Archives par mot-clé : décès

Đầu ngõ có lò ung thư [RFA]

[ndlr] La problématique de l’explosion des cancers au Viêt-Nam est de nouveau mise en avant dans un article du blog de Radio Free Asia. Le point sur ce fléau et les remèdes en matière de santé publique.

Quelques chiffres clés :

  • + de 94.000 décès par an plaçant la RSVN au 78e rang mondial sur 172
  • entre 257 (2017) et 300 morts par jour, un chiffre à la hausse
  • environ 126.000 nouveaux malades par an, + de 189.000 cas par an à partir de 2020 (est.)
  • 35 % des cas de cancers sont liés à l’alimentation

Theo thống kê của Viện nghiên cứu phòng chống ung thư, ước tính Việt Nam có khoảng 94.000 người chết vì ung thư/năm, tỷ lệ tử vong do ung thư tại Việt Nam đứng thứ 78/172 quốc gia được điều tra. Bên cạnh đó vấn đề đáng lo ngại là số người mắc bệnh ung thư ở Việt Nam đang có xu hướng ngày một tăng nhanh. Nếu như năm 2000 Việt Nam có khoảng 69.000 ca ung thư thì năm 2015 lên đến 150.000 ca mới. Ước tính đến năm 2020 số ca ung thư mắc mới ở Việt Nam sẽ xấp xỉ 200.000 người. Như vậy, số ca ung thư tăng dần theo từng năm. Hiện mỗi năm Việt Nam có hơn 126.000 ca mới và khoảng 94.000 người tử vong vì ung thư. 

Theo các chuyên gia, số ca mắc ung thư tăng nhanh trong những năm gần đây do 3 nguyên nhân chính: Thực phẩm bẩn, môi trường ô nhiễm, tuổi thọ tăng, trong đó tác nhân thực phẩm không an toàn đứng hàng đầu, chiếm khoảng 35%. 

Lire la suite : RFA Blog

Voir aussi :

Báo động: 257 người chết vì ung thư mỗi ngày và đang tăng chóng mặt, An Ninh Thu Do, 17/12/2017.

94.000 người chết do ung thư mỗi năm, gấp 9 lần TNGT, VietnamNet, 04/11/2017.

94.000 người chết vì bệnh ung thư/năm, Phap Luat Online, 01/09/2017.



Correspondance internationale : Nguyên Ai Quôc est vivant ! [1933]

Pour clore la discussion du séminaire sur le parcours de Hô Chi Minh, notamment sur sa période à Hong-Kong, nous reproduisons ci-dessous un des rares articles corrigeant l’annonce de sa mort.

Nguyen Ai Quoc est vivant !

On avait lu l’année dernière l’annonce de la mort du courageux militant Nguyen Ai Quoc, fondateur du Parti communiste indochinois.

Or la nouvelle était fausse car nous apprenons que Nguyen Ai Quoc, condamné à deux ans de détention par le Tribunal militaire de Hong-Kong, vient d’être relâché.

Cette annonce de la soi-disant mort de Nguyen Ai Quoc était une odieuse canaillerie des requins de l’Indochine qui ont agi ainsi pour empêcher que la campagne pour la libération de Nguyen Ai Quoc prenne de l’extension.

L’émoi causé par son arrestation avait été considérable parmi tout le peuple opprimé de l’Indochine et l’annonce de sa mort est une manœuvre immonde à l’actif de l’impérialisme français.

Mais maintenant la vie de notre camarade miné par la maladie est à nouveau en danger car on peut lire dans la Volonté indochinoise du 26 mars : « Les autorités anglaises ont fait relâché le dangereux révolutionnaire et obligeront ainsi tous les services d’ordre de l’Indochine à exercer une surveillance excessivement serré en prévision d’un retour possible de Nguyen Ai Quoc en Indochine. »

Le gouvernement français regrette sans doute de n’avoir pas pu s’entendre avec l’impérialisme anglais comme il l’avait fait pour Joseph Ducroux, que la police anglaise remit dans les mains de la police anglaise dans des conditions d’une scandaleuse illégalité.

L’impérialisme français veut donc mettre la main sur notre camarade pour pouvoir le faire mourir en prison ou au bagne.

