what extent does politics represent a contest between alternative visions for how the country should be governed and how life is to be lived?
  3. Capitalist market relations are central to gaining access to basic life needs formerly obtained through government programs, state enterprises and co-operatives, or via family, community or customary economies. Market logics influence the supply of housing, land, food, healthcare and education, and most government services attract formal or informal user fees. The pursuit of market efficiencies is linked to precarious livelihoods, indebtedness, and widening social disparities. How are such processes experienced and debated within Vietnamese society? Are there attempts to push back against or mitigate the commoditisation of life?
  4. Technology, industry, science and new production and exchange systems have unleashed material plenty and improved life for tens of millions of people. However, doubts about the benefits of headlong modernisation appear in concerns about the harm done by chemical effluents, carcinogens, pesticides and unsafe food, along with urban expansion, traffic chaos and unsafe workplaces. Agrarian intensification, agricultural commoditisation and land concentration have increased productivity but also engender livelihood insecurities and pose existential threats to rural communities and customary ways of life. In what ways are citizens suturing gaps and controlling such risks through mutual assistance, security from below, or deliberative modes of living and being?
  5. For a number of Vietnamese, the material, spiritual and psychological strains of modern life are such that a retreat into simpler modes of living, equated with the past, offers an appealing alternative. At the same time, tradition is blamed for ills as diverse as corruption, excessive drinking, age, gender and ethnic hierarchies, and doctrinaire thinking. As youths study abroad and gain exposure to the cultures of the world, many are led to wonder: what values and institutions work? Do Vietnamese need a state religion, a prescribed traditional or ‘Western’ culture, civics lessons, or democracy to have the means to obtain security and hold each-other to account?
  6. One of the most intriguing developments in the politics of life come from networks of activists who use media, community affiliations and ties to government insiders and resources to vocally and persistently oppose official development projects, land confiscations and foreign investments considered harmful to human wellbeing. Recent actions range from social media campaigns to sit-ins, flash demonstrations, and the capture of public officials by frustrated villagers. In this workshop we are interested to explore whether the politics of material security represents a singular domain in which citizens may significantly oppose or influence government decisions and development directions through engaging in overt political action perhaps in ways not seen previously in Vietnam.

The organisers are seeking proposals for papers on these themes to be presented at a conference to be held at the ANU, Canberra on 20-21 November 2017.

Proposal Submission:
Interested contributors should send their proposals and a one page CV to Philip Taylor by 20 June 2017. Email: Philip.taylor@anu.edu.au

Each proposal should be no longer than 600 words. The proposal should outline how the paper relates to the issues highlighted in the above sets of questions and the kind of research the paper will be based on. Preference will be given to papers that promise a rich analysis and have an interdisciplinary dimension. The conference organisers will then decide which proposals to accept. We will then extend invitations to the authors of the selected proposals to prepare and present their papers to the conference. The organisers also reserve the right to solicit papers, if necessary, from individuals who did not submit proposals.

Funding for travel and accommodation is available and details will be discussed later with each paper presenter.

Paper Specifications:
The paper itself should be submitted 30 days before the date of the conference.

The paper should not exceed 10,000 words and it should include appropriate bibliography and citations. Each paper should include an abstract of 250 words.

Presentation and Publication:
We envisage about twelve paper presentations during a two day workshop in Canberra on 20-21 November 2017. At the Update each author will have approximately 40 minutes to summarise what her/his paper argues and the evidence used.

The conference will also include presentations about recent political and economic developments in Vietnam.

Organisers request the right of first refusal with regards to publishing the accepted papers, which may be included, subject to any necessary revisions to meet publication requirements, in a refereed book or journal collection that we hope will be published within a year of the conference.

For more information on this Vietnam Update theme or questions about paper proposals please contact Philip Taylor (philip.taylor@anu.edu.au).

Vietnam Update Committee: Huong Le Thu; Phuc To; Ashley Carruthers; Kim Huynh; David Marr; Tana Li; Benedict Kerkvliet; Sango Mahanty.

Hội Cựu Tù Nhân Lương Tâm Việt Nam : Báo cáo vi phạm nhân quyền Việt Nam 2015-2016

[ndlr] Rapport de l’Association des anciens prisonniers de conscience du Viêt-Nam sur trois années de répression (2014-2015-2016). Une analyse autour de 4 axes : harcèlement, répression, violences et arrestation. A lire sur le site de l’Association.

Réalisé par les anciens prisonniers d’opinion suivants : Le Dr. Nguyễn Đan Quế, le Père Phan Văn Lợi, le Vénérable Thích Không Tánh, l’agrégé Phạm Bá Hải, l’avocat Lê Công Định,  le journaliste indépendant Phạm Chí Dũng, les ingénieurs Lê Thăng Long et Phạm Văn Trội.

