Archives par mot-clé : dissidence

Viêt Nam un cri qui vient de l’intérieur – Projection / débat – mardi 12 octobre 2021

Projection / débat à ne pas manquer. Un regard inédit sur le Viêt-Nam.

François Guillemot (Institut d’Asie Orientale) et Dominique Foulon (Carnets du Viêt Nam)

présentent

Une projection / débat en présence du réalisateur

le mardi 12 octobre au Théâtre Kantor, 18h-21h

Viêt Nam un cri qui vient de l’intérieur (2020)

Un film de André Menras

Le réalisateur André Menras recueille la parole d’une génération de dissidents, de pêcheurs et de paysans vietnamiens en lutte contre les injustices sociales ainsi que contre l’expansionnisme chinois. Ce film politique dénonce les expropriations foncières abusives et l’autoritarisme de l’État-Parti à travers des témoignages peu connus. Tourné de façon clandestine, le film s’attache à mettre en lumière les conflits qui traversent la société vietnamienne tout en questionnant l’évolution politique du pays.

Viêt-Nam : défense de faire bouger les lignes !

En République socialiste du Viêt Nam (RSVN), rien de nouveau. Fort de son capital de sympathie pour son efficace lutte contre le coronavirus, l’Etat-Parti n’oublie pas la lutte contre cet autre « ennemi intérieur » susceptible de lui porter la contradiction. A l’approche du prochain Congrès national du PCV (du 25 janvier au 2 février 2021), le seul parti au pouvoir et le seul à être autorisé à l’exercer, journalistes et dissidents n’en finissent pas de subir la répression d’un autoritarisme revigoré par le contexte épidémique.

15 + 11 + 11 = 37 ans de prison

Le couperet est tombé. L’assaut contre le journalisme indépendant et la liberté d’expression d’une façon plus générale trouve son expression la plus crue dans le procès rapide et inique du mardi 5 janvier 2021 à Hô Chi Minh-Ville. A l’approche du XIIIe congrès du Parti communiste vietnamien (PCV), l’État-Parti renoue avec ses procès pédagogiques dont le message de terreur est clair : en République socialiste du Viêt-Nam, la chose publique, la « res publica » est chasse-gardée du Parti, exclusivement. Les trois journalistes qui viennent d’être condamnés à de très lourdes peines de prison (15 ans pour le premier, 11 ans chacun pour les deux autres) s’y attendaient sans doute. Pham Chi Dung (54 ans), Nguyen Tuong Thuy (69 ans) et Le Huu Minh Tuan (39 ans), membres de l’Association des Journalistes Indépendants fondée en 2014, avaient l’ambition de faire bouger les lignes, d’offrir au Parti, dont ils sont parfois issus, et au Viêt-Nam, leur pays, un nouvel horizon plus démocratique, plus fidèle à la défense des droits humains, plus conforme aux exigences d’une société civile responsable, plus respectueux de l’environnement. Tout ceci par le dialogue, la discussion, le débat.

Lê Huu Minh Tuân, Pham Chi Dung et Nguyên Tuong Thuy © DR

Que reproche le pouvoir communiste à ces trois journalistes ? Le plus célèbre d’entre eux, Pham Chi Dung, né en 1966, est un intellectuel dissident de notoriété publique1. Fondateur de l’Association des Journalistes indépendants, il la présidait jusqu’à son arrestation en novembre 2019. En cinq ans, cette association, regroupant quelques 70 adhérents, s’est dotée d’un outil de communication Việt Nam Thời Báo [Je Journal du Viêt-Nam] sur lequel Pham Chi Dung et ses quelques chroniqueurs commentaient l’actualité nationale ou internationale2. Ils y donnaient donc leur point de vue sans jamais organiser une attaque frontale contre le régime sachant qu’une ligne rouge franchie serait fatale. Cependant, Pham Chi Dung dans ses commentaires publics n’a jamais caché son intention de réformer l’État-Parti. Son parcours est celui d’un intellectuel engagé.

