Archives par mot-clé : démocratie

Le “Néo Dai Viêt” fête ses 55 ans d’existence

Depuis la chute de Saigon en 1975, le paysage politique vietnamien s’est réduit comme peau de chagrin. Les partis d’opposition, démocrates et non communistes, jugés “réactionnaires” ont tous été interdits, leurs leaders pourchassés, emprisonnés, exécutés ou relégués en exil forcé. Seuls quelques partis et mouvements para-communistes ont été tolérés par le nouveau pouvoir acteur de la réunification par la force. L’existence en exil de quelques formations politiques historiques, réprimées sur la longue durée par le colonialisme français et le totalitarisme communiste tient du miracle.

En 1988, les fantomatiques Parti Démocratique et Parti Socialiste, fondés respectivement en 1944 et 1946, ont été dissous et l’État vietnamien est depuis lors cet État-Parti exclusivement dirigé par le Parti Communiste Vietnamien. Toutes autres formes d’organisations politiques (club, think tank, parti politique, associations indépendantes du pouvoir ou syndicat) sont formellement interdits par le régime.

Parmi les survivants, acteurs politiques majeurs sous la République du Viêt-Nam (1955-1975), il faut compter sur les partis nationalistes “traditionnels” anticoloniaux, le Viêt Nam Quôc Dân Dang, fondé en 1927 et dirigé par Nguyên Thai Hoc (guillotiné par les Français le 17 juin 1930 à Yên Bai) et le Dai Viêt Quôc Dân Dang, fondé en 1938 et dirigé par Truong Tu Anh (disparu en décembre 1946 à la suite de son arrestation par le Viêt-Minh)1. Ces deux partis républicains ont joué un rôle majeur dans l’avènement de l’État du Viêt-Nam, présidé par S.M. Bao Dai entre 1949 et 1954 puis dans la construction d’un État démocratique non communiste au sud du 17e Parallèle entre 1955 et 19752. La guerre et la partition du pays en deux Viêt-Nam (Nord contre Sud) entre 1955 et 1975 n’a pu favoriser l’accomplissement d’un pouvoir civil démocratique fort pour s’opposer au Nord Viêt-Nam totalitaire3.

De gauche à droite : Drapeau du Front QDD de 1945-1946 (également drapeau du VNQDD et du DVQDD) ; drapeau du Tân Dai Viêt de 1964 ; drapeau du Dai Viêt Cach Mang Dang (Dai Viêt Révolutionnaire) de 1965 (reprend le fond jaune et rouge du VNQDD de 1930).

Le dimanche 3 novembre 2019, en Californie, un débat politique intitulé “Berlin, Hong Kong, Viêt-Nam” était organisé à l’occasion du 55e anniversaire du Tân Dai Viêt ou Néo-Dai Viêt en exil aux Etats-Unis et en Europe depuis la chute de Saigon4. C’est pour nous l’occasion de revenir rapidement sur l’histoire de cette formation politique marquée par la figure de l’intellectuel Nguyen Ngoc Huy, décédé le 28 juillet 1990 en France5.

Le Néo-Dai Viêt, fondé le 14 novembre 1964, est une scission du parti Dai Viêt fondé en décembre 1938 par Truong Tu Anh. Cette nouvelle formation politique est mise sur pied sous la République du Viêt-Nam pour répondre à une nouvelle situation au Sud. L’assassinat du Président Ngô Dinh Diêm et le renversement de son régime semi-autoritaire ouvre la voix à une expression démocratique plus large. Le vide politique à la suite du renversement du régime diemiste est une opportunité pour les partis nationalistes traditionnels de se réorganiser et de jouer un rôle politique au Sud. En 1964, l’objectif du Néo-Dai Viêt est de participer activement à l’avènement d’un état de droit démocratique au Sud, selon lui le meilleur régime à opposer au Nord communiste. Le Néo-Dai Viêt n’opère pas dans la clandestinité comme les anciens partis nationalistes anticoloniaux. Son action est publique et il présente des candidats à chaque élection. En 1964 également, Nguyen Ngoc Huy, le principal fondateur, rénove et étoffe considérablement la doctrine politique dite de la “Survivance du Peuple” préconisée par Truong Tu Anh en 1939 dans le contexte du Viêt-Nam colonisé. Il publie la doctrine rénovée en deux volumes à Saigon sous le titre “Dân tộc sinh tồn : Chủ nghĩa Quốc gia Khoa học” (La Survivance du Peuple : un nationalisme scientifique)6.

