Archives par mot-clé : disparition

Disparition de l’historien vietnamien Đào Hùng (1932-2013)

[ndlr] Annonce de la triste disparition le 17 décembre 2013 de l’historien vietnamien Đào Hùng, fils de Đào Duy Anh et rédacteur en chef adjoint de la célèbre revue d’histoire Tạp chí Xưa và Nay [Jadis et Aujourd’hui]. Hommages.

NhasuhocDaoHung

 

TIN BUỒN  Chúng tôi vô cùng kính tiếc báo tin:

Nhà sử học, Nhà báo, Dịch giả

ĐÀO THẾ HÙNG

(ĐÀO HÙNG)

sinh năm 1932, nguyên quán Khúc Thủy, 

huyện Thanh Oai, Hà Nội

Phó Tổng biên tập Tạp chí Xưa & Nay

đã từ trần hồi 17h07 phút ngày 17 tháng 12 năm 2013

tại Hà Nội, hưởng thọ 82 tuổi.

Lễ viếng từ 09h00 đến 11h00, Thứ Bảy ngày 21.12.2013
tại Nhà tang lễ Bệnh viện Bạch Mai, Hà Nội

Trong giờ phút đau buồn này, chúng tôi thành kính dâng lời cầu nguyện anh linh Nhà sử học Đào Hùng thanh thản về cõi vĩnh hằng. Xin nghiêng mình chia buồn cùng bà quả phụ Công Huyền Tôn Nữ Nghi Trinh và các con cháu trong đại gia đình.

Source : Nguyen Xuan Dien Blog, 18/12/2013.

Voir aussi : Nhà sử học Đào Hùng qua đời, Dân Trí, 18/12/2013.

* * *

Hommages

Very sad news from Prof. Phan Huy Le regarding Dao Hung (Dao The Hung). Dao Hung was the long-time editor of Xua & Nay, the organ of the Association of Vietnamese Historians. This task is now the responsibility of his son Dao The Duc. Besides Duc, who received his Ph.D. in Anthropology from the University of Washington, Dao Hung leaves behind his wife Ton Nu Nghi Trinh, a wonderful cook who specializes in the cuisine of Hue and in particular palace cuisine, and his daughter Hong Mai, a French-trained economist.

Dao Hung was the son of Dao Duy Anh. While his brother Dao The Tuan was allowed to remain in Moscow to study agronomy in the aftermath of the Nhan Van affair, the younger Hung spent ten years exiled from Hanoi. I used to visit Hung every time I was in Hanoi. Hung had an inexhaustible fund of stories regarding Vietnamese history (and seemed to know all the Trostkyists living in France). He will be greatly missed.

Hue Tam Ho Tai (Harvard University)

* * *

J’ai appris hier le décès de mon vieil ami Dào Hùng. Voilà vingt-cinq ans que je le voyais de manière régulière et vingt-cinq ans qu’après chaque rencontre, toujours éblouissante, truffée de surprises et d’informations, fraternelle en diable et cocasse à la folie, je me disais : « S’il y a bien un esprit libre au Vietnam, et rebelle, et drôle, et vert, c’est lui ! ».

La dernière fois, nous avions fait un petit tour en mobylette, ensemble, mais j’ai vite vu qu’il était épuisé et qu’il valait mieux aller boire un café, tranquillement, et discuter le coup assis. Oh ! il touillait encore très bien son mélange de facéties, d’intelligence et de provocations ! Mais il le touillait plus lentement et, comment dire ?, avec moins de flammes et en le coupant d’eau. Il était exténué, fourbu, un peu triste et comme pris dans une pâte collante de pessimisme.

Depuis hier, le téléphone, le mail, les SMS, bref : les mille tentacules vivants qui relient le Vietnam à l’extérieur et les chercheurs entre eux, s’agitent en tous sens pour porter la mauvaise nouvelle et s’en affliger. Il faut dire que Hùng était aimé, énormément, pour lui-même, à l’unanimité. Le temps avance et les générations passent, certes, mais on voit mal comment se consoler d’une disparition qui nous laissera longtemps, à la mesure de l’homme magnifique qu’il était, inconsolables.

Philippe Papin (Ecole Pratique des Hautes Etudes)

* * *

I was very sad to hear of the passing of Dao Hung, respected writer, translator and editor.  I first met Dao Hung in 1978, and from then on always looked forward to our lively, informative talks on each visit to Hanoi.  He had a fine sense of humor, which helped me see even the most boring official pronouncements in a different light.

