Archives par mot-clé : dissidence

Viêt-Nam : le pouvoir, la dissidence et le spectre de l’étranger – par Louis Raymond

[ndlr] Nous publions cette tribune libre de Louis Raymond sur les rapports entre le pouvoir communiste vietnamien et les enjeux soulevés par la dissidence intérieure.

Viêt-Nam : le pouvoir, la dissidence et le spectre de l’étranger

 

Juillet 2017

Nguyen Ngoc Nhu Quynh, blogueuse vietnamienne originaire de Nha Trang et écrivant sous le pseudonyme de Me Nam (la mère des champignons), a été condamnée le 28 juin 2017 par le tribunal populaire de la province de Khanh Hoa à une peine de 10 ans de prison ferme, en vertu de l’article 88 du code pénal, qui définit les « crimes de propagande contre l’Etat ». Elle avait été arrêtée à son domicile le 10 octobre 2016, dans ce qui avait tout l’air d’être une réaction mécanique des autorités de son pays à l’agitation qui avait cours.

Les difficiles mouvements de la société civile

En avril 2016, un très grave scandale environnemental dans le centre-nord du pays avait fait naître un mouvement social. La définition de la société civile vietnamienne a toujours été difficile, tant certaines associations et organisations non-gouvernementales politisées ont tenu le haut du pavé dans les manifestations d’opposition au Parti Communiste Vietnamien (PCV) dans les dix dernières années. Cette fois néanmoins, c’était une frange plus large de la population, urbaine et éduquée, qui était descendue dans les rues, émue par la pollution aux métaux lourds de la mer provoquée par les rejets d’une aciérie de la société taïwanaise Formosa Plastics. L’écosystème marin en avait été lourdement affecté, à raison du spectacle désolant de milliers de tonnes de poissons échoués sur plus de 300 kilomètres de côtes. Le dilemme avait été cruel pour les autorités. Un des responsables taïwanais de la communication de l’usine l’avait alors résumé dans une formule relevant de la provocation froide : « entre les poissons et l’acier, il faut choisir ». Entre les 10 milliards de dollars investis dans une province enclavée du centre du pays et la survie de l’économie littorale traditionnelle, le choix d’un pays cherchant à se développer à tout prix avait été fait, sans compter que les services provinciaux compétents avaient su profiter de l’affaire. Mais cela n’avait guère plu à une jeunesse éduquée qui percevait dans la question environnementale un type de revendications lui permettant d’être entendue tout en évitant la confrontation avec le PCV sur les sujets qui fâchent (la nature du régime, la relation avec le grand frère chinois, etc.). Les premières protestations, celles du mois de mai 2016 dans les grandes villes, avaient été jugulées avec une application toute militaire. Le mouvement était alors revenu vers le lieu où le premier acte de ce drame s’était noué : la province de Ha Tinh, à 400 kilomètres au sud de Hanoï, où est située l’usine pollueuse. L’église catholique vietnamienne avait vu certains membres de son clergé s’investir dans la défense des victimes. Le 2 octobre 2016, un rassemblement d’environ 5000 personnes avait ainsi eu lieu devant l’usine pollueuse et des prêtres catholiques, souvent des « curés de campagne », avaient pris la parole à la tribune. Me Nam pour sa part, même si elle n’y assistait pas personnellement, avait voulu, comme toute une génération de blogueurs et d’activistes vietnamiens ayant fait leurs gammes sur le web 2.0, s’en faire l’écho, si ce n’est le porte-voix.

Il pleuvait à torrents à Ho Chi Minh-Ville en juin 2017, ce qui avait quelque chose d’étonnant pour un mois de la saison sèche. Mais le spectacle était ailleurs. On se passionnait pour un procès de droit commun, opposant la « reine de beauté » Phuong Nga  à l’homme d’affaires Cao Toan My sur fond de chantage financier et de mariage mal conclu, procès dont la publicité médiatique avait quelque chose d’outrancier. A 400 kilomètres plus au nord avait pourtant lieu simultanément un procès qui devait confirmer le virage autoritaire du régime, amorcé depuis le XIIè congrès du PCV en janvier 2016. Me Nam était condamnée à dix ans de prison ferme, dans la relative indifférence de la population. Voilà une peine dont la sévérité surprend jusqu’à l’observateur habitué à recevoir, à un rythme hebdomadaire, la nouvelle d’une bastonnade d’activiste ou l’arrestation d’un vieil écrivain, comme cela avait été le cas de Nguyen Quang Lap à la fin de l’année 2014. Pour « Propagande contre l’Etat » ou « Abus des libertés démocratiques » (les « crimes » définis respectivement par les articles 88 et 258 du code pénal), les peines ont en moyenne été comprises, dans les dix dernières années, entre trois et six ans de prison. Dix ans, c’est long. C’est long pour une femme de 38 ans, mère de deux enfants en bas âge. C’est encore plus long pour une personne qui n’a fait, somme toute, qu’exprimer ses vues par écrit. Le Vietnam est assurément un pays plus complexe que le laissent penser les rapports de Human Rights Watch ou de Reporters sans frontières, qui tendent à présenter la situation des droits de l’homme en établissant des listes sans faire état des logiques politiques. Il en reste que, même en tentant de se refuser au simplisme de traitement, il y a un devoir moral à souligner l’injustice de cette condamnation.

Le retour des vieux fantômes

Si les affaires ayant trait à la question des droits de l’homme et de la liberté d’expression sont courantes, celle-ci doit bien être comparée aux plus emblématiques : la condamnation de M. Tran Huynh Duy Thuc, dissident ayant proposé une opposition intellectuellement construite au monopole du pouvoir par le PCV, à 16 ans de prison. Il avait été jugé à Ho Chi Minh-Ville  en janvier 2010 en même temps qu’un avocat, M. Le Cong Dinh, qui a lui passé plus de quatre ans en prison avant d’être placé sous résidence surveillée en 2015. L’arrestation en 2014, puis la condamnation en mars 2016, du blogueur Anh Ba Sam (Nguyen Huu Vinh, de son vrai nom) et de son assistante Nguyen Thi Minh Thuy, à respectivement cinq et trois ans de prison. Le blogueur Nguyen Van Hai (Dieu Cay) avait lui écopé de douze ans de prison, en septembre 2012, avant d’être relâché et exfiltré vers les États-Unis en 2014. L’avocat Cu Huy Ha Vu avait passé quatre ans en détention entre 2010 et 2014, avant d’être lui aussi relâché puis exfiltré aux États-Unis pour raisons de santé. Enfin, un professeur de mathématiques franco-vietnamien né en 1955, Pham Minh Hoang, avait passé 17 mois en prison entre 2010 et 2012, pour « activités visant à saper l’autorité de l’Etat ». Le 17 mai dernier, une décision signée par le Président de la République vietnamienne, M. Tran Dai Quang, l’a déchu de sa nationalité. Il a été expulsé du territoire le 25 juin dernier et se trouve actuellement à Paris. Il y a, au total en 2017, plus de cent personnes actuellement emprisonnées au Vietnam pour des raisons politiques.

Il existe un lien, supposé ou réel, entre ces diverses affaires : les relations de la dissidence vietnamienne avec les partis vietnamiens de l’étranger, et tout particulièrement celui dit de la « réforme » : le Viêt Tân. Fondé au début des années 1980 par un ancien amiral de la République du Vietnam (la République de Saïgon avant 1975), ce parti n’a officiellement abandonné la lutte armée qu’au milieu des années 2000 et est toujours considéré par Hanoï comme une organisation terroriste. Il dispose d’appuis puissants aux États-Unis, y compris au Congrès à travers la représentation du 39ème district de Californie, et de réseaux en Europe et en Asie du Sud-Est au sein des diasporas. Ainsi, le professeur Hoang n’en était pas simplement un membre revendiqué après avoir adhéré en France à cette organisation ; il en était le représentant officiel à Ho Chi Minh-Ville1. Quant à Tran Huynh Duy Thuc et Le Cong Dinh, il leur était reproché des rencontres qu’ils auraient faites en Thaïlande, à Phuket et Pattaya, au mois de mars 2009, avec des Vietnamiens de la diaspora militant activement dans des partis politiques qui ne tiennent pas exactement Hô Chi Minh pour l’oncle de la nation.

Et voilà que nous sommes témoins de l’agitation d’un vieux spectre. Celui d’une guerre entre Vietnamiens qui avait duré longtemps et dans laquelle les divers acteurs jouissaient de liens avec les puissances étrangères. L’historiographie montre, en s’appuyant sur de nouvelles sources accessibles seulement depuis une quinzaine d’années, que le Nord était bien plus soutenu par la Chine et l’URSS qu’on ne le croyait. Quant au Sud et à l’intervention américaine, c’est un procès qui, contrairement à la dimension expéditive des procès politiques vietnamiens de notre époque, n’aura jamais fini de s’instruire, au moins en apparence.

Me Nam avait-elle des liens avec le Viêt Tân ? Non, pas à première vue. Mais elle était membre d’un réseau, le « réseau des blogueurs vietnamiens » (Mang Luoi Blogger VN), qui s’affichait comme clairement proche et favorable à la politique américaine d’influence dans leur pays, souvent à coup de selfies pris « spontanément » avec tel ou tel diplomate, et qui pouvaient se retrouver publiés dans Voice of America ou la BBC dans la journée même. Une partie de la dissidence actuelle, qui va au-delà des héritiers de la défunte République du Sud, se montre en effet séduite par le discours catéchisant développé par les missionnaires du Département d’État. A tel point que l’on trouvait encore en 2014-2015, chez de vieux membres du PCV devenus critiques entre temps, des défenseurs ardents du projet de partenariat trans-pacifique (TPP) de M. Barack Obama, car ils y voyaient le moyen d’échapper à l’influence de la Chine. L’Ambassade des États-Unis prend systématiquement position sur toute violation apparente des droits de l’homme au Vietnam, mais leur pays ne souhaite officiellement plus renverser le régime de Hanoï. C’est en tout cas ce qu’aurait assuré M. Obama au Secrétaire général du PCV, M. Nguyen Phu Trong, dans le bureau ovale en juillet 2015. Pour autant, ils continuent à appuyer (certes plus politiquement que financièrement), certaines organisations que le PCV considèrent ouvertement comme ennemies. Parmi celles-ci, le Viêt Tân. Ce parti n’a assurément pas la haute main sur toute la dissidence mais il est un épouvantail pratique à agiter. Il sert surtout à discréditer toute velléité d’organisation autonome de la société civile, comme ce fut le cas en mai 2016 où un communiqué de presse du ministère de la sécurité publique faisait état que les manifestations à propos du scandale Formosa comme « organisées par les terroristes du Viêt Tân »2, après que certains des représentants de ce parti ont eu des contacts avérés avec les manifestants. Il reste à observer si M. Donald Trump, qui a rencontré l’actuel Premier ministre Nguyen Xuan Phuc à deux reprises, se place ou non dans la continuité de son prédécesseur sur ces questions.

Néanmoins, il n’est pas moins évident que l’idée de la main de l’étranger fait bondir de leur fauteuil d’osier les vieux Léninistes de la place Ba Dinh à Hanoï. L’ingérence étrangère, ou plutôt occidentale, hâte la police politique dans le déroulement de son calendrier répressif. En ce sens, les diverses visites rendues par des diplomates occidentaux, américains ou européens, au domicile de Me Nam dans les mois ou les semaines qui avaient précédé son arrestation, ne l’ont peut-être pas aidée. Depuis sa condamnation, il court à Ho Chi Minh-Ville la rumeur qu’elle pourrait être, après quelques mois de prison, exfiltrée vers les États-Unis. Cela est tout à fait plausible au regard du fait qu’elle a récemment été désignée, en mars 2017, comme récipiendaire du prix « International Women of Courage » par Mme Melania Trump, et qu’il s’agit d’une pratique à laquelle le Département d’État américain ne rechigne pas. L’un des deux derniers exfiltrés en date, le blogueur précédemment mentionné Nguyen Van Hai (Dieu Cay), avait été pris en photo à son arrivée sur le sol américain avec un drapeau jaune à bande rouges de la République du Sud avant 1975. Ce symbole, qui a pu embarrasser M. Hai car il est apparu dans le cadre des photographies de presse sans son consentement, est l’un des points de crispation du PCV.

