Archives par mot-clé : culture visuelle

La caricature en Asie orientale : circulations et regards croisés [appel à contribution]

Appel à contribution.

Extrême-Orient, Extrême-Occident

La caricature en Asie orientale :

circulations et regards croisés

La caricature peut se définir comme une œuvre graphique qui, par l’amplification, le décalage ou encore le détournement, transgresse les codes figuratifs et esthétiques habituels d’une aire culturelle donnée. La situation d’un personnage, la présence de certains attributs, voire la déformation graphique, peuvent contribuer à cette forme de subversion.

L’étude de la satire graphique, et plus spécifiquement de la caricature sous toutes ses formes, a connu un essor considérable ces vingt dernières années. La France a été particulièrement concernée pour des raisons qui tiennent notamment à l’actualité marquée par les attentats contre des dessinateurs de presse. La caricature n’est cependant pas une création récente et elle ne constitue pas non plus une spécificité de l’Occident. Comme le montre l’ouvrage Asian Punches: A Transcultural Affair (Hans Harder & Barbara Mittler (dir.), Springer, 2013), les dessins de presse se sont répandus dans le monde entier à partir du XIXe siècle et ils relèvent dès cette époque d’un imaginaire global, annonçant la mondialisation actuelle de la satire visuelle par le biais d’internet. Par ailleurs, des ouvrages comme Ukiyo-e Caricatures dirigé par Noriko Brandl et Sepp Linhart (Brill, 2013) ou Ôtsu-e : Imagerie populaire du Japon de Christophe Marquet (Picquier, 2015) n’hésitent pas à qualifier de « caricatures » des estampes japonaises aux contenus satiriques et humoristiques, produites dès la seconde moitié du XIXe siècle. L’immédiateté de ces images, leur efficacité, et leur caractère souvent polémique, qui attira parfois sur leurs auteurs les foudres du pouvoir et leur fit préférer l’anonymat, ne palissent pas face à leurs homologues plus tardives.

Ce numéro d’Extrême-Orient, Extrême-Occidents’inscrit dans le sillage de tels travaux et vise à mettre au jour l’existence et les modalités d’une satire visuelle en Asie de l’Est, hier et aujourd’hui, à travers les dimensions satirique, comique, parodique, ironique ou encore critique de l’image. Il s’agit d’étudier les emprunts, les réappropriations, les adaptations et circulations au sein d’une approche transculturelle Est/Ouest, mais également intra-asiatique. On tiendra également compte de la spécificité des médias et des modes de diffusion, ainsi que de l’hétérogénéité des contextes et de la culture visuelle des pays concernés dans leur profondeur historique.

Nous attendons donc des contributions portant sur des périodes et des aires géographiques variées comme la Chine et Taiwan, le Japon, la Corée et le Vietnam, qui pourront relever de disciplines aussi diverses que l’histoire de l’art, la théorie des médias, l’histoire sociale, politique et culturelle, la psychanalyse ainsi que la littérature.

Les propositions d’articles, en anglais ou en français, seront adressées aux deux rédacteurs en chef de la revue : matthias.hayek@ephe.psl.eu et pierre-emmanuel.roux@u-paris.fr, ainsi qu’aux coordinateurs du numéro : marie.laureillard@univ-lyon2.fr et laurent.baridon@univ-lyon2.fr.

Les personnes qui envisagent de proposer une contribution sont invitées à se manifester en donnant un titre provisoire et un résumé, avant le 31 mai 2021.

Les manuscrits complets sont attendus au plus tard le 30 septembre 2021 et doivent suivre les consignes indiquées ici : https://journals.openedition.org/extremeorient/738.


La revue vietnamienne Ngày Nay [Temps Modernes] : Ping-pong international (Marianne, John Dull face aux dictateurs Mussolini et Hitler, 1938)

Call for Papers

Extrême-Orient, Extrême-Occident

Caricature in East Asia:

Circulations and Crossed Perspectives

Caricature can be defined as a graphic work which, through exaggeration, incongruity or reversal, transgresses the usual figurative and aesthetic codes of a given cultural area. The situation of a character, the presence of certain attributes, or even graphic distortion, can contribute to this form of subversion.

The study of graphic satire, and more specifically of caricature in all its forms, has grown considerably over the last twenty years. France has been particularly involved in this field due in particular to the recent attacks on press cartoonists. However, caricature is neither a recent creation nor a feature unique to the West. As the book Asian Punches: A Transcultural Affair (Hans Harder & Barbara Mittler (eds.), Springer, 2013) shows, newspaper cartoons spread around the world from the 19th century onwards, and from then on they became part of a global worldview, foreshadowing the current globalisation of visual satire via the Internet. Moreover, works such as Ukiyo-e Caricatures directed by Noriko Brandl and Sepp Linhart (Brill, 2013) or Christophe Marquet’s Ôtsu-e : Imagerie populaire du Japon by (Picquier, 2015) do not hesitate to describe Japanese prints with satirical and humorous content, produced from the second half of the 19th century, as « caricatures ». The immediacy of these images, their effectiveness and often polemical nature, which sometimes drew the wrath of power upon their authors and made them prefer anonymity, do not pale in comparison with their later counterparts.

