Archives par mot-clé : droits de l’homme

Hội Cựu Tù Nhân Lương Tâm Việt Nam : Báo cáo vi phạm nhân quyền Việt Nam 2015-2016

[ndlr] Rapport de l’Association des anciens prisonniers de conscience du Viêt-Nam sur trois années de répression (2014-2015-2016). Une analyse autour de 4 axes : harcèlement, répression, violences et arrestation. A lire sur le site de l’Association.

Réalisé par les anciens prisonniers d’opinion suivants : Le Dr. Nguyễn Đan Quế, le Père Phan Văn Lợi, le Vénérable Thích Không Tánh, l’agrégé Phạm Bá Hải, l’avocat Lê Công Định,  le journaliste indépendant Phạm Chí Dũng, les ingénieurs Lê Thăng Long et Phạm Văn Trội.

Selon cette organisation, il y a actuellement (en date du 27/02/2017) 66 prisonniers d’opinion en RSVN, purgeant des peines de prison de 20 mois (pour Can Thi Theu) à la réclusion à perpétuité (pour Phan Van Thu). Parmi ceux-ci on compte 28 prisonniers condamnés à des peines de 10 à 17 ans ; 21 à des peines de 3 à 9 ans et 15 dont les peines ne sont pas connues.

Source : http://fvpoc.org/

Image « à la une » : l’évolution de la répression de 2014 à 2016, en page 3 du rapport.

Déclaration à l’occasion de la Journée Internationale des Droits de l’Homme 2016

[ndlr] Déclaration d’organisations vietnamiennes à l’occasion de la journée internationale des Droits de l’Homme. Initialement publiée en vietnamien et traduite en français sur le site du Viêt Tân. Alors que l’étau se resserre contre la dissidence, des voix s’élèvent pour dénoncer une situation de plus en plus préoccupante.

Déclaration à l’occasion de la Journée Internationale des Droits de l’Homme 2016

9 décembre 2016

Le 10 décembre 2016 marque le 68ème anniversaire de l’adoption de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Ce document est devenu le standard des droits de tous les peuples que chaque nation doivent respecter. Bien que membre du Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies, le gouvernement vietnamien ne respecte pas les droits de l’homme tels que décrits dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Pire encore, il a aussi accru sa répression sur le peuple vietnamien.

- Augmentation du nombre d’arrestations et de détentions arbitraires. Citons les cas suivants : l’avocat des droits de l’homme Nguyen Van Dai et Le Thi Thu Ha, [la femme] défenseur des droits fonciers Can Thi Theu, [la] blogueu[se] Nguyen Ngoc Nhu Quynh, le Dr Ho Hai, Luu Van Vinh, Nguyen Van Duc Do et Hoang Van Giang.

- Dégradation des conditions de détentions des prisonniers d’opinion, devenant encore plus brutal et inhumain, notamment pour Ho Duc Hoa, Tran Thi Thuy, Dang Xuan Dieu, Tran Huynh Duy Thuc, Dinh Nguyen Kha, Nguyen Hoang Quoc Hung.

- Utilisation arbitraire de l’assignation à résidence pour limiter la liberté de circulation et empêcher les anciens prisonniers de conscience de revenir à un mode de vie normal. Cela cause des difficultés déraisonnables aux militants.

- Intensification de la violation de la liberté religieuse. Parmi les incidents récents, mentionnons la destruction de la pagode Lien Tri et le monastère de Thien An, le démantèlement du temple Tuy An Cao Dai dans la province de Phu Yen, la restriction des activités religieuses et la barrière de mouvement pour beaucoup de moines et de fidèles Cao Dai, Hoa Hao, religions protestantes, catholiques et bouddhistes.

- Intimidation et harcèlement des défenseurs des droits de l’homme par des actions comme la destruction de leurs biens et l’entrave à leur capacité d’organiser des activités. Pour les militants qui sont encore étudiants, le gouvernement vietnamien crée des pressions qui les empêchent d’étudier et de passer des examens. Dans les victimes de cette forme d’oppression figurent le Pasteur Nguyen Trung Ton, le Révérend Phan Van Loi, Tran Duc Thach, Nguyen Van Trang et Truong Minh Tam.

- Mesures disciplinaires à l’encontre des journalistes qui ont dénoncé la vérité ou exprimé leur opinion, comme dans le cas des journalistes Phung Hieu, Mai Phan Loi et Quang The.

À l’occasion de ce 68ème anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, nous appelons la communauté internationale à dénoncer fermement la répression continue des droits de l’homme par le gouvernement vietnamien.

Nous demandons instamment au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, à toutes les organisations internationales de défense des droits de l’homme et aux gouvernements démocratiques d’intervenir et de faire pression sur les autorités vietnamiennes pour :

  • La libération inconditionnellement tous les prisonniers de conscience
  • La suppression des condamnations qui contraignent les anciens prisonniers d’opinion à rester en résidence surveillée après leur sortie de prison.
  • La restitution les biens et la liberté de pratiquer sa religion pour tous les groupes confessionnels.
  • L’arrêt immédiat de tous les actes d’intimidation et de harcèlement envers les défenseurs des droits humains.
  • Le respecter et la protection de tous les droits fondamentaux, dont la liberté de la presse, la liberté d’expression et la cessation immédiate des attaques physiques, les arrestations arbitraires et les menaces contre les journalistes et les citoyens qui utilisent leur droit d’exprimer leur opinion protégée par la loi.