David G. Marr (Australian National University)

Le Laos doit garantir le retour d’un dirigeant de la société civile victime de disparition [AI]

Logo_AmnestyInternationalLe gouvernement du Laos doit prendre immédiatement des mesures pour garantir le retour sain et sauf de Sombath Somphone, un dirigeant de la société civile qui a très probablement été victime d’une disparition forcée et qui se trouverait entre les mains des autorités, écrit Amnesty International dans un nouveau rapport rendu public jeudi 13 juin 2013.

Ce document, intitulé Caught on Camera, étudie en détail le cas de Sombath Somphone, enlevé il y a six mois, le 15 décembre 2012 dans la soirée, en présence de membres des services de sécurité.

« D’après les preuves dont nous disposons, la conclusion la plus plausible est que Sombath Somphone a été victime d’une disparition forcée, imputable à des agents de l’État, a déclaré Rupert Abbott, chercheur d’Amnesty International sur le Cambodge, le Laos et le Viêt-Nam.

« Il appartient au gouvernement du Laos d’exiger publiquement qu’il soit libéré immédiatement et sans conditions et qu’il puisse rejoindre sa famille sain et sauf.

« Les autorités laotiennes doivent aussi mettre sur pied une nouvelle commission indépendante et la charger d’enquêter sur cette affaire, de veiller à ce que Sombath Somphone revienne sain et sauf auprès des siens et de faire juger, au cours de procès équitables, les personnes présumées responsables de sa disparition forcée.

Aux termes du droit international, on parle de disparition forcée lorsqu’une personne est arrêtée et détenue par des représentants de l’État ou leurs agents et que ceux-ci refusent de reconnaître la détention ou de révéler où se trouve la personne en question, ou ce qu’il lui est arrivé.

La disparition de Sombath Somphone a été enregistrée par une caméra de vidéosurveillance. Lorsque les séquences ont été montrées à la famille, celle-ci a pu les filmer à partir de l’écran.

L’enregistrement montre que Sombath Somphone a été arrêté à un poste de police à Vientiane, la capitale. Quelqu’un est parti au volant de sa voiture après qu’il en est sorti pour parler avec un policier. Trois hommes, dont Sombath Somphone, sont montés dans une camionnette munie d’un gyrophare, qui a suivi une moto dont le passager semblait tirer des coups de feu en l’air.

« Il est très préoccupant de constater que Sombath Somphone a été enlevé alors qu’il se trouvait devant un poste de police au centre de la capitale, et que la police n’a rien fait pour s’y opposer.

« Les propos de la police, selon lesquels la situation est normale, est absurde compte tenu des faits, notamment des coups de feu qui auraient été tirés sur les lieux. »

L’apparente implication des autorités laotiennes dans la disparition est étayée par le fait que la police n’a mené aucune enquête sérieuse sur l’affaire, qu’elle tenterait ainsi d’étouffer.

Les autorités ont rejeté les offres d’assistance venues de l’extérieur, notamment pour analyser les images originales du système de vidéosurveillance.

« Le gouvernement du Laos doit maintenant faire en sorte que Sombath Somphone retourne sain et sauf auprès de sa famille. Tant que ce ne sera pas le cas, les critiques autour de sa disparition ne faibliront pas », a ajouté Rupert Abbott.

Peu de temps avant sa disparition, Sombath Somphone avait réalisé une étude dans tout le pays pour tenter de mesurer le bonheur à travers le Laos. Il avait également participé à la préparation du plus grand événement de la société civile jamais organisé dans son pays, le Forum des peuples Asie-Europe (AEPF), qui s’est tenu en octobre 2012.

Les participants au Forum ont été harcelés et des agents de sécurité ont saisi des exemplaires du document contenant les conclusions de l’étude de Sombath Somphone sur la vision du peuple laotien.

Peu après, le 7 décembre 2012, le gouvernement du Laos a expulsé du pays une femme qui travaillait dans le domaine du développement international, après qu’elle eut mis l’accent sur le peu de place réservé au débat dans le pays, et sur les conséquences de cet état de fait pour ceux qui s’expriment.

« La disparition forcée de Sombath Somphone semble être un maillon dans une chaîne d’événements destinée à réprimer la société civile et à restreindre la liberté d’expression au Laos, a dit Abbott.

