Archives par mot-clé : culture

Nguyen Quoc-Thanh : Le culte de la baleine [parution]

[ndlr] Parution d’une monographie sur le culte de la baleine pratiqué encore de nos jours au Viêt-Nam. Présentation de l’éditeur.

Le culte de la baleine. Un héritage multiculturel du Vietnam maritime

Nguyen Quoc-Thanh

Située au carrefour de l’un des couloirs maritimes les plus fréquentés au monde, la communauté des pêcheurs vietnamiens a hérité, au fil du temps, de diverses influences culturelles qui lui ont donné une culture maritime unique. Cette dernière se traduit en termes religieux par des pratiques composites au croisement d’influences chinoises, indiennes et austronésiennes. Issus des observances relevant de la synthèse culturelle qui s’est opérée dans la région, le culte de la baleine s’est imposé ces dernières années comme étant le plus attractif des cultes traditionnels vietnamiens, avec des cérémonies qui attirent chaque année des milliers de fidèles dans les villages de pêche. Bien plus qu’une simple religion, il a progressivement évolué pour devenir le principal composant de la société des pêcheurs. Ce culte qui vénère un mammifère marin a entraîné dans son sillage, au gré des évolutions historique et politique du Vietnam, des comportements religieux qui ont façonné le quotidien des pêcheurs. Ainsi, pour chaque échouage de baleine, un « fils de la baleine » est nommé pour porter le deuil, et les carcasses des animaux sont enterrées avec soin en attendant le temps du recueillement. Les cérémonies du culte constituent un moment clé dans l’année, moment où tous les pêcheurs se retrouvent et rendent hommage aux squelettes des baleines échouées. Abri d’une littérature religieuse orale et écrite, le temple de la baleine est également l’un des derniers lieux qui abritent encore l’opéra classique vietnamien.

Sources : Presses Universitaires de Provence

 

Illustration « à la une » : Bas relief peint au Temple de la Baleine de Vung Tau  © DR 2009 Blog de tamycoladelyves

 

Kao Kalia Yang : The Latehomecomer – Recension de Charlotte Colas

Réf. : Kao Kalia Yang, The Latehomecomer. A Hmong family memoir, Coffee House Press, 2008, réédité en 2017.

L’ouvrage The Latehomecomer de Kao Kalia Yang est publié en 2008 aux éditions Coffee House Press. L’auteure Hmong née au Laos obtient la nationalité américaine par naturalisation au cours des années 1990. Kao Kalia Yang est aujourd’hui professeure à l’université et écrivaine. Ce livre qui prend la forme d’une autobiographie familiale, collective, raconte l’histoire d’un clan Hmong depuis sa fuite du Laos jusque dans son intégration difficile aux États-Unis, dans l’État du Minnesota. Il n’est pas question de faire de l’histoire dans ce livre mais surtout de rendre visible la communauté hmong américaine et de lui donner une voix pour s’exprimer. Il s’agit d’un projet personnel sur lequel l’auteure a travaillé pendant près de quatre années.

Son ouvrage est divisé en quatre grandes parties qui racontent successivement les différentes étapes de l’exil familial : dans un premier temps la fuite de la famille Yang vers la Thaïlande avant la naissance de l’auteure. La seconde partie décrit la vie quotidienne dans le camp de réfugié de Ban Vinai dans lequel Kao Kalia voit le jour. Ensuite, la troisième partie se focalise sur la « renaissance » de cette famille aux États-Unis, ils bénéficient d’aides leur permettant à la fois de vivre mais ces aides s’accompagnent d’une stigmatisation qui les emprisonne dans leur identité de réfugié. La dernière partie constitue un hommage à sa grand-mère à travers le récit de ses funérailles et l’évocation du retour de son âme auprès de ses ancêtres selon les traditions hmong. Le rôle de porte parole des Hmong de Kao Kalia Yang se déploie dans un texte poétique, aussi bien dans les descriptions que dans l’expression des sentiments.

Cet ouvrage sans aucun doute contraste avec l’histoire de la guerre du Vietnam telle qu’elle est véhiculée et racontée dans les États-Unis d’après-guerre et apporte un nouvel éclairage aux travaux universitaires sur les Hmong. A ce titre, il peut être considéré comme une source primaire bien qu’ayant été rédigé de nombreuses années après les faits. La publication de cette autobiographie est contemporaine de la reconnaissance croissante du rôle et de l’engagement des Hmong dans la guerre du Vietnam ; au moment où des mémoriaux, rendant hommage au Hmong ayant participé à cette « guerre secrète », sont érigés dans les États du Minnesota, du Wisconsin, et de la Californie, états où la migration hmong a été significative.

Engagés dans les guerres d’Indochine

Cette autobiographie familiale ne peut être abordée sans avoir au préalable rappelé les conditions politiques qui ont mené une grande partie des Hmong du Laos à quitter leurs terres natales. Les Hmong sont une minorité ethnique que l’on retrouve en Chine, au Laos, et au Vietnam. Au Laos, les Hmong sont une population montagnarde et habitent traditionnellement dans un milieu dit hostile. C’est d’abord pendant la guerre d’Indochine que les Hmong sont engagés pour se battre aux côtés des Français, ils participent ainsi à la bataille de Diên Biên Phu en 1954.  En 1962, c’est au tour des Américains de recruter les Hmong pour lutter contre les communiste au Laos. Cette opération «  US Secret War », financée par la CIA, s’inscrit dans le contexte de la guerre civile laotienne (1960-1975), conflit annexe de la guerre du Vietnam. Le général Vang Pao dirige les Hmong dans ces opérations militaires. En 1975, lors du départ des derniers militaires américains du sol laotien, les aides militaires sont également suspendues. Le Pathet Lao prend le pouvoir et la république populaire et démocratique du Laos est proclamée le 2 décembre 1975. A partir de cette date là, les Hmong considérés comme des traîtres à la nation laotienne vont devenir la cible du régime communiste.

Une autobiographie familiale et collective

L’aspect familial joue un rôle important dans ce livre : ce sont les témoignages, les récits des membres de sa famille, sa grand-mère d’abord, puis son père et sa mère ensuite qui lui ont permis de partager avec le lecteur cette histoire. Son enfance, puis son adolescence ont été bercées par les récits familiaux sur la fuite du Laos à partir de 1975, année où la République démocratique populaire du Laos a été proclamée. L’auteure donne effectivement la voix à plusieurs narrateurs pour mieux raconter leur parcours de vie. S’il n’y a qu’une auteure, c’est l’assemblage des témoignages familiaux qui donne naissance et vie à cette autobiographie. Un chapitre est consacré à sa grand-mère, personnalité avec laquelle elle a toujours été très proche, grâce à laquelle elle a pu malgré un déracinement ne pas se détacher de la culture hmong. Sa grand-mère n’ayant jamais appris l’anglais et étant restée profondément Hmong avant tout, elle constitue le point d’ancrage de sa famille dans la culture hmong. Elle est le lien le plus fort et le plus solide entre les différentes personnes de la famille. Son décès en 2003 constitue le point de départ de l’écriture de cet ouvrage.

L’histoire de la fuite de ses parents et des autres membres de la famille est chaotique, elle est faite de rencontres , de séparations et de retrouvailles, de séparations encore avant des retrouvailles finales de l’autre côté du Mékong, en Thaïlande. En effet les parents de l’auteure se sont rencontrés puis mariés pendant cette période sombre dans les montagnes du Laos. La traversée périlleuse du Mékong pour atteindre la rive thaïlandaise est particulièrement difficile et les descriptions de l’auteure sont vives et puissantes. Cette étape est un moment charnière, autant dans l’histoire familiale du clan Yang que dans la narration de The Latehomecomer.