L’idée de Nguyên Ngoc Huy est de fonder une véritable démocratie libérale et progressiste au Sud Viêt-Nam pour accompagner le développement économique et mettre en place des institutions étatiques fiables dans un pays divisé et miné par la guerre civile. Pour élargir son auditoire politique et rivaliser avec l’appareil communiste nordiste infiltré au Sud, le Néo-Dai Viêt créé une organisation de masse dénommée le Mouvement National Progressiste (MNP ou Mouvement National Radical, Phong Trào Quốc Gia Cấp Tiến) en 19697. Le Mouvement prend de l’ampleur, bénéficie d’une réelle assise dans le delta du Mékong lors des élections mais son leader le professeur Nguyên Van Bông est tué lors d’un attentat organisé par le réseau d’agents secrets dit du Comité de Sécurité T4 (pour la région de Saigon-Cholon) implanté au sud pour détruire l’appareil politique sudiste. Cette perte plonge de nouveau le Sud dans le chaos et le désarroi parmi la classe politique supportant l’idée d’un pouvoir civil. En effet, Nguyên Van Bông était pressenti pour devenir le futur Premier ministre de la République.

A l’heure actuelle, l’activité du Néo-Dai Viêt, à l’instar des autres partis politiques exilés, s’est considérablement réduite. Les membres qui sont nés au Viêt-Nam et ont participé à la vie politique de la République du Viêt-Nam avancent en âge et disparaissent chaque année, la jeune génération, moins impliquée dans les partis traditionnels, s’engage plus volontiers au sein de réseaux de lutte ou d’organisations rivales comme le Viêt Tân, plus modernes sur le plan de l’activisme. Cependant, le Néo-Dai Viêt exerce toujours une certaine influence sur le positionnement politique de la communauté exilée. Il organise régulièrement à l’instar d’un think tank des débats politiques sur la situation internationale et mobilise les jeunes générations à prendre conscience de l’impérialisme chinois en Asie du Sud-Est.

A l’aide de la doctrine de la “Survivance du peuple” qui anime toujours ce parti, il met en avant le “danger de disparition” du Viêt-Nam dirigé par un État-Parti pieds et mains liés avec Pékin. Il alerte sur la politique militaire de fait accompli de la Chine en Mer de l’Est (Biển Đông) et tente de proposer une solution politique pour un Viêt-Nam post-communiste8.

Le parti est actuellement présidé par M. Lê Minh Nguyên qui fait du combat pour la démocratisation du régime une priorité de son mandat (2017-2021)9. Fait remarquable, le jour de cette commémoration, un vieux militant de la première heure, M. Hoai Son Ung Ngoc Nghia, âgé de 96 ans, membre du Dai Viêt historique puis l’un des 14 co-fondateurs du Néo Dai Viêt en 1964, est monté à la tribune pour rappeler quelques points de l’évolution du parti rythmés par ses souvenirs personnels10. M. Ung Ngoc Nghia est l’un des derniers vétérans de la mouvance Dai Viêt. Son allocution fut suivie par celle du dirigeant actuel du Dai Viêt Quôc Dân Dang “canal historique”, M. Tran Trong Dat qui rappelait la nécessité d’unifier les différentes factions issus du Dai Viêt de 1938 dans la lutte pour le pays natal11. Ce rêve d’unification des factions Dai Viêt a trouvé ses limites en 1988 lorsque la même expérience a été tentée et n’a duré que quelques mois.

Enfin, les différents discours de ce 55e anniversaire furent suivis d’une journée de débat à travers trois interventions sur la chute du Mur de Berlin, sur la démocratie hongkongaise et sur la question de la démocratie au Viêt-Nam. En particulier, l’évolution de la lutte de Hong Kong face à Pékin donna lieu à de nombreux échanges.

