Archives par mot-clé : démocratie

Sam Rainsy : We Didn’t Start the Fire – My Struggle for Democracy in Cambodia [parution]

SamRainsy_WeDid'ntStartTheFire[ndlr] Présentation de l’éditeur.

Cambodia’s long-time opposition leader and former finance minister Sam Rainsy is committed to establishing democracy in his homeland. He is in exile in France to avoid a twelve-year prison sentence on politically motivated charges, and is banned from contesting the July 2013 elections. In this autobiography, he recounts his early years in Cambodia, his family’s expulsion and his relationship with Sihanouk, the Khmer Rouge regime, the Vietnamese occupation, and Hun Sen’s control of the country since the 1980s.

With conviction and insight, Sam Rainsy addresses the issues of poverty and injustice in his country and discusses the challenges to initiating real political, social, and economic reform. His proposals provide a long-term roadmap for a new Cambodia.

Highlights

• How Sam Rainsy was twice subjected to politically motivated assassination attempts

• Sam Rainsy’s relationship, through the years, with Sihanouk

• How Sam Rainsy and his wife tried to save Western hostages held by the Khmer Rouge in 1994

• How the merger of the Sam Rainsy Party with the Human Rights Party creates a new political force that can end Hun Sen’s dominance

• Sam Rainsy’s manifesto for a new Cambodia

 

Réf. Sam Rainsy (With David Whitehouse), We Didn’t Start the Fire. My Struggle for Democracy in Cambodia, Chang Mai : Silkworm Books, 2013, 210 p.

David Whitehouse is a British journalist in Paris.

Source : Silkworm Books

Ouvrage du même auteur : Sam Rainsy, Des racines dans la pierre, Paris, Calmann-Lévy, 2008.

Conférence : La révolution inachevée du nationalisme vietnamien – François Guillemot

Guillemot_PageTitre_RévolutionInachevéeCette communication s’intéresse aux projets avortés ou inachevés dans la construction d’un Viêt-Nam non communiste. Les différents processus, rappelés brièvement, permettent de comprendre ce qui fonde le Viêt-Nam actuel dans toute sa complexité. Nous interrogeons les rapports ambivalents entre nationalisme et démocratie à l’aune de quatre phases : situation coloniale, temps des révolutions, lutte pour l’indépendance, transformation idéologique. Toute une série d’acteurs impliqués à divers degrés dans l’avènement d’une solution politique démocratique et leurs projets sont évoqués, pour l’essentiel : Phan Chau Trinh, Nguyen An Ninh, Pham Quynh, Hoang Dao, Hoang Van Co, Tran Van Tung, Nguyen Van Tam, Nguyen Ngoc Huy, Nguyen Van Bong, Nguyen Manh Tuong, Ha Si Phu, Nguyen Ho, Tran Do…

Tran Van Tung et l'idéal d'un nationalisme libéral, humaniste et progressiste.
Tran Van Tung et l’idéal d’un nationalisme libéral, humaniste et progressiste.

Ainsi cet essai d’interprétation privilégie les projets politiques d’une multitude d’acteurs qui inscrivirent le devenir de leur pays dans un processus démocratique, dans une “pravis non-révolutionnaire” qui s’opposa sur de nombreux points aux projets et sratégies révolutionnaires qu’ils aient été nationalistes ou communistes. De Phan Chau Trinh, le précurseur, à Tran Do, le général dissident, en passant par Tran Van Tung ou Nguyen Ngoc Huy, les tenants d’un “nationalisme libéral”, le processus inachevé de cette révolution démocratique est étudié en confrontant les déclarations d’intention à la réalité historique d’un Viêt-Nam inscrit dans les conjonctures spécifiques de la colonisation à l’indépendance nationale.

– – –

Affiche_RévolutionInachevée_UQAM

Cliquer sur l’affiche pour l’agrandir

Sách mới: Nhớ nhà văn Trần Độ [avis de parution]

BiaTranDo[ndlr] Avis de parution d’un livre-hommage au général Tran Do intitulé En souvenir de l’écrivain Tran Do. De son vrai nom Tạ Ngọc Phách, le général Tran Do (1923-2002) était connu pour ses positions courageuses en faveur des libertés démocratiques et de l’ouverture politique.

Membre du Parti Communiste Indochinois en 1940, il fut arrêté à la fin de l’année 1941 et emprisonné dans le bagne de Son La et s’évada en 1943 lors d’un transfert vers le bagne de Poulo Condore. Il repris ses activités révolutionnaires et en particulier devint, à l’âge de 23 ans, commissaire politique dans la jeune armée populaire à partir de 1946. Il conserva cette fonction politique importante au sein de l’armée aguerrie pendant les deux guerres jusqu’en 1976.