Le peuple vietnamien doit avoir le droit de vivre dans son propre pays avec tous les droits de l’homme protégés tels qu’énoncés dans la Déclaration Iniverselle des Droits de l’Homme.

10 décembre 2016

Conjointement signé

1. Forum de la société civile – représenté par Nguyen Quang A.

2. Viet Tan – représenté par Duy Hoang.

3. Église de l’Alliance luthérienne Vietnam-États-Unis – représentée par le pasteur Nguyen Hoang Hoa

4. Hoa Hao Église bouddhiste puriste – représentée par Le Quang Hien et Le Van Soc.

5. Association vietnamienne d’amitié des prisonniers politiques et religieux – représentée par Nguyen Bac Truyen.

6. Fraternité pour la démocratie – représentée par Nguyen Trung Ton.

7. Association pour la protection de la liberté de religion – représentée par Ha Thi Van.

8. Association de Bau Bi Tuong Than- représentée par Nguyen Le Hung.

9. Association des anciens prisonniers de conscience catholiques – représentée par Nguyen Van Oai.

10. Anciens prisonniers d’opinion vietnamiens – représentés par M. Nguyen Dan Que et M. Nguyen Van Loi.

11. Association de Compassion Mutuelle – représentée par le Rév. Pham Ngoc Thach.

12. Association de soutien aux victimes de la torture – représentée par M. Dinh Duc Long.

13. Église Cao Dai, Secteur des moyens de subsistance humains – représentée par M. Hua Phi, M. Nguyen Kim Lan, Mme Nguyen Bach Phung

14. Bloc 8406 – représenté par Do Nam Hai et Nguyen Xuan Nghia.

15. Réseau des blogueurs vietnamiens – représenté par Pham Thanh Nghien.

16. Nguyen Kim Dien Groupe de prêtres – représenté par le révérend Nguyen Huu Giai et le révérend Nguyen Van Ly.

17. Travail vietnamien – représenté par Do Thi Minh Hanh.

18. Mouvement de solidarité des requérants opprimés – représenté par Tran Ngoc Anh.

19. Le journal de Saigon – représenté par le révérend Le Ngoc Thanh.

20. La Jeunesse de la Compassion – représentée par Thai Van Dung.

21. Pour l’avenir du Vietnam – représenté par Tran Minh Nhat.

Signataires individuels :

1. Bui Hien – poète, Canada

2. Bui Tuan Duong – Quang Khe- Dak Glong-Dak Nong.

3. Chu Anh Tuan – Vung Tau.

4. Duong Sanh – ancien professeur , Van Ninh, Khanh Hoa.

5. Hoang Dung – Professeur associé PhD., Saigon.

6. Huynh Quoc Huy – journaliste indépendant (aka Nam Viet), Saigon.

7. Kha Luong Ngai – journaliste et membre des Amis du Hieu Dang Assoc., Saigon.

8. Lai Thi Anh Hong-artiste, Saigon.

9. Le Minh-Xuan Loc, Dong Nai.

10. Lu Van Bay – ancien prisonnier d’opinion.

11. Ngo Kim Hoa (Suong Quynh) – journaliste indépendante, Saigon.

12. Ngo Thi Kim Cuc- et journaliste, Saigon.

13. Nguyen Manh Hung – Pasteur protestant, Saigon.

14. Nguyen Nu Phuong Dung – activiste, Saigon.

15. Nguyen Thuy Hanh, activiste des droits de l’homme, Hanoi.

16. Nguyen Trang Nhung, militant des droits de l’homme à Hanoi.

17. Nguyen Tuong Thuy – journaliste indépendant, Hanoi.

18. Hoang Hung-poète et ancien prisonnier d’opinion, Saigon.

19. Phan Dac Lu-Thu Duc, Saigon.

20. Phan Hai Yen- Saigon.

21. Tong Van Cong – journaliste.

22. Tran Duc Thachoppet et ancien prisonnier d’opinion, Nghe An.

23. Tran Minh Quoc – professeur à la retraite.

24. Truong Long Dien – fonctionnaire retraité, Long Xuyen, An Giang.

25. Uong Dinh Duc-Saigon.

26. Vo Van Tao-journaliste, Nha Trang.

27. Vu Le Khoï-enseignant.

Source : Viet Tan

 

Projection : Retour sur une illusion – film documentaire de Claudio Recupero et d’Elena Hazanov

[nldr] Projection du film documentaire de Claudio Recupero et d’Elena Hazanov sur le Cambodge des Khmers rouges.

logoFestivalFDHRencontrer un couple ayant survécu au terrible régime des Khmers rouges et filmer leur témoignage. Telle est l’expérience incroyable qu’ont vécu six lycéens suisses, sous l’impulsion des réalisateurs Hazanov et Recupero. Conduisant le spectateur de Bruxelles à Paris puis à Phnom Penh, ce film documentaire donne à voir le témoignage poignant de Ong Thong Hoeung et de son épouse Bounnie sur leur descente aux enfers dans les camps de rééducation khmers rouges. Il est également le reflet de la relation singulière qui se créé entre ces témoins et les six jeunes personnes qui recueillent leur histoire.

