Archives par mot-clé : décolonisation

Understanding Insurgencies: Colonial Insurgencies as Transnational Phenomena – 27-28 avril 2018

[ndlr] Annonce d’une importante  journée d’étude à l’UQAM (Montréal).

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

 

Understanding Insurgencies: Colonial Insurgencies as Transnational Phenomena

27-28 avril 2018

Université du Québec à Montréal (UQAM)

 

Présentation de la journée d’étude :

Depuis la Seconde guerre mondiale, le monde a connu des conflits marqués par la guérilla, les guerres irrégulières et les « insurgencies ». Les gouvernements occidentaux confrontés à ces mouvements eurent toutes les peines à les arrêter. Les expériences nationales des guerres de décolonisation ont certes fait l’objet d’études, mais rares sont celles qui comparent la désintégration des empires occidentaux et qui s’interrogent sur la manière dont ces expériences coloniales peuvent nous aider à mieux comprendre les conflits qui secouent encore le monde aujourd’hui – en Syrie, Iraq et Afghanistan. Ce projet de collaboration avec l’Université d’Exeter – intitulé Comprendre les insurrections : Résonances du passé colonial – réunit des chercheurs européens et nord-américains à travers huit ateliers incluant le nôtre: « Les insurrections coloniales comme des phénomènes transnationaux. »

Cet évènement réunira une douzaine de spécialistes autour du thème des connexions transnationales qui ont pu exister entre les mouvements anticolonialistes d’un côté et les puissances impériales de l’autre. Quels liens, au juste, existaient entre ces mouvements anticolonialistes qui se battaient pourtant souvent très loin les uns des autres ? Comment ces mouvements insurrectionnels et contre-insurrectionnels ont-ils pu gagner des soutiens aux niveaux régional et international ? Quels furent les idées, les expériences, les savoirs et les matériaux qui circulaient entre les groupes ? Et comment l’opinion mondiale et les nouvelles organisations internationales ont-elles compris et interagi avec la décolonisation ?

Jusqu’à récemment, la plupart des chercheurs ont étudié les guerres de décolonisation dans un cadre national. Notre projet les resitue comme un phénomène interconnecté et global, tant pour les colonisés que pour les colonisateurs. Leurs dirigeants ont construit des réseaux de collaboration et des moyens d’échanges intellectuels, politiques, militaires et économiques. Les communistes vietnamiens luttant contre la France entre 1945 et 1954, par exemple, ont importé des modèles révolutionnaires de la Chine communiste avant de les exporter ailleurs. Les Français, Britanniques et Américains, de leur côté, ont échangé leurs propres modèles de « counter-insurgency » lors des guerres de décolonisation. La décolonisation s’est aussi mondialisée: les nationalistes algériens du Front de libération nationale (FLN) ont mené par exemple une bataille fascinante contre les Français à l’Assemblée générale de l’ONU.

Pour bien saisir les dimensions de ce processus transnational, nous avons fait appel à des historiens de la décolonisation (Afrique, Proche-Orient, Asie), des politologues, des juristes et même à l’un des responsables des archives de l’ONU. Cela nous permettra d’aborder pour la première fois le rôle de la mondialisation dans la décolonisation et son héritage pour les conflits d’aujourd’hui. Cette forme de combat transnational est d’autant plus présente aujourd’hui grâce au développement des technologies et des communications permettant aux insurgés comme Isis d’influencer l’opinion mondiale.

Programme ci-dessous :

Librairie Terre des livres – rencontre avec François Guillemot – samedi 7 avril 2018

[ndlr] Annonce d’une rencontre à la librairie lyonnaise Terre des Livres.

Rencontre-débat avec François Guillemot à l’occasion de la parution de Viêt-Nam, fractures d’une nation ; une histoire contemporaine de 1858 à nos jours, La Découverte, 2018.

Samedi 7 avril 2018 à 15 h

Librairie Terre des livres

86 Rue de Marseille, 69007 Lyon

Le débat sera animé par Cyrille Pandraud.

Vietnam fractures d'une nationLe Viêt-Nam, connu pour sa lutte héroïque pour l’indépendance, fut un des grands mythes du XXe siècle. Entre décolonisation et guerre fratricide, son histoire apparaît comme exemplaire mais que sait-on de ses fractures internes ? Quels furent les chemins des possibles pour ce pays colonisé et décolonisé dans la violence ? Quelles furent ses sources d’inspiration ? Quels types de révolutions et de guerres ce pays a-t-il traversé au cours du XXe siècle ? Cet ouvrage nous convie à une exploration inédite du Viêt-Nam « vu de l’intérieur » de l’empire démantelé pendant le XIXe siècle à l’État-nation réunifié d’aujourd’hui. Cette perspective permet de mieux comprendre le fonctionnement du pays, dirigé par un État-Parti, et de penser plus largement le Viêt-Nam contemporain dans un monde asiatique confronté à la puissance chinoise et la mondialisation. Pour accompagner ce récit, l’auteur mobilise des documents et des sources peu connus et propose des encadrés sur des thématiques clés.

Benoît de Tréglodé (dir.) : Histoire du Viêt Nam de la colonisation à nos jours [parution]

Parution le 15 mars 2018 d’un nouvel ouvrage sur l’histoire contemporaine du Viêt-Nam aux éditions de la Sorbonne sous la direction de Benoît de Tréglodé. Avec les contributions de Marie de Rugy (ch. 1), Pierre Journoud (ch. 2), François Guillemot (ch. 3), Benoît de Tréglodé (ch. 4), Jean-Philippe Eglinger (ch. 5), Christophe Gironde (ch. 6), Marie Gibert-Flutre (ch. 7), Syvie Fanchette et Nguyen Thi Thieng (ch. 8), Emmanuel Pannier (ch. 9), Paul Sorrentino (ch. 10), Peter Bille Larsen (ch. 11), Candice Tran Dai (ch. 12). Présentation de l’éditeur.

