Archives par mot-clé : critique littéraire

Tạp chí Văn học (1962-1975) – Phan Kim Thịnh (chủ trương biên tập) : aperçu historique et production éditoriale

Pour les recherches sur la vie politique et culturelle au Sud, pendant la période de la République du Viêt-Nam (1955-1975), les grandes revues littéraires et/ou culturelles comme Bách Khoa (1957-1975), Phổ Thông (Nguyễn Vỹ, 1958-1975), Tập san Sử Địa (1966-1975), Văn (Nguyễn Đình Vượng, 1964-1975), Văn Hóa Nguyệt San (1952-1974)…, sont des instruments de travail incontournables. Dans ce premier billet qui en appellera d’autres, nous présentons succinctement ci-après la revue littéraire Văn học.

La revue Văn học [Littérature] a été éditée de 1962 à 1975 pendant la période de la République du Viêt-Nam. L’autorisation de publication (n° 5.585/CDV/TT/BC/I) a été délivrée le 28 octobre 1962 sous le régime du Président Ngô Đình Diệm1. Le premier numéro de la revue paraît le 1er novembre 1962 à Saigon2.

vanhoc_151
Phan Kim Thinh publia régulièrement des articles dans sa revue, ici le n° 151 consacré aux emblèmes nationaux © dien dan sach xua / « giay goi xoi »

Fondée par Phan Kim Thịnh, elle fut dirigée par cet écrivain (chủ trương biên tập) et gérée par Mmes Nguyễn Thị Ngọc Liên et Nguyễn Phương Khanh3. La revue a émergé au sein du mouvement étudiant de l’époque comme une tribune mensuelle dédiée à la jeunesse étudiante puis elle est devenue une revue bimensuelle culturelle presque exclusivement consacré à la littérature.

Son histoire éditoriale a connu deux étapes principales et plusieurs formats : du n° 1 (01-11- 1962) au n° 72 (01-05-1967), elle fut éditée sous le format 15×25 avant d’adopter à partir du n° 73 (01-06- 1967) jusqu’au n° 86 (01-01-1969) un format plus petit de 14×20. Selon nos propres mesures, les autres numéros publiés de 1969 à 1975 sont au format 14×20 ou 15×20. A partir de septembre 1964, elle devint bimensuelle paraissant les 1er et 15 du mois. Jusqu’en 1975, 203 numéros sont parus, le dernier numéro consacré à Lamartine paraissant le 26 mars 1975. La revue comprend le plus souvent 96 p.4

En termes de contenu, la première période de grand format entre 1962 et 1969 du n° 1 au n° 86 est marquée par une diversité de thématiques. On y aborde aussi bien des sujets culturels que politiques ou sociaux. On y présente les œuvres littéraires nouvelles publiées pendant cette période. La seconde période de 1969 à 1975, à partir du n° 87 (01-03-1969) propose des numéros thématiques sur la littérature populaire, la littérature étrangère, la littérature d’avant-guerre et celle publiée pendant la période de la guerre. Elle propose également des numéros spécifiques consacrés à un auteur vietnamien ou étranger, numéros comprenant généralement une présentation de l’auteur de ses œuvres et une critique à travers une série d’articles. Comme la revue littéraire Văn concurrente éditée à la même époque, Văn học a publié de nombreux numéros thématiques consacrés à des écrivains et poètes renommés.

La devise de la revue rappelle l’évolution du contenu présenté aux lecteurs. Le n° 10, paru au mois d’août 1963, affiche sous le titre « Tribune des étudiants du Viêt-Nam libre » (Diễn đàn sinh viên Việt Nam tự do) accompagné des termes « Mensuel Culture Société Arts » (Nguyệt san Văn hóa, Xã hội, Nghệ thuật). Le n° 27 du 1er novembre 1964 affiche sous le titre « Mensuel Culture Société Politique » (Ban nguyệt san Văn hóa, Xã hội, Chính trị). Les numéros suivants la revue se stabilise autour des termes « Essai, Culture, Société, Politique, Arts » (Biên khảo, Văn hóa, Xã hội, Chính trị). Le n° 62 ajoute le terme « Revue » (Tạp chí) devant les mentions de contenu. Sur le n° 65 du 1er octobre 1966, le terme « Politique » disparaît de la devise. A partir de la nouvelle mouture de 1969, elle se stabilise de nouveau autour des mots clés « Critique, Création, Arts » (Phê bình, Sáng tác, Nghệ thuật) jusqu’au n° 103 qui adopte les termes « Recherche, Critique, Création » (Nghiên cứu, Phê bình, Sáng tác) puis lorsque la collection Giai Phẩm apparaît, est ajoutée à ces trois mots clés la dernière devise « Recherche scientifique en sciences humaines » (Nghiên cứu khoa học nhân văn) qui ne change plus jusqu’à la disparition de la revue en avril 1975.

« Nguyệt san Văn hóa, Xã hội, Nghệ thuật » – « Biên khảo, Văn hóa, Xã hội, Chính trị »

Échantillon de couvertures de la première mouture de la revue Văn học de 1962 à 1969 (source : Diễn Đàn Sách Xưa / coll. « thino ») – Cliquer sur chaque image pour l’agrandir

La liste des thèmes abordés a été publiée, semble t-il régulièrement, en fin de volume sous une rubrique intitulée « Những chủ đề Văn Học đã xuất bản » [Les thématiques publiées par Văn Học]. Selon cette rubrique, les numéros publiés entre 1962 et 1969 soit jusqu’au numéro 86 étaient déjà épuisés en 1973. Quant aux numéros publiés depuis mars 1969, certains commençaient également à cette époque à être épuisés (notamment les numéros 91, 92, 100, 102 et 107). Les numéros publiés entre 1969 et 1975 étaient vendus 80đ, 90đ ou 120đ et jusqu’à 130đ, 150đ pour les numéros spéciaux consacrés au nouvel an vietnamien. En nombre d’exemplaires, le tirage des numéros de la revue apparaît assez variable. Par exemple, le numéro consacré à l’écrivain Nhượng Tống, membre du Parti National (VNQDĐ) a été édité à 10.000 exemplaires (un chiffre plutôt important) sans doute dû à la notoriété de cet auteur. La même année le numéro consacré Trần Trọng Kim, historien renommé et Premier ministre de l’Empire du Viêt-Nam en 1945, a été édité seulement à 2.500 exemplaires.

vanhoc_nhuongtong_1-12-1973
Le numéro consacré à Nhuong Tong édité le 1er décembre 1973 © coll. FG

Pour les écrivains vietnamiens figurant en bonne place dans la revue, on peut citer les auteurs, écrivains et poètes d’avant-guerre (par ordre alphabétique) :

  • Đông Hồ (n° 123), Hàn Mặc Tử (n° 195, 196), Hoàng Cầm (n° 141), Hồ Dzếnh (n° 185), J. Leiba (n° 88), Lê Văn Trương (n° 202), Lưu Trọng Lư (n° 88, 192), Nam Cao (n° 95, 101, 173), Nguyễn Bính (n° 100, 180), Nguyễn Công Hoan, Nguyên Hồng, Nguyễn Tuân (n° 105, 106), Nguyễn Văn Vĩnh (n° 111), Nhất Linh (n° 41, 98, 109), Phạm Quỳnh (n° 158), Phan Chu Trinh (n° 148), Phan Khôi (n° 122, 172, 173), Song An Hoàng Ngọc Phách (n° 113), Tam Lang (n° 132), Tản Đà (n° 98, 110), Thanh Tâm (n° 103, 104), Thế Lữ (n° 191), Tô Hoài (n° 183, 184), Trần Quang Dũng (n° 125, 140), Trần Trọng Kim (n° 171, 172, 173), Tú Mỡ (n° 127), Nữ sĩ Tương Phố (n° 118), Ứng Hòe Nguyễn Văn Tố (n° 177), Văn Cao (n° 115), Vũ Trọng Phụng (n° 44, 94, 114, 170)… ;
  • les lettrés des générations précédentes  : Cao Bá Quát (n° 160), Hồ Xuân Hương (n° 108, 117), Nguyễn Du (n° 34, 193), Nguyễn Đình Chiểu (n° 133)… ;
  • les auteurs de la période de la guerre (n° 91) : Duyên Anh (n° 149), Dương Kiền (n° 87, 93, 134), Dương Nghiễm Mậu (n° 87), Hoàng Hải Thủy (n° 179), Hữu Loan (n° 139), Nguyên Sa (n° 99), Phạm Duy (n° 102), Tam Ích (n° 145), Vũ Hoàng Chương (n° 97)… ;
  • quelques auteurs étrangers célèbres comme Soljenitsyne (n° 181), Quỳnh Giao (n° 156), Pearl Buck (n° 166) ou Han Suyin (n° 186), et même un numéro consacré à Picasso, « le révolutionnaire des couleurs » (n° 175). Parmi les auteurs français on retrouve Baudelaire (n° 168) et Lamartine (n° 203) mais cela reste relativement marginal (voir la liste ci-dessous).

Outre les numéros dédiés à une personnalité du monde des lettres, la revue a publié de nombreux numéros thématiques sur différents aspects de la littérature vietnamienne : littérature et chansons populaire, proverbes, sentences (n° 126, 128, 162, 178) ; la poésie chinoise des Tang (n° 190), la littérature japonaise (n° 90, 144), la littérature africaine (n° 56, 146), la littérature étrangère (n° 92), le journalisme (n° 62, 169)…

vanhoc_156-157
La numérotation disparaît à partir du numéro 157 © dien dan sach xua

L’intérêt de cette revue réside dans ce qu’elle offre un tableau intéressant de la littérature vietnamienne contemporaine et présente des auteurs qui ne sont plus édités aujourd’hui au Viêt-Nam. Suite au changement de régime politique, la revue dut cesser de paraître après la chute de Saigon, le 30 avril 1975.