RetourSurUneIllusionOng Thong Hoeung et Bounnie © DR

Programmation

  • FIFDH PARIS 2016 / mer 06 avril / 09h30
  • FIFDH PARIS 2016 / mer 06 avril / 18h00
  • FIFDH PARIS 2016 / ven 08 avril / 15h30
  • FIFDH PARIS 2016 / mer 13 avril / 20h00

Source : Festival International du Film des Droits de l’Homme de Paris

Viet Nam: Arrest of human rights lawyer highlights spurious commitment to human rights

[ndlr] Nguyễn Văn Đài (1969-), activiste bien connu, est de nouveau emprisonné. Son arrestation le 16 décembre 2015 pour « propagande anti-étatique » a soulevé les protestations de l’ensemble des organisations de défense des Droits de l’homme et de l’Union européenne. Communiqué d’Amnesty International ci-après.

Authorities in Viet Nam must immediately and unconditionally release human rights lawyer Nguyễn Văn Đài, who has been detained on charges of “spreading propaganda against the state” shortly after the EU-Viet Nam Human Rights dialogue was held in the capital Ha Noi, Amnesty International said today.

According to a statement by the Ministry of Public Security, Nguyễn Văn Đài was taken into police custody on Wednesday and charged under Article 88 of the Penal Code, which has frequently been used to imprison peaceful activists and human rights defenders. A search warrant was issued for his house in Ha Noi. The arrest comes a month before the once every five years National Congress of the Communist Party of Viet Nam which is often preceded by a crackdown on dissent.

“Nguyễn Văn Đài is a brave and passionate activist who has been raising awareness domestically and internationally about human rights violations in a country that tolerates no dissent. His arrest highlights Viet Nam’s spurious commitment to human rights. He must be immediately and unconditionally released,” said Champa Patel, Amnesty International Director for Southeast Asia and the Pacific.

“The timing of Đài’s arrest is worrying and may indicate the start of a crackdown on government critics similar to those which have preceded previous party congresses. Rather than locking up its critics, Viet Nam should be looking on the party congress as an opportunity to reform and to move the country towards a genuine commitment to human rights.”

Nguyễn Văn Đài is a well-known human rights lawyer and former prisoner of conscience. He founded the dissident Committee for Human Rights in Viet Nam in 2006 – now called the Vietnam Human Rights Centre – and was one of the original signatories to an online petition on Freedom and Democracy for Viet Nam which garnered the support of thousands.

Between 2007 and 2011, Nguyễn Văn Đài served four years in prison on charges of “conducting propaganda against the state”. In April 2013, he founded the Brotherhood for Democracy, and he now faces imprisonment for a second time for his commitment to human rights. If convicted for “spreading propaganda against the state”, Nguyễn Văn Đài faces between three and 20 years in prison. Since his arrest this morning, activists inside Viet Nam have been describing Đài as Viet Nam’s Pu Zhiqiang.

The arrest comes 10 days after Đài and three colleagues were brutally assaulted by 20 men in plain clothes after they had delivered a small workshop on human rights. The attack is the latest in a series of physical assaults on human rights defenders in Viet Nam over the past 18 months which have been highlighted by the UN, among others.

“The Vietnamese authorities must also take immediate steps to end intimidation, harassment and other forms of attacks against human rights defenders, and establish an independent and impartial body to investigate and bring suspected perpetrators to justice,” said Champa Patel.

Background

Amnesty International and others have repeatedly called for Article 88 to be repealed or amended to conform with international human rights law and standards, which Viet Nam is obliged to uphold as a signatory to the International Covenant on Civil and Political Rights.

Vietnamese authorities have stated that several laws relating to human rights are under preparation for approval by the National Assembly in 2016. They include the draft Amended Law on the Press, the draft Law on Association, the draft Law on Demonstrations and the draft Law on Access to Information.

Source : Amnesty International

Pour en savoir plus :

  • L’État vietnamien s’acharne contre le journalisme-citoyen, Reporters sans Frontières, 10/12/2015 : Une semaine après avoir été passé à tabac, le journaliste-citoyen Nguyen Van Dai a été arrêté pour “propagande contre l’état”. Reporters sans frontières (RSF) dénonce cette nouvelle arrestation arbitraire et exhorte les autorités à mettre un terme au harcèlement des journalistes-citoyens vietnamiens.

Image « à la une » : Nguyen Van Dai, page Facebook.

Nuit de veille pour tous les prisonniers de conscience au Viêt-Nam

[ndlr] Une première à Saigon. Le 22 juillet 2015, d’anciens prisonniers de conscience vietnamiens ont organisé une nuit de veille pour tous les prisonniers de conscience du Viêt-Nam. Cette action s’inscrit dans le cadre de la campagne intitulée « We Are One » en faveur des droits de l’homme. Les anciens détenus affichent les noms de leurs compatriotes actuellement emprisonnés : Bui Thi Minh Hang, Dang Xuan Dieu, Dinh Nguyen Kha, Ho Thi Bich Khuong, Ngo Hao, Nguyen Dang Minh Man, Nguyen Cong Chinh, Nguyen Hoang Quoc Hung, Nguyen Huu Vinh, Nguyen Thi Thuy Quynh, Nguyen Van Ly, Nguyen Viet Khang, Pham Van Thu, Ta Phong Tan, Tran Huynh Duy Thuc… La cérémonie s’est déroulée au sein de l’Eglise Rédemptoriste de Saigon (Bureau Justice et Paix).