Parallèlement à cette vie militaire accomplie, il mena des activités littéraires et publia dans le Journal de l’Armée populaire. Retourné à la vie civile après la guerre, il fut pendant un temps Vice-Ministre de la culture et occupa divers postes au sein de l’appareil d’État réunifié. Membre du Comité central du Parti de 1960 à 1991, il prit peu à peu ses distances avec une organisation qu’il considérait incapable de se rénover. Il fut exclu du PCV en 1999 après 58 ans de bons et loyaux services à l’Armée, la Patrie et le Parti. Il devait décéder trois ans plus tard en 2002.

Considéré comme l’un des initiateurs de l’ouverture culturelle du Doi Moi (Renouveau), il appela dans plusieurs textes à la fin du totalitarisme, à la refonte du PCV, à redonner un sens à l’Assemblée nationale et à ériger une véritable constitution démocratique. Les thématiques évoquées par Tran Do à la fin de sa vie sont aujourd’hui plus de dix ans après sa mort d’une actualité saisissante.

Nhà xuất bản Văn học vừa cho ra mắt bạn đọc cả nước cuốn sách Nhớ nhà văn Trần Độ đúng vào dịp kỷ niệm 90 năm ngày sinh của ông (23/9/1923 – 23/9/2013).

Cuốn sách dày 300 trang tập hợp các bài viết về Nhà văn Trần Độ từ những năm cuối của thế kỷ trước đến nay. Cuốn sách được nhà văn Tô Đức Chiêu viết bài giới thiệu Từ đáy lòng bè bạn.

Toàn bộ các bài viết trong cuốn sách Nhớ nhà văn Trần Độ được giới thiệu trên blog. Mời bạn đọc theo dõi.

Source : Tran Do Tac Pham, 10/09/2013.

Internet au Viêt-Nam : le tour de vis politique du “Décret 72”

Depuis quelques années déjà, la République Socialiste du Viêt-Nam (RSVN) est considérée par les organisations internationales de défense des droits de l’homme comme un “ennemi d’internet”. Avec la publication le 15 juillet 2013 d’un Décret du Premier ministre Nguyen Tan Dung imposant de nouvelles restrictions concernant l’utilisation de la toile au Viêt-Nam, cette image négative s’est renforcée [1]. Le Décret rendu public le 6 août a déjà suscité une vague de désapprobation chez les internautes et les États-Unis se sont immédiatement exprimés sur le sujet via leur ambassade à Hanoi [2].

banphiem-tay-danlambao
© 2013 Dan Lam Bao

L’affaire ne fait que commencer mais déjà les avis sont nombreux pour condamner cette directive liberticide qui devra en principe s’appliquer à partir du 1er septembre prochain. Que dit le Décret 72 ? Outre des dispositions habituelles qui visent à interdire la violence, la pornographie ou les dérives sectaires, le texte est une charge contre les éventuels futurs blogueurs qui s’évertueraient à surfer sur les actualités politiques, sociales ou économiques du pays en les analysant, les commentant ou les relayant dans le but de “ternir” l’image du Viêt-Nam [3].

Le journal Le Monde (édition du 2 août) donne la teneur générale du texte en citant cet extrait traduit :

Le décret interdit […] aux fournisseurs de service internet “de donner des informations contre le Vietnam, saper la sécurité nationale, l’ordre social et l’unité nationale, ou de déformer les informations, de calomnier et diffamer le prestige d’organisations, l’honneur et la dignité des individus” [4].

L’article de Nhat Vo Tran sur Médiapart, un des premiers à s’intéresser à cette affaire, analyse les conséquences du décret pour la liberté d’expression :

Le décret 72/2013/ND-CP est ainsi un terrible instrument de censure. Il exige des sociétés internet et autres fournisseurs d’informations sur internet au Vietnam de coopérer avec le gouvernement pour réprimer tout un éventail de comportements très vaguement définis. Ces « comportements interdits » comprennent « l’abus de l’accès et de l’utilisation d’internet et des informations sur la toile » pour « s’opposer à la République Socialiste du Vietnam », « la mise en danger de la grande unité du peuple », « l’atteinte au prestige des organisations et à l’honneur et à la dignité des individus », de « la mise en danger des belles coutumes et tradition de la nation », « la révélation des secrets d’État » (article 5). L’article 25 exige que toute information diffusée sur internet soit censurée en fonction de ces « comportements interdits » [5].