D’après le forum Diễn Đàn Sách Xưa, dédié à la mis en valeur d’un patrimoine malmené par la guerre et le totalitarisme, Phan Kim Thịnh resta à Saigon après 1975. Il publia à partir de la fin des années 1990 des ouvrages biographiques grand public sous le pseudonyme Lý Nhân Phan Thứ Lang. On peut ainsi compter parmi ses publications au moins trois ouvrages sur des personnalités politiques de premier plan de la période 1945-1975 : un ouvrage sur le destin de Mme Nhu Trần Lệ Xuân-Giấc mộng chính trường [Tran Le Xuan, Le rêve politique] (Á Châu, 1998), un autre sur l’ex-empereur Bao Dai et la princesse Nam Phuong Giai thoại và sự thật về Bảo Đại-vua cuối cùng triều Nguyễn [Anecdotes et vérités sur Bao dai, le dernier empereur de la dynastie des Nguyen] (Nxb Đà Nẵng, 2000) ; Những câu chuyện về cuộc đời Nam Phương hoàng hậu cuối cùng Triều Nguyễn [Recueil d’histoires sur la vie de Nam Phuong, la dernière impératrice de la dynastie des Nguyen], ou encore sur l’ancien Premier ministre de la République du Viêt-Nam Nguyễn Cao Kỳ trở về đất mẹ [Le retour de Nguyen Cao Ky sur la terre natale] (Nxb CAND, 2007). Il a publié également des recueils d’histoires sur la vie culturelle à Saigon notamment Sài Gòn vang bóng, tạp văn (Nxb TP. HCM, 2001) et Sài Gòn-Gia Định một thời để nhớ : tạp văn (Nxb CAND, 2015).

A notre connaissance, aucune bibliothèque de France ne possède une collection complète de la revue Văn học. On peut néanmoins trouver une collection importante (avec 15% de lacunes) à la Bibliothèque universitaire de Nice dans l’ancien fonds Cedrasemi5. La BNF ne possèderait que les numéros 17 et 19 parus en 1964. Dans le catalogue mondial WorldCat, la revue est mentionnée dans le fonds des périodiques de la République du Viêt-Nam à la British Library (St Pancras). Elle est également consultable au Viêt-Nam principalement à Saigon à la Bibliothèque des Sciences sociales (Thư viện Khoa học xã hội) et à la Bibliothèque Générale des Sciences (Thư viện Khoa học Tổng hợp Tp. HCM).

Il est aujourd’hui assez difficile de reconstituer la liste précise des numéros, notamment de retrouver les titres des thématiques abordées et parfois même la date de publication. Toutefois, à partir du n° 87, une liste a été présentée en fin de chaque numéro.

« Phê bình, Sáng tác, Nghệ thuật » + « Nghiên cứu, Phê bình, Sáng tác »

Échantillon de couvertures de la seconde mouture de la revue Văn học de 1969 à 1975 (source : Diễn Đàn Sách Xưa / collection Giấy gói xôi) – Cliquer sur chaque image pour l’agrandir

Nghiên cứu khoa học nhân văn : « Phê bình, Sáng tác, Nghệ thuật »

Échantillon de couvertures de la troisième mouture de la revue Văn học non numérotée et estampillée Giai Phẩm [Œuvres] de novembre 1972 à mars 1975 (source : Diễn Đàn Sách Xưa / collection Giấy gói xôi) – Cliquer sur chaque image pour l’agrandir


MỤC LỤC « VĂN HỌC »

[table provisoire, sera complétée au fil du temps lorsque nous aurons les documents en main]

1 – tháng 11-1962 [premier numéro]

2 – tháng 12-1962

1963

3 – tháng 1-1963

4 – tháng 2-1963

5 – tháng 3-1963

6 – tháng 4-1963

7 – tháng 5-1963

8 – tháng 6-1963

9 – tháng 7-1963

10 – tháng 8-1963 : Những vấn đề của thời cuộc

11 – tháng 9-1963

12 – tháng 10-1963

13 – tháng 11-1963

14 – tháng 12-1963


1964

15 – tháng 1-1964

16 – tháng 2-1964

17 – tháng 3-1964

18 – tháng 4-1964

19 – tháng 5-1964

20 – tháng 6-1964

21 – tháng 7-1964

22 – tháng 8-1964

23 – tháng 9-1964 [devient bimensuelle]

24 – 15 tháng 9-1964

25 – 1 tháng 10-1964

26 – 15 tháng 10-1964

27 – 1 tháng 11-1964 : Số đặc biệt hai năm – Tuổi hùng vĩ của dân tộc

28 – 15 tháng 11-1964

29 – 1 tháng 12-1964

30 – 15 tháng 12-1964


vanhoc_035

1965

31 – 1 tháng 1-1965

32 – 15 tháng 1-1965

33 – [Số Xuân]

34 – 15 tháng 3 -1965 [số về Truyện Kiều]

35 – 1 tháng 4-1965 : Văn chương Truyện Kiều / Cách mạng -Dân ch ? / Văn nghệ sáng tác

36 – 15 tháng 4-1965 : Văn chương chiến tranh, thơ văn chiến tranh

37 – 1 tháng 5-1965 : Nhận định về thi ca, Những vấn đề thời sự, Thi văn sáng tác

38 – 15 tháng 5-1965

39  – 1 tháng 6-1965

40 – 15 tháng 6-1965

41 – 1 tháng 7-1965 : Số đặc biệt về Nhất Linh

42 – 15 tháng 7-1965 : Nghệ thuật và phê bình, Những vấn đề của chúng ta, Sáng tác văn nghệ

43 – 1 tháng 8-1965

44 – 15 tháng 8-1965 : [Vũ Trọng Phụng]

45 – 1 tháng 9-1965

46 – 15 tháng 9-1965

47 – 1 tháng 10-1965 : Huế tháng tám

48 – 15 tháng 10-1965

49 – 1 tháng 11-1965 : Cách mạng Việt Nam đi về đâu ? – Đệ tứ chu niên

50 – 15 tháng 11-1965 : Những giải thưởng văn chương Nobel 1901-1965

51 – 1 tháng 12-1965 : Văn học Sài Gòn thảo luận về ngữ pháp với văn học Hà Nội

52 – 15 tháng 12-1965


1966

53 – […]

54 – […]

55 – Không gian, thời gian – 1 tháng 3-1966

56 – Tiếng nói Da Đen

57 – […]

58 – Mười năm giáo dục Miền Nam

59 – […]

60 – […]

61 – […]

62 – Mười năm tạp chí

63 – […]

64 – […]

65-66 – 1 tháng 10-1966

67 – 15 tháng 10-1966

68 – […]

69 – […]

70 – 1 tháng 12-1966

71 – 15 tháng 12-1966


1967

Pour les deux années 1967 et 1968, la parution semble moins régulière.

72 – […]

Changement de format du n°73 (1-6-1967) au n°86 (1-1-1969) : 14×20.

73 – 1 tháng 6-1967

74 – […]

75 – […]

76 – […]

77 – […]

78 – […]

79 – […]

80 – […]

81 – […]

82 – […]

83 – […]

84 – […]

85 – […]

Các số Xuân 1969, 1971, 1972…

(source : Diễn Đàn Sách Xưa / collection Giấy gói xôi. Cliquer sur chaque image pour l’agrandir)

…et 1975

vanhoc_xuan1975


1969

86 – […] Văn học – số Xuân Kỷ Dậu

  • Note : du n°87 au n° 176, liste reproduite d’après les indications du numéro consacré à Nhượng Tống paru le 1er décembre 1973 dans les dernières pages de ce numéro.

87 – Tuyển tập truyện ngắn: Dương Kiền – Lý Hoàng Phong – Dương Nghiễm Mậu – Nguyễn Đình Toàn – Vương Thanh

88 – Truyện tiền chiến: Tô Hoài – Nguyên Hồng – Nguyễn Tuân – Hoàng Cầm – Lưu Trọng Lư – Nguyễn Công Hoan – Vũ Trọng Phụng – J. Leiba

89 – Khu rừng mùa xuân: Tập truyện của Vương Thanh

90 – Văn học Nhựt-bản

91 – Thơ, Truyện thời chiến : Dương Kiền – Cung Tích Biền – Ánh Việt – Dương N. Mậu – Đỗ Tiến Đức – Nguyên Sa – Luân Hoán – Lê Vĩnh Thọ – Phùng Kim Chú

92 – Sáu nhà văn quốc tế : William Saroyan – Maxim Gorki – Zobor Déry – Ignazio Silone – Ernest Hemingway

93 – Con đường khổ nhọc : tập truyện của Dương Kiền

94 – 1 tháng 10-1969 : Vũ Trọng Phụng, « Dứt tình » với làng văn 13-10-1939

95 – 15 tháng 10-1969 : Nam Cao, Nhà văn hiện thực của Cách mạng và Kháng chiến

96 – 1 tháng 11-1969 : Mùa hoa nở, Văn thơ kỷ niệm đệ bát chu niên

97 – 15 tháng 11-1969 : Vũ Hoàng Chương, « Ta đợi em từ 30 năm »

98 – 1 tháng 12-1969 : Bệnh tật và cái chết, Những văn thi sĩ Tản Đà – Nhất Linh – Nguyễn Văn Vĩnh – Phạm Quỳnh – Hàn Mặc Tử

99 – 15 tháng 12-1969 : Nguyên Sa, Thi sĩ của tình yêu


1970

100 – 1 tháng 1-1970 : Nguyễn Bính, « Lỡ bước sang ngang »

101 – 15 tháng 1-1970 : Truyện chọn lọc, tám truyện ngắn của Nam Cao

102 – 1 tháng 2-1970 : Phạm Duy, Tâm ca – Du ca và Dân ca

103 – 15 tháng 2-1970 : Thâm Tâm và T.T.K.H.

