Archives par mot-clé : démocratie

Le destin étrange de Doan Van Toai, auteur du Goulag vietnamien

L’ancien étudiant contestataire Doan Van Toai qui a fait connaître à l’Occident le système carcéral du Viêt-Nam communiste est décédé en novembre dernier aux États-Unis. En 1979, réfugié politique en France, Toai faisait publier chez Robert Laffont, Le goulag vietnamien, un témoignage détaillé de son expérience carcérale avant et après la chute de Saigon1. Alors encore portés par le « mythe Viêt-Nam », les intellectuels français et le grand public découvraient l’importance du système pénitentiaire vietnamien dans le fonctionnement politique du régime et son étendue. Ce témoignage trouva une forte résonance avec ceux des dissidents soviétiques (en particulier Soljenitsyne, Boukovski et Ginsburg)2 et le travail de Michel Foucault sur l’histoire et la logique de l’emprisonnement en France3.

Doan Van Toai naquit à Vinh Long dans le delta du Mékong en 1945. Dirigeant étudiant et activiste contre la guerre du Viêt-Nam avant 1975, Toai fut emprisonné à deux reprises par le régime saigonnais de Nguyên Van Thiêu4. En juin 1975, il fut de nouveau incarcéré sans procès et maintenu en détention pendant deux ans par le nouveau régime communiste. Libéré en 1977, il put rejoindre une partie de sa famille déjà en France, son épouse ayant la nationalité française. Alors que le régime communiste comptait sur lui pour témoigner positivement sur l’évolution du pays5, il prit une position totalement opposée en dénonçant les violations des droits de l’homme.

Le 30 mai 1978, lors d’une conférence de presse, il publia une « Déclaration des droits de l’homme au Viêt-Nam » et milita aux côtés d’Amnesty International pour dénoncer le système pénitentiaire de la RSVN et la politique de « rééducation politique ». Il poursuivit une intense campagne d’information pour dénoncer « les crimes de paix » de Hanoi et participa à des conférences-débats organisés dans les universités américaines ou suisses6. Il rallia à sa cause la célèbre chanteuse américaine Joan Baez, connue pour sa position contre la guerre pendant le conflit vietnamien, et obtint son soutien des prisonniers politiques vietnamiens. En mai 1979, une « lettre ouverte à la République socialiste du Viêt-Nam » de Joan Baez fut éditée par la presse américaine offrant à cette question une grande visibilité7.

« Aux détenus politiques de tous les régimes au Viêt-Nam. A la mémoire de ma mère et à toutes les mères vietnamiennes mortes dans l’attente d’un retour impossible ». (la double dédicace de Toai dans Le goulag vietnamien).

Malgré cet engagement clair, Doan Van Toai ne parvint pas à convaincre la communauté vietnamienne exilée aux États-Unis. Majoritairement anti-communiste, elle se méfia de cet étudiant ancien activiste contre le régime nationaliste de Saigon. D’un côté, on le soupçonna d’être à solde de la CIA et de l’autre de réseaux pro-chinois anti-vietnamiens dans la lignée des dissidents Hoang Van Hoan et Truong Nhu Tang8. Si la communauté vietnamienne était méfiante, Toai fut adopté par les Occidentaux autant en Europe qu’aux États-Unis. Il fit entendre sa petite voix indépendante dans la presse américaine9… et révéla au monde l’étendue du système concentrationnaire vietnamien :

« Jamais, aux pires moments des dictatures de Diem et de Thieu, il n’y eut autant de prisons de de prisonniers au Sud Viêt-Nam »10.

Il estimait la population des prisons à 70.000 personnes rien que pour Hô Chi Minh-Ville à la fin de 197711, « une ville dans la ville » et un minimum de 400.000 prisonniers pour l’ensemble du pays12. Dans un texte intitulé « Testament des prisonniers patriotes du Viêt-Nam » signé par 48 prisonniers dont des intellectuels renommés, le chiffre de 800.000 prisonniers était même avancé13. En France, Toai reçut le soutien du Comité Viêt-Nam pour la Défense des Droits de l’Homme mené par Vo Van Ai, éditeur de la revue Quê Me [Terre natale]14. Aux États-Unis, Doan Van Toai et Nguyên Huu Hiêu fondèrent le Comité de lutte pour les prisonniers politiques du Viêt-Nam (« Ủy ban Tranh đấu cho Tù nhân Chính trị tại Việt Nam ») et éditèrent de façon anonyme le recueil de poésie de Nguyên Chi Thiên sur sa longue expérience carcérale.