Un pays qui a changé de visage depuis le XIIème congrès du PCV

Le XIIème congrès du PCV, qui s’est tenu en janvier 2016, a été, avec l’éviction du Premier ministre Nguyen Tan Dung, une véritable rupture. La plupart des commentateurs, y compris vietnamiens, s’attendaient pourtant à le voir briguer de nouveau l’un des quatre postes clef du régime. En l’occurrence, il se disait dans les milieux informés qu’il était en mesure de devenir Secrétaire général du Parti et d’organiser une fusion de cette fonction avec celle de Président de la République, afin de créer un régime centré autour d’un homme fort, à l’instar du pouvoir dont dispose M. Xi Jinping en Chine populaire. C’était sous-estimer la spécificité du pouvoir vietnamien, plus collégial qu’ailleurs, et la capacité d’alliance des factions opposées à un Premier ministre puissant, mais qui était loin de faire l’unanimité. Ainsi, M. Tran Dai Quang, jusqu’alors ministre de la sécurité publique, et M. Nguyen Phu Trong, Secrétaire général depuis 2011, ont conclu un pacte qui a permis l’éviction de l’encombrant M. Dung, que plusieurs procès d’hommes d’affaires de son réseau entre 2012 et 2015 n’avaient su déstabiliser. M. Tran Dai Quang est devenu Président de la République et M. Trong est enfin « entré en fonctions » avec le renouvellement de son mandat, tandis que M. Dung était condamné à tenter, du mieux qu’il pouvait, de recaser ses séides dans le nouvel organigramme gouvernemental. Mais cette soudaine convergence de vues entre les gardiens du temple de l’orthodoxie et des policiers manifestant une tendance à l’autoritarisme devait nécessairement avoir des conséquences pour les orientations du pays.

Le Vietnam est à la recherche d’un équilibre entre trois grandes puissances que sont les États-Unis, la Chine et la Russie, tout en jouant de son appartenance régionale à l’association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN). Cet exercice de funambulisme diplomatique avait néanmoins souvent été résumé en une opposition entre les pro-américains, dont le chef de file putatif était M. Dung, et les pro-chinois, emmenés par M. Trong. Il s’agissait là d’un simplisme dont la séduction avait pu opérer jusque dans les rangs de la dissidence, mais qui ne prenait pas en compte la complexité de la nature du pouvoir.

Dung disposait effectivement de liens avérés avec les États-Unis, qu’il entretenait, au-delà des usages diplomatiques, via les affaires de sa famille. Sa fille, Mme Nguyen Thanh Phuong, est en effet à la tête d’une banque très influente à Ho Chi Minh-Ville, bien nommée Viet Capital3. Elle a épousé un citoyen américain d’origine vietnamienne, M. Henry Nguyen, qui dirige pour sa part un fonds d’investissement très actif dans les médias et les nouvelles technologies en Asie du Sud-Est, IDG Venture. Il était de notoriété publique que le couple avait des liens privilégiés avec les milieux d’affaires américains, qui leur avait permis, entre autres, d’obtenir la licence pour ouvrir les premiers restaurants MacDonalds au Vietnam en 2013. M. Dung, néanmoins, n’avait pas mis tous ses œufs dans le même panier : il fréquentait toutes sortes d’hommes et de femmes d’affaires ayant commencé leurs activités en Russie, en Europe de l’Est, en Chine, ou simplement à l’intérieur des frontières depuis le milieu des années 1990. Ancien gouverneur de la banque centrale vietnamienne avant d’accéder au devant de la scène politique, il avait su jouer de la baguette magique pour faire disparaître certaines dettes douteuses d’entrepreneurs afin de gagner sur eux de l’influence. Naturellement, l’art de la relation voulait qu’à terme, les faveurs soient rendues.

Trong, pour sa part, avait été le rédacteur en chef de la revue « Communisme » (Tap Chi Cong San), et à ce titre un théoricien du pouvoir, avant de faire de la politique. Son intérêt intellectuel pour la Chine n’est pas une soumission, comme voudraient le faire croire un peu trop rapidement certains dissidents anti-chinois. Mais il est sujet à une forme de fascination de la puissance qu’a su développer le grand frère : il veut rendre immuable le système du Parti unique et croit fermement, bon lecteur de Lénine, que les institutions doivent être disciplinées et tenir la société dans le creux de leur main. Nul doute qu’il a observé avec attention les campagnes anti-corruption menées par M. Xi Jinping et qu’il s’était délecté du feuilleton de l’affaire Bo Xilai4. Il en reste que, malgré le prestige, théoriquement suprême, de la fonction qu’il occupe depuis 2011, l’activité débordante de l’ancien Premier ministre l’avait conduit à devoir prendre son mal en patience.

Derrière les débats sur le TPP et les enjeux territoriaux en mer de Chine méridionale, voilà bien ce qui s’était tramé en coulisses du XIIème congrès du PCV. Alors, celui qui en est sorti vainqueur a eu beau jeu et grand intérêt à sécuriser sa victoire en essayant de neutraliser au plus vite les réseaux clientélistes de son adversaire. L’aide de la sécurité publique, qui réside désormais, en la personne de M. Tran Dai Quang, au palais présidentiel, a été bienvenue. Entre 2016 et 2017, une campagne anti-corruption très agressive a été menée. Elle visait, sans que cela fût jamais ouvertement explicité, les réseaux de M. Dung. La principale victime à ce jour est l’ancien ministre des transports devenu entre temps secrétaire municipal du Parti à Ho Chi Minh-Ville, M. Dinh La Thang. Cet ancien président-directeur général du groupe pétrolier national PetroVietnam devait en grande partie sa carrière à l’ancien Premier ministre. Après plusieurs arrestations (dont certaines, ratées, avait conduit à la fuite des suspects à l’étranger) et de très insistants bruits de couloir pendant plus de six mois, M. Dinh La Thang a été démis de ses fonctions de dirigeant de la plus grande ville du pays et exclu du bureau politique en avril 20175. La prochaine cible de cette campagne pourrait être la fille de l’ancien Premier ministre en personne, après qu’elle a été mise en cause dans une obscure transaction de rachat d’une filiale de l’opérateur téléphonique MobiFone, transaction dans laquelle sa banque avait joué le rôle de conseil. En Chine, la dernière campagne anti-corruption avait été appelée « frapper les tigres, tuer les mouches ». Au Vietnam, tigres et mouches se savent désormais en danger.

La tentation de l’oppression

Nguyen Phu Trong et Tran Dai Quang ont désormais les mains libres pour mettre en œuvre leur projet politique, qui est une réhabilitation de l’autorité de l’État et du Parti dans une société gangrenée par la corruption et où la défiance envers les institutions est généralisée. Ils veulent faire le ménage et ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin. Rapidement après le congrès de 2016, ils ont durci le contrôle sur les organes de presse et mis violemment au pas les blogueurs, lanceurs d’alerte et autres journalistes indépendants qui avaient eu l’indécence de vouloir se faire entendre. La condamnation de Me Nam n’est pas un cas isolé. Depuis 2016, le rythme des arrestations et des violences s’est accru et les victimes n’en sont pas seulement celles et ceux qui avaient des liens avec les États-Unis.

L’appel, lancé en avril 2006, du groupe d’activistes du « Bloc 8406 » pour les libertés démocratiques au Vietnam avait trouvé une certaine résonance, car l’accès à internet et la naissance des réseaux sociaux permettaient une circulation de l’information plus rapide et l’accès à d’autres sources que celles contrôlées par le ministère de l’information et de la communication. Depuis, en une dizaine d’années, un système de contre-information et de réponse à la censure s’était développé sur les réseaux sociaux, et tout particulièrement Facebook, qui compte plus de 40 millions d’utilisateurs dans le pays. Les blogs et la divulgation d’informations ont permis des avancées réelles, notamment la prise de conscience de la corruption des élites6. Ils ont aussi permis qu’un débat s’amorce autour de la question des libertés publiques. Pour le Parti, c’était un risque, au moment où avaient lieu les printemps arabes. Alors, il a été décidé de développer, au sein du ministère de la sécurité publique, une unité de « riposte » sur internet. Comme en Chine, des « fonctionnaires de l’opinion » sont payés à scruter les réseaux sociaux et à répondre systématiquement aux nouvelles déplaisantes avec l’argumentaire produit au préalable par les autorités. Six ans plus tard, M. Trong semble s’être lassé de cette guerre numérique et veut envoyer un signal fort à quiconque voudrait placer trop haut et trop fort ses espoirs en une transition démocratique à la birmane.

L’Etat-Parti se sent menacé à l’extérieur, avec la militarisation menée par la Chine des archipels Spratley et Paracels. Pour cela, il veut se montrer impitoyable avec toutes les menaces qu’il perçoit à l’intérieur. Les blogueurs et les activistes d’abord, mais aussi l’armée populaire, qui avait commencé à prendre un peu trop son indépendance en développant des affaires économiques propres. Du côté de la place Ba Dinh, on se montre aussi très attentif à ce qu’il se passe dans le monde. Au renforcement du pouvoir de M. Erdogan en Turquie après le coup d’État raté de juillet 2016, à l’arrestation de M. Navalny en Russie, et bien sûr, aux manœuvres institutionnelles de M. Xi en Chine. M. Trong a froidement analysé le discrédit des démocraties électorales et la perte de prestige de l’Occident après le Brexit et l’élection de M. Donald Trump. Il a préparé sa réplique, si quelqu’un venait jamais à lui faire une remarque sur le durcissement de son régime.

Une diplomatie des droits de l’homme ?

Un diplomate belge autrefois en poste à Hanoï s’étonnait que, à la pause café d’un séminaire sur la torture organisé par son Ambassade et avec le soutien de l’Union européenne, dans le but de convaincre le ministère de la sécurité publique de l’inhumanité de cette pratique, les policiers vietnamiens se montrent hilares. Assurément, il y a ce qu’on fait semblant de dire et ce qu’on dit vraiment, et les communistes vietnamiens, qui ont vaincu la France, l’Amérique et la Chine au cours du même siècle, n’aiment pas beaucoup qu’on leur donne des leçons. Une diplomatie des droits de l’homme de la protestation et de l’affichage n’est guère efficace ; c’est pourtant ce à quoi beaucoup s’obstinent. Le Vietnam est un pays en développement, et la seule façon d’obtenir de ses dirigeants une autre réaction qu’une indifférente politesse, est de parler d’affaires et de signatures de contrats. Le projet d’accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Vietnam, dont le texte doit encore être ratifié par certains parlements des États membres, offre une opportunité de négociation sur ces questions. C’est risqué, bien sûr ; cela pourrait conduire les Vietnamiens à « spéculer » sur leur réserve de prisonniers politiques, à en faire une monnaie d’échange. En parallèle d’une réflexion sur l’ingérence et sur la cohérence de la diplomatie des États membres, les Européens doivent être conscients de ce risque de dévoiement s’ils souhaitent se livrer à ce jeu, après, notamment, que le dissident Dang Xuan Dieu, lui aussi membre du Viêt Tân, a été accueilli en France à la fin de l’année 2016. Sans réflexion stratégique, ils n’auront plus, à terme, qu’une importance toute relative, et devront faire des concessions de plus en plus vexatoires face à un PCV qui est déterminé à ne plus subir la loi du plus fort dans les relations internationales7.

Conclusion

La condamnation de Me Nam, et la recrudescence de la répression à l’endroit des blogueurs, s’inscrit dans un contexte plus large. Le secrétaire général du Parti, M. Nguyen Phu Trong veut reprendre la main dans son deuxième mandat, après avoir été dans l’ombre de Nguyen Tan Dung entre 2011 et 2016. Son projet politique, pour lequel il s’appuie sur le Président Tran Dai Quang, est de réhabiliter l’autorité du Parti et de l’Etat, qu’il estime avoir été mise à mal par la corruption et une gestion économique très approximative dans les quinze dernières années. Il veut aller vers un régime autoritaire, dans le respect des valeurs asiatiques, où le PCV se maintient au pouvoir. Dans une certaine mesure, l’élite dirigeante vietnamienne lorgne désormais du côté de Singapour. Par ailleurs, adopter une position morale sur la question de la répression peut être une attitude dangereuse, car ce serait oublier de prendre en compte que les « dissidents » appartiennent à des réseaux d’intérêts, dont certains sont très liés aux Etats-Unis. Une diplomatie qui ignore, naïvement ou à dessein, à la fois la nature du régime (policier, léniniste, organisé) et la nature de l’opposition, se condamne à être bernée par les deux parties, comme cela a pu être le cas des chancelleries diplomatiques européennes ces dernières années.

