Archives par mot-clé : documentaire

Un documentaire de Patrick Jeudy : Aventure en Indochine [France 3]

[ndlr] Diffusé le mercredi 20 février 2013 sur France 3 à 20h45, le nouveau documentaire de Patrick Jeudy met en scène Jean, un jeune aventurier, au contact d’une Indochine coloniale qui se délite et qui n’existe plus que dans les esprits des “petits blancs”. Car depuis le 11 mars 1945, l’empereur Bao Dai, puis de nouveau le 2 septembre 1945, le Président Ho Chi Minh, ont proclamé tour à tour l’indépendance du Viêt-Nam. Malgré des approximations, un récit “colonial” et une forte pincée d’exotisme, le documentaire offre des images rares de Hanoi, de Saigon ou de la campagne prises dans les années trente à cinquante où la population s’affaire. Jean le personnage graphique ne peut éviter les poncifs de l’imaginaire français : “fumerie et trafic d’opium”, “femmes-enfants” vietnamiennes, cambodgiennes ou guerriers “Méos” des hauts-plateaux… Il est vite ramené à une réalité plus cruelle au contact de la guerre. Le fameux “mal jaune” qui rythme cette aventure… tourne peu à peu au cauchemar : le napalm, l’errance, la misère, le tombeau de Dien Bien Phu. L’aventure en Indochine de Patrick Jeudy donne à voir une tragédie franco-française, un mythe indochinois éternellement décalé.

Présentation officielle

Ce documentaire nous entraîne sur les pas de Jean, un jeune aventurier qui part tenter sa chance en Indochine en 1945.

Nous sommes au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale. L’Indochine, occupée pendant les années de guerre par les Japonais, a souffert. La montée de la contestation et de la rébellion viêt-minh entretient un climat de peur. Mais le pays vit : les petits Blancs sont à leur poste dans les banques, les entreprises. Les fonctionnaires, les militaires, forment le tissu de la société européenne expatriée.

Notre héros part à l’aventure. Sur sa route, il va croiser des “petits Blancs” qui, comme lui, constituent le ferment de la présence française en Indochine : un médecin opiomane arrivé là dès le début des années 30 ; un pilote d’Aigle Azur, baroudeur de toutes les aventures indochinoises ; un marin, coureur de rivières et d’arroyaux au Tonkin et sur le Mékong ; une institutrice, attirée par les offres du ministère des Colonies du début du siècle visant à implanter des femmes françaises dans le pays, elle achètera une concession agricole et perdra tout lors d’une crue du Mékong ; un soldat, amoureux du pays et de ses populations, installé dans un poste au nord du pays, à la frontière chinoise.

Grâce au récit de leur vie, nous remontons le temps et découvrons l’Indochine des années 20, 30, et 40. Sur fond de fumeries d’opium, de congaïs, d’épouses délaissées, de grandes familles expatriées, de trafic de piastres, cette fresque romanesque traverse toute une époque et un continent, le Sud-est asiatique.

Un documentaire de Patrick Jeudy
Montage : Christine Marier
Documentaliste : Mathilde Guinard
Illustrations : Jérémie Gasparutto
Illustration musicale : Laurent Lesourd
Produit par Jean Labib et Anne Labro
En coprodruction avec l’ECPAD
Avec la participation de France Télévisions, de Public Sénat et TV5 Monde
Avec le soutien de la PROCIREP -Société des Producteurs, de l’ANGOA,