Il ne faut pas permettre le nouveau crime qui se prépare. Travailleurs qui avez arraché le retour de Ducroux en France, arrachez à l’impérialisme français le droit pour Nguyen Ai Quoc de se rendre en toute liberté là où il veut.

Protestez auprès du ministre Sarraut et du gouverneur Pasquier. Exigez qu’ils laissent Nguyen Ai Quoc libre !

Extrait de Correspondance internationale, n° 45-46, p. 574, 1933. Reproduit dans Nguyen Khoa Diem et al., The Legal Case of Nguyen Ai Quoc (Ho Chi Minh) in Hong-Kong, 1931-1933 (documents and photographs), Hanoi, The National Political Publishers – The Ho Chi Minh Museum, 2006, pp. 226-227.


L’article paru dans Correspondance internationale, n° 45-46, 1933.

Selon Pierre Brocheux, auteur d’une biographie sur Hô Chi Minh qui fait autorité, la négociation serrée en les autorités françaises et britanniques concernant l’extradition de Nguyen Ai Quoc trouve son épilogue grâce à une astuce de maître Loseby, l’avocat de Quoc :

C’est alors que pour dénouer la situation, l’avocat utilisa un leurre : à la fin de l’année 1932, il diffusa la nouvelle de Nguyen Ai Quoc. L’événement en soi était plausible étant donné que l’on disait Quoc tuberculeux. Aussi, peu de gens, si ce n’est personne ne mit en doute l’information. Le Daily Worker et L’Humanité l’annoncèrent ; à Moscou, les Vietnamiens de l’UTO organisèrent une veillée funèbre ; à Paris, Léo Poldès rappela avec émotion le souvenir de Nguyen le Patriote dans son journal Le Faubourg.

Dans le camp opposé, on prit na nouvelle au sérieux. Dans la Revue des Deux Mondes, J. Dorsenne l’avait prédit : « […] le leader annamite, plus encore que par la justice humaine, est condamné par la justice divine. la tuberculose ne pardonne pas et si la décision des juges de Londres n’intervient pas bientôt, Nguyen Ai Quoc, le doux illuminé aux mains teintées de sang, aura probablement vécu… ».

Loseby, avec l’aide, on n’ose dire la complicité, du vice-gouverneur, mit en scène la fuite de Quoc.

Cf. Pierre Brocheux, Hô Chi Minh, du révolutionnaire à l’icône, Paris, Editions Payot & Rivages, Biographie Payot, 2003, p. 94.

Ouvrage publié en 2006 au Viêt-Nam par le Musée Ho Chi Minh rassemblant la documentation sur « le cas juridique Nguyen Ai Quoc » à Hong-Kong. Cote IAO : 603AV.06/236.

Décès de Đỗ Mười, ancien secrétaire général du PCV

Décès de l’ancien Secrétaire général du Parti communiste vietnamien (PCV) à l’âge de 101 ans.

Do Muoi (1917-2018)

Son décès, sans surprise car annoncé dès le 21 septembre le même jour que l’ancien président Tran Dai Quang selon une rumeur persistante de la blogosphère, serait intervenu le 1er octobre 2018 à 23 heures. La mort de l’ancien secrétaire général du PCV, malade depuis longtemps a été constaté à l’hôpital militaire central 108 selon la presse officielle qui a relayé l’information.

Do Muoi, de son vrai nom Nguyen Duy Cong, a été secrétaire général du PCV de juin 1991 à décembre 1997 pendant une période capitale de repositionnement de la RSVN sur le plan régional puis international. L’agence d’information chinoise Xinhua rappelle que l’ancien secrétaire général du PCV « Do Muoi s’était rendu en visite en Chine en 1991, 1995 et 1997 », acteur du rapprochement sino-vietnamien1. Auparavant, il avait été président du Conseil des ministres de la RSVN de 1988 à 1991. De 1997 à 2001, il resta proche de la direction du PCV en tant que conseiller du Comité central du parti.

