Archives par mot-clé : Dang Nhat Minh

Dang Nhat Minh, Mémoires d’un cinéate vietnamien – CR de lecture par Annette Gravier

L’ouvrage Mémoires d’un cinéaste Vietnamien, paru en 2017 aux Presses Universitaires de Provence, est une autobiographie de Dang Nhât Minh. Le récit du réalisateur et auteur vietnamien est accompagné de photographies prises sur les tournages des films, et accompagné de deux nouvelles littéraires, « Les affaires des adultes » et « L’ancienne demeure ».

L’auteur nous livre son histoire personnelle, ses expériences dans le cinéma, sa famille, ses voyages, la reconnaissance internationale de son œuvre : il s’agit avant tout de raconter l’histoire d’un artiste, son parcours, son éveil personnel au cinéma. Mais, plus important encore, ce qui transparaît à travers l’histoire de Dang Nhât Minh est sa capacité à dérouler un récit contextualisé, mis en parallèle avec la situation politique et économique du Vietnam. Au fil de la lecture, un intérêt proprement historique et mémoriel se dégage donc de cette autobiographie. En quoi son témoignage autobiographique constitue-t-il un vecteur de la mémoire historique du Vietnam ? Deux axes d’analyse de cette transmission mémorielle peuvent être soulignés. Dans un premier temps, voyons en quoi l’autobiographie de Dang Nhât Minh, son récit de vie, est porteur d’une mémoire propre. Dans un second temps, nous analyserons l’œuvre cinématographique et nous verrons pourquoi cette œuvre constitue une forme de mémoire audiovisuelle.

[L’auteur précise en préambule (p. 13) :]

[…] Écrire ma biographie est un travail que j’ai longtemps hésité à mettre en œuvre. C’est une chose bien difficile que d’être fidèle à soi-même, sans porter atteinte aux autres. Mais si l’on écrit pas, comment les êtres chers de notre propre famille pourraient-ils comprendre ce que l’on a accompli et pourquoi l’on a agi ainsi, et connaître tout ce qui est survenu dans cette existence si agitée ? […]

Quand la mémoire rencontre l’histoire

Dang Nhât Minh naît à Hué en 1938, au Vietnam, dans une famille d’intellectuels : son père Dang Van Ngu est médecin et travaille sur la pénicilline. Il se rend notamment au Japon en 1943 pour continuer ses recherches, avant de rentrer au Vietnam. Sa mère reste seule pendant sept ans et élève les enfants, période qui marqua le cinéaste, avant d’entreprendre un voyage vers le nord du Vietnam pour rejoindre son mari. A la suite d’une séance de rééducation, sa mère décède « brusquement » (p. 20) et son père meurt en héros dans un bombardement américain en 1967 alors qu’il essayait de trouver un médicament contre le paludisme (p. 21).

Dang Nhat Minh, Mémoires cinématographiques, paru aux éditions Van Nghe en 2005

Pour ce qui est de la formation académique du cinéaste, elle fut très tôt déterminée par le Parti Communiste Vietnamien (PCV). A douze ans, il quitte la maison de ses parents pour la Chine populaire, où il intègre une école militaire destinée aux enfants des cadres de la résistance. Il décrit notamment les lavages de cerveaux, les obligations d’autocritiques pour ces adolescents (p. 24). Le parti l’enverra ensuite étudier le russe en URSS en 1954, car le pays avait besoin d’interprètes. On voit donc qu’à aucun moment le libre-arbitre et la volonté de l’auteur ne sont prises en compte : son destin est tracé par le Parti au gré de la situation politique et économique du pays.

