Archives par mot-clé : démocratie

Bernard Bruneteau : L’âge totalitaire [2011] – CR de lecture par François Guillemot

Bruneteau_L'AgeTotalitaireBernard Bruneteau, professeur de science politique à l’université Rennes 1, est bien connu pour ses travaux sur l’histoire des idées et des théories politiques en particulier pour ses recherches approfondies sur le totalitarisme. L’ouvrage que nous présentons ici intitulé L’âge totalitaire, idées reçues sur le totalitarisme est paru en 2011 aux éditions Le Cavalier Bleu au sein de la collection « Idées reçues » dont l’objectif est annoncé sur la page de garde de l’ouvrage :

Issues de la tradition ou de l’air du temps, mêlant souvent vrai et faux, les idées reçues sont dans toutes les têtes. L’auteur les prend pour point de départ et apporte ici un éclairage distancié et approfondi sur ce que l’on sait ou croit savoir.

Autant dire que l’exercice paraît ardu car les idées reçues peuvent se révéler de pures constructions imaginées par l’auteur autant qu’elles peuvent être identifiées et perçues comme telles, c’est-à-dire de véritables idées reçues. Comment mesurer par ailleurs ce qu’est une « idée reçue » ou ce qui ne l’est pas ? C’est tout l’intérêt de cette collection qui, d’une façon plus générale, nous propose de réfléchir sur le temps présent en considérant ce qu’il reste du passé dans les esprits, ce qui est passé à la postérité pour se transformer en une vérité absolue rarement remise en cause. Et les exemples en histoire sont nombreux. On comprend ainsi l’objectif pédagogique de la collection.

Définir le totalitarisme

L’ouvrage de Bernard Bruneteau consacré à L’âge totalitaire entend remplir le contrat du Cavalier Bleu en interrogeant, comparant ou discutant l’objet « totalitarisme » à travers quatre grandes parties (contenant elles-mêmes 4 ou 5 points clés). Avant d’entrer dans le vif du sujet ou plutôt, dirons-nous,  c’est sa façon d’entrée dans le sujet, l’auteur s’attarde sur deux pages à définir le totalitarisme en rappelant l’origine italienne du terme (adjectif ou substantif) dans les années 1920 pour désigner les pratiques du pouvoir mussolinien. Le concept s’étoffe immanquablement dans les années trente avec l’avènement des régimes nazis et soviétiques pour connaître son « âge d’or » avec la Guerre froide, s’éclipser dans les années 60/70 et revenir en force avec les bouleversements en Europe de l’Est dans les années 1990. Fait important, à travers cette définition concise, l’auteur démontre la pluralité du ou des totalitarismes au XXe siècle et surtout que le terme « ne saurait être exclu de son interprétation » (p. 8).

La définition des pp. 7-8 est affinée par un encadré qui entend distinguer « dictature, autoritarisme et totalitarisme » (pp. 9-10) en mettant en avant les différences « de nature » et non de degrés entre ces pratiques de pouvoir. La dictature, notion antique et institutionnelle, se différencie des projets totalisants de Moscou, Rome ou Berlin où « l’homme nouveau » est dissolu dans l’État-Parti. En citant Philippe Bénéton, Bernard Bruneteau illustre parfaitement ce qui les distingue : « l’autoritarisme impose aux hommes une reddition partielle, le totalitarisme vise à une reddition totale ». Projet inédit du XXe siècle que l’auteur résume également dans sa dernière phrase de conclusion : « réduire le politique a un combat total et inexpiable contre un Ennemi total » (p. 164).  Pourtant s’il entend déconnecter sur le plan conceptuel « le modèle dictatorial issu de la Révolution française » comme source d’inspiration des régimes soviétiques, fasciste et nazi, on doit rappeler l’exception asiatique où bon nombre de jeunes étudiants chinois, vietnamiens ou khmers en études en France ont défendu cette source d’inspiration pour établir, lorsqu’ils furent parvenus au pouvoir, le totalitarisme dans leurs pays respectifs (voir à ce sujet Henri Locard, Pourquoi les Khmers Rouges). Rien n’est à priori simple.

L’introduction offre au lecteur le panorama général du genre « totalitaire » qui envahit la littérature fictionnelle ou scientifique surtout à partir des années 1970. Cependant, les nouvelles approches pluridisciplinaires et plutôt pointues interrogent moins le concept que la réception des pratiques du pouvoir des différents totalitarismes. Ainsi, Bernard Bruneteau souligne ce fait majeur de l’évolution de la recherche en sciences sociales : « L’idéal-type du totalitarisme ne se confond pas avec la réalité des totalitarismes » (p. 12). Mais il rappelle la difficulté intrinsèque de la tâche dans l’utilisation du terme par les chercheurs car « son emploi a souvent été pénalisé par l’existence de forts enjeux idéologiques », liés aux combats et aux guerres du XXe siècle. C’est ainsi que « pour une part notable de l’intelligentsia, la mémoire des totalitarismes reste différentielle et sélective » (p. 13). A l’appui de cette démonstration, l’auteur rappelle les controverses des ouvrages sur le communisme dans les années 1990. Cette réserve sur les difficultés à appréhender le phénomène permet à l’auteur d’opter pour « une version modérée et ouverte du concept de totalitarisme » (p. 14) point de départ de son analyse et du décryptage des idées reçues qui accablent le concept. Il ajoute à cela une dimension comparatiste pour mieux rendre compte du cadre de « l’âge totalitaire » incarné par « la seconde guerre de trente ans (1914-1945) » qui frappe l’Europe. Le cadre est ainsi posé, permettant à l’auteur d’aborder la question à travers ses quatre parties.

Retraçons ici le contenu de ces quatre parties éclairantes et très bien organisées (renommées ci-après par nos inter-titres) qui inviteront le lecteur à se plonger dans les recherches de Bernard Bruneteau.

Plongée dans l’univers totalitaire

Dans une première partie intitulée « Qu’est-ce que le totalitarisme ? », l’auteur développe avec soin la discussion du concept et son ancrage « idéaliste et anachronique » dans l’antiquité tant occidentale qu’orientale (voir l’encadré « Platon totalitaire ? » pp. 21-22). Le changement de perspective plus réaliste qui intervient ensuite met l’accent, à l’aune des expériences bolchévique, fasciste et nazie, sur « une même conjoncture matricielle » (p. 20) liée aux bouleversements économiques et sociaux doublés de l’avènement d’idéologies extrêmes à la fin du XIXe siècle. Maturation puis éclosion au sortir de la Première Guerre mondiale dans un processus qui affecte profondément la légitimité démocratique.

Le second chapitre de cette partie se focalise sur les dérives du concept de totalitarisme et de son instrumentalisation (anticommunisme militant) pendant la guerre froide ce qui permet à l’auteur de revenir à la genèse du concept (Italie, 1923 ou 1925) tout en analysant finement les présupposés que cela implique pour tout chercheur. Notamment, « que l’usage du concept suppose d’accepter de penser préalablement dans les limites de la démocratie libérale » (p. 25). Sa première fonction antifasciste s’est ainsi développée pour « critiquer tous les régimes négateurs de liberté » (p. 26). Le chapitre se ferme sur deux parenthèses explicites : la première évoque un essai précoce de comparaison bolchevisme-fascisme paru en 1926 et en souligne la pertinence, le second propose une fiche de lecture concise et claire de l’ouvrage clé d’Hannah Arendt (pp. 28-29).

Le chapitre suivant poursuit l’investigation en décryptant les relations ambigües dans l’utilisation du terme de démocratie en liaison avec le totalitarisme. Il rappelle les « finalités démocratiques » défendues par les régimes hitlériens, mussoliniens ou staliniens s’appuyant sur l’avènement des masses ou du « peuple », véritable acteur de la démocratie. Une démocratie organique, promue encore aujourd’hui par les extrêmes, un corps-social sur lequel doit reposer le régime. Le débat est bien mené par l’auteur qui analyse les interactions complexes à partir de l’idée « souveraineté populaire », un mythe issu de la Révolution française. Démocratie directe (par le peuple) ou représentative (par les élus), la question est toujours d’actualité dans le débat politique justement démocratique de notre société. Pour aller dans le sens de cette perspective rappelons au lecteur que le Cambodge des Khmers Rouges s’était autoproclamé « Kampuchéa Démocratique », une démocratie totalitaire organisée par l’Angkar, « l’organisation », sensée incarner le peuple khmer, qui fut lui par contre, sauvagement réprimé (1,7 million de morts sous ce régime).

Le chapitre quatre est une excellente déclinaison du précédent. En s’intéressant à la sociologie des corps sociaux qui portent le totalitarisme au pouvoir, l’auteur réfute la thèse de l’homme-masse totalitaire, incarné par la « plèbe », pour démontrer un processus plus complexe. Il s’appuie dans ce sens sur l’étude pionnière de Rudolf Heberle publiée en 1945 qui analyse le premier bastion électoral du parti nazi (p. 42).

Le cinquième chapitre de cette partie inspecte les relations parfois tendues, concurrentielles ou conflictuelles, entre l’État et le Parti que l’on retrouve dans la dichotomie entre un État de normes (lois, administration) et un État d’intervention (arbitraire, violence) (p. 50). La notion d’État total est ainsi discutée à partir des exemples fasciste et nazi et enfin soviétique. La tension et les interactions, voir l’imbrication, entre les deux entités permettent à l’auteur de souligner l’utilisation impropre de la notion « d’État totalitaire », tant cet État est pris en tenailles par un Parti unique, « véritable moteur du mouvement de domination et de refonte du social » (p. 52). Sur ce dernier point une analyse des tensions au sein de l’État chinois sous la Révolution culturelle pourrait servir d’exemple à cette confrontation complexe entre l’État et un pouvoir révolutionnaire aux mains du chef charismatique des Gardes rouges (complexité supplémentaire en Chine populaire où le Parti se purge en même temps).

Comparer pour mieux comprendre

La seconde partie (« Fascisme, nazisme et communisme ») s’inscrit dans une perspective ouvertement comparatiste en bousculant pour de bon les idées reçues. En préambule, l’auteur prend ses dispositions en proposant une « chronologie totalitaire comparée » (pp. 54-55) qui pose d’emblée l’intérêt qu’il y a à comparer les systèmes et les pratiques de pouvoir.

Le premier chapitre questionne la pratique totalitaire de l’Italie mussolinienne et en définit « son caractère paradoxal » (p. 57). Il rappelle l’évolution historiographique qui admit difficilement le caractère totalitaire du régime mussolinien désormais bien mis en avant par les recherches d’Emilio Gentile (voir p. 59 et données chiffrées p. 63). L’accélération totalitaire du régime à partir de 1936 est démontrée par le « projet anthropologique » du Parti national fasciste (p. 62).

Le second chapitre explore la dimension stalinienne du soviétisme en soulignant l’apport crucial de Lénine dans la fabrique totalitaire. En outre, il réfute l’opposition classique entre un Lénine socialiste critique et un Staline incarnation d’une dérive non souhaitée et non programmée. Au contraire, l’étude de Lénine dans le texte et dans les actes démontre que tous les ingrédients du totalitarisme sont là (Tcheka police politique, ennemi du peuple, terreur légale, p. 69 ; épuration du corps social, p. 70). L’auteur cite à ce propos deux textes édifiants, l’un de Lénine sur le Parti révolutionnaire idéal (p. 70) défini dans Que Faire ? (1902) et l’autre sur le mécanisme de la terreur (p. 71).

