Archives par mot-clé : documentaire

Le dernier refuge : film documentaire de Anne-Laure Porée et Guillaume Suon

Projection du film :

LeDernierRefuge

Le dernier refuge

Le GITPA (Groupe International de Travail pour les Peuples Autochtones)

s’associe à la présentation par Anne-Laure Porée et Guillaume Suon
du film qu’ils ont tourné au Cambodge

Le lundi 17 mars 2014 à 19h30 à la SCAM

5 avenue Velasquez

75008 Paris
métro : Villiers ou Monceau

nombre de place limité
réservation indispensable à alporee@hotmail.com
durée 65′

Le sujet de ce documentaire est très important et pertinent car il évoque un drame récent vécu non seulement par les Bunong du Cambodge mais également par la plupart des Proto-Indochinois actuels, sociétés autochtones ou « peuples traditionnels », plus d’une cinquantaine de groupes ethniques différents (Jörai, Rhadé, Mnong, Stieng, Srê, Cau Maa’, Katu, etc.) répartis sur le sud du Laos, l’est du Cambodge et surtout l’ouest du Vietnam central et méridional, désormais aux prises avec le monde dit moderne réduisant des peuples naguère libres dans leurs forêts et fiers à un lumpen-prolétariat de plus en plus abandonné à son sort dans les nouveaux terrains vagues du « réalisme » économique et politique le plus destructeur, subissant de plein fouet un ethnocide planifié après avoir subi des guerres insensées qui ne les concernaient pas et déversaient sur leurs terres ancestrales des défoliants (agent orange), du napalm, des bombes et des obus en nombre, puis l’acculturation forcée au sein de nouveaux Etats désireux d’unifier en force des populations hétérogènes dans une sommaire visée nationaliste, sans souci particulier de préserver les différences originelles qui constituent pourtant l’une des plus grandes richesses d’un pays. Le cynisme économique, politique et financier de ce modèle de monde dit “moderne”, prédateur à court terme, est tel que l’altérité et la diversité culturelle mondiale des espaces sociaux larges comme des espaces sociaux restreints tel celui des Bunong, sont méprisées et censées, elles, devoir disparaître en tant que telles pour se dissoudre, désormais placée au bas d’une nouvelle échelle sociale imposée à tous, dans un moule universel incertain et arbitraire bien que donné – et pour quelle raison ? – pour panacée universelle et de toute façon inéluctable. Pierre Le Roux, ethnologue, Maître de conférences à l’Institut d’ethnologie de l’Université de Strasbourg, membre du réseau des experts du GITPA pour l’Asie.

Au cœur du Cambodge, la forêt équatoriale ancestrale est peu à peu décimée tout comme les communautés autochtones qui y vivent. Une jeune femme éduquée revient dans son village Bunong pour témoigner de cette dévastation, révélant pertes et résistances. En 20 ans, prés de 3 millions d’hectares de forêt ont été engloutis par l’exploitation extensive des multinationales agro-alimentaires, donnant au Cambodge l’un des plus fort taux de déforestation au monde. Au fil des témoignages, le film nous plonge dans l’agriculture traditionnelle et les rites ancestraux des Bunongs, autant d’actes de résistances face à cette force insatiable. Un documentaire d’observation qui donne la parole à une communauté minoritaire dans son combat trans-générationnel pour préserver sa culture, sa langue et son style de vie indigène. De larges plans panoramiques contribuent à la puissance esthétique de ce documentaire et à la force de son message. Fédération internationale des Droits de l’homme – FIDH

 

Source : CASE (Paris)

Poster_DernierRefuge

Informations sur le site du GITPA

Les peuples autochtones du Cambodge
Accaparement des terres

Hadès, la mécanique orange [documentaire 2012]

[ndlr] Message de Richard Pottier.

NguyenThiVon_AgentOrange
Nguyen Thi Von, originaire de la province de Ninh Binh, partie en 1965 sur le front de guerre à l’âge de 16 ans. Engagée pour construire les premières portions de la Piste Ho Chi Minh.

L’Institut d’ethnologie de Strasbourg est fier de vous recommander cet excellent reportage sur les ravages de l’agent orange au Vietnam réalisé en 2012 (tournage en 2011), dont l’un des deux réalisateurs, Caroline Delerue, est actuellement étudiante de l’Université de Strasbourg (Licence d’ethnologie, enseignement à distance).

