Archives par mot-clé : doctrine de la Survivance du peuple

Dai Viêt, indépendance et révolution au Viêt-Nam – CR de lecture par Bernard Dupaigne

Guillemot_DaiViêt

Académie des Sciences d’Outre-Mer

Les recensions de l’Académie

Dai Viêt, indépendance et révolution au Viêt-Nam : l’échec de la troisième voie, 1938-1955 / François Guillemotéd. les Indes savantes, 2012
cote : 59.155

Hô Chi Minh, l’« éclairé », avait du charme, et il s’en est abondamment servi auprès de ses compatriotes et des Occidentaux « démocrates ». Il était également un redoutable homme politique, prompt à se méfier de ses concurrents dans la course pour le pouvoir, à les écarter sous prétexte de « révisionnisme », ou à les éliminer. Il a su assurer sa prééminence, supériorité qui se manifestera enfin par de gigantesques affiches à son effigie dans tous les lieux visibles. C’est ainsi, en creux, un cours de réussite qui nous est donné par ce fascinant ouvrage, reflet d’une thèse de doctorat d’État en histoire, soutenue à l’EPHE en 2003. Il nous montre ce qu’il aurait fallu faire pour que l’Histoire en fût changée.

Vue de Paris, l’histoire récente vietnamienne est linéaire. Le vaillant parti communiste vietnamien aurait fini par prendre le dessus sur les colonialismes français, puis américains, avec l’appui du peuple soulevé. L’auteur de ce livre ne cherche pas à prouver le contraire. Il se contente de remarquer que « malheur au Vaincu ! », et de poser un regard interne sur le Vietnam, en ajoutant la nécessaire dimension vietnamienne aux histoires reconstruites après coup. L’histoire contemporaine du Vietnam est restée jusqu’à présent connue à sens unique : « dans les ouvrages français sur cette guerre franco-vietnamienne, les acteurs vietnamiens sont quasiment absents ». Du côté Viêt Minh, il est surtout fait référence au célèbre duo, Hô Chi Minh et Vo Nguyen Giap ; du côté « nationaliste » à Bao Dai. L’intérêt de cet ouvrage remarquable est que l’auteur, qui parle vietnamien, a eu accès à toutes les sources écrites, aux archives, et aux témoignages des acteurs encore vivants. Ainsi, prend-il l’histoire depuis le début, mettant en scène tous les acteurs, décrivant leurs pensées et leur stratégie, comme s’il ne savait pas qui allait gagner à la fin.

La « guerre d’Indochine » (1945-1954) est ainsi certainement une guerre anticoloniale, mais surtout une guerre civile fratricide entre communistes, aidés par l’URSS et la Chine de la « guerre froide », et nationalistes vietnamiens. Le Viêt Minh avait réussi l’union de ses membres, dans la terreur, par les exclusions et les éliminations ; les nationalistes étaient restés jusqu’au bout divisés, par des querelles d’idées et de personnes. Ils n’ont pas su s’imposer lors de la période révolutionnaire d’août 1945 entre le départ des Japonais et le retour des troupes françaises : le Viêt Minh, mieux organisé, prit seul le pouvoir à Hanoï le 19 août.

L’auteur nous détaille ainsi, et pour la première fois, non l’histoire du nationalisme vietnamien non communiste dans son ensemble, ce qui aurait représenté une tâche impossible, mais l’évolution, depuis ses origines, d’un courant nationaliste révolutionnaire incarné par le « Dai Viêt » ou « Dai Viêt Quôc Dân Dang », Parti National du Grand Vietnam. Ce parti réclamait l’indépendance : son projet de libération sociale et nationale (doctrine de la Survivance du Peuple) s’est confronté au conflit idéologique opposant totalitarisme communiste et État national, tout en tentant de préserver la pérennité du parti au milieu de ses contestations internes.

Bien que certains membres du parti aient participé, après la partition du pays, aux gouvernements de la République du Sud Viêt-Nam, ce sont eux « les principaux perdants de l’histoire contemporaine du Viêt-Nam » et ce texte foisonnant leur rend au moins justice.

Le Viêt-Nam reste encore « l’un des mythes puissants de ce vingtième siècle ». Il est bon que l’on en connaisse toute l’histoire, et tous les acteurs. Et pas seulement ceux dont l’action a été réécrite pour être idéalisée. Construire un parti révolutionnaire qui se voulait internationaliste n’a pu se faire que par une lutte féroce contre les tenants de la ligne nationale.

Comprendre les mouvements nationalistes dans le monde reste encore d’une grande nécessité. Ainsi, on ne peut qu’encourager cet auteur novateur à poursuivre sa réflexion par un ouvrage plus synthétique, destiné celui-ci à un public plus large.

