Archives par mot-clé : démocratie

François Fourquet : Penser la longue durée – Contribution à une histoire de la mondialisation

[ndlr] Parution d’un ouvrage posthume de François Fourquet qui revisite le phénomène de la mondialisation. Présentation de l’éditeur.

Depuis les années 1980, le phénomène de la mondialisation a été tellement commenté qu’il semble impossible qu’une vision nouvelle puisse se faire jour. C’est pourtant ce défi que François Fourquet a brillamment relevé dans cet ouvrage posthume, présentant les outils d’analyse des étapes de l’unification du monde. Empruntant aussi bien aux économistes et aux philosophes qu’aux historiens ou aux psychanalystes, il y révèle une pensée originale permettant de remettre en perspective le moment actuel de la mondialisation par rapport à l’évolution du monde sur la longue durée.

À la suite des thèses de Fernand Braudel sur l’économie monde, François Fourquet analyse l’évolution de l’« écomonde ». Il se démarque ainsi radicalement des économistes qui voient le monde comme une agrégation de nations : s’inspirant de Marcel Mauss, il le considère comme un phénomène social total, dont les nations ne sont que des parties, échouant souvent à maîtriser des flux qui les traversent. Fourquet montre enfin que si les hommes « accumulent la richesse et la puissance pour eux-mêmes ou pour leur nation, c’est le monde qui s’enrichit et devient puissant, dense, unifié et mondialisé. L’humanité semble poursuivre un but commun à travers ses divisions et ses guerres : son unification, la mondialisation du monde ». D’où sa conclusion optimiste sur l’unification du monde, avec le triomphe possible de la « religion de la démocratie et des droits de l’homme ». Outre la préface de Christian Chavagneux, qui montre l’importance de la « méthode Fourquet », cet essai est utilement complété par un article de l’auteur, « Le rapport international est toujours dominant », adressé à l’économiste Robert Boyer, et par la réponse de celui-ci : un échange illustrant superbement la passion du dialogue avec ses pairs qui animait François Fourquet.

François Fourquet (1940-2016), économiste, a été enseignant-chercheur à l’université Paris-8 de 1994 à 2009 et codirecteur du LED (Laboratoire d’économie dionysien). Il est notamment l’auteur de Les Comptes de la puissance. Histoire de la comptabilité nationale et du Plan (Recherches, 1980) et de Richesse et puissance. Une généalogie de la valeur, XVIe-XVIIIe siècles (La Découverte, 1989, 2002).

Source : La Découverte

 

Perspective historique des relations franco-vietnamiennes

[ndlr] Discours d’ouverture de l’historien François Guillemot à l’occasion de la journée Anniversaire des relations France – Vietnam organisée à Paris par l’Asia Centre le lundi 9 avril 2018.

Mesdames et Messieurs, chers collègues, chers amis,

Il m’est donné pour tâche aujourd’hui d’introduire cette demi-journée de réflexion en rappelant brièvement quelques aspects de la longue relation historique et humaine entre nos deux pays. Permettez-moi de m’adresser à vous avec un regard d’historien et non celui d’un diplomate afin de mieux comprendre pourquoi la relation franco-vietnamienne construite sur des décennies et consolidée par le partenariat stratégique de septembre 2013 conserve intrinsèquement une certaine fragilité. Il ne s’agit pas ici dans cette courte introduction de faire acte d’un devoir de mémoire, qui rappelle le débat véhément de 2005 sur la colonisation, mais d’un nécessaire « devoir d’histoire » pour reprendre le mot de Claude Liauzu (1940-2007). Je vais brosser en dix minutes et à grand traits cette relation, ce continuum, qui à mon sens ne débute pas en 1973 mais plus d’un siècle et demi avant. Au milieu du XIXe siècle, cette histoire débute dans le fracas des armes, par un drame, une agression que les écrivains français de la fin du XIXe siècle qualifiaient déjà de guerre : guerre du Tonkin, guerre en Annam, bataille de Chi Hoa… Il faut se rappeler ici des oraisons funèbres du lettré Nguyễn Đình Chiểu (1822-1888), au sujet de sa patrie perdue. Les premières interactions entre nos deux pays furent douloureuses, faites de haine, de méfiance mais aussi d’amitié.

La France, vous le savez tous, a une longue histoire commune avec le Viêt-Nam. Elle a accompagné l’avènement de l’empereur Gia Long avant de prendre les armes de la conquête contre la dynastie des Nguyễn. Le pays Việt Nam puis Đại Nam a été démantelé et des traités inégaux ont été signés. Une politique d’entente franco-vietnamienne ou « franco-annamite » (selon la terminologie de l’époque), si présente dans le discours colonial, n’a pas revêtu la dimension escomptée. Pourtant un « Viêt-Nam français », sur quatre générations, a émergé de la colonisation dans une histoire qui ne fut pas à part égale. Phạm Quỳnh (1892-1945), Nguyễn Văn Vĩnh (1882-1936), Ngô Tất Tố (1894-1954) et bien d’autres furent des passeurs entre nos deux cultures et dans une certaine mesure Phan Châu Trinh (1872-1926), Phan Bội Châu (1867-1940, avec son texte Pháp – Việt đề huề luận de 1918), Nguyễn An Ninh (1900-1943) et Nguyễn Ái Quốc (1890-1969, le futur Hồ Chí Minh) également. Mais la marge de manœuvre de cette élite franco-vietnamienne a été toujours réduite par les rappels à l’ordre colonial dans une relation inégale. Sans soutien aux premiers démocrates, aux républicains modérés, face à la surdité du pouvoir colonial sur la réforme politique, le radicalisme a emporté la nouvelle vague des années vingt pourtant nourrie aux idéaux de liberté, égalité et de fraternité et justement soucieuse de lutter pour ces droits1. Elle y accéda pour partie par la révolution.