Olivier Favier : [Livre] Vietnam, une plongée au coeur d’une nation fracturée [RFI]

[ndlr] La chronique d’Olivier Favier, à lire sur le site de Radio France Internationale.

Le Vietnam a été au centre des passions et des convoitises occidentales durant plus d’un siècle. Son destin est devenu un enjeu pour nombre de grandes puissances, la France et les États-Unis bien sûr, mais aussi la Chine, le Japon et l’Union soviétique. Mais que sait-on de cette terre qui a su se jouer de toutes les influences pour bâtir une nouvelle identité ?

Lire la suite : RFI, 30/01/2018.

Image « à la une » : Saïgon, le 31 janvier 1968 lors de l’offensive du Têt menée par les Viet-Congs © AFP

Ken Burns et Lynn Novick : « The Vietnam War » [Arte 19-27 septembre 2017]

[ndlr] Annonce d’une nouvelle série documentaire de dix épisodes de 55′ chacun sur le conflit vietnamien. Présentation du premier épisode sur la chaîne Arte.

Ken Burns et Lynn Novick (« The [Vietnam] War ») font revivre le traumatique Vietnam de l’intérieur. Une plongée sanglante au cœur de la tragédie qui a façonné la fin du XXe siècle.

  • Premier volet : Indochine, la fin (1858-1961). Au terme d’une guerre longue et brutale, les révolutionnaires indépendantistes du Viêt-minh, menés par Hô Chi Minh, mettent fin à près d’un siècle de domination coloniale française.

Au terme d’une guerre longue et brutale, les révolutionnaires indépendantistes du Viêt-minh, menés par Hô Chi Minh, mettent fin à près d’un siècle de domination coloniale française. Les accords de Genève, signés après la chute de Diên Biên Phu en 1954, divisent le pays en deux. Au Nord, le Viêt-minh communiste, soutenu par la Chine et l’URSS, veut réunifier le pays. Au Viêtnam du Sud, pris dans la logique d’une guerre froide qui s’intensifie, les États-Unis apportent leur soutien au régime autocratique du président Diêm. Début 1961, la ligne dure prônée par Lê Duân, premier secrétaire du Viêt-minh, encourage la guérilla menée dans les zones rurales du Sud par le « Viêt-cong » – surnom donné par leurs ennemis au bras armé du FNL, fondé par les indépendantistes du Sud.

La mère des guerres modernes

Ken Burns et Lynn Novick font revivre de manière inédite la guerre du Viêtnam au plus près de ceux qui l’ont vécue, Vietnamiens et Américains, dans une fresque documentaire digne d’ »Apocalypse Now « ou de « Voyage au bout de l’enfer ». En neuf épisodes, les réalisateurs retracent ces trente années de soulèvements et de destructions, qui firent plus de trois millions de morts, à travers les récits intimes de près d’une centaine de témoins. Simple militaire ou dirigeant politique, journaliste ou activiste, déserteur, diplomate ou sœur d’un soldat défunt, tous ont fait, observé ou subi cette tragédie aux dimensions épiques, mère de toutes les guerres modernes. Au fil d’une narration où le rythme s’accélère d’épisode en épisode, une foule d’archives inédites, fruit de dix ans de recherche, associée à de célèbres photos, des films amateurs ou des enregistrements sonores dévoilant les coulisses de la Maison-Blanche, racontent l’histoire de la fin du colonialisme, de la montée en puissance de la guerre froide et de la victoire d’un peuple de paysans contre la machine de guerre la plus dévastatrice au monde. Ou l’histoire d’un conflit qui a divisé l’Amérique et l’opinion mondiale pour toujours.

Source : Arte

Lire la critique de Thomas A. Bass sur Mekong Review (en accès libre seulement quelques jours) : https://mekongreview.com/americas-amnesia/

Séminaire Mémoires d’Indochine : Synopsis 2017

Année universitaire 2017-2018 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

Récits de vie, histoire et littérature : connexions et déconnexions

Lieu : ENS de Lyon, site Descartes

Enseignant : François Guillemot

Courriel : francois.guillemot@ens-lyon.fr

Jour : le mercredi

Horaires : 9h-12h

Salles :  D4.070 (IAO) et D4.024 (voir calendrier)

Structure du séminaire :

Chaque séance de 3 heures se décompose en deux parties. La première partie est consacrée à l’étude des documents, auparavant lus par tous. La seconde partie est consacrée aux exposés oraux des étudiants et/ou consiste en une discussion autour d’un documentaire historique. Dans tous les cas, les deux parties exigent la participation active des étudiants.

Description succincte et objectif du séminaire :

L’histoire de la décolonisation de la péninsule indochinoise a été, le plus souvent, présentée sous l’angle des littératures officielles marquées par le prisme des vainqueurs. Dans ces textes, la parole des populations reste assez peu lisible. Le Viêt-Nam échappe en partie à cette règle car les vaincus (en outre, les Américains et les Vietnamiens exilés de la République du Sud, voire quelques écrivains du Renouveau) ont chacun de leur côté beaucoup écrit sur leur expérience de la décolonisation et de la guerre. A l’intérieur du pays, aux côtés d’une peinture héroïque et hagiographique de la révolution et de la lutte pour l’indépendance, de nouveaux témoignages entendent bousculer les certitudes. Les Cambodgiens ont largement témoigné du destin de leur pays en guerre en particulier de la violence vécue pendant la dictature du Kampuchéa Démocratique. Le procès des Khmers Rouges a ravivé les traumatismes mais aussi refermé une des pages les plus sombres de l’histoire du XXe siècle. Au Laos, les nouvelles réalités locales interpellent les jeunes adultes de la diaspora sur leur identité et la mémoire collective élaborée en exil. A l’appui de nombreuses publications historiques et politiques et de construction de lieux de mémoires imposants, les vainqueurs de ces trois pays continuent d’affirmer leur légitimité gagnée au prix d’un sacrifice de plus en plus mis à mal par les réalités postcoloniales et la parole d’après-guerre.