104 – 1 tháng 3-1970 : Thâm Tâm và tiểu thuyết « Thuốc mê »

105 – 15 tháng 3-1970 : Nguyễn Tuân, « Thiếu » quê hương

106 – Một chuyến đi, Du ký Nguyễn Tuân

107 – Tản Đà

108 – 1 tháng 7-1970 : Huyền thoại Bà Chúa thơ Nôm [Hồ Xuân Hương]

109 – 15 tháng 7-1970 : Hồ sơ cái chết Nhất Linh

110 – Tưởng nhớ thi sĩ Tản Đà

111 – Nguyễn Văn Vĩnh : Kiếp ve sầu

112 – Tiếu lâm ta, tiếu lâm Tây

113 – Song An Hoàng Ngọc Phách : Nạn nhân của Tố Tâm

114 – Vũ Trọng Phụng : Xuân Tóc Đỏ. Mẹ kiếp! Em chã. Biết rồi, khổ lắm, nói mãi!

115 – Văn Cao : nghệ sĩ đa tài

116 – Nguyễn Nhược Pháp và Nguyễn Giang

117 – Dâm và tục trong thơ Hồ Xuân Hương

118 – Giọt lệ của nữ sĩ Tương Phố

119 – Nữ sĩ Ngân Giang : một thi tài bị quên lãng


1971

120 – Xuân 1971 – văn nghệ sĩ tiền chiến

121 – Những vang bóng một thời trong văn chương hoạt kê Việt Nam : Xã Xệ – Lý Toét – Cậu Ấm – Cô Chiêu – Bang Bạnh – Ba Giai – Tú Xuất…

122 – Phan Khôi : nhà ngự sử trên văn đàn VN

123 – Đông Hồ thi gia miền Nam

124 – Văn nghệ sĩ 1971 cười ra thơ

125 – Những bí mật về thi sĩ Trần Quang Dũng

126 – Truyền thuyết những ông Trạng trong thơ văn dân gian

127 – Tú Mỡ: Cha đẻ của Lý Toét

128 – Hài hước trong tục ngữ ca dao Việt Nam

129 – Nữ sĩ Vân Đài : Cô gái Phou-Thai

130 – Hôn nhân dị chủng trong thơ văn hài hước

131 – Bầu cử năm Hợi : Cuộc thảo luận về bầu cử giữa các văn nghệ sĩ

132 – Tam Lang : Kéo xe nửa thế kỷ văn chương

133 – Đồ Chiểu : Ngôi sao sáng trong thơ văn yêu nước

134 – Dương Kiền : Nhà văn trẻ trên sân khấu văn học và chính trị

135 – Bưu hoa và nghệ thuật

136 – Phú Đức : Tiểu thuyết gia miền Nam

137 – Nhà văn và thuốc phiện

138 – Văn nghệ sĩ và thú hát ả đào

139 – Hữu Loan : Một bài thơ 10 năm ngồi tù

140 – Phá tan nghi án thân thế và tác phẩm nhà thơ kháng chiến Quang Dũng

141 – Hoàng Cầm

142 – Bịnh tật và cái chết : Trần Trọng Kim – Đái Đức Tuấn – Đông Hồ và bịnh tật: Nguiễn Ngu Í


1972

143 – Xuân 1972 : Nhà văn nói chuyện chuột

144 – Thơ và tiểu thuyết Nhựt Bản

145 – Tam Ích: Một học giả tự tìm cách chết

146 – Thơ, truyện Phi châu

147 – Rượu qua thơ văn Hoa Việt

148 – Phan Chu Trinh: Ngồi tù làm thơ

149 – Duyên Anh và thế giới tuổi thơ

150 – Những phụ nữ lưu danh trong Thi đàn Việt Nam

151 – Tìm hiểu quốc kỳ và quốc ca Việt Nam

152 – Ái tình và thi sĩ

153 – Khám phá danh tính dịch giả Chinh phụ ngâm

154 – Thi nhân và mùa thu

155 – Nghĩ về tiểu thuyết

156 – Hiện tượng đọc truyện Quỳnh Dao

  • A partir du n° 157 (15-11-1972), la revue se transforme en numéro spécifique (Văn Học Giai phẩm) et n’affiche plus de numérotation. En outre, elle s’aligne sur la loi 007 sur la presse concernant la publication des périodiques6. Les numérotations qui suivent sont données à titre indicatif.

[157] – Ý nghĩa của truyện cười

[158] – Phạm Quỳnh: Công hay tội với văn hóa Việt Nam?

[159] – Phở trong thơ văn dân tộc


1973

[160] – Cao Bá Quát : Nhà thơ bất mãn và nổi loạn

[161] – Những lá thư tình của các danh văn thế giới

[162] – Mùa xuân tìm hiểu tục ngữ ca dao dân tộc

[163] – Truyện mùa cưới

[164] – Con trâu trong thơ văn

[165] – Tìm hiểu tên, bút hiệu của văn nghệ sĩ tiền chiến, hiện đại

[166] – Pearl Buck : Một nữ sĩ Mỹ viết truyện Tàu

[167] – Hà Nội trong ký ức

[168] – Thi sĩ Baudelaire : Thần tượng của thế giới thi ca đã ảnh hưởng đến các nhà thơ tiền chiến Việt Nam như thế nào?

[169] – Vui buồn của người viết báo

[170] – Đêm kịch tưởng niệm Vũ Trọng Phụng

[171] – phát hành ngày 20-08-1973 – Học giả Trần Trọng Kim

[172] – Cuộc bút chiến Trần Trọng Kim, Phan Khôi, Ngô Tất Tố

[173] – Kết thúc cuộc bút chiến Trần Trọng Kim, Phan Khôi, Ngô Tất Tố

[174] – Ngô Tất Tố : Một nhà nho có óc tiến bộ

[175] – Picasso : Nhà cách mạng mầu sắc

[176] – phát hành ngày 01-12-1973 – Nhượng Tống

[177] – Ứng Hòe Nguyễn Văn Tố: Người đính chính những bài văn cổ


1974

[178] – Ngày Tết đọc câu đối

[179] – Nhận định và phê bình giải thưởng văn học nghệ thuật năm 1973

[180] – Nguyễn Bính : nhà thơ bình dân

[181] – Soljenitsyne đã bị tước quốc tịch và trục xuất khỏi Nga-Xô

[182] – Huế trong trí nhớ [accès au pdf en ligne sur le blog de Trần Hoài Thư]

[183] – Tô Hoài và xã hội loài vật

[184] – Tô Hoài (II)

[185] – Hồ Dzếnh với người phụ nữ Việt

[186] – Nữ sĩ Han Suyin

[187] – Văn thơ chiêu hồn thập loại chúng sinh

[188] – Chế Lan Viên: Trong cảnh « Điêu tàn »

[189] – Thơ TTKH

[190] – Chiến tranh trong thơ Đường

[191] – Thế Lữ : nhớ rừng qua mấy vần thơ

[192] – Lưu Trọng Lư : Thi sĩ lãng mạn tiền chiến

[193] – Viết về Nguyễn Du

[194] – Bích Khê : nhà thơ tượng trưng

[195] – Vụ án trích thơ Hàn Mặc Tử

[196] – Hàn Mặc Tử, trăng và thượng đế

[197] – Thi ca tranh đấu chống áp bức


1975

[198] – Thơ văn mùa cưới

[199] – […]

[200] – […]

[201] – […]

[202] – Kỷ niệm Lê Văn Trương

[203] – dernier numéro diffusé le 26 mars 1975 – Lamartine, thi sĩ lãng mạn lớn nhất nước Pháp

vanhoc_203

Ce bref aperçu permet de mieux saisir l’itinéraire de cette revue pendant les 13 années de son existence pendant une période de guerre. Le critique et poète Trần Hoài Thư souligna dans un article mis en ligne le 10 octobre dernier, au moins quatre points forts de la revue que nous rappelons succinctement ci-après :

  • Văn học fut la première revue publiée pendant la période de la guerre qui publia sur ce sujet notamment sur la violence de guerre ;
  • Văn học a publié de nombreux essais de grande valeur et parfois inédit sur la littérature du Nord ;
  • Văn học a su rassembler une grande diversité d’auteurs, de toutes tendances ;
  • Văn học a édité de nombreux numéros thématiques de référence7.

Toutes ses raisons démontrent tout l’intérêt qu’il y aurait à utiliser cette ressource tout comme de nombreuses autres publications politiques et culturelles de valeur publiées pendant la période de la République du Viêt-Nam (1955-1975).

François Guillemot, 16/11/2016. MàJ 01/12/2016.