Tin buồn: Cụ Lê Quang Liêm tạ thế [17/07/2015]

[ndlr] Nguyen Quang Duy a annoncé le décès de Le Quang Liem à Saigon à l’âge de 95 ans. Figure historique du bouddhisme Hoa Hao Le Quang Liem était le Chef de « l’Association centrale du bouddhisme Hoa Hao authentique », opposée à l’association officielle mise sur pieds par les autorités communistes en 1999. Rappel biographique.

Do tuổi cao sức yếu, cụ Lê Quang Liêm – Hội trưởng Trung ương Giáo hội Phật Giáo Hoà Hảo Thuần Tuý đã qua đời lúc 7:30’ sáng nay, 17/7/2015 tại nhà riêng ở Sài Gòn, hưởng thọ 95 tuổi.

Là một trong những đệ tử đầu tiên của đức thầy Huỳnh Phú Sổ, cụ Lê Quang Liêm đã có nhiều đóng góp quan trọng đối với Phật Giáo Hoà Hảo qua những biến cố lớn của đất nước.

Dưới thời Việt Nam Cộng Hoà, cụ từng giữ nhiều chức vụ như tỉnh trưởng tỉnh Khánh Hoà, Nha Trang, Dân biểu Quốc hội, Chủ tịch Uỷ ban Canh nông…

Sau khi cộng sản chiếm đóng miền Nam năm 1975, cụ Lê Quang Liêm bất chấp hoàn cảnh tù đày vẫn tiếp tục đấu tranh cho dân tộc và đạo pháp, bảo tồn những truyền thống tốt đẹp và chân truyền của Giáo lý Phật giáo Hoà Hảo.

Là người lãnh đạo cấp cao của Phật giáo Hoà Hảo Thuần Tuý, cụ Lê Quang Liêm đã dành trọn cuộc đời để đấu tranh cho tự do tôn giáo tại Việt Nam.

Trong phần lớn những năm cuối đời, cụ bị chế độ CSVN canh gác nghiêm ngặt và quản chế tại gia.

Sự ra đi của cụ là mất mát lớn đối với Phật giáo Hoà Hảo Thuần Tuý và phong trào đấu tranh đòi tự do, dân chủ tại Việt Nam.

Theo thông báo của Giáo hội Phật Giáo Hoà Hảo Thuần Tuý, do công đức của cụ Lê Quang Liêm là rất lớn đối với dân tộc và đạo pháp, các tín đồ và gia đình sẽ tổ chức đại lễ tang cho cụ theo nghi thức của Phật giáo Hoà Hảo:

Linh cữu quàn tại tư gia. Địa chỉ: Số 182/6, đường Hồ Văn Huê, phường 9, quận Phú Nhuận, Sài Gòn.

Chương Trình Lễ Tang:

– Lễ Nhập Quan và Phát Tang vào lúc 18:30’, ngày 17/7/2015 (Nhằm ngày mùng 2/6, Ất Mùi)

– Lễ viếng bắt đầu vào lúc 20h ngày 17/7/2015

– Lễ Truy Điệu và Động Quan vào lúc 13g ngày 20/7/2015 (Nhằm ngày mùng 5/6, Ất Mùi)

– An Táng tại Công Viên Nghĩa Trang Phúc An Viên, quận 9, Sài Gòn.

Tóm Tắt Tiểu Sử Cụ Lê Quang Liêm

Cụ Lê Quang Liêm là Hội Trưởng Trung Ương Giáo Hội Phật Giáo Hòa Hảo Thuần Túy Việt Nam.

Cụ sinh ngày 1 tháng 11 năm 1920 tại xã Kiến An, huyện Chợ Mới, tỉnh An Giang. Cụ tạ thế lúc 7 giờ 30 sáng ngày 17/07/2015 tại tư gia hưởng thọ 96 tuổi.

Cụ sinh ra và lớn lên trong gia đình đại điền chủ và là tín đồ Bửu Sơn Kỳ Hương. Đến tháng giêng năm Canh Thìn (1940) Cụ đã quy y với Đức Huỳnh Giáo Chủ.

Cụ từng là chiến sĩ chống Pháp, sĩ quan trong Quân Lực Việt Nam Cộng Hòa và là Dân Biểu Quốc Hội Việt Nam Cộng Hòa:

1945-1946: Đoàn Trưởng Bảo An Phật Giáo Hòa Hảo quận Chợ Mới, tỉnh An Giang.

1946-1947: Chính Trị Viên Đại Đội I, Chi Đội 30, Bộ Đội Nguyễn Trung Trực.

1948-1952: Tham Mưu Trưởng Nghĩa Quân Cách Mạng Dân Xã Đảng do cụ Lê Quang Vinh lãnh đạo.

