Archives par mot-clé : documentaire

Indochine, une guerre oubliée – un film de David Korn-Brzoza [France TV]

Un long documentaire intéressant de David Korn-Brzoza comprenant des images inédites, souvent en couleurs (ou colorisées), exposant les différentes strates de la guerre d’Indochine. Présentation ci-après.

Le général De Lattre en 1951, à ses côtés Nguyên Huu Tri, Gouverneur du Nord Viêt-Nam sous l’Etat associé et membre du parti Dai Viêt. © ECPAD

Réalisé par : David Korn-Brzoza

Maison de production : Cinétévé / ECPAD / Procirep / Angoa / La Région Île-de-France

A l’occasion des 70 ans de la Bataille de Dien Bien Phu, qui mit un terme à la guerre d’Indochine, ce documentaire revient sur cette guerre française encore méconnue grâce à l’ouverture récente d’archives déclassifiées. La guerre d’Indochine est la guerre de décolonisation la plus violente du XXe siècle. De 1940 à 1954, la perle de l’empire colonial français, s’enflamme. Français et Vietminh transforment la péninsule indochinoise en un sanglant brasier, emportant avec eux tout un peuple. Car, derrière chaque bombe, chaque obus, chaque munition tirée, se cache l’aide des grandes puissances, qui ont fait de ce conflit un enjeu stratégique majeur de la guerre froide.

  • Diffusé le 01/05/2024 à 21h10  
  • Disponible jusqu’au 07/11/2024

Source et accès sur inscription (gratuite et sans abonnement) : https://www.france.tv/documentaires/histoire/5878824-indochine-une-guerre-oubliee.html


Notre avis : un documentaire assez exceptionnel de par la qualité de ses images mais qui comporte des raccourcis affligeants. L’introduction annonce : “Une guerre aux multiples facettes : une guerre coloniale, une guerre d’indépendance, une guerre froide, une guerre oubliée…” Une guerre civile oubliée, une guerre de réunification vue tout autant d’Hô Chi Minh que de SM Bao Dai. Le film fait l’impasse sur le départ de la guerre entre Vietnamiens avec la Révolution d’août, voire depuis les années 30 entre nationalistes et communistes sous la colonisation.

La transition entre l’État associé du Viêt-Nam (1948-1954) et l’avènement de la République du Viêt-Nam (1955-1975) est éludée et traitée de façon caricaturale. A 1h35 du documentaire, la représentation de la République du Viêt-Nam par le drapeau américain sur la carte après les Accords de Genève est une bêtise (faut-il remplacer celui de la RDVN au Nord par celui de la Chine populaire ?). Cette vue de l’esprit épouse le récit national-communiste toujours dans le déni de la guerre civile et de cet autre Viêt-Nam non communiste, vaincu et évacué de l’histoire. On ne comprend pas bien pourquoi des Vietnamiens se battent entre eux, ni pourquoi certains sont jusqu’à la fin aux côtés des soldats français à Diên Biên Phu (visibles à l’écran).

Le commentaire évoque toujours le Viêt-Minh en 1954 alors que la ligue indépendantiste est dissoute en 1951. Il s’agit désormais, au tournant de la guerre froide, d’une guerre contre l’Armée populaire du Viêt-Nam, instruite et équipée par la Chine populaire et l’URSS. Rien n’est dit non plus sur la guerre dans le delta du Mékong (la guerre commence en septembre 1945 au Sud) ou au centre du pays, le véritable oublié de cette guerre.

Points forts du documentaires : l’exploitation coloniale, le déroulement du conflit bien retracé, le napalm dans la guerre, la duplicité de la France, son déni de l’indépendance vietnamienne… Rappelons enfin que “Nguyên Ai Quôc” avant de devenir le pseudonyme du futur Hô Chi Minh était la signature collective du groupe parisien des Cinq Dragons comprenant le lettré moderniste Phan Châu Trinh, l’avocat Phan Van Truong, les nationalistes Nguyên An Ninh et Nguyên Thê Truyên et le communiste Nguyên Tât Thanh, tous indépendantistes…

L’historiographie récente (vietnamienne, anglo-saxonne ou française…) sur ce pays aurait pu être mobilisée pour éviter les quelques malheureux raccourcis dans un film aussi long, dommage.