Sources principales : Numéros de Văn Học consultés & site Diễn đàn sách xưa

Pour en savoir plus sur Phan Kim Thịnh :

 

Notes

  1. D’après le numéro 109 du 15-07-1970 []
  2. Cf. « Những chủ đề Văn Học đã xuất bản » []
  3. Indication de l’ours du numéro édité le 20 août 1973. D’après l’ours du n° 109 de juillet 1970 Nguyễn Thị Ngọc Liên est indiquée directrice de la publication et Nguyễn Phương Khanh, secrétaire de la rédaction []
  4. En nous basant sur les numéros publiés en 1973 []
  5. Indication du SUDOC : du n° 87 (mars 1969) à décembre 1974 [lac.15%] []
  6. D’après « quan mac co » sur Dien Dan Sach Xua []
  7. Tran Hoai Thu, « Hành trình của tạp chí Văn Học (1962-1975)« , 10/10/2016, sur le blog de cet auteur []

Đoàn Cầm Thi, Đọc ‘tôi’ bên bến lạ [parution]

[ndlr] Parution d’une nouvelle étude de notre collègue Đoàn Cầm Thi. Présentation en vietnamien et en français.

DoanCamThi_DocToiBenBenLaĐoàn Cầm Thi, Đọc ‘tôi’ bên bến lạ, Hà Nội, Nhà xuất bản Hội Nhà Văn & Công ty truyền thông Nhã Nam, 283 trang.

Khi nào trong tiếng Việt, từ « tôi » đã xuất hiện với tư cách một đại từ trung lập, một chủ thể theo nghĩa triết học, một cá-nhân-đối-mặt-với-vũ-trụ ? Ý thức về bản thân được thể hiện như thế nào trong các tác phẩm kinh điển ? Cuộc gặp gỡ với văn hóa phương Tây có ảnh hưởng đến các hình thức thể hiện cá nhân trong văn học ? Đó là những câu hỏi mà cuốn sách mới của Đoàn Cầm Thi, Đọc ‘tôi » bên bến lạ, đề cập đến trước khi đi vào khai phá nội dung chính : sự bùng nổ của cái « tôi » trong văn xuôi từ 1986.

Sự bùng nổ của “tôi” trong các tác phẩm đương đại Việt Nam phản ánh cùng lúc thay đổi của xã hội và nỗ lực của văn chương đi tìm một cơ sở mỹ học mới.

Đổi Mới năm 1986 đánh dấu sự lên ngôi ngoạn mục của cái “tôi” trong văn học. Từ thế hệ các tác giả hậu chiến như Nguyễn Huy Thiệp, Phạm Thị Hoài, Bảo Ninh… cho tới các nhà văn của ngày hôm nay như Nguyễn Việt Hà, Nguyễn Bình Phương, Đỗ Kh., Trần Vũ, Thuận, Phong Điệp, Phan Việt, Phan Hồn Nhiên…, văn chương Việt là cuộc phiêu lưu của những cái “tôi” phản anh hùng, vô căn cước, phi bản thể. Những cái “tôi” không độc nhất cũng không đồng nhất, mờ nhạt, cô đơn nhưng đầy ám ảnh của thời toàn cầu hóa.

★ ★ ★

De quand dater la première apparition du « tôi » – le « je » neutre et souverain – dans la langue vietnamienne ? Comment se manifeste la conscience de soi dans les œuvres « classiques » où les sentiments personnels l’emportent souvent sur les devoirs ? Le contact  avec l’Occident  a-t-il provoqué des mutations en matière de l’écriture de soi ? Ce sont les questions que le nouvel ouvrage de Đoàn Cầm Thi, Đọc ‘tôi » bên bến lạ, essaie de répondre avant de s’attaquer au cœur de son propos : l’usage du Moi dans la littérature vietnamienne depuis 1986.

Au-delà des mutations idéologiques et sociales, l’explosion de l’écriture de soi dans le Vietnam contemporain traduit sa quête de nouvelles bases esthétiques autour du sujet.

Le mouvement du Renouveau lancé en 1986 marque l’avènement du Moi. Dans les œuvres des écrivains, de l’après-guerre (Nguyễn Huy Thiệp, Phạm Thị Hoài, Bảo Ninh,…) au XXIe siècle (Nguyễn Việt Hà, Nguyễn Bình Phương, Đỗ Kh., Trần Vũ, Thuận, Phong Điệp, Phan Việt, Phan Hồn Nhiên,…), triomphe l’aventure de personnages d’anti-héros, sans état civil, à l’identité multiple.

D’une approche originale, l’ouvrage de Đoàn Cầm Thi explore différentes formes d’expressions personnelles du Vietnam contemporain.

Source : Academic Grapevine – Publications about Vietnam

Pour en savoir plus autour de cet ouvrage :

A lire également trois entretiens avec l’auteure sur la littérature contemporaine vietnamienne :

MàJ : 04/09/2016.

Nguyễn Mộng Giác (1940-2012) : hommages à « l’expert » du roman-fleuve vietnamien

[ndlr] Nous avons appris récemment le décès de l’écrivain Nguyen Mong Giac survenu le 2 juillet 2012. Décédé des suites d’une longue maladie, cet auteur reste pour de nombreux Vietnamiens une grande figure de la littérature. Rédacteur en chef de la revue Van Hoc [Littérature], éditée aux Etats-Unis de 1986 à 2006, il a fortement contribué à offrir ses lettres de noblesse à la littérature vietnamienne d’outre-mer. Cette revue mensuelle, sobre et très bien faite, était d’une grande qualité intellectuelle. A titre personnel, j’attendais sa parution avec impatience pour y découvrir les grands noms de Mai Thao, Vo Phien, Ta Chi Dai Truong, Nguyen Thi Hoang Bac et tant d’autres… Chacun pouvait se la procurer à la librairie Nam A (Sudasie) à Paris XIIIe où elle était diffusée.

Nous invitons le lecteur à retrouver la courte fiche biographique de cet auteur éditée par Viet Nam Literature Project. Celle-ci est suivie de quelques hommages publiés sur la toile entre juillet et septembre 2012.

Nguyễn Mộng Giác (1940-[2012]) is a fiction writer, essayist and editor.

He was born in Bình Ðịnh in 1940, graduated from the Pedagogical University in Huế, emigrated to the US as a refugee in 1975 [ndlr : en 1982], settling in Garden Grove, California. His books include Nỗi Băn Khoăn Của Kim Dung, essays (Saigon: Văn Mới, 1972), Bão Rớt, short stories (Trí Ðăng, 1973), Tiếng Chim Vườn Cũ (Trí Ðăng, 1973), Qua Cầu Gió Bay, a novel (Văn Mới, 1974), Ðường Một Chiều, a novel (Saigon: Nam Giao, 1974), Ngựa Nãn Chân Bon, short stories (Người Việt, 1983), Xuôi Dòng, short stories (Văn Nghệ 1987), Mùa Biển Ðộng, a multi-volume novel (Văn Nghệ, 1984-89) and Sông Côn Mùa Lũ, a multi-volume novel (An Tiêm, 1991). He is also the editor of the long-running, highly respected journal Văn Học.

Along with Nhật Tiến, Hà Thúc Sinh, Nguyễn Ngọc Ngạn and others, he has a story in To Be Made Over: Tales of Socialist Reeducation in Vietnam, translated into English by Huỳnh Sanh Thông.

Linh Dinh started this entry.

Source : Viet Nam Literature Project

Hommages à Nguyen Mong Giac (1940-2012)

[ndlr] Cet hommage de quatre textes à Nguyen Mong Giac commence par une chronique de Dang Tien, notre ancien professeur de littérature vietnamienne à l’Université Denis Diderot Paris 7, qui analyse le roman fleuve intitulé Mua Bien Dong [Mer déchainée] paru aux Etats-Unis entre 1984 et 1989. Cette chronique est suivie par un article de Dang Tien qui s’intéresse, cette fois-ci, au phénomène des romans-fleuves publiés au Viêt-Nam depuis le début du XXe siècle. Le second hommage est celui du critique littéraire Nguyen Hung Quoc paru sur son Blog. Le premier texte évoque l’émotion que suscite chez lui cette disparition, le second souligne un thème récurrent de l’oeuvre littéraire de Nguyen Mong Giac : la présence de l’eau.

 

  • Tiếc thương Nguyễn Mộng Giác, 1940-2012 – MÙA BIỂN ĐỘNG

Đặng Tiến (29 tháng giêng 1990)

Nhà văn Nguyễn Mộng Giác vừa qua đời tại Mỹ, ngày 02- 7- 2012 sau một cơn bệnh dài, là tác giả hai bộ trường thiên tiểu thuyết Mùa biển động1,  tiểu thuyết thời sự, sáng tác tại Hoa Kỳ 1982- 1989, gồm năm tập, 1 800 trang, và bộ tiểu thuyết lịch sử Sông Côn Mùa Lũ, viết trong nước, 1978- 1981, 4 tập, 2000 trang , là hai bộ tác phẩm đồ sộ nhất trong ngành tiểu thuyết Việt Nam, sau Cửa biển2, của Nguyên Hồng xuất bản trong nước đã lâu.

Tác phẩm Mùa biển động  đã được độc giả hải ngoại đón tiếp nồng nhiệt. Tập một, Những đợt sóng ngầm, in năm 1984, đã được tái bản nhiều lần, Bão nổi (1985) cũng vậy; tập ba mang tên toàn bộ Mùa biển động, 1986, đã tái bản. Bèo giạt in năm trước, 1988, thì năm sau tác giả cho in tập cuối, dài nhất, là Tha hương.