Hadès, la mécanique orange
(reportage sur les ravages de l’agent orange au Vietnam)

Film 26 mn de Caroline Delerue et Maël Lê-Hurand

Sélection aux Festivals:

  • Traces de vie, Clermont-Ferrand 2012
  • Film Nature et de l’environnement, Mûrs-Érigné 2012

Synopsis

Entre 1961 et 1971, l’armée américaine a procédé à des épandages massifs de défoliants sur le Vietnam, essentiellement de l’« agent orange » qui contenait de la dioxine, un produit chimique particulièrement toxique. Plus de 40 ans après, les conséquences sont toujours terribles pour la population et l’environnement.

Le Viêt-Nam est aujourd’hui un pays en plein boom économique. Au-delà des paysages idylliques et des motos qui envahissent les villes, il y a l’envers du décor et le passé qui ressurgit. Ce film nous plonge dans l’univers de ces victimes, l’exclusion sociale qui en découle et la situation du handicap dans le pays.

Portrait d’une génération qui n’a pas connu la guerre mais qui en subit encore les conséquences. (enquête et tournage effectués en 2011).

Réalisation / Image : Caroline Delerue et Maël Lê-Hurand
Montage : Mauro Bellanova
Post-production : Caroline Delerue
Son / Photo : Fabien Jouanique

Année de production : 2012

Durée : 26 mn

Les émigrations vietnamiennes : Ngày Trở Về 2014 – Nếu đi hết biển – Reportage de VTV4

BanTho_VanCaoReportage intéressant de la VTV4 sur les communautés vietnamiennes exilées. Intitulé “Le Jour du retour 2014 – Si l’on parcoure tous les océans”, le reportage rassemble quatre parties diffusées en janvier 2014 à VTV4, la chaîne vietnamienne destinée aux Vietnamiens de l’étranger. L’entretien a été enregistré à Hanoi en décembre 2013. Sous la forme d’un avant-propos, le réalisateur Tran Van Thuy (réalisateur du très bon documentaire Chuyện tử tế réalisé en 1985 et autorisé en 1987) se remémore les propos de sa tante sur la mer. L’immense océan pour aller où, on se sait ? Quatre millions de Vietnamiens vivent hors du pays. “Qui sont-ils et où vont-ils ?” annonce en préambule la présentatrice Quynh Huong…

Par ordre d’apparition, on suit les parcours de : Georges Vinh Sanh (Bao Ngoc, fils de l’Empereur Duy Tân) avec les commentaires du chercheur Trinh Bach sur la culture vietnamienne ; Amandine Dabat, doctorante en histoire de l’art, appartenant à la descendance de l’Empereur Hàm Nghi avec un détour par la section vietnamienne de l’université Diderot Paris 7 en compagnie de l’historien Emmanuel Poisson. Ce volet se termine par un extrait de la chanson “Bonjour Viêt-Nam” de Pham Quynh Anh et Marc Lavoine. Pierre Daum est ensuite interviewé sur les travailleurs indochinois pour se faire l’avocat de leur histoire et défendre leur réhabilitation. Huynh Thi Cam Tu, orpheline de guerre, australienne, devenue Catherine Tuner est à la recherche de ses racines ; Franck Snepp, ancien membre de la CIA, évoque l’opération Babylift organisée au mois d’avril 1975 pour évacuer les orphelins ; Kyle Horst, ancien membre du HCR pour les réfugiés, s’exprimant parfaitement en vietnamien, rappelle les grandes émigrations vietnamiennes de 1954, de 1975 jusqu’au plus récentes (il commente à plusieurs reprises le documentaire). Truong Thi Quyen, restauratrice à Bruxelles, Pham Sanh Chau, ambassadeur de la RSVN en Belgique, le journaliste Alain Cornix, Huynh Thi Tot, mère de Quyen, Truong Van Hung son père, ancien militaire de l’ARVN puis boat people, tous témoignent de la réussite de cette famille en Belgique. La chanteuse Mai Khoi clôt cette success story. Ce premier volet de 44 minutes explore l’histoire contemporaine du Viêt-Nam en évoquant successivement les jeunes Empereurs déportés sous la colonisation, les Vietnamiens mobilisés pendant la Seconde Guerre mondiale, les orphelins de la guerre du Viêt-Nam et l’après 30 avril 1975 avec le grand mouvement d’exil des boat people.