 

 

Louis Raymond est un ancien étudiant du Master ASIOC de l’ENS de Lyon. Après deux années au Consulat général de France à Ho Chi Minh-Ville, il travaille désormais comme journaliste indépendant.

Image « à la une » : La blogueuse et activiste sociale Nguyen Ngoc Nhu Quynh alias « Mère champignon » lors de la campagne « C’est notre droit de savoir » © 2015 Me Nam

Notes

  1. L’article du journal « Le Monde » daté du 21 juillet 2017 omet de mentionner ce fait, alors même que la photo d’illustration à cet article est un rassemblement du Viêt-Tân ayant eu lieu au Kremlin-Bicêtre le 25 juin 2017 []
  2. Lire notamment l’article de Tuoi Tre en anglais, représentatif des publications dans la presse en langue vietnamienne : http://tuoitrenews.vn/society/34802/terrorist-group-responsible-for-recent-rallies-in-ho-chi-minh-city-police []
  3. Elle aurait quitté ses fonctions de direction à la tête de Viet Capital au cours du mois de juin 2017 []
  4. En 2012, suite à plusieurs affaires troubles impliquant son épouse, le chef du Parti communiste de la ville de Chongqing et ancien ministre du commerce est démis de ses fonctions. Il est condamné l’année suivante à la prison à perpétuité []
  5. Il a été remplacé à ce poste par M. Nguyen Thien Nhan []
  6. Un cas particulièrement édifiant est le blog « Chân Dung Quyên Luc » – « Le portrait du pouvoir », apparu en ligne en 2013, mais qui n’a eu une période d’activité que de quelques mois []
  7. Le « kidnapping » d’un ex-magnat vietnamien du pétrole, M. Trinh Xuan Thanh, en plein centre de Berlin quelques jours après la rédaction de cet article peut être compris dans ce sens []

Lien-Hang Nguyen : North Vietnam Had an Antiwar Movement, Too [Aug. 25, 2017]

[ndlr] Dans la série Vietnam ’67 du New York Times, un article de l’historienne Lien-Hang Nguyen sur la dissidence en RDVN pendant la guerre.

When we think back to the signal events of the antiwar movement in 1967, we recall the Rev. Dr. Martin Luther King Jr.’s powerful April 4 speech denouncing the war, the thousands of returned registration cards during the “Stop the Draft” week, and the March on the Pentagon that brought record numbers of demonstrators to the nation’s capital.

That year also witnessed global protests condemning the war, as demonstrations in European capitals and the International War Crimes Tribunal issued powerful rebukes against American intervention in Southeast Asia. News coverage of the war also shifted that year, including the first call by The New York Times for a halt to the bombing and the initiation of peace talks.

Less well known, but just as significant, was the antiwar “movement” in North Vietnam. Less a movement than a heterogenous array of voices, it included a wide swath of North Vietnamese society, within the government and among the general public.

Some had never wanted to go to war to liberate the South in the first place, and had sought instead to build the North and reunify the country through political means. Educated in the Soviet Union, some of these individuals even occupied prominent positions in the Vietnamese Communist Party. By 1967, these officials were calling on their government to begin negotiations to put an end to the devastating war. When one such party member, Hoang Minh Chinh, disseminated his political views in an essay he called “Dogmatism in Vietnam,” he became the ruling clique’s No. 1 enemy.

Lire la suite : New York Times

Lien-Hang Nguyen is a professor of history at Columbia and the author of the forthcoming “Tet 1968: The Battles That Changed the Vietnam War and the Global Cold War.”

Image « à la une » : The North Vietnamese Communist Party leader Le Duan strengthened the “counter counterrevolutionary” campaign to quell dissent against the war. © Nehon Denpa News/Associated Press

Ngọc Thu : Lời Chia Tay [L’au revoir du blog Ba Sàm]

[ndlr] Le blog d’informations politiques Ba Sàm (« organe d’information de l’Agence de presse du trottoir ») fondé en 2007 par Nguyen Huu Vinh (actuellement emprisonné) et repris en main par Dinh Ngoc Thu ferme ses portes. Dinh Ngoc Thu qui a sacrifié ses huit dernières années à la vie du blog s’en explique dans une lettre d’adieu aux lecteurs/trices.

April 13, 2017

Dear readers of Ba Sàm,

Against my wish but unavoidably, I’ve written this letter to take leave of you. Many of you will be disappointed; I ask your pardon.

In 2009, when the Ba Sàm blog was two years old, . . . [Nguyễn Hưu] Vinh could not manage all the work himself and so, as a complete novice, I agreed to assist him.

Neither as an editor nor as an online publisher had I ever done any work like my work for Ba Sàm. From June 2011 until now it has been on average a 10+ hour responsibility, seven days every week, thirty days a month, never resting or receiving any compensation. Nearly eight years have passed.

It is uniquely you, Ba Sàm’s readers, who have inspired me to keep up this work. Several million hits every month! That’s just a dream for most people who venture to blog. Those hits have shown me that Ba Sàm has so many devoted readers, and that’s the particular reason why, although I told myself dozens of times and promised my family that I’d tear myself away, I didn’t give it up.

For eight of Ba Sàm’s nearly ten years, I’ve devoted my time and effort to Ba Sàm’s survival, despite the opposition of certain people. However, there’s a limit to one’s strength. In addition to my duty to my native land, I also have obligations to many others I hold dear.

Once again, I ask readers who have given Ba Sàm their love and loyalty to pardon me. Please remember that I will never forget your many e-mails and messages, your words of encouragement and tacit confidence, the news items, photos and comments you’ve sent, the help you’ve given me in choosing and translating articles. . . .

I have made arrangements to discontinue publishing Ba Sàm on April 20, 2017. I know this will prompt a lot of e-mail — more than I can answer — so I’m opening a column for comment, as a way to keep in touch and to store reminders of labor that’s been hard but also beautiful.

Sincerely,

Đinh Ngọc Thu

Traduction partiellement du vietnamien par David Brown.

Source : Ba Sàm, 13/04/2017.

Nguyễn Đặng Minh Mẫn, une photo-journaliste et lanceuse d’alerte emprisonnée depuis 2011

Une jeune femme croupie actuellement dans le quartier disciplinaire d’un camp du régime communiste vietnamien. Son seul tort est de refuser de courber l’échine et de ne pas reconnaître les charges de subversion que le pouvoir judiciaire lui a infligé. A l’occasion de la 68e anniversaire de la journée internationale des droits de l’homme, il nous apparaît opportun de rappeler brièvement son parcours d’activiste sociale et son affiliation politique, source, à n’en pas douter, de l’acharnement des autorités policières. Elle fait en effet partie de ces femmes engagées (comme l’activiste Can Thi Theu et la blogueuse Nguyen Ngoc Nhu Quynh) que le pouvoir aimerait faire taire et qui incarnent aujourd’hui la lutte contre les injustices et la tyrannie.

FG, 10/12/2016

A lire sur notre carnet de recherche Femmes et Guerres au Viêt-Nam

Déclaration à l’occasion de la Journée Internationale des Droits de l’Homme 2016

[ndlr] Déclaration d’organisations vietnamiennes à l’occasion de la journée internationale des Droits de l’Homme. Initialement publiée en vietnamien et traduite en français sur le site du Viêt Tân. Alors que l’étau se resserre contre la dissidence, des voix s’élèvent pour dénoncer une situation de plus en plus préoccupante.

Déclaration à l’occasion de la Journée Internationale des Droits de l’Homme 2016

9 décembre 2016

Le 10 décembre 2016 marque le 68ème anniversaire de l’adoption de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Ce document est devenu le standard des droits de tous les peuples que chaque nation doivent respecter. Bien que membre du Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies, le gouvernement vietnamien ne respecte pas les droits de l’homme tels que décrits dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Pire encore, il a aussi accru sa répression sur le peuple vietnamien.

- Augmentation du nombre d’arrestations et de détentions arbitraires. Citons les cas suivants : l’avocat des droits de l’homme Nguyen Van Dai et Le Thi Thu Ha, [la femme] défenseur des droits fonciers Can Thi Theu, [la] blogueu[se] Nguyen Ngoc Nhu Quynh, le Dr Ho Hai, Luu Van Vinh, Nguyen Van Duc Do et Hoang Van Giang.

- Dégradation des conditions de détentions des prisonniers d’opinion, devenant encore plus brutal et inhumain, notamment pour Ho Duc Hoa, Tran Thi Thuy, Dang Xuan Dieu, Tran Huynh Duy Thuc, Dinh Nguyen Kha, Nguyen Hoang Quoc Hung.

- Utilisation arbitraire de l’assignation à résidence pour limiter la liberté de circulation et empêcher les anciens prisonniers de conscience de revenir à un mode de vie normal. Cela cause des difficultés déraisonnables aux militants.

- Intensification de la violation de la liberté religieuse. Parmi les incidents récents, mentionnons la destruction de la pagode Lien Tri et le monastère de Thien An, le démantèlement du temple Tuy An Cao Dai dans la province de Phu Yen, la restriction des activités religieuses et la barrière de mouvement pour beaucoup de moines et de fidèles Cao Dai, Hoa Hao, religions protestantes, catholiques et bouddhistes.

- Intimidation et harcèlement des défenseurs des droits de l’homme par des actions comme la destruction de leurs biens et l’entrave à leur capacité d’organiser des activités. Pour les militants qui sont encore étudiants, le gouvernement vietnamien crée des pressions qui les empêchent d’étudier et de passer des examens. Dans les victimes de cette forme d’oppression figurent le Pasteur Nguyen Trung Ton, le Révérend Phan Van Loi, Tran Duc Thach, Nguyen Van Trang et Truong Minh Tam.

- Mesures disciplinaires à l’encontre des journalistes qui ont dénoncé la vérité ou exprimé leur opinion, comme dans le cas des journalistes Phung Hieu, Mai Phan Loi et Quang The.

À l’occasion de ce 68ème anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, nous appelons la communauté internationale à dénoncer fermement la répression continue des droits de l’homme par le gouvernement vietnamien.

Nous demandons instamment au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, à toutes les organisations internationales de défense des droits de l’homme et aux gouvernements démocratiques d’intervenir et de faire pression sur les autorités vietnamiennes pour :

  • La libération inconditionnellement tous les prisonniers de conscience
  • La suppression des condamnations qui contraignent les anciens prisonniers d’opinion à rester en résidence surveillée après leur sortie de prison.
  • La restitution les biens et la liberté de pratiquer sa religion pour tous les groupes confessionnels.
  • L’arrêt immédiat de tous les actes d’intimidation et de harcèlement envers les défenseurs des droits humains.
  • Le respecter et la protection de tous les droits fondamentaux, dont la liberté de la presse, la liberté d’expression et la cessation immédiate des attaques physiques, les arrestations arbitraires et les menaces contre les journalistes et les citoyens qui utilisent leur droit d’exprimer leur opinion protégée par la loi.

Le peuple vietnamien doit avoir le droit de vivre dans son propre pays avec tous les droits de l’homme protégés tels qu’énoncés dans la Déclaration Iniverselle des Droits de l’Homme.