L’objectif de ce séminaire est d’inverser la tendance générale des histoires officielles pour se plonger dans les récits de vie, témoignages et mémoires des acteurs, de réfléchir sur leur contenu explicite ou implicite, de poser un regard critique sur ces écrits (biographiques et « archives de soi »), de réintroduire ces sources « marginales » de l’histoire dans la « grande histoire » de ces pays. Cette approche, très liée aux enjeux mémoriels, permettra de mieux saisir comment nous sortons d’une période où la conscience historique prévalait pour entrer dans une ère où les mémoires envahissent peu à peu la sphère politique. Mémoires manipulées, mémoires conflictuelles ou juxtaposées, tronquées ou oubliées, chacun de ces aspects sera discuté à travers les textes et les exposés oraux du séminaire. La décolonisation de l’Indochine et ses suites avec l’avènement des États-nations postcoloniaux (Viêt-Nam, Laos et Cambodge) est donc ici appréhendée à travers la vision originale des témoins et acteurs de ces pays. Il s’agit en quelque sorte de prendre la juste mesure des mémoires, écrites ou orales, pour interroger l’histoire récente de ces trois pays, et tenter d’élaborer une histoire vue du bas.

Cette année, le séminaire est consacré à la littérature des trois pays de l’Indochine. A travers une série de textes littéraires traduits en français (roman, nouvelles, contes) il s’agit de mettre en avant les connexions et déconnexions (volontaires) qui existent entre ces textes et l’histoire contemporaine de ces pays. Chaque séance aborde une thématique : la révolution, la guerre, l’oppression, la liberté, la vie quotidienne sont appréhendées sous l’angle de la fiction et du parcours de leurs auteurs. Quel est la réception des événements historiques et leur traitement par ces auteurs ? Quelle fut leur expérience personnelle ? Comment combinent-ils fiction et réalité ? Pour des raisons pratiques, la littérature vietnamienne formera l’essentiel du corpus étudié.

Mots clés : littérature ; récit de vie ; nationalisme ; identité ; guerre ; mémoire ; communisme ; oppression ; libération

Sites du séminaire :

★ ★ ★

Plan du séminaire (sous réserve de modifications) :

  • Séance introductive : mercredi 13 septembre 2017 – D4.070 (IAO)

Des mémoires en question (notions, modalités, calendrier)

  • Séance 1 : mercredi 20 septembre 2017 – D4.070 (IAO)

L’enthousiasme révolutionnaire

  • Séance 2 : mercredi 27 septembre 2017 – D4.070 (IAO)

La réforme agraire radicale (RDVN 1953-1956)

  • Séance 3 : mercredi 4 octobre 2017 – D4.070 (IAO)

Guerres directes/indirectes

  • Séance 4 : mercredi 11 octobre 2017 – D4.070 (IAO)

Vivre sous le régime communiste

  • Séance 5 : mercredi 25 octobre 2017 – D4.070 (IAO)

Terreur au Cambodge, l’expérience khmère rouge

  • Séance 6 : mercredi 8 novembre 2017 – D4.024

Récits pluriels du Laos

  • Séance 7 : mercredi 15 novembre 2017 – D4.024

Expériences métisses

Intervention de Nastassia Sersté

★ ★ ★

Bibliographie

Instruments de travail :

DALLOZ, Jacques, Dictionnaire de la guerre d’Indochine 1945-1954, Paris, Armand Colin, 2006. Présentation éditeur.

DULUCQ, Sophie, KLEIN, Jean-François, STORA, Benjamin (sous la dir.) Les mots de la colonisation, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2008. Présentation éditeur.

GOSCHA, Christopher E., Historical Dictionary of the Indochina War (1945-1954). An International and Interdisciplinary Approach, Honolulu, University of Hawaii Press/Copenhagen, Nordic Institute of Asian Studies, 2012. (voir lien “Guerre d’Indochine 1945-1956″ ci-dessus). Présentation éditeur.

KLEIN, Jean-François, SINGARAVELOU, Pierre & SUREMAINN, Marie-Albane de, Atlas des empires coloniaux : XIXe-XXe siècles, Paris, Éditions Autrement, Série Atlas/Mémoires, 2012. Présentation éditeur.

TERTRAIS, Hugues, Atlas des guerres d’Indochine, 1940-1990. De l’Indochine française à l’ouverture internationale, Paris, Éditions Autrement, Série Atlas/Mémoires, 2004 (réédition 2007). Présentation éditeur.

★ ★ ★

Quelques lectures pour accompagner le séminaire :

ABDOUL-CARIME, Nasir / MIKAELIAN, Grégory et THACH, Joseph (eds.), Le passé des Khmers. Langue, textes, rites, Berne, Peter Lang, 2016. Présentation éditeur.

ANDERSON, Benedict, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte / Poche, 2006. Présentation éditeur.

BROCHEUX, Pierre & HEMERY, Daniel, Indochine la colonisation ambiguë 1858-1954, Paris, Éditions La Découverte, textes à l’appui / histoire contemporaine, 2001, nouvelle éd. augmentée et mise à jour. Version anglaise sous le titre Indochina: An Ambiguous Colonization, 1858-1954, Berkeley, University of California Press, 2011. Présentation éditeur (fr.)

BUI XUAN BAO, Naissance et évolution du roman vietnamien moderne, 1925-1945, Paris, Đường Mới – La voie nouvelle, 1985. Réédition de Le roman vietnamien contemporain : tendances et évolution du roman vietnamien, 1925-1945, Saigon, Tu-sach Nhân-van Xa-hoi, 1972.

CESARI, Laurent, L’Indochine en guerres 1945-1993, Paris, Éditions Belin, Histoire Belin Sup, 1995.

DALISSON, Rémi, Les guerres et la mémoire, Paris, CNRS éditions, 2013. Présentation éditeur.

DOAN CAM THI, Écrire le Vietnam contemporain: guerre, corps, littérature, Paris, PUPS, 2010. Présentation éditeur.