Selon cette organisation, il y a actuellement (en date du 27/02/2017) 66 prisonniers d’opinion en RSVN, purgeant des peines de prison de 20 mois (pour Can Thi Theu) à la réclusion à perpétuité (pour Phan Van Thu). Parmi ceux-ci on compte 28 prisonniers condamnés à des peines de 10 à 17 ans ; 21 à des peines de 3 à 9 ans et 15 dont les peines ne sont pas connues.

Source : http://fvpoc.org/

Image « à la une » : l’évolution de la répression de 2014 à 2016, en page 3 du rapport.

Déclaration à l’occasion de la Journée Internationale des Droits de l’Homme 2016

[ndlr] Déclaration d’organisations vietnamiennes à l’occasion de la journée internationale des Droits de l’Homme. Initialement publiée en vietnamien et traduite en français sur le site du Viêt Tân. Alors que l’étau se resserre contre la dissidence, des voix s’élèvent pour dénoncer une situation de plus en plus préoccupante.

Déclaration à l’occasion de la Journée Internationale des Droits de l’Homme 2016

9 décembre 2016

Le 10 décembre 2016 marque le 68ème anniversaire de l’adoption de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Ce document est devenu le standard des droits de tous les peuples que chaque nation doivent respecter. Bien que membre du Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies, le gouvernement vietnamien ne respecte pas les droits de l’homme tels que décrits dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Pire encore, il a aussi accru sa répression sur le peuple vietnamien.

- Augmentation du nombre d’arrestations et de détentions arbitraires. Citons les cas suivants : l’avocat des droits de l’homme Nguyen Van Dai et Le Thi Thu Ha, [la femme] défenseur des droits fonciers Can Thi Theu, [la] blogueu[se] Nguyen Ngoc Nhu Quynh, le Dr Ho Hai, Luu Van Vinh, Nguyen Van Duc Do et Hoang Van Giang.

- Dégradation des conditions de détentions des prisonniers d’opinion, devenant encore plus brutal et inhumain, notamment pour Ho Duc Hoa, Tran Thi Thuy, Dang Xuan Dieu, Tran Huynh Duy Thuc, Dinh Nguyen Kha, Nguyen Hoang Quoc Hung.

- Utilisation arbitraire de l’assignation à résidence pour limiter la liberté de circulation et empêcher les anciens prisonniers de conscience de revenir à un mode de vie normal. Cela cause des difficultés déraisonnables aux militants.

- Intensification de la violation de la liberté religieuse. Parmi les incidents récents, mentionnons la destruction de la pagode Lien Tri et le monastère de Thien An, le démantèlement du temple Tuy An Cao Dai dans la province de Phu Yen, la restriction des activités religieuses et la barrière de mouvement pour beaucoup de moines et de fidèles Cao Dai, Hoa Hao, religions protestantes, catholiques et bouddhistes.

- Intimidation et harcèlement des défenseurs des droits de l’homme par des actions comme la destruction de leurs biens et l’entrave à leur capacité d’organiser des activités. Pour les militants qui sont encore étudiants, le gouvernement vietnamien crée des pressions qui les empêchent d’étudier et de passer des examens. Dans les victimes de cette forme d’oppression figurent le Pasteur Nguyen Trung Ton, le Révérend Phan Van Loi, Tran Duc Thach, Nguyen Van Trang et Truong Minh Tam.

- Mesures disciplinaires à l’encontre des journalistes qui ont dénoncé la vérité ou exprimé leur opinion, comme dans le cas des journalistes Phung Hieu, Mai Phan Loi et Quang The.

À l’occasion de ce 68ème anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, nous appelons la communauté internationale à dénoncer fermement la répression continue des droits de l’homme par le gouvernement vietnamien.

Nous demandons instamment au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, à toutes les organisations internationales de défense des droits de l’homme et aux gouvernements démocratiques d’intervenir et de faire pression sur les autorités vietnamiennes pour :

  • La libération inconditionnellement tous les prisonniers de conscience
  • La suppression des condamnations qui contraignent les anciens prisonniers d’opinion à rester en résidence surveillée après leur sortie de prison.
  • La restitution les biens et la liberté de pratiquer sa religion pour tous les groupes confessionnels.
  • L’arrêt immédiat de tous les actes d’intimidation et de harcèlement envers les défenseurs des droits humains.
  • Le respecter et la protection de tous les droits fondamentaux, dont la liberté de la presse, la liberté d’expression et la cessation immédiate des attaques physiques, les arrestations arbitraires et les menaces contre les journalistes et les citoyens qui utilisent leur droit d’exprimer leur opinion protégée par la loi.

Le peuple vietnamien doit avoir le droit de vivre dans son propre pays avec tous les droits de l’homme protégés tels qu’énoncés dans la Déclaration Iniverselle des Droits de l’Homme.