La vie dans plusieurs camps de réfugiés en Thaïlande est décrite et racontée par l’auteur.  Pour le camp de Ban Vinai, situé en Thaïlande, dans lequel l’auteur est née, et où elle a passé les six premières années de sa vie (de décembre 1980 à janvier 1987) ; ce sont ses propres souvenirs ( en étant jeune, elle n’a pas beaucoup de souvenir du camp) et ceux de sa famille qui s’entremêlent. Ses souvenirs sont plutôt positifs, voire nostalgiques quand ils sont comparés à ceux d’une époque moins heureuse sur les terres américaines. Là bas en Thaïlande, ils se sont accommodés de cette vie de réfugié. Bien que dans une logique de survie face aux maladies, aux épisodes de rationnement alimentaire, la vie est plus que tout célébrée selon les mots de l’auteur.

Être Hmong et Américain

L’enjeu principal du texte, c’est celui de la définition de l’identité hmong américaine; cette identité oscille entre la volonté de perpétuer les traditions ancestrales de la culture hmong, de ne pas perdre cette identité dont ils sont fiers ; et l’aspiration à s’intégrer dans leur pays d’accueil, les États-Unis. Et pour cela, essayer de devenir Américain, en parlant anglais, en allant à l’école, puis à l’université. L’auteure de cet ouvrage est l’exemple même de ce mélange. C’est d’ailleurs cette quête d’une identité, d’un foyer que l’on retrouve dans le titre du livre, The Latehomecomer. La quête a été longue, mais finalement les Hmong  ont trouvé leur chez-eux. Aujourd’hui la communauté hmong américaine représente 260 000 individus ; parmi eux 62 000 se situent dans la commune urbaine de Minneapolis ce qui en fait la plus grande population Hmong américaine. Et en ce sens, cette communauté n’est pas silencieuse. Elle a vocation à revendiquer son histoire au sein même de l’histoire des États-Unis.

Être Hmong aux États-Unis c’est aussi passer du statut de réfugié qu’ils portent depuis leur reconnaissance par le HCR de l’ONU à leur arrivée en Thaïlande au statut de citoyen américain par naturalisation pour ceux nés au Laos, ou en Thaïlande, et par le droit du sol pour les descendants nés aux Etats-unis. Leur condition de réfugié cesse au moment où le refuge devient un véritable foyer familial. Ils ne sont pas laotiens, ils sont avant tout Hmong et Américain. Cette dichotomie identitaire revient régulièrement dans les paroles de l’auteure: « Je suis Hmong », « Essayer de devenir Américain ». Être Hmong américain représente un espoir pour les jeunes générations qui disposent des clefs pour réaliser leur futur, ils n’ont pas de contraintes telles que la guerre, la famine ; pourtant la difficulté de s’intégrer est réelle. Le communautarisme est perçu ici comme un appui et soutien réel mais  l’auteure souligne parfois la mauvaise influence que peut avoir ce communautarisme fort qui tend à se refermer sur lui-même.

Le parcours de l’auteure n’a pas été évident bien sûr ; elle partage avec les lecteur ses premiers pas à l’école et l’apprentissage difficile de la langue anglaise. Elle nous plonge dans son paradoxe  communicatif : elle a une très bonne compréhension écrite et orale très bonne mais elle n’arrive pas à s’exprimer à l’oral en anglais, à l’école comme à l’extérieur de la maison. Ce mutisme peut s’expliquer par cette peur des moqueries sur laquelle elle revient à plusieurs reprises dans le livre. Ce témoignage qu’elle nous livre en anglais est le moyen de sceller son appropriation de la langue anglaise, elle en parle d’ailleurs à la fin du livre dans l’hommage qu’elle rend à sa famille, et de façon plus extensive à la communauté hmong. Elle a réussi à trouver refuge non seulement aux États-Unis mais aussi dans cette langue qui il fut un temps n’était pas la sienne. Aujourd’hui elle la considère comme une partie d’elle, et son aspiration à être écrivain et à raconter une histoire dans la  langue anglaise ne fait que grandir.

Cette quête identitaire repose également sur la volonté des parents et des oncles et tantes à la réussite sociale et économique de leurs enfants et jeunes de la famille. Une certaine pression familiale à la réussite se développe autour des Hmong les plus jeunes; il faut non seulement avoir de bonnes notes à l’école mais aussi aller à l’université et participer à l’ascension sociale à laquelle les générations précédentes n’ont pas profité et pour laquelle ils se sont sacrifiés.

La culture hmong au cœur de l’ouvrage

Tout au long de cet ouvrage, le lecteur a la possibilité de découvrir la culture hmong à travers différentes anecdotes, à travers les paroles relatées de la grand-mère. C’est ce qui en fait un point fort de cet ouvrage ; l’histoire et la définition de son identité se fait également par la prise en compte des rites et traditions qui nous traversent et nous définissent. Plusieurs traditions sont intéressantes à retenir, la première étant la façon dont les Hmong appréhendent la naissance des enfants :  dans la culture hmong, les bébés naviguent au dessus des nuages avant de naître jusqu’au moment où ils prennent la décision de venir sur terre pour rejoindre leur famille. Une autre tradition explicitée dans ce récit, c’est celle de l’importance de la transmission d’un objet d’une mère à sa fille pour lui permettre de la retrouver après la mort. Cette tradition met l’accent sur l’existence d’une vie après la mort dans la culture hmong, d’où la nécessité de pouvoir rejoindre les membres de sa famille.

Elle nous rappelle tout au long de l’ouvrage le rôle central de la culture orale chez les Hmong, la transmission des mythes hmong et du savoir a toujours été une transmission orale. Aujourd’hui elle s’inscrit dans les pages de ce livre, et l’auteure souhaite qu’elle soit transmise au delà de la communauté qui les pratique et les a créés. Si elle raconte son histoire et l’histoire de sa famille, le récit se cristallise autour du personnage de sa grand-mère. Cette personnalité représente le fil conducteur de la communauté hmong, elle a connu la colonisation, la guerre d’Indochine, la guerre du Vietnam, puis l’exil de son pays natal, la vie dans le camp de réfugié, et enfin l’arrivée aux États-Unis. C’est un personnage romanesque auquel l’auteure voue un véritable culte. C’est la culture et la migration hmong même qui est personnifiée en la personne de la grand-mère de Kao Kalia Yang.

★ ★ ★

L’ouvrage de Kao Kalia Yang trouve son intérêt dans le fait qu’il constitue un témoignage de première main des réfugiés hmong. Il rend visible un conflit de la péninsule indochinoise qui est régulièrement oublié, effacé par les autres conflits de la péninsule, telle que la guerre du Vietnam, ou le génocide perpétré par les Khmers rouges au Cambodge ; le récit met également en lumière les migrations engendrées par ce conflit hmong. Toutefois ce livre n’a pas vocation à critiquer l’historiographie mais plutôt à raconter et rendre lisible cette histoire pour rendre justice à ce peuple. L’ouvrage d’investigation de Cyril Payen, Laos, la guerre oubliée est un ouvrage plus critique, plus engagé qui a pour but de dénoncer un oubli de cette guerre, de la part du gouvernement français et américain qui ont une responsabilité dans le conflit Hmong du Laos. En s’entremêlant dans The Latehomecomer, la petite histoire et la grande histoire donnent aux lecteurs des clés pour découvrir l’exil des Hmong. Finalement, cette autobiographie détient en elle un caractère universel, à savoir celui de la quête d’une identité et fait échos aux difficultés d’intégration lors des nombreuses migrations forcées. En mai 2016, Kao Kalia Yang publie un second ouvrage; en s’inscrivant dans la continuité de son premier livre elle s’attache à raconter cette fois ci la vie de son père, poète Hmong.

