Archives par mot-clé : délinquance

Halte à la violence : Appel à manifester le 4 septembre 2016

[ndlr] Mémoires d’Indochine relaie l’appel du Comité Sécurité pour Tous créé pour que cesse la violence à la suite du décès de Mr. Zhang début août.

SécuritéPourTous

Un climat de peur et d’insécurité s’est installé depuis des années et est de plus en plus oppressant, en particulier dans les villes d’Aubervilliers, la Courneuve et Pantin ! Des alertes ont été données, des plaintes ont été déposées, les agressions n’ont pas diminué, nos revendications ont été vaines.

Comment au 21ème siècle, peut-on laisser les délinquants voler, agresser, violer et tuer son prochain sans être inquiétés par la Justice ? Comment la France, le pays des droits de l’homme, peut-il fermer les yeux face au racisme anti-asiatique, et au racisme d’une manière générale ?

Que vous soyez salariés, commerçants, migrants, chômeurs, parents, enfants, de passage pour le tourisme ou les affaires, VOUS ÊTES TOUS CONCERNÉS PAR L’INSÉCURITÉ !

Vous avez déjà été victime d’agression raciste ou vous ne l’avez jamais été ? Cela peut se produire ou se reproduire si vous ne réclamez pas votre DROIT A LA SÉCURITÉ !

Rassemblons-nous le 4 septembre 2016 pour revendiquer ce droit et exprimer notre colère face au racisme.

Lire l’ensemble du texte : Manifestation du 4 septembre 2016

Page Facebook

Pour en savoir plus :

Expéditions punitives antichinoises sur fond de frustrations vietnamiennes

BinhDuong_NguoiKichDong4Les événements violents de ces derniers jours ont démontré que les autorités vietnamiennes en jouant la carte du nationalisme officiel ont été débordées par des forces de contestations populaires plus ou moins organisées par les « classes dangereuses » ou marginales de la société vietnamienne. Ces événements graves et meurtriers obligent la République socialiste du Viêt-Nam (RSVN) à revoir sa stratégie pour faire face à l’expansionnisme chinois. Dépourvue d’un soutien international clair, sa marge de manœuvre semble pour l’heure très étroite. Retour sur une semaine agitée qui doit se terminer demain 18 mai 2014 par de nouvelles manifestations dans tout le pays. L’affaire n’est donc pas close.

De façon prévisible, la Chine a haussé le ton après la bagarre meurtrière qui opposa ouvriers chinois et vietnamiens le soir du mercredi 14 mai dans le parc industriel de Vũng Áng dans la province de Hà Tĩnh [1]. Ce qui s’est déroulé ce jour là n’est pas encore clairement établi et les données sur le nombre de morts restent sujettes à caution. L’agence Reuters évoquait le 15 mai un total de 21 victimes tandis que d’autres sources chinoises rapportaient qu’au minimum deux Chinois étaient décédés et huit autres étaient portés disparus au cours de ces affrontements très violents [2]. Lors d’un point presse (pour reprendre les termes officiels) tenu le jeudi 15 mai, l’ampleur de l’affrontement a été soulignée :

« Selon les autorités provinciales, un conflit a opposé 5.000 manifestants vietnamiens à 1.000 experts, travailleurs et forces de surveillance chinois du chantier du projet Formosa » [3].

A la suite duquel 76 personnes ont été arrêtées. On dénombre 149 blessés et d’importants dégâts liés aux dortoirs incendiés et aux destructions ou vols de matériel du projet Formosa [4]. Selon Reuters, le Formosa Plastics Group est le premier investisseur taïwanais au Viêt-Nam et son usine sidérurgique usine, « qui doit être achevée en 2017, sera la plus grande installation sidérurgique d’Asie du Sud-Est » [5]. Autant dire que cela pèse dans le redressement économique du Viêt-Nam.