10 décembre 2016

Conjointement signé

1. Forum de la société civile – représenté par Nguyen Quang A.

2. Viet Tan – représenté par Duy Hoang.

3. Église de l’Alliance luthérienne Vietnam-États-Unis – représentée par le pasteur Nguyen Hoang Hoa

4. Hoa Hao Église bouddhiste puriste – représentée par Le Quang Hien et Le Van Soc.

5. Association vietnamienne d’amitié des prisonniers politiques et religieux – représentée par Nguyen Bac Truyen.

6. Fraternité pour la démocratie – représentée par Nguyen Trung Ton.

7. Association pour la protection de la liberté de religion – représentée par Ha Thi Van.

8. Association de Bau Bi Tuong Than- représentée par Nguyen Le Hung.

9. Association des anciens prisonniers de conscience catholiques – représentée par Nguyen Van Oai.

10. Anciens prisonniers d’opinion vietnamiens – représentés par M. Nguyen Dan Que et M. Nguyen Van Loi.

11. Association de Compassion Mutuelle – représentée par le Rév. Pham Ngoc Thach.

12. Association de soutien aux victimes de la torture – représentée par M. Dinh Duc Long.

13. Église Cao Dai, Secteur des moyens de subsistance humains – représentée par M. Hua Phi, M. Nguyen Kim Lan, Mme Nguyen Bach Phung

14. Bloc 8406 – représenté par Do Nam Hai et Nguyen Xuan Nghia.

15. Réseau des blogueurs vietnamiens – représenté par Pham Thanh Nghien.

16. Nguyen Kim Dien Groupe de prêtres – représenté par le révérend Nguyen Huu Giai et le révérend Nguyen Van Ly.

17. Travail vietnamien – représenté par Do Thi Minh Hanh.

18. Mouvement de solidarité des requérants opprimés – représenté par Tran Ngoc Anh.

19. Le journal de Saigon – représenté par le révérend Le Ngoc Thanh.

20. La Jeunesse de la Compassion – représentée par Thai Van Dung.

21. Pour l’avenir du Vietnam – représenté par Tran Minh Nhat.

Signataires individuels :

1. Bui Hien – poète, Canada

2. Bui Tuan Duong – Quang Khe- Dak Glong-Dak Nong.

3. Chu Anh Tuan – Vung Tau.

4. Duong Sanh – ancien professeur , Van Ninh, Khanh Hoa.

5. Hoang Dung – Professeur associé PhD., Saigon.

6. Huynh Quoc Huy – journaliste indépendant (aka Nam Viet), Saigon.

7. Kha Luong Ngai – journaliste et membre des Amis du Hieu Dang Assoc., Saigon.

8. Lai Thi Anh Hong-artiste, Saigon.

9. Le Minh-Xuan Loc, Dong Nai.

10. Lu Van Bay – ancien prisonnier d’opinion.

11. Ngo Kim Hoa (Suong Quynh) – journaliste indépendante, Saigon.

12. Ngo Thi Kim Cuc- et journaliste, Saigon.

13. Nguyen Manh Hung – Pasteur protestant, Saigon.

14. Nguyen Nu Phuong Dung – activiste, Saigon.

15. Nguyen Thuy Hanh, activiste des droits de l’homme, Hanoi.

16. Nguyen Trang Nhung, militant des droits de l’homme à Hanoi.

17. Nguyen Tuong Thuy – journaliste indépendant, Hanoi.

18. Hoang Hung-poète et ancien prisonnier d’opinion, Saigon.

19. Phan Dac Lu-Thu Duc, Saigon.

20. Phan Hai Yen- Saigon.

21. Tong Van Cong – journaliste.

22. Tran Duc Thachoppet et ancien prisonnier d’opinion, Nghe An.

23. Tran Minh Quoc – professeur à la retraite.

24. Truong Long Dien – fonctionnaire retraité, Long Xuyen, An Giang.

25. Uong Dinh Duc-Saigon.

26. Vo Van Tao-journaliste, Nha Trang.

27. Vu Le Khoï-enseignant.

Source : Viet Tan

 

Facebooker Hồ Hải bị bắt [VnExpress]

[ndlr] Confirmation de l’arrestation hier du blogueur Ho Hai sur VnExpress.

Facebooker Hồ Hải bị bắt

Ông Hồ Hải bị nhà chức trách cáo buộc phát tán tài liệu chống phá Nhà nước trong thời gian dài.

facebooker-ho-hai-bi-bat

Ông Hồ Hải.

Cơ quan An ninh điều tra Công an TP HCM hôm 2/11 bắt giữ ông Hồ Văn Hải (52 tuổi, bác sĩ) tại phòng khám của ông trên đường Kha Vạn Cân, phường Linh Tây, quận Thủ Đức.

Nhà chức trách cho rằng, ông Hồ Hải bị phát hiện đang phát tán những thông tin, tài liệu có nội dung chống Nhà nước trên Internet. Hành vi này của ông Hồ Hải đã bị cơ quan điều tra theo dõi trong thời gian dài trước đó.

Ông được biết đến là chủ tài khoản Facebook Hồ Hải hay Blog BS Hồ Hải. Gần 30 năm trước ông tốt nghiệp ngành Y tại TP HCM, công tác tại Bệnh viện Chợ Rẫy từ năm 1993 đến 2001.

Cảnh sát đang làm rõ cáo buộc với ông này.

Nhật Vy

Source : VnExpress, 03/11/2016.

Portrait : Trần Huỳnh Duy Thức, ingénieur et constructeur d’avenir

[ndlr] Mise à jour de notre portrait biographique publié dans L’Asie du Sud-Est 2016 (Irasec, 2016, pp. 405-406).

Trần Huỳnh Duy Thức est un prisonnier de conscience vietnamien. Né le 29 novembre 1966, il est aujourd’hui âgé de 49 ans (50 ans pour les Vietnamiens). Ingénieur informatique de formation et entrepreneur, il a d’abord réussi dans le domaine des télécommunications. En 1994, il fonde avec Lê Thăng Long la société informatique Duy Việt à Hanoi qui devient en 2000 la compagnie informatique EIS, Inc. Celle-ci développe la société de services One Connection Internet (OCI) spécialisée dans la téléphonie et internet. Entrepreneur visionnaire, il a de grands desseins pour faire évoluer pacifiquement le Viêt Nam sur le plan politique à travers le développement d’internet. Placé sur un secteur très concurrentiel et sensible politiquement, il entre en conflit avec les instances d’Hô Chi Minh-Ville chargées des médias.

TranHuynhDuyThuc_ConDuongVietNamEn 2005, il crée avec deux autres futurs dissidents le groupe de recherche Chan (Nhóm nghiên cứu Chấn, signifiant « Restauration ») pour proposer des solutions au redressement du pays et accompagner les réformes socio-économiques nécessaires au développement. Promoteur d’un second Renouveau (Đổi mới), cette fois plus politique, il a publié ses réflexions sur la situation sociale et économique de son pays sur son blog sous le nom de plume de Trần Ðông Chấn entre novembre 2008 et mai 2009. Auteurs d’écrits critiques, il a coédité un ouvrage traitant de la réforme politique intitulé « Con Đường Việt Nam » (La voie du Viêt Nam) qui s’apparente à un véritable programme politique visant à fonder un nouveau Viêt-Nam plus démocratique. Son engagement politique lui a rapidement attiré les foudres de la Sécurité vietnamienne.

ToaAnNhanDanTPHCM_20-01-2010
Le procès politique du 20 janvier 2010 au Tribunal populaire de Ho Chi Minh-Ville : l’impossible réforme du système communiste par ses citoyens © DR
PhienToaNVGP
Jugement des intellectuels dans l’affaire des revues « Humanisme » et « Belles Lettres » le 21 janvier 1960 © DR

Après deux ans de traque (sur internet), il a été arrêté le 24 mai 2009 à Hô Chi Minh-Ville. Lors de cette opération policière minutieusement préparée, les autres membres du groupe d’étude Chan sont appréhendés entre la fin mai et le début juin. Accusés d’avoir voulu « comploter pour renverser le gouvernement populaire » comme le stipule l’article 79 du code pénal vietnamien, ils ont été condamnés à de lourdes peines de prison lors d’un procès retentissant le 20 janvier 2010. Trần Huỳnh Duy Thức fut le seul à défier la cour en déclarant avec fermeté : « Je n’ai  tenté de renverser aucun gouvernement. Je n’ai fait que combattre le despotisme, et je continuerai mon combat aussi longtemps que nécessaire. » Pour son attitude intransigeante lors du procès il a écopé de 16 ans d’emprisonnement augmenté de 5 ans de résidence surveillée.

LoiTHDTDepuis 2010, cette affaire hautement politique a connu des dénouements plus heureux avec la libération anticipée des principaux protagonistes. L’ingénieur Lê Thăng Long, condamné à cinq ans de prison, a été libéré le 4 juin 2012 ; l’avocat Lê Công Định, condamné également à cinq ans de prison a été libéré le 6 février 2013 et l’étudiant Nguyễn Tiến Trung, condamné à sept ans de prison, a été libéré le 12 avril 2014 à la suite d’une campagne d’Amnesty International. Tous restent à l’heure actuelle assignés à résidence et sous surveillance policière. Seul, Trần Huỳnh Duy Thức n’a pas encore été libéré malgré le soutien d’organisations de défense des droits de l’homme.

Le 11 octobre 2013, il a reçu en compagnie de deux autres dissidents vietnamiens le prix du Réseau des droits de l’homme au Viêt-Nam pour sa contribution à la cause humaniste. Les dernières nouvelles le concernant laissent à penser qu’il pourrait bénéficier d’une libération anticipée sous la condition d’une expulsion vers les États-Unis. Les représentants américains à Hanoi sont en effet très actifs pour activer la libération de dissidents importants et favoriser leur accueil aux États-Unis, une solution actuellement privilégiée par le pouvoir communiste vietnamien pour se débarrasser de ses plus encombrants activistes. C’est ainsi que Cù Huy Hà Vũ, Nguyễn Văn Hải (alias Dieu Cày) et Tạ Phong Tần ont dernièrement été expulsés vers ce pays. Le dénouement qui attend Trần Huỳnh Duy Thức est susceptible de prendre la même forme que ses compatriotes expulsés, solution qu’il refuse actuellement.

GiaDinhTranHuynhDuyThuc
La famille de Tran Huynh Duy Thuc solidaire de la grève de la faim © DR

Depuis le 24 mai 2016, Trần Huỳnh Duy Thức s’est mis en grève de la faim « illimitée » pour protester contre ses conditions de détention. A son huitième jour de grève (31 mai 2016), ses proches ont alerté les médias sur la dégradation de son état de santé. Une pétition a été lancée sur change.org pour exiger sa libération.

Lors d’une visite de sa famille au Camp n° 6, situé dans la commune de Hạnh Lâm, district de Thanh Chương (province de Nghệ An), le 1er juin 2016, le prisonnier d’opinion a fait savoir qu’il mettrait finalement un terme à sa grève de la faim le 7 juin prochain. Ses proches considèrent en effet que Trần Huỳnh Duy Thức doit rester en vie pour poursuivre son combat pour les libertés civiles et les droits de l’homme au Viêt-Nam.

Selon le rapport d’Amnesty International sur les conditions de détention des prisonniers d’opinion en RSVN – rapport rendu public le 12 juillet 2016 – Trần Huỳnh Duy Thức a été transféré à plusieurs reprises de prisons en prisons. Pour l’organisation de défenses des droits humains : « Il s’agit d’une pratique courante dans le cas des prisonniers d’opinion récalcitrants, qui refusent de plaider coupable ou de se laisser « rééduquer », ou des détenus connus ou influents, que les autorités craignent de voir entraîner d’autres prisonniers dans un mouvement de dénonciation des conditions de vie et des mauvais traitements en détention ». Le Viêt-Nam compte actuellement 84 prisonniers d’opinion (p. 10).

FG, MàJ 12/07/2016.

LeCongDinh_LeThangLong_tranhuynhduythucfamily
L’avocat Lê Cong Dinh et l’ingénieur Lê Thang Long, tous deux anciens prisonniers de conscience, solidaires de Tran Huynh Duy Thuc © DR

 

Sources :

Amnesty International (Communiqué du 01-09-2015 ; Action lettre de janvier 2014 ; Appel collectif du 24-05-2015 et rapport du 12-07-2016 intitulé : Des prisons à l’intérieur des prisons) ;  BBC (16-09-2009) ; RFA (18-11-2014) ; Sai Gon Giai Phong (18-09-2006) ; Vietnam Human Rights Network (10-10-2015).

 Voir aussi :

Save conscience prisoner Tran Huynh Duy Thuc from going on a ‘Hunger Strike Until Death’

[ndlr] Pétition en ligne pour la libération du dissident Tran Huynh Duy Thuc en grève de la faim depuis 8 jours. Pétition mise en ligne par Thao Pham (Australie) sur le site Change.org.

Vietnamese BBC stated on 17th May 2016 that family members confirmed that Tran Huynh Duy Thuc has made a decision to go on a ‘hunger strike until death’ in the Nghe An prison starting on 24th May 2016. This date will mark exactly 7 years since he was imprisoned in Vietnam.