Outre Le goulag vietnamien, rédigé en France avec Michel Voirol, Doan Van Toai publia en anglais avec David Chanoff deux autres ouvrages sur la guerre : Portrait of the Enemy (Tauris, 1987), une histoire orale riche de multiples expériences pour comprendre l’engagement et la désillusion du côté de la RDVN ou du Viêt-Công et Vietnam : a portrait of its people at war (Tauris, 1996), la guerre de destruction vue du côté vietnamien, sur la piste Hô Chi Minh et sous les bombardements américains. A travers ces deux textes, Toai et Chanoff ramenaient la guerre à hauteur d’hommes et montraient les possibles connexions entre les différentes trajectoires biographiques des acteurs.

A la fin des années 1980 et au début des années 1990, Toai milita en faveur de la démocratie en fondant à Washington en 1991 un Institut dédié à cet objectif (« Viện Vận động Dân chủ cho Việt Nam »). Il s’activa auprès des décideurs américains pour renouer des relations politiques et économiques avec Hanoi dans le but de faire émerger un changement politique. Ces prises de position politique contre la résistance armée anticommuniste du Front dirigé par le Vice-amiral Hoang Co Minh lui attirèrent des inimitiés certaines de la part d’exilés. Au mois d’août 1989, il survécut à une tentative d’assassinat à Fresno en Californie près de son domicile qui le marqua profondément15. Jugeant qu’il n’était plus en sécurité aux États-Unis, il repartit un temps au Viêt-Nam mais ne put se satisfaire de l’évolution de son pays. En novembre 2017, quarante ans après sa libération et une décennie tumultueuse au service de la cause des droits de l’homme et de la démocratie (1979-1989), il devait mourir en Californie dans un relatif oubli, emportant avec lui ses convictions et ses rêves de réconciliateur.

FG

MàJ 07/12/2017

Image « à la une » : portrait de Doan Van Toai © Kendrick Brinson pour ProPublica.

Notes

  1. Les neuf premiers chapitres de l’ouvrage sont consacrés à son enfance et son engagement politique avant 1975, les neuf chapitres suivants sont consacrés à son expérience concentrationnaire sous le régime communiste []
  2. Cf. en particulier Alexandre Soljenitsyne, Une journée d’Ivan Denissovitch (Julliard, 1963) et L’archipel du goulag (Fayard, 1973) ; Vladimir Boukoski, Une nouvelle maladie mentale en URSS : l’opposition (Seuil, 1971) ; Leonid Pliouchtch, Dans le carnaval de l’histoire. Mémoires (Seuil, 1977) []
  3. Surveiller et punir, Gallimard, 1975 []
  4. Pendant la période de la Seconde République du Viêt-Nam, 1967-1975, Toai fut Vice-président de l’Association des étudiants de Saigon (1969-1970), puis proche du Gouvernement Révolutionnaire Provisoire. Cf. Le goulag vietnamien, p. 23  []
  5. Sa libération a-t-elle été négociée ? Selon Toai, il aurait été l’objet d’une méprise car le nouveau régime l’aurait confondu avec Ngô Vuong Toai, le chef d’une petite organisation étudiante anticommuniste. Cf. Le goulag vietnamien, p. 22-23 et note 1 p. 23 []
  6. Voir le texte de dos de couverture de Le goulag vietnamien []
  7. Voir AP, « Joan Baez Starts Protest On Repression by Hanoi« , New York Times, 30/05/1979 ; Open letter to the Socialist Republic of Vietnam []
  8. Cf. Truong Nhu Tang, Mémoires d’un Vietcong (Flammarion, 1985) []
  9. Lire sa tribune « A Lament for Vietnam » publiée dans le New York Times le 29 mars 1981. Lire la traduction vietnamienne sur Mémoires d’Indochine []
  10. Le goulag vietnamien, p. 291 []
  11. ibid. []
  12. Le goulag vietnamien, p. 292 []
  13. id., p. 331 []
  14. L’ouvrage de Toai et sa personne firent l’objet d’une longue critique virulente d’Alain Ruscio, alors d’enseignant d’histoire et militant communiste engagé dans la défense du socialisme vietnamien. Cf. Alain Ruscio, Vivre au Viêt-Nam, Paris, Éditions sociales, 1981, voir chapitre 3, en particulier p. 136-143. A la même époque Amnesty International publiait un premier Rapport de mission en RSVN – Réponses et commentaires, Paris, EFAI/AIP, juin 1981. Selon les chiffres officiels de la RSVN de décembre 1979 environ un million de Vietnamiens avaient fait un « bref stage de rééducation » et 40.000 avaient été « retenues pour une rééducation à long terme », cf. Rapport de mission en RSVN, p. 38 []
  15. Il témoigna de cet acte terroriste dans le documentaire controversé « Terror in Little Saigon ». Cf. Terror in Little Saigon: A second exile []