A travers ce 55e anniversaire, les organisateurs font passer le message à leurs compatriotes à l’intérieur du pays que la lutte pour un autre Viêt-Nam est encore possible, ce que la résilience et la détermination des formations politiques nées sous la colonisation ou pendant la guerre civile démontrent.

FG, 09/11/2019.

Notes

  1. Voire notre panorama général des partis politiques vietnamiens sur Mémoires d’Indochine : Aperçu illustré sur les organisations politiques, religieuses et culturelles vietnamiennes contemporaines []
  2. Sur le rôle du Dai Viêt pendant la période baodaiste, voir notre étude : Dai Viêt, indépendance et révolution au Viêt-Nam. L’échec de la troisième voie (1938-1955), Paris, Les Indes savantes, 2012 []
  3. Raison pour laquelle, une catégorie dite “démocratie militaire” a été proposée par des chercheurs travaillant sur les régimes démocratiques en construction dans un contexte de guerre civile, concept auparavant pour les périodes antiques et modernes []
  4. Cf. Đảng Tân Đại Việt Kỷ Niệm 55 Năm Ngày Thành Lập Đảng ; Hội Thảo Chính Trị: Tường Bá Linh Sụp Đổ, DC Hồng Kông, Dân Chủ VN, Viêt Bao Online, 07/11/2019 []
  5. Sur le parcours politique de cet intellectuel voir notre chapitre d’ouvrage : « An Intellectual through Revolution, War, and Exile. The Political Commitment of Nguyen Ngoc Huy (1924-1990) »,in Nathalie Huynh Chau Nguyen (ed.), New Perceptions of the Vietnam War. Essays on the War, the South Vietnamese Experience, the Diaspora and the Continuing Impact, Jefferson (NC), McFarland, 2015, pp. 41-71 []
  6. Ces deux volumes interdits de circulation par les autorités communistes après 1975 comme la plupart des écrits politiques ont été réédités aux États-Unis en 2006 []
  7. Le terme “radical” est à comprendre dans le sens de Parti radical, social démocrate []
  8. Ce fut d’ailleurs l’objet d’un colloque avorté en 1993 à Hô Chi Minh-Ville marqué par l’arrestation de membres du Tân Dai Viêt co-organisateurs ou participants []
  9. Cf. Việt Luận phỏng vấn ông Lê Minh Nguyên Chủ tịch đảng Tân Đại Việt, Việt Luận, 1er mai 2019 []
  10. Đảng Tân Đại Việt Kỷ Niệm 55 Năm Ngày Thành Lập Đảng, art. cit. []
  11. Đảng Tân Đại Việt Kỷ Niệm 55 Năm Ngày Thành Lập Đảng, art. cit. []

les irréductibles “amis du Viêt-Nam Libre” – Lyon, 20 octobre 2019

Pour protester à la fois contre la politique du régime communiste vietnamien (RSVN) et à l’expansionnisme de Pékin (RPC) en mer de Chine méridionale, des Vietnamiens exilés se retrouvent presque toutes les fins de semaine sur le parvis des Droits de l’Homme au Trocadéro à Paris. Résilients à tout, qu’il pleuve, qu’il vente ou que le soleil brille, ils se font le relais de la protestation interne complètement étouffée au Viêt-Nam.

Cette semaine, les organisateurs de ces happenings politiques, sorte d’agit-prop anti-communiste, sont descendus sur Lyon en mobilisant une poignée de Vietnamiens de l’agglomération.

Dans l’Appel à cette manifestation du dimanche 20 octobre 2019, organisée par “Les amis du Viêt-Nam Libre”, l’expansionnisme de la “Chine rouge” contre le Viêt-Nam était souligné. Quatre dates clés rappelaient la politique de fait accompli chinoise menant à la perte de territoire sur la frontière nord et dans la partie de la “Mer de l’Est” sous souveraineté vietnamienne :

1974 : les îles Paracels,

1979 : la porte de Nam Quan, les chutes de Ban Gioc, les zones frontalières du Nord du Viêt-Nam après la guerre éclair sino-vietnamienne en 1979,

1988 : les îles Spratleys,

2019 : les récifs de corail Vanguard Bank.