La plupart de ces dispositions ne sont pas nouvelles et apparaissent déjà dans le code pénal. Chacun sait que la critique ouverte et relayée sur la toile est fermement condamnée au Viêt-Nam par un Etat-Parti engoncé dans une paranoïa digne des temps de la Guerre Froide. L’organisation Reporters Sans Frontières a récemment engagé une campagne de mobilisation internationale visant à faire sortir de prison quelques 35 blogueurs détenus dont certains depuis 2008 et lourdement condamnés pour avoir exprimer des idées politiques sur internet. Le Monde rappelle quant à lui que “depuis le début de l’année, au moins 46 militants ont été condamnés, souvent à de longues peines de prison, pour activités contre l’Etat” [6]. Fait nouveau et inquiétant mis en avant par certaines dispositions de ce Décret, notamment les articles 5 et 25 : le traitement de l’information. En effet, le fameux décret “interdit aux 31 millions d’internautes vietnamiens de partager des articles d’actualité sur les blogs et les réseaux sociaux” [7]. Deux idées majeures s’invitent dans ce texte répressif :

  • 1) Les Vietnamiens ne devront plus échanger d’informations sur l’actualité mais seulement sur des faits personnels (“la dernière photo de son chat ou le nouveau clip d’un chanteur à la mode”, ironise Victor Guillot, correspondant pour RFI [7]) ;
  • 2) Les fournisseurs d’information comme Google, Facebook et autres sont chargés au mieux d’appliquer les nouvelles mesures en “nettoyant” leurs abonnés au pire de se mettre à l’heure d’une délation organisée en fournissant si besoin les identités des adresses IP “subversives” [8].

Le texte du Décret très long et très détaillé permettra en outre toutes les interprétations possibles car qui peut dire si ce qu’il écrit et communique aux autres ne possède pas un caractère anti-étatique ou pouvant ternir l’image du régime en place ? Le but de cette opération se présente officiellement comme “un grand bénéfice pour les utilisateurs” qui pourront ainsi disposer « d’informations correctes et propres » [9]. En réalité, cette disposition vise très concrètement une série de blogs contestataires très lus qui ont été la cible depuis quelques temps des Services de la Sécurité publique et des conservateurs les plus staliniens en posture d’avocat du régime autoritaire. On peut penser que les sites d’actualité politique Bauxite Viet Nam, Dan Lam Bao, Quan Lam Bao et autres blogs personnels comme celui de l’intellectuel Nguyen Xuan Dien, sont directement visés. D’ailleurs, la réaction du Nhân Dân, l’organe officiel du PCV, “estimant que le décret était «nécessaire» pour «nettoyer» internet utilisé pour «attaquer» le parti communiste et l’État”, confirme l’objectif purement politique de la manœuvre [10].

Que penser de l’application de cette disposition qui doit entrer en vigueur en septembre ? Les observateurs les plus avisés comme Shawn Crispin (Comité pour la protection des journalistes) se demandent quelle sera l’efficacité réelle de cette disposition [11]. Quoi qu’il en soit, la répression des journalistes trop “bavards” travaillant sur des sujets chauds se poursuit. La correspondante de RFI Claire Arsenault signalait le cas de Vo Thanh Tung, un journaliste d’investigation spécialisé dans les affaires de corruption. Cet enquêteur de 31 ans officiant dans le journal Phap Luat [Lois] a été interpellé le 8 août pour avoir été vu recevant de l’argent d’un propriétaire de bar. Il enquêtait sur des policiers de la circulation qui recevaient des pots-de-vin de chauffeurs de camions et de bus [12]. Cette affaire en rappelle de précédentes notamment celle de Huynh Khuong, journaliste de Tuoi Tre [Jeunesse] qui écopa en septembre 2012 de quatre ans de prisons pour une accusation similaire alors qu’il menait une enquête sur les pratiques de corruption touchant le ministère des Transports. Bien que très lus et parfois même récompensés pour leur audace et leurs révélations (cas de Vo Thanh Tung), ces journalistes ne sont pas à l’abri d’une descente aux enfers si le pouvoir politique l’exige. Ceci pour les acteurs “réguliers” ou autorisés de l’information.

vietnam_freedieucay_danlambao
La cause du blogueur Dieu Cay relayée sur le site Dan Lam Bao