Report of the second annual civil society conference in 2017 [document en ligne]

{ndlr] Publication en ligne du rapport annuel sur la société civile vietnamienne.


Dear colleagues and friends,
PPWG would like to share the report of the second annual civil society conference, organized in 2017. The report was developed based on combination of all ideas and opinions at the conference. We want to express our sincere thanks to all participants for their open-minded contribution and listening. Full report in English can be downloaded at: 

http://ppwgvietnam.info/ Content/Home/Documents/second- annual-civil-society- conference-report.pdf

PPWG

Pham Minh Hoang : Lettre à cœur ouvert

[ndlr] Lettre ouverte du professeur Pham Minh Hoang, ancien prisonnier de conscience, devant le risque d’une déchéance de sa nationalité vietnamienne pour son positionnement pro-démocratique.

 

Lettre à cœur ouvert

Chère communauté Facebook,

Chers amis proches et lointains,

Ce 1er juin 2017, le Consul de France à Saigon, m’a fait venir pour m’annoncer une « très mauvaise » nouvelle : Le gouvernement vietnamien a décidé, le 17 mai, de me déchoir de ma nationalité vietnamienne avec pour effet mon expulsion vers la France. (Je possède la double nationalité franco-vietnamienne)

Encore sous le choc et bouleversé, je vous écris ces quelques lignes. Mon épouse et ma fille sont en larmes depuis qu’elles ont appris la nouvelle. Mon frère (Invalide de guerre handicapé à près de 100%) reste hébété. Notre situation familiale ne permettra pas à ma femme de m’accompagner, car elle doit continuer de soigner sa mère âgée et s’occuper de mon grand frère handicapé. Cela veut dire notre famille devra vivre séparée.

Novembre 1973…

Je me souviens encore comme si c’était hier, je partais étudier à Paris. Alors que l’avion s’élevait dans le ciel de Saigon, je regardais par le hublot me promettant revenir reconstruire notre patrie dévastée par la guerre. Deux ans après, mes aspirations se sont effondrées avec la chute de Saigon, m’obligeant d’embrasser une nouvelle vie, sous un nouveau ciel avec de nouvelles idées. Mais dans mon cœur, je me lancinais de ma Patrie où reste enterré mon cordon ombilical.

Après avoir vécu et travaillé en France, l’idée de revenir au pays a resurgi et j’ai repris mes livres et le chemin de la Faculté pour étudier et acquérir les connaissances utiles pour le Vietnam. De retour au pays en l’an 2000, j’ai lutté pour trouver un poste adapté à l’École Polytechnique de Saigon avec un petit salaire. Après 10 ans d’enseignement, je ne me considère pas comme un bon professeur, mais mon travail est reconnu et je suis perçu comme étant consciencieux et rigoureux. Je me satisfais d’avoir apporté toute mon énergie et ma volonté à transmettre mes connaissances aux étudiants. Lorsque je fus arrêté en 2010 pour avoir alerté sur la situation du pays, j’enseignais les mathématiques sur 5 domaines différents. À ce moment-là, mes capacités et ma créativité étaient exceptionnellement prolixes.

Grâce à l’intervention du gouvernement français, des organisations de défense des Droits de l’homme et du soutien de nombreuses personnes à l’intérieur comme à l’extérieur du pays, ma peine fut relativement légère : seulement 17 mois d’emprisonnement et 3 ans de résidence surveillée. Seulement après cela, je ne pouvais plus enseigner. Parfois, je projetais d’ouvrir une classe de Français, mais on trouvait mille reproches pour m’en empêcher. Même en 2016, alors que je discutais et échangeais avec des jeunes sur les droits de l’homme, la législation vietnamienne et l’instruction civique, la police est intervenue violemment pour disperser les étudiants et confisquer le matériel électronique. Jusqu’à aujourd’hui, mes différentes plaintes ont fini dans le néant.

