Archives par mot-clé : domination coloniale

Séminaire Mémoires d’Indochine : Synopsis 2021

Année universitaire 2021-2022 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :
La décolonisation et la guerre vécues par les populations
du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

« Altérités et mémoires multiples »

Lieu : ENS de Lyon, site Descartes

Enseignant : François Guillemot

Courriel : francois.guillemot@ens-lyon.fr

Jour : le mercredi

Horaires : 9h-12h et 9h-11h

Salles :  D4.070 (IAO) sauf indication

Structure du séminaire :

Chaque séance de 3 heures se décompose en deux parties. La première partie est consacrée à l’étude des documents, auparavant lus par tous. La seconde partie est consacrée aux exposés oraux des étudiants et/ou consiste en une discussion autour d’un documentaire historique. Dans tous les cas, les deux parties exigent la participation active des étudiants.

Description succincte et objectif du séminaire :

L’histoire de la décolonisation de la péninsule indochinoise a été, le plus souvent, présentée sous l’angle des littératures officielles marquées par le prisme des vainqueurs. Dans ces textes, la parole des populations reste assez peu lisible. Le Viêt-Nam échappe en partie à cette règle car les vaincus (en outre, les Américains et les Vietnamiens exilés de la République du Sud, voire quelques écrivains du Renouveau) ont chacun de leur côté beaucoup écrit sur leur expérience de la décolonisation et de la guerre. A l’intérieur du pays, aux côtés d’une peinture héroïque et hagiographique de la révolution et de la lutte pour l’indépendance, de nouveaux témoignages entendent bousculer les certitudes. Les Cambodgiens ont largement témoigné du destin de leur pays en guerre en particulier de la violence vécue pendant la dictature du Kampuchéa Démocratique. Le procès des Khmers Rouges a ravivé les traumatismes mais aussi refermé une des pages les plus sombres de l’histoire du XXe siècle. Au Laos, les nouvelles réalités locales interpellent les jeunes adultes de la diaspora sur leur identité et la mémoire collective élaborée en exil. A l’appui de nombreuses publications historiques et politiques et de construction de lieux de mémoires imposants, les vainqueurs de ces trois pays continuent d’affirmer leur légitimité gagnée au prix d’un sacrifice de plus en plus mis à mal par les réalités postcoloniales et la parole d’après-guerre.

L’objectif de ce séminaire est d’inverser la tendance générale des histoires officielles pour se plonger dans les récits de vie, témoignages et mémoires des acteurs, de réfléchir sur leur contenu explicite ou implicite, de poser un regard critique sur ces écrits (à portée autobiographique et « archives de soi »), de réintroduire ces sources « marginales » de l’histoire dans la « grande histoire » de ces pays. Cette approche, très liée aux enjeux mémoriels, permettra de mieux saisir comment nous sortons d’une période où la conscience historique prévalait pour entrer dans une ère où les mémoires envahissent peu à peu la sphère politique. Mémoires manipulées, mémoires conflictuelles ou juxtaposées, tronquées ou oubliées, chacun de ces aspects sera discuté à travers les textes et les exposés oraux du séminaire. La décolonisation de l’Indochine et ses suites avec l’avènement des États-nations postcoloniaux (Viêt-Nam, Laos et Cambodge) est donc ici appréhendée à travers la vision originale des témoins et acteurs de ces pays. Il s’agit en quelque sorte de prendre la juste mesure des mémoires, écrites ou orales, pour interroger l’histoire récente de ces trois pays, et tenter d’élaborer une histoire vue du bas.

Cette année, notre champ d’investigation s’intéressa à la question des altérités et au regard ontologique que les mémoires proposent. Qui sommes-nous et qui est l’autre ? Quelles interactions régissent les rapports colonisés / colonisateurs, quelles dominations se mettent en place ? Comment s’expriment les maintiens des mémoires dans le champ virtuel, interactif et visuel de la toile ? A travers les différentes approches anthropologiques, sociologiques et historiques, du “militaria” au décolonial, du colonial au post-colonial, c’est tout compte fait la question de l’Autre qui se pose à nous et qui bouscule nos propres raisonnements. Cette dernière année du séminaire Mémoires d’Indochine s’attachera donc, entre bilan et perspectives, à revenir sur des enjeux qui traversent les sociétés de la péninsule indochinoise et qui ne peuvent trouver une véritable conclusion académique, voire une finalité ontologique.