10 décembre 2016

Conjointement signé

1. Forum de la société civile – représenté par Nguyen Quang A.

2. Viet Tan – représenté par Duy Hoang.

3. Église de l’Alliance luthérienne Vietnam-États-Unis – représentée par le pasteur Nguyen Hoang Hoa

4. Hoa Hao Église bouddhiste puriste – représentée par Le Quang Hien et Le Van Soc.

5. Association vietnamienne d’amitié des prisonniers politiques et religieux – représentée par Nguyen Bac Truyen.

6. Fraternité pour la démocratie – représentée par Nguyen Trung Ton.

7. Association pour la protection de la liberté de religion – représentée par Ha Thi Van.

8. Association de Bau Bi Tuong Than- représentée par Nguyen Le Hung.

9. Association des anciens prisonniers de conscience catholiques – représentée par Nguyen Van Oai.

10. Anciens prisonniers d’opinion vietnamiens – représentés par M. Nguyen Dan Que et M. Nguyen Van Loi.

11. Association de Compassion Mutuelle – représentée par le Rév. Pham Ngoc Thach.

12. Association de soutien aux victimes de la torture – représentée par M. Dinh Duc Long.

13. Église Cao Dai, Secteur des moyens de subsistance humains – représentée par M. Hua Phi, M. Nguyen Kim Lan, Mme Nguyen Bach Phung

14. Bloc 8406 – représenté par Do Nam Hai et Nguyen Xuan Nghia.

15. Réseau des blogueurs vietnamiens – représenté par Pham Thanh Nghien.

16. Nguyen Kim Dien Groupe de prêtres – représenté par le révérend Nguyen Huu Giai et le révérend Nguyen Van Ly.

17. Travail vietnamien – représenté par Do Thi Minh Hanh.

18. Mouvement de solidarité des requérants opprimés – représenté par Tran Ngoc Anh.

19. Le journal de Saigon – représenté par le révérend Le Ngoc Thanh.

20. La Jeunesse de la Compassion – représentée par Thai Van Dung.

21. Pour l’avenir du Vietnam – représenté par Tran Minh Nhat.

Signataires individuels :

1. Bui Hien – poète, Canada

2. Bui Tuan Duong – Quang Khe- Dak Glong-Dak Nong.

3. Chu Anh Tuan – Vung Tau.

4. Duong Sanh – ancien professeur , Van Ninh, Khanh Hoa.

5. Hoang Dung – Professeur associé PhD., Saigon.

6. Huynh Quoc Huy – journaliste indépendant (aka Nam Viet), Saigon.

7. Kha Luong Ngai – journaliste et membre des Amis du Hieu Dang Assoc., Saigon.

8. Lai Thi Anh Hong-artiste, Saigon.

9. Le Minh-Xuan Loc, Dong Nai.

10. Lu Van Bay – ancien prisonnier d’opinion.

11. Ngo Kim Hoa (Suong Quynh) – journaliste indépendante, Saigon.

12. Ngo Thi Kim Cuc- et journaliste, Saigon.

13. Nguyen Manh Hung – Pasteur protestant, Saigon.

14. Nguyen Nu Phuong Dung – activiste, Saigon.

15. Nguyen Thuy Hanh, activiste des droits de l’homme, Hanoi.

16. Nguyen Trang Nhung, militant des droits de l’homme à Hanoi.

17. Nguyen Tuong Thuy – journaliste indépendant, Hanoi.

18. Hoang Hung-poète et ancien prisonnier d’opinion, Saigon.

19. Phan Dac Lu-Thu Duc, Saigon.

20. Phan Hai Yen- Saigon.

21. Tong Van Cong – journaliste.

22. Tran Duc Thachoppet et ancien prisonnier d’opinion, Nghe An.

23. Tran Minh Quoc – professeur à la retraite.

24. Truong Long Dien – fonctionnaire retraité, Long Xuyen, An Giang.

25. Uong Dinh Duc-Saigon.

26. Vo Van Tao-journaliste, Nha Trang.

27. Vu Le Khoï-enseignant.

Source : Viet Tan

 

Projection : Retour sur une illusion – film documentaire de Claudio Recupero et d’Elena Hazanov

[nldr] Projection du film documentaire de Claudio Recupero et d’Elena Hazanov sur le Cambodge des Khmers rouges.

logoFestivalFDHRencontrer un couple ayant survécu au terrible régime des Khmers rouges et filmer leur témoignage. Telle est l’expérience incroyable qu’ont vécu six lycéens suisses, sous l’impulsion des réalisateurs Hazanov et Recupero. Conduisant le spectateur de Bruxelles à Paris puis à Phnom Penh, ce film documentaire donne à voir le témoignage poignant de Ong Thong Hoeung et de son épouse Bounnie sur leur descente aux enfers dans les camps de rééducation khmers rouges. Il est également le reflet de la relation singulière qui se créé entre ces témoins et les six jeunes personnes qui recueillent leur histoire.

RetourSurUneIllusionOng Thong Hoeung et Bounnie © DR

Programmation

  • FIFDH PARIS 2016 / mer 06 avril / 09h30
  • FIFDH PARIS 2016 / mer 06 avril / 18h00
  • FIFDH PARIS 2016 / ven 08 avril / 15h30
  • FIFDH PARIS 2016 / mer 13 avril / 20h00

Source : Festival International du Film des Droits de l’Homme de Paris