Charlotte Colas, promotion ASIOC 2017-2018.

 

Références

  • Hamilton-Merrit, Jane, Tragic Mountains: The Hmong, the Americans, and the Secret Wars for Laos, 1942-1992, Indianapolis, Indiana University Press, 1995.
  • Payen, Cyril, Laos, guerre oubliée, Paris, Robert Laffont, 2007.
  • Yang Kao Kalia, The place where we were born (documentaire), 2008.
  • Yang Kao Kalia, Memoir of a hmong poet, Minneapolis, Coffe House Press, 2016.

Site de l’auteure : http://www.kaokaliayang.com/

Aperçu sur Google Books

Image « à la une » : Kao Kalia Yang, enfant avec son père en Thaïlande © Coffee House Press

Call for Participants: Site and Space in Southeast Asia [14/01/2018]

[ndlr] Appel à participation. Date limite : 14 janvier 2018.

 

Site and Space in Southeast Asia

Deadline: 14 January 2018

The organisers of Site and Space in Southeast Asia seek applications for participation in a two-year funded research opportunity exploring the art, architecture, and landscape of Southeast Asia.

Site and Space in Southeast Asia explores the intersections of urban space, art and culture in three cities—Yangon, Penang, and Huế—through collaborative, site-based research. With major funding from the Getty Foundation and partners from within and beyond the region, Site and Space in Southeast Asia seeks to support innovative research in the art and architectural histories of the region, foster professional networks among early career scholars, and expand engagement with an ever more global field.

Continuer la lecture de Call for Participants: Site and Space in Southeast Asia [14/01/2018]

Tủ sách Tiếng Việt [ressources en ligne]

[ndlr] Signalement d’un site fondé en 2017 compilant des copies numérisées d’ouvrages en vietnamien publiés avant 1975. Le portail localisé à Little Saigon en Californie n’offre pas d’informations sur le projet. Près de deux millions de visiteurs à ce jour (10/07/2017) et un peu plus de 350 documents en ligne. A suivre.

Cliquer sur l’image pour accéder au site

Visite virtuelle de l’Opéra de Hanoi [Institut Francophone International]

[ndlr] L’Institut Francophone International vous propose une visite virtuelle de l’Opéra de Hanoi, haut lieu de la culture et de l’histoire contemporaine du Viêt-Nam. A ne pas manquer.

Cliquer sur l’image pour accéder à la visite. © 2017 IFI

 

Vietnam-Indochina-Japan Relations during the Second World War [parution]

[ndlr] Parution du deuxième volet du projet de recherche de la Japan Society for the Promotion of Science (JSPS), n° 25243007 intitulé « Comprehensive Study for New Developments in Japan-French Indochina-Vietnam Relations during the Second World War ».

Volume édité sous la direction de Masaya Shiraishi, Nguyen Van Khanh et Bruce M. Lockhart, Tokyo : Waseda University Institute of Asia-Pacific Studies (WIAPS), February 2017, 333 p.

 

Sur le premier volet de ce projet, voir : https://indomemoires.hypotheses.org/17760

 

 

Tạp chí Văn (1964-1975) – Nguyễn Đình Vượng : un panorama des idées littéraires et philosophiques au Sud Viêt-Nam

Une seconde revue littéraire a profondément marqué le paysage culturel du Sud Viêt-Nam pendant la période de la guerre. Son fondateur, l’écrivain Nguyễn Đình Vượng, amoureux des lettres, fut une des figures clés de l’édition avant 1975. Rappel succinct de l’histoire éditoriale de la revue Văn.

La revue Văn [Lettres] a été éditée de 1964 à 1975 pendant la période de la République du Viêt-Nam quasiment pendant la même période que la revue concurrente Văn học que nous avons présenté succinctement dans un précédent billet. L’autorisation de publication (n° 64/BTT/ND) a été délivrée le 4 décembre 1963, soit un mois et trois jours après la chute du régime du Président Ngô Đình Diệm. Le premier numéro de la revue paraît le 1er janvier 1964 à Saigon et le dernier le 26 mars 1975, un mois avant la chute.

van_nguyendinhvuong
Le numéro Giai Pham Van 37 publié en 1974 en hommage à l’éditeur.

Dirigée par Nguyễn Đình Vượng et gérée de 1964 à 1971 par l’écrivain Trần Phong Giao1, la revue Văn édita quelques 210 titres en numérotation continue de 1964 à 1972 puis 57 numéros supplémentaires spécifiés « Giai Phẩm » [Œuvres littéraires] lorsque la revue adopta son nouveau titre Giai phẩm Văn. Ainsi, 267 titres ont été édités entre 1964 et 1975. A cette série continue, il faut ajouter une autre collection, dédiée plus particulièrement aux œuvres des écrivains, intitulée Tp-san Văn, et comprenant elle-même quelques trente titres entre janvier 1966 et février 1968 soit pendant les deux ans de son existence.

Nguyễn Đình Vượng était très actif dans le domaine de l’édition. Il fonda et dirigea plusieurs autres titres de revue comme la série Văn Uyển [Chronique littéraire] qui devint Tân Văn [Nouvelles Lettres].

Le premier (1964) et le dernier numéro (1975) de Văn. Au milieu image du logo emblématique de la revue.

Au total, le contributeur « quan mac co » du forum Diễn Đàn Sách Xưa [DDSX] qui a entrepris un travail de compilation de données sur le travail éditorial de Nguyễn Đình Vượng estime que 379 titres ont été édités sous ces diverses appellations avant la chute de Saigon le 30 avril 19752. Le siège social et l’imprimerie de la revue se trouvaient au 38 rue Phạm Ngũ Lão dans l’actuel quartier routard et ce jusqu’à la fin de la guerre3.

Tổng kết sơ bộ về VĂN của Nguyễn Đình Vượng – Trần Phong Giao (Nguyễn Xuân Hoàng/ Mai Thảo)

  • Văn (bán nguyệt san) & Văn (giai phẩm): 210 + 57 = 267 số
  • Đặc san Văn (phê bình & nghiên cứu văn học) + Tân Văn: 7 + 22 = 29 số
  • Tủ sách phổ thông (tác phẩm do Văn xuất bản trong hai năm 1966-1967): khỏang 30 số
  • Văn Uyển + Tân Văn: 22 + 31 = 53 số

Tổng cộng: 379 số (sai số +/- 2)

van_couvÉchantillon de couvertures de Văn : la littérature hongroise, japonaise ou sud-américaine côtoie les poètes vietnamiens. Source : « huyvespa » DDSX

Selon Nguyễn Chí Kham, la revue était très appréciée des étudiants et se retrouvait vite épuisée dès la première semaine de vente4. Revue bimensuelle, chaque année 24 numéros était édités comprenant un numéro double pour le nouvel an lunaire. Chaque numéro possédait plus de cent pages5 et, toujours selon Nguyễn Chí Kham, elle était tiré à 4000 exemplaires avant que la guerre et la situation économique du Sud m’impactent son tirage et sa diffusion. Cependant, le tirage restait conséquent si l’on se réfère à la publication du dernier numéro paru le 26 mars 1975 tiré à 6000 exemplaires6.

van_014tuongniemnhatlinh

Deux numéros de Văn consacrés à Nht Linh : le n° 14 publié un an après le suicide de l’écrivain et le n° 156, un numéro souvenir publié en 1970. En 1966 fut également publié un recueil de mémoires intitulé « Chân dung Nht Linh » [Portrait de Nht Linh].