Extrait du tract diffusé le 20/10/2019 place Bellecour à Lyon1.
Copie d’écran du reportage d’Albert Goulain © DR

La perte de ses territoires terrestres et maritimes a soulevé beaucoup d’émois au Viêt-Nam tout comme dans la communauté exilée depuis les premières manifestations massives anti-chinoises en 2011 et celles plus violentes de 20142. Face à ces protestations de rue à caractère insurrectionnel (voir les grandes manifestations de 2014 et 2018), le pouvoir politique vietnamien a mobilisé l’ensemble des forces de sécurité, policière et militaire, pour étouffer dans l’œuf la voix des blogueurs, activistes sociaux et intellectuels critiques. Cette répression régulière et accrue ces dernières années a eu pour effet d’amoindrir considérablement les mouvements de protestations dans le pays. Les dissidents les plus influents ont été expulsés du pays ou croupissent dans les camps de prisonniers. Et de fait, aujourd’hui la réaction à l’affaire de Vanguard Bank reste modique dans le pays comme à l’extérieur dans l’espace transnational vietnamien3.

A Lyon, les manifestants, près d’une quarantaine, vilipendèrent la faiblesse de la réaction du gouvernement vietnamien face à ces actes belliqueux de Pékin tout en condamnant le régime autoritaire pour sa répression continue des “patriotes”.

Au delà de cette inquiétude légitime relayée par nombre d’intellectuels depuis l’intérieur du pays, les “irréductibles” d’aujourd’hui lièrent cette protestation anti-chinoise aux problématiques écologiques qui traversent la société vietnamienne dans son ensemble :

En même temps, les communistes vietnamiens ont laissé entrer sans visa des Chinois au Viêt-Nam pour y construire des usines polluant l’environnement sur terre et en mer. Parallèlement avec cette lâcheté devant l’ennemi, ces mêmes forces brutales ont utilisé la Loi Cyber-Sécurité [entrée en vigueur en janvier 2019] pour exercer des oppressions, emprisonnements contre les activistes pacifistes qui ont milité pour la Démocratie, la Liberté sur les trois zones (Nord-Centre-Sud) de la Patrie, la protection de l’environnement ! [référence au projet des trois Zones économiques spéciales concédées à Pékin pour une durée de 99 ans]4

Extrait du tract du 20/10/2019, parties en français et en anglais.

Si le caractère folklorique de ce happening politique peut faire sourire ou étonné (notamment par les références à l’ancienne République du Viêt-Nam conquise en 1975 par les forces communistes), il n’en reste pas moins que le message vise avant tout les compatriotes à l’intérieur du pays, premières victimes de la politique gouvernementale et de la corruption :

A l’étranger, nous, les Vietnamiens en exil à cause de la catastrophe communiste, n’oublions jamais nos compatriotes au pays. Nous avons soutenu et nous soutiendrons toujours notre Peuple qui est en train de faire face au pouvoir oppressif dans des difficiles conditions voire dangereuses pour la vie.

Extrait du tract diffusé le 20/10/2019.

D’aucun verront dans ces paroles, une amertume accumulée pendant des décennies suite à la chute de Saigon le 30 avril 1975 vécue comme une “catastrophe” pour l’ensemble du pays, d’autres, que ce message possède une portée plus historique, liant le drame vietnamien du XXe siècle (guerre d’indépendance, guerre civile, boat people, disparition de toute possibilité de pouvoir démocratique) à l’avènement d’un pouvoir autoritaire sans partage désormais pieds et poings liés avec Pékin5.

Autour d’une quarantaine de manifestants, le happening dura près de deux heures entre l’installation des panneaux, de la sono et des drapeaux du Viêt-Nam libre (le drapeau jaune au trois bandes rouges), français ou américain. Débutant par une cérémonie en hommage à l’ancienne République du Viêt-Nam (1955-1975), au son de son hymne national, une minute de silence fut observée pour les “combattants sacrifiés pour la juste cause”. Entre discours offensifs et chansons de lutte, une série de slogans contre l’expansionnisme chinois ou contre le pouvoir communiste vietnamien résonnèrent avec emphase sur la place Bellecour. Chacun pouvait noter la grande détermination des quatre femmes au micro, relayées par l’ensemble de l’assemblée.