1953-1955: Sáp nhập vào Quân Đội Quốc Gia Việt Nam, cấp bậc Thiếu Tá Tiểu Đoàn Trưởng Tiểu Đoàn 525.

1956-1957: Tư Lệnh Phó Sư Đoàn 12.

1958-1959: Tham Mưu Phó Quân Đoàn II.

1960-1962: Trưởng Phòng 4 Bộ Tư Lệnh Hành Quân.

1963-1964: Trung Tá Chỉ Huy Trưởng Trường Hạ Sĩ Quan Đồng Đế Nha Trang.

1964-1965: Tỉnh Trưởng tỉnh Khánh Hòa, Nha Trang.

1966-1967: Chỉ Huy Trưởng Hậu Bị Quân Vùng 4 Chiến Thuật, kiêm Thanh Tra Tòa Đại Biểu Vùng 4.

1968-1969: Dân Biểu Quốc Hội Lập Hiến, Đệ Nhất Phó Chủ Tịch Quốc Hội Lập Hiến.

1972-1975: Dân Biểu Quốc Hội, Chủ Tịch Ủy Ban Định Chế, Chủ Tịch Ủy Ban Canh Nông.

Sau 1975 cụ bị nhà cầm quyền Cộng sản cầm tù trong nhiều nhà giam khác nhau.

2006 Cụ là thành viên sáng lập và là Cố vấn của Khối 8406.

Về hoạt động giáo sự:

1967-1975: Cố vấn kiêm Đại Diện Hội Đồng Trị Sự Trung Ương Gíao Hội Phật Gíao Hòa Hảo, Hội Trưởng Giáo Hội Trung Ương Phật Gíao Hòa Hảo.

Từ tháng 02-2000 đến hiện nay: Hội Trưởng Giáo Hội Trung Ương Phật Gíao Hòa Hảo Thuần Túy.

Tháng 12-2000, cụ cùng Linh mục Nguyễn Văn Lý, Hòa Thượng Thích Thiện Hạnh và Linh mục Chân Tín, viết một bản lên tiếng phản đối chính sách đàn áp của nhà cầm quyền Cộng sản, đòi hỏi nhà cầm quyền phải “tôn trọng quyền tự do tôn giáo thực sự của các tôn giáo, nhất là các quyền căn bản của các Giáo Hội. Các Giáo Hội phải được hoàn toàn độc lập và tự do trong việc lựa chọn, huấn luyện, chỉ định các chức vụ tôn giáo tùy theo nhu cầu của từng Giáo Hội”.

Tháng 2/2001, tại Huế, cụ Liêm gặp gỡ Linh Mục Nguyễn Văn Lý, Hòa Thượng Thích Thiện Hạnh, Thượng Tọa Thích Chân Trí, và cùng ba vị lãnh đạo tôn giáo này thành lập Hội Đồng Liên Tôn.

2013-1015 cụ cùng nhiều tu sĩ 5 tôn giáo Phật Giáo, Công Giáo, Cao Đài, Tin Lành và Phật giáo Hòa Hảo đồng sáng lập Hội Đồng Liên Tôn Việt Nam.

Đến tận cuối đời cụ Lê Quang Liêm vẫn một lòng cùng vì nước vì dân theo Thầy giữ trọn Tứ Ân.

Nguyễn Quang Duy soạn

Melbourne Úc Đại Lợi

17-7-2015

Source : Dam Lam Bao, 18/07/2015 et Vuot Tuong Lua, 18/07/2015.

* * *

 Dernières apparitions de Le Quang Liem sur la toile en décembre 2013.

Vidéo du 94e anniversaire de Le Quang Liem

Message à l’occasion de la journée internationale des Droits de l’homme, le 10 décembre 2013

Hearing on the situation of human rights in Vietnam at the Canadian Parliament [Do Hoang Diem]

DoHoangDiem_CanadaApril2015[ndlr] Audition sur la situation des droits de l’homme au Viêt-Nam au Parlement canadien le 21 avril 2015. Exposé de Đỗ Hoàng Điềm, président du Viêt Tân (Parti pour la Réforme du Viêt-Nam) suivi d’une série de questions portant notamment sur le trafic humain, la corruption, la pression exercée sur les groupes religieux indépendants, le système judiciaire, le harcèlement contre les avocats investis dans des dossiers sensibles et le contrôle de l’information et d’internet en particulier.

* * *

Organisateur de l’audition : Canada’s Subcommittee on International Human Rights of the Standing Committee on Foreign Affairs and International Development.

 

Source : Viet Tan (texte complet en langue française) – MINUTES OF PROCEEDINGS

  • Le Viet Tan, basée aux États-Unis, est un réseau militant pour le changement démocratique non violent au Viêt-Nam. Il est considérée comme une organisation «terroriste» par Hanoï.

* * *

Pour en savoir plus :

Tia Sáng Vietnam : Blogging Politics in Vietnam 2003-2015

[ndlr] Signalement d’un timeline utile sur le blogging politique vietnamien depuis l’émergence des réseaux sociaux au Viêt-Nam. A l’initiative de Tia Sáng Vietnam. Cliquez sur l’image pour accéder au site.