This issue of Extrême-Orient, Extrême-Occident follows in the wake of such works and aims to shed light on the existence and modalities of visual satire in East Asia, both past and present, through the comic, parodic, ironic and critical dimensions of the image. Our aim is to explore the borrowings, reappropriations, adaptations, and circulations within a East / West transcultural space, but also through an intra-Asian approach. The specificity of the media and the modes of diffusion will also be considered, as well as the heterogeneity of the contexts and different visual cultures of the countries in question in their historical in depth.

We are therefore expecting contributions covering various periods and different countries such as China and Taiwan, Japan, Korea and Vietnam, which may come from disciplines as diverse as art history, media theory, social, political and cultural history, psychoanalysis, and literature.

Proposals for papers, in English or French, should be addressed to the two chief editors, matthias.hayek@ephe.psl.eu and pierre-emmanuel.roux@u-paris.fr, as well as to marie.laureillard@univ-lyon2.fr and laurent.baridon@univ-lyon2.fr, guest editors for this issue.

If you are interested in contributing to this issue, the editors kindly ask you to submit a tentative title and an abstract before May 31, 2021.

Full manuscripts should be submitted no later than September 30, 2021 and follow the submission guidelines outlined here: https://journals.openedition.org/extremeorient/739.

Saigon, témoin de l’histoire à travers les archives – SHD – mardi 21 mai 2019

[ndlr] Une journée d’étude co-organisée par le Service Historique de la Défense à Vincennes et l’Institut d’Asie Orientale à Lyon. A ne pas manquer.

Journée d’étude

Saïgon, témoin de l’histoire à travers les archives

Mardi 21 mai au Château de Vincennes, Pavillon de la Reine.

Poumon économique du Viêt-Nam, véritable pôle d’attractivité en Asie du Sud-Est, Hô Chi Minh-ville, anciennement Saigon, a été fondée il y a 320 ans par un seigneur local, membre de la dernière dynastie des Nguyên. Identifié par les missionnaires, ce petit port de pêcheurs fut conquis par les Français le 17 février 1859. L’importance stratégique du lieu, à la fois maritime, militaire et économique, apparut clairement aux marins. Tour à tour, les amiraux-gouverneurs s’attachèrent à en faire une ville coloniale moderne. Dynamisme économique, modernité urbaine, émergence d’un espace public franco-vietnamien vont constituer pendant des décennies l’essence même de cette ville.

À travers une histoire riche en rebondissements au cours du XXème siècle, Saigon présente de nombreuses facettes inédites qu’il convient de mettre à jour et d’analyser.

Grâce aux archives, les chercheurs redécouvrent aujourd’hui celle que l’on nommait autrefois « la perle de l’Extrême Orient » et mesurent à la fois l’évolution et l’expansion de la ville, d’une situation coloniale à la cité-province actuelle. Pour suivre pas à pas ces transformations sociales, politiques, économiques, une très riche documentation est désormais disponible principalement en France, au Viêt-Nam et aux États-Unis. Ces sources constituent en effet le matériau de base pour entreprendre une recherche historique, géographique et plus largement en sciences sociales. Archives administratives, dessins, plans et cartes, photothèque, images fixes ou animées, institutionnelles ou privées, elles sont nombreuses et souvent dispersées. Elles constitueront le cœur de cette journée d’étude sur Saigon.

Programme en ligne (PDF)

Inscription auprès de clotilde.sablon-du-corail@intradef.gouv.fr

« Mémoires d’Indochine » 2018 : séance 7

Année universitaire 2018-2019 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires, récits de vie en situations

Image de La fille du fleuve (Cô gái trên sông, Dang Nhat Minh, 1986)

★ ★ ★

Mémoires cinématographiques

Séance 7 : mercredi 14 novembre 2018 – salle de réunion de l’IAO

La dernière séance du séminaire de cette année sera consacrée au cinéma et son rapport à la mémoire. En particulier, nous aborderons la question de la mémoire historique à travers les films de fiction vietnamiens. Pour illustrer notre propos, nous nous appuierons sur le travail cinématographique de Jean-Gabriel Périot en France, de Dang Nhat Minh au Viêt-Nam et de Rithy Panh au Cambodge autour de la question centrale : « Comment se fabrique la mémoire ? ».