Né le 2 février 1917 à Dong My Commune, district de Thanh Tri, à Hanoi, Do Muoi s’est construit avec et pour le parti. Il devient membre du Parti communiste indochinois (PCI) en 1939. Depuis la révolution d’Août 1945, son parcours politique est celui d’un compagnon de route du communisme vietnamien et de sa branche la plus conservatrice. Selon l’agence officielle d’information (VNA) :

Il s’est forgé au cours des périodes de résistance, d’édification et de défense de la Patrie pour devenir un dirigeant au caractère ferme, vif, décisif et attaché au peuple2.

Comme pour de nombreux officiels du PCV, sa biographie présente des parties peu développées sur la période de la guerre. Le journaliste Jeremy Grant souligne :

On ne sait rien de son rôle, le cas échéant, dans la guerre du Vietnam. Il existe des preuves qu’il pourrait avoir souffert d’une dépression nerveuse prolongée, faisant la navette en Chine pour son traitement médical3.

Bien qu’il s’agisse de décisions collectives du Politburo, après la chute de Saïgon, son nom reste associé aux campagnes politiques contre « la bourgeoisie citadine » dite X2 et à l’échec des « zones d’économie nouvelle » dans le Sud du pays  poussant des milliers de familles à fuir le pays à la recherche de liberté.

Après la décennie noire 1975-1985 sur les plans sociaux, économiques et militaires débouchant sur l’avènement du Renouveau (VIe congrès de décembre 1986), Do Muoi aurait continué à promouvoir la politique d’ouverture économique de son prédécesseur Nguyen Van Linh. Homme d’appareil, son bilan épouse scrupuleusement les changements de décisions du PCV. Il est à ce titre célébré par la presse officielle comme « un communiste exemplaire et loyal »4. Il fut d’ailleurs récompensé pour ses 80 années d’appartenance au Parti5.

L’agence de presse officielle va annoncer dans les heures qui viennent les modalités de ses funérailles.

FG, MàJ 05/10/2018.

Infographie de son parcours sur le site Zing

Notes

  1. Cf. « Vietnam : décès de Do Muoi, ancien secrétaire général du Comité central du PCV », Xinhua, 02/10/2018 []
  2. Cf. « L’ancien secrétaire général Do Muoi, un communiste exemplaire et loyal », Vietnam +, 02/10/2018 []
  3. Jeremy Grant, « Do Muoi, Vietnamese communist leader, 1917-2018 », Financial Times, 01/10/2018 []
  4. Cf. « L’ancien secrétaire général Do Muoi, un communiste exemplaire et loyal », art. cit.  []
  5. Cf. « Vietnam : décès de Do Muoi, ancien secrétaire général du Comité central du PCV », art. cit. []

Lễ An táng Chủ tịch nước Trần Đại Quang [VTV1]

[ndlr] Mise en ligne sur la chaîne du journal Thanh Niên sur YouTube d’une heure de reportage sur les funérailles du président de la RSVN, décédé le 21 septembre 2018. Un deuil national a été décrété les 26 et 27 septembre.

Reportage télévisuel de l’enterrement de Tran Dai Quang dans sa province natale de Ninh Binh. L’Etat-Parti fait appel aux historiens et aux cadres politiques pour honorer sa mémoire. Sur les sites d’opposition et les réseaux sociaux, l’action du président défunt, ancien Ministre de la sécurité publique, est fortement critiquée en particulier la répression de la dissidence sous son mandat écourté.

Pour en savoir plus :

Décès du président Trân Dai Quang: arrêt des activités de distraction durant le deuil nationalLe courrier du Vietnam, 25/09/2018.

Grande procession funéraire à Hanoï pour rendre hommage au président Tran Dai Quang, Paris Match, 27/09/2018.

Hortense de Montalivet, Au Vietnam, le cercueil de Tran Dai Quang posé sur un canon, lors d’une grandiose procession, Huffington Post, 27/09/2018.

Cérémonie commémorative en mémoire du président Trân Dai Quang, Vietnam +, 26/09/2018.

Quang dies and a vacuum opens in Vietnam [Asia Times]

[ndlr] Le décès soudain du président de la RSVN ouvre une période incertaine au sein du cercle très fermé du Polit-Buro vietnamien. Dans cet article renseigné, le journaliste David Hutt revient sur l’action et le rôle de Tran Dai Quang ces deux dernières années. De son côté, la BBC organise une table ronde sur les réactions et les conséquences de cette disparition.