Si son entrée dans le milieu du cinéma se fait par hasard, sa carrière va être fortement influencée par ses tensions avec le Parti pour faire entendre sa volonté. Le ministère le recrute comme traducteur-interprète au service de distribution de projection des films, et il reste bloqué dans ce service sans pouvoir continuer ses études pendant des années, conformément aux ordres. Il se forme donc au cinéma par lui-même, en autodidacte, grâce à des opportunités personnelles, et notamment à sa maîtrise du russe. Il accède peu à peu à des ouvrages sur le cinéma : théorie, montage, courants cinématographiques occidentaux (néo-réalisme italien, nouvelle vague). C’est lorsque Dang Nhât Minh se voit refuser sa demande de poursuites d’études de réalisation à l’École de cinéma de l’URSS qu’il accède à ces contenus, envoyés par le directeur russe de cette école (p. 30). Le cinéaste réalise son premier film documentaire en 1965, Sur les pas du géologue. Mais ce n’est qu’après la mort de son père en héros en 1967 que le parti lui accorde des faveurs relatives à sa carrière : il peut devenir assistant-réalisateur sur des films de fiction.

Dang Nhât Minh est également un témoin des conditions de création difficiles en vigueur dans le pays tout au long de sa carrière, et notamment dans son rapport à la censure. Il expose la situation de ses collègues à travers l’exemple de Phan Vu, réalisateur et auteur de poèmes publiés dans la revue Nhân Van (p. 37), une revue militant pour plus de liberté de création. Ce dernier fut rétrogradé assistant-réalisateur suite à cette prise de position artistique. Dang Nhât Minh lui-même relate ses expériences avec la censure, qui concernent tous ses films. Quasiment toutes ses œuvres et ses scenarii sont soumis à l’approbation des instances du parti (atelier des films…), et il doit souvent couper des passages, modifier des intrigues, des personnes, pour des motifs plus ou moins obscurs comme le « manque d’action ». Il se voit parfois même refuser ses scenarii sans raisons (p. 50). Lorsque l’auteur relate les conditions de production d’un film, il évoque inévitablement ce barrage de la censure : après avoir vu l’un de ses premiers films sanctionné d’une interdiction de tournage1, Dang Nhât Minh demande au directeur artistique de l’atelier du cinéma ce qu’est un scénario socialiste. Il reçoit la réponse suivante : « la fin doit être heureuse », faire l’éloge de l’harmonie et du socialisme  (p. 51). Nous pouvons évoquer l’exemple du film Quand viendra le 10ème mois, dans lequel un passage2 est censuré et raccourci, car jugé « mystique » : le directeur artistique a peur que ses supérieurs « reprochent au film son caractère subjectif et mystique, porte ouverte à la propagande et à la superstition » (p. 60).

« Le premier maître » [sur son oncle Nguyên Hông Phong] (pp. 41-42) :

[…] A travers la littérature, la poésie, les métaphores, les chansons populaires, l’étude de l’art pictural, mon oncle m’a aussi appris à penser en images, qualité indispensable pour un cinéaste. […] Un réalisateur de cinéma, pour bien faire son métier, ne peut se satisfaire de maîtriser un certain nombre de techniques. Ce qui importe le plus pour entrer dans ce métier, c’est une vision du monde et une esthétique personnelles. Faute de quoi, le réalisateur n’est qu’un artisan plus ou moins adroit. Ce que j’ai apporté au cinéma, de mes débuts jusqu’à ce jour, je le dois à ce que mon oncle m’a appris. C’est lui qui m’a permis de me forger une vision du monde personnelle qui a débouché sur la création. […]

Le cinéaste, en plus d’être un témoin du contexte historique vietnamien, a également été acteur d’événements de premier plan : il relate notamment la « libération de Saigon » en 1975, événement sur lequel il réalisa un documentaire et auquel il assista en tant qu’envoyé du gouvernement. Son rôle de documentariste lui confère ainsi un rôle d’observateur et de transmetteur de ces événements historiques. En dehors de ses activités liées au cinéma et au documentaire, Dang Nhât Minh relate également son mandat de député, et particulièrement ses difficultés à peser politiquement et à se faire entendre par le gouvernement malgré ses responsabilités.

Enfin, l’autre point important de la mémoire transmise par Dang Nhat Minh est son rapport à l’international. Le cinéaste a en effet connu de nombreuses expériences à l’étranger : il parlait notamment le russe et le français, a été primé et fait partie du jury de nombreux festivals : festival de Fukuoka, de Locarno… Il reçoit le prix Nikkei Asia de la culture en 1995, et est même nominé aux oscars dans la catégorie « meilleur film étranger ». Certains de ses films ont également été financés par des pays étrangers, dont la Grande-Bretagne et le Japon, preuve de la renommée du cinéaste. Ces opportunités lui ont d’ailleurs permis d’écrire ses scenarii plus librement. Dans son autobiographie, le cinéaste relève cependant une contradiction entre la vision de lui qui était construite à l’international, comme chef de file du cinéma vietnamien et symbole du Doi Moi, et sa mauvaise image au Vietnam3.