Bernard Dupaigne.

Source : ASOMCR de lecture (pdf)

Parti nationaliste du Đại Việt : Doctrine de la conservation du peuple [1939]

PARTI NATIONALISTE DU DAI VIÊT

2ème Partie


DOCTRINE DE LA CONSERVATION DU PEUPLE

(Notions sommaires)

En vue d’éviter des erreurs qui pourraient être commises au cours de l’action, il convient d’établir une doctrine servant de critérium pour le système du parti, de centre d’attraction de force pour le rassemblement des membres et d’aiguille « boussole » aimantée pour la réalisation de l’œuvre de reconstruction de demain.

 

La question vitale est le Centre de l’Histoire :

Le but sacré de tous les agissements de l’Homme depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, c’est de réaliser la subsistance individuelle (c’est l’instinct de conservation).

Un individu travaille jour et nuit pour subsister.

Depuis la Préhistoire jusqu’à ce jour, une race se consacre au défrichement des montagnes et forêts, à la culture de la terre, à l’élevage, à la constitution des tribus ou des nations pour atteindre le même but : lutte pour assurer la vie collective et pour perpétrer la prospérité. C’est par suite de la question vitale que les HAN exterminèrent les MIEU, le DAI VIET, annihila le Champa, Rome détruisit Carthage, la race blanche mit en fuite la race rouge.

Alors, nous avons vu que la question vitale est le centre des questions sociales et des perturbations historiques.

 

L’internationalisme, incapable de résoudre la question vitale.

Pour résoudre la question de subsistance, nous ne sommes pas en mesure d’entreprendre la pratique de l’internationalisme. Cette entreprise finira par être absolument une illusion.

Psychologiquement parlant, l’internationalisme ne convient pas aux instincts originels de l’homme. Mais, pratiquement, cette doctrine n’a plus sa raison d’être.

Au point de vue psychologique, nous voyons que l’instinct de conservation de la conscience de la race existent à l’état permanent dans l’esprit de tous les hommes, à leur naissance, et se conservent intactes à travers le temps.

Ces deux facultés constituent les causes déterminantes de deux sentiments disparates : l’amour et la haine. De tout temps, l’homme a tendance naturelle à préférer et à se considérer plus que tout autre ce dont nous avons l’impression de nous appartenir en propre. La différence originelle entraîne la cause de la naissance de toutes les dissensions de la société humaine.

C’est par suite de ces sentiments antagonistes que naissent les distinctions de parenté, de camaraderie, d’amitié. De là sont engendrés l’esprit de partis, l’esprit de nations, l’esprit de races, des pensées nationalistes, l’amour de ses compatriotes, la haine des envahisseurs de son pays.

Les deux facultés sus-mentionnées sont immuables. Il en résulte donc que l’union des hommes rencontre toujours un antagonisme latent mais vivace.

Ajoutons que les pensées humaines se diffèrent les unes des autres. Chacun pense à sa façon. L’amour-propre, l’amour des honneurs et la passion de l’autorité engendrent l’effusion de sang et la séparation des hommes liés par leur consanguinité, partisans d’une même doctrine, fidèles d’une même religion, la formation des partis qui s’opposent.

Au temps jadis, existaient des guerres de religion en Europe, des rivalités entre éléments de même race.

On se demande qu’il y a quelque chose qui séduit l’homme plus la religion. Toutefois, il est impossible d’empêcher les adeptes de se diviser. De nos temps, les apôtres de Karl Marx se divisent en 5 ou 7 sectes, chaque secte s’installe dans une région et occupe quelques agglomérations populaires, puis sème la discorde, la haine. De là, rivalités et conflits éternels. Finalement, aucun n’est arrivé à dominer le monde.

Jusqu’ici, aucun vaste empire ne dure. D’autant plus que les races humaines sont extrêmement variées ; il en est de même pour leurs mœurs, habitudes, religion et langues. Une petite pensée mal comprise entraînerait de graves conséquences. Si jamais il existait dans un coin du monde un homme de talent de prouesses, à l’esprit indépendant et aimant la gloire et l’autorité, celui-ci exploiterait les lacunes et les faiblesses humaines pour conquérir ses compatriotes. En ce moment, s’amasseraient autour de cet individu des parentés proches ou lointaines et ensuite des personnes étrangères à la famille. Ces nations hétérogènes aboutiraient probablement à la dislocation. Le rêve de l’union mondiale est une pire illusion.

Pratiquement, le nombre de rations de bouche augmente, mais l’étendue du globe terrestre ne grandit jamais, les matières premières se raréfient, les possibilités techniques sont limitées, du moment que l’ambition de l’homme est sans borne.

