Archives par mot-clé : Dien Bien Phu

Dien Bien Phu vu d’en face – CR de lecture par Camille Belléguic

Cet ouvrage est un recueil de témoignages réalisé par une équipe de sept journalistes vietnamiens indépendants de décembre 2007 à février 2009 auprès de vétérans de la bataille de Ðiện Biên Phủ. Il est le fruit de 250 entretiens, dont un auprès du général Võ Nguyên Giáp ; 161 ont été retenus pour la version vietnamienne et 88 pour la version française. Ils sont classés par ordre chronologique au fil du déroulement du conflit.

L’objectif affiché du livre est de rompre avec les fausses représentations autour du conflit, qu’elles soient françaises ou vietnamiennes. D’une part, du point de vue français, il vise à combattre l’oubli par la société française de cette histoire coloniale et l’indifférence dans laquelle fut accueillie la nouvelle de la défaite de Ðiện Biên Phủ. D’autre part, du point de vue vietnamien, il entend offrir un autre point de vue que celui de l’histoire officielle et héroïsante des soldats pour réévaluer, grâce à la mémoire de ceux-là, la part de simplicité et d’humanité derrière chacun d’eux. Ðào Thanh Huyn écrit à ce propos : « Il existe dans mon pays plusieurs ouvrages sur Ðiện Biên Phủ […] mais souvent ils parlent d’une population, d’une masse, d’une communauté. […] Dans notre livre, les témoins sont de toutes fonctions et de tous grades. Ils parlent à la première personne du singulier. Ils ne racontent pas un héroïsme sublime et surhumain »[1]. Cette volonté affichée de réaliser une micro-histoire a pour but de rendre compte de la réalité du terrain vécue par des individus confrontés à la guerre afin, sans doute, de critiquer l’histoire vue d’en haut. Jean-Pierre Rioux justifie cette entreprise de la manière suivante dans la préface : « la vérité quelle qu’elle soit, comme on disait jadis au fond des campagnes françaises et vietnamiennes, ‘‘n’a qu’un chemin’’. Et surtout pas celui, trop balisé, de l’histoire officielle, avec ses mensonges déconcertants »[2].

La structure de l’ouvrage reprend celle du conflit autour de Ðiện Biên Phủ : d’abord, la parole est rendue aux non-soldats participant au conflit, notamment les dân công(civils en service au front dits « travailleurs civiques »), puis la préparation de la campagne est abordée, enfin ce sont les expériences de la bataille en elle-même dont il est question.

« Tout un peuple s’en va au front »

Le premier élément à noter à la lecture des occupations des témoins est leur grande diversité. L’organisation du combat dépassait largement les bộ đội (soldat) et cán bộ (cadre), et tout un ensemble de professions étaient requises. Tout d’abord, les dân công aidaient à transporter et à acheminer armes, vivres, vêtements et matériel divers pour le front, dans des quantités qui devaient être suffisantes pour tenir longtemps. Ils marchaient jusqu’à 30 kilomètres par nuit en portant 40 kilogrammes d’équipement et de vivres. Au sujet de l’équipement individuel minimum nécessaire pour les soldats, on apprend en outre ce à quoi pouvait ressembler les conditions de vie de chacun : « Sans compter les armes et les munitions, les vêtements, la moustiquaire et une couverture, chaque soldat doit aussi emporter un boyau de riz pesant au moins 12 kg, et une pelle ou une pioche à manche courte pour creuser des abris. De plus, chacun se munit d’un tube de bambou contenant l’eau potable. Moi qui suis un musicien en herbe, je transporte aussi une mandoline »[3].

Cela évoque une autre activité à laquelle on s’attend moins, celle d’artiste. Des danseurs et musiciens accompagnaient le mouvement des troupes, jouaient pour les blessés ou les soldats qui allaient partir à l’assaut, vivant dans la même peur de se faire repérer par les avions. Bien qu’appréciés par les bo doi, ils ne jouirent pas du même statut qu’eux. Un artiste l’explique : « On tombe amoureux mais on ne peut l’exprimer. Dans mon groupe, il y a une jeune fille qui m’aime bien. […] La cellule du Parti me rappelle à l’ordre tout de suite. […] Les combattants se sacrifiaient plus que nous les artistes, c’est pourquoi j’admettais tout de suite la critique »[4]. Outre le divertissement, l’information avait un rôle primordial, et des journalistes étaient présents dans les tranchées. Suivant les directives éditoriales des commissaires politiques, ils fabriquaient leur journal de manière artisanale et montèrent un système de facteurs de sorte que chaque compagnie en eût au moins un exemplaire. Enfin, à l’instar des journalistes, le personnel médical au front connaissait les mêmes pénuries de matériel et devait se débrouiller pour réaliser son travail, par exemple : « Pour arrêter les hémorragies des membres supérieurs, nous plaçons des morceaux de calebasse ou de noix de coco autour des coudes et nous servons de pansements pour faire une ligature »[5].

« Histoires de soldats »

La campagne de Ðiện Biên Phủ commença le 20 novembre 1953 avec le parachutage de soldats français dans la cuvette. Le général Giáp écrit dans ses mémoires : « Le parachutage ennemi à Ðiện Biên Phủ faisait partie de nos prévisions, même si nous ignorions la date et le lieu exacts »[6]. Les témoignages tendent pourtant à remettre en question cette lucidité et montrent davantage une surprise de la part du Việt Minh : « Tant le service des renseignements que le Comité militaire central sont surpris du parachutage français à Ðiện Biên Phủ »[7].