Le troisième chapitre confronte les politiques de Staline et d’Hitler et questionne leur « rationalité ». Si l’une est permise dans le cas des études sur Staline, elle s’avère sévèrement remise en cause et dénoncée pour Hitler. En s’appuyant sur cette dichotomie rationalité/irrationalité, l’auteur entend dépasser le clivage qui perdure dans l’étude des deux totalitarismes et de définir ce qui apparaît comme rationnel dans l’irrationalité présupposée (voir p. 79). Il s’appuie sur les travaux novateurs d’Ernst Nolte (mais également critiquables, p. 74) et de François Delpla, biographe d’Hitler (p. 78), pour tenter de cerner la rationalité du nazisme. Il expose enfin « le mythe de la rationalité stalinienne » en s’appuyant sur un extrait du trotskiste Isaac Deutscher (pp. 80-81). Cet aller-retour sur les deux grandes figures du totalitarisme invite le lecteur à se plonger dans la tête de leurs auteurs, de les prendre au sérieux et de les confronter à leurs actes.

Enfin, le quatrième et dernier chapitre de cette partie analyse la séduction ambiguë exercée par l’idéologie communiste sur les intellectuels occidentaux. Cette séduction est largement nourrie par le rôle qu’entend assigner aux intellectuels le projet communiste à visée émancipatrice et par la violence doublée d’un déni du rôle de l’intellectuel dans les régimes fascistes ou nazis. Mais l’auteur démontre qu’il ne s’agit là que d’une « réalité partielle » (p. 85) si l’on regarde de plus près la persécution des intellectuels à l’évènement du pouvoir bolchévique elle s’avère implacable visant à primer l’ignorantisme et l’adhésion aveugle. Du côté du fascisme et du nazisme, l’adhésion d’une vague d’intellectuels longtemps ignorée par l’historiographie démontre que les deux pratiques totalitaires ont engendrées des intellectuels porteurs et missionnaires des valeurs du nouveau monde, du nouvel homme que ces régimes prônaient (p. 89). Dans cette configuration, ils se retrouvaient n’être que des « ingénieurs de l’âme » (expression de Staline), qu’ils fussent fascistes, nazis ou communistes.

Le totalitarisme à l’épreuve du monde réel

La troisième partie intitulée « Pouvoir, idéologie et société totalitaires » ambitionne d’interroger la mise en pratique du totalitarisme à travers quatre thèmes : l’ordre totalitaire, la résistance au totalitarisme, l’idéologie totalitaire comme outil central du système, et « l’Homme nouveau ».

En premier lieu, l’auteur analyse la réalité de l’ordre totalitaire qui s’avère être le plus souvent une façade masquant les conflits de pouvoir. En s’appuyant sur le communisme et le nazisme, il démontre au contraire le grand désordre qui parfois accompagne ces régimes jusqu’à la paranoïa. Toutefois, « la résistance du réel » à la représentation totalitaire (discours, arts, architectures) reste toute relative car l’idéologie « façonne les conduites » (p. 98).

La question de la résistance ressurgit dans le chapitre suivant pour atténuer l’image toute puissante du big brother de 1984 (Orwell) illustration typique de l’univers totalitaire. L’historiographie récente, en particulier en histoire sociale, s’est intéressée aux formes de résistance civile au sein des régimes totalitaires. Aux résistances ouvertes et spectaculaires bien connues (voir l’encadré sur les « Pirates de l’Edelweiss », p. 107 ou le « Complot du 20 juillet [1944] » contre Hitler rappelé en p. 168), il faut ajouter la résistance « des gens ordinaires » (p. 104) aux politiques des régimes soviétique ou nazi.

Le chapitre trois pose la question de l’idéocratie soit une forme de « sur-réalité idéologique » (p. 110) qui guide les régimes totalitaires. L’auteur entend reconnecter celle-ci dans son contexte social, « dans le concret ». A l’appui d’une histoire sociale qui nuance les effets du totalitarisme, il rappelle ce point essentiel :

« Plus que l’idéologie, c’est le cloisonnement social, les clivages et l’hétérogénéité qui constitueraient le levier le plus sûr de la domination totalitaire en rendant la prise de conscience et l’opposition plus difficiles, voire impossibles » (pp. 111-112).

Cette tension est bien décrite par l’auteur qui remarque qu’entre une histoire sociale qui donne la prépondérance aux facteurs sociaux et une histoire plus politique qui s’appuie sur le facteur idéologique de ces régimes, il existe une voie médiane. Celle-ci permet de souligner les interactions qui peuvent exister entre le pouvoir et la société, entre le haut et le bas, entre l’idéologie divulguée et ce qu’en fait les citoyens. Pour illustrer cette question, l’auteur retrace brièvement l’évolution de « la pensée Mao Zedong » et de son impact (p. 114) puis décrypte « l’utopie meurtrière » des Khmers rouges qui mena au génocide que l’on connaît. Il inscrit ce dernier autant dans une utopie idéologique que dans une brutalisation générale de la société cambodgienne en prise à la guerre civile et l’élargissement du conflit indochinois accompagnés de facteurs plus spécifiques (nationalisme, racisme, violence, société rurale vengeresse…) (p. 115). Ceci dit, à notre avis, cette interprétation sociale et culturaliste n’est pas forcément très convaincante si l’on établit une comparaison avec le Viêt-Nam voisin. Divisé par une guerre civile atroce et tout autant brutalisé, il ne se lança pas dans une vaste entreprise de destruction génocidaire malgré la sévère répression politique post-1975. La radicalité du régime des Khmers rouges reste un élément clé du questionnement des chercheurs.

Le chapitre qui clôt cette partie déconstruit le mythe de « l’Homme nouveau » des régimes totalitaires. Celui-ci apparaît d’emblée « plus crédible dans l’univers du communisme » en rupture avec « le Capital, Dieu et l’autocratie » (p. 117) alors que du côté fasciste ou nazi, il peine à masquer les rapports d’exploitation qui perdurent. Cette approche binaire perceptible dans la première historiographie laisse désormais place à une histoire qui analyse en profondeur « l’homme nouveau » des fascismes en soulignant son caractère radical et révolutionnaire. La représentation de cet homme idéalisé (guerrier, athlète, travailleur) s’inscrit contre l’anti-modèle incarné par le « bourgeois », le « dégénéré » ou le Juif (p. 122). L’auteur souligne l’inanité et l’échec de cette révolution anthropologique portée par des régimes totalitaires qui se délitent dans la guerre.

Discuter le totalitarisme

La quatrième partie (« Le totalitarisme : un objet polémique ») revient sur des points chauds et fondamentaux qui illustrent sans doute le mieux la question des idées reçues sur le sujet. En cinq chapitres, les questions les plus sensibles sont abordées. Trois chapitres interrogent de nouveau la pertinence d’une comparaison entre nazisme et communisme, deux autres questionnent le concept du totalitarisme confronté à l’histoire sociale et à la mondialisation actuelle.

Le premier chapitre entend démontrer la viabilité d’une comparaison entre soviétisme et nazisme. Bernard Bruneteau rappelle les éléments constitutifs de cette « thèse de l’équivalence » (caractère génocidaire de la famine ukrainienne, l’Holodomor, en encadré pp. 129-130) mais en souligne les limites. En effet, les visées nazies et soviétiques possèdent de vraies différences : l’une veut détruire une « pseudo-race » et l’autre construire un homme nouveau par tous les moyens (p. 131 citant Raymond Aron). Tout en mettant en avant les divergences de vues et d’action entre les deux systèmes, l’auteur défend la validité d’une comparaison sur la base d’une échelle de crimes de masse commune. Avec pertinence et finesse, il poursuit son raisonnement en distinguant l’impact de ces crimes sur les sociétés occidentales et « la longue asymétrie en matière de ressources documentaires » qui peut poser problème aux historiens (p. 132). La comparaison entre les deux systèmes est victime d’une distinction morale qui provoque des réactions affectives entre les supposés « bien » (« universalisme humaniste » défendu par l’Union soviétique) et « mal » (hiérarchie, inégalité, politique différentialiste : valeurs antihumanistes du régime nazi). Une distinction morale qui n’existe pas chez les dissidents de l’Est, bien placés pour avoir expérimentés les fameuses valeurs humanistes du communisme. En quelque sorte, la criminalité totalitaire reste aujourd’hui encore pénétrée de ces deux idées reçues. Un encadré rappelle l’importance des procès Kravchenko et Rousset dans la connaissance par l’opinion publique des camps russes et le départ du comparatisme entre les deux expériences concentrationnaires nazies et soviétiques rapportées par Margarete Buber-Neumann (p. 133).

Le second chapitre analyse en détail « le pacte totalitaire » nazi-soviétique, symbolisé par le pacte de non-agression du 23 août 1939 signé entre l’Allemagne nazie et l’Union soviétique. L’auteur nuance la portée diabolique et secrète de ce pacte en rappelant la realpolitik stalinienne soucieuse d’une guerre généralisée néfaste pour le projet politique russe du « socialisme dans un seul pays » (p. 139). Pour autant, les deux thèses « pacte totalitaire » ou « realpolitik de circonstance » possèdent des nuances ce qui amène l’auteur à énoncer un entre-deux alliant culture politique et perception subjective, une véritable « realpolitik totalitaire » (p. 141) que Staline incarna le mieux.

Le troisième chapitre aborde une des questions historiographiques les plus sensibles à savoir l’approche de ces phénomènes par l’histoire sociale qui tend à rendre « obsolète la notion de totalitarisme » (p. 143). L’auteur rend compte de cette « guerre civile intellectuelle » qui oppose les tenants d’une histoire « d’en-bas » (groupes et facteurs sociaux) à ceux de l’histoire « d’en-haut » (idéologie, structures, élites) dans leurs recherches sur le communisme soviétique. Les thèses de l’école « totalitarienne » (système bureaucratique commandant une société par l’idéologie toute puissante) sont défaites par l’école « révisionniste » américaine qui offre à travers une histoire du quotidien (Alltagsgeschichte) ou des rapports sociaux une vision plus nuancée de l’expérience communiste. Cependant, l’auteur perçoit les limites de cette dernière approche en soulignant :

« A voir dans l’URSS stalinienne une société plus qu’un régime, les tenants du révisionnisme ‘dur’ se condamnent à manquer justement ce qui la distingue d’autres formes de pouvoir : la programmation et l’usage de la violence de masse » (p. 146).

Avec l’accessibilité à de nouvelles archives, le clivage s’efface au profit d’une recherche qui analyse désormais les deux volets de la pratique totalitaire, une pratique à la fois vue d’en-haut et vue d’en bas et ses interactions évidentes. Enfin, il apparaît que le révisionnisme américain de la première heure admet sa sous-estimation du facteur politique dans l’analyse de la terreur et de la violence de masse (voir p. 142 sur John Arch Getty) et s’accommode désormais de l’approche « totalitarienne » (p. 148 à propos de Sheila Fitzpatrick) difficilement réfutable en bloc.