La charte graphique de la revue fut modifiée à trois reprises. Deux fois au tout début de sa parution puis à partir du n° 25 correspondant au numéro spécial dédié à Albert Camus. Son logo (lettres blanches sur fond de couleur) très identifiable était présent sur la couverture jusqu’au dernier numéro de mars 1975.

En termes de contenu, la revue Văn apparaît comme beaucoup plus internationale que Văn học. Elle laisse une large place aux grands auteurs étrangers, français, américains, japonais ou latino-américains. Bien entendu, ancrée dans son temps, elle édita également de nombreux numéros dédiés aux jeunes auteurs vietnamiens à travers des numéros thématiques sur les Jeunes plumes, la littérature et la guerre, les écrivaines Nguyễn Thị Hoàng, Nguyễn Thị Thụy Vũ, Nhã Ca…7.

Parmi les auteurs français, on retrouve les philosophes et écrivains suivants : Simone de Beauvoir (n° 78), Albert Camus (n° 2, 25), André Gide (n° 94), André Malraux (n° 21), Guy de Maupassant (n° 12), André Maurois (n° 19, 119), Jacques Prévert (n° 23), Marcel Proust (n° 85), Arthur Rimbaud (n° GP40), Francoise Sagan (n° 45), Jean-Paul Sartre (n° 17, 152), Saint-Exupéry (n° 48), Stendhal (n° GP21) ;

Couvertures de Van (1964-1965) : numéro 2 spécial Camus, n° 17 (Sartre), n° 23 (Prévert), n° 25 (de nouveau Camus), n° 45 (Sagan) et n° 48 (Saint-Exupéry). Source : DDSX

Parmi les auteurs européens (allemands, anglais, italiens, russes…) : Heinrich Boll (n° GP5), Bertolt Brecht (n° 113), Fédor Dostoievsky (n° GP4), Eugene Evtouchenko (n° 97), Graham Greene (n° 59), Hermann Hesse (n° 70), Franz Kafka (n° 39, GP12), Thomas Mann (n° 96), Somerset Maugham (n°51), Alberto Moravia (n° 9), Boris Pasternak (n° 83), Luigi Pirandello (n° 55), Alexander Solzhenitsyn (n° 130, 163, GP1), Anton Chekhov (n° 53), Stefan Zweig (n° 7) ;

Couvertures des numéros consacrés à Stefan Zweig (n° 7), R. Tagore (n° 15) et Franz Kafka. Source : DDSX

Parmi les auteurs américains : Erskine Caldwell (n° 88), William Faulkner (n° 37), Ernest Hemingway (n° 41), Norman Mailer (n° 116), Carson McCullers (n° 103), John Steinbeck (n° 30), John Updike (n° 65), Tennessee Williams (n° 81), Richard Wright (n° 61) et quelques Sud-Américains : M.A. Asturias (n° 109), Pablo Neruda (n° 191), et un numéro thématique « Các Nhà Văn Mỹ Châu La Tinh » (n° GP2).

Trois écrivains américains : John Steinbeck, Erskine Caldwell et Ernest Hemingway. Source : DDSX

Parmi les auteurs japonais : Shintaro Ishihara (n° 57), Yasunari Kawabata (n° 122, 140), Akutagawa Ryunosuke (n° 167), Naoya Shiga (n° 191) et l’écrivaine Sata Ineko (n° 183). L’auteur indien Tagore (n° 15) très prisé au Viêt-Nam bénéficia également d’un numéro spécial.

van_kawabataNuméro spécial dédié à l’écrivain japonais  Yasunari Kawabata. Source : DDSX

Tout comme dans le revue Văn học éditée à la même époque à saigon, la revue Văn offrit une place de choix aux auteurs vietnamiens d’avant guerre. On peut citer :

Bích Khê (n° 64), Bùi Giáng (n° GP15), Tchya Đái Đức Tuấn (n° 117, 159), Đinh Hùng (n° 91, 112), Đông Hồ (n° 145, 186), Hàn Mặc Tử (n° 73-74, 179), Hoàng Đạo (107-108), Hồ Biểu Chánh (n° 80), Hồ Dzếnh (n° GP9), Khái Hưng (n° 22), Lê Văn Trương (n° 29), Nguyễn Bính (n° 60, 189), Nguyễn Đình Vượng (n° GP37), Nguyễn Đức Quỳnh (n° GP39), Nguyễn Gia Thiều (n° GP19), Nhất Linh (n° 14, 156), Phạm Duy Tốn (169), Quách Tấn (n° 161), Tản Đà (n° 35, 60, 175), Thạch Lam (n° 36, 60), Thanh Tâm Tuyển (GP24), Triều Sơn (n° 34), Võ Hồng (n° GP32), Võ Phiến (n° GP42), Vũ Khắc Khoan (n° GP22), Vũ Trọng Phụng (n° 67), Y Uyên (n° 129).

Écrivains et poètes vietnamiens : Triều Sơn, Tản Đà et Thạch Lam. Source : DDSX

Les auteurs vietnamiens de la période de la guerre sont plus particulièrement représentés dans la série Tp-san Văn éditée de 1966 à 1968. On y retrouve la prose des figures marquantes contemporaine de l’époque : Duy Lam, Duyên Anh, Du Tử Lê, Dương Nghiễm Mậu, Hồ Hữu Tường, Mai Thảo, Nguyễn Đình Toàn, Nguyễn Mạnh Côn, Nguyễn Thị Hoàng, Nhã Ca, Viên Linh, Võ Hồng, Vũ Hạnh, Y Uyên…

van_tuongniemlevantruongNuméro en souvenir de l’écrivain Lê Văn Trương. Source : DDSX

Mais d’une façon générale, la revue rassemblait des auteurs de toutes les régions du Viêt-Nam comme le rappelle la liste établie par Nguyễn Chí Kham dans son article :

Qui tụ ở đây có đủ các nhà văn ba miền Vũ Hoàng Chương, Ðông Hồ, Vũ Bằng, Lê văn Trương, Nguyễn Mạnh Côn, Võ Phiến, Linh Mục Thanh Lãng, giáo sư Nguyễn Văn Trung, Mai Thảo, Doãn Quốc Sỹ, Bình Nguyên Lộc, Sơn Nam, Nguyên Sa, Thanh Tâm Tuyền, Thảo Trường, Vĩnh Lộc, Văn Quang, Phan Du, Võ Hồng, Ðặng Tiến, Trần Thiện Ðạo, Tô Thùy Yên, Nguyễn Hiến Lê, Nguyễn Minh Hoàng, Vũ Ðình Lưu, Nguyễn Ðình Toàn, Tuấn Huy, Viên Linh, Ðỗ Quí Toàn, Phạm Công Thiện, Cung Trầm Tưởng, Nguyễn Xuân Hoàng, Hoàng Ngọc Biên, Dương Nghiễm Mậu, Thanh Nam, Phan Lạc Phúc, Phan Lạc Tiếp Huỳnh Phan Anh, Nguyễn Quốc Trụ, Nguyễn Mộng Giác, Tạ Ký, Trần Dzạ Từ… Về các nhà văn nữ, có Túy Hồng, Nhã Ca, Trùng Dương, Nguyễn Thị Hoàng, Nguyễn Thị Thụy Vũ8.