Mots clés : archives de soi ; commémoration ; communisme ; discours ; ethnies minoritaires ; ethnoscape ; femmes ; guerre ; histoire orale ; historiographie ; identité ; internet ; libération ; mémoire ; mouvements politiques ; nationalisme ; netnographie ; oppression ; péninsule indochinoise ; récit de vie ; réseaux sociaux ; résistance ; subaltern studies

Sites du séminaire :

★ ★ ★

Plan du séminaire (sous réserve de modifications) :

Séance introductive (9-11h). Mercredi 22 septembre 2021 : Introduction (notions, modalités, calendrier).

Séance 1 (9-11h). Mercredi 29 septembre 2021 – “Le devoir de mémoire”, France, Indochine, états post-coloniaux

Séance 2 (9-11h). Mercredi 6 octobre 2021 – Archives, sources et mémoires

Séance 3 (9-12h). Mercredi 13 octobre 2021 – Corps et mémoires : mémoires des corps

Séance 4 (9-12h). Mercredi 20 octobre 2021 – Famille et mémoires, récits familiaux et transmission

Séance 5 (9-12h). Mercredi 27 octobre 2021 – Guerre et mémoires, enjeux mémoriels

Séance 6 (9-12h). Mercredi 10 novembre 2021 – Art et mémoires : transfigurer l’indicible

Séance 7 (9-12h). Mercredi 17 novembre 2021 – Genre et mémoires : mémoires genrées

★ ★ ★

Bibliographie

Instruments de travail :

DALLOZ, Jacques, Dictionnaire de la guerre d’Indochine 1945-1954, Paris, Armand Colin, 2006. Présentation éditeur.

DULUCQ, Sophie, KLEIN, Jean-François, STORA, Benjamin (sous la dir.) Les mots de la colonisation, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2008. Présentation éditeur.

GOSCHA, Christopher E., Historical Dictionary of the Indochina War (1945-1954). An International and Interdisciplinary Approach, Honolulu, University of Hawaii Press/Copenhagen, Nordic Institute of Asian Studies, 2012. (voir lien “Guerre d’Indochine 1945-1956″ ci-dessus). Présentation éditeur.

KLEIN, Jean-François, SINGARAVELOU, Pierre & SUREMAINN, Marie-Albane de, Atlas des empires coloniaux : XIXe-XXe siècles, Paris, Éditions Autrement, Série Atlas/Mémoires, 2012. Présentation éditeur.

TERTRAIS, Hugues, Atlas des guerres d’Indochine, 1940-1990. De l’Indochine française à l’ouverture internationale, Paris, Éditions Autrement, Série Atlas/Mémoires, 2004 (réédition 2007). Présentation éditeur.

★ ★ ★

Quelques lectures pour accompagner le séminaire :

ABDOUL-CARIME, Nasir / MIKAELIAN, Grégory et THACH, Joseph (eds.), Le passé des Khmers. Langue, textes, rites, Berne, Peter Lang, 2016. Présentation éditeur.

ANDERSON, Benedict, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte / Poche, 2006. Présentation éditeur.

APPADURAI, Arjun, Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Editions Payot & Rivages, Petite Bibliothèque Payot, 2005. (Voir le CR de lecture de Marie Bellot).

BANCEL, Nicolas ; BLANCHARD, Pascal ; LEMAIRE, Sandrine, La fracture coloniale. La société française au prisme de l’héritage colonial, Paris, La Découverte, La Découverte Poche, n° 232, 2006. Présentation éditeur.

BORGHI, Rachele, Décolonialité et privilège. Devenir complice, Villejuif, Éditions Daronnes, 2021. Présentation éditeur.