« La communauté internationale devrait profiter de toute occasion qui se présente pour exiger des autorités laotiennes qu’elles respectent les droits à la liberté d’expression, d’association et de réunion pacifique. »

Complément d’information
. Laos: Caught on Camera – The Enforced Disappearance of Sombath Somphone, rapport d’Amnesty International, 13 juin 2013.
. Rapport 2013 d’Amnesty International – Laos.
. On est sans nouvelles d’un Laotien enlevé, action urgente d’Amnesty International, 18 janvier 2013.

PRE01/280/2013
13 juin 2013

Ils ne l’oublient pas : à la recherche de Sombath Somphone

SombathLa disparition de Sombath Somphone, responsable d’une ONG laotienne, le 15 décembre 2012 a soulevé beaucoup d’émotions à Vientiane mais également sur le plan international. De nombreux articles ont été publiés depuis ce jour pour tenter de comprendre ce qui est aujourd’hui considéré comme un enlèvement par la police. La presse en langue française a consacré plusieurs articles sur cette mystérieuse affaire.

En particulier, Le Petit Journal, édité à Bangkok, d’autres médias nationaux ou des sites militants ont rappelé les conditions de cet enlèvement dans le but d’informer mais aussi de protéger ce militant dans le but de favoriser son éventuel retour.

Nous commençons cet aperçu par le signalement du site Sombath.org dédié à cette personnalité très respectée. Sombath Somphone été l’une des principale figure du Forum populaire Asie-Europe (AEPF) réuni à Vientiane en octobre 2012.

Where is Sombath?

Sombath Somphone was last seen in Vientiane on the evening of Saturday 15th December when he was driving home in his jeep.  His family and friends immediately contacted the police, visited hospitals, and informed Embassies, but nobody knew where Sombath had gone.

Two days later, CCTV footage became available that showed Sombath being stopped by police and then abducted.  The video can be seen here. [voir ci-dessous]

 Sombath is a friend, colleague and a visionary who has spent his life working for his people and country. This website hopes to facilitate his return to his family and work.

Lire la suite : Sombath.

 

A newspaper clipping about missing Lao activist Sombath Somphone. © ABC
A newspaper clipping about missing Lao activist Sombath Somphone. © ABC

 

Laos – Absence inexpliquée d’une figure respectée de la société civile

Depuis samedi 15 décembre, l’absence inexpliquée de Sombath Somphone suscite une inquiétude à la mesure de sa notoriété. Après avoir bénéficié de bourses pour étudier aux États-Unis, ce fils de paysans s’efforçait de promouvoir tant l’éducation des plus défavorisés que de susciter des débouchés pour les productions locales notamment à travers le Centre de formation pour un développement participatif (PDTC) fondé en 1996. Cette organisation est devenue une inspiration pour les organisations non gouvernementales et travailleurs sociaux oeuvrant au Laos qui sollicitaient fréquemment les conseils de Sombath devenu une référence avant même que ne lui soit attribuée une des plus importantes distinctions en Asie, le prix Ramon Magsaysay for Community Leadership. Samedi dernier cette figure de la société civile laotienne n’a pas regagné son domicile dans la capitale laotienne où il était pourtant attendu par son épouse singapourienne.

Lire la suite : Le Petit Journal, 20/12/2012.

 

Laos – La dignité des peuples de l’ASEAN insultée par la disparition de Sombath

C’est à l’échelle de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est que les défenseurs des droits de l’Homme thaïlandais ont désormais choisi d’évoquer la disparition de Sombath Somphone. On est toujours sans nouvelles de ce directeur d’une organisation non gouvernementale laotienne depuis que sa jeep a été stoppée le 15 décembre 2012 devant un poste de police à Vientiane. Selon Jon Ungphakorn, il faut en finir avec le principe de non-ingérence qui préside aux relations entre les membres de l’ASEAN. Et pour Angkhana Neelapaijit, épouse du président de l’association des avocats musulman disparu en 2004 à Bangkok « les cas de Sombath et de mon mari sont similaires: un avertissement à tous ceux qui défendent les droits des autres« .

Lire la suite : Le Petit Journal, 11/01/2013.

 

Laos : le militant Sombath Somphone ne répond plus

Les Laotiens de Vientiane en parlent à mots couverts et en lançant des coups d’œil furtifs autour d’eux. Mais dans cette capitale aux allures de gros village, le nom de Sombath Somphone est présent dans beaucoup d’esprits. Ce militant, qui a créé en 1996 une ONG dans le domaine de la formation et du développement rural, a disparu depuis le 15 décembre. Un clip enregistré par une caméra de circuit fermé et diffusé sur YouTube montre les dernières images que l’on a de lui : un policier en moto lui intime l’ordre de descendre de sa jeep, puis Sombath, encadré par deux hommes, grimpe dans un véhicule utilitaire.