Pour aller plus loin (ouvrages en français) :

  • Ivan Cadeau, La guerre d’Indochine. De l’Indochine française aux adieux à Saigon, 1940-1956 (Tallandier, coll. Texto, 2019).
  • Christopher Goscha, Vietnam, un état né de la guerre (Armand Colin, 2011).
  • François Guillemot, Viêt Nam, fractures d’une nation (La Découverte, 2018).
  • Pierre Journoud, Dien Bien Phu, la fin d’un monde (Vendémiaire, 2019).

Et en complément, voir l’autre documentaire de Bernard George : “Vietnam, une guerre civile” (2023) : https://indomemoires.hypotheses.org/38986

 

Projection : Films vietnamiens – festival Cinéma du Réel – BULAC 29 mars 2023

La BULAC participe à la 45e édition du Cinéma du Réel. Projections et table ronde le mercredi 29 mars 2023.

Projection de film d’atelier, 18h

Visuel du film À qui appartient la terre ? (Doan Hông Lê, 2009)
« À qui appartient la terre ? » de Đoàn Hồng Lê, 2009, 55′

Synopsis. L’État vietnamien décide de moderniser et d’implanter de vastes complexes touristiques sur toute la zone côtière de la région agricole de Quảng Nam, obligeant les paysans à quitter leurs terres. Le film relate les réactions des habitants, dont la plupart ont participé à la lutte de libération pour l’Indépendance du Vietnam.


Table ronde, 19h

Quand le cinéma documentaire raconte l’histoire d’un pays

Cette table ronde proposera aux cinéastes ayant encadré ou participé aux ateliers Varan Vietnam de dialoguer avec des enseignants-chercheurs ayant pour terrain le Vietnam.

Les ateliers de cinéma documentaire lancés en 2004 à Hanoï par les Ateliers Varan ont permis à des étudiants et réalisateurs d’expérimenter pour la première fois le cinéma direct et surtout le son synchrone. Avec la volonté de donner la parole à des individus, des populations, des groupes ethniques invisibilisés de la société vietnamienne, les stagiaires plongent, caméra numérique en main, dans une société ouverte au capitalisme depuis peu. Tout en donnant à voir l’histoire de ces vingt dernières années au Vietnam, leurs films témoignent d’un rapport au monde en train de se transformer, et de l’urgence de le raconter. Les enseignants-chercheurs présents se feront l’écho de ces transformations.

Table ronde avec :

  • Pascal Bourdeaux, maître de conférences à l’EPHE ;
  • Sylvie Gadmer, cinéaste et co-fondatrice des Ateliers Varan Vietnam ;
  • Đoàn Hồng Lê, cinéaste ;
  • Thi Hai Nguyen, chargée de collections pour le domaine vietnamien à la BULAC, chercheuse associée au Centre Asie du Sud-est (EHESS/CNRS) ;
  • Trần Phương Thảo, cinéaste et productrice à Varan Vietnam ;

animée par Yves de Peretti, cinéaste et formateur aux Ateliers Varan


Projection de films d’atelier

 

« Dans le quartier de Thành Công, il y a le village de Thành Công » de Phan Thị Vàng Anh, 2004, 33′

Synopsis. Dans un vieux quartier de Hanoi, de nouveaux hauts-parleurs doivent être réparés et installés. Vàng Anh filme avec humour l’animation suscitée par cet événement et nous plonge au cœur des contradictions vietnamiennes.