La préparation de la campagne fut l’occasion de découvrir le potentiel militaire de l’Armée populaire par ses propres soldats : certains voyaient des canons et de la DCA pour la première fois, d’autres vomissaient dans les camions car ils n’avaient jamais monté dedans auparavant… Le terrain difficile et la peur d’être attaqué rendaient l’acheminement des pièces d’artillerie plus difficile, mais la marche sur les routes représentait déjà une étape de la socialisation militaire : « Tout au long de la route règne une ambiance de fête »[8]. Ce terrain était également habité par des populations sans lien avec les troupes et c’était une partie du travail des commissaires politiques que de les acquérir à la cause du Việt Minh, à des fins aussi stratégiques qu’idéologiques : « Le Conseil provincial des ravitaillements […] décide de mobiliser les populations ethniques à soutenir l’armée […]. Les habitants du Nord-Ouest fourniront plus de 10 000 tonnes de paddy gluant et des centaines de tonnes d’autres aliments »[9].

Cette section accorde une place importante à la décision du général Giáp de changer de stratégie dans la bataille. Contre l’influence de conseillers chinois tels que Wei Guoqing, défendant l’idée « attaque éclair, victoire rapide », il décida le 26 janvier 1954 de repousser l’attaque sous le mot d’ordre « attaque sûre, progression sûre », car « si l’ennemi accepte de combattre à Ðiện Biên Phủ, c’est qu’il a choisi ce terrain »[10]. Bien que l’on puisse supposer que cette version des faits fût reconstruite a posteriori, elle semble confirmée par les témoignages des cadres présents lorsque la décision fut prise.

« Les 56 jours et nuits de la bataille »

Cette troisième partie relate principalement les expériences de combat des soldats. Chaque situation étant unique, il est difficile d’en faire une présentation générale ; néanmoins, quelques remarques générales peuvent être faites. Tout d’abord, d’un point de vue formel, la bataille consista à prendre dans un premier temps les trois collines occupées par les Français au nord de la cuvette. Ce fut une victoire amère, car si en moins d’une semaine cette offensive fut terminée, elle se paya au prix de violents combats : « Deux autres unités qui ont participé à l’attaque contre Him Lam sont décorées de la médaille du Mérite militaire de troisième classe tandis que la nôtre ne reçoit rien. […] La moitié de notre bataillon est morte ou blessée, nous sommes tous très tristes »[11]. Ce témoignage rend compte de l’état d’esprit des soldats prêts à partir à l’assaut, résumé dans le mot d’ordre suivant : herbe verte (mort) ou poitrine rouge (couvert de décorations)[12]. Une deuxième phase de l’offensive consista à empiéter de plus en plus grâce à une série de tranchées et de tunnels sur le territoire contrôlé par les Français, au point de couper la piste de l’aéroport. Enfin, la troisième offensive au début du mois de mai conclut la bataille grâce à l’arrivée de lance-roquettes et à l’acheminement d’une tonne de dynamite sous la colline Éliane 2, bastion longuement défendu par les Français. Le 7 mai l’état-major français fut capturé et le 8 mai s’ouvrit la conférence de Genève.

Ces témoignages rompent avec l’idée de l’héroïsme véhiculée par l’historiographie officielle vietnamienne. Même si les soldats considéraient comme héroïques leurs camarades « sacrifiés », ils n’en éprouvaient pas moins une certaine amertume relative à la violence de la guerre. En effet, dans la bataille, l’individu est nié et oublié à partir du moment où il meurt : « De jeunes volontaires demandant à être incorporés et des adolescents de 16 ans à peine ne savent pas encore comment tirer au fusil […]. Ces jeunes-là entrent dans la guerre et personne n’a le temps de connaître leur identité ou de prendre note de leurs faits d’armes »[13]. Cette question de l’oubli des morts semble hanter les combattants qui vivent au milieu des cadavres : « Je vis entre les morts. Plusieurs ont dû attendre quelques jours pour être ramenés en arrière, leur corps n’est plus intact. Beaucoup ne sont pas identifiés, car on n’a même pas eu le temps d’enregistrer le nom, l’âge ou le pays natal des nouvelles recrues. Il y en a qui restent à jamais sur cette colline, nous n’avons pas réussi à récupérer leur corps »[14]. Dans les tranchées, un respect se noue vis-à-vis des morts et de leurs corps : « nous avons vraiment marché sur le corps de nos ennemis mais aucun être humain n’est fier d’enjamber le corps inanimé d’un autre. […] On hésite à se déplacer entre les tranchées car la glaise colle aux semelles des chaussures et, dans cette boue, il y a du sang et de la chair de nos camarades de nos adversaires »[15].