L’ombre pratique des “forces hostiles de l’étranger”

Cette simple disposition d’esprit et les actions qui en découlent sont considérées comme une atteinte à l’intégrité de la RSVN. C’est ce qui est reproché aux trois accusés : « production, détention, diffusion d’informations, de documents, d’articles dans le but de s’opposer à l’État »3. Selon le communiqué du ministère de la justice, ils ont écrit des articles pour « déformer et diffamer l’administration du peuple, enfreindre les intérêts du Parti communiste du Vietnam et de l’État »4 ; voilà une accusation des plus larges. Leur crime ? Écrire, commenter, exprimer des idées sans la validation des « comités d’éducation et de propagande », la police de la pensée vietnamienne. Il faut sans doute le rappeler, selon Emerlynne Gil d’Amnesty International : « Le seul crime de ces journalistes est d’avoir osé discuter de politique et d’autres questions d’intérêt public »5.

En réalité, derrière l’action des ces quelques journalistes, le pouvoir communiste redoute les liens et contacts pris avec des organisations politiques exilées susceptibles de renverser la donne ou d’exercer une quelconque influence sur la politique intérieure du pays. En effet, leur condamnation à de lourdes peines tient aussi au fait qu’ils auraient été “régulièrement été en contact avec des opposants au régime” à l’intérieur et à l’extérieur du pays avant leur arrestation fin 2019 et mi-2020, rappelle l’AFP6. Les autorités de Hanoi agitent toujours dans ces cas précis le vieux spectre du Viêt Tân, l’organisation pro-démocratique basée aux États-Unis la plus honnie du régime.

Bandeau du “Journal du Viêt Nam” et sigle de l’Association des Journalistes Indépendants du Viêt Nam © DR

« Surveiller et punir » en RSVN

Que révèle cet acharnement ? Une fragilité, une obstination, une dérive vers plus d’autoritarisme ? Sans doute les trois à la fois. Le pouvoir a toujours usé d’une certaine paranoïa, processus interne au fonctionnement du communisme d’État avec le besoin d’un antagonisme construit selon les besoins du moment (ennemi intérieur ou extérieur, purge, campagne de rectification idéologique). Pour autant, l’État-Parti, même si traversé par de multiples tensions, ne semble pas fragile. L’obstination politique est aussi une forme récurrente de l’exercice du pouvoir dans ce sens que le PCV a toujours raison. Il donne le « la » et accepte encore difficilement la contradiction ne venant pas de propres ses rangs. Dérive autoritaire ? Force est de constater que la répression contre toute forme de dissidence s’est amplifiée ces dernières quinze dernières années, depuis les premières manifestations d’une société civile organisée. La quasi-totalité de la dissidence, politique ou intellectuelle7, est aujourd’hui neutralisée, emprisonnée ou exilée de force. En octobre 2020, ce fut l’arrestation de la célèbre militante féministe et éditrice Pham Doan Trang8 et depuis quinze ans la liste des (anciens et actuels) prisonniers d’opinion s’est considérablement étoffée.

Pris dans le collimateur de la Sécurité publique, ces journalistes et chroniqueurs politiques indépendants se sont transformés, bien malgré eux, en dissidents puis en « accusés » par l’État-Parti. Dans le Viêt Nam communiste la politique sociale et économique ne se discute pas hors du Parti, la remise en cause des principes de l’autoritarisme ne se discute pas, l’état policier construit depuis la prise du pouvoir en 1945 ne se discute pas malgré les appels à l’ouverture lors de la réforme de la constitution en 20139. Le PCV, fort de sa police et de son armée, peut poursuivre sa route en écrasant les trublions en toute quiétude. A l’approche du XIIIe Congrès du PCV, le message est clair et bien relayé par les médias officiels10. Réprimer pour prévenir. Condamner à de lourdes peines pour dissuader. Emprisonner pour étouffer. Rééduquer pour anéantir. C’est le « surveiller et punir » de la RSVN. « 170 prisonniers politiques sont actuellement incarcérés dans le pays, selon les données de l’ONG [Amnesty International] » rapporte l’AFP11. Quand cette interdiction de penser, d’exprimer des idées, de commenter la chose publique, prendra-t-elle donc fin ? Que restera-t-il comme force à ces journalistes, qui seront âgés respectivement de près de 70 ans, 80 ans et 50 ans pour le plus jeune d’entre eux, au sortir de 15 ans ou de 11 ans de camp et de maltraitance ? Leur engagement total pour la liberté d’expression fera-t-il des émules ?