BRISSON, Thomas, Décentrer l’Occident. Les intellectuels postcoloniaux, chinois, indiens et arabes, et la critique de la modernité, Paris, La Découverte, coll. « Sciences humaines », 2018. Présentation éditeur.

BROCHEUX, Pierre & HEMERY, Daniel, Indochine la colonisation ambiguë 1858-1954, Paris, Éditions La Découverte, textes à l’appui / histoire contemporaine, 2001, nouvelle éd. augmentée et mise à jour. Version anglaise sous le titre Indochina: An Ambiguous Colonization, 1858-1954, Berkeley, University of California Press, 2011. Présentation éditeur (fr.)

DALISSON, Rémi, Les guerres et la mémoire, Paris, CNRS éditions, 2013. Présentation de l’éditeur.

DOAN CAM THI, Écrire le Vietnam contemporain: guerre, corps, littérature, Paris, PUPS, 2010. Présentation éditeur.

GOSCHA, Christopher, Indochine ou Vietnam ?, Paris, Vendémiaire, 2015. Traduction de Going Indochinese. Contesting Concepts of Space and Place in French Indochina, Copenhagen, NIAS Press, 2012. Présentation éditeur (fr.).

GOSCHA, Christopher, The Penguin History of Modern Vietnam, London, Allen Lane, 2016. Présentation éditeur.

GUILLEMOT, François, Viêt-Nam, fractures d’une nation. Une histoire contemporaine de 1858 à nos jours, Paris, La Découverte, « La Découverte / Poche », 2018. Présentation éditeur.

GUILLEMOT, François & LARCHER-GOSCHA, Agathe, La colonisation des corps. De l’Indochine au Viêt Nam, Paris, Vendémiaire, « Chroniques », 2014. Présentation éditeur.

HARDY, Andrew, Red Hills. Migrants and the state in the highlands of Vietnam, Copenhagen, Singapore, NIAS press / ISEAS, 2005. Présentation éditeur.

HARTOG, François, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Éditions du Seuil, coll. Points Histoire H458, 2012 (rééd.). Présentation éditeur.

HICKEY, Gerald C., Free in the forest. Ethnohistory of the Vietnamese central highlands, 1954-1976, New Haven, Yale University Press, 1982.

HUE-TAM HO TAI (ed.), The Country of Memory. Remaking the Past in Late Socialist Vietnam, Berkeley, University of California Press, 2001. Présentation éditeur.

IVARSSON, Søren, Creating Laos, The Making of a Lao Space between Indochina and Siam, 1860-1945, Copenhagen, NIAS Press, 2008. Présentation éditeur.

LE DANTEC-LOWRY, Hélène ; RENAULT, Matthieu et al., Histoire en marges. Les périphéries de l’histoire globale, Presses universitaires François-Rabelais, coll. « Civilisations étrangères », 2018. Présentation éditeur.

LE FAILLER, Philippe, La rivière Noire, l’intégration d’une marche frontière au Vietnam, Paris, CNRS éditions, coll. « CNRS Alpha », 2014. Présentation éditeur.

NGUYEN, Nathalie Huynh Chau, La mémoire est un autre pays. Femmes de la diaspora vietnamienne, Paris, Riveneuve éditions, 2013.

NGUYEN Thê Anh, Monarchie et fait colonial au Viêt-Nam (1875-1925). Le crépuscule d’un ordre traditionnel, Paris, L’Harmattan, “Recherches asiatiques”, 1992. Présentation éditeur.

PANH, Rithy et BATAILLE, Christophe, L’Élimination, Paris, Grasset, 2012. Présentation éditeur.

PO DHARMA, Du Flm au Fulro : une lutte des minorités du sud indochinois, 1955-1975, Paris, Les Indes savantes, 2006. Présentation éditeur.

RICOEUR, Paul, La mémoire, l’histoire et l’oubli, Paris, Éditions du Seuil, Points Essais 494, 2000 (rééd. 2003). Présentation éditeur.