L’incompréhension ou la volonté de nier le fait indépendantiste a mené à la guerre. Mais malgré les flammes, des liens d’amitié sont restés et la position de la France s’est rangée du côté de la République démocratique du Viêt-Nam (RDVN) pendant la guerre fratricide dans un Viêt-Nam divisé. Le discours impérial de De Gaulle du 24 mars 1945 a été effacé par celui de Phnom Penh en 1966 du même homme (contre la guerre du Viêt-Nam). Les accords de paix de la seconde guerre d’Indochine ont été discutés et signés en France. La réunification du Viêt-Nam en 1976 devait permettre un nouveau départ, rapidement contraint par la troisième guerre d’Indochine. La relation franco-vietnamienne s’illustrait alors par l’action des courageux « french doctors » investis dans le sauvetage des boat people en Mer de Chine. L’image des années 1980 fut brouillée. On se souvient des tentatives désespérées de Laurent Fabius et d’intellectuels renommés pour sauver la tête de Trần Văn Bá (1945-1985), condamné à mort par Hanoi pour fait de résistance armée2. L’avènement du Renouveau (Đổi mới), suite à une autocritique générale du Parti communiste vietnamien (PCV), a été salvateur, tout était à reconstruire avec un nouveau paradigme. La révolution pragmatique remplaçait la révolution totalitaire. Trente ans après, les efforts réalisés sont impressionnants3. Mais là encore, la France très impliquée au début des années quatre-vingt-dix « a perdu pied », ce que souligne les experts, face aux investissements massifs venus d’Asie et au retour des États-Unis4.

En quelques dates clés, rappelons les visites d’un chef d’État français au Viêt-Nam : François Mitterrand en février 1993, Jacques Chirac, par deux fois, en 1997 et en 2004, François Hollande en septembre 2016 et Emmanuel Macron dans un futur proche suite à l’invitation de Nguyễn Phú Trọng (né en 1944), secrétaire général du PCV. Du côté de la République socialiste du Viêt-Nam, on peut citer les visites de quelques dignitaires importants du régime : Phạm Văn Đồng (1906-2000) en 1977, Võ Văn Kiệt (1922-2008) en 1993,  Trần Đức Lương (né en 1937) en 2002, Nông Đức Mạnh (né en 1940) en 2005, Nguyễn Tấn Dũng (né en 1949) en 2007, 2013 et 2015 et Nguyễn Phú Trọng en 20185. Depuis ce recentrage vietnamien sur l’Asie, où en est-on ? Le partenariat stratégique a été signé le 25 septembre 2013 pour consolider nos relations sur tous les plans6. La France n’est plus seule. Elle interagit au sein de l’Union européenne (UE) et cette dernière est désormais bien présente au Viêt-Nam en tant que troisième partenaire commercial après la Chine populaire et les États-Unis. Des accords ont été signés depuis 2015 : accord de libre-échange Union Européenne Viêt Nam (en cours de ratification), accord de partenariat et de coopération bilatérale (1er octobre 2016), et dialogue bilatéral sur les droits de l’homme (dernière session en décembre 2017) ; aide au développement 2014-2020 pour un montant estimé à 400 millions d’euros. C’est dans ce cadre que s’inscrit désormais notre relation.

Cependant, deux images négatives persistent et signent dans le champ de nos interactions. L’une véhiculée par les courants les plus à droite de l’échiquier politique hexagonal donne à croire que la colonisation fut une grande aventure héroïque, globalement positive dans la ligne droite des prétentions civilisatrices de la France du XIXe siècle lorsque celle-ci fut confrontée à la culture millénaire et impériale vietnamienne. Dans cette présentation idéalisée7 on oublie les larmes, l’humiliation et le sang. Cette perspective et cette méconnaissance de l’histoire globale débouche parfois sur un désintérêt pour le Viêt-Nam actuel. La seconde image, plus prégnante et largement relayée par les moyens de communication d’aujourd’hui est celle de la République socialiste du Viêt-Nam avec ses procès politiques à répétition, infligeant notamment des peines très lourdes à des dissidents, des blogueurs ou des activistes sociaux en réseau, une image qui questionne les historiens et plus largement les citoyens de nos deux pays sur « l’État de droit socialiste »8. Ces deux volets, l’un, réminiscence d’un passé lointain, l’autre, illustration d’une pratique ancrée dans un système, constituent en quelque sorte une épine dans le pied de la relation construite et apaisée qu’entendent consolider les deux pays.