et du Centre national du cinéma et de l’image animée

Avec les voix de Bernard Ferreira et Armelle Protte

Sélection officielle Festival du film d’Histoire Pessac 2012

Note d’intention de Patrick Jeudy

L’Indochine, je suis tombé dedans très jeune…

Alors appelé du contingent au fort d’Ivry, siège de l’Ecpa, j’ai travaillé auprès d’un des trois opérateurs mythiques de l’Indochine. André Lebon avait perdu sa jambe à Diên Biên Phu et, pendant plus de dix mois, j’ai écouté ses reportages avant même de les voir. Par lui, j’ai connu les rizières, les sites de Hongaïe, le Mékong, les combats de Nasan et ceux de Diên Biên Phu. Pas une journée ne s’écoulait à ses côtés sans que je ne rencontre certains de ces personnages mythiques de l’Annam, du Tonkin, du Cambodge : Jean Lartéguy, Bigeard, Roumienzoff et plus tard Hélie de Saint Marc. Alors un jour, j’ai accepté un premier projet sur la guerre. Puis un deuxième, un troisième encore, puis j’ai réalisé Les Quatre Lieutenants français. Mon envie ne s’est pas limitée aux seuls combattants de la guerre. Jean Lacouture m’a apporté une autre vérité, Philippe Sainteny, Philippe Franchini, Lucien Bodard ont peuplé mon imaginaire. Marguerite Duras lui a donné un autre cadre. Lorsque Jean Labib m’a soumis un nouveau projet ayant pour cadre l’Indochine, j’ai aussitôt pensé à l’écrivain populaire Jean Hougron. Il a été le chantre de ces « têtes brûlées » qui quittaient la France de la reconstruction pour chercher aventure, fortune ou, tout du moins, une existence plus riche que celle qu’ils vivaient. Son œuvre romanesque dépeint sans concession mais avec honnêteté l’Indochine française de petits Blancs. Cette envie d’Indochine, je n’ai pas voulu la circonscrire à la seule guerre. Des heures et des heures d’images retracent l’aventure de l’Indochine. Les frères Lumière, Albert Kahn, les cinéastes des années 30 et 40. Une richesse de documents retraçant la vie des peuples, le travail des colons, la continuité de l’état, la médecine… mais bien sûr, aussi, la fin désabusée de la présence française, l’exode des catholiques du Nord, la foi du Viêt-minh. Je réalise des films d’archives depuis plus de vingt ans. Mes sujets sont circonscrits à l’Amérique des années 50 et 60, à de Gaulle et à l’Indochine. Je me plais à raconter des histoires grâce à ces images que j’ai appris à connaître. Je connais leur force, leur rôle historique, mais aussi leurs mensonges. Dans ce film-là, je m’adresse plus à leur pouvoir romanesque qu’à une vérité avérée des documents. C’est résolument d’un discours de fiction que nous nous approchons. 

Patrick Jeudy

Source : France 3

Công Binh, la longue nuit indochinoise – un film de Lam Lê

[ndlr] Annonce de Pierre Daum :

A la veille de la Seconde Guerre mondiale, 20 000 Vietnamiens étaient recrutés de force dans l’Indochine française pour venir dans les usines d’armement françaises. Pris à tort pour des soldats, bloqués en France après la défaite, ces ouvriers appelés Công Binh menaient une vie de parias sous l’Occupation. Considérés injustement comme des traîtres au Viet Nam, ils étaient pourtant tous derrière Ho Chi Minh pour l’Indépendance du pays en 1945. Une vingtaine de survivants racontent aujourd’hui leur histoire.

Le film de Lam Lê,

Công Binh, la longue nuit indochinoise,

en salle le 30 janvier 2013.

Ce film est inspiré de l’ouvrage de Pierre Daum, Immigrés de force, les travailleurs indochinois en France (1939-1952) – Actes Sud 2009.

Calendrier des projections/débats organisées autour du film (avec nom des intervenants)

PESSAC :

  • Dimanche 27 janvier, cinéma Jean Eustache à 16 heures (Lam Lê)

PARIS :

  • Mardi 29 janvier, cinéma Le Champo à 20 heures (Antoine de Baecque/Pierre Brocheux).
  • Mercredi 30 janvier, Cinéma La Clef (5ème) à 20 heures (Lam Lê/Pierre Daum).

ARLES :

  • Jeudi 31 janvier, Cinéma Le Méjan à 21 heures (Pierre Daum/Frères Trinh).

MONTPELLIER :

  • Lundi 4 février, Cinéma Diagonal à 19h45 (Pierre Daum).

CHÂTELLERAULT :

  • Vendredi 8 Février, Cinéma Les 400 coups (Nicolas Ong).

HEROUVILLE ST CLAIR (près de Caen) :

  • Lundi 11 février, Café des Images à 20 heures (Lam Lê/Pierre Daum).

Vous trouverez bientôt un calendrier complet et régulièrement mis à jour sur le site :

https://www.facebook.com/congbinhlalonguenuitindochinoise

Le sommeil d’or ដំណេកមាស – film de David Chou [2012]

[ndlr] Le jeune cinéaste franco-cambodgien (1983-) Davy Chou a réalisé en 2012 un documentaire de 100 mn sur le cinéma cambodgien avant 1975. Ce travail de mémoire intitulé Le Sommeil d’or / Golden Slumbers / ដំណេកមាស (Dâmnek Meas en khmer), retrace l’âge d’or d’un cinéma entre 1960 et 1975 et donne la parole à ses rares survivants. Récit d’une destruction culturelle et d’une tentative de résurrection étonnante.

Synopsis

Le Sommeil d’or raconte l’histoire inconnue de la naissance et de la destruction du cinéma cambodgien, du premier film réalisé en 1960 à l’arrivée des Khmers Rouges en 1975. En 15 ans, près de 400 films ont été produits et le cinéma cambodgien a vécu une ascension irrésistible. Mais de 1975 à 1979, les Khmers Rouges prennent le pouvoir. Le cinéma est interdit, les salles sont fermées et les bobines de films laissées à l’abandon. Comptant parmi les nombreux « ennemis du peuple », la plupart des cinéastes et des acteurs sont tués. Aujourd’hui, il ne reste plus de cette histoire qu’une poignée de films, quelques survivants et beaucoup de souvenirs. A travers le témoignage de ces survivants et l’exploration des anciens lieux de cinéma, Le Sommeil d’Or tente de faire revivre la mythologie de cette cinématographie engloutie.