Tiểu thuyết Mùa biển động là một biến cố quan trọng trong nền văn chương Việt Nam ở hải ngoại, cần được chào đón xứng đáng, và cần được phân tích, thảo luận, phê phán cặn kẽ, bên ngoài cái vòng khen chê tùy hứng và lẩn thẩn, hay cuồng nộ theo những định kiến chính trị hay phe phái.

Lire la suite : Dien Dan The Ky

  • Tưởng niệm Nguyễn Mộng Giác: VỀ THỂ LOẠI Tiểu thuyết trường thiên

Đặng Tiến
Orleans, 05 tháng hai 1990, đọc lại và cập nhật 02-7- 2012, để tưởng niệm Nguyễn mộng Giác.
Trường thiên tiểu thuyết là thuật ngữ Nguyễn Mộng Giác đã dùng để gọi thể loại mà ông sử dụng khi viết Mùa biển động: một tiểu thuyết dài nhiều lần hơn mức trung bình, chia thành nhiều tập, đưa ra một tuyến nhiều nhân vật, sống trong một giai đoạn lịch sử dài, và những hoàn cảnh khác nhau.
Có thể nói Nguyễn mộng Giác là «  chuyên gia » về thể loại này : ông còn là tác giả bộ tiểu thuyết lịch sử, lấy thời kỳ Tây Sơn làm bối cảnh, bộ truyện Sông Côn Mùa Lũ, bốn cuốn, dài khoảng 2000 trang, viết tại Sài Gòn từ tháng 3 đến tháng 8- 1981, tu chính tại Hoa Kỳ 1990, và nhà An Tiêm của Thanh Tuệ xuất bản, cùng năm, tại Cachan- Paris và California. Sách được tái bản trong nước, tôi không nhớ xuất xứ, vì tôi có một bộ nhưng đã gửi tặng…tác giả ! Sách, vì ấn hành trong nước, đã gây tai tiếng và phiền hà cho người viết tại Mỹ.Như vậy, mấy chữ trường thiên tiểu thuyết đã mất nghĩa đầu tiên của nó: trước kia, nó chỉ là truyện dài, khác với trung thiên tiểu thuyết là truyện vừa, và đoản thiên tiểu thuyết là truyện ngắn. Từ ngày báo Phong Hóa, năm 1932, đưa ra từ truyện ngắn, thì dần dần người ta chỉ còn dùng hai chữ truyện dài, truyện ngắn. Cũng cần thêm rằng, hai chữ truyện ngắn mượn của người Anh, dịch từ short story, chớ người Pháp và người Trung Quốc, thầy ta lúc ấy, không có khái niệm truyện ngắn, hiểu theo quan niệm bây giờ.
Lire la suite : Dien Dan The Ky

  • Nhớ Nguyễn Mộng Giác

Nguyễn Hưng Quốc (04/07/2012)

Nhà văn Nguyễn Mộng Giác đã qua đời ngày 2 tháng 7 tại Nam California, Mỹ. Nhận được hung tin, tôi không thấy bất ngờ lắm nhưng vẫn lặng người, bàng hoàng.

Không bất ngờ vì năm ngoái, cũng vào tháng 7, khi tôi và Hoàng Ngọc Tuấn ghé Cali, đến thăm Nguyễn Mộng Giác, tôi đã thấy sức khoẻ của anh đã yếu lắm. Anh vẫn đi đứng nhưng dáng đi rất chậm, có vẻ gì như chênh vênh. Anh vẫn cười nói sôi nổi, nhất là khi bàn luận chuyện văn chương, nhưng sự chuyển động của đôi môi có vẻ gì như khó khăn và các cơ bắp trên mặt có vẻ gì như đờ cứng, không linh hoạt như trước. Sau mấy tiếng đồng hồ chuyện trò xôm rả, ra về, tôi cảm thấy buồn rầu và bất an, không biết mình có còn gặp được anh lần nữa hay không.

Càng không bất ngờ khi tuần trước, lúc tôi, Hoàng Ngọc-Tuấn và Võ Quốc Linh đang chuẩn bị đi Mỹ, tôi nhận được điện thoại của bạn tôi, anh Nguyễn Xuân Thu, kể về chuyến Mỹ du ngắn ngủi của anh, ở đó, anh có gặp Nguyễn Mộng Giác trong bệnh viện. Khi tôi hỏi về tình hình sức khoẻ của Nguyễn Mộng Giác, anh Thu khựng lại một lát rồi mới trả lời, giọng buồn buồn: “Chắc không còn lâu đâu!” Tôi muốn hỏi thêm chi tiết, nhưng anh Thu có vẻ không muốn kể. Anh chỉ nói: “Chuyến đi Mỹ lần này buồn quá. Mình chẳng muốn đi Mỹ nữa. Bạn bè người thì đã mất, người thì sắp mất. Đi về, lòng nặng nề dễ sợ.” Tôi, một mặt, mong Nguyễn Mộng Giác được bình phục; mặt khác, hy vọng, nếu bệnh tình anh biến chuyển xấu, cái xấu cuối cùng sẽ đến chầm chậm một chút để tôi có thể đến gặp anh lần cuối.

Lire la suite : VOA – Blog Nguyễn Hưng Quốc

  • Một nét trong phong cách Nguyễn Mộng Giác (1940-2012)

Nguyễn Hưng Quốc (11/09/2012)

Sông Côn mùa lũ mở đầu bằng hình ảnh một dòng sông, lúc gia đình giáo Hiến lếch thếch bồng bế nhau đi tị nạn, và kết thúc cũng bằng một dòng sông, sông Bến Ván, nơi dừng chân của mẹ con An. Nó mở đầu bằng dòng kinh nguyệt đầu tiên của An và kết thúc cũng bằng dòng kinh nguyệt của Thái, con gái của An. Giữa những dòng chảy ấy là dòng chảy điên cuồng của đất nước và của số mệnh từng người: những cuộc “hành kinh” của lịch sử.

Nên lưu ý là hình ảnh về những dòng chảy ấy, dưới nhiều hình thức và với nhiều mức độ khác nhau, bàng bạc trong hầu hết các tác phẩm của Nguyễn Mộng Giác chứ không riêng gì trong Sông Côn mùa lũ. Tên các tác phẩm của ông: Nỗi băn khoăn của Kim Dung, Bão rớt, Tiếng chim vườn cũ, Qua cầu gió bay, Đường một chiều, Ngựa nản chân bon, Xuôi dòng, Mùa biển động (5 tập), và Sông Côn mùa lũ (4 tập), trong đó, trừ tập tiểu luận đầu và tập truyện thứ hai, các tựa sách khác đều sử dụng một trong ba hình tượng: gió, nước và con đường. Nhiều nhất là hình tượng nước.

Lire la suite : VOA – Blog Nguyễn Hưng Quốc

* * *

Pour en savoir plus

  • Visitez le site Nguyen Mong Giac Info – Nơi lưu giữ những tác phẩm của Nhà Văn Nguyễn Mộng Giác [Nous en profitons pour remercier le professeur Nguyen The Anh pour nous avoir signalé ce site].

Rithy Panh : L’élimination – Lectures sur la blogosphère [1]

 

[ndlr] La publication de ce livre important de Rithy Panh (rédigé en collaboration avec Christophe Bataille) a suscité l’enthousiasme des lecteurs. En interrogeant la nature humaine, la psychologie du meurtre de masse, l’ouvrage « admirable et terrible » est devenu en quelques mois un succès de librairie. Plus d’une trentaine de comptes-rendus de lecture sont sortis dans la presse ou ont vu le jour sur des blogs consacrés à la littérature. En voici quelques-uns (Tobie Nathan, CaroMleslivres et Jostein).

* * *

« Vider le sang jusqu’à la dernière goutte »

A propos de L’élimination de Rithy Panh et Christophe Bataille.

Un livre ? Un coup de poing dans l’estomac, plutôt ! Vous le prenez là, vous vous pliez en deux et ensuite vous réagissez… ou pas ! Mais alors, tant pis pour vous, parce que ce livre vous travaille, pénètre les méandres de votre âme et s’assoit là, tout au fond, comme un léopard à l’affût.

Rithy Panh, cinéaste cambodgien, survivant des massacres khmers rouges des années terribles 1975-1979, nous donne ici, avec l’aide de Christophe Bataille, un livre terriblement puissant, mais aussi, mais surtout, un livre intelligent ! Il n’est pas seulement un long hurlement — qu’il demeure quant au fond — il est aussi une lente déconstruction d’un système fou, totalement fou dans son habileté perverse. Un système où l’on perçoit une sorte de désespoir devant une équation insoluble. L’équation est connue : comment instaurer une société réellement communiste ? Eh bien, on peut dire que les Khmers rouges l’ont résolue, mais à la manière d’Alexandre tranchant le nœud gordien, en détruisant la société tout entière.

Le livre suit alternativement deux lignes, qui parfois s’enchevêtrent, mais dont chacune parvient à son terme. La première est le récit de l’adolescence de Rithy Panh, âgé de 11 ans au moment de l’entrée des Khmers rouges dans Phnom Penh, le 17 avril 1975. Il vivra l’enfer jusqu’à son arrivée en France en 1980, perdra son père, sa mère, sa sœur et la plupart des membres de sa famille. Il sera affamé, frappé, terrorisé. Il survivra par miracle aux coups, aux maladies, à l’horreur qui donne naissance à plus encore d’horreur. Il raconte avec une certaine retenue les violences fondamentales qu’il subit et dont il fut témoin chaque jour durant ces cinq années dans les camps. Récits terrifiants dans leur précision photographique, mais cherchant à chaque fois à isoler un sens, une logique — une raison, fût-elle délirante. La seconde ligne parcourt les centaines d’heures d’entretien qu’il eut avec Kaing Guek Eav, dit Duch, responsable du plus terrible centre de torture et d’exécution « S21 », dans lequel au moins 12380 personnes furent torturées et la plupart ensuite mises à mort.