Comme l’écrivait Pham Chi Dung dans une chanson écrite en détention peu avant Noël : “Le cachot ne peut emprisonner la volonté de liberté…” (“Ngục tối không giam cầm được ý chí tự do…”)12. En matière de droits humains, l’espoir du Viêt Nam réside dans ces paroles-là.

FG, 07/01/2021. MàJ 08/01/2021.

Photographie “à la une” : Inauguration de la fondation de l’Association des Journalistes Indépendant du Viêt-Nam à Hanoi le 04/07/2014. Source : Dien Dan / Forum

Notes

  1. Voir son portrait sur Mémoires d’Indochine : https://indomemoires.hypotheses.org/35303 []
  2. Cf. “Nhà báo tự do Phạm Chí Dũng, Nguyễn Tường Thụy và Lê Hữu Minh Tuấn bị án tù”, BBC Vietnam, 05/01/2021 []
  3. Cf. Khanh Vu, “Vietnam : Lourdes peines de prisons pour des journalistes indépendants critiques du régime”, Reuters, 05/01/2021, version française Kate Entringer []
  4. Reuters, art. cit. []
  5. AFP, “Vietnam : trois journalistes emprisonnés à l’approche du congrès du Parti”, TV5 Monde, 05/01/2021 []
  6. AFP, art. cit. []
  7. Par exemple l’affaire des éditions Tri Thuc en octobre 2018, voir : “Letter of support for Pr. Chu Hao and NXB Tri Thuc, https://indomemoires.hypotheses.org/31650 []
  8. Cf. “Le Vietnam emprisonne la célèbre militante Pham Doan Trang”, https://indomemoires.hypotheses.org/36574 []
  9. Voir sur ce sujet notre article : “La constitution vietnamienne de 2013 confrontée au monde réel : choix pragmatique ou réflexe protectionniste ?”, https://indomemoires.hypotheses.org/12313 ; “Cùng Viết Hiến Pháp – Ecrivons ensemble la constitution : une initiative vietnamienne constructive”, https://indomemoires.hypotheses.org/7196 []
  10. Cf. VNA/CVN, “Trois hommes poursuivis pour propagande contre l’État”, Le Courrier du Vietnam, 05/01/2021 []
  11. “Vietnam : trois journalistes emprisonnés à l’approche du congrès du Parti”, art. cit. []
  12. Cf. “VNTB – Ngục tối không giam cầm được ý chí tự do”, Viêt Nam Thoi Bao, 07/01/2021 []

Le Vietnam emprisonne la célèbre militante Pham Doan Trang

Signalement d’articles sur la récente arrestation de Pham Doan Trang, éditrice, musicienne et dissidente.

Le Vietnam emprisonne la célèbre militante Pham Doan Trang

Portrait. Les autorités vietnamiennes ont annoncé, mercredi 7 octobre, avoir arrêté la dissidente Pham Doan Trang, 42 ans, journaliste et écrivaine de renom, militante pour la liberté de la presse et des droits civils. Emprisonnée, elle risque jusqu’à 20 ans de prison pour « opposition à l’État » vietnamien.

Lire la suite : La Croix, 08/10/2020.


Vietnam: RSF condamne l’arrestation d’une célèbre écrivaine militante des droits de l’homme.

Pham Doan Trang est une écrivaine vietnamienne de renom, militante pour la liberté de la presse et les droits civils. Elle a été arrêtée mardi soir à son domicile à Ho Chi Minh-Ville et placée en détention pour « propagande contre l’État ». RSF condamne son arrestation et exige sa libération immédiate et inconditionnelle.

Lire la suite : RFI, 07/10/2020.


Viêt-Nam. Une éminente défenseure des droits humains a été arrêtée et risque fortement d’être torturée.

“L’arrestation de Pham Doan Trang est inacceptable. Elle est l’une des grandes figures de la défense des droits humains au Viêt-Nam. Elle est un modèle pour les innombrables jeunes militant·e·s qui réclament un Viêt-Nam plus juste, plus inclusif et plus libre”. Ming Yu Hah, directrice régionale adjointe pour le travail de campagne à Amnesty International

Lire la suite : Amnesty International, 07/10/2020.