Slogan antichinois sur un camion réquisitionné © 2014 VN Express
Slogan antichinois sur un camion réquisitionné © 2014 VN Express

Le jour d’avant, le mardi 13 mai, la zone industrielle de Binh Duong à proximité d’Ho Chi Minh-Ville et qui regroupe de nombreuses sociétés chinoises s’enflammait. A l’issue d’une manifestation violente de milliers d’ouvriers vietnamiens, de très nombreux dégâts furent constatés pour un bilan financier et humain qui reste à évaluer [6]. Les explosions de violence de cette ampleur contre des biens assimilés à la Chine ou contre des ressortissants chinois sans distinction sont des faits rares et inédits au Viêt-Nam depuis au moins plusieurs décennies. Ils ont provoqué le départ quasi immédiat de plusieurs centaines de citoyens chinois vers le Cambodge [7].

De fait, ces deux manifestations violentes soulèvent aujourd’hui l’indignation mais aussi de nombreuses questions. La presse officielle a évoqué la présence d’éléments perturbateurs extérieurs au monde ouvrier lors des manifestation de Binh Duong. En particulier, le Người Lao Động [Le Travailleur] soulignait, dans ses éditions des 16 et 17 mai, l’organisation dont avait pu bénéficier une telle vague de destructions en mettant en avant l’implication de gangs organisés de plusieurs centaines d’individus. Le 16 mai, après l’arrestation de plus de 800 personnes, la police confirmait que parmi elles se trouvaient de nombreux voyous déjà présents sur la liste noire des services de police et résidant à proximité de la zone industrielle [8]. Une fois de plus, la RSVN découvre donc ses extrémistes, ses casseurs, sa racaille, ses gangs organisés mobiles. Elle découvre les « Bình Xuyên » des temps actuels et devrait garder en mémoire que l’on peut être à la fois voyou et patriote au Viêt-Nam.

Les Binh Xuyen des temps actuels ? © 2014 Bao Dong Nai
Les Binh Xuyen des temps actuels ? © 2014 Bao Dong Nai

Les internautes, observateurs scrupuleux de ces événements, et ceux qui participèrent directement aux manifestations vont plus loin que l’analyse officielle. Deux pistes, pouvant paraître excessives, sont soulevées mais qui démontrent qu’une enquête sérieuse doit être conduite. D’une part, un certain nombre d’internautes ou de Facebookers ont constaté les agissements troublants de groupes de manifestants [9]. Pour eux, il s’agissait de policiers en civils chargés de mettre le feu aux poudres. Ce serait donc une provocation et une manipulation. Dans quel but ? Discréditer les manifestations de rue non contrôlées par le pouvoir afin de prévenir tous les éventuels dérapages antigouvernementaux qui pourraient poindre leur nez les prochaines semaines. En clair, permettre la Sécurité publique (Công An) de poursuivre son travail de sape en direction des associations contestataires [10]. Le but ultime étant de garder le contrôle sur les manifestants et sur les slogans dans un sens favorable à l’Etat-Parti vietnamien [11].

BinhDuong_NguoiKichDong
Un manifestant armé d’un bâton appelant à investir les lieux d’une compagnie chinoise à Binh Duong © 2014 Tuan Khanh

De son côté, le journaliste Nguyen Quoc Thai a émis une autre hypothèse, relayée sur la toile, sans y apporter réellement de fondement. Pour lui, la main des services spéciaux chinois pourrait se trouver derrière ces débordements [12]. Dans quel but également ? La violence contre des ouvriers et des biens chinois permettrait d’alimenter le discours de la Chine pour stigmatiser l’impuissance de la RSVN à maîtriser sa course au nationalisme antichinois. Pourtant, malgré la gravité des faits dénoncés par l’agence chinoise Xinhua, la rupture entre les deux parties n’est pas à l’ordre du jour. En octobre dernier à Hanoi, les deux pays avaient même « convenu d’élever le niveau de la coopération bilatérale ». Voici ce que dit à ce propos l’agence officielle chinoise dans un style plutôt modéré :

En ce qui concerne l’impasse en mer de Chine méridionale, Hanoï devrait exercer un maximum de retenue et éviter de prendre des mesures qui pourraient aggraver la situation. Les canaux de discussion et de négociation sont toujours ouverts entre les deux pays, et il est grand temps de les utiliser [13].

S’il s’agit plutôt d’exactions organisées et provoquées par des gangs criminels comme le suppose le journal Người Lao Động (et aujourd’hui d’autres quotidiens en ligne), on peut se poser des questions sur l’attitude de la police. Comment est-ce possible qu’elle n’ait pas été informée qu’un coup de cet ampleur se préparait alors qu’elle dispose de nombreux indicateurs au sein de ces organisations ?