« À S21, nul n’échappe à la torture. Nul n’échappe à la mort. » (p.11)

Mais pourquoi ? Pour installer un véritable régime communiste, il fallait se débarrasser des classes sociales qui résistaient à la révolution, les bourgeois, les intellectuels, les propriétaires… Et propriétaires de quoi ?  De quelque chose, de n’importe quoi… N’importe qui, au fond… Du jour au lendemain, à compter du 17 avril, des millions de Cambodgiens sont devenus le « nouveau peuple », euphémisme diabolique désignant ceux qui devaient être rééduqués et transformés, advenir en « nouveau peuple ». Le terme « nouveau peuple » désignait en vérité les parias du nouveau régime. « L’ancien peuple », en revanche, était censé être constitué des ouvriers agricoles et du prolétariat. Existait-il seulement ce peuple fondamental pour lequel œuvrait la révolution ? Sans doute pas, sinon que les révolutionnaires eux-mêmes, les dirigeants, pour la plupart bourgeois aisés et intellectuels de haut niveau, en faisaient partie au titre de « techniciens de la révolution ». Bourgeois et intellectuels…

« Pol Pot, Khieu Samphan, Ieng Sary, Ieng Thirith ont vécu à Paris pendant plusieurs années où ils ont étudié Rousseau et Montesquieu, les Lumières et la Révolution française, parfois Marx, certains textes de Staline ou de Mao » (p. 93)

Duch était évidemment de ceux-là. D’abord professeur de mathématiques, lettré, parlant correctement le français, capable de réciter de mémoire des poèmes d’Alfred de Vigny ou des fables de La Fontaine. Entre 1971 et 1973, il a dirigé un camp de rééducation dans la jungle où fut détenu l’anthropologue François Bizot, puis la prison S21 de 1975 à 1979. Capturé en 1999, il a été jugé en 2010 et condamné à 35 ans de prison. Il a fait appel et c’est en attendant son second procès qu’il a accepté les entretiens avec Rithy Panh.

Duch ne connaissait pas Rithy Panh, un numéro sans nom, destiné à disparaître, même pas un être, même pas un pou.

« Le ressort de la « démocratie pure », ce n’est ni l’honneur, ni la vertu, ni la pureté : c’est la destruction. Aussi, la démocratie pure n’existe-t-elle pas : elle est absence d’homme. Une formule mathématique appliquée à l’histoire. » (p. 191)

Rithy Panh ne connaissait que Duch, en revanche, responsable de tout ce qui lui était arrivé, à lui, à sa famille, à son pays… Il l’a observé, l’a filmé, l’a interrogé aussi, parfois. Il est resté sidéré devant les roueries dérisoires du vieux tortionnaire. Rithy Panh savait qu’entrer dans les mécanismes précis, les pensées exactes du bourreau lui permettrait, non pas d’apaiser son feu intérieur, mais de l’oublier, au moins quelque temps.

Livre terrible, disais-je, d’où l’on ne ressort pas indemne. La notion de « traumatisme », et surtout ce qu’elle est devenue jusqu’à désigner les petits moments du quotidien est broyée. Nous les, « psy », nous devrions le reconnaître, nous nous sommes fourvoyés. Le traumatisme n’explique rien, et surtout pas les pathologies. Si le traumatisme n’a pas grand sens, il existe en revanche des violences extrêmes, délibérément infligées à certains hommes par d’autres hommes qui les ont pensées comme éléments d’une stratégie. D’où l’importance d’identifier ces stratégies, en tant que procédures intellectuelles, de les mettre à plat. Ce livre est évidemment, de ce point de vue, un élément de psychothérapie.

« Je demande s’il cauchemarde la nuit, d’avoir fait électrocuter, frapper avec des cables électriques, planter des aiguilles sous les ongles, d’avoir fait manger des excréments, d’avoir consigné des aveux qui sont des mensonges, d’avoir fait égorger… Il réfléchit puis me répond, les yeux baissés : ”Non”. Plus tard, je filme son rire. » (p. 13)

Je l’ai vu éclater de rire dans Duch, le maître des forges de l’enfer, le nouveau film tourné par Rithy Panh, qui a été retenu dans la sélection officielle du Festival de Cannes 2011 — je l’ai entendu, ce rire terrible, qui résonne et traverse les murs et les frontières. L’homme utilise cette même intelligence perverse à monter de nouvelles stratégies, à tromper les juges, à narguer les survivants, à salir la mémoire des martyrs.

Dernière question, enfin : à quoi donc servait la torture ? Certainement pas à faire parler, puisque les aveux extorqués, rédigés de manière stéréotypée dans des rapports gigantesques, étaient faux — ce que tout le monde savait, à tous les niveaux de la hiérarchie. La torture ne servait pas davantage à faire taire. La faim, d’abord, avait anéanti toute résistance — le pays entier avait été affamé. Et puis la terreur de tous les instants, la dénonciation permanente, les règlements absurdes et impossibles à connaître dans leurs détails, tout cela avait généré un pays pétrifié, un gigantesque territoire d’ombres. À quoi donc servait-elle, alors ? À convaincre que le monde pouvait être transformé par une idée. La torture est un acte intellectuel. Pour preuve cette torture incroyable dans son absurdité, consistant à vider une femme de tout son sang… Oui ! … lui planter deux cathéters, un dans chaque bras et la vider jusqu’à la dernière goutte. Dans le Kampuchea démocratique de Pol Pot, la torture était un acte idéaliste absolu. J’en frémis encore.

« Monsieur Rithy, les Khmers rouges, c’est l’élimination. L’homme n’a droit à rien. » (p. 99)

J’ai lu un certain nombre de livres sur les terreurs de masse, sous le régime nazi, dans l’empire soviétique, au moment de la révolution culturelle chinoise, pendant le génocide rwandais… pourquoi lire de tels témoignages, quelquefois à la limite de l’insupportable ? La description de ces violences extrêmes nous apprend, non pas seulement sur les capacités des humains  — et notamment les enfants — à survivre au pire ; non pas sur ce qu’on a appelé avec naïveté « la banalité du mal », mais sur les stratégies politiques réelles, telles qu’elles viennent s’incarner ; telles qu’elles  viennent s’incruster à l’intime de l’être. La psychologie, ce n’est au fond que de la politique incarnée.

L’élimination, de Rithy Panh et Christophe Bataille restera inscrit en moi, comme d’autres grands livres, incontournable, comme  Si c’est un homme de Primo Levi, Auschwitz et après de Charlotte Delbo ou L’espèce humaine de Robert Antelme.

Tobie Nathan

Source : Le Blog de Tobie Nathan, contre les trous de mémoire

* * *

« À te garder, on ne gagne rien. À t’éliminer, on ne perd rien »

Un livre «coup de poing », émouvant et poignant. À la lecture de ce témoignage, j’ai eu du mal à comprendre comment ce génocide a pu à ce point être nié par les autres nations ; qu’en 1975, on louait le modèle communiste du régime des Khmers rouges.

Comment ces hommes ordinaires devenus tortionnaires peuvent-ils s’en sortir avec des peines qui ne seront jamais égales à la douleur qu’ils ont infligée ? Comment, en tant que victime, peut-on se reconstruire après tant de blessures physiques et psychologiques ? La croyance en la bonté de l’être humain doit être immense pour pouvoir continuer à lutter comme l’a fait l’auteur.

Le courage dont fait preuve Rithy Panh à évoquer son passé inspire un profond respect. Que cet homme ait consacré sa vie à essayer que justice soit rendue pour toutes les victimes et à entretenir le devoir de mémoire pour son peuple inspire un profond respect. Qu’il ait trouvé la force de s’entretenir avec des bourreaux des centaines d’heures inspire un profond respect…

Il est difficile de comprendre comment la banalité de la vie peut être enrayée par la folie d’hommes qui parviennent à mobiliser des foules, des armées pour parvenir à leurs fins, qu’une machinerie implacable soit mise en place dans ce seul but.

L’alternance entre les échanges avec Duch et les souvenirs vivaces de l’auteur donne encore plus de force au récit. Ce que subissent toutes ces victimes se situe au-dessus de l’imagination.

Alors, on lit ce livre et on est forcément révolté. À chaque fois qu’un génocide se produit, on se dit « plus jamais ça ».Et finalement, encore aujourd’hui, dans beaucoup de pays aux régimes totalitaires, militaires, des personnes meurent à cause de leurs croyances, de leurs idéaux…

Voilà le pouvoir de ce livre : il relate des évènements datant d’une quarantaine d’années, mais il est toujours actuel, malheureusement…

La lecture de ce livre m’a bouleversée. J’espère que les prochains documents de la sélection du Grand prix des lectrices Elle seront aussi intéressants.

Biographie succinte de l’auteur : Rithy Panh, né à Phnom Penh au Cambodge en 1964, est un cinéaste cambodgien. Rescapé des camps de travail des Khmers Rouges, il y a perdu ses parents et une partie de sa famille. Il a décidé de se consacrer à un devoir de mémoire au travers du cinéma. Son oeuvre est imprégnée du travail de mémoire et de la douleur des survivants du régime de Pol Pot. Il tente de retrouver la culture cambodgienne à travers le cinéma. On lui doit, entre autres, « Les gens des rizières », « Bophana », « S21 – la machine de mort khmère rouge », qui fut un évènement, et « Duch, le maître des forges de l’enfer ».