Cette tension dans les analyses rebondit dans le chapitre quatre de cette partie consacré au comparatisme entre nazisme et communisme. Ce chapitre renvoie aux précédentes questions évoquées dans la seconde partie de l’ouvrage mais s’attarde ici sur la pertinence du comparatisme. Celui-ci est réfuté par certains intellectuels sous l’emprise de l’émotion et de la morale qui continuent de percevoir des différences majeures entre les deux projets totalitaires. Pour eux, le goulag stalinien n’est pas le camp de concentration nazi. Le premier incarne la dérive meurtrière d’une doctrine communiste « à visée émancipatrice » tandis que l’autre affiche d’emblée une conception inhumaine de l’homme (p. 149) : « le nazisme est par essence monstrueux, le communisme a abouti a des résultats monstrueux » (p. 149). Or cette approche clivée et tranchée (Lumières/Anti-lumières ; Révolution/Contre-révolution) fait fi d’une part, des convergences repérables entre les deux idéologies et d’autre part, de la dimension criminelle réelle et effective au delà des simples objectifs affichés et intentions divulguées par l’idéologie. Bref, la part des actes dans l’analyse prend tout son sens et droit être prise au sérieux d’autant plus que les deux systèmes engendrèrent des millions de victimes et fonctionnèrent avec des modalités de pratique totalitaire largement identifiables et comparables (voir aux pp. 152-154). Une similitude illustrée par le dialogue imaginaire de Vassili Grossman entre un chef de camp SS et un détenu communiste proposé en encadré (p. 155).

Pour clore cette partie, l’auteur s’intéresse au phénomène actuel et assez général de dénigrement du « libéralisme globalisé ». Celui-ci incarnerait un nouveau totalitarisme pour la gauche radicale comme pour la Nouvelle droite. Il n’est pas rare en effet de voir que les deux extrêmes (gauche et droite) s’accordent pour dénoncer le « capitalisme total », la dictature des marchés, les régimes globalitaires supplantant les anciens systèmes totalitaires, voire la « terrorisation démocratique » (p. 158) processus de destruction et de déracinement des hommes. Mais cette « vulgate alarmiste et réductrice » (p. 158) repose sur une lecture quelque peu rapide des thèses anticapitalistes du philosophe Herbert Marcuse, célèbres dans les années 1970. Car, Bernard Bruneteau le souligne, dans son approche de l’État libéral à l’État totalitaire, Marcuse se garde bien de tout confusionnisme et ne dénigre pas le rôle protecteur des démocraties vis-à-vis des droits des citoyens. Ainsi, « l’identification polémique néolibéralisme/totalitarisme pêche surtout par une vision réductrice du totalitarisme lui-même, assimilé à une ‘tendance’ repérable au cœur même des sociétés démocratiques » (p. 161). Or, la logique totalitaire vise « à mettre fin à la différenciation État/société par le biais d’incarnations successives (Peuple, Parti, Chef) » (p. 162).

La conclusion courte ne s’attarde pas sur ce qui a été vu et synthétise bien l’évolution historiographique. Dans un premier temps, l’auteur en rappelle les grands jalons que l’on peut reproduire schématiquement ainsi :

  • Années 1950 / Guerre froide / Modèle totalitaire statique avec fonction apologétique de l’ordre démocratique occidental / Interprétation des sciences politiques
  • Années 1960 / Révision historiographique USA et RFA / Déconstruction du modèle totalitaire / Prépondérance de l’histoire sociale
  • Années 1970 / Dissidents de l’Est + Génocide cambodgien / Question centrale des Droits de l’homme / Nouvelle exploration
  • Fin des années 1980 et années 1990 / Disparition de l’URSS / Retour en force du concept / Clé d’interprétation du XXe siècle

Dans un second temps, il fait le point sur l’historiographie des vingt dernières années en soulignant la pluralité des approches et des résultats obtenus. En modifiant l’échelle d’analyse sur une durée plus longue, il met également en avant la particularité du XXe siècle dans l’accomplissement de ces phénomènes, perceptibles dans la périodisation dite de « la seconde guerre de trente ans » (1914-1945). Exploré sous toutes ses facettes depuis les années vingt, le concept de totalitarisme reste pertinent et « indépassable » (p. 164). Il ne manque cependant pas de susciter de nouvelles controverses dans son utilisation parfois dévoyée contre un ennemi potentiel.

L’ouvrage est complété par deux annexes très utiles. La première est un glossaire de 21 termes et deux auteurs (pp. 167-174) qui permet au lecteur de se repérer dans les expressions typiques évoquées au fil du texte (il y manque toutefois les expressions Holodomor et Alltagsgeschichte utilisées dans le texte). Le glossaire est suivi par une bibliographie de références sur les dernières études comparatistes, celles qui étudient l’évolution du concept, puis couvrant les œuvres littéraires et cinématographiques clés. Enfin, une cinquantaine de titres présentée par chapitre permet d’approfondir chaque « idées reçues » (pp. 175-180).

* * *

Cet ouvrage dense, précis et très clairement rédigé balaie ainsi de nombreux points importants sur un sujet à l’historiographie abondante toujours aussi sensible aux conjonctures et à l’évolution de notre monde. Le parti pris de Bernard Bruneteau de ne prendre parti pour telle ou telle thèse savamment énoncée est perceptible par l’utilisation régulière du conditionnel. Cela lui permet de conserver le recul nécessaire lorsqu’il évoque les controverses sur Ernest Nolte (p. 128) ou les travaux des « révisionnistes » américains sur l’histoire soviétique (p. 112 et sur John Arch Getty, p. 142). Si le petit ouvrage brasse l’essentiel des thématiques, d’autres aspects pourraient faire l’objet d’une investigation. Par exemple, la métamorphose des systèmes étudiés, celle d’un système vers un autre, d’une pratique vers une autre (réconciliant de fait les approches « totalitarienne » et « révisionniste »). La transformation des États communistes du totalitarisme à l’autoritarisme en est un exemple frappant. Les passerelles idéologiques ou les parcours des hommes pourraient également faire l’objet d’un chapitre. De même, la question de l’hybridité de certains systèmes qui oscillent entre totalitarisme et autoritarisme, conservant des éléments de l’un ou de l’autre de ces systèmes est une question qui a sa pertinence. L’ouvrage peut également être lu comme un plaidoyer pour le comparatisme car la question est abordée à plusieurs reprises et à bon escient. A l’heure où les démocraties soumises aux fortes contraintes économiques de la mondialisation présentent des signes de faiblesses et à l’heure de l’émergence de forces populistes cet ouvrage se révèle être d’un intérêt vif et particulier. En outre, il offre au lecteur toutes les clés pour approfondir la réflexion.

François Guillemot, 24/11/2013.

Réf. : Bernard Bruneteau, L’âge totalitaire. Idées reçues sur le totalitarisme, Paris, Éditions Le Cavalier Bleu, 2011, 180 p.

Autres ouvrages du même auteur sur ce sujet :

  • Bernard Bruneteau, Le totalitarisme. Origines d’un concept, genèse d’un débat, 1930-1942, Paris, Cerf, 2010.
  • Bernard Bruneteau, Le siècle des génocides, Paris, Armand Colin, 2004.
  • Bernard Bruneteau, Les totalitarismes, Paris, Armand Colin, 1999 (réédition actualisée en 2013).

Sam Rainsy : We Didn’t Start the Fire – My Struggle for Democracy in Cambodia [parution]

SamRainsy_WeDid'ntStartTheFire[ndlr] Présentation de l’éditeur.

Cambodia’s long-time opposition leader and former finance minister Sam Rainsy is committed to establishing democracy in his homeland. He is in exile in France to avoid a twelve-year prison sentence on politically motivated charges, and is banned from contesting the July 2013 elections. In this autobiography, he recounts his early years in Cambodia, his family’s expulsion and his relationship with Sihanouk, the Khmer Rouge regime, the Vietnamese occupation, and Hun Sen’s control of the country since the 1980s.

With conviction and insight, Sam Rainsy addresses the issues of poverty and injustice in his country and discusses the challenges to initiating real political, social, and economic reform. His proposals provide a long-term roadmap for a new Cambodia.

Highlights

• How Sam Rainsy was twice subjected to politically motivated assassination attempts

• Sam Rainsy’s relationship, through the years, with Sihanouk

• How Sam Rainsy and his wife tried to save Western hostages held by the Khmer Rouge in 1994

• How the merger of the Sam Rainsy Party with the Human Rights Party creates a new political force that can end Hun Sen’s dominance

• Sam Rainsy’s manifesto for a new Cambodia

 

Réf. Sam Rainsy (With David Whitehouse), We Didn’t Start the Fire. My Struggle for Democracy in Cambodia, Chang Mai : Silkworm Books, 2013, 210 p.

David Whitehouse is a British journalist in Paris.

Source : Silkworm Books

Ouvrage du même auteur : Sam Rainsy, Des racines dans la pierre, Paris, Calmann-Lévy, 2008.

Conférence : La révolution inachevée du nationalisme vietnamien – François Guillemot

Guillemot_PageTitre_RévolutionInachevéeCette communication s’intéresse aux projets avortés ou inachevés dans la construction d’un Viêt-Nam non communiste. Les différents processus, rappelés brièvement, permettent de comprendre ce qui fonde le Viêt-Nam actuel dans toute sa complexité. Nous interrogeons les rapports ambivalents entre nationalisme et démocratie à l’aune de quatre phases : situation coloniale, temps des révolutions, lutte pour l’indépendance, transformation idéologique. Toute une série d’acteurs impliqués à divers degrés dans l’avènement d’une solution politique démocratique et leurs projets sont évoqués, pour l’essentiel : Phan Chau Trinh, Nguyen An Ninh, Pham Quynh, Hoang Dao, Hoang Van Co, Tran Van Tung, Nguyen Van Tam, Nguyen Ngoc Huy, Nguyen Van Bong, Nguyen Manh Tuong, Ha Si Phu, Nguyen Ho, Tran Do…

Tran Van Tung et l'idéal d'un nationalisme libéral, humaniste et progressiste.
Tran Van Tung et l’idéal d’un nationalisme libéral, humaniste et progressiste.

Ainsi cet essai d’interprétation privilégie les projets politiques d’une multitude d’acteurs qui inscrivirent le devenir de leur pays dans un processus démocratique, dans une « pravis non-révolutionnaire » qui s’opposa sur de nombreux points aux projets et sratégies révolutionnaires qu’ils aient été nationalistes ou communistes. De Phan Chau Trinh, le précurseur, à Tran Do, le général dissident, en passant par Tran Van Tung ou Nguyen Ngoc Huy, les tenants d’un « nationalisme libéral », le processus inachevé de cette révolution démocratique est étudié en confrontant les déclarations d’intention à la réalité historique d’un Viêt-Nam inscrit dans les conjonctures spécifiques de la colonisation à l’indépendance nationale.

– – –

Affiche_RévolutionInachevée_UQAM

Cliquer sur l’affiche pour l’agrandir

Sách mới: Nhớ nhà văn Trần Độ [avis de parution]

BiaTranDo[ndlr] Avis de parution d’un livre-hommage au général Tran Do intitulé En souvenir de l’écrivain Tran Do. De son vrai nom Tạ Ngọc Phách, le général Tran Do (1923-2002) était connu pour ses positions courageuses en faveur des libertés démocratiques et de l’ouverture politique.

Membre du Parti Communiste Indochinois en 1940, il fut arrêté à la fin de l’année 1941 et emprisonné dans le bagne de Son La et s’évada en 1943 lors d’un transfert vers le bagne de Poulo Condore. Il repris ses activités révolutionnaires et en particulier devint, à l’âge de 23 ans, commissaire politique dans la jeune armée populaire à partir de 1946. Il conserva cette fonction politique importante au sein de l’armée aguerrie pendant les deux guerres jusqu’en 1976.