Ce témoignage renvoie à une relation complexe à l’adversaire. L’ennemi est l’ennemi, mais au-delà de cette considération militaire, une forme de respect ambigu se nouait à l’égard des soldats français très semblables aux bộ đội : « On sait que ces gens, quand ils sont vivants, veulent nous tuer comme nous voulons les abattre. Mais mourants, mercenaires ou colonialistes, ils sont comme nous, des jeunes hommes qui n’ont pas encore de femme et qui invoquent leur maman avant de s’éteindre »[16]. Ce respect se maintint après la victoire, car après avoir frappé un prisonnier de guerre français qui ne comprenait pas le vietnamien, un bộ đội se fit réprimander : « Thi est sévèrement critiqué devant nous tous. Nous en tirons une leçon sur la politique du Parti et de l’État envers les prisonniers »[17].

Ainsi, cet ouvrage a un double intérêt : d’une part, à l’instar de tout recueil de témoignage de vétérans, il permet de se représenter la réalité du terrain de la guerre, et d’autre part, il se détache complètement de la mythologie de l’historiographie officielle de l’État vietnamien.

Camille Belléguic, promotion Asioc 2012-2013.

 


[1] Nguyên Xuân Mai, p. 83

[2] Lê Doan Khôi, p. 43

[3] Dào Thanh Huyên, p. 15

[4] Jean-Pierre Rioux, p. 9

[5] Lê Thê Trung, p. 48

[6] Võ Nguyên Giáp, p. 57

[7] Lê Trong Nghia, p. 67

[8] Pham Van Nhâm, p. 82

[9] Trân Thinh Tân, p. 93

[10] Võ Nguyên Giáp, p. 107

[11] Minh Cao, p. 150

[12] Dinh Van Dinh, p. 152

[13] Phan Thanh Tùng, p. 179

[14] Nguyên Nhu Thiên, p. 180

[15] Dô Ca Son, pp. 204-205

[16] Ibid.

[17] Trân Huu Duc, p. 239

Réf. :  Dào Thanh Huyên, Dang Dúc Tuê, Nguyên Xuân Mai, … [et al.], Dien Bien Phu vu d’en face. Paroles de bô dôi, Paris, Nouveau Monde éditions, 2010, 271 p.

Notice Sudoc

 

Éléments de bibliographie

  • BROCHEUX Pierre et al., Du conflit d’Indochine aux conflits indochinois, Bruxelles, Éditions Complexe, 2000.
  • DALLOZ Jacques, Dictionnaire de la guerre d’Indochine 1945-1954, Paris, Armand Colin, 2006.
  • SCHŒNDŒRFFER Pierre, La 317e section, France, 1965, 124 min.
  • TERTRAIS Hugues, Atlas des guerres d’Indochine, 1940-1990, De l’Indochine française à l’ouverture internationale, Paris, Éditions Autrement, 2004.

Camille Belléguic est étudiant en Master 2 à l’ENS de Lyon. Il a soutenu en 2012 un mémoire d’histoire contemporaine sur « La démocratisation de la Corée du Sud (1987-1988) » à l’IEP de Rennes. Ses recherches actuelles portent sur la normalisation des relations diplomatiques nippo-coréennes (1961-1965).

Mauvaise humeur : « Dien Bien Phu aérien, économique ou autoritaire ? »

A police officer blocks photographers at an anti-China protest in front of Hanoi’s Opera House on July 22. (Reuters/Nguyen Lan Thang)

Entre propagande commémorative et réponses concrètes à apporter aux exigences économiques, les dirigeants de la République socialiste du Viêt-Nam (RSVN) promettent un nouveau tour de vis autoritaire pour 2013.

En 2005, le général Vo Nguyen Giap souhaitait à ses dirigeants de remporter un Dien Bien Phu économique pour sortir son pays de la misère [1]. Avec une croissance « en berne à 5% », les autorités communistes ont préféré terminer l’année 2012 par une série de commémorations à la « victoire du Dien Bien Phu aérien » de 1972 [2]. Cependant cette fièvre commémorative qui coûte cher aux citoyens en énerve plus d’un au sein d’une société frappée par la crise, même chez les vétérans comme le rapporte l’article de Libération du 23 décembre 2012 [3]. Et il n’est pas sûr que la « reconnaissance éternelle » du Viêt-Nam (exprimée par le vice-Premier ministre Nguyen Thien Nhan) envers la Chine et l’URSS pour son soutien militaire et financier pendant la guerre n’apaise l’agacement de la population en ces temps de crispation idéologique [4].

Il est vrai que le million de jeunes qui entrent chaque année sur le marché du travail n’a pas connu la guerre et trouve difficilement sa place dans une société minée par la corruption (classée 123e sur 176 pays selon Transparency International). Entre une légitimité issue de la guerre de réunification martelée par les autorités communistes – légitimité surtout assurée par le redressement économique initié par la politique du Renouveau (décembre 1986) – et la réalité économique d’une économie de marché « à orientation socialiste » en fort ralentissement, le pouvoir devra faire des choix en 2013. Le problème reste que l’économie vietnamienne ne sert aujourd’hui que les intérêts d’une nomenklatura vorace et non ceux du peuple [5].