Destruction de biens et pillage. Un manifestant à l'action © 2014 Tuan Khanh
Destruction de biens et pillage. Un manifestant à l’action © 2014 Tuan Khanh

Ces trois hypothèses – gangs de banlieue, flics en civil ou agents téléguidés chinois – pour expliquer les dérapages violents des ces derniers jours sont difficiles à déterminer. Il est peu probable, compte-tenu du manque de liberté de presse et d’autonomie des médias, que la lumière complète soit faite sur ces événements. La nature du régime va dans le sens d’une version officielle validée qui doit être répercutée à tous les échelons. Quelle sera cette version ? Y en aura-t-il seulement une ? Ou plus probablement, les événements seront rapidement évacués des médias pour laisser place au nationalisme officiel dont l’objectif est de rassembler comme un bloc toute le peuple derrière son gouvernement que le slogan « đồng lòng với chính phủ » (« de tout cœur avec le gouvernement ») illustre parfaitement.

Quoiqu’il en soit ces événements tragiques soulignent la frustration qui habite le peuple vietnamien envers le grand frère chinois, assimilé depuis des années à un capitaliste outrancier doublé d’un impérialiste sans vergogne. Depuis plusieurs années déjà les conversations de type « café du commerce » sur la présence chinoise affichaient ouvertement le ressentiment des couches populaires. Les événements de Binh Duong et ceux plus graves de Ha Tinh sont assimilables à des expéditions punitives de bas niveau pour évacuer cette frustration accumulée depuis près d’une dizaine d’années et reposant sur une mystique antichinoise ancrée dans les mentalités et portée par l’histoire ancienne. Le déficit de communication du gouvernement voire le secret entretenu sur ses propres relations avec les réseaux politiques et d’affaires chinois participèrent de ce ras-le-bol. A ce titre, il paraît peu probable que le gouvernement vietnamien n’ait eu aucune information en amont en provenance de la Sécurité militaire du ministère de la Défense sur l’installation d’une plateforme d’une telle ampleur dans ses eaux. Si elle est sincère chez bon nombre de patriotes, l’indignation soudaine des hauts dirigeants apparaît un peu surfaite.

Violences à Vung Ang © 2014 Dan Luan
Violences à Vung Ang © 2014 Dan Luan

L’Etat-Parti tente de sauver aujourd’hui la mise en se positionnant comme l’interlocuteur unique et crédible pour répondre du fait accompli chinois en Mer de Chine méridionale. Or, l’histoire récente entre les deux pays démontre qu’au cours du XXe siècle le Vietnam communiste était plus préoccupé par la mise en place de sa révolution socialiste autoritaire sur l’ensemble du pays que de préserver l’intégrité de son espace maritime. La Chine maoïste fut le modèle absolu de Truong Chinh, Le Duan ou de Le Duc Tho, bref de ceux qui dirigèrent le Nord Viêt-Nam depuis 1954. Alors que la Chine décollectivisait après la mort de Mao, le Viêt-Nam réunifié (RSVN) se lançait dans une collectivisation ratée et coûteuse du Sud tout en observant avec perplexité mais sans doute une admiration cachée la réforme chinoise et les fruits de sa réussite.

Les choses ont évolué depuis les années 2000 avec les attaques répétées de la Chine contre des marins vietnamiens qui ont soulevé l’indignation de la presse. Rappelons à cette occasion l’excellent reportage d’André Menras intitulé Vietnam Hoang Sa : la meurtrissure, interdit de projection à HCM-Ville en novembre 2011 [14]. Depuis 2010, de nombreux ouvrages du « monde académique » dédiés à la question de la « Mer orientale » (Bien dong) ont été publiés au Viêt-Nam. Tous les moyens sont bons pour fournir les preuves cartographiques et textuelles de l’ancienneté de la souveraineté vietnamienne sur cet espace maritime. Un des meilleurs ouvrages sur la question fut édité dès 1974 par les historiens de la République du Viêt-Nam (Sud). Il s’agit du numéro spécial de la revue Sử Địa (n° 29), publié à Saigon, et pourtant non réédité lors de cette course à la preuve historique.