La seconde partie sera dédiée aux exposés oraux consacrés aux mémoires du réalisateur Dang Nhat Minh et aux récits du génocide perpétré par les Khmers rouges dans le Kampuchéa Démocratique (1975-1979).

Courts métrages commentés :

Jean-Gabriel Périot, Eût-elle été criminelle, court métrage, Envie de Tempête Productions, 2006, 09:39. Sur Vimeo.

Jean-Gabriel Périot, Nijuman No Borei (200.000 fantômes), court métrage, Envie de Tempête Productions, 2007, 10:54. Sur Vimeo.

Sources complémentaires

Banh Bao et Huu Ngoc, L’itinéraire du film de fiction vietnamien, Hanoi, Éditions en Langues étrangères, coll. « Expériences vietnamiennes », 1984.

Brossat, Alain et Périot, Jean-Gabriel, Ce que peut le cinéma. Conversations, Paris, La Découverte, « Cahiers libres », 2018.

Pham Cong Anh, Panorama critique du cinéma nord-vietnamien et bref aperçu du cinéma sud-vietnamien, Paris, EPHE, Mémoire sous la direction de Georges Condominas, avril 1972, 254 p.

Pham Ngoc Truong, Trung Son, Luu Xuan Thu, Luong Duc, Huu Ngoc, Le film documentaire vietnamien, Hanoi, Éditions en Langues étrangères, coll. « Expériences vietnamiennes », 1987.

Robic-Diaz, Delphine, La guerre d’Indochine dans le cinéma français. Images d’un trou de mémoire, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. Histoire, 2014.

Exposés oraux

Exposé de Annette Gravier

  • Dang Nhat Minh, Mémoires d’un cinéaste vietnamien, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2017. 

Présentation de l’éditeur : Presses universitaires Aix-Marseille

Exposé de Damien Corneloup

  • Stuart-Fox, Martin et Bunheang Ung, The murderous revolution. Life & death in Pol Pot’s Kampuchea, Orchid Press Publishing Limited, 1985. (3e édition en 1998).

Présentation en ligne : Amazon

Exposé de Olivier Christophe

  • Rithy Panh et Bataille, Christophe, L’élimination, Paris, Grasset, 2012.

Présentation de l’éditeur : Grasset

Image « à la une » : La fille du fleuve de Dang Nhat Minh (1986) © DR

« Mémoires d’Indochine » 2018 : séance 5

Année universitaire 2018-2019 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires, récits de vie en situations

★ ★ ★

Mme Nguyen Van Bong en 1973. Son époux, homme politique de premier plan, cofondateur du Mouvement National Progressiste, fut assassiné en pleine rue à Saigon le 10 novembre 1971 © DR

Mémoires « genrées »

Séance 5 : mercredi 24 octobre 2018 – salle de réunion R20

Quelle est la place des femmes dans les récits mémoriels ? Quels types de récit sont écrits par les femmes ? A travers quelques exemples présentés pendant le séminaire, cette séance aborde la question des récits personnels rédigés par des femmes. Si ceux-ci souvent porteurs d’une histoire familiale et sociale dépassant le récit politique ou militaire des hommes, ils proposent aussi un récit alternatif (« genré et réconciliateur ») de la déchirure vietnamienne. Nous ferons appel aux mémoires de personnalités politiques de premier plan (Nguyen Thi Binh) tout comme de statut plus modeste (Le Ly Hayslip, Quynh Dao, Xuan Phuong) pour confronter la vision d’un récit à la fois national et familial.

Dans un second temps, nous discuterons de l’évolution historiographique de la thématique « genre et guerre » proposée par Françoise Thébaud puis nous questionnerons les enjeux sociaux et historiques de l’analyse iconographique, enjeux soulevés par la publication de l’ouvrage collectif Sexe, race et colonies (la Découverte, 2018).

Enfin, la troisième partie du séminaire sera dédiée aux exposés oraux. Le premier s’intéressera aux enjeux de mémoire en Indonésie, le second à la vie quotidienne des populations civiles dans un contexte de guerre.

Textes discutés

Françoise Thébaud, « Penser les guerres du xxe siècle à partir des femmes et du genre. Quarante ans d’historiographie », in Les lois genrées de la guerre, Clio, Femmes, Genre, Histoire, n°39, 2014, p. 157-182. Article en ligne sur OpenEdition.

Nicolas Bancel, « Exhiber l’exhibition ? Quand les historiens font débat : retour sur « Sexe, race et colonies »« , The Conversation, 17/10/2018. [Lire également les articles mentionnés par des liens]

Corpus de récits personnels présentés en début de séance

Bong-Wright, Jackie, Autumn Cloud. From Vietnamese war widow to American activist, Sterling, VA, Capital Books, 2001.