Le sobre Mea culpa du Premier ministre Nguyen Tan Dung en septembre pour sa mauvaise gestion économique a été remplacé en ce début 2013 par des menaces directes et ciblées contre la blogosphère, contre la formation d’une éventuelle opposition (qui ne pourrait être qu’illégale) et enfin contre tous ceux (en particulier les journalistes, voir le cas de Hoang Khuong) qui désireraient dépeindre l’Etat-Parti sous un angle négatif [6]. Ce haro sur les blogueurs et net-citoyens qui passent à tour de rôle devant le Tribunal du peuple avant d’être incarcérés pour des années prend une dimension dramatique. C’est ce que démontre l’humiliation subie par la jeune blogueuse Nguyen Hoang Vi violentée dans un commissariat de Ho Chi Minh-Ville [7]. Cette courageuse jeune mère de 21 ans a décidé de porter plainte contre ce poste de la Sécurité publique [8]. Dans le même temps, le PCV vient de lancer une grande consultation populaire pour amender la constitution que le blog des Citoyens-Journalistes a parfaitement illustré (ci-dessous).

Nguyen Phu Trong, le secrétaire général du PCV déclare :
« Sous le contrôle de l’armée et de la police, chers compatriotes soyez à l’aise pour contribuer à la révision de la constitution… »
Dessin PHO (Danlambao)

Sur le plan régional, les tensions répétées en Mer de Chine méridionale, la Mer de l’Est pour les Vietnamiens, continuent de faire de grosses vagues… La République Populaire de Chine, dans le déni de sa politique de fait accompli, fait désormais la leçon au Viêt-Nam sur ses médias officiels [9]. Elle l’invite, dans son propre intérêt, à arrêter ses « pitreries » de mauvais élève. S’octroyant le (nouveau) rôle de porte-parole du gouvernement et du peuple vietnamien, le général Nguyen Chi Vinh conseille à tous ceux qui seraient tentés de le faire de nouveau cette année de ne plus manifester contre la Chine [10]. Le ministère des Affaires étrangères vietnamien n’a plus son mot à dire ? Les cadres du parti et de l’armée populaire n’ont qu’à bien se tenir, « l’auto-évolution » (tự diễn biến) et « l’auto-transformation » (tự chuyển hóa) sont des syndromes formellement décrits comme présentant un risque incalculable pour la survie du PCV [11]. Les 100 intellectuels signataires de « l’Appel pour la protection des Droits de l’homme selon la Constitution au Viêt-Nam » du 28 décembre 2012 comprendront-ils le message ? [12] En 2013, plus de « pitreries vexatoires » envers la Chine, une « auto-évolution » en berne, pas d’opposition à l’Etat-Parti, pas d’attaques insensées contre la corruption de haut vol s’il vous plait. En RSVN, il n’y a décidément que des victoires à fêter.

FG, 05/01/2013

 

Notes

[1] Voir Richard Pétris, « Entretien avec le général Vo Nguyen Giap : ‘J’ai fait la guerre, mais c’était pour la paix’ », juillet 2005.

[2] Voir les dépêches de l’AVI (Agence vietnamienne d’information) sur le site Vietnam + : « Célébration de la victoire de  »Hanoi-Dien Bien Phu aérien », 29/12/2012 ; et pour ceux qui auraient oublié cette « épopée du XXe siècle » : « Ce que signifie “Diên Biên Phu aérien” », 25/12/2012.

[3] « Vietnam: le régime commémore la guerre, le pays attend la croissance », Libération, 23/12/2012. Voir également : Bruno Philip, « Le Vietnam enregistre sa plus faible croissance depuis treize ans », Le Monde économie, 25/12/2012.

[4] AVI, « Le Vietnam reconnaissant envers l’aide russe, chinoise », 28/12/2012.

[5] Voir les propos cinglants de l’économiste Nguyễn Xuân Nghĩa sur RFA : « Việt Nam đi hết chu kỳ » [Le Viêt-Nam a la fin d’un cycle], entretien avec Vũ Hoàng, RFA, 26/12/2012.

[6] Voir : « ‘Không để hình thành tổ chức chống phá’ » [Il ne faut pas laisser se former une organisation protestataire], VN Express, 18/12/2012 ; Khanh An, « Chống và chặn “đối lập” » [Contrer et bloquer ‘l’opposition’], RFA, 21/12/2012 et l’analyse de Mặc Lâm après les propos du Premier ministre au congrès de la Sécurité publique, « “Tổ chức đối lập chính trị” sao lại là tội phạm? » [‘Organiser l’opposition politique’ pourquoi serait-ce un crime ?], RFA, 18/12/2012.

[7] Voir son récit traduit sur le Blog Dân Làm Báo (Les citoyens-journalistes) : Nguyen Hoang Vi, « What happened on the day of the Appeal Hearing for the members of The Free Journalist Network », 05/01/2013, traduction de Hai Tran. Le site du parti Viet Tan en propose une traduction française : « Une blogueuse victime d’agression sexuelle au poste de police », 28/12/2012.

[8] Voir : « Blogger Nguyễn Hoàng Vi tố cáo công an vi phạm pháp luật », VNRs (Vietnamese Redemptorists’ News), 04/01/2013.

[9] Voir la dépêche de l’agence officielle Xinhua : « La Chine profondément préoccupée par une loi maritime du Vietnam », Le Quotidien du Peuple en ligne, 01/01/2013 et comme cadeau de Noël cet article en trois volets : « Que le Vietnam cesse ses pitreries vexatoires en Mer de Chine Méridionale ! », Le Quotidien du Peuple en ligne, 25/12/2012.