Parallèlement à cette vie militaire accomplie, il mena des activités littéraires et publia dans le Journal de l’Armée populaire. Retourné à la vie civile après la guerre, il fut pendant un temps Vice-Ministre de la culture et occupa divers postes au sein de l’appareil d’État réunifié. Membre du Comité central du Parti de 1960 à 1991, il prit peu à peu ses distances avec une organisation qu’il considérait incapable de se rénover. Il fut exclu du PCV en 1999 après 58 ans de bons et loyaux services à l’Armée, la Patrie et le Parti. Il devait décéder trois ans plus tard en 2002.

Considéré comme l’un des initiateurs de l’ouverture culturelle du Doi Moi (Renouveau), il appela dans plusieurs textes à la fin du totalitarisme, à la refonte du PCV, à redonner un sens à l’Assemblée nationale et à ériger une véritable constitution démocratique. Les thématiques évoquées par Tran Do à la fin de sa vie sont aujourd’hui plus de dix ans après sa mort d’une actualité saisissante.

Nhà xuất bản Văn học vừa cho ra mắt bạn đọc cả nước cuốn sách Nhớ nhà văn Trần Độ đúng vào dịp kỷ niệm 90 năm ngày sinh của ông (23/9/1923 – 23/9/2013).

Cuốn sách dày 300 trang tập hợp các bài viết về Nhà văn Trần Độ từ những năm cuối của thế kỷ trước đến nay. Cuốn sách được nhà văn Tô Đức Chiêu viết bài giới thiệu Từ đáy lòng bè bạn.

Toàn bộ các bài viết trong cuốn sách Nhớ nhà văn Trần Độ được giới thiệu trên blog. Mời bạn đọc theo dõi.

Source : Tran Do Tac Pham, 10/09/2013.

Internet au Viêt-Nam : le tour de vis politique du « Décret 72 »

Depuis quelques années déjà, la République Socialiste du Viêt-Nam (RSVN) est considérée par les organisations internationales de défense des droits de l’homme comme un « ennemi d’internet ». Avec la publication le 15 juillet 2013 d’un Décret du Premier ministre Nguyen Tan Dung imposant de nouvelles restrictions concernant l’utilisation de la toile au Viêt-Nam, cette image négative s’est renforcée [1]. Le Décret rendu public le 6 août a déjà suscité une vague de désapprobation chez les internautes et les États-Unis se sont immédiatement exprimés sur le sujet via leur ambassade à Hanoi [2].

banphiem-tay-danlambao
© 2013 Dan Lam Bao

L’affaire ne fait que commencer mais déjà les avis sont nombreux pour condamner cette directive liberticide qui devra en principe s’appliquer à partir du 1er septembre prochain. Que dit le Décret 72 ? Outre des dispositions habituelles qui visent à interdire la violence, la pornographie ou les dérives sectaires, le texte est une charge contre les éventuels futurs blogueurs qui s’évertueraient à surfer sur les actualités politiques, sociales ou économiques du pays en les analysant, les commentant ou les relayant dans le but de « ternir » l’image du Viêt-Nam [3].

Le journal Le Monde (édition du 2 août) donne la teneur générale du texte en citant cet extrait traduit :

Le décret interdit […] aux fournisseurs de service internet « de donner des informations contre le Vietnam, saper la sécurité nationale, l’ordre social et l’unité nationale, ou de déformer les informations, de calomnier et diffamer le prestige d’organisations, l’honneur et la dignité des individus » [4].

L’article de Nhat Vo Tran sur Médiapart, un des premiers à s’intéresser à cette affaire, analyse les conséquences du décret pour la liberté d’expression :

Le décret 72/2013/ND-CP est ainsi un terrible instrument de censure. Il exige des sociétés internet et autres fournisseurs d’informations sur internet au Vietnam de coopérer avec le gouvernement pour réprimer tout un éventail de comportements très vaguement définis. Ces « comportements interdits » comprennent « l’abus de l’accès et de l’utilisation d’internet et des informations sur la toile » pour « s’opposer à la République Socialiste du Vietnam », « la mise en danger de la grande unité du peuple », « l’atteinte au prestige des organisations et à l’honneur et à la dignité des individus », de « la mise en danger des belles coutumes et tradition de la nation », « la révélation des secrets d’État » (article 5). L’article 25 exige que toute information diffusée sur internet soit censurée en fonction de ces « comportements interdits » [5].

La plupart de ces dispositions ne sont pas nouvelles et apparaissent déjà dans le code pénal. Chacun sait que la critique ouverte et relayée sur la toile est fermement condamnée au Viêt-Nam par un Etat-Parti engoncé dans une paranoïa digne des temps de la Guerre Froide. L’organisation Reporters Sans Frontières a récemment engagé une campagne de mobilisation internationale visant à faire sortir de prison quelques 35 blogueurs détenus dont certains depuis 2008 et lourdement condamnés pour avoir exprimer des idées politiques sur internet. Le Monde rappelle quant à lui que « depuis le début de l’année, au moins 46 militants ont été condamnés, souvent à de longues peines de prison, pour activités contre l’Etat » [6]. Fait nouveau et inquiétant mis en avant par certaines dispositions de ce Décret, notamment les articles 5 et 25 : le traitement de l’information. En effet, le fameux décret « interdit aux 31 millions d’internautes vietnamiens de partager des articles d’actualité sur les blogs et les réseaux sociaux » [7]. Deux idées majeures s’invitent dans ce texte répressif :

  • 1) Les Vietnamiens ne devront plus échanger d’informations sur l’actualité mais seulement sur des faits personnels (« la dernière photo de son chat ou le nouveau clip d’un chanteur à la mode », ironise Victor Guillot, correspondant pour RFI [7]) ;
  • 2) Les fournisseurs d’information comme Google, Facebook et autres sont chargés au mieux d’appliquer les nouvelles mesures en « nettoyant » leurs abonnés au pire de se mettre à l’heure d’une délation organisée en fournissant si besoin les identités des adresses IP « subversives » [8].

Le texte du Décret très long et très détaillé permettra en outre toutes les interprétations possibles car qui peut dire si ce qu’il écrit et communique aux autres ne possède pas un caractère anti-étatique ou pouvant ternir l’image du régime en place ? Le but de cette opération se présente officiellement comme « un grand bénéfice pour les utilisateurs » qui pourront ainsi disposer « d’informations correctes et propres » [9]. En réalité, cette disposition vise très concrètement une série de blogs contestataires très lus qui ont été la cible depuis quelques temps des Services de la Sécurité publique et des conservateurs les plus staliniens en posture d’avocat du régime autoritaire. On peut penser que les sites d’actualité politique Bauxite Viet Nam, Dan Lam Bao, Quan Lam Bao et autres blogs personnels comme celui de l’intellectuel Nguyen Xuan Dien, sont directement visés. D’ailleurs, la réaction du Nhân Dân, l’organe officiel du PCV, « estimant que le décret était «nécessaire» pour «nettoyer» internet utilisé pour «attaquer» le parti communiste et l’État », confirme l’objectif purement politique de la manœuvre [10].

Que penser de l’application de cette disposition qui doit entrer en vigueur en septembre ? Les observateurs les plus avisés comme Shawn Crispin (Comité pour la protection des journalistes) se demandent quelle sera l’efficacité réelle de cette disposition [11]. Quoi qu’il en soit, la répression des journalistes trop « bavards » travaillant sur des sujets chauds se poursuit. La correspondante de RFI Claire Arsenault signalait le cas de Vo Thanh Tung, un journaliste d’investigation spécialisé dans les affaires de corruption. Cet enquêteur de 31 ans officiant dans le journal Phap Luat [Lois] a été interpellé le 8 août pour avoir été vu recevant de l’argent d’un propriétaire de bar. Il enquêtait sur des policiers de la circulation qui recevaient des pots-de-vin de chauffeurs de camions et de bus [12]. Cette affaire en rappelle de précédentes notamment celle de Huynh Khuong, journaliste de Tuoi Tre [Jeunesse] qui écopa en septembre 2012 de quatre ans de prisons pour une accusation similaire alors qu’il menait une enquête sur les pratiques de corruption touchant le ministère des Transports. Bien que très lus et parfois même récompensés pour leur audace et leurs révélations (cas de Vo Thanh Tung), ces journalistes ne sont pas à l’abri d’une descente aux enfers si le pouvoir politique l’exige. Ceci pour les acteurs « réguliers » ou autorisés de l’information.

vietnam_freedieucay_danlambao
La cause du blogueur Dieu Cay relayée sur le site Dan Lam Bao

Pour les blogueurs la situation est bien pire. Sans statut officiel dans la presse, leurs écrits constituent immanquablement des « preuves » lors de procès iniques à l’issue desquels ils écopent de condamnations plus ou moins lourdes suivant leur degré de « repentance » ou d’acceptation des charges qui les accablent. Celles-ci assimilent le plus souvent les analyses politiques et sociales des blogueurs à de la subversion anti-étatique, voire à des tentatives de « renversement du gouvernement populaire ». On peut citer à cet effet la cause du célèbre Nguyen Van Hai, alias Dieu Cay [la pipe paysanne ou pipe à eau], qui croupit depuis 2008 dans les geôles de la RSVN. Le cas de cet internaute, net-citoyen et co-fondateur d’un club de « journalistes libres », a été récemment soulevé par les organisations des droits de l’homme. En effet, Nguyen Van Hai, épuisé, vient de mettre un terme à 35 jours de grève de la faim pour protester contre les conditions de sa détention [13].

Triste palmarès, RSF rappelle que la RSVN figure au 172e rang sur 179 dans son index de la liberté de la presse en ligne [14]. RFI terminait son article consacré à Vo Thanh Tung en soulignant que ce pays est « devenu la deuxième prison au monde pour les acteurs de l’information, après la Chine » [15]. D’autres sites comme l’informatique.org n’hésitent pas à parler d’un « blocus informationnel sur le web » [16]. Cette disposition a néanmoins une conséquence sans doute peu attendue des autorités communistes : elle donne du crédit à des partis politiques d’opposition comme le Viêt Tân qui fustigent régulièrement l’omniprésence de la censure et le contrôle de l’information. Elle permettra en outre aux plus déterminés à trouver les astuces adéquates pour contourner la censure (langage codé, sites clandestins, tracts, manifestations de rue…).