Un second volet d’environ 45 minutes s’intéresse à l’émigration de travail des Vietnamiens en Europe de l’Est et plus particulièrement en République tchèque. Par ordre d’apparition : Hoang Dinh Thang, responsable de la communauté vietnamienne en République tchèque ; Dao Quang Vinh restaurateur, fervent bouddhiste, à Leipzig et son fils Dao Quang Minh ; Holger Schirmbeck le maire de Taucha (Saxe du Nord en Allemagne) ; Le Thi Thanh citoyenne de Taucha ; un volet illustré par le chanteur américain Kyo York qui chante en vietnamien Quê Bác Ba Phi. Suivent les parcours de Nguyen Huu Loc, Nguyen Thi Gai, Le Van Quyet à Prague ou de Nguyen Thi Huong travailleurs immigrés en République tchèque affrontant la dure réalité économique. Et, ceux plus chaotiques, de trois frères, purgeant leurs peines de prison en République tchèque, regardant un reportage dans lequel apparaît leur mère, Nguyen Thi Nhuong, filmée au Nghê An et le fils de l’un des prisonniers… un témoignage éprouvant et déchirant. Enfin les déclarations de Puta Martin, maire de Liberec en République tchèque, et de Do Xuan Dong, ancien ambassadeur de la RSVN dans cette république, insistent sur la reconnaissance officielle de cette communauté importante (en tant que 14e minorité de cette République) et des droits civiques dont elle dispose désormais. Une famille vietnamienne de Prague prépare dans l’allégresse du nouvel an lunaire les gâteaux du Têt selon la tradition.

Le voyage se poursuit en Europe et aux États-Unis avec la chanteuse Trinh Thu Huong ; la pianiste et choriste Le Thu Quynh Karolina, petite fille du célèbre musicien Van Cao (créateur de l’hymne national) et sa mère Nguyen Huong Huong, toutes deux résidant en Pologne… Dieu An et Dieu Linh, deux jeunes filles pianistes qui ont grandi dans la Fédération de Russie et Nguyen Thanh Nhan (Patrick), informaticien travaillant chez Google en Californie à travers une autre success story. Ce dernier est cependant loin de représenter l’une des plus importantes en nombre des communautés vietnamiennes de l’étranger. Le reportage referme ses portes sur une note nostalgique avec la princesse Y Phuong, petite fille du roi Thanh Thai, honorant les tombes délaissées. Le réalisateur Tran Van Thuy conclut sur le souvenir de sa tante…

Ce long documentaire de près de deux heures offre un voyage inédit à travers le temps et l’espace en France, en Australie, en Belgique, en Allemagne, en République tchèque, aux États-Unis en compagnie de Tran Ngoc Bich, la journaliste de l’émission. Il fait la promotion du retour au pays sur le mode de l’émotion partagée, de la fibre patriotique, du sentiment d’appartenance à une même culture et de l’entraide entre Vietnamiens. L’intérêt du reportage est de montrer la multiplicité des parcours et des récits de vie ainsi que l’éclatement des communautés. L’accent est mis également sur la préservation d’une culture ancestrale. L’ensemble s’inscrit dans une glorification de la patrie incarnée par la dernière chanson du reportage interprétée par une chorale.

FG

 

Merci à Pierre Daum pour nous avoir signaler ce documentaire.

Illustration : autel du musicien Van Cao chez sa petite fille en Pologne.

Ports d’attache : Ho Chi Minh-Ville [rediffusion ARTE]

[ndlr] Rediffusion du documentaire de Nicolas Boucher, Etienne Deslières et Michel Lam (TV5 Canada, juin 2013).

Hô-Chi-Minh-Ville

Encore appelée Saigon par plusieurs, Hô-Chi-Minh-Ville est la plus grande ville du Vietnam. Son histoire est chargée de bouleversements. Mais après de longues années de colonisation et de guerre, elle s’est enfin affranchie des contraintes et des défis qui l’ont trop longtemps définie.

Avec ses quelques 9 millions d’habitants, elle connaît une croissance phénoménale et un boom économique sans précédant. Menée avec dynamisme par les jeunes qui constituent la grande majorité de sa population, Hô-Chi-Minh-Ville ne semblent avoir aucunes limites. On y vient de partout au pays pour y trouver un emploi et une vie rêvée. L’optimisme qui l’anime est palpable du matin au soir, 7 jours sur 7. Ce n’est qu’une question de temps avant qu’elle rejoigne les autres métropoles asiatiques, et qui sait, peut-être même les surpasser !