GOSCHA, Christopher, Indochine ou Vietnam ?, Paris, Vendémiaire, 2015. Traduction de Going Indochinese. Contesting Concepts of Space and Place in French Indochina, Copenhagen, NIAS Press, 2012. Présentation éditeur (fr.).

GOSCHA, Christopher, The Penguin History of Modern Vietnam, London, Allen Lane, 2016. Présentation éditeur.

HARDY, Andrew, Red Hills. Migrants and the state in the highlands of Vietnam, Copenhagen, Singapore, NIAS press / ISEAS, 2005. Présentation éditeur.

HARTOG, François, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Éditions du Seuil, coll. Points Histoire H458, 2012 (rééd.). Présentation éditeur.

HICKEY, Gerald C., Free in the forest. Ethnohistory of the Vietnamese central highlands, 1954-1976, New Haven, Yale University Press, 1982.

HUE-TAM HO TAI (ed.), The Country of Memory. Remaking the Past in Late Socialist Vietnam, Berkeley, University of California Press, 2001. Présentation éditeur.

IVARSSON, Søren, Creating Laos, The Making of a Lao Space between Indochina and Siam, 1860-1945, Copenhagen, NIAS Press, 2008. Présentation éditeur.

LE FAILLER, Philippe, La rivière Noire, l’intégration d’une marche frontière au Vietnam, Paris, CNRS éditions, coll. « CNRS Alpha », 2014. Présentation éditeur.

PANH, Rithy et BATAILLE, Christophe, L’Élimination, Paris, Grasset, 2012. Présentation éditeur.

PAPIN, Philippe, Viêt-Nam, parcours d’une nation, Paris, Belin / La documentation française, 2003, 2e édition.

PO DHARMA, Du Flm au Fulro : une lutte des minorités du sud indochinois, 1955-1975, Paris, Les Indes savantes, 2006. Présentation éditeur.

RICOEUR, Paul, La mémoire, l’histoire et l’oubli, Paris, Éditions du Seuil, Points Essais 494, 2000 (rééd. 2003). Présentation éditeur.

TARAUD, Christelle, La colonisation, Paris, Éditions Le Cavalier bleu, coll. “idées reçues”, 2008. Présentation éditeur.

TODOROV, Tzvetan, Mémoire du mal, tentation du bien. Enquête sur le siècle, Paris, Robert Laffont, 2000. Présentation éditeur.

WATERSON, Roxana & KWOK Kian-Woon (eds), Contestations of memory in Southeast Asia, Singapore, National University of Singapore Press, 2012. Présentation éditeur.

 

Numéros spéciaux de revues et articles en ligne :

ARTIERES, Philippe & KALIFA, Dominique (éd.), “Histoire et archives de soi”, Sociétés & Représentations, n° 13, 2002/1.

DOAN Cam Thi, « La nouvelle littérature vietnamienne », La revue des ressources, lundi 12 février 2007. Voir en ligne.

DOAN Cam Thi, « Femme, fantasme et guerre. Genèse d’une parole libre dans « La survivante de la Forêt qui rit », nouvelle vietnamienne de 1991″, La revue des ressources, lundi 2 avril 2007. Voir en ligne.

DOAN Cam Thi, « Vingt ans de littérature vietnamienne : 1986-2006 », La revue des ressources, jeudi 7 juin 2007. Voir en ligne.

VIRGILI, Fabrice (éd.), “Les lois genrées de la guerre”, CLIO Femmes, Genre, Histoire, n° 39, 2014. Voir en ligne.

 

  • Bibliographie spécifique du séminaire (PDF ci-dessous) :

Mémoires d’Indochine 2017 – Bibliographie

★ ★ ★

Travaux à faire et notation :

Présence régulière au séminaire requise, participation active, lecture et commentaire des documents proposés obligatoires (30 % de la note).

Chaque étudiant devra faire le Compte rendu de lecture [CR] d’un ouvrage sur 3 ou 4 pages (maxi) interligne 1,5 accompagné d’une recherche bibliographique autour de l’ouvrage (40 % de la note).

Le même ouvrage sera présenté oralement pendant vingt minutes au cours du séminaire (30 % de la note). Des précisions sur ces travaux seront apportées lors de la séance introductive.

Image « à la une » et illustration : Le jardin de tante n°5 © Minh Hoàng ; L’attente du Phénix (détail) © Minh Hoàng

Playboy, bon vivant and the last emperor of Vietnam, Bao Dai chafed at his role as France’s puppet

[ndlr] Un article sur le destin de Bao Dai, le dernier empereur du Viêt-Nam décédé il y a vingt ans à Paris.

While Bao Dai, who died 20 years ago this week, enjoyed the high life in Hong Kong and elsewhere, he did try to play his part during Vietnam’s most violent and troubled years amid the two Indochina wars.

Twenty years ago tomorrow, the last emperor of Vietnam died peacefully and without ceremony in a military hospital in Paris, aged 83.

Bao Dai, or the “keeper of greatness”, was the 13th and last monarch of the Nguyen dynasty, and more famous for his lurid and extra­vagant lifestyle – he was exiled in Hong Kong for several years – than for his statesmanship during some of the most turbulent and bloody years in his nation’s history, the years of the liberation war against the French and civil war between north and south.

“He became far better known for his leisure activities,” is how the New York Times put it in his obituary.

Born in 1913, within the walls of the magnificent Imperial Palace in the city of Hue, on the banks of the Perfume River, Bao Dai was educated in France and quickly developed a reputation as an adventurer, philanderer, hunter, movie fan, gambler and playboy.

[…]

“I’m not so sure the ‘playboy’ angle is the best one for Bao Dai,” says historian Dr Christopher Goscha, author of The Penguin History of Modern Vietnam, published last year, pointing out that Bao Dai had a central role in the develop­ment of Vietnam during the faltering days of colonial rule.

Lire la suite : South China Morning Post, 30/07/2017.

Image « à la une » : Manifestation en faveur de Bao Dai en 1947.