Malgré les difficultés et les multiples menaces, j’ai continué et me suis toujours efforcé d’alerter et de contribuer par la discussion à la résolution des problèmes du pays. Mes articles sont critiques, mais toujours modérés, pacifiques, et ne peuvent pas être accusés de nuire à la sécurité nationale. Mais cela ne semble pas suffisant aux autorités communistes. Par divers canaux d’information, je savais que je représentais toujours à leurs yeux une menace potentielle que ni mon attitude modérée et prudente n’ont suffi à calmer, au point de décider de me retirer ma nationalité.

La privation de nationalité va de pair avec mon expulsion. Ce qui veut dire que je n’ai plus le droit de vivre et de mourir dans mon pays natal. Je me souviens de mes discussions avec le Consul de France, en 2010-2011, alors que j’étais en prison. Je lui avais alors précisé que je préférais rester en prison plutôt que d’être expulsé. Il en a pris bonne note et m’a promis de m’aider à obtenir satisfaction.

Aujourd’hui la situation semble avoir changé. L’emprisonnement d’un citoyen français serait mal vu pour les deux gouvernements, aussi ils ont choisi la solution la moins gênante pour les deux parties, mais aussi la plus inhumaine, car plus que quiconque, ils connaissent très bien l’isolement de ma famille.

Avant, derrière les murs de la prison, je pensais que je vivais les heures les plus sombres de la vie d’homme, mais maintenant, je vois qu’il y a une chose encore plus horrible, c’est de ne pas pouvoir vivre dans le pays où tu es né.

À l’heure actuelle, je n’ai reçu aucun papier me signifiant la déchéance de ma nationalité. Je ne peux donc que vous adresser ces quelques lignes en espérant votre compréhension et soutien. Et que vous relayerez cet appel à l’aide à vos amis. Ma famille a aussi contacté un avocat pour chercher à comprendre les motivations de ce jugement. Je viens d’apprendre que la privation de la nationalité est contraire à la législation vietnamienne (voir le document ci-dessous).

Pour conclure cette lettre, je voudrais citer les paroles d’un autre militant qui fut aussi expulsé :

« On peut m’obliger de sortir du Vietnam, mais personne ne pourra sortir le Vietnam de moi »

Pham Minh Hoang, 2 juin 2017

Source : Page Facebook de l’auteur

 

Sur cette affaire, voir également :

  • Vietnam : French-Vietnamese blogger threatened with expulsion, RSF, 07/06/2016. Reporters Without Borders (RSF) is extremely concerned about the Vietnamese government’s declared intention to expel Pham Minh Hoang, an outspoken blogger who has French as well as Vietnamese nationality. RSF condemns this persecution of Hoang and urges the French authorities to give him their support.

Sur son procès en 2011 :

Image « à la une » : Le professeur Phạm Minh Hoàng lorsqu’il enseignait les mathématiques à l’Université Polytechnique de Saigon en 2006 © Facebook Lê Nguyễn Hương Trà.

Nguyễn Đặng Minh Mẫn, une photo-journaliste et lanceuse d’alerte emprisonnée depuis 2011

Une jeune femme croupie actuellement dans le quartier disciplinaire d’un camp du régime communiste vietnamien. Son seul tort est de refuser de courber l’échine et de ne pas reconnaître les charges de subversion que le pouvoir judiciaire lui a infligé. A l’occasion de la 68e anniversaire de la journée internationale des droits de l’homme, il nous apparaît opportun de rappeler brièvement son parcours d’activiste sociale et son affiliation politique, source, à n’en pas douter, de l’acharnement des autorités policières. Elle fait en effet partie de ces femmes engagées (comme l’activiste Can Thi Theu et la blogueuse Nguyen Ngoc Nhu Quynh) que le pouvoir aimerait faire taire et qui incarnent aujourd’hui la lutte contre les injustices et la tyrannie.

FG, 10/12/2016

A lire sur notre carnet de recherche Femmes et Guerres au Viêt-Nam

Vietnam: Reform Criminal Law to Respect Rights [HRW]

[ndlr] Article de l’association Human Rights Watch concernant les lois liberticides de la République socialiste du Viêt-Nam.

(New York) – Vietnam’s National Assembly should reform the criminal law to respect basic rights to freedom of expression, association, assembly, and religion, Human Rights Watch said today. The National Assembly is considering revisions to the penal code during its session scheduled from October 20 to November 22, 2016. The laws were used in October’s arrest of prominent blogger Nguyen Ngoc Nhu Quynh, known as “Mother Mushroom.”