[10] Voir l’analyse des propos du général Nguyen Chi Vinh par Mac Lam, « Biểu tình chống Trung Quốc tại sao lại không nên? » [Manifestations anti-chinoises, pourquoi on ne devrait pas], RFA, 04/01/2013.

[11] Voir « “Tự diễn biến”, “tự chuyển hóa” là có thật và nguy hiểm khôn lường » [‘L’auto-évolution’, ‘l’auto-transformation’, sont réels et dangereusement incalculables], Tạp chí Cộng sản online, 28/12/2012.

[12] Mặc Lâm, « Trí thức Việt Nam lại lên tiếng » [Les intellectuels du Viêt-Nam redonnent de la voix], RFA, 28/12/2012.

« Thao, l’étrangère » par Caroline Grillot

Grillot, Caroline, Volées, Envolées, Convolées… Vendues, en fuite ou re-socialisées: les “fiancées” vietnamiennes en Chine. Paris: Connaissances et Savoirs, 2010. Extrait ci-dessous publié avec l’autorisation de l’auteure.

 

Thao « tây », l’étrangère (extrait : p. 152-154)

Simple vendeuse de rafraîchissements et de tabac à la buvette de trottoir du poste frontière de Hekou lors de notre première rencontre, Thao m’a très vite remarquée et s’est spontanément présentée à moi comme une « presque sœur », une fois mon identité française précisée. Son visage singulier m’avait d’ailleurs interpellée tandis que je commençais à m’informer sur les mariages mixtes auprès des Vietnamiennes présentes. L’appellation de « sœurs » entre femmes est courante lorsqu’une relation sympathique s’instaure – au Vietnam comme en Chine, cela ne m’aurait pas intriguée davantage si Thao n’avait précisé que son père était français, comme le mien. Un rapide calcul étonnait : née en 1971, de père français, à Yên Bái? Le Vietnam du nord se trouvait alors soumis aux bombardements intensifs des Américains, comment se pouvait-il qu’un Français résidât encore dans la région ? C’était méconnaître un pan de l’histoire coloniale, vite oublié, jamais enseigné. Petit à petit, au cours de dîners chez elle, de discussions fragmentées à la buvette, de retrouvailles au Vietnam à Yên Bái chez sa mère, Thao me révéla son histoire[1] enrichie peu à peu de précisions apportées par son entourage et d’éclairages précieux de Nelcya Delanoë, jusqu’à devenir, de rencontre anecdotique, un exemple singulier parmi ceux pour lesquels je me trouvais à la frontière. J’égrènerai donc la suite de cette étude d’extraits de son récit dont voici l’entrée en matière :

Mon père combattit avec l’armée française à Diên-Bien-Phu, on m’a dit qu’il était Algérien ou Marocain [Après enquête, j’ai pu expliquer le cas de son père à Thao qui confondait Français, Marocain et Algérien. Personne ne lui avait expliqué le pourquoi de l’identité complexe de son père – Marocain engagé dans l’armée coloniale française, rallié au Viêt-minh, resté au Nord-Vietnam vingt ans et rapatrié comme sujet d’un royaume devenu indépendant]. Il m’a abandonnée un an après ma naissance pour retourner dans son pays, il ne m’a laissé qu’un prénom et son nom. Ma mère aussi m’a abandonnée, c’est une mère adoptive qui m’a élevée[2]. Depuis toujours, les gens me surnomment « Thao tay » [Thao l’étrangère]. Je ne le prends pas mal, c’est vrai que je parais différente. Mes cheveux ondulent et je ne ressemble pas tout à fait aux autres Vietnamiennes. Je réagis seulement lorsque mes origines sont prétextes aux insultes. Dans mon enfance, j’ai souffert du manque d’affection, des regards, ça m’a rendu sensible et agressive. J’ai commencé à fumer à quinze ans[3]. Les gens ont toujours su que j’étais une enfant abandonnée puis adoptée. Ma mère s’est souvent disputée avec ceux qui parlaient mal de moi. En tant que femme qui « a couché avec un étranger », elle a également subi une discrimination[4]. Malgré tout, elle m’a élevée, dans la pauvreté, mais dans la compassion. Je la respecte beaucoup. En Chine, les gens sont moins regardants, on m’identifie comme Vietnamienne, c’est tout, chacun s’occupe de ses affaires ici.

Fille d’exclus, jeune femme trafiquée vendue à un paysan de Hekou, échappée, remariée à un Vietnamien de Yên Bái, devenue presque aussi rapidement mère que veuve, Thao s’est alors prostituée, en alternance avec des périodes de concubinages avec certains clients, avant de tenter une réinsertion chez elle. Sans succès, elle cherche aujourd’hui sa place dans un espace social qui a marqué ses trente dernières années, héritière d’une identité métisse, obstacle initial l’ayant précisément conduite vers une marginalité sociale d’autant plus difficile à assumer avec une telle filiation. Elle se situe à la limite de deux catégories, les déterminées et les désespérées, c’est-à-dire déterminée à trouver sa place en Chine ou au Vietnam, auprès d’un compagnon aimant… mais désespérée par les successives déceptions et tromperies subies[5].

 


[1] Le récit ci-dessous est une reconstitution faite à partir de fragments de discussions longues et parfois pénibles dues aux barrières de langues.