President Tran Dai Quang’s demise will enliven factional rivalry inside the ruling Communist Party ahead of an increasingly uncertain leadership transition

Vietnamese President Tran Dai Quang died on Friday morning after months of public speculation about his poor health, creating a power vacuum in the communist country’s triumvirate leadership structure.

As the former head of the fearsome Ministry of Public Security, Quang was known as a hard-line figure in the ruling Communist Party, but since last year was also seen as a budding rival to the nation’s top politician, Party Secretary General Nguyen Phu Trong.

The cause of Quang’s death was not immediately announced but local media reports quoted a senior healthcare official as saying he suffered from a “serious illness.” Quang was receiving treatment at Hanoi’s Military Central Hospital when he died just after 10am this morning, the reports said.

A member of the Politburo since 1997 and the dominant force within the Ministry of Public Security for the last 15 years, Quang has served as the ceremonial head of the government since becoming president at the January 2016 Party Congress, a quinquennial event.

It was no secret, however, that Quang often butted heads with Trong, who has launched a politicized anti-corruption drive and shifted the Party back towards its ideological roots since the Congress. While neither official had made any public comments about their disagreements, the rivalry had been a rich source of speculation over the last year.

Lire la suite : Asia Times, 21/09/2018. Article traduit en vietnamien sur le site d’information indépendant Viet Nam Thoi Bao de Pham Chi Dung : Chủ tịch nước chết và vùng cấm hé mở

La BBC, programme en vietnamien a organisé aujourd’hui une table ronde sur cette disparition, le legs politique de Tran Dai Quang et ses conséquences.

Vietnam’s President Tran Dai Quang dies of illness at 61

[ndlr] La disparition du Président de la République socialiste du Viêt-Nam a été annoncée. Selon l’agence VnExpress : « Le président Tran Dai Quang est décédé à l’âge de 62 ans ce matin à Hanoi après une maladie virale rare ».  Voir la vidéo en ligne.

HANOI, Vietnam — Vietnamese President Tran Dai Quang, the country’s No. 2 after the ruling Communist Party’s leader, died Friday after a serious illness, the government said. He was 61.

Quang passed away despite “utmost efforts to treat him by Vietnamese and foreign professors and doctors and care by the party and state leaders,” the statement said. It said Quang died at a military hospital in Hanoi but did not elaborate on his illness.

The state-run online newspaper VnExpress quoted a former health minister and the head of a national committee in charge of leaders’ health, Nguyen Quoc Trieu, as saying that Quang had contracted a rare and toxic virus since July last year and had traveled to Japan six times for treatment. He did not specify the virus.

Trieu said the president lapsed into a deep coma hours after being admitted to the National Military Hospital 108 on Thursday afternoon.

Lire la suite : The Washington Post, 21/09/2018. Kham/Pool Photo via AP, File.

Parcours biographique : Vietnam +

Voir également :

Le président Tran Dai Quang a été contaminé par quel virus ?
A lire sur Radio Free Asia Vietnam

Mort du président vietnamien, Tran Dai Quang, qui était gravement malade, Le Monde, 21/09/2018. Figure du camp conservateur au sein du régime communiste, il s’est éteint vendredi à l’âge de 61 ans.

Vietnam President Tran Dai Quang dies aged 61, BBC Vietnamese, 21/09/2018.

Infographie de son ascension :

Source : site dédié aux activités du président de la RSVN

L’Humanité : Nguyen Ai Quoc, le vaillant fondateur du PC Indochinois est mort emprisonné [1932]