Aperçu de la tribune de la manifestation du dimanche 20 octobre 2019 à Lyon.

Un grand panneau explicatif en français destiné aux passants exposait les raisons de cette mobilisation (Qui sommes nous ? ; Que voulons nous ?…). Dans le public, deux jeunes françaises spectatrices, familières du drapeau du Viêt-Nam socialiste, s’interrogeaient sur la signification du drapeau jaune à trois bandes rouges, emblème de la communauté vietnamienne réfugiée avant de souhaiter bonne chance aux participants. Des touristes américains, en provenance du Minnesota, s’intéressèrent à la manifestation. Une femme me glissa à l’oreille un “sorry” pour l’effroyable guerre du Viêt-Nam qui résonnait encore dans son esprit. Un français d’un certain âge, frappé par la présence des drapeaux jaunes, applaudit à la résilience de Saigon. D’autres passants étaient intrigués par la juxtaposition d’une manifestation vietnamienne et d’une manifestation libanaise (de l’autre côté de la statue de Louis XIV) le même jour sur une place Bellecour transformée en étendard coloré de la contestation.

Dans l’assemblée, on put remarquer la présence de M. Duong Van Loi, réfugié, ancien prisonnier évadé des camps de rééducation vietnamien, défilant malgré son grand âge6. En fin de happening, les organisateurs MM. Nguyen Anh Tai et Dang Mau Vinh remercièrent les manifestants et les invitèrent à un moment de convivialité autour d’un verre et de quelques mets vietnamien. Si à l’avenir la communauté vietnamienne de Lyon répond présent, ils seront prêts à initier une nouvelle protestation de ce type pour mobiliser les consciences et ceci jusqu’à “la chute du régime”.

Près de quarante cinq ans après la chute de Saigon, les “irréductibles” n’ont donc pas encore dit leur dernier mot.

FG, 20/10/2019.

Notes

  1. Sur les agressions de pêcheurs vietnamiens, voir la chronologie établie par André Menras : “Chronologie non exhaustive des agressions chinoises sur les pêcheurs du Centre Vietnam (2002-2014)” []
  2. Voir sur Mémoires d’Indochine : “Expéditions punitives antichinoises sur fond de frustrations vietnamiennes”, 17/05/2014 []
  3. Voir sur Mémoires d’Indochine : “Viêt-Nam : Feu vert pour protester contre le fait accompli Chinois en Mer de Chine ?” []
  4. Sur ce dernier point, voir le dossier de la BBC, programme en vietnamien []
  5. Voir nos analyses : “L’urgence démocratique – Le regard de la dissidence sur la crise sino-vietnamienne”, 27/05/2014 et “Viêt-Nam : le casse-tête chinois”, 29/06/2014 []
  6. Sur le site de France Terre d’Asile, témoignage en ligne de Duong Van Loi sur la condition des prisonniers : “La bouillabaisse” et auteur de L’ hélicoptère de la liberté: de la Porte du Ciel (Cong Troi) à la Porte de Chine. Aventure vécue d’un prisonnier politique échappé du camp de la mort, Paris, Les éditions La Bruyère, 1990 []

Louis Raymond : Vietnam – comment l’esprit critique survit au tournant autoritaire

Une analyse de Louis Raymond sur la situation politique au Viêt-Nam, à lire sur Asialyst.

Le Vietnam connaît un durcissement politique indéniable. En témoigne l’entrée en vigueur au début de l’année d’une loi sur la cybersécurité particulièrement rétrograde. Cette tendance de fond date sans doute du 12ème congrès du Parti en 2016. Nguyen Phu Trong, qui depuis l’automne 2018 est à la fois secrétaire général du Parti et président de la République, est le dépositaire d’une vieille tendance du PCV à l’autoritarisme. Mais il existe encore des espaces dont se saisissent les Vietnamiens, journalistes ou artistes.