Christopher Goscha : The Penguin History of Modern Vietnam

[ndlr] A paraître le 30 juin 2016. Le nouvel ouvrage de Christopher Goscha, professeur à l’UQAM (Montréal), sur l’histoire du Viêt-Nam, une somme de 672 p. Présentation de l’éditeur.

Goscha_ThePenguinHistoryofModernVietnam_2016

Over the centuries the Vietnamese have beenboth colonizers themselves and the victims of colonization by others. Their country expanded, shrunk, split and sometimes disappeared, often under circumstances far beyond their control. Despite these often overwhelming pressures, Vietnam has survived as one of Asia’s most striking and complex cultures.

As more and more visitors come to this extraordinary country, there has been for some years a need for a major history – a book which allows the outsider to understand the many layers left by earlier emperors, rebels, priests and colonizers. Christopher Goscha’s new work amply fills this role. Drawing on a lifetime of thinking about Indo-China, he has created a narrative which is consistently seen from ‘inside’ Vietnam but never loses sight of the connections to the ‘outside’. As wave after wave of invaders – whether Chinese, French, Japanese or American – have been ultimately expelled, we see the terrible cost to the Vietnamese themselves. Vietnam’s role in one of the Cold War’s longest conflicts has meant that its past has been endlessly abused for propaganda purposes and it is perhaps only now that the events which created the modern state can be seen from a truly historical perspective.

Christopher Goscha draws on the latest research and discoveries in Vietnamese, French and English. His book is a major achievement, describing both the grand narrative of Vietnam’s story but also the byways, curiosities, differences, cultures and peoples that have done so much over the centuries to define the many versions of Vietnam.

ChristopherGoscha_portraitChristopher Goscha is professor of history at the University of Quebec at Montreal. He has spent much of his adult life studying the people, politics and history of Southeast Asia, particularly Thailand, Cambodia, Laos and Vietnam. He studied at Georgetown University and the Ecole Pratique des Hautes Etudes (IVème Section, La Sorbonne, Paris). He has written extensively about many of the different regions of Indo-China.

Source : Penguin

 

Philippe Devillers (1920-2016), un secret nommé Viêt-Nam

Nous avons appris la disparition de Philippe Devillers, journaliste et historien, spécialiste de l’histoire politique du Viêt-Nam contemporain et de l’Asie du Sud-Est. Rappel biographique.

PhilippeDevillersPhilippe Devillers était un journaliste et historien français, spécialiste des questions d’Extrême-Orient et de la guerre d’Indochine. Après une carrière riche d’événements historiques, il est décédé le 15 février 2016 à l’âge de 96 ans.

Il naquit Philippe Mullender le 11 novembre 1920 à Villers-Cotterêts, commune française située dans le département de l’Aisne en région Nord-Pas-de-Calais-Picardie.

Selon sa biographie en ligne sur le site de l’Académie des Sciences d’Outre-mer, il fut successivement diplômé de l’École libre des sciences politiques de Paris (1939) et de l’École supérieure d’organisation professionnelle (1942) puis licencié en droit en 1943. Il entama sa carrière comme rédacteur au ministère de la Production industrielle entre 1942 et 1944.

Le 14 septembre 1945, il fut recruté par Hubert Beuve-Méry, directeur du journal Le Monde, en tant que correspondant de ce journal en Indochine et se rendit en Asie la lettre  de recommandation de son directeur de presse en poche. Au même moment, il débuta sa carrière de journaliste au sein de l’État-major du général Leclerc, chef du CEFEO, à Saigon, dans ce qui appelait le « cinquième bureau ».

Il arriva à Saigon le 3 novembre 1945 et fonda avec d’autres jeunes journalistes comme Jean Lacouture le journal Paris-Saigon, « hebdomadaire de la pensée française en Asie » au prix d’une piastre. Du 16 janvier 1946 à janvier 1947, ce journal édita une cinquantaine de numéros.

PhilippeDevillers_Afrase
Philippe Devillers chez lui © photo Claire Tran Thi Lien / Afrase

Peu de temps après son arrivée en Indochine, Philippe Devillers se rendit à Hue où il apprit beaucoup sur la situation vietnamienne (occupation japonaise, révolution d’août, discussions franco-vietnamiennes). Il écrivit son premier article sur la première conférence de Dalat d’avril 1946 pour Le Monde sous le pseudonyme de Devillers, un nom d’auteur qu’il conserva toute sa vie. Il quitta le Viêt-Nam le 9 octobre 1946.

En 1948, il fut le chef de cabinet-adjoint du Secrétaire général du Gouvernement à Paris. Selon sa biographie en ligne sur le site des Indes savantes : « après son retour en France, il travaillera à Matignon, tout en continuant son métier de journaliste pour les mêmes titres, auxquels s’ajoutent notamment L’Express et Témoignage chrétien« .

Il collabora au quotidien Paris Normandie à Rouen pendant dix ans de la fin 1946 à 1957 pour lequel il écrivit 157 articles sur l’Asie. Dans ce journal, il publia son premier article le 20 décembre 1946 sous le titre « Sang froid », un article portant sur la bataille de Hanoi du 19 décembre. La guerre d’Indochine débutait dans le nord du pays un an après la reconquête coloniale dans le Sud.

Fait majeur pour sa future carrière d’historien, en 1952, Philippe Devillers publia un ouvrage clé sur l’histoire contemporaine du Viêt-Nam (image ci-dessous). Tiré à 19.000 exemplaires, la moitié du tirage fut vendue à Saigon, l’ouvrage est épuisé depuis 1967 mais reste une source incontournable sur la période.

Devillers_HistoireDuVietNam

En 1959, grâce à l’accès à des documents privés de Pierre Mendès-France sur la Conférence de Genève de 1954 et à ceux de René Pleven, il co-écrit avec le journaliste Jean Lacouture l’ouvrage La fin d’une guerre, édité à 4500 exemplaires et épuisé en 1970. Cet ouvrage rédigé à la demande de Mendès-France fut publié dans une première édition en 1960 (11 mars 1960) aux éditions du Seuil. Alors que la guerre du Viêt-Nam faisait rage, l’ouvrage fu réédité dans une seconde édition révisée en 1969, dans laquelle Devillers rédigea la troisième partie. Cet ouvrage fut finalement épuisé en 1980. La version américaine intitulée End of a War parut en 1969 aux éditions Praeger à New York.

