Archives par mot-clé : dictature

Nguyen Phu Trong – 28 minutes – ARTE

[ndlr] Si vous n’aviez pas vu ce Bonus de 3 minutes de l’émission d’Arte “28 minutes” le voici. Un tantinet irrespectueux pour l’intéressé. Disponible du 28/02/2019 au 28/02/2020. De quoi préparer le prochain congrès du PCV.

Avec une touche d’humour et un zeste de mauvaise foi, Thibaut Nolte tire le portrait d’un « méchant » ou d’un « gentil » qui fait l’actualité. Aujourd’hui, notre journaliste se demande s’il faut lâcher Nguyen Phu Trong, le président communiste et autoritaire du Vietnam.

Source : ARTE

Dernière nouvelle : Le secrétaire général du PCV et Président de la RSVN en tournée dans le sud du pays dans la province de Kiên Giang, ‘fief’ de l’ancien Premier ministre, serait subitement tombé malade. Il serait actuellement hospitalisé. Voir l’affolement sur la blogosphère et l’analyse autour de cette situation (pas totalement inédite) concernant la santé des dirigeants du pays, marquée du sceau du secret d’Etat :

CTV Danlambao – Chiều ngày 14/4/2019, mạng xã hội xôn xao trước tin tổng bí thư kiêm chủ tịch nước Nguyễn Phú Trọng đã phải nhập viện trong lúc đến làm việc tại Kiên Giang, nơi được coi là “cái nôi” của gia tộc cựu thủ tướng Nguyễn Tấn Dũng.

Công dân mạng người Việt trên Facebook và Google hôm Chủ nhật 14/4 xôn xao tìm kiếm tin về sức khỏe Tổng Bí thư, Chủ tịch nước Việt Nam Nguyễn Phú Trọng.

SÀI GÒN, Việt Nam (NV) – “Sáng 15.4: đã tỉnh và ăn cháo. Chiều 15.4: vẫn Chợ Rẫy.” – Đó là những dòng cập nhật về sức khỏe của ông Nguyễn Phú Trọng, tổng bí thư, chủ tịch nước CSVN, trên trang facebook Lê Nguyễn Hương Trà vào cuối ngày 15 Tháng Tư, 2019, theo giờ Việt Nam.

Trong hai ngày 14/4 và 15/4, các trạng mạng ở Việt Nam dồn dập đưa tin về tình trạng sức khỏe của Tổng  Bí thư kiêm Chủ tịch nước Nguyễn Phú Trọng, người vừa có chuyến thăm tỉnh Kiên Giang từ ngày 13/4 đến 15/4.

MàJ 15/04/2019.

Bruno Philip : Hun Sen verrouille son emprise sur le Cambodge [Le Monde]

[ndlr] Dimanche 29 juillet 2018 : élections législatives au Cambodge. La démocratie verrouillée. Articles de Bruno Philip, envoyé spécial du Monde à Phnom Penh.

Cambodge : forte participation aux législatives, le parti au pouvoir revendique la victoire

La participation est de 82 %. Le premier ministre, Hun Sen, au pouvoir depuis trente-trois ans, a annoncé sur Facebook une « victoire écrasante ». Le nombre de bulletins blancs ou nuls sera à scruter.

Lire la suite : Le Monde, 29/07/2018.

Hun Sen verrouille son emprise sur le Cambodge

Le principal parti d’opposition et la presse libre ont été interdits pour garantir une nouvelle victoire électorale du premier ministre.

Après trente-trois ans au pouvoir, le premier ministre cambodgien, Hun Sen, semble indéboulonnable. Ce qui ne l’empêche pas de serrer la vis de ses concitoyens : à l’approche des élections législatives du dimanche 29 juillet, le maître du pays a en effet pris toutes les précautions pour assurer la victoire de sa formation, le Parti du peuple cambodgien.

Fin 2017, il a fait dissoudre, par le biais d’un jugement de la Cour suprême, le plus grand parti d’opposition, le Parti du sauvetage national du Cambodge (PSNC), sous prétexte qu’un de ses chefs, Kem Sokha, était en train de préparer un « complot » contre le gouvernement avec l’aide des États-Unis. M. Kem est en prison depuis septembre 2017 et risque une très lourde peine de prison. Le cofondateur du PSNC, le franco-cambodgien Sam Rainsy, a dû se résoudre à l’exil en France.

Lire la suite : Le Monde, 28/07/2018.

Cambodge : fausse démocratie, vraie tyrannie

Le premier ministre à poigne et ancien Khmer rouge Hun Sen, devenu le meilleur « client » de Pékin dans la région, garde le champ libre pour les élections législatives du 29 juillet.

Lire la suite : Le Monde, 29/06/2018.

Voir aussi :

Illustration “à la une” : Le premier ministre cambodgien, Hun Sen, lors d’un discours aux ouvriers d’une manufacture de textile, dans la province de Kandal, le 30 mai 2018 © Samrang Pring / Reuters