« Tran Huynh Duy Thuc is a blogger, entrepreneur and human rights defender and was arrested in May 2009. He advocates for economic, social and administrative reform, and respect for human rights. In January 2010 he was sentenced to 16 years’ imprisonment under Article 79 of the Penal Code (« attempting to overthrow » the state), plus five years’ house arrest on release. During his trial he claimed that he was tortured in detention to force him to confess. » (Source : Ammesty International Australia)

I am writing this petition to request the Office of the United Nations High Commissioner for Human Rights, Amnesty International, the US president Barack Obama, heads of states of non-communist governments, Vietnamese people and others to take action to save Tran Huynh Duy Thuc’s life by requesting the Vietnamese Government to release him unconditionally.

Please sign this petition and share, thank you.

Lien : Change.org

 

Image « à la une » : Tran Huynh Duy Thuc à son procès en janvier 2010.

Bloc 8406 : premiers pas de la future révolution politique ?

Écrire l’histoire d’un mouvement citoyen qui fête ses dix ans d’existence est sans doute un peu prématuré. Cependant, de sa création il y a tout juste une décennie à sa quasi disparition aujourd’hui à l’intérieur du pays, ce mouvement a été confronté à de multiples obstacles somme toute classique dans le contexte d’un État communiste foncièrement opposé au multipartisme et au pluralisme politique. En revanche, pendant la décennie 2006-2016, la situation politique du Viêt-Nam a également connu une évolution notoire à laquelle ce mouvement peut être associé. Un portrait rapide de cette organisation émanation de la société civile peut ainsi être dressé.

HuyHieuKhoi8406Fondé le 8 avril 2006 (soit le 8-4-06) d’où il tire son nom, le Bloc 8406 rassemblait à l’origine 118 signataires dont un pourcentage non négligeable était originaire de la province de Thừa Thiên-Huế au centre du pays1. A l’approche du 10e Congrès national du PCV à Hanoi (du 18 au 25 avril 2006), il édita une proclamation politique intitulée « Manifeste sur la liberté et la démocratie pour le Vietnam 2006 » en faveur du multipartisme et d’un changement radical de régime2. Pour la première fois depuis le Đổi Mới (Renouveau décrété en décembre 1986) un rassemblement de citoyens affichaient publiquement et nominativement leur opposition catégorique au régime de parti unique, à l’idéologie communiste et à ses pratiques dictatoriales. Pour marquer leur différence politique, les 118 premiers signataires se définissaient comme des « combattants de la démocratie » (chiến sĩ dân chủ) rappelant ainsi les combattants de la liberté, dissidents de l’Europe de l’Est des années 1980-1990. Ce terme fut complété quelques mois plus tard par le mot « hòa bình » (paix, pacifique) pour signifier le caractère non violent de la lutte des partisans de ce mouvement.

Bloc8406_118Sur le plan de la répartition géographique, on observe un foyer important de signataires dans le Centre et un second foyer dans le Sud, les deux régions rassemblant 81 % des premiers adhérents. Cette configuration apparaît comme le négatif de l’implantation des cadres du PCV sur le territoire vietnamien (au Centre Nord et au Nord). En quelque sorte, l’ancien Sud au delà du 17e Parallèle, avec ses composantes religieuses et intellectuelles, entendait faire entendre sa voix après deux décennies de Renouveau (1986-2006). Cette configuration est en grande partie liée aux conditions d’élaboration du Manifeste, dont une esquisse fut rédigée à Saigon et parachevée à Huế3.

Plaidoyer pour une révolution politique et pacifique

Le texte fondateur de ce mouvement politique citoyen est très clair. Il fait la promotion d’un changement politique profond et radical qui passe par l’abandon du communisme, une démocratisation par étapes du régime et le respect des lois internationales signées par la RSVN en matière de liberté de réunion, liberté d’expression, respect des droits de l’homme… La mention de la Révolution d’août 1945 apparaît comme significative pour contester la légitimité du pouvoir communiste. Selon le Bloc, la Révolution d’août visait l’indépendance nationale et non pas l’instauration du socialisme ou du communisme comme le démontre la déclaration du 2 septembre 1945 lue par Hồ Chí Minh sur la place Ba Đình. L’immense espoir d’indépendance et la vacuité du pouvoir impérial permirent au Viêt-Minh, la ligue pour l’Indépendance du Viêt-Nam, de s’accaparer de la direction du pays et au final d’imposer une idéologie par la violence. La révolution indépendantiste fut donc confisquée par un groupe politique marxiste-léniniste.

Rassemblant au départ 118 personnalités vietnamiennes à l’intérieur du pays, la liste des signataires augmenta rapidement au cours de l’année 2006. La 10e mise à jour de la liste, publiée le 22 août 2006, rassemblaient 1951 personnes adhérant à ce projet. S’ajoutaient à cette liste, 3881 Vietnamiens de l’étranger et 139 personnalités étrangères issues des milieux politiques américains4 ou membres de la Charte 77 (tchèque) soit un total de 5971 personnes. La quatorzième liste rassemblait les signatures de 2.217 citoyens de la RSVN5. L’intérêt rapide que ce nouveau mouvement suscita à l‘intérieur comme à l’extérieur du Viêt-Nam inquiéta rapidement l’État-Parti vietnamien.

En effet, cet engouement pouvait engendrer un mouvement plus large, capable de mobiliser massivement les citoyens vietnamiens sur l’avenir politique de leur pays dans le contexte de la mondialisation, des révolutions citoyennes d’Europe de l’Est (révolutions des Roses en Géorgie en 2003 ; Orange en Ukraine en 2004) et de l’arrivée des nouveaux moyens de communication, notamment l’apparition des premiers blogs politiques dissidents. Les actions du Bloc les six premiers mois de son existence démontrent sa capacité à mobiliser, à promouvoir ses idées et agir sur de nombreux fronts6. La hantise du PCV, constamment réitérée dans les discours officiels, reste jusqu’à aujourd’hui l’émergence d’une force populaire concurrente qui s’impose pacifiquement à la fois par la rue et par les réseaux sociaux, véritable contre-pouvoir et challenger de l’autoritarisme actuel. La revue théorique du PCV a souvent mis en garde les membres du PCV contre le danger d’une « révolution de couleurs » (cách mạng màu), d’une « révolution de jasmin » au Viêt-Nam disposant de solides relais et soutiens à l’extérieur du pays. A défaut de « révolution de couleurs » faudra-t-il une « révolution sanglante » (cách mạng máu) face à la surdité du pouvoir comme le laissa entendre à plusieurs reprises le dissident Cù Huy Hà Vũ ?7.

Khoi8406_TienTrinhDanChuHoa2006

Le 22 août 2006, le Bloc 8406 publia un programme politique ambitieux présentant un processus de démocratisation du pays en 4 phases et 8 étapes. La première phase vise à « Réaliser les droits de liberté d’expression, de liberté de la presse et poser les bases des droits de l’homme et des autres droits des citoyens ». La seconde phase consiste à « Rétablir, fonder et développer les partis politiques non communistes ». La troisième phase se concentre sur la « Préparation d’une nouvelle constitution suivie d’un référendum national ». Enfin, la quatrième phase s’attèle à « Parachever le processus de démocratisation en procédant à l’élection d’une assemblée nationale démocratique » dont la charge sera d’officialiser la nouvelle constitution, la nouvelle devise du pays, le nouvel emblème national, le nouveau pavillon national, le nouvel hymne national…8. Ce programme qui pourrait paraître quelque peu utopique fut en réalité discuté âprement lors du débat national et transnational sur la révision de la constitution il y a deux ans avec les limites que l’on connaît9.

Khoi8406_ToaAn
2007-2009, le couperet tombe, arrestations et condamnations. En haut : Le Thi Cong Nhan et Nguyen Van Dai, procès de 2007 ; En bas : Tran Anh Kim, procès de 2009 et Nguyen Van Ly, procès de 2007 © DR

Répression, harcèlement et démantèlement

Comme pour toutes les organisations politiques non communistes (VNQDĐ, Đại Việt, Alliances diverses et formations religieuses), le Bloc 8406 fut placé sous surveillance et, sans doute infiltré, son démantèlement débuta dès les premiers mois de son existence. Au mois d’août 2006, Trương Quốc Huy fut arrêté puis vint le tour de Vũ Hoàng Hải ainsi que d’autres signataires. Trois figures importantes du mouvement furent emprisonnées : le prêtre catholique Nguyễn Văn Lý (le 18 février 2007), l’avocat Nguyễn Văn Đài et l’activiste Lê Thị Công Nhân. Au début de l’année 2007, la répression continua. Une vague d’arrestation visa le noyau dur à Hue. Le père Nguyễn Văn Lý (cha Lý), ancien prisonnier politique connu pour ses positions anticommunistes, fut jugé en compagnie de quatre autres membres du mouvement à Huế le 30 mars 2007 pour propagande anti-étatique en vertu l’article 88 du Code pénal10.

Huy_hiệu_Đảng_Thăng_Tiến_Việt_NamIl était reproché au père Lý d’avoir participé, en plus de la fondation du Bloc 8406, à la création de deux micro-partis politique en 2006. En effet, la Sécurité publique s’intéressa à la création le 8 septembre 2006 à l’initiative de membres du Bloc 8406 du Đảng Thăng Tiến / Viet Nam Progression Party ou Parti Progressiste du Viêt-Nam11. Ces cinq membres furent condamnés respectivement à huit ans de prison ferme suivi de cinq années d’assignation à résidence (pour le père Lý), six ans et dix-huit mois12. La photo du père Lý bâillonné lors de son procès fit le tour du monde et donna une idée de la réception de ces idées démocratiques par le régime policier. Le prêtre, encadré par deux policiers en uniforme, fut emmené de force devant la barre des accusés. Refusant d’être jugé, téméraire, il s’était montré particulièrement virulent par des gestes de rébellion tout en fustigeant la cour de « tribunal communiste » avant d’être vigoureusement empêché de s’exprimer par un policier en civil posté derrière lui.

NguyenVanLy_ToaAnHue2007
Une image devenue culte : le prêtre Nguyen Van Ly bâillonné lors de son procès au tribunal populaire de Hue en 2007.

Au total, au cours de la décennie, plus de 50 membres du mouvement furent emprisonnés et parfois condamnés lourdement comme le prêtre Nguyễn Văn Lý, le pasteur luthérien Nguyễn Công Chính13 ou l’activiste Nguyễn Hoàng Quốc Hùng14. D’autres personnalités ayant publiquement déclaré leur appartenance au Bloc ont défrayé la chronique de l’organisation, en particulier l’avocat Nguyễn Văn Đài (toujours en prison) et son adjointe Lê Thị Công Nhân (citée plus haut, libérée en mars 2010). La revue d’information Églises d’Asie rappelle le contexte de leur arrestation et condamnation :

« A la fin de l’année 2006 et au début de l’année 2007, la Sécurité publique lance une campagne d’arrestations contre les opposants politiques. Nguyên Van Dai sera le 20e sur la liste. Le 3 février 2007, la police opère une perquisition dans les locaux de son cabinet d’avocats, où son adjointe, l’avocate Lê Thi Công Nhân, est en train d’initier un groupe d’étudiants aux droits de l’homme. Le 6 mars suivant, les deux avocats sont arrêtés. Le procès en première instance aura lieu deux mois plus tard, le 11 mai 2007. Les deux avocats sont accusés de « propagande antigouvernementale menaçant la sécurité nationale » ; en réalité, ce sont bien leurs activités en faveur de la démocratie et des droits de l’homme qui sont visées. Lors du procès, qui a duré seulement quatre heures, le 11 mai 2007, Nguyên Van Dai est condamné à cinq ans de prison et quatre ans de résidence surveillée. Lê Thi Công Nhân écope de quatre ans de prison et trois ans de résidence surveillée ».

De nombreux cas de harcèlement ont été signalés dans les lettres de protestations (Kháng thư) du Bloc 840615. L’ancien lieutenant-colonel de l’Armée populaire Trần Anh Kim et l’ingénieur Đỗ Nam Hải représentant la branche du mouvement au Sud furent également inquiétés. En particulier le lieutenant-colonel Kim fut emprisonné en décembre 2009 pour son appartenance au membre du Parti Démocratique du Viêt-Nam (Đảng Dân chủ Việt Nam) une ancienne formation politique remise sur pied comme alternative au PCV16.