Les quelques 12 millions d’abonnés à Facebook et les 31 millions d’internautes au Viêt-Nam risquent de donner beaucoup de fil à retordre à un Etat-Parti de plus en plus contesté. Le 07 août dernier, quelques blogueurs appartenant à un Réseau des Bloggeurs Vietnamiens (Network of Vietnamese Bloggers) se sont rendus à l’ambassade de Suède pour soumettre la « Déclaration 258 » dans le but de condamner le non respect par la RSVN des droits fondamentaux de liberté d’expression. Ce nouveau Réseau, qui indique qu’une résistance de net-citoyens s’organise, exige l’abrogation de l’article 258 du code pénal vietnamien (amendé en 2009) qui fait référence au : « crime d’abus des libertés démocratiques pour porter atteinte aux intérêts de l’Etat, aux droits et intérêts légitimes des organisations et / ou des citoyens » [17]. Car il faut savoir qu’en matière de stratégie politique le Viêt-Nam navigue toujours dans deux sens opposés, une stratégie payante pendant la guerre qui consiste à frapper à l’intérieur tout en négociant à l’extérieur. RSF rappelle que c’est précisément à l’heure du tout répressif sur la toile que la RSVN se porte candidate pour siéger au conseil des Droits de l’Homme pour le mandat 2014-2016 :

L’annonce de ce décret survient quelques jours seulement après que le Vietnam a décidé de poser sa candidature pour siéger au conseil des Droits de l’Homme pour le mandat 2014-2016. Reporters sans frontières rappelle que le paragraphe 9 de la résolution 60/251 de l’Assemblée générale du 3 avril 2006, instituant le Conseil des droits de l’homme prévoit que « les membres élus du Conseil observeront les normes les plus strictes en matière de promotion et de défense des droits de l’homme », des conditions que le pays est bien loin de remplir [18].

La machine à laver étatique pour policer les blogs vietnamiens risque fort de se gripper. Terminons par une note d’espoir aux internautes vietnamiens : « Les carottes sont cuites. Je répète : les carottes sont cuites… »

François Guillemot, 09/08/2013.

Notes

[1] Le décret n° 72/2013/NĐ-CP est publié sur le site du ministère de la justice : NGHỊ ĐỊNH. Quản lý, cung cấp, sử dụng dịch vụ internet và thông tin trên mạng, 15/07/2013.

[2] Washington préoccupé par les restrictions aux internautes vietnamiens, La Presse (édité à Montréal), 06/08/2013.

[3] Voir l’analyse de RFI : Au Vietnam, le gouvernement continue sa guerre contre internet et les réseaux sociaux, RFI, 06/08/2013. L’article 5 expose les différentes interdictions.

[4] Le Vietnam impose de nouvelles restrictions aux internautes, Le Monde avec AFP, 02/08/2013.

[5] Vietnam : Business (et censure) as usual…, Médiapart, 28/07/2013.

[6] Le Monde, 02/08/2013, art. cit.

[7] Au Vietnam, le gouvernement continue sa guerre contre internet et les réseaux sociaux, RFI, 06/08/2013 (avec Victor Guillot).

[8] Médiapart, 28/07/2013, art. cit.

[9] RFI, 06/08/2013, art. cit. (avec Victor Guillot).

[10] La Presse, 06/08/2013, art. cit.

[11] Le Monde, 02/08/2013, art. cit.

[12] Au Vietnam, journalistes et blogueurs plus que jamais dans la ligne de mire du pouvoir, RFI, 08/08/2013.

[13] Dieu Cay cesse sa grève de la faim, RSF continue d’exiger sa libération, RSF, 05/08/2013 et l’article du 23/07/2013.

[14] Le Vietnam veut interdire aux internautes de “parler d’actualité”, RSF, 02/08/2013.

[15] RFI, 08/08/2013, art. cit.

[16] Réseaux sociaux : le Vietnam impose la censure, L’informatique, 08/08/2013.

[17] Voir Statement from a network of Vietnamese bloggers: Vietnam should amend law to demonstrate Human Rights Council candidacy commitment, Dan Lam Bao.

[18] RSF, 02/08/2013, art. cit. Voir aussi le communiqué sur News Press.

Elections cambodgiennes : les signes d’un changement en marche

Le Cambodge organisait ce dimanche 28 juillet les cinquièmes élections législatives depuis 1993 avec huit partis politiques en lice [1]. Le résultat ne s’est pas fait attendre et l’issue du scrutin était largement prévisible. Le Parti du peuple cambodgien (ou Parti populaire cambodgien, PPC) dirigé par Hun Sen, l’actuel Premier ministre et homme fort du pays, a d’ores et déjà revendiqué sa victoire aux élections.

Ouverture des urnes le 28 juillet 2013 dans un bureau de vote à Phnom Penh © 2013 Tang Chhin Sothy - AFP
Ouverture des urnes le 28 juillet 2013 dans un bureau de vote à Phnom Penh
© 2013 Tang Chhin Sothy – AFP

Avant même la proclamation officielle des résultats définitifs par la Commission électorale nationale, le parti au pouvoir annonçait avoir remporté 68 sièges contre 55 à l’opposition sur un ensemble de 123 [2]. Cependant, cette victoire qui n’est en rien une surprise, compte tenu des irrégularités et des intimidations dénoncées par l’opposition, est incontestablement une victoire pour le camp de Sam Rainsy, le principal concurrent de Hun Sen. Le Parti du sauvetage national du Cambodge (PSNC) et les autres formations de l’opposition, ont pu  reprendre 35 sièges au PPC, ce qui peut se comprendre comme une « défaite pour le pouvoir » et « un revers pour Hun Sen » [3]. En effet, alors que le PPC confortait sa place au parlement au fil des différentes élections législatives depuis 1993 – 1993 (51 sièges), 1998 (64 sièges), 2003 (73 sièges) et 2008 (90 sièges) [4] -, l’annonce de 68 sièges sonne comme un recul sans précédent pour le parti au pouvoir.

PPC1993-2013

1993-2013 : Ascension et déclin du PPC (Parti populaire cambodgien)

Sigle politique du PPC
Sigle politique du PPC

Fortement contesté ces dernières années pour sa gestion économique du pays, Hun Sen conserve néanmoins le pouvoir qu’il détient depuis 1985. L’homme fort du Cambodge a sans doute beaucoup œuvré pour redresser le Cambodge depuis la chute des Khmers rouges en 1979 mais il a, au fil du temps, mis en place une solide oligarchie, incarnée notamment par ses trois enfants et une garde rapprochée issue du PPC, qui devrait lui succéder le jour venu. Outre la brûlante question foncière et celle des inégalités sociales, c’est d’ailleurs le problème clé de la démocratie qui est mis en avant par l’opposition. Celle-ci reproche régulièrement au pouvoir les violations des droits de l’homme, la corruption, les brutalités policières et réclame l’avènement d’une « véritable démocratie » contre la « dynastie » politique de Hun Sen [5].

Sur ce sujet, il est bien difficile de s’avancer car l’histoire récente du pays nous rappelle que l’avènement d’une démocratie dans ce pays est un sérieux défi à relever. L’historien Henri Locard, professeur à l’Université royale de Phnom Penh, soulignait dans Pourquoi les Khmers rouges cette vérité : « Malgré trois tentatives à l’époque contemporaine d’établir les prémisses d’un Etat de droit, le Cambodge n’a jamais été vraiment une démocratie » [6]. Dans la même veine, il rappelait sur les antennes de RFI : « Le Cambodge a toujours connu un régime de parti unique, sauf entre 1947 et 1955 » [7].

HunSenHero
Hun Sen en « héros du modèle cambodgien de réconciliation nationale » tel que dépeint dans le International Herald Tribune (22-23 June 2013).

Pourtant, il semble bien que quelque chose ait changé avec le scrutin du 28 juillet. Tout d’abord le rapport de force n’est plus le même. Avec 55 sièges l’opposition doit être prise au sérieux et constitue de fait une opposition parlementaire conséquente. Ensuite, la peur n’est plus de mise comme pendant les décennies précédentes. Stéphanie Gée, correspondante de presse au Cambodge, faisait savoir par la voix de quelques témoins choisis que les sigles de l’opposition étaient désormais fièrement exhibés et non plus cachés comme auparavant, que la campagne électorale fut moins violente que par le passé et que la jeunesse s’est fortement mobilisée pour le changement [8]. D’autre part, chacun peut être témoin de la capacité de mobilisation populaire de l’opposition. Le retour de Sam Rainsy dans son pays le 19 juillet dernier a été acclamé par une foule en liesse de plusieurs centaines de milliers de partisans [9].

Deux grandes questions traversent néanmoins l’avènement de cette opposition unie contre Hun Sen. La première est une question identitaire souvent véhiculée et promue par l’opposition parfois de façon crue, voire xénophobe. Car Hun Sen, l’homme à abattre, incarne à lui seul deux défauts majeurs qui cristallise la haine de l’opposition : c’est un ancien Khmer rouge, ce que l’on oublie souvent, et c’est l’homme des Vietnamiens, les voisins honnis de tous mouvements nationalistes cambodgiens.

La seconde question est le défi du passage à la démocratie dans un pays miné par la corruption, le chômage des jeunes, les pratiques politiques ou sociales violentes et les inégalités croissantes. Les deux visages antagonistes de la rue politique cambodgienne se sont dévoilés cette fin de semaine comme le souligne Stéphanie Gée :

La campagne électorale s’est achevée vendredi dans une ambiance festive, marquée par le contraste entre les cortèges du parti au pouvoir et ceux de l’opposition. D’un côté, les supporters du PPC, portant l’uniforme du parti, défilent en rangs ordonnés, à la manière de milices, le sourire en plus. On prône la paix, le développement des infrastructures et les bonnes performances économiques du pays. De l’autre, les foules bigarrées de partisans du CNRP [PSNC], indisciplinées, déambulent dans une ambiance de kermesse. On réclame de meilleures conditions de vie, on condamne la corruption rampante [10].

Ces deux visages sont celui du Cambodge actuel, un pays coincé entre une volonté d’ouverture et de détente politique et la lutte pour le maintient d’une élite politique autrefois formée à Hanoi et qui entend désormais partager avec son voisin de l’Est les fruits d’une expansion économique dans le dos du peuple cambodgien. Hun Sen n’a d’ailleurs pas fait mystère de ses intentions politiques en annonçant quelques semaines avant le scrutin qu’il comptait rester au pouvoir dix années de plus. Âgé de soixante et un ans (il serait né en 1951 ou 1952), l’homme reste en effet un des plus jeunes de la classe politique cambodgienne mais également l’un des plus anciens dirigeants d’Asie avec ses 28 ans au pouvoir.

Entre le désir de se maintenir envers et contre tous et répondre aux nouvelles aspirations de la jeunesse pour la démocratie, représentative d’une certaine modernité politique au Cambodge, il faudra donc choisir. Le danger réside in fine dans le retour de la violence si ces nouvelles aspirations ne sont pas entendues ou, pire, si elles sont délibérément bafouées comme par le passé. L’enjeu est aussi de taille pour l’opposition. Capitaliser cette volonté de changement, l’organiser, la défendre pour se poser en alternative viable sans pour autant verser dans la xénophobie antivietnamienne [11]. Pour l’heure, elle dénonce le résultat d’un scrutin marqué par « un grand nombre d’irrégularités sérieuses » [12].  A n’en pas douter, le Cambodge est avide de changer d’époque.

François Guillemot, 29/07/2013. Mis à jour le 30/07/2013.

Notes

[1] Ouverture des 5es élections législatives au Cambodge, Vietnam +, 28/07/2013. L’information est reprise mot pour mot par l’agence chinoise Xinhua sur le site du Quotidien du peuple en ligne (29/07/2013).

[2] Cambodge : l’opposition revendique la victoire… puis se rétracte, Le Monde, 28/07/2013.

[3] Cambodge: forte poussée de l’opposition, mais le PPC resterait majoritaire, RFI, 28/07/2013.

[4] Elections au Cambodge, Wikipedia, consulté le 28/07/2013.