[2] Cette femme était mariée, elle aussi, à un Marocain ; le couple adopta Thao dont la mère ne pouvait assumer l’éducation. Pour compliquer l’affaire, il est apparu que Thao serait en réalité la fille illégitime d’un amant, Marocain aussi, raison pour laquelle sa génitrice ne pouvait la garder. En 1972, à l’heure du rapatriement des Marocains et de leur famille au Maroc, elle refusa de quitter son pays et se sauva avec Thao, obligeant le père à partir seul, ce que Thao prenait pour un abandon volontaire jusqu’à ce que les circonstances exactes de la séparation du couple fussent éclaircies.

[3] À l’époque de la rencontre, Thao fumait environ un paquet de cigarettes par jour, dépendance qu’elle expliquait par ses soucis, sa crainte du futur et son malaise identitaire.

[4] La mère adoptive était également la compagne d’un rallié marocain.

[5] Heureusement, à l’heure actuelle (fin 2009), Thao vit dans de bien meilleures conditions qu’elle doit à sa détermination, son courage et la bonne volonté de plusieurs personnes sensibilisées à sa situation.

 

* * *
Résumé de l’ouvrage
Elles vivent discrètement dans les bourgades et villages chinois du Yunnan et du Guangxi, à la frontière de leur pays d’origine. Migrantes clandestines, femmes abusées, des Vietnamiennes de tous âges tentent de vivre décemment une existence d’épouse et de mère, exclues malgré elles de leur communauté. Si leurs consœurs des bordels frontaliers attirent l’attention, ces infortunées ne suscitent guère l’intérêt. Héritières d’un turbulent passé de conflits, de négoce et d’alliances matrimoniales entre Chine et Vietnam, poussées par la pauvreté et l’espoir, elles contribuent pourtant à résoudre un grave problème que la Chine subit depuis peu, conséquence de la politique de contrôle des naissances et de l’exode rural: le manque de filles, et donc d’épouses pour nombre de paysans. Au-delà des explications faciles: difficultés économiques, déséquilibre démographique, trafic humain, cette enquête inédite donne la parole à ces femmes dont l’image ambiguë sert un discours local ambivalent. Fruit d’enquêtes menées très récemment, les témoignages et situations nourrissant cet essai expriment la complexité d’un fait social existant de manière floue entre flux migratoires et transactions commerciales, typiques d’Extrême-Orient et surtout de cet espace frontalier en devenir. Prétendre saisir ces vies souvent réduites à l’impasse, précaires, existant en marge du monde, impose de se confronter au terrain, à l’écoute des épreuves individuelles, sans parti-pris ni compromission et avec humilité.

« Ðiện Biên Phủ vu d’en face », paroles de vétérans vietnamiens – par Carole Vann

par Carole Vann | Infosud/Tribune des droits humains ///

Pour la première fois au Vietnam, de jeunes journalistes revisitent l’histoire de leur pays en publiant les souvenirs des vétérans de Dien Bien Phu, où a eu lieu le 7 mai 1954 la victoire décisive des Vietminh contre le colonisateur français. Au fil des récits, les mythes propagandistes se déconstruisent.

Après une guerre, l’histoire s’écrit généralement dans la perspective du vainqueur. Il en résulte une « vérité » tronquée où la voix des vaincus est occultée. Curieusement, au Vietnam, lors de la guerre contre l’occupant français, les vainqueurs sont longtemps restés silencieux.

La victoire décisive des Vietminh le 7 mai 1954 à Dien Bien Phu est pourtant la seule bataille « rangée et perdue par une armée européenne pendant toute l’histoire des décolonisations », selon l’historien Jean-Pierre Rioux, spécialiste de ces questions.

Côté français, 16 000 hommes solidement équipés avaient été parachutés dans la région. Côté vietnamien, 55 000 « bôdoi » (combattants vietminh) bien moins armés, et surtout 260 000 civils, pieds nus pour la plupart.

Sans oublier l’utilisation déterminante de 21 000 bicyclettes pour l’acheminement des armes et des vivres.

Or, si les témoignages français sont nombreux sur la défaite, les quelques récits vietnamiens existants ont été soigneusement moulés dans le discours propagandiste. La version officielle des faits, destinée à nourrir la solidarité et la fierté patriotiques, a fait l’impasse sur les individus et leurs histoires personnelles.

Donner la parole aux témoins

Face à ces « trous de mémoire » dans l’histoire de leur pays, six journalistes vietnamiens, dont un ancien vétéran de Dien Bien Phu, se sont lancés, 55 ans après l’événement, dans une enquête auprès des derniers témoins de cette page historique.

Entre 2007 et 2009, ils ont parcouru le pays à la recherche de ces autres petites vérités sur une mythique bataille qui ouvrait la voie à la décolonisation dans les pays du tiers monde.

Ils ont ainsi recueilli les témoignages de 250 vétérans du nord au sud du Vietnam -parmi eux le célèbre général Giap, qui a mené les Vietminh- pour en faire un recueil inédit et poignant d’humanité.

Publié l’année passée au Vietnam, « Dien Bien Phu vu d’en face », préfacé par Jean-Pierre Rioux, paraît aujourd’hui en français.