SEMELIN, Jacques, Purifier et détruire. Usages politiques des massacres et génocides, Paris, Éditions du Seuil, Point Seuil Essais 696, 2005, parution en poche en 2017. Présentation éditeur.

SOUYRI, Pierre-François (textes réunis par), Mémoire et fiction. Décrire le passé dans le Japon du XXe siècle, Arles, Éditions Philippe Picquier, 2010. Présentation éditeur.

SPIVAK, Gayatri Chakravorti, Les subalternes peuvent-elles parler ?, Paris, Éditions Amsterdam, 2009, nouvelle édition 2020. Présentation éditeur.

TARAUD, Christelle, La colonisation, Paris, Éditions Le Cavalier bleu, coll. “idées reçues”, 2008. Présentation éditeur.

TRAVERSO, Enzo, Passés singuliers. Le “Je” dans l’écriture de l’histoire, Montréal, Luc éditeur, coll. “Hors collection”, 2020. Présentation éditeur.

WATERSON, Roxana & KWOK Kian-Woon (eds), Contestations of memory in Southeast Asia, Singapore, National University of Singapore Press, 2012. Présentation éditeur.

WATERSON, Roxana (ed.), Southeast Asian Lives: Personal Narratives and Historical Experience, Singapore, National University of Singapore Press, 2006. Présentation éditeur.

Numéros spéciaux de revues et articles en ligne :

ARTIERES, Philippe & KALIFA, Dominique (éd.), “Histoire et archives de soi”, Sociétés & Représentations, n° 13, 2002/1.

BAUSSANT Michèle et al., « Des passés déplacés. Mémoires des migrations », Paris, Seuil, Communications, EHESS, Centre Edgar Morin, n° 100, 2017. Disponible sur Persée.

CHIVALLON, Christine, « Retour sur la « communauté imaginée » d’Anderson. Essai de clarification théorique d’une notion restée floue », Raisons politiques, 2007/3 (n° 27), p. 131-172. Disponible sur Cairn.

DOAN Cam Thi, « Femme, fantasme et guerre. Genèse d’une parole libre dans « La survivante de la Forêt qui rit », nouvelle vietnamienne de 1991 », La revue des ressources, lundi 2 avril 2007. Voir en ligne.

LAPIERRE, Nicole (sous la dir.), « La mémoire et l’oubli », Seuil, Communications, n° 49, 1989.

TORRES, Pedro Ruiz (dir.), « Transferts de mémoires », Passés Futurs, n° 3 en ligne sur Politika.

VIRGILI, Fabrice (éd.), “Les lois genrées de la guerre”, CLIO Femmes, Genre, Histoire, n° 39, 2014. Voir en ligne.

ZANCARINI-FOURNEL, Michelle, « À propos du « retard » de la réception en France des Subaltern Studies », Actuel Marx, 2012/1 (n° 51), p. 150-164. Disponible sur Cairn.

Sur le carnet Mémoires d’Indochine :

Fourton, Marjolaine, « Les Subaltern Studies : principes fondateurs et postérité d’un projet historique », Mémoires d’Indochine, 08/02/2016.

  • Bibliographie spécifique du séminaire (PDF ci-dessous) :

★ ★ ★

Travaux à faire et notation : Présence régulière au séminaire requise, participation active, lecture et commentaire des documents proposés obligatoires (30 % de la note). Chaque étudiant devra faire le Compte rendu de lecture [CR] d’un ouvrage sur 3 ou 4 pages (maxi) interligne 1,5, accompagné d’une recherche bibliographique autour de l’ouvrage (40 % de la note). Le même ouvrage sera présenté oralement pendant vingt minutes au cours du séminaire (30 % de la note). Des précisions sur ces travaux seront apportées lors de la séance introductive. Dans les conditions particulières de ce semestre liées à la crise sanitaire, le travail demandé pourra être modifié.

Image « à la une » : FX, Dévastation, 2021 (détail).