Échantillon de couvertures de numéros thématiques de Văn : Jeunes plumes (n° 6), Littérature et guerre (n° 18), L’écrivain Khái Hưng (n° 22), Soljenitsyne, Le lettré Nguyễn Du (n° 43) . Source : DDSX

Le forum Diễn Đàn Sách Xưa fourni une liste quasi exhaustive des numéros cette revue. Nous recompilons ci-après les données des contributeurs « thino » et « quan mac co » en y ajoutant la série Tp-san Văn9.

Mục lục VĂN

(d’après les données de « quan mac co » et de « thino » sur DDSX)

1964 (1ère année, 24 numéros)

#1 – Tuyển tập Thơ Văn
#2 – Đặc biệt về Albert Camus
#3 – Giai phẩm Xuân Giáp Thìn – Tuyển tập Thơ Văn
#4 – Tuyển tập Thơ Văn
#5 – Những tiếng nói mới trong văn học
#6 – Tuyển tập Thơ Văn – Những cây bút trẻ
#7 – Đọc văn Stefan Zweig
#8 – Tuyển tập Thơ Văn
#9 – Đọc văn Alberto Moravia
#10 – Văn hóa Phật giáo
#11 – Những cây bút trẻ đang lên
#12 – Đọc văn Guy de Maupassant
#13 – Thơ văn nữ lưu
#14 – Tưởng niệm Nhất Linh
#15 – Tưởng niệm Tagore
#16 – Tuyển tập thơ văn – Đêm tóc rối của Dương Nghiễm Mậu
#17 – Đặc biệt: Jean-Paul Sartre
#18 – Thơ văn có lửa
#19 – André Maurois tự thuật
#20 – Tuyển tập Thơ Văn
#21 – Đọc văn André Malraux
#22 – Tưởng niệm Khái Hưng
#23 – Đọc thơ Jacques Prévert
#24 – Đọc văn Marie Noel

1965 (2e année)

Changement de charte graphique, le nouveau logo Văn sur fond rouge

#25 – Số đặc biệt Đệ Nhất chu niên – Albert Camus
#26 & 27 – Giai phẩm Xuân Ất Tỵ
#28 – Tuyển tập Thơ Văn
#29 – Tưởng niệm Lê Văn Trương
#30 – Đọc văn John Steinbeck
#31 – Tuyển tập Thơ Văn
#32 – Một tác giả: Erskine Caldwell. Một tác phẩm: Kinh nghiệm đời văn
#33 – Đọc văn Lâm Ngữ Đường
$34 – Truy niệm Triều Sơn
#35 – Tản Đà
#36 – Tưởng niệm Thạch Lam
#37 – Đọc văn William Faulkner
#38 – Tuyển tập Thơ Văn
#39 – Tìm hiểu Franz Kafka
#40 – Tuyển tập Thơ Văn
#41 – Đọc văn Ernest Hemingway
#42 – Hà Nội, quê hương trong trí nhớ
#43 – 200 năm Nguyễn Du
#44 – 200 năm Nguyễn Du [2]
#45 – Giới thiệu Francoise Sagan
#46 – Tuyển tập Thơ Văn
#47 – Giải Nobel Văn chương 1965
#48 – Kỷ niệm Đệ Nhị chu niên – Đọc văn Saint-Exupéry

1966 (3e année)

#49 & 50 – Giai phẩm Xuân Bính Ngọ
#51 – Đọc văn Somerset Maugham
#52 – Tuyển tập Thơ Văn
#53 – Đọc văn Anton Chekhov
#54 – Tuyển tập Thơ Văn
#55 – Đọc văn Luigi Pirandello
#56 – Tuyển tập Thơ Văn
#57 – Đọc văn Shintaro Ishihara
#58 – Tuyển tập Thơ Văn
#59 – Đọc văn Graham Greene
#60 – Tản Đà, Thạch Lam, Nguyễn Bính
#61 – Đọc văn Richard Wright
#62 – Tuyển tập Thơ Văn
#63 – Tuyển truyện Đại Hàn
#64 – Tưởng niệm Bích Khê
#65 – Đọc văn John Updike
#66 – Tuyển tập Thơ Văn
#67 – Tưởng niệm Vũ Trọng Phụng
#68 – Đọc văn Quỳnh Dao
#69 – Tuyển tập Thơ Văn
#70 – Đọc văn Hermann Hesse
#71 – Tuyển tập Thơ Văn
#72 – Mùa giải thưởng Văn chương

1967 (4e année)

#73 & 74 – Tưởng niệm Hàn Mặc Tử
#75 & 76 – Giai phẩm Xuân Đinh Mùi
#77 – Đầu Xuân Lộc Mới (Tuyển tập)
#78 – Đọc Simone de Beauvoir, nữ văn sĩ thời danh Pháp
#79 – Tuyển tập Thơ Văn
#80 – Tưởng niệm Hồ Biểu Chánh
#81 – Đọc văn Tennessee Williams, kịch tác gia lẫy lừng Hoa Kỳ
#82 – Nắng Hè (Tuyển tập)
#83 – Đọc văn Boris Pasternak, văn hào Nga, giải Nobel Văn chương 1958
#84 – Tuyển tập Thơ Văn
#85 – Đọc văn Marcel Proust, nhà văn kinh điển lớn của Pháp
#86 – Viết về Thơ
#87 – Tuyển tập Thơ Văn
#88 – Đọc văn Erskine Caldwell, tiểu thuyết gia thời danh Hoa Kỳ
#89 – Mây mùa Thu (Tuyển tập)
#90 – Tưởng niệm Hồ Thích, tư tưởng gia Trung Hoa
#91 – Thương nhớ Đinh Hùng
#92 – Tuyển tập Thơ Văn
#93 – Viết về Hội họa
#94 – Tưởng niệm Andre Gide, văn hào Pháp, giải Nobel Văn chương 1947
#95 – Mưa cuối mùa (Tuyển tập)
#96 – Đọc Thomas Mann, văn hào Đức, giải Nobel Văn chương 1929 (số Giáng Sinh)

1968 (5e année)

#97 – Giới thiệu Eugene Evtouchenko, thi sĩ thời danh Nga-sô
#98 & 99 – Giai phẩm Xuân Mậu Thân
#100 & 101 – Viết trong khói lửa (Tuyển tập)
#102 – Mịt mờ thức mây (Tuyển tập)
#103 – Tưởng niệm Carlson McCullers, nữ văn sĩ danh tiếng Hoa-kỳ
#104 – Trên vai Việt Nam (Tuyển tập)
#105 – Đọc truyện Quách Lương Huệ, nữ văn sĩ thời danh Trung-hoa
#106 – Mảnh vụn trong hồn người (Tuyển tập)
#107 & 108 – Tưởng niệm Hoàng Đạo
#109 – Giới thiệu M.A. Asturias, nhà văn Guatemala, giải Nobel Văn chương 1967
#110 – Ngày trở lại Huế (Tuyển tập)
#111 – Mồng Một tháng Tám (Tuyển tập)
#112 – Giỗ đầu Đinh Hùng
#113 – Giới thiệu Bertolt Brecht, kịch tác gia bậc nhất nước Đức
#114 – Những cây bút trẻ (Tuyển tập)
#115 – Mở mắt nhìn quê hương (Tuyển tập)
#116 – Giới thiệu Norman Mailer, nhà văn nổi loạn xứ Hoa-kỳ
#117 – Thương nhớ Tchya Đái Đức Tuấn
#118 – Lối về chợ Trúc (Tuyển tập)
#119 – Tưởng niệm André Maurois, nhà văn lớn nước Pháp
#120 – Đêm Bethléem (Tuyển tập Giáng sinh)