André Menras : “Việt Nam: Tiếng gào thét từ bên trong” [2020]

[ndlr] Le nouveau film d’André Menras mis en ligne sur YouTube en février 2020 donne la parole à une génération de dissidents, de pêcheurs et de paysans vietnamiens en lutte contre l’injustice sociale et foncière ainsi que contre l’expansionnisme chinois. Ce film politique dénonce l’accaparement des terres des paysans et l’autoritarisme de l’Etat-Parti à travers des témoignages exceptionnels rarement présentés. Il a une valeur historique.

les irréductibles “amis du Viêt-Nam Libre” – Lyon, 20 octobre 2019

Pour protester à la fois contre la politique du régime communiste vietnamien (RSVN) et à l’expansionnisme de Pékin (RPC) en mer de Chine méridionale, des Vietnamiens exilés se retrouvent presque toutes les fins de semaine sur le parvis des Droits de l’Homme au Trocadéro à Paris. Résilients à tout, qu’il pleuve, qu’il vente ou que le soleil brille, ils se font le relais de la protestation interne complètement étouffée au Viêt-Nam.

Cette semaine, les organisateurs de ces happenings politiques, sorte d’agit-prop anti-communiste, sont descendus sur Lyon en mobilisant une poignée de Vietnamiens de l’agglomération.

Dans l’Appel à cette manifestation du dimanche 20 octobre 2019, organisée par “Les amis du Viêt-Nam Libre”, l’expansionnisme de la “Chine rouge” contre le Viêt-Nam était souligné. Quatre dates clés rappelaient la politique de fait accompli chinoise menant à la perte de territoire sur la frontière nord et dans la partie de la “Mer de l’Est” sous souveraineté vietnamienne :

1974 : les îles Paracels,

1979 : la porte de Nam Quan, les chutes de Ban Gioc, les zones frontalières du Nord du Viêt-Nam après la guerre éclair sino-vietnamienne en 1979,

1988 : les îles Spratleys,

2019 : les récifs de corail Vanguard Bank.

Extrait du tract diffusé le 20/10/2019 place Bellecour à Lyon1.
Copie d’écran du reportage d’Albert Goulain © DR

La perte de ses territoires terrestres et maritimes a soulevé beaucoup d’émois au Viêt-Nam tout comme dans la communauté exilée depuis les premières manifestations massives anti-chinoises en 2011 et celles plus violentes de 20142. Face à ces protestations de rue à caractère insurrectionnel (voir les grandes manifestations de 2014 et 2018), le pouvoir politique vietnamien a mobilisé l’ensemble des forces de sécurité, policière et militaire, pour étouffer dans l’œuf la voix des blogueurs, activistes sociaux et intellectuels critiques. Cette répression régulière et accrue ces dernières années a eu pour effet d’amoindrir considérablement les mouvements de protestations dans le pays. Les dissidents les plus influents ont été expulsés du pays ou croupissent dans les camps de prisonniers. Et de fait, aujourd’hui la réaction à l’affaire de Vanguard Bank reste modique dans le pays comme à l’extérieur dans l’espace transnational vietnamien3.

A Lyon, les manifestants, près d’une quarantaine, vilipendèrent la faiblesse de la réaction du gouvernement vietnamien face à ces actes belliqueux de Pékin tout en condamnant le régime autoritaire pour sa répression continue des “patriotes”.

Au delà de cette inquiétude légitime relayée par nombre d’intellectuels depuis l’intérieur du pays, les “irréductibles” d’aujourd’hui lièrent cette protestation anti-chinoise aux problématiques écologiques qui traversent la société vietnamienne dans son ensemble :

En même temps, les communistes vietnamiens ont laissé entrer sans visa des Chinois au Viêt-Nam pour y construire des usines polluant l’environnement sur terre et en mer. Parallèlement avec cette lâcheté devant l’ennemi, ces mêmes forces brutales ont utilisé la Loi Cyber-Sécurité [entrée en vigueur en janvier 2019] pour exercer des oppressions, emprisonnements contre les activistes pacifistes qui ont milité pour la Démocratie, la Liberté sur les trois zones (Nord-Centre-Sud) de la Patrie, la protection de l’environnement ! [référence au projet des trois Zones économiques spéciales concédées à Pékin pour une durée de 99 ans]4

Extrait du tract du 20/10/2019, parties en français et en anglais.