Blogging Politics in Vietnam 2003-2015

 A timeline of Vietnam’s blogging movement and related political events

BloggingPoliticsVietnam

This timeline has been created to help inform debates on the impact of social media on wider political developments in Vietnam. Click on the spanner icon at the bottom right of the timeline to change zoom and view settings.

 Source : Tia Sang Vietnam. Reporting on Vietnam’s internet

 

Libérations anticipées de Nguyen Tien Trung et de Vi Duc Hoi

NguyenTienTrung_thang4_2014
Nguyen Tien Trung à Saigon le 12 avril 2014 © DR

Après une période de presque cinq ans d’emprisonnement, le jeune militant pro-démocrate Nguyen Tien Trung (né en 1983) a bénéficié d’une libération anticipée le samedi 12 avril 2014 au matin.

Âgé aujourd’hui de 31 ans, de retour en famille à Saigon, il reste néanmoins assigné à résidence pendant trois ans. En décembre 2013 (du 6 au 16/12), la branche française de l’organisation Amnesty International avait organisé une pétition « 10 jours pour signer » en faveur de la libération de Nguyễn Tiến Trung, information que nous avions relayé sur Mémoires d’Indochine.

Le cas de Nguyen Tien Trung avait particulièrement attiré l’attention en France et aux États-Unis. En tant qu’ancien étudiant de l’INSA à Rennes, il bénéficia de nombreux soutiens en France. Nguyen Tien Trung était membre, lors de son arrestation, du Parti Démocrate du Viêt-Nam de feu-Hoang Minh Chinh, un vieux compagnon de route du communisme vietnamien devenu dissident. Arrêté le 7 juillet 2009, Trung avait été condamné le 20 janvier 2010 avec quatre autres militants pro-démocrates (dont 3 ont été libérés depuis) lors d’un procès spectacle à Ho Chi Minh-Ville. Aujourd’hui, seul l’activiste Tran Huy Duy Thuc est encore en prison. Ce dernier fut avec l’avocat Le Cong Dinh et Nguyen Si Binh co-rédateur d’un projet démocratique pour le Viêt-Nam diffusé sur internet et intitulé Con đường Việt Nam (La voie du Viêt-Nam).

Vi Đức Hồi et Nguyễn Tiến Trung © DR
Vi Đức Hồi et Nguyễn Tiến Trung © DR

Le même jour, samedi 12 avril, Vi Duc Hoi, un ancien membre du PCV âgé de 60 ans, a également bénéficié d’une libération anticipée. Il avait été arrêté le 17 octobre 2010 pour avoir publié sur la toile des articles faisant la promotion de la liberté d’expression et avait été condamné pour « propagande anti-étatique » (article 88 du code pénal). M. Hoi, ancien officiel du Parti à Lang Son, avait commencé à défendre la démocratie et le multipartisme en 2006 en joignant le réseau citoyen Bloc 8406 créé la même année.

Une série de libération de prisonniers connus précède les sorties de prison de Nguyen Tien Trung et Vi Duc Hoi. Le 21 mars 2014, Nguyen Huu Cau, un des plus anciens prisonniers politiques, avait été libéré après 32 ans d’emprisonnement (ses différentes incarcérations totalisent 37 ans de prison). Après la récente libération et expulsion du célèbre avocat Cu Huy Ha Vu vers les États-Unis le 7 avril dernier, le régime communiste semble vouloir assouplir sa relation avec les dissidents politiques et du même coup redorer son image sur le plan international. Rappelons que depuis le 12 novembre 2013, le Viêt-Nam est membre du Conseil des Droits de l’homme des Nations Unies. En outre, ces libérations successives interviennent alors que le pays est en train de négocier un accord de libre-échange avec les États-Unis.

FG, 13/04/2014.

Pour en savoir plus :

Lê Quôc Quân, ou le courage de Prométhée – par Alexandra Dumitresco

[ndlr] A l’approche du procès en seconde instance (demain, 18 février 2014) de l’avocat Lê Quôc Quân, condamné le 2 octobre 2013 à 30 mois de prison, nous publions cette plaidoirie de sa consoeur Alexandra Dumitresco, avocate au Barreau des Hauts-de-Seine. Article publié avec l’aimable autorisation de son auteure que nous remercions.

Le Quoc Quan, right, listens to the judge during his trial in Hanoi, Vietnam. © 2013 Associated Press
Le Quoc Quan, right, listens to the judge during his trial in Hanoi, Vietnam. © 2013 Associated Press

« Les mythes n’ont pas de vie par eux-mêmes. Ils attendent que nous les incarnions. Qu’un seul homme réponde à leur appel, et ils nous offrent leur sève, intacte. »[1] C’est CAMUS qui parle…

LÊ QUÔC QUÂN est né et vit au VIETNAM, il a 42 ans.
Avocat, il était inscrit au Barreau de HANOI depuis 2003.

Bloggeur dénonçant la corruption et les atteintes aux libertés individuelles, pacifiste, de confession catholique, il s’est spécialisé dans la défense des victimes de violations des Droits de l’Homme.

Depuis bientôt une année, il croupit en prison.

Ses conditions de détention sont à l’aune de la crainte qu’il inspire aux autorités vietnamiennes.