1969 (6e année)

#121 – Kỷ niệm Đệ Ngũ chu niên. Casey Calvert, nhà văn xứ Cuba
#122 – Mùa đông trong trí nhớ (Tuyển tập). Kawabata, nhà văn Nhật giải Nobel 1968
#123 & 124 – Giai phẩm Xuân Kỷ Dậu
#125 – Đầu Xuân Lộc Mới (Tuyển tập)
#126 – Như nước trong nguồn (Tuyển tập). Stefan Zweig, nhà văn Đức
#127 – Đầu mùa nắng lửa (Tuyển tập). Jakov Lind, nhà văn Đức
#128 – Số đặc biệt : Léon Tolstoi, văn hào Nga
#129 – Thương nhớ Y Uyên
#130 – Mặt trời tháng Tư (Tuyển tập). A. Solzhenitsyn, nhà văn Nga
#131 – Lệ đá đêm sâu (Tuyển tập). G.C. Infante, nhà văn xứ Cuba
#132 – Phượng trong thành nội (Tuyển tập)
#133 – Về nhánh sông xưa (Tuyển tập). Klaus Rochter, nhà văn Đức
#134 – Sầu xưa chín rụng (Tuyển tập). I.B. Singer, nhà văn Do-thái
#135 – Tuyển tập văn mới
#136 – Trên ngọn sầu đông (Tuyển tập)
#137 – Người đàn bà thành Prague
#138 – Những cây bút trẻ (Tuyển tập)
#139 – Nói với mùa thu (Tuyển tập). Tiber Déry, nhà văn Hung-gia-lợi
#140 – Số đặc biệt: Kawataba Yasunari
#141 – Phiến đá chưa mòn (Tuyển tập). John Cheever, nhà văn Hoa-kỳ
#142 – Đường bay của nghệ thuật (họa và thơ)
#143 – Mưa khóc tan mùa (Tuyển tập). Rafael Steinberg, nhà văn Hoa-kỳ
#144 – Bình an dưới thế, số đặc biệt Giáng sinh

1970 (7e année)

#145 – Tưởng niệm Đông Hồ
#146 & 147 – Giai phẩm Xuân Canh Tuất
#148 – Đầu Xuân Lộc Mới (Tuyển tập trẻ)
#149 – Tuyển tập Thơ Văn
#150 – Số đặc biệt : Vũ Hoàng Chương
#151 – Tuyển tập Thơ Văn. Bernard Malamud, nhà văn Hoa-kỳ
#152 – Số đặc biệt : Jean-Paul Sartre (Pháp)
#153 – Trong nỗi buồn vàng (Tuyển tập trẻ)
#154 – Số đặc biệt : Mừng Phật đản 2514
#155 – Tuyển tập Thơ Văn. Irwin Shaw, nhà văn Hoa-kỳ
#156 – Số đặc biệt : Hoài niệm Nhất Linh
#157 – Số đặc biệt : Simone de Beauvoir (Pháp)
#158 – Mưa chưa dứt hạt (Tuyển tập trẻ)
#159 – Số đặc biệt : Hoài niệm Tchya Đái Đức Tuấn
#160 – Tuyển tập Thơ Văn. Dylan Thomas, nhà văn Anh-cát-lợi
#161 – Số đặc biệt : thi sĩ Quách Tấn
#162 – Tuyển truyện Á châu
#163 – Tuyển tập Thơ Văn. Alexander Solzhenitsyn, nhà văn Nga-sô
#164 – Đi giữa mùa Thu (tuyển tập trẻ)
#165 – Tuyển truyện Phi Châu da đen
#166 – Tuyển tập Thơ Văn. Irwin Shaw, nhà văn Hoa-kỳ
#167 – Tuyển tập Thơ Văn. Akutagawa Ryunosuke, nhà văn Nhật-bản
#168 – Tiếng hát lên trời, tuyển tập. Số đặc biệt mùa Giáng sinh

van_1970-1972Couvertures de Van de 1970, 1971, 1972, de gauche à droite et de haut en bas, numéros 153, 204, 176, [?], 172 et 179 dédié au poète Han Mac Tu. Source : « huyvespa » DDSX

1971 (8e année)

#169 – Tưởng niệm Phạm Duy Tốn
#170 & 171 – Giai phẩm Xuân Tân Hợi
#172 – Đầu Xuân Lộc Mới (Tuyển tập trẻ)
#173 – Tuyển truyện « Gió Đông » của các nhà văn Á châu (tập 2)
#174 – Tuyển tập Thơ Văn
#175 – Số đặc biệt : Viết về Tản Đà
#176 – Bóng tối vây quanh (Tuyển tập trẻ)
#177 – Tuyển tập Thơ Văn
#178 – Tuyển truyện Nga-la-tư
#179 – Số đặc biệt : Viết về Hàn Mặc Tử
#180 – Tuyển tập Thơ Văn. Alexis Tolstoi, nhà văn Nga
#181 – Khi mùa mưa tới (Tuyển tập trẻ)
#182 – Tuyển tập Thơ Văn. Slawomir Mrozeki, kịch tác gia Ba-lan
#183 – Tuyển tập Thơ Văn. Sata Ineko, nữ văn sĩ Nhật-bản
#184 – Tuyển truyện Hung-gia-lợi
#185 – Tuyển tập Thơ Văn
#186 – Tưởng niệm Đông Hồ
#187 – Tuyển tập các tác giả trẻ
#188 – Tuyển Tập Thơ Văn (Kim bổ sung từ số này)
#189 – Viết Về Nguyễn Bính
#190 – Tuyển Tập Thơ Văn
#191 – Nhà văn Nhật Naoga Shiga – Pablo Neruda
#192 – Giáng sinh 1971

1972 (9e année)

#193 – Kỷ Niệm Đệ Bát Chu Niên
#194 & 195 – Giai phẩm Xuân Nhâm Tý
#196 – Số Đầu Năm Nhâm Tý
#197 – Sáu Truyện Ngắn Mới
#198 – Số Đặc Biệt Về Thơ
#199 – Số Đặc Biệt Về Hội Họa
#200 – Số Đặc Biệt Về Sân Khấu
#201 – Tuyển Tập Thơ Văn
#202 – Sáu Nhà Văn Trẻ
#203 – Tuyển Truyện Ý Đại Lợi
#204 – Tùy Bút, Bút Ký, Hồi Ký
#205 – Tuyển Tập Thơ Văn
#206 – Các Nhà Văn Nữ
#207 – Tuyển Tập Thơ Văn
#208 – Truyện Ngắn Hồi Giáo
#209 – Tuyển Tập Thơ Văn
#210 – Tuyển Tập Thơ Văn
Giai phẩm Văn [GP]#1 – A. Soljenitsyne – diễn từ Nobel văn chương 1970 – Ngày 28/9/1972
[GP#2] – Các Nhà Văn Mỹ Châu La Tinh – 13/10/1972
[GP#3] – Giai Phẩm Văn số 3 (Tuyển tập thơ văn) – 26/10/1972
[GP#4] – Văn hào Fédor Dostoievsky – 14/11/1972
[GP#5] – Heinrich Boll Và Quỳnh Dao – 27/11/1972
[GP#6] – Giáng Sinh 1972 – 12/12/1972