[ndlr] Depuis quelques jours, l’itinéraire si particulier du révolutionnaire Nguyên Ai Quôc est de nouveau questionné sur la toile. Celui qui deviendra la Président Hô Chi Minh serait mort à Hong-Kong en 1932 comme le rappelle cet article du journal L’Humanité, publié à l’époque et désormais disponible sur Gallica. Autant dire que cela jette le trouble sur l’itinéraire marqué de zones d’ombre de cette personnalité mondialement connue, qui pris le soin de rédiger par deux fois sa propre biographie sous des pseudonymes. Si le décès de Quôc en 1932 était avéré cela constituerait une révolution à la fois historique et historiographique mais rien n’est moins sûr. Ce dossier aux allures de « théorie du complot » remue la blogosphère vietnamienne depuis dix ans lorsqu’un chercheur taïwanais publia en 2008 une biographie controversée et contestée sur Hô Chi Minh/Nguyên Ai Quôc affirmant qu’il s’agissait de deux hommes différents. Qu’en pensent les biographes renommés (Pierre Brocheux1, William Duiker, Daniel Hémery, Sophie Quinn-Judge…) ? L’Humanité a-t-il publié un démenti plus tardif ?

 

Seule l’ouverture des archives vietnamiennes (et éventuellement chinoises) accompagnée de la liberté académique dans ces deux pays permettront d’éclairer les zones d’ombre qui jalonnent l’itinéraire de ce personnage historique.

Avec le recul et la prudence nécessaires, nous proposons aujourd’hui ce document-source étonnant comme contribution à l’histoire.  

L’Humanité du vendredi 19 juin 1931 (28e année, n° 11875) rapporte l’arrestation de Nguyên Ai Quôc à Shanghai. Il s’agit en réalité de Hong Kong. Texte de l’article reproduit ci-dessous :

Les impérialismes solidaires

Les Anglais arrêtent à Shanghaï le révolutionnaire annamite N’Guyen Aï Quoc

Les dépêches annoncent que la police anglaise a arrêté à Shanghaï le communiste annamite Nguyen Ai Quoc, ainsi qu’un Français du nom de Serge Lefranc (?).

La presse bourgeoise célèbre cette « importante capture ».

Il est certain que Nguyen Ai Quoc, qui milita en France pour l’adhésion de notre Parti à la Troisième Internationale et poursuit, depuis dix ans, une action énergique pour l’organisation de ses frères annamites, est l’un des meilleurs pionniers du mouvement communiste mondial.

Nous le saluons au moment où, comme Tao, il est frappé par la répression internationale.

L’impérialisme anglais de McDonald est ici en collaboration étroite avec l’impérialisme français, servis par nos chefs socialistes nationaux.

Mais nos adversaires délirent lorsque M. Jean Tourène, du Journal, ils affirment que l’arrestation en Chine de Nguyen Ai Quoc va arrêter le mouvement annamite.

Pas plus celle que Tao, pas plus celles que les fusillades du Premier Mai et les déportations en masse, l’arrestation de Nguyen Ai Quoc ne brisera l’élan révolutionnaire des travailleurs indochinois. Celui-ci a une base sociale trop solide.

C’est au contraire la révolution annamite qui, en chassant l’oppresseur, glorifiera les courageux camarades qui, comme Tao, comme Nguyen Ai Quoc et des milliers d’autres se sont dévoués à la cause des travailleurs d’Indochine.

Source : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k403934z

Dans L’Humanité du mardi 9 août 1932 (29e année, n° 12292), sa mort est annoncée et un hommage lui est rendu. Texte de l’article reproduit ci-dessous :

Luttons pour libérer l’Indochine

Nguyen Ai Quoc, le vaillant fondateur du PC Indochinois est mort emprisonné

Nguyen Ai Quoc, fondateur du Parti communiste indochinois emprisonné par l’impérialisme britannique, de complicité avec l’impérialisme français est mort de la tuberculose à l’infirmerie de la prison de Hong Kong.

Militant héroïque, il ne cessa durant toute sa vie de se dépenser sans compter pour faire pénétrer le communisme dans l’Indochine opprimée par le fer et par le feu par l’impérialisme français ; pour grouper les masses ouvrières et paysannes pour la lutte libératrice.

Il fonda le Parti communiste indochinois qui fut à la tête des luttes des ouvriers et des paysans, et qui malgré la terreur que fait régner l’impérialisme, les conduira, avec le soutien actif du prolétariat de France, à la victoire.