Lire la suite : Asialyst, 22/03/2019

Bruno Philip : Hun Sen verrouille son emprise sur le Cambodge [Le Monde]

[ndlr] Dimanche 29 juillet 2018 : élections législatives au Cambodge. La démocratie verrouillée. Articles de Bruno Philip, envoyé spécial du Monde à Phnom Penh.

Cambodge : forte participation aux législatives, le parti au pouvoir revendique la victoire

La participation est de 82 %. Le premier ministre, Hun Sen, au pouvoir depuis trente-trois ans, a annoncé sur Facebook une « victoire écrasante ». Le nombre de bulletins blancs ou nuls sera à scruter.

Lire la suite : Le Monde, 29/07/2018.

Hun Sen verrouille son emprise sur le Cambodge

Le principal parti d’opposition et la presse libre ont été interdits pour garantir une nouvelle victoire électorale du premier ministre.

Après trente-trois ans au pouvoir, le premier ministre cambodgien, Hun Sen, semble indéboulonnable. Ce qui ne l’empêche pas de serrer la vis de ses concitoyens : à l’approche des élections législatives du dimanche 29 juillet, le maître du pays a en effet pris toutes les précautions pour assurer la victoire de sa formation, le Parti du peuple cambodgien.

Fin 2017, il a fait dissoudre, par le biais d’un jugement de la Cour suprême, le plus grand parti d’opposition, le Parti du sauvetage national du Cambodge (PSNC), sous prétexte qu’un de ses chefs, Kem Sokha, était en train de préparer un « complot » contre le gouvernement avec l’aide des États-Unis. M. Kem est en prison depuis septembre 2017 et risque une très lourde peine de prison. Le cofondateur du PSNC, le franco-cambodgien Sam Rainsy, a dû se résoudre à l’exil en France.

Lire la suite : Le Monde, 28/07/2018.

Cambodge : fausse démocratie, vraie tyrannie

Le premier ministre à poigne et ancien Khmer rouge Hun Sen, devenu le meilleur « client » de Pékin dans la région, garde le champ libre pour les élections législatives du 29 juillet.

Lire la suite : Le Monde, 29/06/2018.

Voir aussi :

Illustration “à la une” : Le premier ministre cambodgien, Hun Sen, lors d’un discours aux ouvriers d’une manufacture de textile, dans la province de Kandal, le 30 mai 2018 © Samrang Pring / Reuters

Khai Nguyen : A democratic revolution has just begun in Vietnam [Asia Times]

[ndlr] Analyse de la situation vietnamienne par le journaliste Khai Nguyen. Pas d’indication de sources pour les données chiffrées.

Massive but orderly protests across the country hint at the beginning of the end of Communist Party rule

On June 7, a group of about 300 ordinary Vietnamese in Phan Ri Cua City of Binh Thuan province formed the first rally against a draft law on special economic zones (SEZ). They had trouble before with an ongoing Chinese thermal power plant investment project in their own province and were opposed to more such Chinese investments.

Two days later, tens of thousands of workers at Pouyuen footwear company in Tan Tao Industrial Park, Ho Chi Minh City, went on strike against the SEZ draft law.

The following day, on June 10, many demonstrations sprung up in other cities throughout the country, including the capital of Hanoi, Nghe An, Da Nang, Khanh Hoa, Dac Lac, Binh Duong, Dong Nai, My Tho, Vinh Long, Kien Giang, and Ho Chi Minh City.

[…]

The government now spends about 82.1% of the national budget to pay salaries to government officials, military, police, 205 public security generals and five million Party members. The remaining 17.9% is earmarked for development investments.

Lire la suite : Asia Times, 08/07/2018.

Illustration “à la une” : Vietnamese protesters shout slogans against a proposal to grant companies lengthy land leases during a demonstration in Ho Chi Minh City on June 10, 2018  © AFP/Kao Nguyen

Asie du Sud-Est, la fin des parenthèses démocratiques

[ndlr]  Article de Bruno Philip (Bangkok, correspondant en Asie du Sud-Est).

De Rangoun à Manille, dans le sillage du modèle chinois, les nouvelles classes moyennes de la région subissent un recul des libertés politiques, en échange de la croissance économique et de la stabilité.

