Archives par mot-clé : droit

Langue, histoire et sources textuelles du Cambodge ancien et moderne

[ndlr] Annonce d’un nouveau séminaire sur le Cambodge.

Langue, histoire et sources textuelles du Cambodge ancien et moderne

 
Éric Bourdonneau, maître de conférences à l’EFEO
Grégory Mikaelian, chargé de recherches au CNRS
Joseph Thach, maître de conférences à l’INALCO
 
Vendredi de 10 h à 12 h (INALCO, 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris, salle 6.11), du 10 mars 2017 au 16 juin 2017
 
Ce séminaire se propose de mener conjointement l’examen de corpus de natures et d’époques différentes (inscriptions des grandes « maisons » aristocratiques angkoriennes, décrets royaux et inscriptions modernes ou encore recueils de contes) en relevant, dans chacun des cas, les éléments susceptibles d’alimenter une première réflexion sur la pratique de l’écrit (et son inscription plus ou moins profonde dans l’oralité), sur les formes de la mémoire et sur l’élaboration des principes du droit. Ce faisant, il s’agit de s’interroger sur la nature de nos sources (qui ne l’ont pas toujours été en ce sens) en prêtant attention, ici comme ailleurs, à leurs conditions de production, d’usage et de réception.


Le second semestre de l’année 2016-2017 sera consacré au corpus épigraphique en vieux khmer du temple de Banteay Srei. Construit dans le troisième quart du Xe siècle par le guru du souverain Jayavarman V (r. 968-1000/1001), le sanctuaire eut une période d’activité exceptionnellement longue, qui se prolonge sur plus de trois siècles, jusqu’au début du XIVe siècle. De cette longévité témoigne en particulier le petit groupe d’inscriptions du temple. Une telle continuité de la pratique épigraphique en un même lieu, par-delà les générations (les auteurs du XIVe siècle célébrant ceux du Xe siècle) et les grandes périodes définies par l’historiographie (l’âge « classique » du Cambodge ancien et les prémices de l’époque « moyenne » faisant suite), en fait un objet d’étude privilégiée dans le cadre de ce séminaire, entre examen de la langue et histoire culturelle du Cambodge sur le temps long.

Nota bene : cette année le séminaire se déroulera à l’INALCO, 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris, salle 6.11
Image « à la une » : Inscription à Angkor Borei (AD 611)

Nguyễn Mạnh Tường : Un excommunié – Hanoi 1954-1991. Procès d’un intellectuel

Nguyen Manh Tuong, Un Excommunié. Hanoi 1954-1991 : Procès d’un intellectuel, Paris, Que Me, 1992, 346 p. Présentation de l’éditeur ci-dessous :

Nguyen Manh Tuong, avocat et écrivain vietnamien, ancien Bâtonnier de Hanoi, est né en 1909. Il a obtenu, à 22 ans, en la même année 1932, un Doctorat d’Etat ès-Lettres et un Doctorat en Droit à l’université de Montpellier. Dès 1946, il rejoint, au maquis, le gouvernement Ho Chi Minh. Après Dien Bien Phu, il revient en 1955 à Hanoi avec une dizaine de titres honorifiques décernés par le gouvernement de la résistance dont il fut, de 1945 à 1956, le représentant dans plusieurs conférences internationales. Sa fameuse critique, sur les erreurs colossales commises par les autorités communistes au cours de la Réforme Agraire (il a été question de centaines de milliers de victimes), qu’il a prononcée à la réunion du Front Patriotique à Hanoi le 30 octobre 1956, lui a valu la disgrâce. Depuis, sa vie est pauvreté et maladie.