Le Sud Viêt-Nam savait de quoi il parlait car il venait de perdre la bataille des Paracels lors d’un conflit maritime limité. Alors que les Américains se désengageaient massivement du conflit vietnamien, le gouvernement du Sud privé du soutien de son allié avait tenu à défendre son territoire quoiqu’il advienne. Les marins tombés lors de cette bataille sont aujourd’hui les héros d’une grande partie de la communauté exilée. Cette dernière n’est pas en reste dans ses critiques contre Hanoi. Résolument anticommuniste, elle pointe là où ça fait mal en déclinant régulièrement toutes les allégeances historiques du Parti communiste vietnamien (PCV) à son mentor chinois. Ce fut d’abord la catastrophique réforme agraire des années cinquante, puis l’affaire des « révisionnistes anti-parti » contre les pro-soviétiques du régime dans les années soixante, jusqu’à la rupture de 1972 (visite de Nixon à Pékin dans le dos d’Hanoi). Sans parler de la traque engagée contre « l’ennemi intérieur » (le traître, le réactionnaire), qu’il fut trotskiste ou nationaliste, depuis la Révolution d’Août 1945.

AnhHungHoangSa1974
Commémoration du 40e anniversaire de la bataille des Paracels le 19 janvier 2014 aux Etats-Unis © Hoang Sa Paracel

Après la réunification, la guerre des communismes enflamma le Viêt-Nam jusqu’au retrait du bourbier cambodgien en 1989. Dix ans plus tard, d’autres frustrations apparurent. Ce furent l’affaire des frontières entre 1999 et 2009 avec le bornage fort contesté puis les reculades de Hanoi devant la question du bauxite, exploité par des milliers d’ouvriers chinois sur l’ancienne colonne dorsale de la guerre, la mythique Piste Ho Chi Minh. Enfin, chacun put observer la faiblesse des réactions officielles lors des atteintes aux biens et aux marins vietnamiens, maltraités ou tués en mer par des militaires chinois. De nombreux autres exemples pourraient être donnés pour illustrer cette frustration grandissante comme la question des grèves ouvrières dans les entreprises chinoises, taïwanaises ou coréennes constamment réprimées depuis des années.

Dans son analyse des événements, la Chine se pose aujourd’hui en maître du jeu. Elle appelle à la retenue, même si sa blogosphère est forcément plus radicale [15]. Tout en réaffirmant fermement ce qu’elle considère comme son bon droit, la Chine entend calmer le jeu mais elle laisse entrevoir la possibilité d’une réaction plus musclée. Arc-boutée sur un discours nationaliste (tout comme le Viêt-Nam), le général Fang Fenghui, en visite aux Etats-Unis le 15 mai, a lancé depuis Washington, une mise en garde :

« Le territoire frontalier nous a été transmis par nos ancêtres et nous ne pouvons pas nous permettre d’en perdre un pouce », a souligné le général Fang, lors d’une conférence de presse conjointe après une rencontre avec son homologue américain, Martin Dempsey.

« Nous ne cherchons pas les troubles, nous ne créons pas les troubles, mais nous n’avons pas peur des troubles », a martelé le général Fang, qui effectue une tournée aux Etats-Unis depuis mardi.

« La Chine est un pays épris de paix. Nous nous attachons à promouvoir un développement pacifique et à mettre en œuvre une politique de défense nationale défensive », a-t-il expliqué. [16]

La Chine est de toute évidence en position de force. Créancière du monde, elle accède cette année à la place de première puissance mondiale avant les États-Unis, titre qu’elle récuse modestement [17]. Les intérêts économiques mondiaux sont très dépendants de la Chine, ce nouvel empire qui organise le basculement du monde. Si par malheur, cette superpuissance montrait des signes de faiblesses ou devait s’effondrer (voir les risques de faillite des ses trusts), les autres grandes puissances ne manqueraient pas de lui venir en aide pour préserver l’équilibre économique planétaire. Si elle se fâchait en coulant quelques navires vietnamiens en Mer de Chine peu d’États oseraient l’affronter. La Chine populaire soulève les arguments de poids qui devraient ramener tout le monde à la raison. Elle n’hésite pas à mettre en avant la longue amitié entre les deux États-Partis et de souligner que « le maintien de la stabilité en mer de Chine méridionale et l’amélioration des relations bilatérales répondent autant aux intérêts de la Chine qu’à ceux du Vietnam » [18]. Le prix de cette amitié et de cette allégeance d’une partie du Polit-Buro vietnamien se paie aujourd’hui et il paraît bien difficile pour le gouvernement vietnamien de modifier la donne (répondre aux exigences chinoises) sans provoquer un séisme politique interne.