Laurent Dartigues : Histoire d’une rencontre ratée et histoire à parts inégales [édition 2012]

Histoire d’une rencontre ratée et histoire à parts inégales. Essai sur le discours orientaliste à propos du Viêt Nam 1860-1940

Laurent Dartigues

2012

Ce texte (texte principal + annexes) est la version auteur corrigée et augmentée (527 pages) d’un ouvrage paru en 2005 sous le titre : L’orientalisme français en pays d’Annam 1862-1939, aux éditions Les Indes savantes. L’objet de cet ouvrage est d’étudier les discours orientalistes produits pendant la période coloniale sur la société, l’histoire et la culture viêtnamienne en cherchant à rendre compte des conditions spécifiques qui les ont rendu possibles. L’objet s’est ordonné autour de trois notions : la Bibliothèque annamite, la polyphonie, la production conjointe de connaissances. Ces représentations fonctionnent sur le mode d’une “Bibliothèque annamite”, vaste ensemble métaphorique qui propose des configurations d’images autosuffisantes quant au sens qu’elles procurent aux objets décrits.

 

Cette “Bibliothèque” :
– puise dans la tradition savante occidentale, notamment dans La Cité antique de Fustel de Coulanges,
– inscrit certaines de ses thématiques dans l’entreprise coloniale (gestion et exploitation de la colonie et de ses habitants),
– s’insère dans un dialogue avec l’élite lettrée viêtnamienne, qui non seulement a permis dans une large mesure le travail de la connaissance de se faire, mais a aussi contribué à la construction, reconstruction, transformation des représentations françaises.

La recherche s’appuie sur l’analyse d’une centaine de textes de taille variable (de l’article d’une dizaine de pages à l’ouvrage de plus d’un millier de pages) qui relèvent des disciplines historiques, juridiques, ethnologiques, archéologiques, et pour l’essentiel sur la consultation des archives de l’École française d’Extrême-Orient. L’ouvrage se compose de quatre parties et comporte un index des noms d’auteurs.

La première partie est d’ordre théorique et méthodologique. Elle s’attache à délimiter les questions posées à l’objet et à expliciter les critères d’élaboration d’un corpus raisonné de textes. Pour ce faire, elle mobilise notamment les travaux de M. Foucault, E. Saïd et M. Bakhtine (chap. 1) et s’appuie sur la notion d’instance de consécration pour choisir les œuvres de notoriété (chap. 2). Cette partie s’achève par la caractérisation matérielle des textes et une sociographie des auteurs sélectionnés qui met en évidence l’importance des fonctionnaires, missionnaires ou militaires dans la production orientaliste (chap. 3).

La seconde partie décrit la manière dont les savants français représentent le monde social viêtnamien et met en lumière les grandes thématiques, les motifs et les fétiches, plus largement l'”expression intérieure” (style, rhétorique) qui structurent ce savoir et s’imposent à la plume savante. J’ai appelé “Bibliothèque annamite” cette police lexicographique (chap. 4). Cette Bibliothèque inscrit certaines de ses thématiques dans l’espace des questions coloniales qui se retraduisent dans les textes en terme de problématiques, de conceptions, de prises de position. À l’encontre d’un débat stérile sur la question de la “contamination” ou de la “pureté” de l’orientalisme vis-à-vis de la domination coloniale – le problème est plutôt de comprendre ce qu’on fait avec cette domination dans l’acte même de l’écriture -, je propose une lecture fluide de ces rapports à travers des études de cas (les préfaces dans les ouvrages d’administrateurs coloniaux, la comparaison de deux thèses de géographie humaine, etc.) qui laissent toute sa place à l’expression d’un projet savant (chap. 5). Cette Bibliothèque transcrit également sur le terrain viêtnamien le grand livre de Fustel de Coulanges La Cité antique. L’impact de La Cité antique sur la pensée européenne de la fin du siècle dernier et des premières décennies de ce siècle et sa rencontre avec un type d’homme façonné par les humanités classiques expliquent très certainement l’omniprésence de cette œuvre dans le champ des études viêtnamiennes. Son mode de présence est très divers, que ce soit à travers le vocabulaire “antique” ou bien la grille de lecture proposée par Fustel de Coulanges. Le Viêtnam apparaît ainsi comme une société fondée sur la communauté villageoise, une société profondément religieuse dans laquelle domine le culte des ancêtres (chap. 6).