[5] Au Cambodge, une dynastie politique en construction, La République du Centre, avec AFP, 25/07/2013. Voir aussi : [brève Courrier International] Cambodge : Vers une dynastie politique ?, à lire sur Mémoires d’Indochine, 26/02/2013.

[6] Henri Locard, Pourquoi les Khmers rouges, Paris, Vendémiaire, 2013, p. 13.

[7] RFI, 27/07/2013.

[8] Stéphanie Gée, Cambodge: le scrutin d’une nouvelle ère politique ?, L’Express, 28/07/2013.

[9] Voir Elections cambodgiennes : le retour d’exil de Sam Rainsy, nouvelle donne ?, Mémoires d’Indochine, 21/07/2013.

[10] Stéphanie Gée, Cambodge: le scrutin d’une nouvelle ère politique ?, art. cit.

[11] Voir par exemple, ce que déclarait fin mai 2013 le plus proche collaborateur de Sam Rainsy sur le camp S21 : Kem Sokha Says S-21 Was Vietnamese Conspiracy [The Cambodia Daily].

[12] Cambodge : l’opposition refuse le résultat des législatives, Le Monde, 29/07/2013. Voir aussi : Stéphanie Gée, Législatives au Cambodge: l’opposition demande une enquête sur les irrégularités qu’elle dénonce, RFI, 29/07/2013.

* * *

Logo du CNRP (source : http://cnrp-media.blogspot.fr/)
Logo du CNRP (source : http://cnrp-media.blogspot.fr/)

ANNEXES

Répartition des sièges à l’Assemblée nationale du Cambodge 1993-2013

ElectionsCambodge1993Valeurs : Funcinpec 58 sièges (48%) – PPC 51 (43%) – PLDB 10 (8%) – Molinaka 1 (1%)

ElectionsCambodge1998Valeurs : PPC 64 sièges (53%) – Funcinpec 43 (35%) – PSR 15 (12%)

ElectionsCambodge2003Valeurs : PPC 73 sièges (59%) – Funcinpec 26 (21%) – PSR 24 (20%)

ElectionsCambodge2008Valeurs : PPC 90 sièges (73%) – PSR 26 (21%) – PDH 3 (2%) – Funcinpec 2 (2%) – PNR 2 (2%)

ElectionsCambodge2013Valeurs : PPC 68 sièges  (55%) – PSNC 55 (45%)

© 2013 Mémoires d’Indochine

* * *

Liste des partis politiques bénéficiant de sièges à l’Assemblée nationale du Cambodge (1993-2013) – Source Wikipedia

Elections cambodgiennes : le retour d’exil de Sam Rainsy, nouvelle donne ?

[ndlr] Tous les commentateurs s’accordent sur ce point : le retour de Sam Rainsy, le principal opposant politique à Hun Sen, après quatre années d’exil en France pourrait changer la donne lors des élections législatives du 28 juillet prochain.

Son arrivée à Phnom Penh fut acclamée par des milliers de gens en liesse. Cette nouvelle a surtout revigoré les partisans de son parti le Cambodia National Rescue Party (CNRP) ou Parti du Salut national du Cambodge (ou Parti du Sauvetage national) qui croit désormais à la possibilité d’accéder au pouvoir. Sam Rainsy lui-même se présente comme seule réelle alternative démocratique viable à Hun Sen et, cultivant cette image d’homme providentiel, en appelle à « sauver » le Cambodge. A peine rentré dans son pays, il revendique son droit de participer à l’élection sur les terres de son rival dans le sud du pays. L’enjeu est particulièrement important pour ce pays qui émerge difficilement sur le plan économique et qui reste miné par la corruption et les inégalités sociales.

« Pour la première fois dans l’histoire du Cambodge moderne, il y a une opposition démocratique unie et cela change la donne. C’est une des conditions sine qua non pour faire tomber les régimes dictatoriaux et cela réveille les espoirs« . Sam Rainsy lors d’un entretien accordé à L’Express le 18 juillet 2013 (voir plus bas).

SamRainsyReturn

Sam Rainsy de retour au Cambodge est acclamé par une foule de partisans
© 2013 Reuters/Samrang Pring

A lire :

Au Cambodge, des élections auront lieu dans une semaine. Le principal parti de l’opposition, le Parti du sauvetage du Cambodge (CNRP), rêve d’une alternance politique. Ce dimanche 21 juillet, son chef Sam Rainsy, fraîchement gracié et de retour au pays, a demandé à la commission électorale le droit de se présenter. Lire la suite…

C’est un jour important pour le Cambodge. Le chef de l’opposition Sam Rainsy a atterri ce vendredi matin à Phnom Penh, après trois ans d’exil à Paris. Le leader du parti d’opposition pourrait être le futur Premier ministre s’il arrive à se présenter aux élections du 28 juillet. Lire la suite…

Après bientôt quatre ans d’exil volontaire, le leader de l’opposition Sam Rainsy a fait son grand retour au Cambodge ce vendredi 19 juillet, soit dix jours avant la tenue des élections législatives. A la faveur d’un récent pardon royal qu’a sollicité pour lui le puissant Premier ministre Hun Sen, le principal opposant revient en homme libre, échappant ainsi à une condamnation à onze ans de prison. Une rentrée au pays saluée dans la liesse par une foule nombreuse de militants. Lire la suite…

Des dizaines de milliers de partisans ont salué vendredi le retour d’exil du chef de l’opposition cambodgienne Sam Rainsy, gracié par le roi alors que son parti espère mettre fin à près de trente années de pouvoir du Premier ministre. «Je suis très heureux. Je suis revenu pour sauver la nation, avec vous tous», a déclaré Rainsy à son arrivée, embrassant le sol à l’aéroport. Lire la suite…

* * *

Thụy Khuê: Nhân Văn Giai Phẩm và vấn đề Nguyễn Ái Quốc [online]

NhanVanGiaiPham

Thụy Khuê, Nhân Văn Gai Phẩm và vấn đề Nguyễn Ái Quốc. Biên khảo, Falls Church, VA, Nxb Tiếng Quê Hương, 2012, 976 p. (25 chapitres, 4 entretiens en annexe, illustrations, bibliographie pp. 959-969).

L’ouvrage de la journaliste, écrivaine et critique littéraire Thuy Khue sur le mouvement Humanisme & Belles Œuvres est désormais en ligne.

Cet essai majeur sur le célèbre mouvement intellectuel qui secoua la RDVN dans les années cinquante au sortir de la guerre d’Indochine regorge de détails intéressants sur les parcours des acteurs et le contexte politique. L’ouvrage est le résultat d’un travail de longue haleine qui débuta en 1984. Il se présente sous la forme d’une série d’articles consacrés à l’histoire du mouvement, à son origine, à son impact, à son contexte (chapitres 1 à 7), agrémenté de chapitres biographiques (8 à 14 puis 16, 21, 23) sur les personnalités de premier plan comme Nguyen Huu Dang, Le Dat, Tran Dan, Nguyen Manh Tuong, Phan Khoi ou Thuy An. Comme l’indique le titre, le parcours de Nguyen Ai Quoc (futur Ho Chi Minh) en France est interrogé à travers une véritable enquête qui confronte les sources (chap. 16 à 19).

L’originalité de cette publication en ligne réside dans la mise à jour que l’auteure met en pratique. La version livre publiée en 2012 chez Tieng Que Huong en Virginie est désormais complétée par des documents fournis par le poète Hoang Cam en novembre 2012. Notez que l’on peut également télécharger la dernière mise à jour de mars 2013 directement sur le site de Thuy Khue. Pour résumer brièvement, l’ouvrage est d’une lecture passionnante, il se fonde sur une enquête minutieuse qui permet à l’auteure de proposer son analyse tranchée. En outre, à travers plusieurs chapitres clés (6, 15, 20, 24, 25), il se révèle être une contribution importante à la compréhension de l’émergence du combat des intellectuels et d’une pensée démocratique dans le Viêt-Nam colonisé puis « communisé ».

FG, 18/06/2013.

Lien pour accéder à l’ouvrage en ligne :

Thụy Khuê : Nhân Văn Giai Phẩm và vấn đề Nguyễn Ái Quốc

PDF en ligne sur Viet Nam Van Hien.net (version 01-1212)

Phan Chau Trinh and His Political Writings – edited and translated by Vinh Sinh [2009]

[ndlr] Pour accompagner notre billet biographique sur Phan Chau Trinh, il convenait de rappeler l’excellent travail d’édition et de traduction du professeur Vinh Sinh pour faire connaître au public occidental la pensée du grand lettré moderniste.

Phan Chau Trinh (1872-1926) was the earliest proponent of democracy and popular rights in Vietnam. Throughout his life, he favored a moderate approach to political change and advised the country’s leaders to seek gradual progress for Vietnam within the French colonial system. Unlike many of his contemporaries, he did not favor anti-French military alliances or insurgent military resistance, arguing that « to depend on foreign help is foolish and to resort to violence is self-destructive. »

As a result of his exposure to Chinese reformist literature, Phan Chau Trinh assigned top priority to promoting democracy and human rights and to improving Vietnamese people’s lives. He believed that true independence could only be achieved by changing the Vietnamese political culture, and he articulated penetrating criticism of the corruption and superficiality of Vietnam’s officials. His emphasis on changing the fundamental values governing the ruling class’s behavior, as well as his skepticism regarding anticolonial resistance, set Phan Chau Trinh apart from his contemporaries and mark him as a true revolutionary. Vinh Sinh’s masterly introduction to Phan Chau Trinh’s essays illuminate both this turbulent era and the courageous intelligence of the author.

Sinh Vinh is a Professor in the Department of History and Classics at the University of Alberta. (source : Cornell University Press)

Réf. : Phan Chau Trinh (auteur), Vinh Sinh (editeur et traducteur), Phan Chau Trinh and His Political Writings, Ithaca, New York, Southeast Asia Program Publications, Cornell University, 2009, 152 p.

L’affaire de la refonte de la constitution vietnamienne : Fin de Parti ou fin de partie ?

NguyenDacKienA en croire les différentes initiatives citoyennes appelant au multipartisme et à la démocratie, le monopole du Parti communiste du Viêt-Nam (PCV) est de plus en plus fortement contesté. Fait assez nouveau, cette contestation est désormais publique et ostentatoire. Depuis la création du Bloc pro-démocratie en 2006, le nombre de citoyens autodéclarés en dissidence avec l’Etat-Parti n’a fait que progresser malgré les campagnes de répression politique de ces dernières années. Ceci démontre les limites de la répression et offre de surcroît à la RSVN un visage rétrograde à l’image des régimes finissants de l’Europe de l’Est des années 90. En Asie du Sud-Est, le Myanmar a bien compris les avantages que pouvaient apporter un retour de la démocratie et même s’il y a encore beaucoup à faire le chemin est tracé. Or, le Viêt-Nam semble devoir amorcer un virage avec un clivage aujourd’hui flagrant entre le pouvoir communiste et le peuple vietnamien. Paysans expropriés en colère, intellectuels bâillonnés ayant décidé de rompre le silence, blogueurs déconstructeurs des discours officiels, une partie de l’élite citadine et de la paysannerie pauvre est entrée en fronde sans parler des milieux bouddhistes ou catholiques étroitement encadrés depuis 1975.