Transporteurs de riz ou de munitions, artistes envoyés au front pour remonter le moral des troupes, journalistes, médecins, infirmiers, femmes et hommes, se livrent au côté des « bôdoi », ces « hommes verts » au casque rond tant redoutés par les soldats français.

Mais pour la première fois de leur vie, ils racontent non pas « les actes héroïques guidés par le Parti et qui ont mené à la victoire du peuple », des faits lus et relus dans les manuels scolaires et les journaux nationaux.

Cette fois-ci, ce sont les récits sur leurs peurs, leurs amours, leurs rêves, toutes ces pensées intimes qui leur passaient par la tête quand les armes et les explosions se déchaînaient, dans cette terrible cuvette de Dien Bien Phu.

Pour anéantir le camp retranché de l’Union française en Indochine, l’Armée populaire du Vietnam a mené trois phases d’offensives.

Les combattants de l’ombre

Au fil des pages, le mythe de « La Victoire finale des héros au patriotisme infaillible » s’efface derrière une mosaïque d’évocations simples de ces combattants de l’ombre. Ainsi, cette jeune danseuse qui s’est enrôlée pour pouvoir échapper au contrôle familial et parcourir le pays.

Ou ce citadin, un « petit bourgeois » pour ses compagnons d’armes paysans. Ces derniers, irrités par sa maladresse, acceptaient de faire les tâches manuelles à sa place. En échange, le « petit bourgeois » leur racontait « Les Misérables » de Victor Hugo.

Il y avait aussi, dans une tranchée alors que les armes pétaradaient, cette toute jeune infirmière pétrifiée de honte, parce qu’un soldat blessé lui demandait de l’aider à uriner.

C’est le hasard d’une rencontre qui a ouvert les yeux des auteurs, eux-mêmes enfants chéris du régime de Hanoï. Dang Duc Tuê raconte :

« Jusqu’en 2004, nous ne savions pas grand chose de Dien Bien Phu, tout était très abstrait. Pire, on ne se posait même pas de questions par rapport aux récits héroïques dont nous étions bercés ».

Ce journaliste talentueux, en partie formé en France, était invité le mois dernier au Congrès du journalisme d’investigation à Genève pour raconter l’aventure qu’a constitué cette enquête dans un pays encore très verrouillé politiquement.

Son émérite consœur, Dao Thanh Huyen, qui a suivi le même cursus, renchérit :

« Nous avions hérité passivement de cette mémoire collective, écrite dans les manuels et répétée dans les médias : les Français et les Américains étaient les méchants envahisseurs, et nous, nous avions gagné toutes les guerres. Mais du pourquoi et du comment, nous n’en savions rien. »

« Le déclic qui a bouleversé notre regard »

En 2004, les deux journalistes dispensent une formation dans la région de Dien Bien Phu. Parmi leurs stagiaires, Oncle Mai (Bac Mai), à l’époque tout jeune agent de liaison, leur confie « ses » souvenirs de la bataille. Huyen confie :

« Il a été le déclic qui a bouleversé notre regard. A travers ses récits, des hommes et des femmes liés à cette guerre se sont mis à exister. »

Guidés par Bac Mai, devenu entre-temps l’un des co-auteurs du recueil, les deux journalistes vont de surprise en surprise. Quel n’est pas leur étonnement lorsqu’un historien militaire, invité comme expert à la formation, brise l’un des mythes fondateurs de la victoire de Dien Bien Phu :

« Savez-vous qu’il n’y a jamais eu de drapeau vietminh planté le 7 mai 1954 sur le bunker du général de Castries [il menait les troupes françaises au moment de la défaite, ndlr] ? »

Ils apprennent alors que cette image avait été montée après la guerre pour le documentaire du réalisateur soviétique Roman Karmen. Les photos prises lors du tournage ont été diffusées ensuite dans le monde entier. Se substituant à la réalité, cette scène est devenue LE symbole incontesté de la victoire vietminh, et des pays opprimés, contre le colonisateur.

« Le pays avait d’autant plus besoin de ces versions officielles que les guerres se sont enchaînées au Vietnam. Celle contre les Américains, puis contre les Chinois au nord et les Khmers rouges au sud. Il fallait donc entretenir le patriotisme.

Du coup, lorsque la paix est arrivée dans les années 1980, cette “ vérité ” biaisée était déjà bien ancrée, même chez les vétérans. »

Aujourd’hui, alors que la bataille de Dien Bien Phu a plus d’un demi-siècle, le Vietnam osera-t-il enfin se délester de sa grande histoire au profit des petites histoires de son peuple ? C’est en tout cas ce qu’espèrent les auteurs du recueil.

Tuê raconte :

« La démarche n’a pas été sans encombres. Nous avons essuyé pas mal de refus des vétérans. Certains sans explications, d’autres ont proclamé ne pas vouloir revisiter la version officielle des faits.

D’autres encore ne voulaient pas être “floués une fois de plus par des journalistes incapables d’entendre un autre son de cloche que celui du Parti”. »

Selon Tuê, si la version vietnamienne a pu être publiée, c’est grâce à un concours de circonstances favorables : festivités autour des 55 ans de Dien Bien Phu, préface d’un prestigieux historien du pays, et soutien au sein des Editions politiques nationales, l’éditeur officiel du Parti.