« Lune sur la briqueterie » de Lê Thu Minh, 2020, 36′

Synopsis. Installées le long du fleuve Mékong depuis des siècles, les briqueteries de Mang Thít ont été un symbole de la prospérité économique du delta. Aujourd’hui, le dernier four traditionnel va s’éteindre définitivement.

Source : La BULAC fait son Cinéma du réel – édition 2023 | BULAC

Le trafic de piastres en Indochine [France Inter]

A réécouter sur France Inter dans l’émission Affaires sensibles avec la participation de Hugues Tertrais, historien.


« La perle de l’Empire » : c’est ainsi que l’on appelait l’Indochine française, cette terre lointaine qui a fasciné jadis tous ceux qui s’y sont aventurés, entre rêve d’exotisme et fumeries d’opium. On l’a aujourd’hui un peu oubliée, remplacée dans la mémoire collective par l’histoire de sa décolonisation – une guerre qui durera huit ans, entre 1946 et 1954. Entre-temps, l’Indochine française fut le théâtre d’un gigantesque trafic financier, un secret d’État aux allures de trahison.

En décembre 1945, la monnaie indochinoise – la piastre – est volontairement surévaluée par le pouvoir gaulliste afin de stimuler, dit-on, les exportations. Mais cette mesure va rapidement être détournée de son but initial et permettre à des milliers de gens de s’enrichir grâce à un tour de passe-passe administratif. Empereur, ministres, députés, militaires, fonctionnaires et banquiers : tout le monde resquille et se gave sur le dos du contribuable. Le trafic dure le temps de la guerre, jusqu’à ce qu’un certain Jacques Despuech, courageux fonctionnaire devenu lanceur d’alerte, ne révèle le scandale, plus grave encore : le Vietminh – en guerre contre la France – se serait infiltré dans le système pour financer son armement.

Un récit documentaire de Margaux Opinel

Invité :

Hugues Tertrais, historien,  professeur émérite à Paris Sorbonne sur l’Asie contemporaine et les relations internationales. Il est l’auteur en 2002 de La piastre et le fusil. Le coût de la guerre d’Indochine, 1945-1945, édité par l’Institut de la gestion publique et du développement économique, 2002

Lien URL : https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/affaires-sensibles/affaires-sensibles-du-lundi-07-novembre-2022-8157253


Références, pour aller plus loin :

Despuech, Jacques C., Le trafic de Piastres, Paris, Deux Rives, 1953. Nouvelle éd. revue et augmentée chez La Table ronde, 1974.

Despuech, Jacques C., Mission inutiles à Saigon, Paris, La Table ronde, 1955.

Laurent, Arthur, La Banque de l’Indochine et la piastre, Paris, Deux Rives, 1954.

Leplat, Daniel, Le trafic de la piastre indochinoise, 1945-1954, thèse de doctorat sous la direction de Jacques Marseille, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2010.

République Française. Ministère de l’Intérieur. Direction Générale de la Sûreté Nationale. Direction de la Surveillance du Territoire, La livraison du rapport Revers : affaire, complications et complicités, 1950.

Décolonisations : du sang et des larmes [Documentaires France 2]

[ndlr] Diffusés le mardi 6 octobre sur France 2, cette série documentaire est disponible en ligne jusqu’au samedi 5 décembre 2020. A ne pas manquer.

“On écrit pas l’histoire avec une gomme”

La fracture (1931-1954)

Un film de Pascal Blanchard et David Korn-Brzoza. Réalisé par David Korn-Brzoza.

Résumé :

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, quarante territoires et près de 110 millions d’hommes et de femmes, placés depuis des années sous la domination de la France, se trouvent soudain désemparés. Les peuples colonisés ont soif d’émancipation. Les premières revendications se font pourtant entendre dès les années 30 alors que l’Empire colonial français est à son apogée. La France va tout faire pour conserver ses colonies et reste sourde. Elle va même entamer un cycle de répression pour faire perdurer le système de domination. Du Sénégal à l’Indochine en passant par Madagascar, l’Algérie, le Maroc et la Côte d’Ivoire, ce film lève le voile sur une page sombre de l’Histoire de la France, faite de sang et de larmes, et qui reste le dernier grand tabou.