L’impérialisme a assassiné Nguyen Ai Quoc, mais il ne réussira pas à étouffer la lutte du peuple indochinois pour sa libération. Il vient d’interdire la plantation du riz pour « remédier» à la crise économique, mesure qui n’aura d’autre effet que d’accentuer la famine ; il vient d’incendier le village de Son Duong, jetant ainsi 64 familles sur la route. Mais 2.000 coolies licenciés des plantations de caoutchouc ont organisé une marche de la faim sur Saigon.

L’impérialisme français a assassiné Nguyen Ai Quoc, mais malgré les milliers d’arrestations de vaillants communistes, d’ouvriers et de paysans qui ont lutté pour leur droit à la vie et pour leur libération, notre Parti communiste frère d’Indochine reste inébranlable à la pointe du combat. Des dizaines de nouveaux militants et révolutionnaires se lèvent pour continuer l’oeuvre de Nguyen Ai Quoc.

Au moment même où l’Impérialisme assassine Nguyen Ai Quoc dans ses prisons, l’héroïque Parti communiste d’Indochine lance son programme d’action qui sera le guide de millions d’ouvriers et de paysans dans leur lutte contre l’impérialisme français.

Le comité central du Parti communiste français, en s’inclinant devant la dépouille du chef communiste Nguyen Ai Quoc, salue avec enthousiasme le programme d’action du Parti communiste indochinois, signé de son comité central provisoire qui continuera et amplifiera la lutte commencée avec Nguyen Ai Quoc.

Ce document montre le degré de maturité auquel est parvenu notre jeune parti frère. Il prouve qu’en dépit d’une répression dépassant en horreur les plus sauvages atrocités des débuts du colonialisme, en dépit des monstrueux massacres de Nghe Tinh et de Nghe An, en 1930, l’impérialisme français n’a pu empêcher notre Parti frère d’Indochine de grandir, de se renforcer, de se lier chaque jour plus profondément a la lutte du peuple indochinois, aux prolétaires avant tout.

L’impérialisme français vient d’assassiner à la prison de Saïgon notre camarade Likvey, secrétaire du Parti communiste et de faire mourir en prison le fondateur de ce parti.

Le Comité central du Parti communiste Indochinois lui répondra par le développement, de son programme d’action qui libérera l’Indochine des vampires impérialistes et de leurs soutiens, les socialistes français et les féodaux bourgeois indigènes.

L’Humanité publiera des extraits du programme d’action du P. C. I.

Le Comité central du Parti communiste français appelle la classe ouvrière française à renforcer son alliance de combat avec le peuple indochinois, affamé et torturé, dans une lutte accentuée contre l’ennemi commun : l’impérialisme français.

Il demande particulièrement aux ouvriers socialistes d’entrer dans ce front, unique anti-impérialiste et de s’écarter de la voie sanglante du colonialisme où veut les entraîner leur parti, celui de Varenne, cette voie hideuse des têtes coupées réclamées par la fédération socialiste du Tonkin après Yen Bay et après l’insurrection du Nord-Annam.

Il demande aux soldats et aux marins français, coloniaux et légionnaires, eux aussi ouvriers et paysans, de ne jamais oublier que l’ouvrier, le coolie, le nha-qoué [nhà quê, paysan] d’Indochine sont leurs frères et que leurs vrais ennemis sont les oppresseurs de ce peuple martyr qui les envoient mourir sous un climat meurtrier pour les seuls intérêts des capitalistes français, des rois du caoutchouc, de l’industrie, de la banque.

Au moment où notre parti frère publie son programme d’action, puisons dans l’exemple de nouvelles forces pour soutenir leurs luttes libératrices et mener la nôtre propre en renforçant sur tous les terrains notre action révolutionnaire contre notre propre impérialisme.

Source : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k404359z.item

Articles évoquant cette polémique :

Principales biographies sur Hô Chi Minh :

  • Hémery, Daniel [1990], Ho Chi Minh, de l’Indochine au Vietnam, Paris, Gallimard, Découvertes Gallimard, 2013, nouvelle édition.

Nous invitons nos lecteurs/trices à relire également outre les biographies mentionnées ci-dessus l’ouvrage collectif édité en 1990 intitulé en français : Ho Chi Minh, l’homme et son héritage, Paris, Đường Mới La Voie Nouvelle, 1990  et en vietnamien : Hồ Chí Minh. Sự thật về thân thế và sự nghiệp, Paris, Nhà Sách Nam Á, 1990.