Ce dernier questionnement mis de côté, je vous laisse débattre de la renaissance économique et sociale impulsée depuis trente ans par le Renouveau, décrété par Nguyễn Văn Linh (1915-1998) lors du VIe Congrès du PCV en décembre 1986. Ce Renouveau dont il sera largement question ici doit être analysé de près avec ses succès et ses échecs ou à travers ses transformations encore inachevées. L’appel à un second Renouveau (à la fois politique et économique) est en effet dans l’air du temps comme le démontre les demandes récurrentes d’intellectuels vietnamiens. De même, les réalisations dans le cadre du partenariat stratégique signé il y a cinq ans doivent être décryptées sans complaisance. Et l’on pourra sûrement évoquer ici les échanges scientifiques et universitaires mis en œuvre ou en projet. Je laisse le soin aux intervenants de nous apporter quelques lumières sur la nouvelle étape européo-vietnamienne qui s’amorce et que l’on souhaite pérenne et plus fructueuse9. Je vous remercie de votre attention.

François Guillemot, IAO / ENS de Lyon, 09/04/2018

MàJ du 11/04/2018.

Notes

  1. Cf. Christopher Goscha, The Penguin history of Modern Vietnam, London, Penguin Books, Allen Lane, 2016, « The failure of Colonial Republicanism », p. 127-156 []
  2. La généalogie de ce résistant anti-communiste est une histoire franco-vietnamienne : son grand-oncle Bùi Quang Chiêu (1872-1945), fondateur du parti constitutionnaliste, fut assassiné en septembre 1945 par le Viêt-Minh, son père Trần Văn Văn (1908-1966), député de l’Assemblée constituante de la République du Viêt-Nam, fut assassiné par un commando Viêt-Công à Saigon en décembre 1966 et Tran Van Ba lui-même fut exécuté à Hô Chi Minh-Ville le 8 janvier 1985 malgré les vives protestations de la France []
  3. Sur ce sujet, voir l’exposé très complet de Jean-Philippe Eglinger, « L’économie », in Benoît de Tréglodé (dir.), Histoire du Viêt-Nam de la colonisation à nos jours, Paris, Éditions de la Sorbonne, coll. Libre cours, chapitre 5, p. 117-137 []
  4. Cf. pour la citation : « Pourquoi la France a perdu pied au Vietnam« , Les Échos, 27/03/2018 []
  5. Un Président de la République, trois Premiers ministres et deux Secrétaires généraux du PCV []
  6. Cf. « Relations bilatérales« , 16/03/2018. Pour une vue d’ensemble, voir l’article détaillé de Pierre Journoud, « France-Vietnam – Entre héritages de l’histoire et quête d’un nouveau souffle » sur Mémoires d’Indochine, 31/08/2016 []
  7. A titre d’exemple, voir le numéro spécial de Valeurs actuelles sur la colonisation française []
  8. Notons que des citoyens français ont été la cible ces dernières années de la répression politique : Pham Minh Hoang, expulsé le 25 juin 2017 ou dix ans plus tôt la militante pro-démocratie Nguyen Thi Thanh Van, arrêtée à Hô Chi Minh-Ville et accusée de terrorisme  []
  9. Étape cruciale aujourd’hui parasitée par l’affaire Trịnh Xuân Thanh et les récents procès politiques contre la dissidence comme le rappelle le journaliste indépendant Phạm Chí Dũng ; « EVFTA sẽ ra sao sau cú giáng án Hội Anh Em Dân Chủ?« , VOA, 10/04/2018 []

L’image du jour : Viêt-Nam, les épouses des condamnés du 5 avril protestent

[ndlr] Après le procès politique du 5 avril 2018 visant à démanteler un « réseau » de cinq militants pro-démocratie, assimilé par les autorités communistes à un (dangereux) « mouvement insurrectionnel », les cinq épouses et une mère ont manifesté leur vives critiques. Elles dénoncent l’iniquité de la justice, une inculpation sans preuves tangibles, un dossier fabriqué par la Sécurité publique. Texte en vietnamien ci-après.

Les épouses et mère des condamnés. De gauche à droite : Mme Vũ Minh Khánh, Mme Nguyễn Thị Thanh, Mme Nguyễn Thị Lành, Mme Hoàng Thị Bình Minh, Mme Nguyễn Thị Huyền Trang, Mme Bùi Thị Kim Phượng : « La démocratie n’est pas un crime ». Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

 

Cùng với những tuyên bố phản đối  những bản án bất công đối với 6 thành viên Hội Anh Em Dân Chủ của đại diện các quốc gia như Hoa Kỳ, Hòa Lan, Đức,… những người vợ và mẹ của 6 nhà hoạt động lên tiêng về cái gọi là “phiên tòa” diễn ra ngày 5 tháng Tư vừa qua.

*

Ngồi dự phiên toà từ đầu tới cuối chúng tôi rút ra kết luận:

Đây KHÔNG PHẢI PHIÊN TOÀ mà là buổi CÔNG BỐ ÁN BỎ TÚI

Nếu không phải án bỏ túi thì là HỘI ĐỒNG XẾT XỬ QUÁ VÔ LÝ ÁP ĐẶT và CỐ TÌNH LÀM TRÁI vì rõ ràng VIỆN KIỂM SÁT CỨNG LƯỠI KHÔNG ĐƯA RA ĐƯỢC 1 BẰNG CHỨNG NÀO nhưng vẫn CỐ TÌNH KẾT ÁN.