TrungTa_TranAnhKimCondamné à 5 ans et demi de prison, libéré en 2015, le lieutenant-colonel Trần Anh Kim a été de nouveau emprisonné tout comme l’avocat Nguyễn Văn Đài sur de nouvelles accusations à la fin de l’année 201517. D’autres personnalités moins connues et isolées géographiquement ont du faire face au harcèlement policier. En juillet 2010, Amnesty International lança une action d’envergure pour faire libérer 30 prisonniers d’opinion pour la plupart affiliés ou sympathisants du Bloc 640618. Pour échapper à ces violences, certains membres se sont exilés en Thaïlande19. L’existence du mouvement a donc été marquée par une répression permanente mais la combattivité de certains de ses membres fut souvent récompensée par les organisations internationales de protection des droits de l’homme20.

Du Bloc 8406 à la nébuleuse des associations de la société civile

TuDoNgonLuan_240Sur le plan politique, le mouvement continue de diffuser ses idées. Cette agit-prop débuta sur internet avec une émission hebdomadaire sur la tribune Paltalk avec le danger que cela représentait pour leur sécurité personnelle21 et se poursuit désormais avec la diffusion d’informations sur Facebook et sur différents blogs. Le 12 août 2006, des agents de la Sécurité publique avaient interrogé cinq membres du Bloc 8406 à Hanoi au sujet du lancement d’un nouveau magazine politique en ligne appelant à la liberté et la démocratie. Matériel confisqué, documents saisis, la date de publication fut retardée mais impossible à interdire complètement. Depuis dix ans, le mouvement édite un bulletin mensuel d’information intitulé Tự Do Ngôn Luận (Liberté d’expression) (240 numéros à ce jour) ainsi qu’une seconde revue en ligne intitulée Tập san Tự Do Dân Chủ (Mensuel Libertés démocratiques) éditée, semble-t-il, jusqu’en 201022.

L’activité politique du Bloc 8406 se déroule désormais principalement aux États-Unis à travers la mobilisation de personnalités politiques et d’organisations de défense des droits de l’homme pour défendre les prisonniers d’opinion. Au Viêt-Nam, si le sigle Bloc 8406 ne semble plus aussi rassembleur pour cause de répression, d’autres associations comme « Hội Anh Em Dân Chủ » (Fraternité pour la démocratie), « Hội Cựu tù nhân lương tâm Việt Nam »  (L’Association des anciens prisonniers de conscience ; Hội Ái hữu Tù nhân Chính trị và Tôn giáo Việt Nam (L’Amicale des prisonniers politiques et religieux du Viêt-Nam) ou Hội Dân Oan (L’Association des opprimés) ont été fondées ces cinq dernières années par des membres du Bloc 840623. Ce sont les organisations de la société civile qui ont pris le relais des principales revendications politiques du Bloc.

FreeNguyenVanDai
Flyer de soutien pour la libération de l’avocat Nguyen Van Dai © DR

Au fil du temps, le combat s’est en effet dilué. Vũ Hoàng Hải, son représentant aux États-Unis, reconnaissait qu’à cause de la répression et des contradictions internes au mouvement dues aux pratiques divergentes dans la lutte, des membres du mouvement ont finalement rejoint d’autres organisations24. Cependant, toutes ces micro-organisations qui rassemblent chacune quelques individus déterminés se rejoignent dans un grand front de la contestation contre le régime actuel. Ce front du refus est désormais transnational et le régime en place vise en particulier les membres du mouvement qui disposent de soutiens à l’extérieur du pays à travers les organisations pro-démocratiques exilées comme le Việt Tân25.

Kampagnen-Visual-FreeLy
Campagne pour la libération de Nguyen Van Ly / Freiheit für Nguyen Van Ly – Freedom for Nguyen Van Ly © RSF

D’un point de vue politique, deux stratégies semblent désormais prédominer. L’une radicale, d’opposition frontale, contre le communisme et le régime du parti unique, la seconde plus souple qui envisage de faire changer le système de l’intérieur ou de façon plus nuancée. A titre d’exemple, concernant les candidats indépendants auto-déclarés pour l’élection de la future assemblée nationale de mai 2016, dont certains sont issus de la société civile à l’instar de l’intellectuel Nguyễn Quang A et du Bloc 8406, le mouvement reste vigilant et appui toute initiative en faveur de la démocratisation du régime.

La démocratie ou le chaos versus la démocratie c’est le chaos

La difficulté réside aujourd’hui comme hier sur les possibilités d’une transition démocratique pacifique. Les scénarios de sortie du communisme et du régime de parti unique sont difficilement prévisibles. L’exemple birman, plutôt inattendu, le démontre mais il indique qu’une volonté politique interne peut faire basculer le destin d’un pays. Le cas vietnamien est plus complexe. C’est un parti politique, doté d’un organisme de protection et de contrôle, qui détient le pouvoir et non l’armée. La dissidence qui se résume à quelques centaines d’individus, formée souvent d’anciens prisonniers de conscience, reste assez facile à circonscrire. A l’intérieur du PCV, le fil rouge est toujours de vigueur, la critique est tolérée mais la contestation politique ouverte ne l’est pas. Au sein de l’Assemblée nationale, les députés frondeurs sont une petite minorité, soumise également au contrôle idéologique et policier interne. L’appareil est verrouillé de l’intérieur et la discipline de parti joue à plein comme l’a démontré le XXe congrès du PCV en janvier 2016. Il y a en effet trop d’enjeux politiques et surtout économiques pour que la Nomenklatura locale prenne le risque de se saborder elle-même. Une partie non négligeable (mais difficile à mesurer) du Comité central est liée aux intérêts chinois et reste attachée aux bonnes relations entre les deux partis frères plaçant de fait l’esprit partisan au-dessus des enjeux nationaux.

ChinaHandsOffVietnam
Manifestation antichinoise à Hanoi en août 2012 © Reuters

D’où peut provenir l’alternative ? Le Bloc 8406 entendait remettre les citoyens au cœur du processus et c’était sa principale force, une puissance incarnée par la désobéissance civile. Mais là encore, l’atomisation des forces contestataires, provoquée et entretenue par la répression, est un frein. La société de divertissement qui occupe les médias, la corruption qui cancérise les relations sociales,  la méfiance pour d’autres systèmes de gouvernement détournent les Vietnamiens du politique. La rue, relayée par les réseaux sociaux, apparaît aujourd’hui à la fois comme le principal théâtre et atout des contestataires. Elle est régulièrement occupée par des associations citoyennes issues du Bloc 8406. Cette occupation de l’espace public coûte chère (psychologiquement et physiquement) aux participants qui doivent affronter les violences policières, les insultes et les agressions d’hommes de main du régime, comme le démontre la dernière vidéo en ligne de la manifestation organisée organisée pour le dixième anniversaire de l’organisation citoyenne (ci-dessous)26. Mais la détermination est là et bien souvent, soulignons-le, les femmes sont en première ligne.

Le bilan de ces dix ans de lutte est donc forcément mitigé. Malgré l’engagement et l’audace de quelques dizaines de membres, la plupart d’entre eux, paralysés par la répression policière, sont restés silencieux. Si aucun mouvement d’envergure n’a été créé dans le sillage du Bloc 8406, il existe des initiatives qui rappelle le modèle de la Charte 77. Le Groupe des 72 intellectuels pétitionnaires qui se sont exprimés sur l’ouverture démocratique lors de la refonte de la constitution en est un exemple frappant27. L’action courageuse du Bloc 8406 est loin d’être anecdotique. L’année 2006 marque le départ d’une dissémination de la dissidence au sein de la population vietnamienne. Le Bloc a donné naissance à une multitude d’associations issues de la société civile et dans une certaine mesure a réussi son pari : peser sur l’évolution politique du Viêt-Nam. Les blogueurs se sont emparés avec fougue des questions politiques (souvent au détriment de leur vie professionnelle, sociale et familiale) et se préoccupent désormais du destin géopolitique de leur pays (en particulier de la question chinoise). Ils ont poussé le Parti à prendre en compte cette nouvelle contestation intérieure et à devenir un modèle asiatique de l’autoritarisme « négocié ».

Certain de sa magistrature d’influence sur le every politics, le bloc 8406 fut néanmoins conscient de son rôle ambigu de monnaie d’échange lors des tractations internationales :

« Une tactique favorite du régime communiste est de rafler les dissidents avant les événements internationaux, d’utiliser les individus comme monnaie d’échange avant l’événement, puis de reprendre le harcèlement et les arrestations après que le régime ait atteint son objectif immédiat – que ce soit à l’occasion d’une réunion habituelle ou pour obtenir des privilèges commerciaux »28.

L’échec n’est pas total. Si le programme politique du Bloc 8406 n’a pas été mis en œuvre (abandon du régime de parti unique), une partie de l’appareil communiste a commencé à évoluer dans le sens d’une réflexion publique sur le besoin croissant de démocratie dans le pays. Cette « auto-évolution » tant critiquée par les membres du PCV les plus conservateurs (au sein de la Police et des Comités d’éducation et de propagande) est pourtant souhaitable si l’on accorde du crédit aux experts favorable à un second Đổi Mới, à la fois politique et économique, synonyme de révolution pacifique. En dix ans sous l’impulsion des luttes des dissidents, de l’avènement d’internet et de l’intégration internationale, le pouvoir politique vietnamien a peu à peu abandonné son « essence totalitaire » (tinh chất toàn trị, pour reprendre une expression du dissident Cù Huy Hà Vũ) pour évoluer vers cet « autoritarisme négocié » qui est obligé de composer avec une opposition de moins en moins virtuelle et présente sur tous les fronts, dans les campagnes, dans les usines ou sur les zones maritimes. Mais si des voix du Bloc 8406 proclament volontiers « la démocratie ou le chaos », le pouvoir communiste en place reste persuadé du contraire, à savoir que « la démocratie c’est le chaos ». Ce dialogue de sourd n’est peut-être qu’une façade car les idées pro-démocrates gagnent peu à peu du terrain au sein même des instances du PCV. Et il faudra un jour sortir de l’impasse ou du piège (c’est selon) que représente l’imposant voisin du Nord.

L’enjeu chinois est en effet le non-dit de cette évolution qui bouscule et taraude l’appareil communiste. La réforme politique permettrait-elle de sortir de l’orbite chinoise et de rétablir un équilibre sur les plans économiques et géopolitiques ?29 Beaucoup le pensent et la question mérite d’être posée. La leçon birmane en constitue un exemple régional direct même si cette transition demande temps et consolidation. Cette inquiétude grandissante sur les ambitions chinoises trouvent des relais au sein du gouvernement vietnamien et de l’Assemblée nationale de la RSVN. En témoignent les interventions remarquées des députés Trương Trọng Nghĩa et Lê Văn Lai lors de la séance du 1er avril 2016. Seront-ils entendus ?

TinhHinhXNkhauVietNamTrungQuoc_2010-2014
Une relation asymétrique. Situation de l’import-export entre la RSVN et la RPC de 2010 à 2014 et déficit de la balance commerciale © Dat Viet / Vũ Lan 2014

* * *

Depuis dix ans, l’intégration économique s’est concrétisée par l’adhésion à l’OMC (2007), à l’organisation de grandes conférences régionales comme l’APEC (sommet de novembre 2006 à Hanoi) et s’est consolidée jusqu’à la signature récente de l’accord de Partenariat Trans-Pacifique dit TPP (2015). Les partisans d’un second Đổi Mới observent que la RSVN ne pourra pas faire l’impasse sur la restructuration économique (notamment des entreprises étatiques déficitaires) et la réforme politique. En septembre 2006, le journaliste Shawn W. Crispin annonçait en introduction de son article :

« Si les démocrates en herbe du Viêt-Nam finalement l’emportent, le 8 Avril 2006, restera dans l’histoire nationale comme le début de la fin de la mainmise monolithique et autoritaire du Parti communiste sur le pouvoir »30.

Les démocrates ne l’ont pas emporté. Trois congrès nationaux du PCV se sont déroulés depuis (en avril 2006, janvier 2011 et en janvier 2016) et les projets de refonte constitutionnelle vers l’abandon du régime de parti unique sont restés lettre morte. La croissance économique reste forte (environ 7% par an), meilleure garante du maintien de l’équipe dirigeante au pouvoir, mais des déséquilibres financiers apparaissent et les inégalités se creusent.