FG

MàJ 03/10/2018

 

Notes

  1. Notons que Pierre Brocheux est le plus catégorique sur la « fausse mort » de Nguyen Ai Quoc, un leurre lancé par Loseby, l’avocat de Quoc, cf. biographie de Hô Chi Minh publiée en 2003, voir aux pages 91-95 et en particulier p. 94 []

Disparition du journaliste dissident Bùi Tín (1927-2018)

[ndlr] Le plus célèbre des dissidents vietnamiens, ancien journaliste et colonel de l’armée populaire du Viêt-Nam, réfugié en France depuis septembre 1990, est décédé le 11 août 2018 à Montreuil à l’âge de 91 ans. L’annonce a été faite par la BBC. Une voix importante pour la compréhension du Viêt-Nam contemporain s’est éteinte.

Ouest-France avec AFP, Vietnam. Mort en France d’un ex-colonel et dissident, Ouest-France, 12/08/2018.

  • Nhà báo Bùi Tín: ‘Hoa Xuyên Tuyết chính là khát vọng tự do’, BBC Vietnamese, 11/08/2018. Hoa xuyên tuyết là loài hoa ‘mỏng manh’, nhưng ‘mạnh mẽ’ và ‘kỳ diệu’, khiến người ta có thể tưởng tượng, liên hệ đến khát vọng, ước muốn tự do của dân tộc mình vươn lên khỏi mọi sự đàn áp, nhà báo, nhà bất đồng chính kiến Bùi Tín, người vừa qua đời hôm 11/8/2018 ở Pháp, hưởng thọ 91 tuổi, chia sẻ với BBC vài tháng trước khi ông mất từ Paris.
  • Nhà báo, nhà bất đồng chính kiến Bùi Tín qua đời ở tuổi 91, VOA, 11/08/2018. Ông Bùi Tín, nhà báo, nhà bất đồng chính kiến, cựu phó tổng biên tập báo Nhân Dân, chứng nhân của thời khắc lịch sử 30 tháng Tư, 1975 tại Dinh Độc Lập trong tư cách phóng viên chiến trường, vừa qua đời lúc 1 giờ 25 phút sáng ngày 11 tháng Tám, tại bệnh viện André Grégoire, Montreuil, ngoại ô Paris, Pháp. Ông thọ 91 tuổi. […]
  • Nhà báo Bùi Tín qua đời, RFA Vietnam, 11/08/2018. Nhà báo Bùi Tín, cựu Phó Tổng biên tập báo Nhân Dân, cơ quan ngôn luận của đảng Cộng Sản Việt Nam, vừa qua đời vào lúc 1 giờ 25 phút sáng ngày 11/8 tại bệnh viện Andre Gregoire ở Montreuil, ngoại ô Paris, Pháp. Ông thọ 91 tuổi.
  • “Bùi Tín là một nhà báo trọn đời!”, RFA Vietnam, 11/08/2018. “Bùi Tín là một nhà báo trọn đời!”, nhà báo Tường An, một người thân thiết với nhà báo Bùi Tín nói như vậy với chúng tôi vào rạng sáng ngày 11-8 từ Paris.
  • Nhà Báo Bùi Tín Từ Trần, Viet Bao Online, 11/08/2018. PARIS, Pháp quốc — Bản tin BBC cho biết nhà báo Bùi Tín đã qua đời lúc 1:25 sáng, giờ địa phương ngày 11/8 tại bệnh viện André Grégoire ở Montreuil, ngoại ô Paris, Pháp, hưởng thọ 91 tuổi.

Cliquez sur l’image pour accéder à l’analyse du journaliste Hoàng Long et au blog de Bùi Tín sur VOA

MàJ 12/08/2018

Kien Giang Farmer Who Participates in June 10 Demonstration Deadly Injured During Police Interrogation

[ndlr] La blogosphère vietnamienne s’interroge sur le décès d’un citoyen vietnamien à la suite d’un interrogatoire policier. Ce fermier de 35 ans avait participé à la manifestation du 10 juin 2018 à Hô Chi Minh-Ville.