Cái gọi là “phiên toà” hôm qua, ngày 5/4/2018, chỉ là cái cớ để công bố ÁN BỎ TÚI.

Sự sắp xếp của phiên toà ngay từ đầu để CỐ TÌNH LÀM TRÁI.

1/ Họ xử trong 1 phòng khoảng 100m2. Chỉ vẻn vẹn 3 hàng ghế băng không có tựa lưng phía cuối phòng cho người ngồi dự phiên toà (lẽ ra phiên toà công khai phải được ở phòng rộng vài trăm người tham dự). Khoảng cách 3 hàng ghế cuối đến CHỦ TOẠ khoảng 25 mét. Vậy mà trong phòng KHÔNG CÓ 1 MICRO nào cho thấy họ KHÔNG MUỐN AI ĐƯỢC NGHE RÕ để họ che giấu những lúng túng của họ VÌ HỌ KHÔNG CÓ NỔI 1 BẰNG CHỨNG NÀO để kết tội. Họ cũng không muốn những BIỆN LUẬN, CHẤT VẤN từ phía luật sư và sự HIÊN NGANG, DŨNG CẢM, NGAY THẲNG của CÁC ANH nói ra mọi người không nghe rõ được.

2/ Cáo trạng đã bị các luật sư và CÁC ANH bác bỏ hoàn toàn từng luận điệu của họ.

– Đại diện VKS chưa làm rõ các yếu tố cấu thành tội phạm, VKS luận tội các Anh hoàn toàn chỉ dựa kết luận giám định của Bộ Thông Tin Truyền Thông, không tuân theo bất kỳ một quy chuẩn nào mà dùng ý chí của họ để ép ý chí những bị cáo thành hành vi phạm tội;

– Có 1 điều vô lý đến kinh ngạc trong luật pháp của Việt Nam là họ dùng Bộ thông tin và truyền thông để Giám định hồ sơ và ban giám định có quyền kết luận là “có lật đổ chính quyền hay không lật đổ chính quyền”. Sau đó an ninh điều tra dựa vào kết luận giám định để kết tội CÁC ANH là “lật đổ chính quyền”. VKS cũng dựa vào bản kết luận giám định này để kết tội “lật đổ chính quyền”. Nhưng các luật sư đã viết đơn mời 5 người giám định này đến phiên toà thì có công văn của Bộ thông tin và truyền thông nói rằng 5 người giám định đó đều đi công tác không đến phiên toà được. Hội đồng xét xử cho rằng việc vắng mặt của 5 người giám định này không ảnh hưởng đến vụ án nên không hoãn phiên toà (quá vô lý)

Họ dựa vào file âm thanh giám định đó để kết tội. Các luật sư và các anh yêu cầu bật file âm thanh đó tại toà để làm sáng tỏ sự việc nhưng họ bác bỏ (1 bằng chứng quan trọng như vậy nhưng họ bác bỏ vì lý do nội dung của toàn bộ hồ sơ không có 1 bằng chứng gì việc lật đổ chính quyền, họ cố tình áp đặt tội cho những người chồng chúng tôi).

Trong 5 người giám định thì chỉ có 2 người là nhân viên chính thức, còn lại 3 người là nhân nhiên thời vụ không chuyên nghiệp. Vậy mà 5 người này đưa ra kết luận “lật đổ” , an nình điều tra và VKS dựa vào kết luận của họ để kết tội chồng chúng tôi. Một phiên tòa không có người đối chất thì đó là sự cáo buộc thiếu căn cứ;

– Sự cáo buộc hoàn toàn dựa trên chứng cứ điện tử không đúng trình tự thủ tục đã vi phạm quy định bí mật riêng tư. Bản luận tội mang tính suy diễn, cố tình gán ghép việc thành lập hội vào tội lật đổ chính quyền là một hành động vi phạm nhân quyền;

Và còn rất nhiều sự vi phạm khác nữa nhưng chúng tôi chỉ lược ra vài sự kiện này để lên tiếng cho chồng của chúng tôi. Khi có điều kiện chúng tôi sẽ đưa thêm những thông tin khác sau.

Với những điều kiện xử án hoàn toàn áp đặt, phi công lý như trên, chúng tôi mong muốn các tổ chức quốc tế, truyền thông trong nước và quốc tế

– Lên tiếng tố cáo bản án bất công vi phạm nhân quyền ra trước công luận thế giới,

– Áp lực nhà nước Việt Nam phải tôn trọng những quyền căn bản của con người về tự do tư tưởng, tự do lập hội, xem đây là những điều kiện căn bản trong mọi cuộc trao đổi ngoại giao và kinh tế;

– Ép buộc nhà nước Việt nam phải trả tự do cho chồng chúng tôi và tất cả những người đấu tranh cho nhân quyền tại Việt Nam

 

Làm tại Hà Nội ngày 6/4/2018

– Vũ Minh Khánh, vợ LS NGuyễn Văn Đài
– Nguyễn Thị Lành, vợ MS Nguyễn Trung Tôn
– Nguyễn Thị Thanh, vợ nhà báo Trương Minh Đức
– Bùi Thị Kim Phượng, vợ Luật gia Nguyễn Bắc Truyển
– Nguyễn thị Huyền Trang, vợ KS Phạm Văn Trội
– Hoàng thị Bình Minh, mẹ của cô Lê Thu Hà

Source : Viet Tan

Vietnam: six blogueurs condamnés à des peines de prison d’une lourdeur sans précédent

[ndlr] Déclaration de l’association Reporters Sans Frontières à la suite de la condamnation de six militants pro-démocratie en RSVN, à Hanoi le 5 avril 2018.