“Many articles related to national security in Vietnam’s laws are vaguely defined and often used arbitrarily to punish critics, activists, and bloggers,” said Brad Adams, Asia director. “The National Assembly should take this opportunity to strip provisions that have created so many political prisoners and bring Vietnam’s laws in line with international standards.”

Vietnam’s penal code includes crimes related to “activities aiming to overthrow the people’s administration” (penal code article 79, penalty up to death sentence); “undermining national unity policy” (article 87, penalty up to 15 years in prison); “conducting propaganda against the State of the Socialist Republic of Vietnam” (article 88, penalty up to 20 years); “disrupting security” (article 89, penalty up to 15 years); and “abusing the rights to freedom and democracy to infringe upon the interests of the state, the rights and interests of individuals” (article 258, penalty up to 7 years).

Lire la suite : Human Rights Watch

Image « à la une » : affiche de propagande sur la « Journée de la loi » (le 9 novembre) en RSVN.

Ngo Dinh Diem : Nationalisme et démocratie [Appel au peuple, 9 mai 1955]

[ndlr] Six mois avant la fondation de la République du Viêt-Nam (Sud) le 26 octobre 1955, discours de Ngo Dinh Diem sur sa conception du nationalisme.

« Le nationalisme qui se livrerait à la réaction est condamné à la mort, comme le nationalisme qui s’allie avec le Communisme est voué à la trahison ».

ngodinhdiem_quoctruongvietnamtudo_1956

Chers Compatriotes,

J’ai adressé le 8 mai un message à nos amis du Monde Libre. Il m’a paru en effet nécessaire que par ma voix, vos aspirations soient une fois de plus exprimées, votre détermination comprise, et votre cause entendue.

Pendant longtemps, on a vidé un mot qui vous était cher de tout son sens, c’est celui d’indépendance.

A présent, on abuse d’un autre mot : c’est celui de nationalisme.

Il ne suffit pas d’avoir peur du communisme, de vivre au dessous du 17e parallèle, de posséder des intérêts importants, pour se dire nationaliste.

Le Viêt-Nam ne sera jamais une Nation, il n’y aura jamais au Viêt-Nam de véritable nationalisme si certains de ses fils tentent de consolider à leur seul profit, les vestiges d’un régime périmé, et si d’autres servent une idéologie absolument étrangère à nos traditions spirituelles.

Le nationalisme que vous honorez de servir, le nationalisme irréductible de nos pères est un nationalisme essentiellement fondé sur la volonté de rejeter toute domination, et de préserver notre union dans ce que nous avons de commun et de plus sacré : notre terre, nos héros, notre sang.

Le nationalisme qui se livrerait à la réaction est condamné à la mort, comme le nationalisme qui s’allie avec le communisme est voué à la trahison.

Le nationalisme n’aurait aucun sens s’il n’apportait pas à nos compatriotes une libération définitive, s’il ne consacrait pas une fois pour toutes, leur liberté, s’il ne leur conférait pas une vie au-dessus de toute indignité.

C’est pourquoi, je pense que le nationalisme ne serait qu’un mensonge s’il ne conduit pas à la démocratie.

En vérité, ceux qui redoutent la démocratie sont ceux-là seuls qui ont mauvaise conscience. Ceux-là qui ont retardé notre accès à l’indépendance, ceux-là qui nous empêchent de réaliser des progrès sociaux, ceux-là qui intriguent mais n’osent pas présenter publiquement un programme, ici, à Saigon, devant le peuple.

Car en fait, il n’y a pas plusieurs programmes. Il n’y en a qu’un : celui qui préserve notre indépendance, qui fit de notre nationalisme un nationalisme vivant, conforme à nos traditions spirituelles, et par lequel nous accèderons tous, ensemble, à la démocratie.

—  —  —

Extrait de : « Nationalisme et démocratie (Appel au peuple, 9 Mai 1955) », in La voie de la juste cause (Traduction des principaux discours et déclarations du Président Ngo-Dinh-Diem), Saigon, Service de Presse, Présidence de la République du Viêt-Nam, 1956, pp. 86-87.

Save conscience prisoner Tran Huynh Duy Thuc from going on a ‘Hunger Strike Until Death’

[ndlr] Pétition en ligne pour la libération du dissident Tran Huynh Duy Thuc en grève de la faim depuis 8 jours. Pétition mise en ligne par Thao Pham (Australie) sur le site Change.org.