Defend the Defenders, August 3, 2018

Hua Hoang Anh, a farmer in Vietnam’s southern province of Kien Giang, who participated in the mass demonstration on June 10, 2018, was found dead after having beeninterrogated by the local police, Defend the Defenders has learned.

According to local activists, Mr. Hoang Anh, 35, died in the afternoon of August 2 on the way from his private residence in Binh Loi Village, Minh Hoa commune, Chau Thanh district to a district hospital.

Citing his cousin, an activist said that four police officers came to his house to interrogate him about his activities. His wife went to make tea for them and when she returned she saw him collapsed with some injuries in his neck and belly. The police officers and she took him to a local hospital wherehe died, possibly due to losing too much blood.

Police in Kien Giang said he had committed suicide.

Mr. Anh has participated in many protests since 2014 on various issues, including China’s violations in Vietnam’s sovereignty in the South China Sea, the environmental disasters caused by the illegal discharge of industrial waste by Formosa in the central coast, and most recently, two bills on Special Economic Zones and Cyber Security.

Since September 2017, police in Kien Giang havesummoned Anh many times for interrogation about his participation in peaceful demonstrations, however, he has denied their requests, said Buddhist follower Huynh Tan Tuyen from Ba Ria-Vung Tau province, with whom they had conversions in recent months.

Mr. Tuyen said they met each other on June 10 while security forces in Ho Chi Minh tried to detain them. Anh helped Tuyen and othersto escape thepolice, both previously having been beaten and dragged into a police car.

The days after the demonstration, both Tuyen and Anh were summoned by police in their localities, Tuyen said.

After Anh died, local authorities reportedly forced his family to burry him the next day, sending large numbers of police officers and plainclothes agents to Mr. Anh’s private residence in Minh Hoa Commune to block other activists to come to share sympathy to his family and gain information about his death.

Anh has been the second activist found dead after being interrogated by police since 2017. On May 2, police in Vinh Long province detained local Hoa Hao Buddhist follower Nguyen Huu Tan on allegation of “conducting anti-state propaganda” and on the next day, police informed his family that he had committed suicide during interrogation by using a letter opener of an interrogation officer.

Police brutality is systemic in Vietnam, according to a report of Human Rights Watch while the Ministry of Public Security admitted that 226 suspects and inmates died in police stations and detention facilities across the nation between October 2010 and September 2014.

The situation has not improved even after Vietnam ratified the UN Convention against Torture in November 2014 as dozens of people continue to die mysteriosly in custody. Human rights defender Nguyen Ngoc Nhu Quynh, Mother Mushroom,was imprisoned last year partly because she documented 31 cases of mysterious deaths in police custody.

Meanwhile, the right to asssembly is enshrined in the country’s 2013 Constitution, however, the communist government does not welcome spontanous gatherings, and usesviolent measures to suppress those demonstrations considered to challenge the ruling communist party’s power.

Source : Defend the Defenders

Lire aussi :

Disparition de l’historien Phan Huy Lê (1934-2018)

[ndlr] Une grande perte pour la Vietnamologie, le professeur Phan Huy Lê, célèbre historien et professeur vietnamien, est décédé à Hanoi le samedi 23 juin 2018 à l’âge de 84 ans.

De nombreux chercheurs occidentaux ont simultanément partagé cette triste nouvelle avec la communauté des chercheurs sur le Viêt-Nam, parmi eux : Pierre Asselin (San Diego State University), Hue-Tam Ho Tai (Harvard University emerita), Ben Kerkvliet (Australian National University emeritus), Shawn McHale (George Washington University), Nhung Tuyet Tran (University of Toronto), Philippe Papin (EPHE Paris), Emmanuel Poisson (Université Paris Diderot), Oscar Salemink (University of Copenhagen), Olivier Tessier (EFEO Saigon) et bien d’autres encore.

FG

Voir aussi : Lê Quỳnh, Học giả nước ngoài ‘mang ơn’ GS Phan Huy Lê, BBC Vietnamese, 25/06/2018.

Rappel biographique dans la presse vietnamienne :

Source : © Tuoi Tre