Le procès des six blogueurs de la Fraternité pour la démocratie a été expédié en quelques heures. A l’extérieur, quelques manifestants ont tenté d’approcher le tribunal (© Vietnam News Agency – Jenny Vaughan / AFP)

Six blogueurs vietnamiens ont été condamnés à des peines de quinze, douze, neuf et sept ans de prison à l’issue d’un procès expéditif. Reporters sans frontières (RSF) demande aux partenaires du Vietnam de faire pression sur Hanoi pour que cesse cette vague de répression intolérable.

Lire la suite : RSF

« La démocratie n’est pas un crime » – Hanoi, 5 avril 2018

[ndlr] De nouveau, à l’issue d’un procès inique, des dissidents pro-démocratie ont pris des peines de prison très lourdes pour leur engagement auprès de la jeunesse et des plus démunis. Triste illustration de « l’État de droit socialiste » à la vietnamienne. « La démocratie n’est pas un crime » rappellent les citoyens téméraires qui ont protesté ce jour contre la tenue de ce procès politique.

Rappel des six sentences :

  • Nguyen Van Dai (avocat, né en 1969) : 15 ans de prison + 5 ans d’assignation à résidence ;
  • Truong Minh Duc (activiste social, journaliste indépendant, né en 1960) : 12 ans de prison + 3 ans d’assignation à résidence ;
  • Pasteur Nguyen Trung Ton (né en 1972) : 12 ans de prison + 3 ans d’assignation à résidence ;
  • Mme Le Thu Ha (enseignante et traductrice, née en 1982) : 12 ans de prison + 3 ans d’assignation à résidence ;
  • Nguyen Bac Truyen (juriste, blogueur, né en 1968) : 11 ans de prison + 3 ans d’assignation à résidence ;
  • Pham Van Troi (écrivain, né en 1972) : 7 ans de prison + 1 an d’assignation à résidence.

Nguyen Van Dai: Vietnam jails activist lawyer and five others [BBC]

Six prominent Vietnamese activists have received heavy prison sentences on charges of « attempting to overthrow » the country’s communist government.

Lawyer Nguyen Van Dai was sentenced to 15 years, while the other defendants were jailed for between seven and 12 years, relatives said on Thursday.

Several protesters who marched towards the court in Hanoi were taken away by plainclothes police.

Human rights groups have criticised the charges against the activists.

The convicted individuals are linked to the Brotherhood for Democracy, a self-described activist network.

Lire la suite / Read more : BBC Vietnamese, 05/04/2018.

Des citoyens protestent contre le procès des militants pro-démocratie. Les slogans affichent : « La démocratie n’est pas un crime » et « Justice pour l’Association Fraternité Démocratie », affichette tenue par l’ancienne prisonnière, défenseur des droits de la paysannerie,  Can Thi Theu © 2018 Getty Images

 

Lire en vietnamien :

Lire en français :

MàJ 07/04/2018.

Image « à la une » : L’avocat Nguyen Van Dai (centre) à la barre des accusés lors du procès du 5 avril 2018 © Lam Khanh via Reuters/VNA

 

Où situer le communisme ? Une approche interdisciplinaire du politique (Paris Diderot) – Appel à communications

[ndlr] Appel à communication d’une journée d’étude sur le communisme de la théorie marxiste à la pratique léniniste-maoïste et à la réalité.

APPEL A COMMUNICATIONS

Où situer le communisme, entre démocratie et totalitarisme ?

Journée d’étude

Université Paris Diderot – 16 mai 2018

La journée d’étude sera organisée sous l’égide de l’Action structurante « La Fabrique du politique : utopies, émancipations, radicalisations. Une approche interdisciplinaire du politique ».

Comité scientifique : Sophie COEURE (Université Paris Diderot, ICT), Marie CUILLERAI (Université Paris Diderot, LCSP), Martine LEIBOVICI (Université Paris Diderot, LCSP), Aurore MREJEN (Université Paris Diderot, LCSP), Benoît de TREGLODE (Ecole militaire, IRSEM).