Pour les blogueurs la situation est bien pire. Sans statut officiel dans la presse, leurs écrits constituent immanquablement des “preuves” lors de procès iniques à l’issue desquels ils écopent de condamnations plus ou moins lourdes suivant leur degré de “repentance” ou d’acceptation des charges qui les accablent. Celles-ci assimilent le plus souvent les analyses politiques et sociales des blogueurs à de la subversion anti-étatique, voire à des tentatives de “renversement du gouvernement populaire”. On peut citer à cet effet la cause du célèbre Nguyen Van Hai, alias Dieu Cay [la pipe paysanne ou pipe à eau], qui croupit depuis 2008 dans les geôles de la RSVN. Le cas de cet internaute, net-citoyen et co-fondateur d’un club de “journalistes libres”, a été récemment soulevé par les organisations des droits de l’homme. En effet, Nguyen Van Hai, épuisé, vient de mettre un terme à 35 jours de grève de la faim pour protester contre les conditions de sa détention [13].

Triste palmarès, RSF rappelle que la RSVN figure au 172e rang sur 179 dans son index de la liberté de la presse en ligne [14]. RFI terminait son article consacré à Vo Thanh Tung en soulignant que ce pays est “devenu la deuxième prison au monde pour les acteurs de l’information, après la Chine” [15]. D’autres sites comme l’informatique.org n’hésitent pas à parler d’un “blocus informationnel sur le web” [16]. Cette disposition a néanmoins une conséquence sans doute peu attendue des autorités communistes : elle donne du crédit à des partis politiques d’opposition comme le Viêt Tân qui fustigent régulièrement l’omniprésence de la censure et le contrôle de l’information. Elle permettra en outre aux plus déterminés à trouver les astuces adéquates pour contourner la censure (langage codé, sites clandestins, tracts, manifestations de rue…).

Les quelques 12 millions d’abonnés à Facebook et les 31 millions d’internautes au Viêt-Nam risquent de donner beaucoup de fil à retordre à un Etat-Parti de plus en plus contesté. Le 07 août dernier, quelques blogueurs appartenant à un Réseau des Bloggeurs Vietnamiens (Network of Vietnamese Bloggers) se sont rendus à l’ambassade de Suède pour soumettre la “Déclaration 258” dans le but de condamner le non respect par la RSVN des droits fondamentaux de liberté d’expression. Ce nouveau Réseau, qui indique qu’une résistance de net-citoyens s’organise, exige l’abrogation de l’article 258 du code pénal vietnamien (amendé en 2009) qui fait référence au : “crime d’abus des libertés démocratiques pour porter atteinte aux intérêts de l’Etat, aux droits et intérêts légitimes des organisations et / ou des citoyens” [17]. Car il faut savoir qu’en matière de stratégie politique le Viêt-Nam navigue toujours dans deux sens opposés, une stratégie payante pendant la guerre qui consiste à frapper à l’intérieur tout en négociant à l’extérieur. RSF rappelle que c’est précisément à l’heure du tout répressif sur la toile que la RSVN se porte candidate pour siéger au conseil des Droits de l’Homme pour le mandat 2014-2016 :

L’annonce de ce décret survient quelques jours seulement après que le Vietnam a décidé de poser sa candidature pour siéger au conseil des Droits de l’Homme pour le mandat 2014-2016. Reporters sans frontières rappelle que le paragraphe 9 de la résolution 60/251 de l’Assemblée générale du 3 avril 2006, instituant le Conseil des droits de l’homme prévoit que “les membres élus du Conseil observeront les normes les plus strictes en matière de promotion et de défense des droits de l’homme”, des conditions que le pays est bien loin de remplir [18].

La machine à laver étatique pour policer les blogs vietnamiens risque fort de se gripper. Terminons par une note d’espoir aux internautes vietnamiens : “Les carottes sont cuites. Je répète : les carottes sont cuites…”

François Guillemot, 09/08/2013.

Notes

[1] Le décret n° 72/2013/NĐ-CP est publié sur le site du ministère de la justice : NGHỊ ĐỊNH. Quản lý, cung cấp, sử dụng dịch vụ internet và thông tin trên mạng, 15/07/2013.

[2] Washington préoccupé par les restrictions aux internautes vietnamiens, La Presse (édité à Montréal), 06/08/2013.

[3] Voir l’analyse de RFI : Au Vietnam, le gouvernement continue sa guerre contre internet et les réseaux sociaux, RFI, 06/08/2013. L’article 5 expose les différentes interdictions.