Portsd'Attache_HCM-Ville
Cliquez sur l’image pour accéder au reportage (Replay Arte)

A voir également sur TV5 Vidéo Canada (vidéo disponible jusqu’au 30 avril 2014).

Asiatiques de France – Documentaire de Laurence Jourdan

[ndlr] A noter la diffusion d’Asiatiques de France, le nouveau documentaire de Laurence Jourdan (Les oubliées de la Piste Ho Chi Minh, 2004), en deux épisodes les dimanches 22 et 29 septembre 2013 sur France 5.

 

Dimanche 22 septembre 2013 à 21h55 heures

Diffusion sur France 5 du film de Laurence Jourdan

Asiatiques de France

1911-1975 – Episode 1

Près d’un million d’Asiatiques vivent en France. Retour sur leur histoire, riche, qui traverse deux conflits mondiaux, le temps de la colonisation de l’Indochine puis celui de son indépendance et de l’évolution des Républiques Populaires d’Asie. Cette diaspora hétérogène cherche, à présent, à peser dans le débat public. Elle revendique une visibilité. L’installation des Vietnamiens, Cambodgiens, Laotiens ainsi que des Chinois en France date des réquisitions de main d’oeuvre pendant les Première et Seconde Guerres mondiales, en 1914-1918, puis en 1939-1940. La notoriété des Beaux-arts à Paris attire aussi toute une génération d’artistes et d’intellectuels japonais.

 


Asiatiques de France – Extrait 1 par Phares-Balises


Asiatiques de France – Extrait 2 par Phares-Balises

A suivre : Episode 2 – Dimanche 29 septembre à 21h55 heures sur France 5.

Projection de la trilogie indochinoise de Lam Lê – Paris – 3 & 4 juillet 2013

[ndlr] A l’occasion de la sortie du DVD du film “Công Binh, la longue nuit indochinoise”, le Cinéma La Clef (34 rue Daubenton, 75005 Paris) fera les 3 et 4 juillet prochains une projection exceptionnelle de trois films de Lam Lê. L’événement intitulé “La trilogie indochinoise” a programmé la projection des trois films suivants :

  • Poussière d’empire, 20h30 + débat à 22h, mercredi 3 juillet
  • Công Binh, 18h, mercredi 3 et jeudi 4 juillet
  • 20 nuits & un jour de pluie, 20h30 + débat à 22h, jeudi 4 juillet

TrilogieIndochinoise

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Source : message de Lam Lê, 19/06/2013.

Série documentaire : “Chine, le nouvel Empire” de Jean-Michel Carré [2013]

China[ndlr] Signalement de la série documentaire en trois volets diffusée sur Arte le 30 avril 2013. A travers une fresque retraçant un siècle et demi d’histoire, Jean-Michel Carré propose une nouvelle lecture de l’histoire contemporaine de la Chine pour mieux comprendre l’avènement de la future première puissance mondiale. Il abandonne une vision “ethnocentrée” pour interroger les discours chinois à l’intérieur du pays et restituer la complexité la transformation rapide de ce pays.

L’importance de l’histoire de ce pays pour ces voisins de la péninsule indochinoise n’est plus à démontrer et nous invite à prendre conscience des enjeux actuels tant économiques que géopolitiques car comme le rappelle Qian Liqun, historien et philosophe, dans l’introduction du premier volet : “La Chine a accompli sa tâche historique alors quelle voie doit suivre cette Chine désormais unifiée, indépendante et économiquement développée ? C’est une question très sensible actuellement. C’est une question à laquelle chaque chinois doit répondre. Mais compte tenu de l’influence et de la position de la Chine sur la scène internationale, ce n’est plus seulement le problème de la Chine”.

Le texte ci-dessous est extrait du dossier de presse de la chaîne Arte comprenant une interview du réalisateur.

* * *

Chine, le nouvel empire

une série documentaire de Jean-Michel Carré
Coproduction : ARTE France, les films grain de sable (2012, 3x60mn)

À l’horizon 2017, la Chine accèdera au premier rang économique mondial. Chine, le nouvel Empire propose, à travers le regard des seuls citoyens chinois, une peinture globale d’un siècle et demi d’histoire, depuis la première guerre de l’opium, en 1839, jusqu’à la nomination de Xi Jinping à la présidence de la République Populaire en mars 2013.