Fin de Parti…

HienPhap1992Au mois de novembre 2012, l’Assemblée nationale vietnamienne, par la décision n° 38/2012/QH13, proposait une refonte de la constitution vietnamienne actuelle [1]. Un Comité officiel, validé par le PCV, chargé de récolter les avis de la population fut mis sur pied le 2 janvier 2013 [2]. Dès la diffusion de cette nouvelle, très encadrée et présentée dans la forme la plus habituelle du régime, des intellectuels renommés et des citoyens concernés se sont mis au travail pour proposer une alternative à la constitution actuelle. Deux mois après, les autorités ont pu recueillir les précieux avis qui dépassent à n’en pas douter les résultats escomptés. En effet, le message principal de la consultation populaire pour amender et réviser la constitution de 1992 (déjà amendée en 2001) peut se résumer en cette nouvelle assertion : nous ne voulons plus du monopole du parti. C’est l’objet de la demande de l’abrogation de l’article 4 de la Constitution actuelle qui stipule : « le Parti communiste vietnamien (…) est la force dirigeante de l’Etat et de la société » [3]. Le projet d’abolition pur et simple de cet article n’est pas nouveau et a été défendu par la dissidence depuis des années mais il s’est toujours heurté à une vive opposition du pouvoir en place. En 2007, sur cette question brulante, l’ancien Président de la République socialiste du Viêt-Nam (RSVN), Nguyen Minh Triet, avait répondu que cela équivalait à un suicide « tự sát » pour le parti [4].

Reprenons ici le fil chronologique de cette affaire. Le 19 janvier 2013, une « Requête pour une refonte de la Constitution » était mise en ligne sur internet (site Bauxite Viêt Nam) pour exprimer l’avis d’un groupe de 72 intellectuels, anciens responsables politiques ou personnalités de la hiérarchie catholique [5]. Cette requête prend à contrepied le projet gouvernemental sur plusieurs points. Elle affirme la nécessité d’un certain nombre de changements radicaux pour que la nouvelle constitution soit crédible et conforme à la volonté du peuple. Outre l’abrogation de l’article 4, le texte aborde la question de la propriété collective de la terre, une « invention soviétique » que les précédentes constitutions de 1946 et de 1959 ne mentionnaient pas. Il s’agit de revenir donc à une forme de propriété privée préexistante à des époques différentes au Nord comme au Sud avant 1975. Le troisième point tout aussi important concerne la neutralité de l’armée et des appareils de contrôle, des « forces armées populaires » (lực lượng vũ trang nhân dân) vis-à-vis du pouvoir. Il s’agit en clair de dépolitiser l’armée et la police qui ne doivent en aucun cas servir les intérêts d’un parti politique quel qu’il soit. Et ce point prend à contresens le projet de l’article 70 (visant à compléter l’article 45 de la constitution actuelle) qui affecte ce rôle de protection et de fidélité au PCV seul [6]. La revue en ligne Eglises d’Asie a parfaitement résumé dans les grandes lignes les changements préconisés :

La requête contient sept propositions d’amendements, dont certains remettent en cause les fondements du régime actuel. Dans le nouveau texte constitutionnel proposé, on ne retrouve plus l’article 4 de l’actuelle Constitution présentant le Parti communiste comme la force dirigeante du système politique et de la société. Il devient une organisation politique comme les autres, soumise à l’épreuve des élections et ne possédant aucun privilège sur les autres. C’est le peuple qui désormais détient la souveraineté. La propriété du peuple tout entier (c’est-à-dire, concrètement, l’Etat) sur les terres est, elle aussi, mise en cause. Les droits de l’homme sont énumérés et définis. Le régime institué par le nouveau texte serait une république de type présidentiel [7].

La requête rencontra rapidement un immense succès avec, lors de sa soumission officielle le 3 février 2013, au comité de l’Assemblée nationale chargé de relever les avis, plus de 2500 signataires et l’adhésion de la Fédération des étudiants catholiques du Vietnam [8]. Elle continue de recueillir des centaines de signatures.

GauUngHo
La jeunesse mobilise ses avatars : vu sur le blog Dân Luận.

L’affaire a pris un nouveau tournant lorsque le 26 février 2013 le journaliste hanoïen Nguyen Dac Kien fut forcé de quitter la rédaction du journal Gia đình & Xã hội (Famille et Société) à la suite d’un article critique vis-à-vis du Secrétaire général du PCV Nguyen Phu Trong [9]. En effet, ce dernier soulignait, plutôt timidement d’ailleurs, les « Points de vue politiques dégradés » proposés pour réformer la constitution [10]. Cette opinion maladroitement divulguée laisse entrevoir que la consultation populaire n’a en réalité aucun sens. Elle souleva des protestations et des interrogations sur les objectifs réels du pouvoir (voir plus bas). Courageusement, le journaliste Nguyen Dac Kien avait exprimé, en cinq points, un certain nombre d’idées partagées par de nombreux blogueurs et citoyens sur ce qu’il considérait comme nécessaire pour sortir le pays de l’impasse politique. Nous reproduisons ci-dessous ces propositions révolutionnaires traduites en français sur le blog Dân Làm Báo :

1. Nous voulons non seulement supprimer l’article 4 de la Constitution, mais aussi organiser un Congrès constitutionnel pour établir une nouvelle Constitution; celle qui reflèterait la vraie volonté de l’ensemble du peuple vietnamien, et non pas la volonté du Parti communiste telle que défend la Constitution actuelle.

2. Nous soutenons le pluralisme, le multipartisme, et tous les partis politiques qui se concurrencent loyalement pour la liberté, la démocratie, la paix et le progrès du peuple vietnamien. Aucun parti politique, quelque que soit le statut, n’aura le droit de manipuler notre nation par le totalitarisme.

3. Nous soutenons la création d’un Etat fondé non seulement sur la séparation des pouvoirs (séparation du législatif, de l’exécutif et du judiciaire), mais aussi sur la décentralisation du pouvoir gouvernemental, c’est-à-dire un système qui augmente l’autonomie des régions et établit des administrations locales fortes. Nous soutenons la suppression de grandes entreprises nationales (ou entreprises soutenues par l’État) ainsi que celle des institutions publiques qui emploient improprement le budget national, qui détournent les biens collectifs, et qui détruisent la confiance, l’esprit et la solidarité du peuple vietnamien.

4. Nous soutenons l’apolitisme de l’armée. L’existence de l’armée a pour but de protéger le peuple et la patrie, de défendre la souveraineté nationale, et non pas de servir n’importe quel parti politique.

5. Nous affirmons avoir le droit de faire la déclaration ci-présente, et que tous les autres vietnamiens possèdent le même droit. Nous sommes en train d’appliquer les droits fondamentaux de l’homme qu’il s’agisse de la liberté d’expression et la liberté de pensée. Ces droits sont acquis par chaque être humain à la naissance; ils sont reconnus et respectés par le peuple vietnamien; Ces droits n’ont pas été octroyés par le Parti Communiste Vietnamien, par conséquent, ce dernier n’a en aucun cas le droit de nous en déposséder, ni d’en juger. De ce fait, nous considérons que tous les jugements et accusations à notre égard sont des diffamations. Et nous croyons que ceux qui s’opposent à ces droits de l’homme s’opposent aussi aux intérêts nationaux et au progrès de l’humanité. [11].

Cette véritable déclaration politique a suscité une troisième initiative citoyenne intitulée « Déclaration des ces citoyens libres » [12]. Elle s’est affichée sur la toile sous la forme d’une pétition en ligne en reprenant mots pour mots la missive du journaliste expulsé (ci-dessus, le « je » de Nguyen Dac Kien étant remplacé par le « nous » des citoyens libres). La première phrase de ce nouvel appel est un signe de solidarité : « Nous, les premiers signataires du texte qui suit, nous dressons aux côtés du journaliste Nguyen Dac Kien et appelons les autres citoyens à déclarer avec nous » les cinq mesures phares avancées par le jeune journaliste [13]. Voici donc l’essentiel de ce qui s’est dit dans le premier volet de cette affaire.

… ou fin de partie ?

Hienphap2La consultation populaire en a fait rêver plus d’un et des groupes d’intellectuels issus des rangs même du PCV se sont pris au jeu. Mais le projet de réécriture pour l’avènement d’une nouvelle constitution porté par les 72 personnalités n’a pas fait long feu. Quatre jours seulement après le dépôt de la requête, la commission de l’Assemblée nationale faisait connaître son avis. Très habilement, elle ne discutait pas du contenu mais pointait le caractère déplacé de la demande, qui ne s’inscrivait pas, selon elle, dans le cahier des charges de l’arrêté de novembre 2012 puisque la requête n’était ni plus ni moins un projet concurrent [14]. Notez que cette agitation soudaine se manifesta juste avant les festivités du nouvel an lunaire (dimanche 10 février). Fait peu habituel, la joute fut reprise ce jour-là par le cardinal archevêque de Saigon, Mgr Jean-Baptiste Pham Minh Mân, qui, de son côté, en guise de cadeau de nouvel an, édita une lettre ouverte adressée aux autorités comme aux citoyens appelant à une rénovation totale (toàn diện) du pays [15]. La lettre, modérée, humaniste et pleine bon sens, propose une refonte de la société sur des bases plus morales, sur l’Etat de droit, le respect mutuel. Cette rénovation intégrale, souligne-t-il, « doit s’effectuer non dans la violence, mais dans le dialogue, la collaboration et en plein accord avec la culture vietnamienne » [16]. Puis, à partir de Hanoi, la Conférence épiscopale a emboîté le pas de Saigon pour annoncer ses propositions de réforme dans une nouvelle lettre ouverte dûment argumentée le 4 mars 2013 [17].

NguyenPhuTrong2013
Nguyen Phu Trong, le secrétaire général du PCV

La réponse du pouvoir à ces différentes vues pour tenter d’influer sur l’avenir du Viêt-Nam reste ambiguë. Les ténors du PCV et de l’Assemblée nationale poursuivirent la contre-offensive en assénant la ligne à ne pas franchir. Les derniers propos de Nguyen Phu Trong, le secrétaire général du PCV, qui mirent le feu aux poudres, en date du 25 février, ne sont guère rassurants mais se sont pas étonnants non plus [18]. Il assimilait les différentes propositions de réforme démocratique de ses collègues (la requête des 72) à une « régression à la fois politique et morale ». Il mettait en garde les cadres du parti contre ces « dérives » pour que la consultation populaire soit mieux dirigée. Signe d’un possible désarroi, il reprenait les mots principaux mots d’ordre des intellectuels frondeurs (abrogation de l’article 4, multipartisme, séparation des pouvoirs, dépolitisation de l’armée) pour marteler qu’il s’agissait bien, selon lui, d’une dégradation et non d’une avancée politique [19]. Qu’à cela ne tienne, les réponses aux inquiétudes soudaines du secrétaire général du PCV se sont fait connaître sur la toile : outre l’article très exceptionnel de Nguyen Dac Kien, d’autres voix continuent de s’exprimer. Le maintien de l’article 4 illustrerait à lui seul la régression politique actuelle défend le journaliste Vo Van Tao sur RFA [20]. De Hanoi, le dissident Nguyễn Thanh Giang décrypte les ambiguïtés du secrétaire général [21]. Quant au journaliste dissident Huy Duc, il exprime sur son blog Osin son point de vue sur la réforme de la constitution qui selon lui ne devrait pas consister pas à construire des abris pour le pouvoir communiste en déclin [22]. Et la liste des avis frondeurs est encore longue [23].