Ainsi, l’autobiographie de Dang Nhât Minh, en contextualisant et témoignant des événements historiques, des conditions d’expression des artistes, des contraintes politiques posées par le parti, constitue une micro-mémoire historique du Viêt Nam. Mais nous pouvons aller plus loin dans l’analyse de la trace mémorielle laissée par Dang Nhât Minh en analysant non plus son récit de vie, mais son œuvre cinématographique.

La portée mémorielle de l’œuvre cinématographique

« Être réalisateur de cinéma, ce n’est pas un métier mais une vision du monde » (Fellini, cité par Dang Nhât Minh, p. 41).

Dans son ouvrage, Dang Nhât Minh exprime sa volonté de faire des portraits de « symboles du Vietnam », et de traiter des « gens ordinaires ». Il souhaite faire découvrir au monde la vie de ces personnes, en temps de guerre comme en temps de paix après la réunification, et filmant autant les bourgeois que les paysans. Il réalise d’ailleurs souvent des portraits de femmes, dont les mémoires et le vécu en temps de conflit sont souvent oubliés. Occasionnellement, l’auteur se focalise également sur des personnages historiques, comme le lettré Nguyên Trai commandé par le département du cinéma en 1980 ou sur le président Hô Chi Minh, dans son documentaire politique Hanoi, hiver 46.

Nous allons illustrer cette volonté de raconter la « vie des gens ordinaires » à travers trois films: Quand viendra le 10ème mois, Ne le brûlez pas et La saison des goyaves.

Couverture du DVD « Nostalgie de la campagne », film de Dang Nhât Minh réalisé d’après la nouvelle de Nguyên Huy Thiêp

Tout d’abord, dans Quand viendra le 10ème mois, le cinéaste nous présente le récit de la femme d’un soldat, Duyên, qui part dans le sud du Vietnam rendre visite à son mari, et qui apprend sa mort brusquement. Avec l’aide de l’instituteur du village, elle tente de cacher cette information à son beau-père pour ne pas le faire souffrir. L’instituteur complice tombe amoureux de l’héroïne, ce qui provoque la colère des habitants du village. Ceux-ci n’apprennent qu’à la fin du film qu’ils ont mal jugé les deux protagonistes. A propos du personnage principal, celui de la femme du soldat, Dang Nhât Minh explique : « J’ai donné le rôle principal à l’actrice Lê Van, et depuis son nom est intimement lié au personnage de Duyên, la femme du combattant sacrifié, symbole du destin de milliers, voire de millions de femmes vietnamiennes confrontées à la guerre » (p. 60). Il cherche ainsi à représenter et incarner cette figure de la compagne du soldat, mais également à exposer les difficultés de la vie quotidienne et de la guerre vécues par les paysans.

Nous pouvons également citer le film Ne le brûlez pas, basé sur le journal intime d’une docteure, sacrifiée sur le front de guerre. Ce journal, écrit entre 1968 et 1970, ne fut publié qu’en 2005 au Vietnam. Ici, encore une fois, nous percevons le souhait de Dang Nhât Minh : retranscrire la mémoire historique de cette femme médecin au cinéma, et recontextualiser l’écriture de son journal dans le cadre de la guerre avec les États-Unis. Le cinéaste souligne également l’importance de l’aspect non-manichéen du film : le personnage du soldat américain qui trouve le journal est touché par le récit de cette femme du camp ennemi, et les Américains en général ne sont pas déshumanisés.

Enfin, dans le film La saison des goyaves, Dang Nhât Minh a cherché à représenter la mémoire des intellectuels restés à Hanoï pendant la guerre. Le film est tiré de la nouvelle « L’ancienne demeure », écrite par le cinéaste lui-même, et inspirée de l’histoire de la famille de sa femme4. Il s’agit de l’histoire de Hoa, un garçon tombé d’un goyavier planté dans le jardin de la maison familiale, et devenu attardé. Son père doit céder cette maison à l’État communiste comme « contribution à la cause nationale », et Hoa cherche à retourner vivre dans la maison de son enfance. Ici, Dang Nhât Minh raconte une mémoire ignorée, celle des Hanoïens des années 50 qui n’avaient pas participé à la résistance contre les Français et continuaient de vivre dans la capitale de la RDVN (capitalistes, bourgeois, commerçants…). Quand le gouvernement prit le contrôle de la ville en 1954, certains partirent en rééducation, des membres de l’intelligentsia perdirent leur travail (avocats…), comme le père de la femme du cinéaste.

« Mon père avait quitté le pays et y était revenu sans autre bagage qu’un savoir médical qui lui permit de soigner les blessures et les maladies, de redonner la santé aux gens, et avec seulement un cœur dévoué, celui d’un intellectuel et d’un patriote. Il me laisse en héritage l’amour de la patrie, l’attachement profond à mon peuple et à mon pays, la profonde compréhension de souffrances humaines. Il ignorait que ces qualités étaient à la base de toutes les créations artistiques. Mon œuvre cinématographique est dans le droit fil de cet héritage ». (pp. 122-123)

* * *

Mémoires d’un cinéaste vietnamien constitue donc une trace de la mémoire historique du Vietnam socialiste. Le récit de vie du cinéaste en lui-même nous apporte de précieuses informations sur le contexte politique et social du pays, son évolution historique et sur le fonctionnement de la censure. Dans le même temps, l’œuvre cinématographique de Dang Nhât Minh témoigne à la fois d’une histoire en train de s’écrire et d’une micro-histoire incarnée par les personnages principaux de ses films.

Filmographie :

Films de fiction 

  • 2009 : Ne le brûle pas
  • 2001 : La Saison des goyaves
  • 1997 : Hanoi, hiver 46
  • 1996 : Nostalgie a la campagne
  • 1994 : Le Retour
  • 1987 : La fille sur la rivière
  • 1985 : Quand viendra le 10ème mois
  • 1982 : Une ville à portée de main

Films documentaires 

  • 1980 : Nguyen Trai  (Documentaire sur le célèbre lettré)
  • 1975 : Les visages du mois de mai (Sur la libération de Saigon)
  • 1965 : Sur les pas du géologue.

Annette Gravier, promotion ASIOC 2018-2019.

Image « à la une » : Photogramme du film Quand viendra le dixième mois

Annette Gravier est étudiante en Master 2 ASIOC (Asie Orientale Contemporaine) à l’ENS de Lyon et à Sciences Po Lyon. Elle travaille sur le Japon, notamment sur les problématiques liées à la diplomatie culturelle. Elle effectue actuellement un séjour académique à Tokyo, à l’Université Waseda. 

Notes

  1. Pour le film Une ville à portée de main []
  2. Passage montrant le marché des vivants et des morts []
  3. Voir en particulier le destin de son film La fille sur la rivière, pp. 64-67 []
  4. Traduction aux pp. 133-140 []

« Mémoires d’Indochine » 2018 : séance 7

Année universitaire 2018-2019 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires, récits de vie en situations

Image de La fille du fleuve (Cô gái trên sông, Dang Nhat Minh, 1986)

★ ★ ★

Mémoires cinématographiques

Séance 7 : mercredi 14 novembre 2018 – salle de réunion de l’IAO

La dernière séance du séminaire de cette année sera consacrée au cinéma et son rapport à la mémoire. En particulier, nous aborderons la question de la mémoire historique à travers les films de fiction vietnamiens. Pour illustrer notre propos, nous nous appuierons sur le travail cinématographique de Jean-Gabriel Périot en France, de Dang Nhat Minh au Viêt-Nam et de Rithy Panh au Cambodge autour de la question centrale : « Comment se fabrique la mémoire ? ».

La seconde partie sera dédiée aux exposés oraux consacrés aux mémoires du réalisateur Dang Nhat Minh et aux récits du génocide perpétré par les Khmers rouges dans le Kampuchéa Démocratique (1975-1979).

Courts métrages commentés :

Jean-Gabriel Périot, Eût-elle été criminelle, court métrage, Envie de Tempête Productions, 2006, 09:39. Sur Vimeo.

Jean-Gabriel Périot, Nijuman No Borei (200.000 fantômes), court métrage, Envie de Tempête Productions, 2007, 10:54. Sur Vimeo.

Sources complémentaires

Banh Bao et Huu Ngoc, L’itinéraire du film de fiction vietnamien, Hanoi, Éditions en Langues étrangères, coll. « Expériences vietnamiennes », 1984.

Brossat, Alain et Périot, Jean-Gabriel, Ce que peut le cinéma. Conversations, Paris, La Découverte, « Cahiers libres », 2018.

Pham Cong Anh, Panorama critique du cinéma nord-vietnamien et bref aperçu du cinéma sud-vietnamien, Paris, EPHE, Mémoire sous la direction de Georges Condominas, avril 1972, 254 p.

Pham Ngoc Truong, Trung Son, Luu Xuan Thu, Luong Duc, Huu Ngoc, Le film documentaire vietnamien, Hanoi, Éditions en Langues étrangères, coll. « Expériences vietnamiennes », 1987.

Robic-Diaz, Delphine, La guerre d’Indochine dans le cinéma français. Images d’un trou de mémoire, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. Histoire, 2014.

Exposés oraux

Exposé de Annette Gravier

  • Dang Nhat Minh, Mémoires d’un cinéaste vietnamien, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2017. 

Présentation de l’éditeur : Presses universitaires Aix-Marseille

Exposé de Damien Corneloup

  • Stuart-Fox, Martin et Bunheang Ung, The murderous revolution. Life & death in Pol Pot’s Kampuchea, Orchid Press Publishing Limited, 1985. (3e édition en 1998).

Présentation en ligne : Amazon

Exposé de Olivier Christophe

  • Rithy Panh et Bataille, Christophe, L’élimination, Paris, Grasset, 2012.

Présentation de l’éditeur : Grasset

Image « à la une » : La fille du fleuve de Dang Nhat Minh (1986) © DR

Dang Nhat minh : Mémoires d’un cinéaste vietnamien

[ndlr] Parution de la traduction des mémoires du réalisateur Dang Nhat Minh.

Dang Nhât Minh est venu au cinéma par hasard. Après ses études secondaires, il est envoyé en URSS pour apprendre le russe. Revenu à Hanoi en 1957, il devient traducteur-interprète et travaille auprès du réalisateur soviétique Aida Abrahimov, venu à Hanoi pour apprendre l’art de la réalisation cinématographique aux jeunes professionnels vietnamiens. À travers son emploi d’interprète-traducteur Dang Nhât Minh apprend en autodidacte en écoutant les leçons du réalisateur et en lisant des revues cinématographiques russes. De 1981 à 2009, ses œuvres cinématographiques, documentaires et films de fiction, en font le cinéaste vietnamien le plus reconnu, non seulement dans son pays, mais aussi à l’étranger.

En 1995 il reçoit le Nikkei Asia Prize de Culture du journal Nihon Keizai Shimbum pour les raisons suivantes : ses films expriment les sentiments des Vietnamiens ainsi que de tous les Asiatiques du monde. En 2008 la chaîne de télévision américaine CNN place son film Quand viendra le dixième mois parmi les 18 meilleurs films asiatiques de tous les temps. En Septembre 2010, l’Academy of Motion Picture Arts and Sciences invite Dang Nhât Minh à Hollywood pour rendre hommage à ses qualités de réalisateur.

Source : Presses universitaires de AMU

 

Image « à la une » : l’actrice Lê Vân © DR

Panorama du cinéma vietnamien – Cinémathèque 11-22 juin 2014

À l’occasion de l’année France-Vietnam : La Cinémathèque propose un panorama du cinéma vietnamien, dessinant l’histoire d’une cinématographie mal connue, entre films d’intervention politique et fictions populaires. Une cinématographie qui commence à s’ouvrir aux coproductions internationales. En présence du réalisateur Dang Nhat Minh à Paris du 10 au 13 juin 2014.

 PanoramaCinémaVietnamien2014

LES NOMBREUSES VIES DU CINÉMA VIETNAMIEN

Née plusieurs fois et hantée par les guerres successives qui ont bouleversé le pays au XXe siècle, la cinématographie vietnamienne est restée longtemps discrète, voire inconnue des cinéphiles occidentaux, trop souvent cantonnée à une diffusion locale et dans quelques pays limitrophes. Le cinéma vietnamien existe pourtant, peuplé de ses obsessions, d’auteurs et de visages importants, de récurrences et de diversités de genres. Ce voyage non exhaustif à l’intérieur du cinéma vietnamien, programmé à la Cinémathèque à l’occasion de l’Année France Vietnam, est l’occasion de découvrir des films rarement montrés et de tracer en trente séances quelques lignes de force.

Si l’on excepte l’adaptation théâtrale et cinématographique du chef-d’œuvre de la littérature vietnamienne, le Kim Vân Kiều, en 1924, le Vietnam connaît son premier film parlant, Le Cimetière hanté, en 1937 – aujourd’hui disparu. Après la proclamation de l’indépendance en 1945, puis durant les guerres coloniales successives, incluant les accords de Genève signés en 1954, la partition du pays en deux régimes politiques opposés, plusieurs films de fictions ou documentaires ont été produits au Nord comme au Sud du pays. Des studios cinématographiques ont été créés (1956), et même une école de cinéma à Hanoi (1959). Mais c’est véritablement en 1975, après la fin des combats, et après la réunification du pays, que commence l’aventure du cinéma vietnamien. Un important studio d’État est créé, avec pour fonction de produire des films montrant la réalité sociale. Cette réalité immédiate, concrète, évidente, est profondément marquée par le traumatisme de la guerre, son absurdité, ses séquelles, la reconstruction à venir. Un cinéma poétique et assez silencieux, parfois manichéen, comme l’incarne Terre abandonnée (1979) de Nguyên Hông Sên, qui filme la traque de familles vietcong par des hélicoptères américains. Un face à face vertical opposant la quiétude des marais où vivent les villageois, à la brutalité des pilotes prêts à tout. D’autres films de cette époque, répondant à cette esthétique du réalisme socialiste (plusieurs cinéastes vietnamiens ont été formés dans des écoles de cinéma soviétiques) sont adaptés d’œuvres littéraires : Lumière éteinte (1981) de Pham Van Koa, adapté d’un roman publié et situé dans les années 30, fait exploser la cellule familiale : la mère de famille veut vendre sa fille pour sauver son mari malade. Le télescopage du passé raconté avec le présent de l’après-guerre du tournage, permet au cinéaste un regard un peu plus critique, du moins un recul sur son époque. Plus tard, la sortie de Quand viendra le dixième mois (1984) marque un tournant à tout point de vue. Centré une fois de plus autour d’un personnage féminin fort, une jeune veuve qui fait croire à son entourage que son mari est toujours vivant alors qu’il est mort à la guerre, le film, d’un très beau noir et blanc contrasté, marque par sa sobriété intimiste et révèle son auteur, Dang Nhat Minh, qui connaîtra la censure avec ce film, avant de devenir l’un des réalisateurs vietnamiens reconnus dans son pays comme à l’étranger (Quand viendra… sera le premier film vietnamien à être projeté ensuite sur des écrans occidentaux). Lui succèderont plusieurs grands classiques, tels que Nostalgie de la campagne (1995), regard attentionné sur la société paysanne vietnamienne, et La Saison des goyaves (1999- 2000) décrivant une société contemporaine en mutation.

LES FILMS DU RENOUVEAU

Ces films de Dang Nhat Minh en rejoignent d’autres dans l’histoire du cinéma vietnamien, réalisés juste après l’adoption d’une nouvelle orientation politique par le Parti communiste vietnamien, le dôi moi (renouveau) fin 1986. Des films animés par l’obsession de la reconstruction d’un pays, d’une société marquée par des conflits, et recouvrant des formes très diverses, du road movie fébrile à la nostalgie créative (Retour à Van Ly,1996) de Lē Hoang, racontant l’itinéraire, bien des années après la guerre, d’un ancien soldat venu rendre un dernier hommage à son ami mort au combat en rapportant ses os à sa mère), du huis-clos intimiste et douloureux (Vies de sable, 1999, de Nguyen Than Vān) ou encore du conte mélancolique (Il fut un temps, 2002) de la grande cinéaste Viēt Linh qui signa aussi L’Immeuble en 1999. Parallèlement, plusieurs cinéastes viet kieu (vietnamiens installés en France et à l’étranger) commencent à faire des films. Deux des plus célèbres étant Tran Anh Hung (L’Odeur de la papaye verte, Cyclo, etc.) et Lâm Lê (Poussières d’empire, 1983 ; Công Binh, 2011, etc.), revisitant à leur manière singulière des thèmes intimistes (le sacrifice, la famille) pour le premier, historiques, colonialistes pour le second. On peut citer également Nghiem-Minh Nguyen-Vō, ancien physicien installé aux États-Unis, passé tardivement à la mise en scène, et dont le très beau Gardien de buffles, film initiatique autant que réflexion sur la mémoire, est sorti en salles en 2005.

UNE NOUVELLE GÉNÉRATION

Si le cinéma vietnamien tarde encore à percer sur le plan international, il poursuit néanmoins sa mutation entre grosses productions commerciales inventant de nouvelles idoles locales (Johnny Tri Nguyen, dans le film d’arts martiaux Le Rebelle de Charlie Nguyen) et l’apparition de cinéastes prometteurs comme Bui Thac Chuyen (Vertiges, 2009), Phan Dang Di (Bi, n’aie pas peur, 2010), Hoang Diep Nguyen (dont le premier long métrage est très attendu), de jeunes cinéastes réalisant des films intimistes s’émancipant de la morale traditionnelle, diffusant leurs films (coproduits par la France) dans de grands festivals internationaux. À signaler enfin le travail engagé depuis dix ans par l’atelier Varan-Vietnam, qui a révélé de nombreux films et réalisateurs, dont la jeune cinéaste Trān Phuong Thao dont les films libres et forts (Rêves d’ouvrières, Avec ou sans moi, coréalisé par Swann Dubus) mettent à jour la complexité de la société vietnamienne contemporaine. Cette rétrospective s’est construite autour de la question du lien et de la mémoire. D’autres films la complètent, dont le rarissime Les deux mondes de Pham Van Nhân, tourné en 1953 à Paris, des films très récents des franco-vietnamiens Julien Lahmi et Maxime Samel, et deux films du cinéaste Robert Kramer, explorant la frontière ténue entre passé et présent dans Point de départ.

BERNARD PAYEN

Pour en savoir plus sur le cinéma vietnamien : Le Cinéma vietnamien (collectif sous la direction de Philippe Dumont et Kirstie Gormley), éditions Asieexpo 2007.

Source : Cinémathèque

Hà Nội mùa đông năm 1946 – Film de Đặng Nhật Minh [1996]

Né en 1938 à Hue, Dang Nhat Minh, qui a débuté sa carrière en 1965 comme documentariste, a réalisé de nombreuses fictions qui font constamment référence à l’histoire mouvementée du Viêtnam. Tourné en 1984, « Tro ve » (Le retour) évoque le destin d’un ancien boat people revenant à Saïgon pour le compte d’une société étrangère et découvrant les aspects négatifs de la nouvelle économie libérale. Après « Thuong nho dong que » (Nostalgie de la campagne, 1995), primé à Nantes et à Rotterdam, il signe l’année suivante « Ha Noi: Mua dong nam 1946 » (Hanoi-Hiver 1946) qui évoque avec finesse la figure de Ho Chi Minh ainsi que la guerre d’indépendance contre les Français. Ecrivain, journaliste, Dang est également secrétaire général de la « Vietnam Cinema Association ».

Source : Trigon Film

Les mémoires cinématographiques (Hồi ký điện ảnh) du réalisateur peuvent être lues sur le site Viet Studies