De nombreuses analyses et archives inédites, mettent en perspective les événements politiques, passés et contemporains, qui ont forgé la Chine d’aujourd’hui. Un document indispensable pour comprendre l’actualité et le futur d’un pays hors norme qui, à lui seul, a le pouvoir de transformer le monde.

1ère partie : La Chine s’éveille

De la révolte républicaine de Sun Yat Sen en 1911 jusqu’à la mort de Mao Zedong en 1976, la Chine se libère des puissances occidentales qui l’avaient occupée depuis les guerres de l’opium. Cette période voit l’avènement de la République Populaire de Chine en passant par la République de Tchang kai-Chek, les errements et les victoires d’un parti communiste omnipotent dirigé par Mao Zedong et les relations complexes entre l’Empire du milieu, les États-Unis et l’URSS qui annoncent les bouleversements géostratégiques à venir.

2ème partie : La Chine s’affirme

L’ouverture libérale voulue par Deng Xiaoping, le successeur de Mao, fait souffler en Chine un vent inédit d’ouverture économique et de réformes. Dix ans plus tard, la perversité du capitalisme à la chinoise engendre les évènements de Tian An Men en 1989, qui se terminent dans un bain de sang. En isolant Deng Xiaoping, accusé d’avoir porté malgré lui le débat politique dans la rue, le Parti Communiste Chinois reprend une mainmise totale sur l’appareil d’État.

3ème partie : La Chine domine

En 2001, la Chine est acceptée dans l’Organisation Mondiale du Commerce, ce qui va bouleverser les rapports économiques planétaires. La Chine devient l’usine du monde. Sous la présidence de Hu Jintao et sa « Société harmonieuse », elle obtient la tenue des JO de 2008 et l’Exposition Universelle de 2010, dont elle utilise les retombées pour magnifier sa puissance retrouvée. En dix ans, elle passe de la 6ème à la seconde place dans l’économie mondiale pour atteindre prochainement la première. La Chine sera-t-elle assez forte pour tirer un bilan critique des pires moments de son passé ? Face à sa devise « Prospérité et croissance » qui prédomine aujourd’hui, la Chine saura-t-elle inventer un socialisme plus humain capable de concurrencer les charmes trompeurs du capitalisme ?

  • « Chine, le nouvel empire » : une série documentaire inédite de Jean-Michel Carré qui retrace un siècle et demi d’histoire d’une des plus grandes puissances mondiales. Voir PDF : Le dossier de presse.

 

Entretien avec Jean-Michel Carré [extrait]

Pourquoi avez-vous choisi de vous entretenir uniquement avec des Chinois vivant en Chine, donc soumis à la surveillance des autorités ?

Chacun de mes interlocuteurs a souhaité s’exprimer à visage découvert, en assumant les risques d’une parole dont la liberté m’a moi-même étonné. Des risques bien réels, même si le film ne peut être diffusé à la télévision chinoise, notamment parce qu’il évoque frontalement plusieurs tabous de l’histoire nationale : la grande famine qui a résulté de la collectivisation forcée, les massacres de la Révolution culturelle, l’oppression des minorités, la répression des manifestations de Tian An Men, les purges au sein du Parti qui viennent de frapper Bo Xilai… Je voulais offrir au grand public, non pas la vision généralement ethnocentrée que les médias occidentaux donnent de la Chine, mais l’image, infiniment plus paradoxale et plus riche, que les Chinois en ont eux-mêmes. C’est pourquoi j’ai rencontré ces personnes de tous les horizons, dans une quarantaine de lieux différents et dans toute la Chine. Il suffit de les écouter pour comprendre qu’en dépit de la censure et de la répression, le débat, la réflexion, la critique, n’en sont pas moins intensément vivants en Chine. Je crois avoir abordé grâce à eux tous les problèmes essentiels de cette société en pleine mutation – pour paraphraser Deng Xiaoping, je me suis efforcé de « toucher chaque pierre de la rivière en la traversant ». Le tableau n’a rien d’idyllique, et pourtant, ces trois ans de travail m’ont insufflé beaucoup plus d’espoir que d’inquiétude. Peut-être parce qu’on ressent de façon palpable un dynamisme collectif, une confiance en soi et en l’avenir, y compris pour changer les choses, que l’Europe a perdu depuis la fin des Trente Glorieuses.

Lire la suite : Dossier de presse.

A lire sur Hypotheses.org :