Comment les autorités fabriquent les héros

Pour Jean-Pierre Rioux, un tel livre contribue à sortir la bataille de Dien Bien Phu de l’histoire officielle du Vietnam. Et Mari Carmen Gonzalez, historienne spécialiste de la mémoire liée au franquisme, de constater :

« On peut y décrypter comment les autorités sélectionnent et fabriquent les héros alors qu’eux-mêmes ne se perçoivent pas comme tels. »

Comme lorsque ce soldat raconte :

« J’étais parmi les plus pauvres, et des gens de ma famille avaient été tués par des Français en 1949. C’est peut-être pour ces deux raisons que j’ai eu le titre de “ héros ”, alors que nous étions nombreux à œuvrer dans le tunnel… »

Un autre militaire :

« Je parle français. J’entends parfois des soldats adverses crier avant de mourir. Des frères d’armes illettrés me demandent : “Que dit-il ?” “Il appelle sa maman…”

Mourants, mercenaires ou colonialistes, ils sont comme nous, des jeunes hommes qui n’ont pas encore de femme et qui invoquent leur maman avant de s’éteindre. »

Pour Mari Carmen Rodriguez, une telle humanisation face à la souffrance de l’autre ne peut rimer avec un discours propagandiste.

Les auteurs insistent toutefois sur la nature journalistique et non historiographique de leur démarche. « Pour nous, il s’agissait avant tout de sauver ces souvenirs avant que les témoins ne disparaissent », précise Huyen.

Jean-Pierre Rioux confirme :

« Ces témoignages constituent un matériau fabuleux sur lequel travailler. C’est le début de la parole libérée. Mais pour que ce travail puisse être traité de manière historique, il faut pouvoir accéder aux archives, ce qui n’est pour l’instant pas possible du côté vietnamien.

Or tant que l’histoire officielle prédomine, cela restera difficile. Ce problème n’est d’ailleurs pas spécifique à la guerre d’Indochine, il existe aussi en Algérie. »

Quoiqu’il en soit, la roue tourne aussi au Vietnam. Depuis que le recueil est paru dans le pays de Ho Chi Minh, nombre de journalistes sur place ont poursuivi l’enquête pour le compte de leur média.Tuë se réjouit :

« Ils s’intéressent maintenant plus aux individus qui ont fait l’histoire, au lieu de se contenter des quelques héros mis en avant par les autorités. C’est très encourageant. »

Source : Rue89

Carnet de guerre d’un jeune Viêt-Minh à Diên Biên Phu

CR de lecture par Matthieu Boisdron.

Ce « carnet de guerre d’un jeune Viêt-minh à Diên Biên Phu », récemment découvert par une journaliste américaine, s’avère particulièrement intéressant à plusieurs titres. Né en 1933 à Haiphong, Pham Thanh Tâm, de parents ouvriers, a bénéficié du système éducatif installé par le colon avant d’adhérer à la Ligue pour l’indépendance du Viêtnam (ou Viêt-minh) fondée par Hô Chi Minh en 1941. Durablement marqué par la grande famine de 1944/45 – due aux Japonais qui ont réquisitionné le riz pour nourrir leur armée avec le concours de l’administration coloniale française – l’auteur s’engage très jeune, dès l’âge de 15 ans, dans la lutte pour l’indépendance de son pays dès lors que sa ville est violemment bombardée par la Marine française le 23 novembre 1945, quelques mois seulement après le retour de la puissance coloniale.

Outre le cheminement d’un jeune garçon éduqué issu d’un milieu populaire vers la cause indépendantiste et, concomitamment, le communisme, ce livre révèle la très forte imprégnation idéologique et la solide éducation politique des combattants du Viêt-minh. Les pages de ce texte, fidèles à l’orthodoxie communiste, peuvent au premier abord apparaître comme un simple travail de propagande. Il n’en est pourtant rien. Pham Thanh Tâm ne cherche à aucun moment à s’affranchir de la vision anti-impérialiste et sacrificielle développée par ses chefs. Comme le note Stéphane Audoin-Rouzeau dans sa préface, « il est lui-même un instrument docile de cette propagande ». Mieux, ce carnet « nullement écrit en vue d’une publication quelconque […] dit l’adéquation parfaite de l’auteur […] avec la façon dont le Viêt-minh pensait la guerre ».

Surtout, si la célèbre bataille de Diên Biên Phu a laissé de nombreux témoignages du côté français, les témoignages écrits sur le vif au moment des combats par des témoins Viêt-minh sont extrêmement rares. Pham Thanh Tâm, journaliste à la division d’artillerie de l’armée populaire, bénéficiait là d’une position privilégiée au moment de la grande offensive contre la forteresse française. Ses descriptions des combats, de la vie des soldats ou encore des opérations militaires sont particulièrement circonstanciées et riches d’enseignements. Enfin, maniant aussi bien le crayon que la plume, l’auteur a laissé – outre ses carnets – de nombreux croquis, dessins ou aquarelles. Une grande partie d’entre eux est présentée dans ce livre bien réalisé et très agréable à feuilleter, et viennent émailler la lecture au fil des pages.

Matthieu Boisdron

Source : Histobibio.com

Lire l’avant-propos de Jessica-Harrison-Hall – Armand Colin : pdf

Autres CR de lecture dans la presse :