Vietnamese BBC stated on 17th May 2016 that family members confirmed that Tran Huynh Duy Thuc has made a decision to go on a ‘hunger strike until death’ in the Nghe An prison starting on 24th May 2016. This date will mark exactly 7 years since he was imprisoned in Vietnam.

« Tran Huynh Duy Thuc is a blogger, entrepreneur and human rights defender and was arrested in May 2009. He advocates for economic, social and administrative reform, and respect for human rights. In January 2010 he was sentenced to 16 years’ imprisonment under Article 79 of the Penal Code (« attempting to overthrow » the state), plus five years’ house arrest on release. During his trial he claimed that he was tortured in detention to force him to confess. » (Source : Ammesty International Australia)

I am writing this petition to request the Office of the United Nations High Commissioner for Human Rights, Amnesty International, the US president Barack Obama, heads of states of non-communist governments, Vietnamese people and others to take action to save Tran Huynh Duy Thuc’s life by requesting the Vietnamese Government to release him unconditionally.

Please sign this petition and share, thank you.

Lien : Change.org

 

Image « à la une » : Tran Huynh Duy Thuc à son procès en janvier 2010.

Lao Police Publicly Confirm Arrest of Trio of Workers For Criticizing State [RFA]

[ndlr] Arrestations de trois jeunes opposants au Laos.

Lao police have publicly acknowledged that the arrest of three Lao workers who returned home from Thailand to renew their passports for the offense of criticizing the government and the ruling communist party via social media while abroad.

Somphone Phimmasone, 29, his girlfriend Lod Thammasong, 30, and Soukane Chaithad, 32, disappeared after returning to Laos earlier this year to renew their passports, their family and friends told RFA’s Lao Service in a previous report.

“Special police forces suppressed a group of bad people who have campaigned to accuse and condemn the direction of the state and party through Facebook,” the Ministry of Public Security and police announced on a state security television channel on Wednesday.

“It’s true that the three of them were arrested,” a policeman who works at the TV channel told RFA’s Laos service on Friday.

“They were at the press conference which was held only for the state security TV channel and newspaper yesterday,” he said. “Other media were not allowed to cover the event.”

The security channel showed the three making what appeared to be public confessions. They apologized to the communist party, government, Lao people and their relatives for making the mistake of getting involved with the group that protested against the country’s policies.

Lire la suite : RFA, 27/05/216. Reported by RFA’s Lao Service. Translated by Ounkeo Souksavanh. Written in English by Roseanne Gerin.

Voir aussi :

Vietnam: les dissidents donnent de la voix avant la venue d’Obama

[ndlr] La venue de Barack Obama en visite officielle du 23 au 25 mai 2016 suscite de nombreux espoirs au Viêt-Nam. Le mouvement pro-démocratique tentera de faire entendre sa voix.

« Sommes-nous libres, sommes-nous vraiment libres? »: samedi, quelques dissidents, ont défié le pouvoir vietnamien en organisant à Hanoi un concert secret. Un acte de résistance dans l’espoir de faire pression avant la venue de Barack Obama dans ce pays communiste.

Sur scène, dans une petite maison de la capitale vietnamienne, où le président américain arrive lundi matin: Mai Khoi, pop star et militante prodémocratie.

La question, posée à la fin d’une ballade aux accents de blues, est une interrogation rhétorique au Vietnam, pays à parti unique, qui continue à réprimer toute manifestation, à opprimer les opposants et où les syndicats sont interdits.

Lire la suite : La Voix du Nord, 22/05/2016.

Image « à la une » : la chanteuse et activiste prodémocrate Mai Khôi © DR

Libération du père Thadeus Nguyễn Văn Lý

[ndlr] Annonce de la libération du père Nguyen Van Ly condamné en 2007 à huit ans de prison pour « propagande anti-étatique » au titre de l’article 88 du code pénal. Cette libération intervient trois jours avant le voyage officiel de Barack Obama en République socialiste du Viêt-Nam. Le père Ly est âgé de 70 ans, il est des fondateurs du Bloc 8406, mouvement politique pour la promotion de la démocratie au Viêt-Nam.

TrialNguyenVanLy2007La photo iconique du père Nguyen Van Ly lors de son procès à Hue en 2007.

Image « à la une » : Le père Ly de retour au Diocèse de Hue, le troisième en partant de la droite.