Les idées des groupes pro-démocrates ont creusé leur sillon dans la société et au sein de l’appareil du PCV. De nombreux dissidents et membres du parti sont désormais convaincus qu’un système politique pluraliste est une condition préalable aux sérieux défis actuels :

  • lutte contre la corruption ;
  • capacité à maintenir l’intégrité territoriale et un équilibre économique face à l’expansionnisme chinois ;
  • développement de la valeur ajoutée vietnamienne dans l’économie mondialisée et valorisation du potentiel scientifique de la jeunesse qualifiée31 ;
  • prospérité économique envisagée sur le long terme (ne plus se contenter du très court terme) ;
  • solutions viables à trouver pour répondre aux dangers du changement climatique et aux enjeux posés par la « privatisation » du Mékong.

Ainsi, les enjeux socio-politiques puis géopolitiques soulevés avec vigueur par le Bloc 8406 sont encore intacts. La question de « sortie du marxisme-léninisme vers une transition démocratique » ou du maintien du statu quo au risque d’une violente déflagration sociale et d’une domination chinoise de plus en plus explicite reste d’une brulante actualité.

François Guillemot, MàJ 14/04/2016.

 

Articles anniversaires, pour en savoir plus :

Image « à la une » : Bandeau Dân Làm Báo

Notes

  1. 43/118 soit 36 %. Le Centre totalise 53 % des premiers signataires, le Sud 28 % et le Nord 19 %. Cf. les listes des membres : Danh sách các thành viên Khối 8406 []
  2. Le texte est disponible en ligne sur plusieurs site, voir par exemple : Tự Do Ngôn Luận, số 48, 01/04/2008 []
  3. Sur ce point voir l’intéressante explication de Đỗ Nam Hải alias Phương Nam, premier rédacteur du texte : Một vài nét chính về quá trình hình thành Tuyên ngôn 8406, Việt Tân, 07/04/2016, selon les informations de ce site le texte de Đỗ Nam Hải date de février 2009 []
  4. Le 9 mai, un groupe de 50 membres du Congrès des États-Unis signaient une lettre ouverte appuyant ces initiatives démocratiques []
  5. Voir le document de référence en ligne en PDF : Khối 8406 Công bố lần 14 Kỷ niệm 10 tháng Tuyên ngôn 8406 []
  6. Cf. Khoi 8406 là gi ?, document édité le 8 octobre 2006 []
  7. Cf. Par exemple, cette interview sur RFA, https://www.youtube.com/watch?v=Ip_IlOw7it4, voir minutes 11:40 et suivantes []
  8. Document en ligne : Tiến Trình Dân Chủ Hóa Việt Nam gồm 4 giai đoạn []
  9. Sur ce sujet, voir l’analyse de Nguyễn Quang Duy, Hiến pháp VN : sửa đổi hay thay mới ?, BBC Vietnamese, 28/02/2013 []
  10. Tuyên truyền chống phá Nhà nước CHXHCNVN, Điều 88 BLHS []
  11. Cf. Le programme politique provisoire de ce parti en ligne : Cương Lĩnh Tạm Thời. Voir l’analyse de Chu Chi Nam  : Cách mạng là gì… ?, 20/06/2007 []
  12. Cf. Cha Nguyễn Văn Lý chịu tám năm tù http://www.bbc.com/vietnamese/vietnam/story/2007/03/070330_fatherly_jailed.shtml []
  13. Condamné à onze ans de prison pour avoir « sabordé la politique d’union nationale », selon l’article 87 du code pénal. Aux dernières nouvelles sa santé déclinait, voir : Mục sư Nguyễn Công Chính kêu cứu, RFA, 16/02/2016 ; Thanh Trúc, Tòa phúc thẩm y án tù Mục sư Nguyễn Công Chính, RFA, 31/07/2012 []
  14. Ce dernier fut condamné à 9 ans de prison en 2010 pour avoir participé à la création d’un syndicat libre, voir Vietnam: Overturn Labor Activists’ Harsh Prison Sentences. Peaceful Advocates Punished for Asserting Workers’ Rights, Human Rights Watch, 16/03/2011 ; Đình Cảnh, « Trà Vinh: 23 năm tù giam cho các đối tượng phá rối an ninh, xách động công nhân đình công« , Sài Gòn Giải Phóng Online, 26/10/2010 []
  15. Voir par exemple La lettre n° 11 : Kháng Thư số 11 của Khối 8406 []
  16. Cf. Thành viên khối 8406 nói gì?, BBC Vietnamese, 08/07/2009, interview avec Nguyễn Chính Kết, représentant officiel du Bloc à l’étranger concernant l’arrestation de Trần Anh Kim []
  17. Cf. Nouvelle arrestation de Nguyên Van Dai, défenseur de la liberté religieuse, Églises d’Asie, 18/12/2015. Voir sa page sur le site de défense des avocats : Nguyen Van Dai []
  18. Cf. le document PDF en ligne : Viêt-Nam. Libérez les prisonniers d’opinion, ASA, juillet 2010 []
  19. Cas de l’avocat Trần Quốc Hiền et de l’informaticien Trương Quốc Huy : Gia Minh, « Khối 8406 sau 7 năm thành lập« , RFA, 16/04/2013. La Sécurité publique les fit poursuivre jusque dans ce pays : Gia Minh, « Cảnh sát Thái Lan bắt giữ 3 người Việt theo yêu cầu của an ninh VN« , 13/12/2013 []
  20. Selon la déclaration commune publiée par le Bloc 8406 à l’occasion de son dixième anniversaire, 31 prix des droits de l’homme ont été attribués à des membres du Bloc par des  organisations internationales et 37 par des organisations vietnamiennes d’outre-mer. Cf : Tuyên bố chung nhân kỷ niệm 10 năm tuyên ngôn tự do dân chủ cho Việt Nam (tuyên ngôn 8406) []
  21. Cf. 3 người tham gia diễn đàn Paltalk kể lại sự việc khi bị bắt giam, RFA, 08/08/2006. Voir aussi les activités du 10e anniversaire sur Lac Viet News []
  22. Vingt et un numéros sont encore en ligne : http://tudo-danchu.com/ []
  23. Certains membres des Dân Oan revendiquent une affiliation au Bloc 8406 : Kể chuyện “áp tải 2000 cây số” và những kỷ niệm với khối 8406, Dan Lam Bao, 08/04/2016 []
  24. Cf. Hòa Ái, « Khối 8406: Một chặng đường 10 năm« , RFA, 13/03/2016 []
  25. Une organisation très active qui soulève toujours de vives critiques au sein de la communauté exilée au sujet de son passé au sein de la résistance armée []
  26. Les représentants du Bloc 8406 ont vivement protesté contre cette répression, voir la déclaration du 11 avril 2016 : Bản lên tiếng nhân vụ nhà cầm quyền đàn áp cuộc tuần hành kỷ niệm 10 năm Tuyên ngôn 8406 và đòi tự do cho các tù nhân tại Hà Nội, Dân Làm Báo, 12/04/2016 ; également sur le site du Việt Tan, 12/04/2016 []
  27. Cf. Nhóm Kiến nghị 72 lên tiếng, BBC Vietnamese, 02/04/2016 []
  28. « A favorite tactic of the communist regime is to round up dissidents prior to international events, use the individuals as bargaining chips before the event, and then resume the harassment and arrests after the regime has achieved its immediate goal – whether it be a smooth meeting or winning trade privileges ». Cf. Shawn W. Crispin, Heed the call of Vietnam’s Bloc 8406, Asia Times, 14/09/2006 []
  29. Sur le poids de la Chine lire l’interview éclairante de Nguyen Quang Dy, « Seule issue possible, sortir de l’orbite chinoise », in Jean-Claude Pomonti, Vietnam. L’éphémère et l’insubmersible, Bruxelles, Éditions Nevicata, coll. L’âme des peuple, pp. 81-88 []
  30. Cf. « If Vietnam’s aspiring democrats finally prevail, April 8, 2006, will go down in the national history as the beginning of the end the Communist Party’s monolithic, authoritarian grip on power », Crispin, art. cit., 14/09/2006 []
  31. A titre d’exemple, Ngô Bảo Châu soulignait le fort potentiel des Vietnamiens dans le domaine des mathématiques : Thùy Dung, GS Ngô Bảo Châu: ‘Việt Nam có rất nhiều người có năng khiếu Toán học’, Thể Thao Văn Hóa, 24/08/2015 []

Khối 8406 : Tuyên ngôn Tự do Dân chủ cho Việt Nam 2006

[ndlr] Il y a dix ans était fondé le « Bloc 8406 », une organisation politique en faveur de la démocratie. Nous reproduisons ci-après son texte fondateur « Manifeste sur la liberté et la démocratie pour le Vietnam 2006 » inspiré par la Charte 77 tchécoslovaque.

HuyHieuKhoi8406

Việt Nam , 8-4-2006

Kính gửi Đồng bào Việt Nam ở trong và ngoài Nước,

Chúng tôi, ký tên dưới đây, đại diện cho hàng trăm nhà đấu tranh Dân chủ ở quốc nội và tất cả mọi người Dân nào đang khao khát một nền Dân chủ chân chính cho Quê hương Việt Nam hôm nay, đồng thanh lên tiếng :

I. Thực trạng của Việt Nam

1 – Trong cuộc Cách mạng tháng 8-1945, sự lựa chọn của toàn Dân tộc ta là Độc lập Dân tộc, chứ không phải là chủ nghĩa xã hội. Bản Tuyên Ngôn Độc Lập ngày 2-9-1945 chẳng nhắc đến một từ nào về chủ nghĩa xã hội hay chủ nghĩa cộng sản cả. Hai nguyên nhân chính làm nên thắng lợi của cuộc Cách mạng ấy là Khát vọng Độc lập Dân tộcKhoảng trống quyền lực lúc bấy giờ ở Việt Nam (thực dân Pháp đã bị quân Nhật đảo chính cướp quyền từ ngày 9-3-1945 và quân Nhật đã đầu hàng phe Đồng minh ngày 15-8-1945).

Rõ ràng mục tiêu của cuộc cách mạng ấy đã bị đảng Cộng sản Việt Nam đánh tráo. Và dĩ nhiên, Quyền Dân tộc tự quyết cũng hoàn toàn bị thủ tiêu. Đã có ít nhất 2 cơ hội lịch sử rất thuận lợi là năm 1954 ở miền Bắc và năm 1975 trên cả nước, để Dân tộc khẳng định Quyền tự quyết của mình. Nhưng tất cả đều đã bị đảng Cộng sản Việt Nam tráo trở không thực hiện. Vì một khi nền chuyên chính vô sản đã được thiết lập, thì theo Lênin, chức năng đầu tiên của nó chính là : bạo lực và khủng bố trấn áp !

2 – Tiếp đến, ngày 2-9-1945 tại Hà Nội, ông Hồ Chí Minh, Chủ tịch Chính phủ lâm thời Nước Việt Nam Dân chủ Cộng hòa đã trịnh trọng tuyên bố với Dân tộc và với Thế giới rằng : “Tất cả mọi người đều sinh ra có quyền bình đẳng. Tạo Hóa cho họ những quyền không ai có thể xâm phạm được ; trong những quyền ấy, có quyền được sống, quyền tự do và quyền mưu cầu hạnh phúc. Lời nói bất hủ ấy ở trong bản Tuyên ngôn độc lập nǎm 1776 của nước Mỹ. Suy rộng ra, câu ấy có ý nghĩa là : mọi Dân tộc trên thế giới đều sinh ra bình đẳng, dân tộc nào cũng có quyền sống, quyền sung sướng và quyền tự do. Bản Tuyên ngôn nhân quyền và dân quyền của Cách mạng Pháp nǎm 1791 cũng nói : “Người ta sinh ra tự do và bình đẳng về quyền lợi ; và phải luôn luôn được tự do và bình đẳng về quyền lợi”. Đó là những lẽ phải không ai chối cãi được…”. (trích Tuyên Ngôn Độc Lập 2-9-1945).

Thế nhưng, tất cả những quyền thiêng liêng ấy của dân tộc đều bị chà đạp thô bạo ngay sau đó, khi mà chính quyền cộng sản được dựng lên.