URL : https://www.france.tv/france-2/decolonisations-du-sang-et-des-larmes/decolonisations-du-sang-et-des-larmes-saison-1/1974077-la-fracture-1931-1954.html


La rupture (1954-2017)

Résumé :

Après huit années de conflits meurtriers, l’Empire colonial français se fragilise peu à peu. La France est contrainte d’abandonner l’Indochine et ses comptoirs indiens. Les peuples colonisés y voient une lueur d’espoir et réalisent que la France peut-être vaincue. Les premières revendications d’indépendance se font entendre. Mais la France reste sourde. Alors qu’un vent de liberté commence à se répandre de l’Afrique aux Antilles en passant par l’océan indien et la Polynésie, un cycle de répression débute et la République répond par la force. Ce geste va nourrir des décennies de haine et de violence. Ce documentaire, réalisé, à partir d’images d’archives, donne la parole aux témoins de la décolonisation française, qui laisse encore aujourd’hui des traces profondes.

URL : https://www.france.tv/france-2/decolonisations-du-sang-et-des-larmes/decolonisations-du-sang-et-des-larmes-saison-1/1974075-la-rupture-1954-2017.html


Décolonisations : du sang et des larmes

Présenté par Julian Bugier

Julian Bugier poursuit le débat avec ses invités lors de cette soirée spéciale consacrée à la décolonisation française. Cette page sombre de l’histoire constitue le plus long conflit que la France ait connu au XXe siècle. Les traces qu’elle a laissée sont encore profondes aujourd’hui. En décidant de s’acharner pour conserver ses colonies, la France a nourrit des décennies de haines et de violences.


Lien vers la page de la série : https://www.france.tv/france-2/decolonisations-du-sang-et-des-larmes/

Le jour où le Sud a gagné sa liberté : L’Indochine [2017]

Documentaire de France Télévisions, INA, TV Monde, Et la suite productions… réalisé en 2017 par Laurent Joffrin et Alain Portes.

Notre avis : La guerre d’Indochine n’en finit pas de hanter la mémoire française. Diffusé il y a deux ans sur la chaîne de l’Assemblée nationale (LCP), un documentaire réalisé en 2017 qui aurait pu être intéressant sur le rôle de Pierre Mendès France dans la recherche de la paix en Indochine en fournit une énième illustration.

Si la fin des prétentions impériales françaises signifiées par la défaite de Diên Biên Phu sont bien rappelées, on apprend peu de choses sur la réalité et la complexité de la situation du côté vietnamien (révolution d’août, division politique, guerre civile, encadrement chinois de l’armée populaire d’un côté et soutien américain de l’autre, création de l’armée nationale vietnamienne, période Bao Dai…). Le documentaire est rythmé par des anachronismes dans les images, des idées reçues sur le Viêt-Minh (“en sandales” en 1954) et des approximations (par exemple sur le territoire de la République de Cochinchine) ou une vision caricaturale de SM Bao Dai, chef de l’Etat associé (1949-1955) sans parler d’une confusion d’image entre Vo Nguyen Giap et Truong Chinh au passage 20:50-54.

A part le premier ministre de la RDVN Pham Van Dong, les Vietnamiens de tous bords apparaissent comme des figurants qui subissent dans ce documentaire encore bien trop franco-français. Aucun historiens vietnamien, chinois, russe, américain ou français… n’ont été mobilisés pour étayer le propos. Et pour finir, le titre alambiqué est inintelligible et ne remplit pas sa promesse. Doit-on comprendre : “le Sud a gagné sa liberté” face à la ténacité des dirigeants de la République démocratique du Viêt-Nam (le Viêt-Minh en tant que front politique ayant disparu en 1951) qui désirait réunifier le pays sous leur seul contrôle ? Il aurait mieux valu l’intituler : “La Paix en Indochine : le pari de Mendès France”. Pari risqué pour Mendès France et pari manqué pour ce documentaire qui ne donne pas à voir toute la complexité de la situation. A voir donc, avec en tête ces quelques précautions d’usage.