De 1959 jusqu’en 1964, Philippe Devillers travailla au CERI pour ses recherches sur l’Asie du Sud-Est. Il soutint une thèse sur publications à l’Université Paris Sorbonne en 1983. Cet ensemble de travaux s’intitulait : Conflits de décolonisation en Asie du Sud-Est : Indochine et Indonésie. Il divulgua ses enseignements sur l’Asie dans des universités américaines, notamment à Cornell University en tant que professeur invité (1965-1966), et à Sciences Po Paris (Fondation nationale des sciences politiques) où il fut responsable de la section « Asie du Sud-Est » au Centre d’étude des relations internationales entre 1960 et 1987. En 1972, il fut élu membre titulaire de la 2e section de l’Académie des Sciences d’Outre-Mer.

DevillersLacouture_film

Il poursuivit ses publications sur l’Asie du Sud-Est et le Viêt-Nam jusqu’en 2010, date à laquelle furent édités ses mémoires sur le Viêt-Nam, dernier livre publié de son vivant. Cet ouvrage, paru aux Indes savantes, comprend, selon son auteur, deux textes sources importants : une longue interview de l’Amiral d’Argenlieu dans laquelle l’Amiral expose en détail sa vision politique et, en 1949, un entretien de deux heures et demi avec SM. Bao Dai dans lequel l’ex-empereur raconte ses rapports avec Ho Chi Minh notamment le moment critique de février-mars 1946 qui faillit mettre le Président de la RDVN sur la touche.

A la fin de sa vie, Philippe Devillers commença à verser ses archives personnelles dans différents fonds d’archives en France et au Viêt-Nam. C’est ainsi qu’il remit à l’Association des historiens du Viêt-Nam présidée par Phan Huy Lê un important recueil photographique pourtant sur les événements à Hanoi en 1945-1946. Quelques-unes des photographies de ce précieux recueil ont été publiées dans la revue Xưa và Nay [Jadis et Aujourd’hui]. En 2003 puis en 2006, par l’intermédiaire d’Agathe Larcher-Goscha, il remit à l’Institut d’Asie Orientale à Lyon une documentation précieuse sur la période 1945-1954 formés de coupures de presse et de rapports sur la guerre d’Indochine. Cette documentation lui avait servi à rédiger son ouvrage clé sur le Viêt-Nam paru en 1952.

Plus tard, lors d’une visite rapide à Lyon, il m’a personnellement offert quelques rares documents vietnamiens (journaux nationalistes et photographies) datant de 1945-1946 et utilisés dans ma thèse sur le parti Dai Viêt. Aujourd’hui, la grande majorité des papiers de Philippe Devillers est consultable à Paris aux Archives d’histoire contemporaine du Centre d’histoire de Sciences-Po Paris.

Devillers_ParisSaigonHanoi

Dans un entretien avec l’historienne Claire Tran Thi Liên de l’AFRASE en 2010, il résumait ainsi son approche dépassionnée pour la recherche historique :

« Il faut raconter ce qui s’est passé la semaine dernière comme si l’on écrivait l’histoire de 1815 ».

Il rappela également non sans humour qu’il fut décoré (selon lui en 2010 seule distinction de sa longue vie) en janvier 1946 par le roi Norodom Sihanouk pour avoir présenté au Palais royal un film de Fernandel !

Il a depuis reçu de la RSVN l’Ordre de l’Amitié du Viêt-Nam pour son œuvre et sa fidélité à ce pays.

Nous retiendrons de ce grand chercheur, passionné du Viêt-Nam et ancien maître puis directeur de recherches au CNRS (1988), une connaissance profonde des événements politiques de l’Asie du Sud-Est. Tout au long de sa carrière universitaire, Philippe Devillers publia à titre d’auteur ou dirigea pas moins de sept ouvrages sur le Viêt-Nam et l’Asie du Sud-Est (Indonésie, Cambodge…). En outre, il écrivit environ 500 articles dans la presse française et étrangère et collabora à l’Encyclopedia Universalis.

Son souci constant de comprendre les ressorts politiques du conflit franco-vietnamien sous tous ses aspects et de façon dépassionnée a propulsé sa recherche dans les travaux de références français sur l’émancipation vietnamienne et la guerre d’Indochine.

FG, MàJ 21/02/2016.

FairePartDevillers_LeMonde20-02-2016
Faire part de la famille du défunt publié dans Le Monde du 20 février 2016

Principales publications

  • Vingt ans, et plus, avec le Vietnam : souvenirs et écrits, 1945-1969, Paris : les Indes savantes, 2010.
  • Français et annamites : partenaires ou ennemis ?, 1856-1902, Paris : Denoël, 1998.
  • Charles-Robert Ageron et Philippe Devillers (dir.), Les guerres d’Indochine de 1945 à 1975, actes de la table ronde tenue à l’IHTP, 6-7 février 1995, Paris : IHTP, 1996.
  • (présenté par Philippe Devillers), Paris – Saigon – Hanoi, les archives de la guerre, 1944-1947, Paris : Julliard, coll. Archives, 1988.
  • Guerre ou paix : une interprétation de la politique extérieure soviétique depuis 1944, Paris : Balland, 1979.
  • Ce que Mao a vraiment dit, Verviers : Gérard, 1973.
  • [collectif], L’Asie du Sud-Est, Paris : Sirey, 1970, 2 vol.
  • (avec Jean Lacouture), Viet Nam : de la guerre française à la guerre américaine, Paris : Seuil, 1969.
  • (avec Jean Lacouture), La fin d’une guerre, Indochine 1954, Paris : Seuil, 1960.
  • Histoire du Viêt-Nam de 1940 à 1952, Paris : Seuil, 1952.