Un excommunié est un de ses récits autobiographiques se passant de 1955 à 1991, à Hanoi. Le manuscrit est parvenu, à l’automne 1991, à Paris, avec son désir de le voir publier. Il hésitera ensuite, pour finalement décider en ces termes, dans une lettre datée de Hanoi le 16 mars 1992 :

… « J’ai souhaité retarder la publication de mes ouvrages, parce que les circonstances récentes me mettent en alerte. Mais vous m’avez fait franchir le Rubicon et je vous donne raison : le risque est grand mais il faut tenter le risque. J’attends donc le pire en souhaitant qu’il n’arrive pas. Mais si on pousse la barbarie jusqu’à m’infliger le même traitement qu’à d’autres intellectuels accusés de médire du régime, j’attends de pied ferme des épreuves dont je connais la dureté. Je suis décidé, si l’éventualité se produisait, d’entamer une grève de la faim jusqu’à ce mort s’ensuive. A 84 ans, j’ai connu de la vie le meilleur et le pire et n’éprouve pas de regret à quitter cette vie au cours de laquelle j’ai rempli mon devoir d’intellectuel devant le peuple et devant l’histoire ! » …

Nguyen Manh Tuong devait décéder le 13 juin en 1997 à Hanoi.

* * *

Extrait :

Le droit et la politique

Entre le politicien et le juriste, il existe une divergence d’optiques, d’habitudes mentales, de pratiques intellectuelles.

La politique est un monde aux frontières floues qu’on peut franchir sans passeport et qu’on franchit souvent sans s’en douter ! Le sol y est mouvant, couvert de dunes de sable que les vents déplacent à leur gré, traversé de marais qu’on doit longer pour éviter des enlisements mortels ! Ici triomphe l’ambiguïté. Et l’imprécision des gestes comme du langage permet les interprétations les plus diverses, souvent contradictoires. Le voyageur qui s’y aventure doit renoncer au besoin de logique, de clarté et de précision, penser dans l’immédiat sans référence au passé ni appel au futur, s’interdire toute moralité ou sentimentalité, et surtout témoigner un sens aigu, dynamique de l’opportunité !

Le monde juridique, au contraire, est entouré de montagnes et de fleuves qui servent de frontières naturelles. Ici règnent la rigueur géométrique, la logique rationnelle, la précision et la clarté cartésiennes. Entre la légalité et l’illégalité, la ligne de démarcation est nette, comme entre le blanc et le noir. La terminologie cerne les idées, en fixe le contenu, ne laisse flotter autour d’elles aucune marge d’ombre où puisse se nicher l’équivoque ou qui permette une prestidigitation verbale, une jonglerie avec des mots ! Le raisonnement juridique provoque le choc des idées, et le palme revient à celui dont la logique s’appuie solidement sur des principes de droit, des textes de loi sans vaine logomachie, dans la froide sérénité de la dialectique, sous le soleil glacial de la raison !

(Un Excommunié – 1991, pp. 29-30)

* * *

« Longue plainte d’un avocat et intellectuel vietnamien célèbre, « excommunié » par le régime de Hanoi en 1956. Le livre s’étend peu sur les années passées au maquis et insiste sur la polémique de 1956 ainsi que sur le traitement infligé à l’excommunié : isolement et pauvreté. Ce récit complète, sans les éclipser, les nombreux autres témoignages sur la répression dans le Vietnam communiste ». (Persée – Revue française de science politique, « Informations bibliographiques », 1993, vol. 43, n°5, p. 882).

* * *

  • L’ouvrage est disponible en anglais en ligne sur le site Ai Huu Luat Khoa.com (Nguyen Manh Tuong, An Excommunicated – pdf – Bich Hop Publishings, 2008).
  • L’ouvrage est disponible en vietnamien en ligne sur le site Viet Studies
  • Il a été réédité en 2003 sous le titre de Kẻ bị khai trừ par Tiếng Quê Hương.
  • Voir le CR de lecture en vietnamien de cet ouvrage : Trịnh Bình An, « Đọc “Kẻ bị khai trừ” của Nguyễn Mạnh Tường« , 22-02-2012, sur DVC Online.