François Guillemot

 

Devant le Consulat de Chine à HCM-Ville © 2014 TTXVA
Devant le Consulat de Chine à HCM-Ville le 10 mai 2014 © 2014 TTXVA

Notes

[1] La Chine exhorte le Vietnam à punir les auteurs des violences et à assurer la sécurité des ressortissants chinois, Xinhua, 16/05/2014.

[2] Synthèse 2-Emeutes anti-chinoises meurtrières au Vietnam, Reuters, 15/05/2014 ; (dépêche Xinhua), Vietnam/émeutes : un mort et 149 blessés dans le centre du pays, Le Quotidien du Peuple, 16/05/2014. Voir aussi : Bloody violence targeting Chinese workers in Ha Tinh, Dan Lam Bao, 15/05/2014.

[3] Ha Tinh : les troubles à l’ordre public seront sévèrement sanctionnés, Vietnam +, 16/05/2014.

[4] Dépêche Xinhua du 16/05/2014, art. cit.

[5] Synthèse 2 de Reuters, art. cit.

[6] Reuters rapporte que 460 entreprises ont signalé des dégâts.

[7] Face aux violences, des centaines de Chinois du Vietnam fuient vers le Cambodge, France 24, 15/05/2014.

[8] Điểm mặt côn đồ gây rối, Nguoi Lao Dong, 17/05/2014

[9] Voir les reportages du musicien Tuấn Khanh : Đi giữa dòng bạo động (P.1) ; Đi giữa dòng bạo động (P.2). Reproduit sur le blog Dan Lam Bao. Voir la version anglaise : Amidst the torrent of violence.

[10] Rappelons que la répression se poursuit avec l’arrestation le 15 mai au matin des manifestants et blogueurs Le Thi Phuong Anh et Trung Nghia : Urgent announcement: Dong Nai police arrest Le Thi Phuong Anh and Trung Nghia, Dan Lam Bao, 17/05/2014. Selon son mari, Le Thi Phuong Anh a enquêté ces dernières années sur l’implication du ministre de l’économie Hoang Trung Hai et d’autres personnalités très importantes du régime dans un trafic de drogue.

[11] Ceci fut vérifié lors de la manifestation de Hanoi. Voir la vidéo sur YouTube : Des membres de la police se mêlent aux manifestants et empêchent des slogans contre les dirigeants « a bas des traîtres du pays » par « protégeons la patrie ». (29e Prix du Reporter de Rue / Giải Phóng Viên Vỉa Hè 29  tháng năm 2014).

[12] Nam Nguyên, Đặc vụ Trung Quốc kích động biểu tình bạo động?, RFA, 16/05/2014.

[13] Le Vietnam doit assurer la sécurité des citoyens chinois au pays, Xinhua, 15/05/2014. Un dialogue constructif a tout de suite été engagé entre les deux parties : La Chine et le Vietnam s’entretiennent sur les récentes violences anti-Chine, Xinhua, 17/05/2014.

[14] Voir « Les aventures inattendues d’un film », sur le site de Carnets du Viêt Nam.

[15] La rivalité Chine-Vietnam enflamme les réseaux sociaux, RFI, 16/05/2014 ; Déclarations martiales en direction du Vietnam, Courrier International, 16/05/2014.

[16] La Chine ne peut pas se permettre de perdre ne serait-ce qu’un pouce de son territoire, Xinhua, 15/05/2014.

[17] Philippe Barret, « La Chine, première puissance économique mondiale ? », Le nouvel économiste, 15/05/2014.

[18] Le Vietnam doit assurer la sécurité des citoyens chinois au pays, Xinhua, 15/05/2014, art. cit.

* * *

* * *

A lire sur ce sujet sur Mémoires d’Indochine