DevillersLacouture_LaFinDuneGuerre1954

Pour en savoir plus :

  • Revoir Philippe Devillers lors des Rencontres de l’AFRASE de 2010 (vidéo ci-dessous, principale source de ce billet) :


2.Philippe Devillers par RencontreAfrase

Delphine Robic-Diaz : La guerre d’Indochine dans le cinéma français – CR de lecture par Lorène Delhoume

CR de lecture de Lorène Delhoume : Delphine Robic-Diaz, La guerre d’Indochine dans le cinéma français. Images d’un trou de mémoire, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. Histoire, 2014, 358 p. + 16 p. de pl.

Robin-Diaz_LaGuerredIndochineDansLeCinemaFrançaisCet ouvrage publié en 2015, correspond à la thèse soutenue en 2007 par Delphine Robic-Diaz, aujourd’hui maître de conférences en études cinématographiques à l’université Paul-Valéry Montpellier, spécialiste du cinéma de guerre et des représentations coloniales et postcoloniales.

Afin de démontrer en quoi la guerre d’Indochine fait l’objet d’un trou de mémoire du cinéma français, l’auteur a recours à des analyses filmiques précises ainsi qu’ à un décryptage exhaustif de toutes les mentions, même les plus anecdotiques, de la guerre d’Indochine dans les films français depuis 1952. Elle montre que la guerre d’Indochine constitue un refoulé cinématographique, un sujet qui revient de façon récurrente mais toujours de manière inachevée. Elle pointe du doigt ce qui est montré et ce qui ne l’est pas. L’ouvrage analyse également les représentations de la Guerre d’Indochine, des soldats français, comme l’armée des oubliés, et des Indochinois comme figures de l’Autre.

Un huis clos mémoriel

La guerre d’Indochine a été le sujet de 51 films français en 65 ans, statistique pauvre comparée au nombre de films américains réalisés sur la guerre du Vietnam. Sur ces 51 films, huit sont des films militaires. Le reste est composé de fictions qui peuvent n’avoir aucun rapport avec la guerre d’Indochine si ce n’est une simple allusion dans une réplique d’un personnage secondaire pendant un bref instant du film. Ces films représentent les deux tiers du corpus. L’auteure voit donc la guerre d’Indochine comme condamnée à toujours jouer les seconds rôles au cinéma.

dien-bien-phu-de-pierre-schoendoerffer-910666207_LL’auteure insiste également sur la différence entre un déni de mémoire et un trou de mémoire. La guerre d’Algérie, pourtant surnommée la guerre sans nom, fait l’objet de 47 films de guerre français, contre huit seulement pour l’Indochine. Il n’y a pas de déni de la guerre d’Indochine, juste un oubli. Il n’y a pas de volonté de dissimuler ce qui s’est passé, juste un manque de souvenirs. De manière générale, les témoins de la guerre d’Indochine ne cherchent pas à se taire, mais personne ne les interroge. Ainsi, s’ils n’en parlent pas, rien ne sera dit.

C’est pourquoi la représentation de cette guerre fait l’objet d’une privatisation. Les quelques réalisateurs qui adaptent la guerre d’Indochine à l’écran ont un lien direct (familial ou personnel) avec ces évènements. Régis Wargnier, fils d’un vétéran d’Indochine, évoque cette guerre dans trois films. Pierre Schoendoerffer, qui a réalisé sept films sur le sujet et Claude Bernard-Aubert, qui en a tourné trois, sont tous deux d’anciens opérateurs militaires de la guerre d’Indochine. Le premier se veut porte-parole d’une communauté réduite au silence, le second voit son travail comme un devoir de mémoire, une urgence à perpétuer le souvenir. Ainsi, parce qu’elle a été menée par des militaires de carrière, la guerre d’Indochine voit sa mémoire conservée à huis clos.

Une guerre de trop ?

Si les cinéastes évitent le sujet de la guerre d’Indochine c’est parce que les Français s’en désintéressent. D’une part, l’opinion s’en détourne car elle vient en surplus, en « trop-plein ». Quand la guerre d’Indochine éclate, les Français sont occupés à panser leurs plaies après la période de l’Occupation. D’autre part, cette guerre ne fait pas appel au contingent, elle ne concerne que les professionnels ou volontaires, elle n’a pas lieu sur le territoire métropolitain mais « de l’autre côté de la terre »1. De plus, à la différence de l’Algérie, l’Indochine n’est pas majoritairement une colonie de peuplement mais une colonie d’exploitation. Selon l’auteur, cette guerre apparaît alors aux Français comme un feuilleton exotique dont on diffuse les évènements durant les actualités précédant les films dans les cinémas.

IlsEtaientCinq

Guerre de trop, entre la Seconde Guerre mondiale et le conflit algérien, la guerre d’Indochine est traitée comme telle au cinéma. Occultée par les deux autres conflits, elle est rarement utilisée comme sujet en soi ; elle sert en fait de complément d’information sur la trajectoire d’un personnage. Dans Ils étaient cinq, film réalisé par Jack Pinoteau en 1951, le personnage d’André, figure secondaire, s’engage en Algérie pour racheter la conduite de son père durant l’Occupation. La guerre d’Indochine est donc présentée comme une séquelle de la Seconde Guerre mondiale. De la même façon, on fait allusion à la guerre d’Indochine pour expliquer les antécédents d’un officier français en Algérie. Pierre Schoendoerffer s’en sert pour mettre au jour les traumatismes de l’armée bringuebalée d’un front d’une guerre coloniale à un autre2 L’Indochine apparaît alors comme le fantôme qui hante les officiers français (les fameux « Centurions ») durant la guerre d’Algérie : elle évoque la peur d’une nouvelle débâcle et la honte d’une colonie perdue.