[4] Le Vietnam impose de nouvelles restrictions aux internautes, Le Monde avec AFP, 02/08/2013.

[5] Vietnam : Business (et censure) as usual…, Médiapart, 28/07/2013.

[6] Le Monde, 02/08/2013, art. cit.

[7] Au Vietnam, le gouvernement continue sa guerre contre internet et les réseaux sociaux, RFI, 06/08/2013 (avec Victor Guillot).

[8] Médiapart, 28/07/2013, art. cit.

[9] RFI, 06/08/2013, art. cit. (avec Victor Guillot).

[10] La Presse, 06/08/2013, art. cit.

[11] Le Monde, 02/08/2013, art. cit.

[12] Au Vietnam, journalistes et blogueurs plus que jamais dans la ligne de mire du pouvoir, RFI, 08/08/2013.

[13] Dieu Cay cesse sa grève de la faim, RSF continue d’exiger sa libération, RSF, 05/08/2013 et l’article du 23/07/2013.

[14] Le Vietnam veut interdire aux internautes de “parler d’actualité”, RSF, 02/08/2013.

[15] RFI, 08/08/2013, art. cit.

[16] Réseaux sociaux : le Vietnam impose la censure, L’informatique, 08/08/2013.

[17] Voir Statement from a network of Vietnamese bloggers: Vietnam should amend law to demonstrate Human Rights Council candidacy commitment, Dan Lam Bao.

[18] RSF, 02/08/2013, art. cit. Voir aussi le communiqué sur News Press.

Elections cambodgiennes : les signes d’un changement en marche

Le Cambodge organisait ce dimanche 28 juillet les cinquièmes élections législatives depuis 1993 avec huit partis politiques en lice [1]. Le résultat ne s’est pas fait attendre et l’issue du scrutin était largement prévisible. Le Parti du peuple cambodgien (ou Parti populaire cambodgien, PPC) dirigé par Hun Sen, l’actuel Premier ministre et homme fort du pays, a d’ores et déjà revendiqué sa victoire aux élections.

Ouverture des urnes le 28 juillet 2013 dans un bureau de vote à Phnom Penh © 2013 Tang Chhin Sothy - AFP
Ouverture des urnes le 28 juillet 2013 dans un bureau de vote à Phnom Penh
© 2013 Tang Chhin Sothy – AFP

Avant même la proclamation officielle des résultats définitifs par la Commission électorale nationale, le parti au pouvoir annonçait avoir remporté 68 sièges contre 55 à l’opposition sur un ensemble de 123 [2]. Cependant, cette victoire qui n’est en rien une surprise, compte tenu des irrégularités et des intimidations dénoncées par l’opposition, est incontestablement une victoire pour le camp de Sam Rainsy, le principal concurrent de Hun Sen. Le Parti du sauvetage national du Cambodge (PSNC) et les autres formations de l’opposition, ont pu  reprendre 35 sièges au PPC, ce qui peut se comprendre comme une « défaite pour le pouvoir » et « un revers pour Hun Sen » [3]. En effet, alors que le PPC confortait sa place au parlement au fil des différentes élections législatives depuis 1993 – 1993 (51 sièges), 1998 (64 sièges), 2003 (73 sièges) et 2008 (90 sièges) [4] -, l’annonce de 68 sièges sonne comme un recul sans précédent pour le parti au pouvoir.

PPC1993-2013

1993-2013 : Ascension et déclin du PPC (Parti populaire cambodgien)

Sigle politique du PPC
Sigle politique du PPC

Fortement contesté ces dernières années pour sa gestion économique du pays, Hun Sen conserve néanmoins le pouvoir qu’il détient depuis 1985. L’homme fort du Cambodge a sans doute beaucoup œuvré pour redresser le Cambodge depuis la chute des Khmers rouges en 1979 mais il a, au fil du temps, mis en place une solide oligarchie, incarnée notamment par ses trois enfants et une garde rapprochée issue du PPC, qui devrait lui succéder le jour venu. Outre la brûlante question foncière et celle des inégalités sociales, c’est d’ailleurs le problème clé de la démocratie qui est mis en avant par l’opposition. Celle-ci reproche régulièrement au pouvoir les violations des droits de l’homme, la corruption, les brutalités policières et réclame l’avènement d’une « véritable démocratie » contre la « dynastie » politique de Hun Sen [5].