La troisième partie permet de retrouver les auteurs derrière les textes, en l’occurrence ici un missionnaire, Léopold Cadière (chap. 7), là un sociologue des religions, Paul Mus (chap. 8). À travers l’analyse de leurs écrits – qu’on considère aujourd’hui comme les deux œuvres majeures produites sur le Viêtnam -, j’ai cherché notamment à travailler sur les catégories du malentendu et du désir pour rendre compte du rapport singulier qu’ils nouent avec leur “objet”, des discours qu’ils tiennent à son propos.

La quatrième partie cherche à améliorer la véridicité de la proposition “les connaissances françaises sont coproduites dans un dialogue constant avec les lettrés”. Je compose à cet effet différentes échelles de raisonnement présomptif : – le niveau du vraisemblable où je combine : a/ la comparaison avec la situation indienne qui incite à transférer les vertus descriptives de la notion de production conjointe dans la situation viêtnamienne. b/ le raisonnement logique par lequel je noue habitus savant valorisant l’érudition, importance des fonctionnaires coloniaux dans la production savante, place des lettrés dans le fonctionnement administratif colonial pour mettre en avant la supposition d’une rencontre entre savant et élite lettrée. c/ la description des conditions matérielles du terrain viêtnamien. – le niveau du probable : J’ai relié ici pour les produire en tant qu’indicateurs la question de la maîtrise linguistique et de l’objectivation du travail en commun avec les lettrés. Ils suggèrent un recours généralisé à des collaborateurs viêtnamiens alors même que ces questions sont constituées comme des voiles de cette réalité, la langue parce qu’elle est le lieu d’exhibition de soi, de production d’effets de réel au sens de Barthes ou de luttes symboliques ; l’objectivation du travail en commun parce qu’il s’adosse à un modèle de division des tâches qui relègue les lettrés dans un rôle de simple fournisseur de renseignements. – le niveau de l’argumentation que je documente, par exemple, à travers des études de cas qui permettent d’appréhender la nature du travail en commun. C’est la combinaison de ces trois niveaux qui m’a conduit, au-delà de l’établissement du fait que les lettrés ont permis dans une large mesure le travail de la connaissance, à essayer de mesurer la manière par laquelle ces lettrés ont contribué à construire, reconstruire, transformer les représentations françaises du monde social viêtnamien.

La conclusion revient sur les pistes de recherche délaissées en route, notamment sur la place de l’organicisme en tant que cadre de perception de la réalité viêtnamienne ou sur l’héritage missionnaire (jésuite en particulier) dans l’appréhension du système religieux viêtnamien. Elle pose aussi la question de savoir ce que la viêtnamologie d’aujourd’hui a à gagner de nouer un dialogue avec la production savante coloniale.

La réponse ne regarde pas simplement à mes yeux le problème d’un retour réflexif sur des savoirs dont les études viêtnamiennes sont encore dépendantes, mais renvoie aussi et d’abord aux conditions d’une coproduction scientifique aujourd’hui – ce mode production, dans un monde de circulation généralisée, devient un mode privilégié – avec des chercheurs viêtnamiens dont le statut est fixé par l’appartenance à un monde “périphérique” anciennement colonisé et est source de tensions, de concurrences et de souffrances.

Réf. : HAL : halshs-00769182, version 1.

Source : HAL SHS

Liens vers le document intégral en pdf sur Hal SHS : Etude + Annexes.

Laurent Dartigues est socio-anthropologue, ingénieur agronome (Paris-Grignon) et docteur en anthropologie historique (EHESS). Il est Chargé de recherche au CNRS, membre du laboratoire Triangle (UMR 5206) à Lyon.