Lire la suite : Libération, 16/01/2013.

 

Laos: Où est Sombath Somphone?

Sombath Somphone, économiste et formateur sur le développement laotien, a été vu pour la dernière fois le 15 décembre 2012. Un mois après sa mystérieuse disparition, ses amis et partisans du monde entier demandent au gouvernement laotien d’intensifier les recherches pour le retrouver.

Sombath Somphone a été vu pour la dernière fois à Vientiane dans la soirée du samedi 15 décembre alors qu’il rentrait chez lui au volant de sa jeep. Sa famille et ses amis ont tout de suite averti la police, fait le tour des hôpitaux et informé les ambassades, mais personne ne savait où était Sombath.

Deux jours plus tard, des images sur CCTV (chaîne d’information chinoise) montraient Sombath arrêté par la police et enlevé.

Sombath a créé le Centre Participatif de Formation au Développement au Laos et son travail d’une vie entière sur l’éducation et le développement local a été reconnu par le prix Ramon Magsaysay qui lui a été décerné en 2005. Ce prix est l’équivalent asiatique du Prix Nobel pour le leadership communautaire.

Lire la suite : AlterAsia, 20/01/2013.

 

Sombath, le disparu de Vientiane

Depuis bientôt trois mois, Sombath Somphone, 62 ans, personnalité éminente de la société civile du Laos, militant écologiste et de la cause du développement durable, figure mondialement reconnue par ses pairs comme incarnant la voix déterminée des paysans les plus pauvres de son pays, a disparu. Le 15 décembre 2012, il a pris sa voiture et s’est évaporé.

Les dernières images que l’on a peut-être de lui sont celles, floues, de caméras de surveillance filmant un homme qui pourrait être Sombath à un poste de police où il venait de s’arrêter pour montrer ses papiers lors d’un contrôle sur une grande avenue de Vientiane, la capitale du Laos.

Lire la suite : Le Monde, 08/03/2013, par Bruno Philip.

 

Training for youth and development workers © Sombath.org
Training for youth and development workers © Sombath.org

 

Laos – La disparition de Sombath déclenche l’angoisse de la société civile

Un mois après la disparition mystérieuse du militant Sombath Sompone, la société civile du Laos vit dans la peur bien que le régime communiste assure qu’il n’a rien à voir avec les faits.

Cet homme de 62 ans, fondateur de l’organisation non gouvernementale Participatory Development Training Centre (PADETC), militant pour un développement durable, a disparu à Vientiane le 15 décembre dernier alors qu’il rentrait chez lui en voiture.

Des images de cameras de surveillance, obtenues par la famille de Sombath et mises en ligne sur Internet, le montrent se faire emmener depuis un poste de police par deux individus non identifiés. Il n’a pas réapparu depuis.

Lire la suite : Le Petit Journal, 18/03/2013.

 

Laos: John Kerry exige des explications sur la disparition d’un militant de la société civile

Cent jours exactement après la disparition au Laos du militant Sombath Somphone, le secrétaire d’Etat américain John Kerry est directement intervenu auprès des autorités laotiennes pour exiger des explications sur son sort. C’est la seconde requête des Etats-Unis auprès de Vientiane sur cette affaire.

Lire la suite : RFI, 25/03/2013.

 

Disparition de Sombath Somphone au Laos – Les Etats-Unis haussent le ton

Le secrétaire d’État américain aux Affaires étrangères a demandé au gouvernement laotien de retrouver sans délai un directeur d’ONG disparu voici 100 jours.

Les proches de Sombath Somphone sont sans nouvelle de lui depuis le 15 décembre. Ce directeur d’ONG spécialisée dans le développement durable a disparu à Vientiane alors qu’il rentrait chez lui au volant de sa jeep. Des images de vidéo-surveillance ont montré son véhicule garé devant un poste de police, et Sombath Somphone emmené par deux hommes dans une autre voiture. Des organisations de défense des droits de l’homme telles que Human Rights Watch accusent le gouvernement laotien d’être à l’origine de cette disparition. Ce que celui-ci nie farouchement.

Lire la suite : Le Petit Journal, 26/03/2013.

 

Pour en savoir plus :

* * *