Sur ce sujet, il est bien difficile de s’avancer car l’histoire récente du pays nous rappelle que l’avènement d’une démocratie dans ce pays est un sérieux défi à relever. L’historien Henri Locard, professeur à l’Université royale de Phnom Penh, soulignait dans Pourquoi les Khmers rouges cette vérité : « Malgré trois tentatives à l’époque contemporaine d’établir les prémisses d’un Etat de droit, le Cambodge n’a jamais été vraiment une démocratie » [6]. Dans la même veine, il rappelait sur les antennes de RFI : « Le Cambodge a toujours connu un régime de parti unique, sauf entre 1947 et 1955 » [7].

HunSenHero
Hun Sen en “héros du modèle cambodgien de réconciliation nationale” tel que dépeint dans le International Herald Tribune (22-23 June 2013).

Pourtant, il semble bien que quelque chose ait changé avec le scrutin du 28 juillet. Tout d’abord le rapport de force n’est plus le même. Avec 55 sièges l’opposition doit être prise au sérieux et constitue de fait une opposition parlementaire conséquente. Ensuite, la peur n’est plus de mise comme pendant les décennies précédentes. Stéphanie Gée, correspondante de presse au Cambodge, faisait savoir par la voix de quelques témoins choisis que les sigles de l’opposition étaient désormais fièrement exhibés et non plus cachés comme auparavant, que la campagne électorale fut moins violente que par le passé et que la jeunesse s’est fortement mobilisée pour le changement [8]. D’autre part, chacun peut être témoin de la capacité de mobilisation populaire de l’opposition. Le retour de Sam Rainsy dans son pays le 19 juillet dernier a été acclamé par une foule en liesse de plusieurs centaines de milliers de partisans [9].

Deux grandes questions traversent néanmoins l’avènement de cette opposition unie contre Hun Sen. La première est une question identitaire souvent véhiculée et promue par l’opposition parfois de façon crue, voire xénophobe. Car Hun Sen, l’homme à abattre, incarne à lui seul deux défauts majeurs qui cristallise la haine de l’opposition : c’est un ancien Khmer rouge, ce que l’on oublie souvent, et c’est l’homme des Vietnamiens, les voisins honnis de tous mouvements nationalistes cambodgiens.

La seconde question est le défi du passage à la démocratie dans un pays miné par la corruption, le chômage des jeunes, les pratiques politiques ou sociales violentes et les inégalités croissantes. Les deux visages antagonistes de la rue politique cambodgienne se sont dévoilés cette fin de semaine comme le souligne Stéphanie Gée :

La campagne électorale s’est achevée vendredi dans une ambiance festive, marquée par le contraste entre les cortèges du parti au pouvoir et ceux de l’opposition. D’un côté, les supporters du PPC, portant l’uniforme du parti, défilent en rangs ordonnés, à la manière de milices, le sourire en plus. On prône la paix, le développement des infrastructures et les bonnes performances économiques du pays. De l’autre, les foules bigarrées de partisans du CNRP [PSNC], indisciplinées, déambulent dans une ambiance de kermesse. On réclame de meilleures conditions de vie, on condamne la corruption rampante [10].

Ces deux visages sont celui du Cambodge actuel, un pays coincé entre une volonté d’ouverture et de détente politique et la lutte pour le maintient d’une élite politique autrefois formée à Hanoi et qui entend désormais partager avec son voisin de l’Est les fruits d’une expansion économique dans le dos du peuple cambodgien. Hun Sen n’a d’ailleurs pas fait mystère de ses intentions politiques en annonçant quelques semaines avant le scrutin qu’il comptait rester au pouvoir dix années de plus. Âgé de soixante et un ans (il serait né en 1951 ou 1952), l’homme reste en effet un des plus jeunes de la classe politique cambodgienne mais également l’un des plus anciens dirigeants d’Asie avec ses 28 ans au pouvoir.

Entre le désir de se maintenir envers et contre tous et répondre aux nouvelles aspirations de la jeunesse pour la démocratie, représentative d’une certaine modernité politique au Cambodge, il faudra donc choisir. Le danger réside in fine dans le retour de la violence si ces nouvelles aspirations ne sont pas entendues ou, pire, si elles sont délibérément bafouées comme par le passé. L’enjeu est aussi de taille pour l’opposition. Capitaliser cette volonté de changement, l’organiser, la défendre pour se poser en alternative viable sans pour autant verser dans la xénophobie antivietnamienne [11]. Pour l’heure, elle dénonce le résultat d’un scrutin marqué par « un grand nombre d’irrégularités sérieuses » [12].  A n’en pas douter, le Cambodge est avide de changer d’époque.