Argumentaire

De Marx à Lénine la « dictature du prolétariat » est devenue la « dictature démocratique ». Ce concept, dans la perspective d’Althusser, peut ouvrir la stratégie du communisme comme un projet à long terme, en passant par l’étape socialiste. Il possède de plus le statut d’un concept scientifique parce qu’il est démontré, prouvé et vérifié dans la pratique de Lénine. Pour Marx et les marxistes comme Althusser, la dictature prolétarienne est la manifestation la plus haute de la démocratie populaire, et le communisme est la forme politique capable d’assurer la liberté la plus large et la plus complète de l’être humain. Néanmoins, aux yeux d’Edgar Morin, ce mot-mythe « dictature du prolétariat » se transforme en réalité en mot-illusion : la pratique de Lénine lui-même a renversé le sens de ce mot, le pouvoir dictatorial du prolétariat au sens de Marx n’existe pas, seule la monopolisation totale du pouvoir du Parti bolchevik est réelle, soit le totalitarisme en pratique. Ce point de vue est partagé par des intellectuels ayant vécu sous le régime soviétique du bloc de l’Europe de l’Est : Vaclav Havel voit dans le régime communiste un système authentiquement totalitaire, tandis qu’Agnès Heller conclut que le régime communiste est totalitaire parce que se trouve au centre du pouvoir un parti tout-puissant qui contrôle l’ensemble de la société.

Le caractère complexe de ce phénomène politique pourrait se résumer aussi par l’expression « démocratie totalitaire » utilisée par Jacob L. Talmon dans son ouvrage Les origines de la démocratie totalitaire, paru en 1952. Tandis que le livre Les Origines du totalitarisme de Hannah Arendt, publié en 1951, décrit le type de régime totalitaire comme caractérisé par la domination totale et la terreur, dans lequel ne reste rien de la démocratie. Cette complexité, Enzo Traverso, l’a bien mise à jour dans son livre Le totalitarisme, le XXe siècle en débats, en 2001, ce qui témoigne de la permanence du débat.

Alors, où situer le communisme, entre démocratie et totalitarisme ?

Cette question reste d’actualité, puisque l’idée communiste continue d’être revendiquée. Et perdurent des régimes érigés en son nom. Il est significatif que tous les régimes communistes actuels se définissent comme démocratiques, en dépit de leur mode de pratique réel. La Corée du Nord, par exemple, porte le nom « La République populaire démocratique de Corée ». S’impose donc une nécessité de porter un regard – ou plutôt des regards croisés de différentes disciplines – sur ce phénomène complexe, de son passé à son futur, pour en améliorer la compréhension.

La complexité communiste peut être examinée sous les trois aspects suivants, qui ne prétendent pas par ailleurs à l’exhaustivité des approches :

En quoi le communisme se définit-il comme démocratique ? L’aspect utopique de l’idéologie marxiste et le caractère mensonger de la propagande communiste ont été abondamment discutés. Cependant, une certitude comme celle du révolutionnaire Trotski – selon laquelle la dictature du prolétariat doit être l’épanouissement suprême de la démocratie ouvrière – ainsi que l’existence des soviets prouvent que parfois, entre l’illusion, l’utopie, le mensonge et le réel, il n’existe pas une séparation totale ou une frontière claire. Réexaminer cette question à l’heure actuelle est une exigence de la pensée politique, nécessaire pour comprendre sur quelles bases le communisme se définit comme démocratique, comment l’utopie démocratique du communisme a été possible, chez Marx, chez certains penseurs marxistes (Althusser, Mandel) et chez certains hommes d’action marxistes (Trotski, Hô Chi Minh).

Le totalitarisme est-il la forme la plus radicale de la pratique communiste, laquelle n’existerait que sous Staline, comme Hannah Arendt l’a pensé, ou bien cette forme serait-elle toujours d’actualité, bien que nuancée ? La controverse autour de la définition des régimes totalitaires affiche la complexité de ce phénomène politique sur lequel rien n’est encore tranché : le totalitarisme communiste commence-t-il avec Lénine, selon la thèse proposée par Stéphane Courtois ? L’Union soviétique post-stalinienne et le bloc de l’Europe de l’Est peuvent-ils être qualifiés de totalitaires comme dans la conception de Vaclav Havel ? Ou faut-il remettre en question ce cadre même de pensée, comme l’ont proposé Moshé Lewin ou encore Marc Ferro, en décentrant la question politique et notamment la lecture totalitaire, pour écrire une histoire sociale de l’Union soviétique ? Le potentiel du concept « totalitarisme » pour discuter le phénomène communiste est-il épuisé ou conserve-t-il sa pertinence pour les sciences sociales ?

Du passé au présent, les interrogations restent les mêmes. À quel type de régime rattacher les communismes actuels : la dictature à parti unique, l’autoritarisme, le néo-autoritarisme ou encore le totalitarisme… ? Et comment définir les régimes de la Corée du Nord, de la Chine ou du Viêt Nam ? Dans la lignée de l’œuvre de H. Arendt sur la nature du totalitarisme, est-il possible de saisir la nature des régimes politiques de ces pays ? Comment les situer face à l’héritage de l’expérience historique soviétique ? Et comment penser les complexités sociales sous régime communiste (emprise du régime sur la vie privée, marginalité, dissidence, etc.) ? Comment les sciences sociales et l’Université ont-elles reçu et interprété, de la Guerre froide à nos jours, ces régimes politiques et leurs différents phénomènes sociaux ?

Cette journée d’études s’inscrit dans une approche pluridisciplinaire (philosophie, histoire, science politique, sociologie, anthropologie, civilisation, géographie, littérature, études cinématographiques, etc.) et s’adresse à des doctorants, de jeunes chercheurs, des chercheurs confirmés, ainsi qu’à des témoins variés, afin de proposer une réflexion sur l’expérience communiste.