Imaginaire colonial et figures de guerre

Dans une approche post-colonialiste, l’auteur examine les représentations de l’Autre dans les films français sur la guerre d’Indochine. Il y en est fait l’usage de beaucoup de stéréotypes, à commencer par la congaye (de « con gái« , fille en vietnamien), la femme vietnamienne présentée comme un bien que l’on se prête. Dans les histoires d’amour, elle représente la perdition car le Français comme la Vietnamienne, renient leur culture et trahissent les leurs. Le Viêt-Minh est lui aussi représenté de manière stéréotypée, quand il n’est pas évincé. Le Viêt-Minh apparaît toujours comme l’agresseur, quand le Français se contente de répondre aux attaques. Les morts sont souvent des Français, rarement des Vietnamiens tués par des Français. Les motivations nationalistes de leur action ne sont jamais évoquées, laissant l’impression que leurs actes sont gratuits. Soit l’ennemi est représenté de façon caricaturale et apparaît comme comploteur et vicieux, soit le cinéaste, ne sachant représenter le Viêt-Minh, occulte le personnage afin d’éviter toute résonance raciste.

le crabe tambour1977

Puis, l’auteur s’intéresse à la représentation des tabous à travers les rôles de déserteurs ou de combattants alliés indochinois, beaucoup plus rares dans le cinéma français. Les représentations sont parfois rétrogrades (« les fantoches » sont désignés comme des jouets) mais ont l’avantage de la lisibilité en ne cédant pas aux facilités de l’anachronisme. Si ces figures sont les grands délaissés de la mémoire filmique, cela prouve bien que montrer le « jaunissement » de l’armée posait un problème. L’auteur fait également une analyse très intéressante de la difficile représentation des camps viêt-minh dans le contexte de la fin des années 1960.

Enfin, l’ouvrage présente de manière détaillée la représentation des figures françaises composant l’armée des oubliés : les soldats sacrifiés, la figure du père parti à l’autre bout du monde, les délinquants de droit commun enrôlés, les enfants de troupe… ). A leur retour, les vétérans peuvent être représentés comme des asociaux, des alcooliques ou des amnésiques. L’ancien d’Indochine est un paria, du simple marginal au sociopathe, qui inspire méfiance, crainte et rejet. Il est exclu de la société comme la guerre qu’il incarne est exclue de la mémoire filmographique française et même de manière générale, de la mémoire collective.

* * *

Ainsi, dans cet ouvrage, l’auteur met l’accent sur la spécificité de la représentation de la guerre d’Indochine qui dit pour mieux taire, mais tait aussi pour mieux dire. La guerre d’Indochine serait devenue un mythe, à la fois d’une sale guerre et d’un oubli sélectif. Pour l’auteur cela s’explique facilement : le cas indochinois est un cadavre abandonné dans le placard de la politique française. Elle pose enfin la question d’une possible reconquête mémorielle.

L’ouvrage de Delphine Robic-Diaz est enrichissant en ce qu’il croise les notions de mémoire, de représentation ou encore d’indicible au sujet de la guerre d’Indochine. Bien que ce livre soit très bien documenté et détaillé, l’aspect exhaustif d’un travail de thèse ne doit pas effrayer le lecteur. En effet, la lecture est facile, agréable et illustrée par des images de films, d’acteurs, et des extraits de scripts. Si le raisonnement de l’auteur est tout à fait juste en ce qui concerne le cinéma français, la lecture de son livre peut être complétée par des films américains et asiatiques qui abordent la guerre d’Indochine. C’est peut-être par ces films étrangers que le cinéma retrouvera la mémoire sur cette page occultée de l’histoire.

Lorène Delhoume, promotion ASIOC 2015-2016.

Perrin_LhonneurDunCapitaine_1982
Jacques Perrin dans L’Honneur d’un capitaine, film de Pierre Pierre Schoendoerffer (1982) © DR

Bibliographie indicative :

  • Lagny, Michèle ; Ropars, Marie-Claire et Sorlin, Pierre (sous la dir.), Film-mémoire, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, Hors cadre, 1991, 223 p.
  • Ricoeur, Paul, « Histoire et mémoire », in De l’histoire au cinéma, Bruxelles, Éditions Complexes, IHTP / CNRS, 1998, pp. 45-60.
  • Robic-Diaz, Delphine, « Diên Biên Phû. Portraits de combattants sans images », Guerres mondiales et conflits contemporains, 2003/3 (n° 211), pp. 107-121.
  • Robic-Diaz, Delphine, « L’art de témoigner de Pierre Schoendoerffer », Le Temps des médias, 2005/1 (n° 4), pp. 178-187.
  • Robic-Diaz, Delphine, « Réactualisation d’une idée reçue : le mythe du « péril jaune » dans Indochine de Régis Wargnier », in Dulac, Elodie & Robic-Diaz, Delphine (dir.), L’autre en images. Idées reçues et stéréotypes, Paris, L’Harmattan, coll. Champs visuels, 2005, pp. 21-39.
  • Robic-Diaz, Delphine, « Grands hommes et petits écrans : le cas du téléfilm, Leclerc un rêve d’Indochine », in Bernard Leconte et Erika Thomas (coord.), Ecrans et politique, Paris, L’Harmattan, Les Cahiers du CIRCAV, n° 16, 2005, pp. 127-143.
  • Robic-Diaz, Delphine, « La guerre d’Indochine revue et corrigée par le cinéma américain des années 1950 », in Jahan, Sébastien & Ruscio, Alain, Histoire de la colonisation. Réhabilitations, Falsifications et Instrumentalisations, Paris, Les Indes savantes, 2007, pp. 127-135.

Image « à la une » : La 317e Section de Pierre Schoendoerffer.

_______________

Lorène Delhoume est étudiante du Master 2 Asie Orientale Contemporaine à l’ENS de Lyon. En échange universitaire à l’université de Fudan à Shanghai, elle effectue un mémoire de recherche sur la diminution des terres arables et la sécurité alimentaire en Chine.

Notes

  1. Selon les mots de Pierre Schoendoerffer en préface []
  2. Dans quatre de ses fictions : « La 317e Section » (1965), « Objectif 500 millions »(1966), « Le Crabe-tambour » (1977), « L’honneur d’un capitaine » (1982). []