François Guillemot, 29/07/2013. Mis à jour le 30/07/2013.

Notes

[1] Ouverture des 5es élections législatives au Cambodge, Vietnam +, 28/07/2013. L’information est reprise mot pour mot par l’agence chinoise Xinhua sur le site du Quotidien du peuple en ligne (29/07/2013).

[2] Cambodge : l’opposition revendique la victoire… puis se rétracte, Le Monde, 28/07/2013.

[3] Cambodge: forte poussée de l’opposition, mais le PPC resterait majoritaire, RFI, 28/07/2013.

[4] Elections au Cambodge, Wikipedia, consulté le 28/07/2013.

[5] Au Cambodge, une dynastie politique en construction, La République du Centre, avec AFP, 25/07/2013. Voir aussi : [brève Courrier International] Cambodge : Vers une dynastie politique ?, à lire sur Mémoires d’Indochine, 26/02/2013.

[6] Henri Locard, Pourquoi les Khmers rouges, Paris, Vendémiaire, 2013, p. 13.

[7] RFI, 27/07/2013.

[8] Stéphanie Gée, Cambodge: le scrutin d’une nouvelle ère politique ?, L’Express, 28/07/2013.

[9] Voir Elections cambodgiennes : le retour d’exil de Sam Rainsy, nouvelle donne ?, Mémoires d’Indochine, 21/07/2013.

[10] Stéphanie Gée, Cambodge: le scrutin d’une nouvelle ère politique ?, art. cit.

[11] Voir par exemple, ce que déclarait fin mai 2013 le plus proche collaborateur de Sam Rainsy sur le camp S21 : Kem Sokha Says S-21 Was Vietnamese Conspiracy [The Cambodia Daily].

[12] Cambodge : l’opposition refuse le résultat des législatives, Le Monde, 29/07/2013. Voir aussi : Stéphanie Gée, Législatives au Cambodge: l’opposition demande une enquête sur les irrégularités qu’elle dénonce, RFI, 29/07/2013.

* * *

Logo du CNRP (source : http://cnrp-media.blogspot.fr/)
Logo du CNRP (source : http://cnrp-media.blogspot.fr/)

ANNEXES

Répartition des sièges à l’Assemblée nationale du Cambodge 1993-2013

ElectionsCambodge1993Valeurs : Funcinpec 58 sièges (48%) – PPC 51 (43%) – PLDB 10 (8%) – Molinaka 1 (1%)

ElectionsCambodge1998Valeurs : PPC 64 sièges (53%) – Funcinpec 43 (35%) – PSR 15 (12%)

ElectionsCambodge2003Valeurs : PPC 73 sièges (59%) – Funcinpec 26 (21%) – PSR 24 (20%)

ElectionsCambodge2008Valeurs : PPC 90 sièges (73%) – PSR 26 (21%) – PDH 3 (2%) – Funcinpec 2 (2%) – PNR 2 (2%)

ElectionsCambodge2013Valeurs : PPC 68 sièges  (55%) – PSNC 55 (45%)

© 2013 Mémoires d’Indochine

* * *

Liste des partis politiques bénéficiant de sièges à l’Assemblée nationale du Cambodge (1993-2013) – Source Wikipedia

Elections cambodgiennes : le retour d’exil de Sam Rainsy, nouvelle donne ?

[ndlr] Tous les commentateurs s’accordent sur ce point : le retour de Sam Rainsy, le principal opposant politique à Hun Sen, après quatre années d’exil en France pourrait changer la donne lors des élections législatives du 28 juillet prochain.

Son arrivée à Phnom Penh fut acclamée par des milliers de gens en liesse. Cette nouvelle a surtout revigoré les partisans de son parti le Cambodia National Rescue Party (CNRP) ou Parti du Salut national du Cambodge (ou Parti du Sauvetage national) qui croit désormais à la possibilité d’accéder au pouvoir. Sam Rainsy lui-même se présente comme seule réelle alternative démocratique viable à Hun Sen et, cultivant cette image d’homme providentiel, en appelle à “sauver” le Cambodge. A peine rentré dans son pays, il revendique son droit de participer à l’élection sur les terres de son rival dans le sud du pays. L’enjeu est particulièrement important pour ce pays qui émerge difficilement sur le plan économique et qui reste miné par la corruption et les inégalités sociales.

Pour la première fois dans l’histoire du Cambodge moderne, il y a une opposition démocratique unie et cela change la donne. C’est une des conditions sine qua non pour faire tomber les régimes dictatoriaux et cela réveille les espoirs“. Sam Rainsy lors d’un entretien accordé à L’Express le 18 juillet 2013 (voir plus bas).