Si le caractère folklorique de ce happening politique peut faire sourire ou étonné (notamment par les références à l’ancienne République du Viêt-Nam conquise en 1975 par les forces communistes), il n’en reste pas moins que le message vise avant tout les compatriotes à l’intérieur du pays, premières victimes de la politique gouvernementale et de la corruption :

A l’étranger, nous, les Vietnamiens en exil à cause de la catastrophe communiste, n’oublions jamais nos compatriotes au pays. Nous avons soutenu et nous soutiendrons toujours notre Peuple qui est en train de faire face au pouvoir oppressif dans des difficiles conditions voire dangereuses pour la vie.

Extrait du tract diffusé le 20/10/2019.

D’aucun verront dans ces paroles, une amertume accumulée pendant des décennies suite à la chute de Saigon le 30 avril 1975 vécue comme une “catastrophe” pour l’ensemble du pays, d’autres, que ce message possède une portée plus historique, liant le drame vietnamien du XXe siècle (guerre d’indépendance, guerre civile, boat people, disparition de toute possibilité de pouvoir démocratique) à l’avènement d’un pouvoir autoritaire sans partage désormais pieds et poings liés avec Pékin5.

Autour d’une quarantaine de manifestants, le happening dura près de deux heures entre l’installation des panneaux, de la sono et des drapeaux du Viêt-Nam libre (le drapeau jaune au trois bandes rouges), français ou américain. Débutant par une cérémonie en hommage à l’ancienne République du Viêt-Nam (1955-1975), au son de son hymne national, une minute de silence fut observée pour les “combattants sacrifiés pour la juste cause”. Entre discours offensifs et chansons de lutte, une série de slogans contre l’expansionnisme chinois ou contre le pouvoir communiste vietnamien résonnèrent avec emphase sur la place Bellecour. Chacun pouvait noter la grande détermination des quatre femmes au micro, relayées par l’ensemble de l’assemblée.

Aperçu de la tribune de la manifestation du dimanche 20 octobre 2019 à Lyon.

Un grand panneau explicatif en français destiné aux passants exposait les raisons de cette mobilisation (Qui sommes nous ? ; Que voulons nous ?…). Dans le public, deux jeunes françaises spectatrices, familières du drapeau du Viêt-Nam socialiste, s’interrogeaient sur la signification du drapeau jaune à trois bandes rouges, emblème de la communauté vietnamienne réfugiée avant de souhaiter bonne chance aux participants. Des touristes américains, en provenance du Minnesota, s’intéressèrent à la manifestation. Une femme me glissa à l’oreille un “sorry” pour l’effroyable guerre du Viêt-Nam qui résonnait encore dans son esprit. Un français d’un certain âge, frappé par la présence des drapeaux jaunes, applaudit à la résilience de Saigon. D’autres passants étaient intrigués par la juxtaposition d’une manifestation vietnamienne et d’une manifestation libanaise (de l’autre côté de la statue de Louis XIV) le même jour sur une place Bellecour transformée en étendard coloré de la contestation.

Dans l’assemblée, on put remarquer la présence de M. Duong Van Loi, réfugié, ancien prisonnier évadé des camps de rééducation vietnamien, défilant malgré son grand âge6. En fin de happening, les organisateurs MM. Nguyen Anh Tai et Dang Mau Vinh remercièrent les manifestants et les invitèrent à un moment de convivialité autour d’un verre et de quelques mets vietnamien. Si à l’avenir la communauté vietnamienne de Lyon répond présent, ils seront prêts à initier une nouvelle protestation de ce type pour mobiliser les consciences et ceci jusqu’à “la chute du régime”.

Près de quarante cinq ans après la chute de Saigon, les “irréductibles” n’ont donc pas encore dit leur dernier mot.

FG, 20/10/2019.