La plupart des nations du Sud-Est asiatique ont désormais refermé les parenthèses démocratiques – ou considérées comme telles – que certaines avaient pu ouvrir dans le passé. Cette zone géographique ne s’était certes jamais distinguée, dans son ensemble, pour son libéralisme en politique et son respect excessif des droits du citoyen. Mais la grande majorité des pays membres de l’Association des ­nations de l’Asie du Sud-Est (Asean), organisation notoirement désunie, semblent être ­désormais tous, ou presque, tombés d’accord pour renoncer dans un bel ensemble au ­modèle de la démocratie à l’occidentale.

A lire dans Le Monde, 29/06/2018. (accès payant)

1948-2018 : 70 ans d’existence du drapeau du Viêt-Nam libre

[ndlr] A l’occasion du 70ème anniversaire du Drapeau du Viêt-Nam libre, initié par l’AGEVP (Association Générale des Étudiants Vietnamiens de Paris) avec le soutien d’autres associations, une grande marche s’est déroulée à Paris le samedi 9 juin 2018.

Le défilé qui serpentait dans le 13e arrondissement a rassemblé environ 450 personnes. Cette manifestation colorée a été un moment fort pour signifier l’attachement des réfugiés vietnamiens et des générations suivantes à un symbole national en vigueur au Viêt-Nam entre 1948 et 1975 et un symbole communautaire pour de nombreux réfugiés politiques après 1975 à travers le monde. Particulièrement importante aux États-Unis, au Canada, en Australie ou en Europe, la communauté vietnamienne reste attachée aux valeurs de liberté, de progrès et de justice sociale du pavillon aux trois bandes rouges.

L’argumentaire de cette manifestation en précisait le contexte :

  • 1948 : le 10 décembre, l’Assemblée générale des Nations Unies adopte la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme à Paris au Palais de Chaillot.
  • 1948, le 2 juin, six mois plus tôt, le Gouvernement Central Provisoire du Vietnam adopte comme drapeau national « Cờ Càn », le Drapeau Jaune avec trois bandes rouges continues, et comme hymne national « Thanh niên hành khúc », “La marche de la Jeunesse”.

Le choix de ce drapeau est fondé sur sa signification et son symbole : les couleurs jaune et rouge représentent le peuple vietnamien de peau jaune et de sang rouge.

Historiquement, le fond jaune constitue la représentation des différentes dynasties du Vietnam, avec des écritures centrales en rouge variant selon les époques. « Cờ Vàng », le Drapeau Jaune est l’empreinte de l’Histoire vietnamienne et de ses traditions millénaires.

Les trois bandes rouges ont un sens particulier : elles symbolisent la réunification des trois régions, reconnue en 1948 après des décennies de lutte, pour laquelle des hommes et des femmes se sont sacrifiés. Elles incarnent la liberté, la démocratie et la souveraineté :

– Liberté, ou le droit à l’expression de son opinion, dans le respect de l’ordre social,

– Démocratie, où le vote citoyen et le pluralisme politique conditionnent l’évolution sociale et politique du pays,

– Souveraineté, ou le droit et le devoir de préserver son identité, son âme de toute ingérence extérieure.

Mais au Vietnam, qu’en est-il aujourd’hui ?

70 ans après, le Drapeau Jaune flotte toujours, pour nous rappeler la nécessité absolue de ces principes, seuls garants d’un état indépendant de toute puissance étrangère et qui reconnaît à ses citoyens leurs droits humains, civils et politiques.

“Pour un Viêt-Nam libre, démocratique et souverain”… rappelle la grande banderole de début de défilé. Alors que le pays traverse depuis 2011 des périodes de tension liée à l’expansionnisme chinois et que des interrogations se posent de nouveau sur le rôle de l’État-Parti vietnamien face à son grand voisin du nord, ce symbole est réapparu au Viêt-Nam même comme un défi de légitimité.

FG

Photos : © AGEVP

Reportage court :

Reportage de la chaîne STBN :

Reportage de RFA :

Chants de lutte et d’espoir :
;