SamRainsyReturn

Sam Rainsy de retour au Cambodge est acclamé par une foule de partisans
© 2013 Reuters/Samrang Pring

A lire :

Au Cambodge, des élections auront lieu dans une semaine. Le principal parti de l’opposition, le Parti du sauvetage du Cambodge (CNRP), rêve d’une alternance politique. Ce dimanche 21 juillet, son chef Sam Rainsy, fraîchement gracié et de retour au pays, a demandé à la commission électorale le droit de se présenter. Lire la suite…

C’est un jour important pour le Cambodge. Le chef de l’opposition Sam Rainsy a atterri ce vendredi matin à Phnom Penh, après trois ans d’exil à Paris. Le leader du parti d’opposition pourrait être le futur Premier ministre s’il arrive à se présenter aux élections du 28 juillet. Lire la suite…

Après bientôt quatre ans d’exil volontaire, le leader de l’opposition Sam Rainsy a fait son grand retour au Cambodge ce vendredi 19 juillet, soit dix jours avant la tenue des élections législatives. A la faveur d’un récent pardon royal qu’a sollicité pour lui le puissant Premier ministre Hun Sen, le principal opposant revient en homme libre, échappant ainsi à une condamnation à onze ans de prison. Une rentrée au pays saluée dans la liesse par une foule nombreuse de militants. Lire la suite…

Des dizaines de milliers de partisans ont salué vendredi le retour d’exil du chef de l’opposition cambodgienne Sam Rainsy, gracié par le roi alors que son parti espère mettre fin à près de trente années de pouvoir du Premier ministre. «Je suis très heureux. Je suis revenu pour sauver la nation, avec vous tous», a déclaré Rainsy à son arrivée, embrassant le sol à l’aéroport. Lire la suite…

* * *

Thụy Khuê: Nhân Văn Giai Phẩm và vấn đề Nguyễn Ái Quốc [online]

NhanVanGiaiPham

Thụy Khuê, Nhân Văn Gai Phẩm và vấn đề Nguyễn Ái Quốc. Biên khảo, Falls Church, VA, Nxb Tiếng Quê Hương, 2012, 976 p. (25 chapitres, 4 entretiens en annexe, illustrations, bibliographie pp. 959-969).

L’ouvrage de la journaliste, écrivaine et critique littéraire Thuy Khue sur le mouvement Humanisme & Belles Œuvres est désormais en ligne.

Cet essai majeur sur le célèbre mouvement intellectuel qui secoua la RDVN dans les années cinquante au sortir de la guerre d’Indochine regorge de détails intéressants sur les parcours des acteurs et le contexte politique. L’ouvrage est le résultat d’un travail de longue haleine qui débuta en 1984. Il se présente sous la forme d’une série d’articles consacrés à l’histoire du mouvement, à son origine, à son impact, à son contexte (chapitres 1 à 7), agrémenté de chapitres biographiques (8 à 14 puis 16, 21, 23) sur les personnalités de premier plan comme Nguyen Huu Dang, Le Dat, Tran Dan, Nguyen Manh Tuong, Phan Khoi ou Thuy An. Comme l’indique le titre, le parcours de Nguyen Ai Quoc (futur Ho Chi Minh) en France est interrogé à travers une véritable enquête qui confronte les sources (chap. 16 à 19).

L’originalité de cette publication en ligne réside dans la mise à jour que l’auteure met en pratique. La version livre publiée en 2012 chez Tieng Que Huong en Virginie est désormais complétée par des documents fournis par le poète Hoang Cam en novembre 2012. Notez que l’on peut également télécharger la dernière mise à jour de mars 2013 directement sur le site de Thuy Khue. Pour résumer brièvement, l’ouvrage est d’une lecture passionnante, il se fonde sur une enquête minutieuse qui permet à l’auteure de proposer son analyse tranchée. En outre, à travers plusieurs chapitres clés (6, 15, 20, 24, 25), il se révèle être une contribution importante à la compréhension de l’émergence du combat des intellectuels et d’une pensée démocratique dans le Viêt-Nam colonisé puis “communisé”.

FG, 18/06/2013.

Lien pour accéder à l’ouvrage en ligne :

Thụy Khuê : Nhân Văn Giai Phẩm và vấn đề Nguyễn Ái Quốc

PDF en ligne sur Viet Nam Van Hien.net (version 01-1212)