Notes

  1. Sur les agressions de pêcheurs vietnamiens, voir la chronologie établie par André Menras : “Chronologie non exhaustive des agressions chinoises sur les pêcheurs du Centre Vietnam (2002-2014)” []
  2. Voir sur Mémoires d’Indochine : “Expéditions punitives antichinoises sur fond de frustrations vietnamiennes”, 17/05/2014 []
  3. Voir sur Mémoires d’Indochine : “Viêt-Nam : Feu vert pour protester contre le fait accompli Chinois en Mer de Chine ? []
  4. Sur ce dernier point, voir le dossier de la BBC, programme en vietnamien []
  5. Voir nos analyses : “L’urgence démocratique – Le regard de la dissidence sur la crise sino-vietnamienne”, 27/05/2014 et “Viêt-Nam : le casse-tête chinois”, 29/06/2014 []
  6. Sur le site de France Terre d’Asile, témoignage en ligne de Duong Van Loi sur la condition des prisonniers : “La bouillabaisse” et auteur de L’ hélicoptère de la liberté: de la Porte du Ciel (Cong Troi) à la Porte de Chine. Aventure vécue d’un prisonnier politique échappé du camp de la mort, Paris, Les éditions La Bruyère, 1990 []

Benedict Kerkvliet: Speaking Out in Vietnam Public Political Criticism in a Communist Party–Ruled Nation

Avis de parution d’une nouvelle étude de Benedict J. Tria Kerkvliet. Présentation de l’éditeur ci-après.

Since 1990 public political criticism has evolved into a prominent feature of Vietnam’s political landscape. So argues Benedict Kerkvliet in his analysis of Communist Party–ruled Vietnam. Speaking Out in Vietnam assesses the rise and diversity of these public displays of disagreement, showing that it has morphed from family whispers to large-scale use of electronic media.

In discussing how such criticism has become widespread over the last three decades, Kerkvliet focuses on four clusters of critics: factory workers demanding better wages and living standards; villagers demonstrating and petitioning against corruption and land confiscations; citizens opposing China’s encroachment into Vietnam and criticizing China-Vietnam relations; and dissidents objecting to the party-state regime and pressing for democratization. He finds that public political criticism ranges from lambasting corrupt authorities to condemning repression of bloggers to protesting about working conditions. Speaking Out in Vietnam shows that although we may think that the party-state represses public criticism, in fact Vietnamese authorities often tolerate and respond positively to such public and open protests.

Contents:

List of Illustrations
Acknowledgments
List of Abbreviations
Introduction: Political Criticism and the Party-State
1. Labor: Protesting Working and Living Conditions
2. Land: Defending Farms and Opposing Corruption
3. Nation: Protecting Vietnam and Questioning the Party’s Patriotism 
4. Democratization: Advocating Regime Change
5. Party-State Authorities: Treatment of Regime Critics
6. Reprise and Prospects
Appendix: Cited Party-State
Newspapers
Notes
Index

Source : Cornell University Press

UE : Appeler le Vietnam à améliorer son bilan en matière de droits humains

Communiqué de Human Rights Watch au sujet de la répression continue de la dissidence au Viêt-Nam.

La répression systématique dans ce pays s’est intensifiée avant la tenue du Dialogue UE-Vietnam

(Bruxelles, le 4 mars 2019) – L’Union européenne devrait interpeller le gouvernement vietnamien au sujet de plusieurs questions relatives aux droits humains, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui, alors que doit débuter à Bruxelles le 8ème cycle du Dialogue UE-Vietnam sur les droits de l’homme.

Dans un document soumis à l’UE, Human Rights Watch a notamment recommandé que ses représentants appellent le Vietnam à libérer immédiatement les prisonniers politiques, cesse de réprimer la liberté d’expression, d’association, de réunion et de circulation, s’abstienne de toute tentative d’ingérence dans les affaires religieuses, et prenne des mesures concrètes pour mettre fin aux violences policières.

« Au cours des dernières années, le Vietnam a intensifié sa répression contre les activistes qui militent pour des droits civils et politiques fondamentaux, les condamnant souvent à de lourdes peines de prison », a déclaré Phil Robertson, directeur adjoint de la division Asie de Human Rights Watch. « L’UE devrait rappeler au Vietnam que des améliorations significatives en matière de droits humains sont une condition essentielle du renforcement des relations politiques et économiques bilatérales. »

En 2018, les autorités vietnamiennes ont recouru de manière abusive à certaines lois pour condamner au moins 42 défenseurs des droits humains et blogueurs à des peines de prison.  Ce chiffre est près du triple du nombre de condamnations prononcées contre des activistes vietnamiens en 2017.

Lire la suite : HRW