Chân Không (Sœur), La force de l’amour. Une bouddhiste dans le Viêt-Nam en guerre, Paris, La Table Ronde, « Les chemins de la sagesse », 1995.

Dang Phuong Nghi, Mo, une micro-histoire du Vietnam au XXe siècle, Paris, Centre International d’Études Vietnamiennes, 2004.

Elliott, Duong Van Mai, The Sacred Willow. Four Generations in the Life of a Vietnamese Family, Oxford, Oxford University Press, 1999.

Le Ly Hayslip (avec Jay Wurst), Entre le ciel et la terre, Paris, Éditions du Seuil, 1993. Lire le CR de lecture en ligne d’Astrid Gillier sur le carnet de recherche Femmes et Guerres au Viêt-Nam.

Ly San Meas, Mon Cambodge. Le destin d’une femme, Paris, L’Harmattan, « Graveurs de mémoire », 2012.

Nguyen Thi Binh, Family, Friends and Country. Autobiography, Hanoi, Tri Thuc Publishing House, 2013. Traduit en français sous le titre Ma famille, mes amis et mon pays. Mémoires (Éditions Tri Thuc, Université Hoa Sen, 2015).

Quynh Dao, Tales from a Mountain City. A Vietnam War Memoir, Fyshwick, Odyssey Books, 2010.

Tran To Nga, Ma terre empoisonnée. Vietnam, France, mes combats, Paris, Stock, 2016.

Xuan Phuong (avec Danièle Mazingarbe), Ao dai, du couvent des Oiseaux à la jungle du Viêt-minh, Paris, Plon, 2001.

Exposés oraux

Exposé de Samia Kotele

  • Pramoedya Ananta Toer, The mute’s soliloquy : a memoir, Londres, Penguin books, 1999. (Titre original : Nyanyi Sunyi Seorang Bisu). 

Présentation en ligne : Amazon

Exposé de Gwendolène Chambon

  • Lone, Stewart, Daily lives of civilians in wartime Asia: from the Taiping Rebellion to the Vietnam War, Greenwood, The Greenwood Press Daily Life Through History Series: Daily Lives of Civilians during Wartime, 2007. 

Présentation de l’éditeur : Thrift Books

Image « à la une » : Peinture de l’artiste Dinh Y Nhi (née en 1967).

Michèle-Baj Strobel : Images du pouvoir, pouvoir des images. Culture visuelle et affiches politiques au Laos

[ndlr] Parution d’un ouvrage sur le Laos sur sa culturelle politique visuelle. Présentation de l’auteure ci-dessous.

Il s’agit d’un livre sur l’histoire contemporaine du Laos, après la Révolution de 1975. Il rassemble différents types d’images et de panneaux relatifs à la vie publique, les différentes ethnies, les Armées et l’Unité Nationale.

J’ai d’abord procédé à un inventaire d’images que l’on peut côtoyer à Vientiane et dans les provinces : depuis des affiches politiques, jusqu’aux publicités diverses, en passant par des affiches de l’armée. En une dizaine d’années, ce répertoire s’est considérablement enrichi. Il devenait opportun de marquer une étape pour comprendre l’évolution des styles et des représentations.

Par ailleurs, à partir d’une collection rassemblée par différents chercheurs et moi-même, j’ai constitué un catalogue d’anciennes affiches et panneaux de propagande que l’on trouvait dans le pays jusqu’à très récemment. Tous ces documents visuels n’existent plus aujourd’hui.

Enfin, une étude comparative nous permet de bien mettre en valeur l’originalité des affiches du Laos. Il est en effet intéressant de confronter les styles et les représentations du Laos avec les traditions des pays frères, ex-URSS, Chine et Vietnam qui sont célèbres pour leurs créations d’images de propagande dont la richesse stylistique n’est plus à démontrer. Nous avons ainsi relevé les spécificités propres des affichistes laotiens et oeuvré pour une sauvegarde de ces documents originaux.

Design graphique et suivi éditorial : Olivier Leduc Stein
Ouvrage entièrement réalisé au Laos, Vientiane, 154 pages et 150 illustrations en couleurs, toutes légendées.

Tirage : 1.500 exemplaires
Editions Dokked, Vientiane Lao, PDR, Janvier 2017
Visa de censure : N° 006/170012017 du 18 janvier 2017
ISBN : n° : 978-9932-07-074-9

Michèle-Baj Strobel est ethnologue et a vécu 14 ans au Laos. Doctorat à Strasbourg sur l’imagerie islamique au Sénégal, maîtrise d’histoire de l’art (Strasbourg) et lettres modernes.

L’ouvrage est disponible chez l’auteure :

Michèle-Baj Strobel
Domaine de Nadalhan
Route D 125 E vers Valros
34630 Saint Thibéry
E mail : bajstrobel@gmail.com