FG

Lien vers le documentaire : dailymotion

Marcelino Truong, Une si jolie petite guerre (Denoël, 2012) : L’art pour mieux panser l’Histoire

Séminaire « Partitions territoriales : imaginaires et représentations » co-organisé à l’EHESS par Anne Castaing, Benjamin Joinau et Delphine Robic-Diaz au 1er semestre 2019.

Séminaire “Partitions territoriales : imaginaires et représentations”

25 janvier 2019, 14h-17h

Rencontre avec Marcelino Truong, auteur du roman graphique Une si jolie petite guerre (Denoël, 2012) :

“L’art pour mieux panser l’Histoire”

“En 1961, John F. Kennedy devient le 35e président des États-Unis. Décidé à endiguer le communisme en Asie, il lance le Projet Beef-Up, destiné à renforcer l’aide militaire américaine au Sud-Vietnam. C’est dans ce contexte que Marcelino Truong et sa famille arrivent à Saigon. Sa mère est malouine, son père vietnamien. Directeur de l’agence Vietnam-Press, Truong Buu Khanh fréquente le palais de l’Indépendance où il fait office d’interprète auprès du président Ngô Dinh Diêm, chef d’un régime autoritaire pris dans ses contradictions, entre nationalisme, rejet du passé colonial, influence chrétienne et antimarxisme virulent …” Lire la suite sur : Denoël

Projection du film Mille jours à Saigon de Marie-Christine Courtès (Vivement lundi ! productions, 2012).

Le film documentaire Mille jours à Saïgon suit le travail de Marcelino Truong lors de la rédaction d’Une si jolie petite guerre en explorant le période peu connue des débuts de la guerre du Vietnam.

  • Modérateur : François Guillemot (CNRS/IAO)

En deuxième partie de séance, Benjamin Joinau (Hongik University) présentera ses travaux : « Division et sexuation, catégories cognitives? »

Lieu : EHESS, 54 bd raspail, Paris VIe, salle A7-37 

Source : Partitions territoriales

Bophana : Projections sur et autour du procès des Khmers rouges – 16 novembre 2018

[ndlr] Centre Bophana de Phnom Penh : annonce du programme du vendredi 16 novembre 2018.

Projection de film et diffusion en direct
du prononcé du jugement dans l’affaire 002/02


Ce vendredi 16 novembre 2018, à l’occasion du verdict du jugement de l’affaire 002/02 par les Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens (CETC) à l’encontre de KHIEU Samphan et de NUON Chea, le centre Bophana organisera un programme exceptionnel, le vendredi 16 novembre 2018, afin de mettre en lumière cet événement historique.

– Retransmission en direct du procès dans notre centre de 9h30 à 12h

– Projection de films de 15h à 17h30 : deux films documentaires traitant du mariage forcé sous le régime Khmer Rouge, un des sujets traités dans l’affaire 002/02

1. “Théâtre de Danse Phka Sla” (produit par le centre Bophana, 2017, 82min, version khmère sous-titrée anglais)
2. “Noces Rouges” (réalisé par Lida Chan & Guillaume P. Suon, 2012, 58min, version khmère sous-titrée anglais)

Entrée libre
Contact :
Bophana Audiovisual Resource Center
64 Street 200
Okhnia Men
Phnom Penh 12211
Cambodia
+855 (0) 23 992 174
Copyright © 2018 Bophana Audiovisual Resource Center, All rights reserved.

Image “à la une” : © Photographie des Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens (CETC)