3 – Đến tháng 2-1951 Tuyên ngôn của đảng Lao động VN (nay là đảng Cộng sản VN) kỳ đại hội lần thứ 2, đã viết: “Chủ nghĩa của Đảng là chủ nghĩa Mác–Lênin”. Và trong Điều Lệ, phần Mục Đích và Tôn Chỉ còn khẳng định rõ ràng hơn : “Đảng Lao động Việt Nam lấy chủ nghĩa Mác – Ǎngghen – Lênin – Xtalin và tư tưởng Mao Trạch Đông, kết hợp với thực tiễn cách mạng Việt Nam làm nền tảng tư tưởng và kim chỉ nam cho mọi hành động của Đảng…”.

Kể từ đó, nhất là ở miền Bắc sau năm 1954, rồi cả nước sau ngày 30-4-1975 thì bóng ma của chủ nghĩa cộng sản đã luôn đè ám lên đầu, lên cổ toàn Dân VN. Chính cái bóng ma ấy chứ không phải là cái gì khác đã triệt tiêu hầu hết những quyền con người của Nhân dân VN. Và hôm nay, nó vẫn đang tạm đô hộ, chiếm đóng lên cả 2 mặt tinh thần và thể chất của toàn Dân tộc VN.

II. Qui luật phổ biến toàn cầu

1 – Lịch sử đã minh định rằng mọi quyền tự do, dân chủ ở bất cứ một chế độ độc đảng toàn trị nào, dù cộng sản hay không cộng sản, cũng đều bị chà đạp không thương tiếc, chỉ khác nhau ở mức độ mà thôi. Bất hạnh thay là cho đến nay, Dân tộc Việt Nam vẫn thuộc về một trong số ít các Quốc gia trên thế giới còn bị cai trị bởi chế độ độc đảng toàn trị cộng sản. Điều này thể hiện cụ thể tại Điều 4 của Hiến pháp Nước Cộng hòa Xã hội Chủ nghĩa VN hiện hành, rằng : “Đảng cộng sản VN… theo chủ nghĩa Mác-Lênin và tư tưởng Hồ Chí Minh, là lực lượng lãnh đạo nhà nước và xã hội.” Chính vì điều này mà các quyền tự do, dân chủ của Nhân dân đã hoàn toàn bị triệt tiêu, may ra chỉ còn vài mẩu vụn mà thôi !

2 – Chính hệ thống quyền lực không hề chấp nhận cạnh tranh và không hề chấp nhận bị thay thế này đã thúc đẩy mạnh mẽ đà thoái hoá, biến chất của toàn bộ hệ thống ấy. Vì chẳng có qui luật và nguyên tắc cạnh tranh công bằng nào trên chính trường, nên sau những kỳ bầu cử thì toàn Dân không thể chọn được những con người và những lực lượng chính trị xứng đáng nhất. Bộ máy lãnh đạo, quản lý và điều hành do vậy ngày càng hư hỏng, rệu rã từ trung ương xuống cơ sở địa phương. Hậu quả là VN hôm nay trở thành Quốc gia bị tụt hậu quá xa so với các Nước trong khu vực và thế giới. Quốc nhục này và các quốc nạn khác khó bề tẩy xóa. Vấn đề của mọi vấn đề, nguyên nhân của mọi nguyên nhân chính vì đảng cộng sản VN là lực lượng chính trị duy nhất lãnh đạo Đất nước ! Thực tiễn đã xác minh rằng bất kỳ Nước nào đã bị rơi vào quỹ đạo của chủ nghĩa cộng sản thì đều điêu tàn thê thảm cả. Liên Xô, cái nôi cộng sản, cùng với các Nước xã hội chủ nghĩa Đông Âu khác, đã dũng cảm vượt qua chính mình để quay lại tìm đường đi đúng cho Dân tộc họ.

3 – Chúng ta đều hiểu rằng : không ai có thể sửa được lịch sử, nhưng có thể bẻ chiều lịch sử. Và điều quan trọng hơn là qua những bài học của lịch sử, định hướng tốt cho tương lai. Con đường hôm qua của Dân tộc ta đã bị những người Cộng sản VN chọn một cách vội vàng, thiếu chín chắn và áp đặt cho cả Dân tộc một cách khiên cưỡng. Con đường ấy thực tế đã chứng minh là hoàn toàn sai lạc. Vì vậy Dân tộc ta hôm nay phải chọn lại con đường cho mình. Và chắc chắn cả Dân tộc cùng chọn sẽ tốt hơn một người hay một nhóm người nào đó. Đảng cộng sản VN cũng chỉ là một bộ phận của Dân tộc, nên không thể mạo danh Dân tộc để chọn thay ! Trước Dân tộc và lịch sử suốt hơn nửa thế kỷ qua (1954–2006), Đảng cầm quyền ấy đã tiếm danh chứ không chính danh chút nào! Bởi lẽ các cuộc bầu cử thực sự tự do hoàn toàn vắng bóng ở VN.

T ừ thực trạng và qui luật trên đây, với ý thức trách nhiệm của Công dân trước vận mệnh Đất nước, chúng tôi xin được phép giãi bày cùng toàn thể Đồng bào Việt Nam trong và ngoài Nước :

III. Mục tiêu, phương pháp và ý nghĩa cuộc đấu tranh

1 – Mục tiêu cao nhất trong cuộc đấu tranh giành tự do, dân chủ cho Dân tộc hôm nay là làm cho thể chế chính trị ở Việt Nam hiện nay phải bị thay thế triệt để, chứ không phải được “đổi mới” từng phần hay điều chỉnh vặt vãnh như đang xảy ra. Cụ thể là phải chuyển từ thể chế chính trị nhất nguyên, độc đảng, không có cạnh tranh trên chính trường hiện nay, sang thể chế chính trị đa nguyên, đa đảng, có cạnh tranh lành mạnh, phù hợp với những đòi hỏi chính đáng của Đất nước, trong đó hệ thống tam quyền Lập pháp, Hành pháp, Tư pháp phải được phân lập rõ ràng , phù hợp với các tiêu chuẩn quốc tế và trải nghiệm của Nhân loại qua những nền dân chủ đắt giá và đầy thành tựu.

Mục tiêu cụ thể là thiết lập lại các quyền cơ bản của toàn Dân sau đây:

– Quyền Tự do Thông tin Ngôn luận theo Công ước Quốc tế về các quyền Dân sự và Chính trị của Liên Hiệp Quốc được biểu quyết ngày 16.12.1966, Việt Nam xin tham gia ngày 24-9-1982, điều 19,2 : “Mọi người có quyền tự do ngôn luận, quyền nầy bao gồm cả quyền tự do tìm kiếm, nhận và truyền đạt mọi loại tin tức, ý kiến, không phân biệt ranh giới, hình thức truyền miệng, bằng bản viết, bản in, hoặc bằng hình thức nghệ thuật hoặc thông qua bất cứ phương tiện truyền thông đại chúng khác tuỳ theo sự lựa chọn của mình”. Nghĩa là các đảng phái, tổ chức, cá nhân có quyền thông tin ngôn luận qua báo chí, phát thanh, truyền hình và các phương tiện truyền thông đại chúng khác mà không cần đợi phép của nhà cầm quyền.

– Quyền Tự do hội họp, lập hội, lập đảng, bầu cử và ứng cử theo Công ước Quốc tế về các Quyền Dân sự và Chính trị, điều 21 : “Mọi Công dân… đều có quyền và cơ hội để (a) tham gia vào việc điều hành các công việc xã hội một cách trực tiếp hoặc thông qua những đại diện được họ tự do lựa chọn”; (b) bầu cử và ứng cử trong các cuộc bầu cử định kỳ chân thực, bằng phổ thông đầu phiếu, bình đẳng và bỏ phiếu kín nhằm đảm bảo cho cử tri tự do bày tỏ ý nguyện của mình”. Nghĩa là các đảng phái thuộc mọi khuynh hướng cùng nhau cạnh tranh lành mạnh trong một nền dân chủ đa nguyên, đa đảng chân chính.

Quyền Tự do hoạt động Công đoàn độc lậpQuyền Đình công chính đáng theo Công ước Quốc tế về các quyền kinh tế, xã hội và văn hóa, được Liên Hiệp Quốc biểu quyết ngày 16-12-1966, điều 7 và 8 : “Các Quốc gia thành viên của Công ước công nhận quyền của mọi người được hưởng những điều kiện làm việc công bằng và thuận lợi…, quyền của mọi người được thành lập và gia nhập Công đoàn mà mình lựa chọn, chỉ phải tuân theo quy chế của Tổ chức đó để thúc đẩy và bảo vệ các lợi ích kinh tế và xã hội của mình… (với) quyền đình công…” . Các công đoàn này phải là những tổ chức duy nhất hoạt động độc lập, không có những loại Công đoàn tay sai của nhà cầm quyền.

– Quyền Tự do Tôn giáo theo Công ước Quốc tế về các Quyền Dân sự và Chính trị, điều 18 : “Mọi người đều có quyền tự do tư tưởng, tín ngưỡng và tôn giáo. Quyền tự do này bao gồm tự do có hoặc theo một Tôn giáo hoặc Tín ngưỡng do mình lựa chọn, tự do bày tỏ Tín ngưỡng hoặc Tôn giáo một mình hoặc trong tập thể với nhiều người khác, một cách công khai hoặc thầm kín dưới hình thức thờ cúng, cầu nguyện, thực hành và truyền đạo”. Các Tôn giáo này phải hoạt động độc lập, chứ không thể bị biến thành công cụ cho nhà cầm quyền.

2 – Phương pháp của cuộc đấu tranh này là hòa bình, bất bạo động. Và chính Dân tộc Việt Nam chủ động thực hiện cuộc đấu tranh này. Tuy nhiên, chúng ta rất cảm ơn sự ủng hộ nhiệt tình và ngày càng hiệu quả của tất cả những bạn bè trên thế giới. Thông qua những phương tiện thông tin hiện đại và qua sự giao lưu quốc tế ngày càng rộng mở, chúng ta sẽ tìm mọi cách giúp Đồng bào kiện toàn nhận thức. Và một khi Nhân dân đã có nhận thức đúng và rõ thì nhất định sẽ biết hành động thích hợp và hiệu quả.

3 – Ý nghĩa của cuộc đấu tranh này là làm cho chính nghĩa thắng phi nghĩa, tiến bộ thắng lạc hậu, các lực lượng dân tộc đang vận dụng đúng quy luật của cuộc sống và xu thế của thời đại thắng những tà lực đang tìm cách đi ngược lại những xu thế và quy luật ấy. Đảng cộng sản Việt Nam vẫn còn đồng hành cùng Dân tộc hay không là tùy ở mức độ đảng ấy có khách quan, công bằng, sáng suốt và khiêm tốn chấp nhận các nguyên tắc bình đẳng của cuộc cạnh tranh lành mạnh hay không, chỉ có thể chế chính trị độc đảng ấy là dứt khoát phải bị chốn táng vĩnh viễn vào quá khứ. Từ đó, Dân tộc sẽ tìm được những con người tốt nhất, những lực lượng chính trị giỏi nhất sau mỗi kỳ bầu cử để lãnh đạo Đất nước. Nguyên tắc “lẽ phải toàn thắng” sẽ được thiết lập và cuộc sống cá nhân sẽ trở nên tốt hơn, xã hội sẽ trở nên nhân bản hơn và Đồng bào sẽ sống với nhau thân thiện hơn.

Chúng tôi mong ước Tuyên ngôn này thúc đẩy được sự đóng góp tích cực của Đồng bào trong ngoài Nước và sự ủng hộ của Bạn bè Quốc tế. Chúng tôi chân thành cảm ơn và kêu gọi các Cơ quan Liên Hiệp Quốc, các Quốc hội, Chính phủ, Tổ chức Quốc tế và Bạn bè trên toàn thế giới tiếp tục ủng hộ cách nhiệt tình và hiệu quả cho cuộc đấu tranh đầy chính nghĩa này, góp phần đưa Tổ quốc Việt Nam sớm sánh vai cùng các Nước văn minh, đạo đức, thịnh vượng, tự do trong cộng đồng Nhân loại hôm nay.

Đồng tuyên bố tại Việt Nam
ngày 08 tháng 4 năm 2006
118 người đầu tiên

Source : Tự Do Ngôn Luận – Số 48 * 01 tháng Tư, năm 2008 (édité dans la revue dissidente « Liberté d’Expression », à l’occasion du deuxième anniversaire de l’organisation).

Pour lire le texte en anglais, cliquer sur l’image vers PDF :

Manifesto 8406

Bloc8406_Manifesto2006

Voir également :