Caro

Source : Des bouquins sur l’étagère

* * *

« Ni sacralisation, ni banalisation »

Ce témoignage  de Rithy Panh, plus de trente ans après le régime du Kampuchéa démocratique de 1975 à 1979, est bouleversant. Rithy avait treize ans lorsque cela a commencé. Il y a perdu presque toute sa famille, son identité, son humanité. Par ce récit, il ne veut « ni sacralisation, ni banalisation », il veut comprendre.

Son métier de cinéaste lui permet de mettre des images et surtout de les expliquer. Ce livre permet de mettre des mots sur cette horreur.

L’auteur alterne le récit de sa jeunesse et la confrontation avec le principal bourreau, Duch. Les deux témoignages sont violents. Le récit de la déshumanisation, du génocide est horrible mais le rire et la négation de Duch sont révoltants.

Duch affiche son attitude  » Ne pas voir, ne pas regarder, ne pas entendre. Annoter les dossiers dans on bureau : telle est sa position officielle ». Et pourtant, dans le centre S21 que dirige Duch, on torture, on viole, on fait avouer et on extermine.

Dehors, les Khmers rouges  anéantissent la classe intellectuelle, font les mariages, interdisent les lunettes, uniformisent les habits et  changent les prénoms.

 » Dans ce monde, je ne suis plus un individu. Je suis sans liberté, sans pensée, sans origine, sans patrimoine, sans droits : je n’ai plus de corps. Je n’ai qu’un devoir : me dissoudre dans l’organisation. »

Rithy Panh fait un récit sans concession, dénonçant les avocats de la défense, le secrétaire de l’ONU, l’absence des autres pays. Son style est simple et efficace, il raconte sans rien omettre de l’horreur, et reconnaît les rares soutiens qui l’ont aidé à résister.

Ce document est un témoignage capital et bouleversant.

Source : Blog Sur la route de Jostein

Rithy Panh : L’élimination – Lectures sur la blogosphère [2]

[ndlr] La publication de ce livre important de Rithy Panh (rédigé en collaboration avec Christophe Bataille) a suscité l’enthousiasme des lecteurs. En interrogeant la nature humaine, la psychologie du meurtre de masse, l’ouvrage « admirable et terrible » est devenu en quelques mois un succès de librairie. Plus d’une trentaine de comptes-rendus de lecture sont sortis dans la presse ou ont vu le jour sur des blogs consacrés à la littérature.

Suite des CR de lecture (Lecturissime, Clara, Constance, Yves Stalloni, Philippe Hérault et Nadine Doyen).

 

 

 


« Si vous voulez mon silence, il faudra me tuer » (p. 94)

L’élimination est un récit qui prend à la gorge son lecteur. Les mots serrent son cou et son esprit pour ne plus le lâcher, pour que lui aussi manque de souffle devant tant d’ignominies, pour que lui aussi s’interroge sur ce que signifie « être humain », pour que lui aussi vive les horreurs perpétrées par les régimes totalitaires et étouffe, pour qu’il connaisse les ravages inhérents, pour qu’enfin lui aussi souhaite crier sa révolte…

L’auteur n’aborde pas le sujet de front, il suit les circonvolutions de son esprit qui semble vouloir fuir les scènes de son passé trop insoutenables. Et pourtant, il faut en parler, il faut les évoquer, les partager, pour surtout, surtout, ne pas oublier, surtout se souvenir que l’inhumain existe et que ce n’est pas et ne sera jamais « un détail de l’histoire ». La souffrance est nécessaire, Rithy Panh veut se souvenir de son adolescence sous le régime de Pol Pot, de son père qui a refusé les compromissions en refusant de s’alimenter, de sa mère morte dans un hôpital sordide, de son neveu, mort de faim « Je ne souhaite à personne de voir ce que j’ai vu : un enfant qu’on ne peut plus retenir dans la vie. » (p. 195), de sa sœur malade, de tous ceux qu’il a aimés, chéris, tués par et pour un système inhumain, errant dans le royaume des morts sans sépulture. Ce livre est comme une stèle sur laquelle se recueillir :

« Mais il y a une autre stèle : le travail de recherche de compréhension, d’explication, qui n’est pas une passion triste : il lutte contre l’élimination. Bien sûr, ce travail n’exhume pas les cadavres. Il ne cherche pas la mauvaise terre ou la cendre. Bien sûr, ce travail ne nous repose pas. Ne nous adoucit pas. Mais il nous rend l’humanité, l’intelligence, l’histoire. Parfois la noblesse. Il nous faits vivants. » (p. 205)

Lors de leurs entretiens Duch minimise l’horreur, il est un homme qui a baissé les yeux pour ne pas voir, un homme capable d’oublier, un bourreau sanguinaire incompréhensible.

« Bien sûr, on peut détourner le regard. Perdre son objet. Le laisser s’écarter, flotter, disparaître – un simple mouvement des yeux suffit. Bien sûr, on peut ne pas regarder un pays ; ne pas savoir où il se trouve ; soupirer à l’évocation répétitive d’un nom malheureux. On peut même décider que ce qui a eu lieu est incompréhensible et inhumain. (…) Eh bien c’est fait (…) Je ne vois plus cet Occidental qu’on enserre dans cinq pneus, et qu’on enflamme vivant au milieu de la rue, à côté de S21. (…) Je ne vois plus ce nourrisson lancé contre un arbre. Je ne vois plus. Je ne vois plus. » (p. 99)

Rithy Panh ne peut pas occulter ces années, il ne veut pas oublier ces 1.7 millions de morts…

« Etre un héros me semble facile : sauter sur une mine ; mourir pour sa cause ; c’est un état de guerre. Mais être un homme ; chercher la liberté et la justice ; ne jamais abdiquer sa conscience : c’est un combat. » (p. 95)

Une claque pour se souvenir, un texte nécessaire.

Premières phrases :

« Kaing Guek Eav, dit Duch, fut le responsable du centre de torture et d’exécution S21, dans Phnom Penh, de 1975 à 1979. Il explique avoir choisi ce nom de guérilla en souvenir d’un livre de son enfance, où le petit Duch était un enfant sage. »

Source : Lecturissime, 9 septembre 2012

* * *

330 pages bouleversantes…

Le 17 avril 1975, les Khmers rouges entrent dans Phnom Penh la capitale du Cambodge. Rithy Panh est âgé de treize ans : du jour au lendemain, je deviens « un  nouveau peuple », ou, expression plus affreuse encore, « un 17 avril ». Trente ans plus tard, il raconte, témoigne de ce qu’il a enduré sous le régime de Pot Pot.

Pour la réalisation de son film « S21, la machine de mort Khmère rouge », Rithy Panh a rencontré des survivants comme lui mais également des bourreaux, des tortionnaires dont Duch le responsable du centre S21. Un centre où étaient accomplis des tortures, des exécutions, des prises de sang massive (allant jusqu’à vider entièrement la personne de son sang), des viols.  Lors de ces entretiens avec Duch, documents à l’appui, il lui pose des questions. L’homme nie ou se réfugie derrière la doctrine, se complait dans le mensonge.  Pire, il lui arrive de sourire. Rithy Panh n’abandonne pas et cherche de comprendre avec patience.

De 1975 à 1979, les Khmers rouges ont organisé des déplacements massifs de la population :  la première décision politique du nouvel ordre est d’ébranler la société : déraciner les habitants des villes ; dissoudre des familles, mettre fin aux activités antérieures – professionnelles en particulier ; briser les traditions politiques, intellectuelle, culturelles, affaiblir physiquement et psychologiquement les individus. L’évacuation forcée a eu lieu simultanément dans tout le pays et  n’a souffert aucune exception.

Le Kampuchéa démocratique a affamé la population  : la faim est le premier des crimes de masse – si difficile à établir avec certitude, comme si ses causes même étaient mangées, tout était soumis à l’Angkar où l’individu  était réduit à néant : c’est un état de « non habeas corpus ». Je suis sans liberté, sans pensée, sans origine, sans patrimoine, sans droits : je n’ai plus de corps. Je n’ai qu’un devoir : me dissoudre dans l’organisation . Chacun était renommé pour effacer l’individualisme, pour déshumaniser  un peu plus l’être humain. Pour l’Angkar, il n’y avait pas d’individus. Nous étions des éléments.

Travailler sans relâche, obéir, se taire : Rithy Panh l’a vécu. En quelques semaines,  il a perdu sa famille tous emportés par la cruauté et la folie des khmères rouges. J’étais sans famille. J’étais sans nom. J’étais sans visage. Ainsi je suis resté vivant, car je n’étais plus rien. Il a frôlé la mort, sauvé de  de la maladie. Il a vu des enfants périr à ses côtés, a transporté des cadavres dans des charniers.

Tout est raconté sans pathos,  sans auto-apitoiement, sans haine mais avec  justesse et une forme de sagesse que seuls ceux qui ont connu le pire possèdent. Entre les mots, on ressent la douleur. Brute et  ineffaçable. Certains passages sont très durs, à la limite de l’insoutenable mais il fallait écrire noir sur blanc ce qui s’est réellement passé. Rithy Panh a rassemblé des documents, vérifier chaque élément et chaque point pour que personne ne puisse dire que le S21 n’était qu’un « détail » de l’histoire ou que les 1,7 millions de morts n’étaient pas aussi nombreux. L’auteur soulève des questions sur la passivité de l’ONU, sur les relations des Etats-Unis et de la Chine avec ces criminels, sur la France qui n’a toujours pas dit ce qui s’était passé dans son ambassade en avril 1975.