1973 (10e année)

[GP#7] – Xuân Quý Sửu 73 – 10/01/1973
[GP#8] – TT Thơ văn Tân niên – 15/01/1973
[GP#9] – Nhà thơ Hồ Dzếnh – 12/02/1973
[GP#10] – TT Thơ văn – 24/02/1973
[GP#11] – Văn chương trong thời bình – 16/3/1973
[GP#12] – Rainer Rilke/ Franks Kafka – 31/3/1973
[GP#13] – Tưởng niệm Doãn Dân – 17/4/1973
[GP#14] – Tuyển tập tháng năm – 02/5/1973
[GP#15] – Đặc biệt nhà thơ Bùi Giáng – 18/5/1973
[GP#16] – Hiện tượng sách dịch – 8/6/1973
[GP#17] – Tháng sáu mùa hạ – 25/6/1973
[GP#18] – Năm nhà văn nữ Việt Nam – 13/7/1973
[GP#19] – Ôn như hầu Nguyễn Gia Thiều – 30/7/1973
[GP#20] – Tuyển tập tháng 8 – 16/8/1973
[GP#21] – Nhà văn Stendhal – 1/9/1973
[GP#22] – Vũ Khắc Khoan – 24/9/1973
[GP#23] – Tuyển tập tháng 10 – 12/10/1973
[GP#24] – Thanh Tâm Tuyển – 9/11/1973
[GP#25] – […]
[GP#26] – Giáng Sinh 73 và Patrick White Nobel 73 – 1/12/1973
[GP#27] – […]

1974 (11e année)

[GP#28] – 1/1974
[GP#29] – […]
[GP#30] – Tuyển tập đầu năm Giáp Dần – 1/2/1974
[GP#31] – […]
[GP#32] – Võ Hồng – 15/3/1974
[GP#33] – Tuyển tập tháng 3 – 23/3/1974
[GP#34] – 3 nhà văn Hoa Kỳ – 18/4/1974
[GP#35] – […]
[GP#36] – Tám Người Tên Tuổi – 1/5/1974
[GP#37] – Tưởng Mộ Nguyễn Đình Vượng – 15/5/1974
[GP#38] – Tuyển tập thơ văn – 8/6/1974
[GP#39] – Vĩnh biệt nhà văn Nguyễn Đức Quỳnh – 25/6/1974
[GP#40] – Rimbaud – 15/7/1974
[GP#41] – […]
[GP#42] – Tiểu thuyết và văn chương Võ Phiến – 1/8/1974
[GP#43] – Ba Nhà Thơ Tiền Chiến – 15 /8/1974
[GP#44] – Tuyển Tập Thơ Văn – 1/9/1974
[GP#45] – Tuyển Tập Thơ Văn – 15/9/1974
[GP#46] – Tuyển Tập Thơ Văn – 1/10/1974
[GP#47] – Chương trình quốc văn lớp 12 – 19/10/1974
[GP#48] – Vấn Đề Văn Học – 1/11/1974
[GP#49] – […]
[GP#50] – Những bài thơ tình Việt Nam hay nhất – 5/12/1974
[GP#51] – Giáng Sinh năm 74 – 23/12/1974

Van_DocVoPhien
Le Giai phẩm Văn 42 d’août 1974 consacré à Võ Phiến.

1975 (12e année)

[GP#52] – 1/1975
[GP#53] – Xuân Ất Mão – 24/1/1975
[GP#54] – Văn chương nữ giới – 14/2/1975
[GP#55] – […]
[GP#56] – Triển Vọng mới năm 1975 – 4/3/1975
[GP#57] – Văn học và nghệ thuật Việt Nam ở hải ngoại – 26/3/1975 [dernier numéro]

van_couv-2Échantillon de couvertures de Van : numéro spécial pour le nouvel an lunaire (n° 170-171), pour Noël  (n° 144) ou le poète Vu Hoàng Chuong (n° 150), suivi de quelques numéros mélange. Source : « huyvespa » DDSX

D’après « quan mac co », la série Tp-san Văn éditée de 1966 à 1968 rassemble environ 30 titres parmi lesquels :

Mục lục Sách phổ thông do VĂN xb:

SÁCH HAY – IN ĐẸP – GIÁ RẺ

(éditée de janvier 1966 à février 1968)

Tháng 01-66 : Tuổi nước độc, truyện dài Dương Nghiễm Mậu
Tháng 02-66 : Bay đêm, truyện dài Saint-Exupéry, Lê Huy Oanh dịch
Tháng 03-66 : Con yêu con ghét, tập truyện Nguyễn Mạnh Côn
Tháng 04-66 : Thân phận con người, Akutagawa Ryunosuke, Diễm Châu dịch
Tháng 05-66 : Viên đạn đồng chữ nổi, truyện dài Mai Thảo
Tháng 06-66 : Chân dung Nhất Linh, hồi ký của 8 tác giả
Tháng 07-66 : Chân dung nàng thơ, truyện Robert Nathan, Hoàng Ưng & Trần Phong Giao dịch
Tháng 08-66 : Phấn đấu, truyện Dương Nghiễm Mậu
Tháng 09-66 : Mặt trời mù, Curzio Malaparte, Bửu Ý dịch
Tháng 10-66 : Thị trấn miền Đông, tân truyện Viên Linh
Tháng 11-66 : Hồi ký viết dưới hầm, Fyodor Dostoyevsky, Thạch Chương dịch
Tháng 12-66 : Ngôi trường đi xuống, truyện Vũ Hạnh
Tháng 01-67 : Chuyến thư miền Nam, Saint-Exupéry, Nhã Điển d.
Tháng 01-67 : Chị em Hải, truyện Nguyễn Đình Toàn
Tháng 02-67 : Bóng tối thời con gái, truyện Nhã Ca
Tháng 02-67 : Của chuột và người, John Steinbeck, H.N. Khôi & N.P. Bửu Tập dịch
Tháng 03-67 : Một cái chết rất dịu dàng, Simone de Beauvoir, Vũ Đình Lưu dịch
Tháng 04-67 : Khuôn mặt, tập truyện Thanh Tâm Tuyền
Tháng 05-67 : Một kiếp giang hồ, truyện Hermann Hesse, Võ Toàn dịch
Tháng 06-67 : Mưa không ướt đất, tập truyện Trùng Dương
Tháng 07-67 : Thời nhỏ trong gia đình Luvers, truyện Boris Pasternak, Mặc Đỗ dịch
Tháng 08-67 : Ngày qua bóng tối, Nguyễn Thị Hoàng
Tháng 09-67 : Tâm cảnh 1, truyện André Maurois, Mặc Đỗ dịch
Tháng 10-67 : Tâm cảnh 2, truyện André Maurois, Mặc Đỗ dịch
Tháng 11-67 : Gia đình tôi, tập truyện Duy Lam
Tháng 12-67 : […]
Tháng 01-68 : Người về đầu non, truyện Võ Hồng
Tháng 02-68 : Vỡ mộng, truyện André Gide, Bửu Ý dịch

tapsan_vanAperçu des titres publiés et à paraître dans la série Tp-san Văn (en 1966)

