Archives par mot-clé : Dominique Foulon

Carnets du Viêt Nam n° 38 – Comment écrire un dernier édito ?

CarnetsduVietNam_38[ndlr] Dominique Foulon s’est chargé de la rédaction du dernier édito de la revue Carnets du Viêt Nam. La revue cesse d’exister sous sa forme actuelle mais renaîtra de ses cendres avec une parution en ligne. Editorial publié ici avec l’autorisation de l’auteur.

Ce numéro 38 qui, au mieux devait sortir en octobre, devait se placer sous l’intitulé : Quel Viêt Nam aime-t-on ? Ces derniers mois en effet l’actualité vietnamienne s’est invitée dans les médias français : que ce soit la visite du premier ministre Nguyễn Tấn Dũng, la mort du général Giap ou les multiples événements liés à l’année croisée France – Viêt Nam. À chaque fois le pays qui était décrit correspondait certes à la réalité, mais une réalité un peu désincarnée, un peu lointaine parfois.

Bien sûr, chacun(e) a « son » Viêt Nam. Le « mien » ce serait celui de madame Lê Hiền Đức ou de madame Lê Thi Ba (voir p. 4). Toutes deux se situent, sans remonter jusqu’aux sœurs Trung, dans la continuité de ces femmes qui autrefois combattirent l’injustice dans les maquis et les bagnes. Avec persévérance et opiniâtreté, elles avancent sur une voie qui leur paraît juste et représentent, à mon sens, le meilleur du Viêt Nam.

Ce numéro 38 aurait donc eu toutes les chances de sortir en octobre si notre équipe, déjà bien réduite, n’avait eu à subir une véritable malédiction digne de La Malédiction des sept Félicités (voir page 30) ou des Sept Boules de cristal. Nous ne pensons pas avoir attenté aux mânes des empereurs Minh Mang ou Tu Duc mais force est de constater que, comme dans l’album d’Hergé, des problèmes de santé plus ou moins sérieux ont affecté plusieurs d’entre nous. Sachant que le travail de mon ami et vieux complice Philippe Dumont est essentiel pour la revue, son indisponibilité, hélas prolongée, explique non seulement le retard pris dans la confection de ce numéro mais pose aussi la question de la pérennité de la revue, tout au moins sous cette forme : une revue papier, quadri et trimestrielle. En effet, les diverses hausses de prix, de TVA… qui grignotent nos ressources restées fragiles depuis le début de notre entreprise sont un autre aspect du problème. Ces deux éléments additionnés amènent à la conclusion qu’il nous faut renoncer à l’édition imprimée des Carnets du Viêt Nam. À notre niveau nous sommes aussi confrontés au problème central que connait la presse papier en général. Grâce à Internet jamais l’information n’a autant été disponible, information souvent de qualité et gratuite. Ce tournant de société touche toutes les publications et même si l’attachement à l’objet livre ou revue reste important il n’est plus l’unique vecteur entre un lecteur et un chroniqueur. C’est pourquoi, comme déjà évoqué dans l’édito du n° 36, nous allons essayer de poursuivre les Carnets sous une autre forme via Internet avec une revue téléchargeable en format pdf. La mise en page restera quasiment la même mais nous ne serons plus prisonniers d’un format de 48 pages et d’une périodicité trimestrielle. Il est alors possible d’envisager une publication plus souple en termes de pagination et de délai de publication. Ce serait aussi un avantage en ce qui concerne l’actualité toujours très difficile à suivre au rythme trimestriel. Enfin ce genre de publication serait gratuit et son audience pourrait être multipliée.

Nous espérons toujours que comme auparavant de multiples auteurs nous confieront leurs textes et réflexions, leurs dessins et photos. Et, à nouveau, nous faisons appel aux bonnes volontés pour les traductions d’articles en vietnamien ou en anglais, l’essentiel de l’actualité étant dans ces deux langues.

Nous pourrons alors perpétuer ce que Philippe Dumont écrivait dans l’édito du n° 1 « Pour nous exprimer, nous avons choisi de rester clairvoyants et à l’écoute du présent. […]. L’éventail des contributions, la diversité des approches, la différence des regards sont les garants de notre indépendance. »

Dominique Foulon.

Source : Carnets du Viêt Nam (sommaire en ligne)

Oui mais… A propos des Travailleurs indochinois – par Dominique Foulon

Paris manifestation du 1er mai 1946 de Bastille à Nation.
Ouvriers de la 50e compagnie. Sur la banderole :
« Cessation immédiate des hostilités au Nam Bo anciennement Cochinchine »

[ndlr] A la suite du CR de lecture de Janine Gillon sur l’ouvrage de Liêm-Khê Luguern paru dans Carnets du Viêt Nam (n° 35), Dominique Foulon souligne l’oubli récurrent, dans les ouvrages publiés en RSVN, de mentionner la forte implication du mouvement trotskiste au sein des ONS Vietnamiens.

Je souscris tout à fait à l’éloge que fait Janine Gillon car les témoignages des anciens Công Binh [1] sont assez rares pour ne pas saluer ce nouveau recueil. Oui, mais…

Peut-on faire œuvre d’historien en laissant de côté la moitié de l’histoire ? Liêm-Khê Luguern note dans son introduction que « Le choix de publier leur témoignage relève de l’urgence (le temps de l’analyse viendra) »… Soit, mais comment interpréter le silence absolu qu’elle observe sur le courant politique qui a été à l’origine de l’organisation des ONS dans les camps ? Il faut lire la préface de Daniel Hémery pour savoir que certains ONS ont pu être « influencés par le groupe trotskyste vietnamien en France ». Au début des années 50, le groupe comptait 514 cotisants, excusez du peu ! L’auteur cite bien Đặng Văn Long, le biographe du mouvement (p. 135) mais sans plus de précision alors qu’il fut un des piliers du Groupe. Dans la foulée on arrive à l’affirmation que, « acquis à l’indépendance du Viêt Nam, les ONS agissent dès lors comme le bras du Vietminh en métropole ». Acquis à l’indépendance oui, mais au Vietminh certainement pas sinon comment expliquer que Trần Ngọc Danh, le représentant d’Hồ Chí Minh, ait eu tant de mal à faire admettre sa ligne politique dans les camps de travailleurs.

Il est possible d’imaginer que ce livre bilingue, édité à Đà Nẵng, n’aurait pas pu être publié avec des références explicites au trotskysme. C’est ainsi que le livre de Pierre Daum, Immigrés de force, dont la traduction vietnamienne était prête n’a pu sortir, l’auteur refusant la suppression des passages où il mentionnait l’existence des trotskystes et ce qu’ils avaient réalisé. Il est assez surréaliste par ailleurs de voir qu’en 2012 toute référence au trotskysme reste encore taboue au Viêt Nam. Il ne s’agit pas de porter ce courant politique au pinacle mais de noter simplement le rôle important que ces militants ont eu dans le mouvement des travailleurs indochinois. La vérité historique est là, le silence et la censure n’y changeront rien.

L’autocensure non plus.

Dominique Foulon, à lire dans Carnets du Viêt Nam, n° 35, p. 40.

[1] Nous empruntons au cinéaste Lâm Lê le titre qu’il a donné à son film pour désigner les ONS (công : « ouvrier, manœuvre » ; binh, « militaire, sous régime militaire »), sachant que les dictionnaires traduisent généralement công binh par « soldat du génie » ou « sapeur ».

Article publié avec l’autorisation de Dominique Foulon que nous remercions. La photo de la manifestation provient de sa collection personnelle.