Quels sont les enseignements à tirer de cette joute politique ou de ce dialogue de sourds qui se répètent depuis plusieurs années ?

  • La chose la plus importante est illustrée par le fait que le PCV est désormais attaqué non plus sur son bilan mais sur sa raison d’être, sur son essence même, sur son utilité et son efficacité réelles pour le pays, et ceci  à l’intérieur du pays. Et cette contestation est désormais ouverte, déclarée, exprimée sur la place publique. Entaché par les affaires de corruption, par la mauvaise gestion économique, par la richesse accumulée au profit d’une nomenklatura méprisante, beaucoup pensent qu’il n’est plus crédible.
  • Deuxièmement, cela démontre aussi que le divorce entre une partie de la population et le PCV est consommé. La dislocation de cette osmose entre le Parti et le peuple, construite, promue, nourrie et contrôlée par le PCV est désormais un processus reconnu dont on ne peut prévoir l’issue. Autant la période de la guerre dans un Viêt-Nam divisé donnait à la RDVN le visage d’une population soudée derrière le Parti des Travailleurs (il aurait été dangereux de signifier alors une dissidence), autant la période du retour à la paix véritable, c’est-à-dire depuis la fin de l’aventure militaire au Cambodge (1989), a révélé le visage multiple et complexe d’un Viêt-Nam que les autorités communiste voulaient « unique » (mais qui ne l’a jamais été).
  • Troisièmement, le nombre de citoyens-dissidents de l’Etat-Parti est en constante augmentation et affiche désormais non plus quelques dizaines d’individus courageux mais rassemble aujourd’hui des dizaines de milliers de Vietnamiens dont une bonne partie vit et travaille au Viêt-Nam. Qui plus est, la contestation est le fait d’anciens « camarades », d’anciens responsables politiques, d’intellectuels membres du PCV ou proches de lui et donc hors de tout soupçon.

Cette nouvelle contestation intérieure est portée par des groupes de citoyens que le pouvoir communiste ne peut aisément taxer de « réactionnaires » ou d’organisation voulant « renverser le gouvernement populaire ». Ces intellectuels sont par ailleurs conscients de la portée surtout symbolique de leur acte :

Interrogé par Radio Free Asia, un des membres du groupe des premiers signataires, Mme Pham Chi Lan, a déclaré que, selon elle, les réformes suggérées dans la requête étaient à la fois conformes aux aspirations du peuple et accordées à l’évolution des divers pays dans le monde. Elle pense que les réformes démocratiques demandées seront difficilement acceptées par le Parti communiste vietnamien. Pourtant, souligne-t-elle, les dirigeants eux-mêmes sont persuadés que seules des réformes profondes pourront arracher le Parti à la crise qu’il traverse actuellement [23].

Face à cette situation inédite, le pouvoir va être obligé de choisir. Engager le second Renouveau préconisé depuis 2010 par les experts politiques et économiques ou faire le dos rond avant de lancer une nouvelle répression lorsque la fièvre « démocratique » sera apaisée. Le choix est cornélien car il engage l’avenir du Viêt-Nam sur le plan intérieur et extérieur. L’échec de la réforme constitutionnelle enverrait un signe négatif et désespérant pour les centaines de milliers de petits acteurs économiques et sociaux du pays et surtout pour la jeunesse en soif de changement. Un capital social non négligeable pour sortir de la crise et de la concurrence économique implacable que se livrent les pays de la région. Sur le plan extérieur, l’impossibilité de changer démontrerait que l’Etat-Parti vietnamien est acculé à une impasse historique. Pour ainsi dire, afin de conserver une certaine aura, en partie due à la couteuse guerre de réunification, le PCV a le devoir de prendre la mesure de la nouvelle aversion vietnamienne pour l’idéologie marxiste-léniniste que certains intellectuels dénoncent aujourd’hui clairement comme un « stalinisme », historiquement dépassé et politiquement nocif (voir à titre d’exemple les propos très directs du Professeur Tuong Lai).

* * *

En bref, comme en décembre 1986 lors du VIe congrès du PCV, il convient de « parler vrai » mais plus encore : il faut agir. Le PCV doit réfléchir à une nouvelle stratégie : le « changer pour faire du neuf » de l’époque de l’avènement du Đổi Mới (Renouveau) ne risque plus de faire recette tant il s’est concrétisé par un « changer pour survivre » en permettant l’avènement d’une riche et puissante nomenklatura aujourd’hui soucieuse de ses privilèges.

Il faudra donc être inventif, saisir cette occasion favorable pour passer en douceur à la transition démocratique. Sans quoi, à la fronde courtoise engagée par les intellectuels conquis par les rêves de démocratie et de multipartisme risque de succéder une déflagration sociale ou militaire entraînant le pays dans l’instabilité. Le risque est sérieux, c’est pourquoi une transition raisonnée, à la cambodgienne ou à la birmane – et le Viêt-Nam est dans une meilleure position -, permettrait au PCV de réformer le système en profondeur tout en conservant les clés du nouveau pouvoir (cas des transitions russes et des pays de l’Europe de l’Est des années 1990) ou à se ménager une porte de sortie sans conséquences politiques lourdes. Le second Đổi Mới prendra-t-il la forme d’un « changer pour rester » ou offrira-t-il au Viêt-Nam l’évolution pacifique qu’il mérite après des années de guerre et de totalitarisme ?

François Guillemot, 05/03/2013

 

Notes

[1] Nghị quyết số 38/2012/QH13 ngày 23/11/2012.

[2] Voir l’annonce officielle sur le site du gouvernement : VGP News, « Chính thức công bố Dự thảo sửa đổi Hiến pháp 1992« , 02/01/2013.

[3] Voir : Les constitutions du Vietnam, 1946-1959-1980-1992, Hanoi, Editions The Gioi, 1995, p. 154. La constitution de 1992 sur le portail du gouvernement de la RSVN : « Hiến pháp nước CHXHCN Việt Nam« .

[4] Cf. Guillemot, François, « Viêt-Nam, résistances, révolutions, réunification », in Joao Medeiros (dir.), Le mondial des nations, 30 chercheurs enquêtent sur l’identité nationale, Paris, Choiseul éditions & RFI, 2011, p. 365.

[5] Voir : « Kiến nghị về sửa đổi Hiến pháp 1992« . Voir l’analyse d’Eglises d’Asie : EDA, « Déjà 800 signatures pour une lettre ouverte demandant le remaniement de la Constitution« , 24/01/2013.

[6] L’article 45 stipule actuellement : « Les forces armées populaires doivent être d’une fidélité absolue envers la Patrie et le peuple ; se tenir prêtes à combattre pour défendre l’indépendance, la souveraineté, l’unité et l’intégrité territoriale de la Patrie, la sûreté nationale, l’ordre et la sécurité sociale [sic], défendre le régime socialiste et les acquis de la révolution ; ensemble avec tout le peuple, édifier le pays ». Il n’est donc pas officiellement fait mention de la protection du PCV comme le stipule l’amendement n°70 : « Điều 70 (sửa đổi, bổ sung Điều 45) Lực lượng vũ trang nhân dân phải tuyệt đối trung thành với Đảng cộng sản Việt Nam, Tổ quốc và nhân dân, có nhiệm vụ bảo vệ độc lập, chủ quyền, thống nhất, toàn vẹn lãnh thổ của Tổ quốc, an ninh quốc gia và trật tự, an toàn xã hội; bảo vệ Đảng, Nhà nước, nhân dân, chế độ xã hội chủ nghĩa, cùng toàn dân xây dựng đất nước và thực hiện nghĩa vụ quốc tế ».

[7] Souligné par nous. EDA : « La requête pour la refonte de la Constitution, signée par des milliers de personnes, a été remise au bureau de l’Assemblée nationale« , 07/02/2013.

[8] Voir sur Mémoires d’Indochine : « Le 4/02/2013 : une journée historique ? – Trao kiến nghị về Hiến pháp » et EDA : « Des évêques et des étudiants catholiques signent la requête pour la refonte de la Constitution« , 25/01/2013. Voir aussi les photographies de « supporters » sur le blog Dân Luận : « Cùng chụp ảnh ủng hộ Bản Kiến Nghị về Sửa Đổi Hiến Pháp 1992« .

[9] Voir RFA : « Vietnamese Reporter Fired for Critical Essay« , 26/02/2013 (Reported by Chan Nhu. Written in English by Joshua Lipes).

[10] Voir l’extrait vidéographique de l’émission de VTV1 sur le site de la BBC, 26/02/2013.

[11] Dan Lam Bao, « Déclaration des Citoyens libres« . Voir la version originale sur son blog : Nguyễn Đắc Kiên, « Vài lời với TBT ĐCS VN Nguyễn Phú Trọng« , 26/02/2013 et une autre traduction française sur le site Dân Luận.

[12] Voir sur le blog DanLamBao : « Lời Tuyên Bố của các Công Dân Tự Do« , 28/02/2013. Le blog annonce 4300 signatures après la mise à jour de la pétition en ligne le 05/03/2013.

[13] Voir aussi : Gia Minh, « Nhóm “Công dân tự do” ra tuyên bố ủng hộ PV Nguyễn Đắc Kiên« , RFA, 28/02/2013.

[14] voir l’analyse d’EDA : « L’Assemblée nationale embarrassée par la requête pour la refonte de la Constitution« , 20/02/2013.

[15] Voir EDA : « Le cardinal archevêque de Saigon propose un programme de rénovation (dôi moi) intégrale du pays« , 27/02/2013.

[16] id.

[17] Cf. : VNRs, « Thư của Hội đồng Giám mục Việt Nam gửi Ủy ban Dự thảo sửa đổi Hiến pháp năm 1992 nhận định và góp ý sửa đổi Hiến pháp« , 01/03/2013. Voir l’analyse d’EDA : Pour approfondir. « Contribution de la Conférence épiscopale à la refonte de la Constitution de 1992« , 04/03/2013. Le texte original en vietnamien est disponible sur le site officiel de la Conférence épiscopale : « Thư của Hội đồng Giám mục Việt Nam nhận định và góp ý sửa đổi Hiến pháp« , 01/03/2013.

[18] BBC, « TBT Trọng nói về sửa đổi Hiến pháp« , 26/02/2013 et Thanh Quang, Vùng cấm và những loại “bẫy người”, RFA, 04/03/2013.

[19] RFA, Vùng cấm và những loại “bẫy người”, 04/03/2013.

[20] Voir le blog Ba Sàm : Võ Văn Tạo, « Giữ Điều 4 mới chính là suy thoái đạo đức, thưa ông Tổng Bí thư!« , 26/02/2013.

[21] Voir sur le site de Viet Tan : Nguyễn Thanh Giang, « Ông Nguyễn Phú Trọng rất hàm hồ« , 27/02/2013.

[22] Voir sur le site Facebook de Huy Đức : « Sửa Hiến Pháp Chứ Không Phải Xây Hầm Trú Ẩn« , 19/02/2013. Voir également sur Nam Nguyên, « Đảng yếu nên sợ hãi đa nguyên đa đảng?« , RFA, 01/03/2013.

[23] Voir Chân Như, « Người dân nghĩ gì về phát biểu của Tổng bí thư?« , RFA, 26/02/2013.

[24] EDA, art. cit., 07/02/2013.

* * *

Nhà báo Nguyễn Đắc Kiên trả lời phỏng vấn RFA