Son défenseur et ami de la Faculté, Maître TRÂN THU NAM, avocat d’affaires pourtant, le défend avec courage. Il est depuis lors, surveillé, inquiété, son entourage fait l’objet de pressions ; il est en sursis sans doute lui aussi.

Car, le VIETNAM est un Etat centralisé à parti unique, dirigé par le Parti communiste vietnamien qui contrôle toutes les collectivités, l’administration, donc la Justice, les écoles, les universités, les organisations socio-professionnelles, l’armée, la police, tout.

Comme Zeus, jaloux de son autorité et de son pouvoir, ce pays interdit toute opposition politique qu’il réprime sévèrement. S’exprimer librement, c’est trahir, un acte de terrorisme, un crime.

La « propagande contre l’Etat », donc la critique, est punie de 20 années d’emprisonnement [2] et participer à un « mouvement insurrectionnel en vue de renverser le pouvoir populaire », manifester en somme, c’est encourir de lourdes peines de prison, voire, la peine de mort[3].

Comme Zeus, insensible à la condition humaine, l’Etat a confisqué ce qui fait un Homme : la Liberté.
Mais tel Prométhée, insensible à la peur, Maître LÊ QUÔC QUÂN a voué sa vie à la Défense et à la promotion de la Liberté.

Titulaire d’une Maîtrise en Droit économique, Management et Droit de l’investissement, entre 1998 et 2006, il a d’abord conseillé diverses organisations communautaires et sociétés civiles dans le cadre de programmes de développements internationaux, en partenariat avec la Banque Mondiale notamment.

En 2005, il fonde son cabinet à HANOI : QUAN & BROTHERS dont l’activité était principalement consacrée à la défense pénale pro bono de détenus pour délits d’opinion, et à celle de travailleurs pauvres réclamant simplement l’exercice effectif du droit de grève, ou un salaire décent.

Parallèlement, dans un souci de démocratisation de l’accès au Droit et de création d’un réseau légal destiné à soutenir les défenseurs des droits humains au VIETNAM, Maître LÊ QUÔC QUÂN a ouvert un blog, qu’il nourrissait de nombreux textes et d’informations juridiques.

Dans ce pays, dans lequel le réseau internet est très développé mais aussi, par voie de conséquence, très surveillé, lequocquan.blogspot.com était très suivi.

Maître LÊ QUÔC QUÂN rédigeait également des articles pour la presse, acceptait toutes les interviews pour dénoncer, inlassablement, l’absence de pluralisme politique et de liberté religieuse, toutes les violations des Droits de l’Homme dont il avait connaissance.

Son influence dépassait déjà de beaucoup les étroites frontières du pays.

Invité par la NED (Fondation nationale américaine pour la démocratie) il a séjourné plusieurs mois à WASHINGTON pour suivre, au sein de son unité de recherche, le programme de la session d’automne 2006 du REAGAN-FASCELL DEMOCRACY FELLOWERSHIP.

Mais, comme Zeus succombant à la soif de vengeance, le 8 mars 2007, soit quelques jours après son retour à HANOI, les autorités le firent arrêter et jeter en prison.

Accusé « d’activités visant à renverser le gouvernement du peuple », Maître LÊ QUÔC QUÂN ne fut cependant jamais formellement inculpé, ni jugé pour ces faits.

Amnesty international le déclara immédiatement « prisonnier d’opinion ».

Après cent jours d’emprisonnement, sans visites, durant lesquels Maître LÊ QUÔC QUÂN était régulièrement battu par ses gardiens, il fut libéré, mais radié du Barreau.

Pour autant, il était vain de penser que lui retirer sa Robe lui interdirait de défendre, le bâillonnerait.

Car, tel Prométhée refusant de se soumettre à l’injustice de Zeus, nonobstant, LÊ QUÔC QUÂN a poursuivi sa mission de défenseur de la condition humaine ; certes, dès lors, l’accomplissant sans la protection de la robe, sans les maigres prérogatives attachées au statut de l’Avocat.

La fonction ayant dû s’effacer devant l’homme, désormais seul, mais toujours debout, c’est seulement armé de son courage qu’il a continué :

– En alimentant son blog d’abord, malgré les fréquentes interruptions de sa ligne internet ;

– En diffusant ensuite très largement ses argumentaires juridiques, afin qu’ils soient repris en défense dans les procès, initiés par les autorités, contre les militants des Droits de l’Homme.

LÊ QUÔC QUÂN n’a jamais cessé de dispenser gratuitement des conseils juridiques aux opprimés.

Il a même convaincu une petite poignée de ses Confrères, dont Maître TRÂN THU NAM, d’assurer, dans le cadre de procès politiques difficiles, la défense de ces militants emprisonnés.

Tel Prométhée, rebelle à la colère et aux abus de pouvoir de Zeus, LÊ QUÔC QUÂN a toujours résisté au harcèlement des autorités, pourtant de plus en plus oppressant à compter de l’année 2007 :

C’est ainsi qu’il a subi les années suivantes, des contrôles de police de plus en plus fréquents, plusieurs contrôles fiscaux, des perquisitions, la surveillance de ses déplacements, de sa correspondance, de ses conversations téléphoniques.

Il lui était désormais, interdit de quitter le pays, et ses déplacements locaux étaient limités ou empêchés.