Le réalisateur du film, Davy Chou, est un français d’origine cambodgienne. Il est le petit-fils d’un ancien producteur de cinéma cambodgien, Van Chann. Davy Chou a passé un an et demi au Cambodge afin de faire des recherches, de retrouver les survivants et de les faire témoigner, afin que cette histoire sorte d’un oubli tragique. Ce film est dédié à la mémoire de tous les cinéastes, acteurs, scénaristes, producteurs, musiciens et chanteurs ayant disparu pendant le régime Khmer Rouge. Le film a été tourné en mars 2010 (Vycky Films).

Source : Tous Coprod.

 * * *

Le sommeil d’or – L’hommage de Davy Chou au cinéma cambodgien

Entretien sur TV5 Monde

* * *

Les films fantômes du Cambodge par Loïc Barrière

Des 400 films cambodgiens réalisés entre 1960 et 1975 il ne reste quasiment plus rien. Dans Le Sommeil d’Or qui sort le 19 septembre, Davy Chou part à la recherche de ces films fantômes. Le pari de ce magnifique documentaire est de rendre compte de ce cinéma invisible. Prouver que les émotions perdurent par-delà la destruction des images.

Le cinéma fut un art florissant au Cambodge durant quinze ans, de 1960 à 1975. Près de quatre cents films tournés dans le seul pays au monde dirigé par un roi-cinéaste. Des salles de cinéma pleines à craquer. Des affiches chatoyantes présentant les stars de l’époque. Le cinéma était un art populaire, notamment à Phnom Penh qui comptait des salles qui n’avaient rien à envier aux salles parisiennes. Réalisateurs, producteurs, acteurs et chanteurs ont fait vibrer tout un peuple jusqu’à ce que la guerre accouche d’un monstre, les Khmers rouges, qui non seulement assassinèrent le tiers de la population mais détruisirent les films, les photos et les livres. Le Cambodge a ceci de particulier qu’il est aussi l’un des seuls pays au monde à être orphelin de son cinéma. Près de quarante ans après la prise de Phnom Penh, il ne reste quasiment plus rien de la production cambodgienne, si ce n’est quelques pellicules sauvées de l’autodafé et copiées sur des bandes vidéo de piètre qualité. C’est la mémoire de toute une génération que les Khmers rouges ont tenté d’effacer. Le pari de Davy Chou, dont le magnifique Sommeil d’or sort en salle le 19 septembre, c’est de rendre compte de ce cinéma invisible. Prouver que les émotions perdurent par-delà la destruction des images.

La caméra de Davy Chou explore le Cambodge d’aujourd’hui pour nous parler de cet hier tragique. Des jeunes s’amusent dans cette salle de jeu, ce café karoke, dans une apparente insouciance. Dans une grande pauvreté, les habitants d’un vaste squat en ruine apparaissent sur l’écran. Ils vivent dans ce qui fut le cinéma Hemakcheat qui pouvait accueillir un millier de spectateurs. Il ne reste plus rien de cette époque, que les murs lépreux.

Lire la suite : Médiapart, 11/09/2012.

Cong Binh, la longue nuit indochinoise – un film de Lam Lê

[ndlr] Message du 11 novembre 2012 de Pierre Daum à Mémoires d’Indochine.

Sortie nationale mercredi 30 janvier 2013 du film Công Binh, la longue nuit indochinoise, de Lam Lê. Film documentaire de cinéma réalisé à partir du livre de Pierre Daum Immigrés de force, les travailleurs indochinois en France (1939-1952), Actes Sud 2009.

Pour visionner la bande annonce du film, cliquer ici [ou voir plus bas la bande annonce]. Ce film est sélectionné en compétition : à l’International Documentary Film Festival of Amsterdam (projection les 16, 17, 20 et 22 novembre) ; au Festival international du film d’Amiens (projection les 18, 20 et 21 novembre) ; et au Festival international du film d’histoire de Pessac. (projection le 23 novembre). Les impatients peuvent s’y rendre et découvrir le film en avant-première.

A la veille de la Seconde Guerre Mondiale, 20 000 Vietnamiens étaient enrôlés de force dans l’Indochine française pour venir suppléer les ouvriers français partis sur le front allemand. Pris à tort pour des soldats, ces ouvriers civils appelés Cong Binh menaient une vie de parias sous l’Occupation, livrés à la merci des occupants allemands et des patrons collabos. Bravant les pires maladies, ils avaient initié la culture du riz comestible en Camargue. Considérés injustement comme des traîtres au Viet Nam, ils étaient tous derrière Ho Chi Minh pour l’indépendance du pays en 1945. Le film a retrouvé 20 survivants au Viet Nam et en France. Ils racontent aujourd’hui le colonialisme vécu au quotidien et témoignent de l’opprobre qui continue de peser sur eux et leurs enfants. Une page de l’histoire de France et du Viet Nam honteusement occultée de la mémoire collective.

 

* * *

 

Source : Travailleurs Indochinois