Le genre humain acculé à l’impasse ne pourrait donc pas éviter les rivalités et conflits.

En résumé, l’Internationalisme n’est pas en mesure de régler la question vitale qui, par contre, ne pourrait se résoudre dans le domaine d’un peuple, d’une nation ou d’un continent.

 

Notre peuple est en devoir de résoudre soi-même la question vitale de ses éléments.

Qui ne se fie à soi est perdu. Un peuple qui ne se fie pas à soi est condamné à sa perte. Notre peuple se doit de nourrir la confiance en ses propres capacités, s’il veut devenir puissant. Il lui faut examiner les causes de sa grandeur ou de sa décadence et d’en chercher remède.

A travers une longue période de domination chinoise depuis la conquête du Nam Viêt, par l’Empereur HAN VU DE, de la dynastie des TRIEU, jusqu’au règne de NGU QUY, notre peuple avait souffert d’oppressions et de souffrances. En cette période embryonnaire, il résistait à sa perte. Au contraire, il parvenait à fonder une autonomie, sauvegardait les qualités caractéristiques de sa race et exterminait toutes les peuplades avoisinantes.

Examinons donc de près l’origine de ce succès. Tout découle de notre esprit de racisme très développé, existant depuis la plus haute antiquité. Cet esprit, grandit de jour en jour en s’étendant pour devenir le patriotisme, l’amour de la patrie.

Les Dynasties des LY et des TRÂN consacraient leurs efforts pour la formation de l’esprit nationaliste, qui unissait notre peuple en un bloc. A l’intérieur, on s’entendait admirablement ; à l’extérieur, on était dans la possibilité de repousser l’envahisseur pour se créer une voie de salut. Lecture faite de l’Histoire s’étendant sur 40 siècles, nous voyons notre pays décliné quand cet esprit nationaliste s’affaiblit. Lorsqu’il se renforce, notre nation prospère.

 

Le nationalisme est l’unique cause de la conservation de notre peuple.

A l’heure présente, la question que nous sommes en devoir de résoudre sur le champ, c’est l’émancipation de notre peuple à tous les points de vue : matériel et moral. Pour arriver droit au but, nous ne pouvons pas suivre une voie autre que celle qui consiste à faire développer à l’extrême l’esprit nationaliste existant à l’état naturel en tous les hommes. Doué d’esprit nationaliste, on sent qu’on est né avec des devoirs impérieux vis-à-vis de la patrie, de ses devanciers, ou de ses successeurs. De Là ; les exemples de sacrifice au service de la Nation s’imposent.

Donc, la libération du peuple ouvre le chemin à une oeuvre durable qui est à la recherche d’une existence stable pour la race. La subsistance s’avère donc le vrai but que nous poursuivons. Or, la doctrine de la subsistance se révèle comme le socialisme du fait que toutes les questions sociales découlent de celles de la subsistance. La cause néfaste du conflit des classes dans les nations dont l’industrie est en grand essor, provient de l’irrégularité de la vie sociale. De ce que la subsistance de ces classes est oppressée. Si nous réglons la question de la subsistance collective, nous résolvons par là même, jusqu’au fondement, toutes les questions sociales.

En conclusion, notre doctrine sera celle-ci : « Doctrine de la Subsistance du Peuple » : Rechercher la subsistance du peuple, c’est rechercher le bonheur pour chacun. Mais tout droit implique des devoirs.

Tous les concitoyens se doivent de travailler pour arriver au but.

La reconstruction nationale se basera sur les principes fondamentaux qui consistent à se servir de tous les talents et aptitudes latentes en nous pour créer le bonheur pour la masse. Non seulement, il sera question d’élever le niveau de la vie matérielle, mais aussi de développer du plus haut point le degré de la vie intellectuelle et morale.

Pour éviter des conflits qui pourraient surgir entre les hommes, nous devons :

« Unir nos compatriotes, les soumettre à une autorité dirigeante unique et puissante ».

 

Source : SHD, 10H 607. DOCUMENT MANUSCRIT : Proclamation du « Parti Nationaliste du Dai-Viêt » (Đại Việt Quốc Dân Đảng). TFEO – TFIS, État-Major, 2e Bureau, N° 2143/2S – Secret. SP. 50.295, le 19 mai 1948 : Traduction d’un document sur le DVQDD. Transmis à : M. le Général Commandant les TFEO (2e Bureau) ; M. le chef de la Sûreté Fédérale en Cochinchine. Le Gal de Brigade Latour, Commandant les troupes françaises en Indochine du Sud ; PO le Colonel Méric, chef d’État-Major. Signé : PA le Capitaine A.M. Savani, chef du 2e Bureau.