Les propositions en français (env. 300 mots) et une courte biographie sont à envoyer avant le 26 février 2018 à l’adresse suivante : situerlecommunisme@gmail.com. Les réponses aux auteurs seront communiquées pour le 12 mars. La participation à la journée d’études est gratuite. Les éventuels frais de transports et d’hébergement ne pourront pas être pris en charge par les organisateurs.

Comité d’organisation : Sandra DOMINIQUE (Université Paris Diderot, ED 382, ICT), Thi Tu Huy NGUYEN (Université Paris Diderot, ED 382, LCSP), Nataliya YATSENKO (Université Paris Diderot, ED 382, ICT).

Responsable :

Sandra DOMINIQUE, Thi Tu Huy NGUYEN, Nataliya YATSENKO

Image « à la une » : affiche de propagande chinoise © DR

Le destin étrange de Doan Van Toai, auteur du Goulag vietnamien

L’ancien étudiant contestataire Doan Van Toai qui a fait connaître à l’Occident le système carcéral du Viêt-Nam communiste est décédé en novembre dernier aux États-Unis. En 1979, réfugié politique en France, Toai faisait publier chez Robert Laffont, Le goulag vietnamien, un témoignage détaillé de son expérience carcérale avant et après la chute de Saigon1. Alors encore portés par le « mythe Viêt-Nam », les intellectuels français et le grand public découvraient l’importance du système pénitentiaire vietnamien dans le fonctionnement politique du régime et son étendue. Ce témoignage trouva une forte résonance avec ceux des dissidents soviétiques (en particulier Soljenitsyne, Boukovski et Ginsburg)2 et le travail de Michel Foucault sur l’histoire et la logique de l’emprisonnement en France3.

Continuer la lecture de Le destin étrange de Doan Van Toai, auteur du Goulag vietnamien

  1. Les neuf premiers chapitres de l’ouvrage sont consacrés à son enfance et son engagement politique avant 1975, les neuf chapitres suivants sont consacrés à son expérience concentrationnaire sous le régime communiste []
  2. Cf. en particulier Alexandre Soljenitsyne, Une journée d’Ivan Denissovitch (Julliard, 1963) et L’archipel du goulag (Fayard, 1973) ; Vladimir Boukoski, Une nouvelle maladie mentale en URSS : l’opposition (Seuil, 1971) ; Leonid Pliouchtch, Dans le carnaval de l’histoire. Mémoires (Seuil, 1977) []
  3. Surveiller et punir, Gallimard, 1975 []

Report of the second annual civil society conference in 2017 [document en ligne]

{ndlr] Publication en ligne du rapport annuel sur la société civile vietnamienne.


Dear colleagues and friends,
PPWG would like to share the report of the second annual civil society conference, organized in 2017. The report was developed based on combination of all ideas and opinions at the conference. We want to express our sincere thanks to all participants for their open-minded contribution and listening. Full report in English can be downloaded at: 

http://ppwgvietnam.info/ Content/Home/Documents/second- annual-civil-society- conference-report.pdf

PPWG

Pham Minh Hoang : Lettre à cœur ouvert

[ndlr] Lettre ouverte du professeur Pham Minh Hoang, ancien prisonnier de conscience, devant le risque d’une déchéance de sa nationalité vietnamienne pour son positionnement pro-démocratique.

 

Lettre à cœur ouvert

Chère communauté Facebook,

Chers amis proches et lointains,

Ce 1er juin 2017, le Consul de France à Saigon, m’a fait venir pour m’annoncer une « très mauvaise » nouvelle : Le gouvernement vietnamien a décidé, le 17 mai, de me déchoir de ma nationalité vietnamienne avec pour effet mon expulsion vers la France. (Je possède la double nationalité franco-vietnamienne)

Encore sous le choc et bouleversé, je vous écris ces quelques lignes. Mon épouse et ma fille sont en larmes depuis qu’elles ont appris la nouvelle. Mon frère (Invalide de guerre handicapé à près de 100%) reste hébété. Notre situation familiale ne permettra pas à ma femme de m’accompagner, car elle doit continuer de soigner sa mère âgée et s’occuper de mon grand frère handicapé. Cela veut dire notre famille devra vivre séparée.

Novembre 1973…

Je me souviens encore comme si c’était hier, je partais étudier à Paris. Alors que l’avion s’élevait dans le ciel de Saigon, je regardais par le hublot me promettant revenir reconstruire notre patrie dévastée par la guerre. Deux ans après, mes aspirations se sont effondrées avec la chute de Saigon, m’obligeant d’embrasser une nouvelle vie, sous un nouveau ciel avec de nouvelles idées. Mais dans mon cœur, je me lancinais de ma Patrie où reste enterré mon cordon ombilical.