Les autres séries éditées par Nguyễn Đình Vượng sont Văn Uyển (citée plus haut), cette revue comprenant 22 titres. Elle devient Tân Văn à partir du n° 23 (1967) et poursuivit la numérotation continue de Văn Uyển sur 31 numéros. Au total, cette série comptabilise 53 numéros à laquelle s’ajouterait quelques numéros de plus publiés à partir de 1972 (voir la Table ci-dessous).

mucluc_sachvanTable générale des publications des revues Văn Uyển – Tân Văn – Văn arrêtée au 31 mars 1973 (cliquer sur l’image pour l’agrandir). Số Văn Giai phẩm ngày 31/03/1973 này đăng mục lục Văn Uyển – Tân Văn – Văn. Source : « joankim » DDSX

Pendant les douze années de son existence, la revue Văn fut une fenêtre sur le monde des Lettres en phase avec les grands auteurs de son époque. Elle offrait un « panorama des idées contemporaines » pour reprendre le titre d’un ouvrage collectif publié en 1957 sous la direction de Gaëtan Picon10. Ainsi, les étudiants pouvaient lire des traductions des romans d’André Gide ou de Curzio Malaparte, et faire connaissance avec la philosophie de Camus ou celle des existentialistes Merleau-Ponty et Sartre…11.

J’ai souvent évoqué en cours la différence de culture entre le Nord communiste et le Sud capitaliste pendant la période de la guerre. La pluralité intellectuelle offerte aux étudiants du Sud à travers les grandes revues Bách Khoa, Văn ou Văn học. La revue Văn est représentative de cette offre faite aux étudiants du Sud. L’attrait qu’elle suscitait auprès d’eux atteste du succès de ce paradigme d’ouverture au monde dans un pays en guerre et dans un contexte de Guerre froide (décelable d’ailleurs dans le choix de certains auteurs, cependant non systématique). Elle témoigne de fait du patrimoine culturel remarquable de la défunte République du Viêt-Nam.

Après la chute de Saigon, cette revue comme bien d’autres fut mise à l’écart et cessa d’être éditée. De nombreux écrivains prirent le chemin de l’exil (Mai Thảo, Nguyễn Mộng Giác, Nhã Ca, Viên Linh…), d’autres furent emprisonnés et certains comme Nguyễn Mạnh Côn devaient décéder dans les camps de rééducation. Grâce à la témérité des écrivains exilés, la revue devait reparaître en 1982 dans une nouvelle série en Californie. Elle put ainsi renaître de ses cendres et poursuivre une publication régulière jusqu’à la disparition progressive de ses gérants12.

François Guillemot, 06/12/2016. MàJ 08/12/2016.

Principale source :  Diễn Đàn Sách Xưa

 

Notes

  1. Il fut remplacé par les deux écrivains Nguyễn Xuân Hoàng et Mai Thảo []
  2. Cf. le billet de « quan mac co » en date du 12/10/2012 []
  3. Cf. Nguyễn Chí Kham, « Nhớ về tạp chí Văn », Người Việt, reproduit sur le forum Diễn Đàn Sách Xưa, 20/02/2010 []
  4. Nguyễn Chí Kham, art. cit. []
  5. entre 110 et 130, voire 150 pour la série Tp-san Văn en nous basant sur les numéros 29, 103 et 150 que nous avons consultés []
  6. Cf. les trois photos de Vũ Hà Tuệ, « Tạp chí Văn số ngày 26-3-1975 » sur Diễn Đàn Sách Xưa []
  7. Voir sur ce sujet, la table ronde publiée dans la revue Văn et dont le texte est reproduit sur le blog de l’écrivain Trần Hoài Thư : « Tạp chí Văn nói chuyện về các nhà văn nữ (TQBT 61)« , 1/10/2014 []
  8. Nguyễn Chí Kham, art. cit. []
  9. Les autres séries Văn Uyển et Tân Văn seront présentées dans un autre billet []
  10. Cf. Picon, Gaëtan (dir.), Panorama des idées contemporaines, Paris, Éditions Gallimard, Le point du jour, 1957. Nouvelle édition revue et augmentée en 1968 []
  11. Des collections partielles de la revue sont disponibles en France à la Bulac à Paris (de 1967 à 1975 avec des lacunes) et la Bibliothèque universitaire de Nice (n° 55, 1966 au n° 210, 1972 avec 20% de lacunes), voir sur le SUDOC []
  12. Nous en reparlerons dans un prochain billet []

Michel Serres : Darwin, Bonaparte et le Samaritain, une philosophie de l’histoire

[ndlr] Mise en ligne le 22 novembre 2016 d’une conférence de Michel Serre. Playdoyer pour une philosophie de l’histoire : questionnements sur la mémoire, les oublis, les écritures du temps, la guerre et la paix, la violence…

Texte de présentation sur Agora des Savoirs :

Darwin raconta l’aventure de flore et de faune ; devenu empereur, Bonaparte, parmi les cadavres sur le champ de bataille, prononça, dit-on, ces mots : « Une nuit de Paris réparera cela ». Quant au Samaritain, il ne cesse, depuis deux mille ans, de se pencher sur la détresse du blessé. Voilà trois personnages qui scandent trois âges de l’histoire.

Le premier, long, compte des milliards d’années. Réussissant à dater les événements dont elles s’occupent, les sciences contemporaines racontent le Grand Récit de l’univers, de la planète et des vivants, récit qui déploie nos conditions d’habitat et de nourriture, sans lesquels nous ne vivrions ni ne survivrions.

Pendant des milliers d’années, le deuxième, dur, répète cette guerre perpétuelle dont un chiffre bien documenté dit qu’elle occupa 90% de notre temps et de nos habiletés.

Quant au dernier, doux, il glorifie, depuis quelques décennies seulement, l’infirmière, le médecin, la biologiste dont les découvertes et les conduites redressèrent à la verticale la croissance de notre espérance de vie ; puis le négociateur, qui cherche la paix ; enfin l’informaticien qui fluidifie les relations humaines.

Histoire ou Utopie ? Il n’y a pas de philosophie de l’histoire sans un projet, réaliste et utopique. Réaliste : contre toute attente, les statistiques montrent que la majorité des humains pratiquent l’entraide plutôt que la concurrence. Utopique : puisque la paix devint notre souci, ainsi que la vie, tentons de les partager avec le plus grand nombre ; voilà un projet aussi réaliste et difficile qu’utopique, possible et enthousiasmant.

Professeur à l’université de Stanford, membre de l’Académie française, Michel Serres est l’auteur de nombreux essais philosophiques et d’histoire des sciences, dont les derniers, Petite Poucette (Le Pommier, 2012) et Le Gaucher boiteux (Le Pommier, 2015) ont été largement salués par la presse. Il est l’un des rares philosophes contemporains à proposer une vision du monde qui associe les sciences et la culture.

 

Centre n° 2 des Archives nationales : Fonds du Gouvernement de Cochinchine [vidéo]

[ndlr] Présentation vidéographique du Fonds du Gouvernement de Cochinchine (en abrégé GouCouch) conservé à Ho Chi Minh-Ville au Centre n°2 des Archives nationales du Viêt-Nam. Entretiens avec les chercheurs vietnamiens Ha Minh Hong, Le Huu Phuoc et notre collègue Pascal Bourdeaux, maître de conférences à l’EPHE (Paris) sur ce fonds très riche qui s’étend sur près de 2,5 km linéaires.

The National Archives Center No.2 is taking the mission of preserving the largest number of materials in all agencies of the State Records Management and Archives Department of Vietnam.