Et les deux dernières années furent plus difficiles encore :

Le 4 avril 2011, LÊ QUÔC QUÂN était de nouveau arrêté à l’occasion d’une manifestation pacifique de soutien au dissident CU HUY HA VU, pour « trouble à l’ordre public » ; il était finalement relâché, sans inculpation.

En juillet 2012, menacé par les média d’Etat pour ses prises de position en faveur de son diocèse, il subissait une nouvelle perquisition de son bureau, il était sur point d’être emmené en prison, mais la Police fut stoppée par des militants pacifistes.

Quelques jours plus tard, le 19 août, à proximité de son domicile, il était attaqué et grièvement blessé à coups de barres de fer.

Le matin du 3 octobre 2012, cinquante policiers perquisitionnaient les locaux de l’entreprise de son petit frère, LE DINH QUAN ; tous les ordinateurs et tous les disques durs étaient saisis.

Le 30 octobre suivant, après la mise à sac de son domicile, ce frère était interpellé et jeté en prison, pour suspicion « d’évasion fiscale ».

Le 5 décembre, de retour chez LE DINH QUAN, la Police interpellait la cousine des frères QUAN, enceinte, et la plaçait également en détention provisoire, pour les mêmes charges.

Ce n’était, bien sûr, plus qu’une question de jours pour LÊ QUÔC QUÂN.

Il publiait pourtant encore sur son blog, le 18 décembre 2012, son commentaire sur un projet d’amendement de la Constitution, repris par la BBC, dans lequel il concluait à son inévitable et prochaine arrestation, déclarant, – je le cite : « ma foi en l’être humain, l’importance du sujet à traiter, et ma conscience de citoyen me pressent d’écrire ».

Le 27 décembre, alors qu’il amenait sa petite fille à l’école, il était arrêté et mis au secret dans une prison de HANOI, où il entamait une grève de la faim afin de protester contre sa détention arbitraire ; il dût l’interrompre pour survivre.

Jusqu’au mois de mars 2013, alors qu’il était déjà officiellement accusé « d’évasion fiscale »[4], il lui fut interdit de voir son avocat.

Et jusqu’à son procès,- initialement fixé 9 juillet, mais reporté ce jour là, sine die -, il n’a pas pu rencontrer sa famille une seule fois, ni recevoir ses lettres.

Durant l’instruction de son dossier, ses réponses aux interrogatoires ont directement influé sur ses rations alimentaires hebdomadaires.

Placé dans une cellule de 60 m²…mais avec cinquante autres détenus, il lui est interdit de lire autre chose que le journal du parti.

Mais tel Prométhée, LÊ QUÔC QUÂN est animé d’un feu ardent, dans lequel il puise la force de défendre encore, de se défendre.

Le 2 octobre 2013, il était enfin jugé ; l’accès à la salle d’audience, pour un procès de droit commun prétendument public, fut limité : des « accréditations » étaient requises.

Une Consoeur française d’Avocats Sans Frontières s’apprêtait à s’y rendre lorsqu’elle fut « prise en charge », à son hôtel, par cinq agents de la sécurité publique.

Elle fut alors contrainte de signer un procès-verbal mentionnant qu’elle avait l’obligation de se trouver à une distance minimale de 50 km d’HANOI pendant le temps du procès, qu’il lui était interdit de s’approcher du Tribunal et qu’elle se rendrait aux visites touristiques requises, dument escortée.

Au terme de deux jours de débats, le Tribunal se retira quelques secondes -pour au moins tenter de sauver les apparences-, et revint lire un jugement de culpabilité, de plus de vingt pages…

LÊ QUÔC QUÂN était condamné, en première instance, à trente mois de prison et 59.000.USD d’amende, pour un délit de droit commun qui permet, en apparence au moins, d’éluder tout débat sur la violation de ses droits les plus élémentaires.

Au terme de cette lutte, inégale, il n’y a évidemment qu’un seul vainqueur :

-Prométhée, bien qu’enchaîné à sa montagne pour l’éternité tandis que l’aigle divin lui dévorait le foie, refusait encore et toujours de se soumettre à la volonté de Zeus, même en échange de la fin de son supplice ;

-Prométhée donc, plus fort que Zeus, « plus dur que son rocher et plus patient que son vautour »[5] ;

-LÊ QUÔC QUÂN aussi, plus fort que les autorités vietnamiennes, plus courageux et plus obstiné encore, à l’image de ce « premier symbole de l’humanisme »[6] ;

Et ce n’est pas si surprenant.

Car, et c’est encore CAMUS qui parle :

« Qu’est-ce que l’homme ?
Il est cette force qui finit toujours par balancer les tyrans et les dieux »[7].

Alexandra DUMITRESCO
Avocat au Barreau des Hauts-de-Seine
FRANCE

 

Notes :

[1] Albert CAMUS, Prométhée aux enfers in L’été, 1946.

[2] Article 88 du Code pénal vietnamien.

[3] Article 79 du Code pénal vietnamien.

[4] Article 161 du Code pénal vietnamien.

[5] Albert CAMUS, Prométhée aux enfers in L’été, 1946.

[6] idem.

[7] Albert CAMUS, « Lettres à un ami allemand », II, 1944.

* * *

18/02/2014