Après avoir vécu et travaillé en France, l’idée de revenir au pays a resurgi et j’ai repris mes livres et le chemin de la Faculté pour étudier et acquérir les connaissances utiles pour le Vietnam. De retour au pays en l’an 2000, j’ai lutté pour trouver un poste adapté à l’École Polytechnique de Saigon avec un petit salaire. Après 10 ans d’enseignement, je ne me considère pas comme un bon professeur, mais mon travail est reconnu et je suis perçu comme étant consciencieux et rigoureux. Je me satisfais d’avoir apporté toute mon énergie et ma volonté à transmettre mes connaissances aux étudiants. Lorsque je fus arrêté en 2010 pour avoir alerté sur la situation du pays, j’enseignais les mathématiques sur 5 domaines différents. À ce moment-là, mes capacités et ma créativité étaient exceptionnellement prolixes.

Grâce à l’intervention du gouvernement français, des organisations de défense des Droits de l’homme et du soutien de nombreuses personnes à l’intérieur comme à l’extérieur du pays, ma peine fut relativement légère : seulement 17 mois d’emprisonnement et 3 ans de résidence surveillée. Seulement après cela, je ne pouvais plus enseigner. Parfois, je projetais d’ouvrir une classe de Français, mais on trouvait mille reproches pour m’en empêcher. Même en 2016, alors que je discutais et échangeais avec des jeunes sur les droits de l’homme, la législation vietnamienne et l’instruction civique, la police est intervenue violemment pour disperser les étudiants et confisquer le matériel électronique. Jusqu’à aujourd’hui, mes différentes plaintes ont fini dans le néant.

Malgré les difficultés et les multiples menaces, j’ai continué et me suis toujours efforcé d’alerter et de contribuer par la discussion à la résolution des problèmes du pays. Mes articles sont critiques, mais toujours modérés, pacifiques, et ne peuvent pas être accusés de nuire à la sécurité nationale. Mais cela ne semble pas suffisant aux autorités communistes. Par divers canaux d’information, je savais que je représentais toujours à leurs yeux une menace potentielle que ni mon attitude modérée et prudente n’ont suffi à calmer, au point de décider de me retirer ma nationalité.

La privation de nationalité va de pair avec mon expulsion. Ce qui veut dire que je n’ai plus le droit de vivre et de mourir dans mon pays natal. Je me souviens de mes discussions avec le Consul de France, en 2010-2011, alors que j’étais en prison. Je lui avais alors précisé que je préférais rester en prison plutôt que d’être expulsé. Il en a pris bonne note et m’a promis de m’aider à obtenir satisfaction.

Aujourd’hui la situation semble avoir changé. L’emprisonnement d’un citoyen français serait mal vu pour les deux gouvernements, aussi ils ont choisi la solution la moins gênante pour les deux parties, mais aussi la plus inhumaine, car plus que quiconque, ils connaissent très bien l’isolement de ma famille.

Avant, derrière les murs de la prison, je pensais que je vivais les heures les plus sombres de la vie d’homme, mais maintenant, je vois qu’il y a une chose encore plus horrible, c’est de ne pas pouvoir vivre dans le pays où tu es né.

À l’heure actuelle, je n’ai reçu aucun papier me signifiant la déchéance de ma nationalité. Je ne peux donc que vous adresser ces quelques lignes en espérant votre compréhension et soutien. Et que vous relayerez cet appel à l’aide à vos amis. Ma famille a aussi contacté un avocat pour chercher à comprendre les motivations de ce jugement. Je viens d’apprendre que la privation de la nationalité est contraire à la législation vietnamienne (voir le document ci-dessous).

Pour conclure cette lettre, je voudrais citer les paroles d’un autre militant qui fut aussi expulsé :

« On peut m’obliger de sortir du Vietnam, mais personne ne pourra sortir le Vietnam de moi »

Pham Minh Hoang, 2 juin 2017

Source : Page Facebook de l’auteur

 

Sur cette affaire, voir également :

  • Vietnam : French-Vietnamese blogger threatened with expulsion, RSF, 07/06/2016. Reporters Without Borders (RSF) is extremely concerned about the Vietnamese government’s declared intention to expel Pham Minh Hoang, an outspoken blogger who has French as well as Vietnamese nationality. RSF condemns this persecution of Hoang and urges the French authorities to give him their support.

Sur son procès en 2011 :

Image « à la une » : Le professeur Phạm Minh Hoàng lorsqu’il enseignait les mathématiques à l’Université Polytechnique de Saigon en 2006 © Facebook Lê Nguyễn Hương Trà.

Nguyễn Đặng Minh Mẫn, une photo-journaliste et lanceuse d’alerte emprisonnée depuis 2011

Une jeune femme croupie actuellement dans le quartier disciplinaire d’un camp du régime communiste vietnamien. Son seul tort est de refuser de courber l’échine et de ne pas reconnaître les charges de subversion que le pouvoir judiciaire lui a infligé. A l’occasion de la 68e anniversaire de la journée internationale des droits de l’homme, il nous apparaît opportun de rappeler brièvement son parcours d’activiste sociale et son affiliation politique, source, à n’en pas douter, de l’acharnement des autorités policières. Elle fait en effet partie de ces femmes engagées (comme l’activiste Can Thi Theu et la blogueuse Nguyen Ngoc Nhu Quynh) que le pouvoir aimerait faire taire et qui incarnent aujourd’hui la lutte contre les injustices et la tyrannie.

FG, 10/12/2016

A lire sur notre carnet de recherche Femmes et Guerres au Viêt-Nam

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge