Archives par mot-clé : Dai Viet

Người thật trong truyện của Ðỗ Tốn – Viên Linh

[ndlr] Article de Viên Linh sur les nationalistes révolutionnaires du VNQDD en Chine du Sud (province de Guangzhou) dans les années quarante en plein conflit sino-japonais. Quand la fiction rejoint la réalité dans une nouvelle de l’écrivain Do Ton.

– Ai là Nhất Linh, Ðỗ Ðình Ðạo, Trương Bảo Sơn, … trong nhóm 9 đảng viên VNQDÐ ở Quảng Châu qua truyện ngắn Ả Hẩu?

do-ton
Nhà văn Ðỗ Tốn (1921-1973) © Diễn Ðàn Sách Xưa Việt Nam

Thập niên ’40, thành viên các đảng phái quốc gia bị Pháp lùng bắt nhiều người phải rút dần khỏi Hà Nội, khi qua biên giới Trung Hoa đành ở lại đó sống cuộc đời lưu vong (như trường hợp Nguyễn Tường Bách), và trong có Ðỗ Tốn, tác giả tập truyện Hoa Vông Vang thời tiền chiến, và truyện ngắn Ả Hẩu viết tại miền Nam trước khi qua đời tại Sài Gòn. Ông tên thật Ðỗ Ðình Tốn, sinh năm 1921, anh họ nhà cách mạng từng là quân ủy trung ương của Việt Nam Quốc Dân Ðảng Ðỗ Ðình Ðạo – mà cái chết bởi một viên đạn bí ẩn đã gây sôi nổi dư luận Hà Nội trước 1954.

Lire la suite : Nguoi Viet, 05/10/2016.

Christopher Goscha: « Towards a History of Modern Vietnam » [Cornell University]

[ndlr] Excellente conférence de notre collègue Christopher Goscha à l’occasion de la présentation de son nouvel ouvrage sur le Viêt-Nam. Une nouvelle histoire pour comprendre la pluralité du Viêt-Nam d’aujourd’hui et comment ce pays s’est construit culturellement, géographiquement, humainement.

Cornell Voices on Vietnam Spring 2016 Speakers’ Series presents  Professor Christopher Goscha (Professor of History at Université du Québec à Montréal) – « Towards a History of Modern Vietnam. » Recorded May 5, 2016.

This event is co-sponsored by Southeast Asia Program, the Department of Asian Studies, the Department of History and the Department of Government.

Acclaimed historian and Vietnam specialist Christopher Goscha discusses his latest work, The Penguin History of Modern Vietnam (2016). Popular impressions of Vietnam are still largely dominated by the Vietnam War, with most English-language accounts focused on American experiences, sources, and perspectives. But Vietnam’s history is much richer and more complex than a mere Cold War confrontation, complete with expansion, schisms, colonial conquest and subjugation, cultural renaissance, and revolution.

Drawing on research and discoveries from a host of Vietnamese-language and global sources, Professor Goscha outlines a rich and compelling overview of modern Vietnamese history, portraying a cast of memorable characters – from Emperors to rebels, poets to priests – and providing a fascinating look at the intricacies and complexities of modern Vietnamese history. Compelling for scholars and non-specialists alike, The Penguin History of Modern Vietnam represents the first English-language general history of contemporary Vietnam.

Source : Voices On Vietnam

Georges Condominas : La guérilla viet. Trait culturel majeur et pérenne de l’espace social vietnamien

[ndlr] Pour faire suite à la discussion du séminaire sur les expériences de guerre au Viêt-Nam et ajouter une contribution au dossier de la « polémologie » vietnamienne, voici un article de l’anthropologue Georges Condominas (1921-2011), paru dans la revue L’Homme, N° 164, 2002/4.

Comment le Vietnam sortant d’un siècle d’occupation coloniale a-t-il recouvré l’indépendance contre l’armée française puis vaincu l’armée américaine, la plus puissante du monde ? Comment ce pays, minuscule au départ (delta du Tonkin) a-t-il pu se libérer de plus d’un millénaire d’occupation coloniale rigoureuse, celle de l’Empire chinois, en recouvrant sa langue et dans le peuple, une grande partie de ses coutumes ? L’auteur a été frappé par la permanence de la guérilla comme phase initiale de toutes les guerres d’indépendance ou de défense, stratégique et tactique de base d’un art vietnamien de la guerre qui apparaît comme un trait culturel se maintenant sur la longue durée.

LesEtapesDeFormationDuVietnam
© Éditions de l’EHESS

Accès en ligne sur le site de Dang Anh Tuan, Vietnam mon pays natal (PDF)

Pour citer cet article :
— Condominas G., La guérilla viet. Trait culturel majeur et pérenne de l’espace social vietnamien, L’Homme 2002/4, N° 164, p. 17-36.

Fonds Langlet-Quach : aperçu illustré sur les sources historiques

Fonds Langlet-Quach :

aperçu illustré sur les sources historiques

Le petit mandarin du Fonds Langlet-Quach © 2014 IAO
Le petit lauréat du Fonds Langlet-Quach © 2014 IAO

Le Fonds Langlet-Quach a été versé par la famille des deux chercheurs à l’Institut d’Asie Orientale le 27 février 2014. Il est composé d’environ 1.500 ouvrages, de revues sur le Viêt-Nam ou sur la péninsule indochinoise et de nombreux dossiers documentaires sur les sujets d’étude des professeurs Philippe Langlet (1935-2013) et de Quach Thanh Tâm (1933-2003) : histoire ancienne, bouddhisme, urbanisme de Saigon, delta du Mékong, cadastres, culture sino-vietnamienne.

Avant de donner un aperçu illustré des collections, présentation ci-dessous des thèses originales des deux chercheurs déposées à l’IAO :

Ce fonds très riche sur les sources de l’histoire ancienne du Viêt-Nam peut être scindé en cinq grandes catégories.

La première concerne les instruments de travail qui accompagnèrent quotidiennement les recherches de ces deux érudits : dictionnaires de langue chinoise, vietnamienne, cam, latin, anglais ; dictionnaires biographiques sur la Chine ou le Viêt-Nam ; dictionnaires géographiques, manuels de langue chinoise, code annamite… L’ensemble couvre une centaine de volumes.

 Une partie des dictionnaires du Fonds Langlet-Quach © 2014 IAO

LQ_DaiNamQuacAmTuViLe dictionnaire annamite de Paulus Cua (2 vol., 1895)

La seconde catégorie très importante de cette collection concerne les sources historiques. Toutes les grandes séries des annales impériales vietnamiennes du Dai Viêt et du Dai Nam sont présentes à la fois en vietnamien moderne et en caractères Han. Une série importante de sources littéraires chinoises traduites en vietnamien et publiées à Saigon avant 1975 figure en bonne place dans cet ensemble tout comme les œuvres des principaux lettrés vietnamiens d’antan (Le Quy Don, Phan Huy Chu) et du début du XXe siècle (Phan Boi Chau, Tran Trong Kim, les traductions de Nhuong Tong…). On y trouve également des dizaines d’ouvrages sur la culture de la Chine ancienne principalement en vietnamien mais également en langue française. Enfin, rappelons les études sur les cadastres du Sud du Viêt-Nam menées par Nguyen Dinh Dau et Philippe Langlet.

Les annales impériales du Dai Viêt et du Dai Nam (cliquez sur l’image pour agrandir) :

La collection des œuvres des lettrés mandarins vietnamiens publiée à Saigon par le Ministère de la culture de la République du Viêt-Nam :

La troisième catégorie regroupe plusieurs centaines d’ouvrages sur la culture et la littérature anciennes du Viêt-Nam. Elle comprend des monographies sur des personnalités historiques, des classiques de la littérature en Han-Viet, des études sur l’espace vietnamien, la mentalité, le régionalisme, les pratiques culturelles et cultuelles.

 Échantillon d’ouvrages portant sur la culture et la littérature ancienne :

La quatrième catégorie réunit des études historiques en vietnamien et en français sur le Viêt-Nam ancien mais également sur la période contemporaine dont une partie sur la période de la guerre.

 Quelques études historiques publiées à Saigon entre 1955 et 1975 et études historiques récentes en français :

La cinquième catégorie, assez importante en nombre de volumes, rassemble les études spécifiques sur le bouddhisme. Celles-ci sont tout autant en langue vietnamienne, que française, voire chinoise. Le courant du bouddhisme Zen (Thiền tông), sujet d’étude de prédilection de Philippe Langlet, est privilégié.

Dictionnaire du bouddhisme de Doan Trung Con, œuvres de Le Manh That et sources de la Chine ancienne :

Cet ensemble constitue un apport tout à fait exceptionnel aux collections vietnamiennes de l’Institut d’Asie Orientale qui réunissent déjà les collections particulières des fonds Georges Boudarel (littérature, histoire, politique), Pierre Brocheux (principalement sur Ho Chi Minh), Philippe Devillers (papiers années cinquante) et Daniel Hémery (documentation sur Saigon et le mouvement ouvrier) ou Judy Stowe (Asie du Sud-Est, Thaïlande et Viêt-Nam). Le Fonds Langlet-Quach complète ainsi la collection de cartes offerte par le chercheur en 2008 à l’IAO. En cours de catalogage, il est néanmoins ouvert à tous les chercheurs passionnés d’érudition sino-vietnamienne. La consultation de ces fonds particuliers se fait sur RV auprès du responsable des collections vietnamiennes.

François Guillemot

Contact : francois.guillemot@ens-lyon.fr

Dai Viêt, indépendance et révolution au Viêt-Nam – CR de lecture par Bernard Dupaigne

Guillemot_DaiViêt

Académie des Sciences d’Outre-Mer

Les recensions de l’Académie

Dai Viêt, indépendance et révolution au Viêt-Nam : l’échec de la troisième voie, 1938-1955 / François Guillemotéd. les Indes savantes, 2012
cote : 59.155

Hô Chi Minh, l’« éclairé », avait du charme, et il s’en est abondamment servi auprès de ses compatriotes et des Occidentaux « démocrates ». Il était également un redoutable homme politique, prompt à se méfier de ses concurrents dans la course pour le pouvoir, à les écarter sous prétexte de « révisionnisme », ou à les éliminer. Il a su assurer sa prééminence, supériorité qui se manifestera enfin par de gigantesques affiches à son effigie dans tous les lieux visibles. C’est ainsi, en creux, un cours de réussite qui nous est donné par ce fascinant ouvrage, reflet d’une thèse de doctorat d’État en histoire, soutenue à l’EPHE en 2003. Il nous montre ce qu’il aurait fallu faire pour que l’Histoire en fût changée.

Vue de Paris, l’histoire récente vietnamienne est linéaire. Le vaillant parti communiste vietnamien aurait fini par prendre le dessus sur les colonialismes français, puis américains, avec l’appui du peuple soulevé. L’auteur de ce livre ne cherche pas à prouver le contraire. Il se contente de remarquer que « malheur au Vaincu ! », et de poser un regard interne sur le Vietnam, en ajoutant la nécessaire dimension vietnamienne aux histoires reconstruites après coup. L’histoire contemporaine du Vietnam est restée jusqu’à présent connue à sens unique : « dans les ouvrages français sur cette guerre franco-vietnamienne, les acteurs vietnamiens sont quasiment absents ». Du côté Viêt Minh, il est surtout fait référence au célèbre duo, Hô Chi Minh et Vo Nguyen Giap ; du côté « nationaliste » à Bao Dai. L’intérêt de cet ouvrage remarquable est que l’auteur, qui parle vietnamien, a eu accès à toutes les sources écrites, aux archives, et aux témoignages des acteurs encore vivants. Ainsi, prend-il l’histoire depuis le début, mettant en scène tous les acteurs, décrivant leurs pensées et leur stratégie, comme s’il ne savait pas qui allait gagner à la fin.

La « guerre d’Indochine » (1945-1954) est ainsi certainement une guerre anticoloniale, mais surtout une guerre civile fratricide entre communistes, aidés par l’URSS et la Chine de la « guerre froide », et nationalistes vietnamiens. Le Viêt Minh avait réussi l’union de ses membres, dans la terreur, par les exclusions et les éliminations ; les nationalistes étaient restés jusqu’au bout divisés, par des querelles d’idées et de personnes. Ils n’ont pas su s’imposer lors de la période révolutionnaire d’août 1945 entre le départ des Japonais et le retour des troupes françaises : le Viêt Minh, mieux organisé, prit seul le pouvoir à Hanoï le 19 août.

L’auteur nous détaille ainsi, et pour la première fois, non l’histoire du nationalisme vietnamien non communiste dans son ensemble, ce qui aurait représenté une tâche impossible, mais l’évolution, depuis ses origines, d’un courant nationaliste révolutionnaire incarné par le « Dai Viêt » ou « Dai Viêt Quôc Dân Dang », Parti National du Grand Vietnam. Ce parti réclamait l’indépendance : son projet de libération sociale et nationale (doctrine de la Survivance du Peuple) s’est confronté au conflit idéologique opposant totalitarisme communiste et État national, tout en tentant de préserver la pérennité du parti au milieu de ses contestations internes.

Bien que certains membres du parti aient participé, après la partition du pays, aux gouvernements de la République du Sud Viêt-Nam, ce sont eux « les principaux perdants de l’histoire contemporaine du Viêt-Nam » et ce texte foisonnant leur rend au moins justice.

Le Viêt-Nam reste encore « l’un des mythes puissants de ce vingtième siècle ». Il est bon que l’on en connaisse toute l’histoire, et tous les acteurs. Et pas seulement ceux dont l’action a été réécrite pour être idéalisée. Construire un parti révolutionnaire qui se voulait internationaliste n’a pu se faire que par une lutte féroce contre les tenants de la ligne nationale.

Comprendre les mouvements nationalistes dans le monde reste encore d’une grande nécessité. Ainsi, on ne peut qu’encourager cet auteur novateur à poursuivre sa réflexion par un ouvrage plus synthétique, destiné celui-ci à un public plus large.

Bernard Dupaigne.

Source : ASOMCR de lecture (pdf)

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2013 : Séance 2

Année universitaire 2013-2014 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

Mémoires d’Indochine :

Regards internes sur la décolonisation et la guerre

au Viêt-Nam, Laos et Cambodge

 

MémoiresIndochine2013ter

Séance 2 – Mardi 1er octobre 2013

« Mouvements révolutionnaires et monarchies dans la tourmente »

 

Cette séance s’intéressera d’une part, aux discours et aux pratiques politiques des partis révolutionnaires vietnamiens (en première partie) et d’autre part, au déclin des monarchies indochinoises et aux souvenirs rétrospectifs des monarques cambodgiens et vietnamiens (en seconde partie du séminaire).

 

Extraits de textes à discuter :

1ère partie / Mouvements révolutionnaires vietnamiens

  • [Đại Việt Quốc dân Đảng], « Traduction d’un Document du “Parti Nationaliste du Dai-Viêt” [Proclamation au peuple] », SHD, 10H 4199, dos. «  2e Bureau – Politique »  intitulé « DVQDD & VNQDD », ch. « VI – DVQDD », pièce : TFEO – TFIS, État-Major – 2e Bureau, n° 1842/2S[?], 2 mai 1948.
  • [Đại Việt Quốc dân Đảng], Document manuscrit : « Proclamation du “Parti Nationaliste du Dai-Viêt” (Đại Việt Quốc Dân Đảng) », SHD, 10H 607, pièce : TFEO – TFIS, État-Major, 2e Bureau, N° 2143/2S – Secret. Traduction d’un document sur le DVQDD, 19 mai 1948.
  • [Nguyễn Thái Học], « Lettre aux députés », in par Louis Roubaud, Viet-Nam la tragédie indo-chinoise, Paris, Librairie Valois, 1931, pp. 147-148.
  • « Traduction du programme d’action du Việt Nam Quốc Dân Đảng (Parti national annamite [VNQDD]) 1929 », in Gouvernement général de l’Indochine, Direction des Affaires Politiques et de la Sûreté Générale, Contribution à l’histoire des mouvements politiques de l’Indochine française. Documents – Vol. N° II. Le “Việt-Nam Quốc-Dân Đảng” ou “Parti national annamite” au Tonkin (1927-1932), 1933, pp. 47-49 (Annexe n° 3). [présentés par Louis Marty, Dir. p. i. des Affaires politiques de la Sûreté générale].

 

2ème partie / Monarchies dans la tourmente

  • S.M. BAO DAI, Le dragon d’Annam, Paris, Plon, 1980, pp. 90-123 [+ dos de couverture]. Voir aussi la sélection d’extraits de Belle Indochine.
  •  Norodom SIHANOUK, Chroniques de guerre… et d’espoir, Paris, Hachette / Stock, 1979, pp. 40-45, pp. 99-117 [+ dos de couverture].

(Le Laos sera abordé ultérieurement lors des exposés de la séance 3).

Voir les fiches biographiques de la séance 2 sur Mémoires d’Indochine.

Pour aller plus loin :

  • Daniel Hémery, “A Saigon dans les années trente, un journal militant : « La Lutte » (1933-1937)”, article en ligne sur Europe Solidaire sans Frontières
  • Nguyen The Anh, “L’impact des évènements de 1930-31 sur l’attitude de l’administration française à l’égard de la monarchie vietnamienne“, article en ligne sur Viet Nam infos
  • Nguyen The Anh, “The Formulation of the National Discourse in 1945 Vietnam”, article en ligne sur Viet Nam infos

 

Sur la grande famine au Nord Viêt-Nam en 1944-1945 :

  • Pierre Brocheux, “La famine au Tonkin en 1945″, article en ligne sur Etudes coloniales
  • Geoffrey Gunn, « The Great Vietnamese Famine of 1944-45 Revisited , article en ligne sur Japan Focus
  • Nguyen The Anh, “La famine de 1945 au Nord Viêt-Nam”, article publié dans The Vietnam Forum, no. 5, Winter-Spring 1985, pp. 81-100.
  • Nguyen The Anh, “Japanese Food Policies and the 1945 Great Famine in Indochina” in: Paul H. Kratoska ed., Food Supplies and the Japanese Occupation in South-East Asia. London: Macmillan – New York: St. Martin’s Press, 1998, pp. 208-226. Rep. in: Dòng Viêt (Southeast Asian Culture and Education Foundation, Huntington Beach, USA), n° 7, 1999, pp. 289-310.

 

Sites des partis politiques évoqués :

ĐVQDĐ : Décès de Mme Trương Thị Thỉnh, soeur cadette de Trương Tử Anh et épouse de Hoàng Kim Giai

dcTruongthiThinhLes journaux Nguoi Viet et Viet Bao, édités en Californie ainsi que le site officiel du parti Dai Viêt (ĐVQDĐ) ont annoncé le décès de Mme Truong Thi Thinh. Epouse du révolutionnaire Hoang Kim Giai, Mme Thinh était une des soeurs cadettes de Truong Tu Anh, le fondateur et chef du parti Dai Viêt de 1938 à 1946. Issue d’une famille de dix enfants (5 filles et 5 garçons), elle est décédée le 02 juillet 2013 à l’âge de 97 ans dans le comté d’Orange (Orange County) en Californie. Comme d’autres femmes, militantes nationalistes au sein du Dai Viêt (Dang Thi Khiem, Vo Thi Trang, Bà U, Dang Thi Khoe, Phan Lan Phuong…), on sait peu de choses sur le parcours de Truong Thi Thinh.

Selon l’histoire officielle, elle fut membre de la « cellule du chef » dans la province de Phu Yen qui valida la doctrine du parti dite « Doctrine de l’existence du peuple » en décembre 1938 [1]. Elle s’occupa également avec Vo Thi Trang, une ancienne élève de l’école de filles Dong Khanh à Huê, de la section féminine du parti. Les anciens du DVQDD saluent la mémoire d’une « camarade d’élite qui a consacré sa vie au Parti et au service de la Patrie » (Tri ân. Tưởng tiếc, một nữ đồng chí ưu tú và kiên- liệt đã cống hiến cả đời cho Đảng để phục vụ Tổ Quốc). Les funérailles se sont déroulées en Californie à Westminster les 6 et 7 juillet.

FG, 11/07/2013.

[1] Quang Minh, Cach mang Viet Nam thoi can kim. Dai Viet Quoc Dan Dang, 1938-1995, Westminster, Nxb Van Nghe, [2001], p. 64. La doctrine de l’existence du peuple ou doctrine de survie nationale (Chủ nghĩa dân tộc sinh tồn) a été réactualisée par Nguyen Ngoc Huy en 1964.

[2] Idem, pp. 34-35.

 

CuBaQP_HoangKimGiai

HoangKimGiai_VietHung