Quelques éléments de mise en forme m’ont gênée à ma lecture. L’auteur cite Louis Althusser, j’aurais aimé qu’il précise que c’était un philosophe (ce que j’ignorais). De même, des extraits de la plaidoirie de Jacques Vergès sont mentionnés  mais sans  la date du procès.

Il n’en demeure pas moins que ce livre est un document bouleversant, capital et nécessaire, une pierre à l’édifice de la mémoire collective !

J’ai vu un pays entièrement dépouillé, où une fourchette ne se donne pas, où un hamac est un trésor. Rien n’est plus réel que le rien.

Clara

Source : Blog Moi, Clara et les mots

* * *

Plongée sous les khmers rouges

Cet essai n’a de valeur qu’en tant que témoignage. Mais quelle valeur ! Avec beaucoup d’humanité, Rithy Panh nous raconte les quatre années de son adolescence qu’il a vécu sous les khmers rouges, la dictature communiste du Cambodge. La faim, la perte de repères, la déshumanisation, les disparitions successives de ses proches et de ses compatriotes, l’omniprésence de la mort… Tout est là, en seulement quatre années de pouvoir, et la douleur est vive.

Ce témoignage est à la fois profondément intime et étrangement distant. On a parfois l’impression que Rithy Panh se détache de l’adolescent qu’il a été pour mieux réfléchir sur son vécu et, peut-être, s’en émanciper. Pourtant, toute sa démarche de cinéaste est dans la mémoire. Il cherche à montrer ce qu’a été le régime khmer rouge, ses atrocités et son absurdité totale. Peut-être aussi le détachement tient-il à la collaboration avec un romancier, Christophe Bataille, qui arrive magnifiquement à trouver les mots juste aux réflexions du Rithy Panh.

Si l’intérêt littéraire n’est pas exceptionnel, l’écriture est très bien maîtrisée. L’alternance entre un présent dans lequel Rithy Panh questionne, caméra à l’appui, un des plus grands bourreaux des khmers rouges, et un passé dans lequel le cinéaste a été soumis au régime dictatorial, est rondement menée, claire et efficace. Le contraste est impressionnant entre les deux périodes et entre les deux hommes qui se confrontent. Duch, directeur du S21, centre de torture et de mise à mort du régime, est dans la négation totale. Il a oublié les cris des torturés, et même les dossiers les plus sensibles, ceux qui marquent un homme à vie, ou du moins c’est ce qu’il prétend. Rithy Panh est dans la révélation et le souvenir de la vérité.

Ce n’est pas une interview, ni même un interrogatoire, mais la confrontation d’une victime et de son bourreau. Rithy Panh évoque de nombreuses victimes, des cas particuliers particulièrement frappants de part leur banalité, comme pour leur rendre une existence qui leur a été volée. L’individu existe de nouveau, même détruit et enterré au fond d’une fosse commune, même quand c’est lui qui pousse les cadavres dans la fosse. Sa négation, sa transformation par des aveux forcés (et donc faux), sa disparition dans la masse humaine, lui font face.

Avec l’aide de Christophe Bataille, Rithy Panh met des mots sur l’indicible, un formidable acte de révolte contre un régime qui a assassiné le langage en le manipulant sous forme de slogans. Il gagne le combat face à lui, car il nous émeut aux larmes en même temps qu’il nous fait réfléchir. Le régime khmer rouge utilisait la logique pour organiser au mieux l’élimination, le langage pour bourrer les crânes, l’apparence pour cacher les mensonges. Rithy Panh interroge l’incompréhensible horreur de ce régime parfaitement organisé, dans laquelle toute forme d’humanité est bafouée. Il n’hésite pas non plus à mettre ce génocide et cette dictature communiste en regard d’autres situations : la Shoah, la Chine, la Russie… Un peu gênant, d’une part parce que chaque situation est particulière, d’autre part parce que Rithy Panh n’a aucunement la distance pour faire un travail d’historien, mais il faut avouer que nous faisons nous-même des parallèles dans notre esprit.

Plus interpellant, l’homme confronte ses idées, sa démarche et ses réflexions à d’autres personnes qui ont vécu ou réfléchis sur des phénomènes analogues. Sont convoqués beaucoup de monde, dont par exemple Primo Lévi, qu’il admire pour son témoignage mais ne comprend pas le suicide, ou la philosophe Hannah Arendt qui a réfléchi sur les totalitarismes et sur la « banalité du mal », des thèses intéressantes pour essayer de percer Duch, mais qui pour lui ne répondent pas à l’absurdité du régime khmer. Tout en refusant de nier l’humanité de Duch, il refuse d’en faire un homme banal, car n’importe qui n’a pas commis ses crimes, et ceux-ci n’ont rien de banal. Ses réflexions, vives et argumentées, interpellent, même si nous avons parfois du mal à toutes les saisir, notamment quand il fait références à d’autre travaux de témoins, d’historiens ou de philosophes (même ça, nous ne le savons pas toujours clairement).

La richesse de ce témoignage, au delà la reconstitution de la vie sous la période khmer rouge, est que Rithy Panh est conscient de l’influence de son vécu sur ce qu’il dit. Il n’essaye pas de faire de l’Histoire, il raconte avec justesse ce qu’il a vécu et ce qu’il vit face à Duch, le bourreau du régime. Il ne se cache pas des émotions qui le tenaillent, ni des réflexions qui lui passent par l’esprit. Nous partageons sa conscience, avec un brin d’horreur et beaucoup d’empathie non pas pour un seul homme, mais pour tous ceux qu’il évoque dans ses lignes : un peuple brisé, mis à mort dans l’absurdité, des hommes et des femmes manipulés, et surtout des milliers de vies détruites. Un témoignage poignant, entre distance et implication.

Constance

Source : Blog Petites lectures entre amis

* * *

L’expérience de l’extrême

Nous ressentons, face à l’insoutenable témoignage que nous livre Rithy Panh dans son ouvrage L’Élimination, le même trouble, le même embarras et la même suffocation qu’en présence des récits, plus ou moins anciens, que des rescapés ou des témoins nous ont rapportés de leur expérience de l’extrême, celle de l’horreur concentrationnaire ou de la furie exterminatrice.

Même choc et même sidération que lorsque nous lûmes les textes de Robert Antelme, de Primo Levi, d’Élie Wiesel,  de Varlam Chalamov ou, plus près de nous, de Jean Hatzfeld.

Et même questionnement aussi : doit-on juger ces œuvres pour leur valeur documentaire, les retenir pour leur portée historique et humaine, en tant qu’aperçu de la folie meurtrière des hommes, des manifestations du mal et, d’un autre côté, des preuves d’une indéfectible volonté de survie associée à un souci de conserver sa dignité ? Ou alors l’appréciation doit–elle aussi être de nature littéraire, chercher à percevoir les qualités d’écriture, de composition, de mise en forme, la capacité à camper des personnages, à inventer des situations, à créer de l’émotion, bref à mobiliser le lecteur ?

Comment éveiller les consciences?

La réponse est pour nous évidente : les divers ouvrages cités et quelques autres de même tenue, auxquels s’ajoute, aujourd’hui, le beau livre de Rithy Pahn, L’Élimination, échappent au ressassement et se hissent au niveau de véritables œuvres littéraires parce qu’elles associent, comme naturellement, le témoignage et l’art, l’observation fidèle, précise, d’une entreprise méthodique et massive de destruction, et un réel travail d’écrivain soucieux de toucher, d’atteindre les sensibilités grâce aux ressources de la plume.

On peut penser que la part de la littérature est dérisoire quand il s’agit de dénoncer l’horreur de la torture et de l’extermination, celle des Khmers rouges, dont il est question ici, celle des nazis ou des responsables du Goulag hier. On a tort. Le message aura d’autant plus de poids que la forme sera soignée. Et quand Rithy Panh choisit, pour nous livrer sa terrible aventure, de recourir à la collaboration  du romancier Christophe Bataille (dont on ignore la part qui lui revient dans l’entreprise), c’est bien qu’il est convaincu que les faits bruts ne sont pas suffisants à éveiller les consciences. Qu’il y faut, comme aurait dit Jorge Semprun, une dose d’art, voire d’artifice.

La nécessité d’une construction littéraire

C’est peut-être par là, paradoxalement, qu’il convient de commencer, façon d’expliquer les raisons pour lesquelles ce livre prend place dans la lignée de ces écrivains-déportés qui furent aussi confrontés à la haine aveugle.

La part littéraire tient d’abord au rythme choisi, l’ouvrage se présentant sous la forme d’une série de séquences brèves (une à deux pages environ), séparées par des blancs, comme une succession d’images haletantes, sur plus de 300 pages.

Autre effet, celui du montage – et le mot, qui renvoie à l’univers cinématographique auquel appartient l’auteur, n’est pas innocent. Un montage subtil, serré, calculé, qui fait alterner diverses temporalités, celle des années de révolution, alors que le petit Rithy est âgé de 13 ans, celle de la construction d’un film autour de Duch, le bourreau du camp S 21, celle du présent de l’auteur, à Paris notamment ou en d’autres lieux, celles aussi, plus fugitives, de certains moments de sa vie, notamment dans sa vie familiale.

Troisième concession à la littérature, le personnage de Duch, de son vrai nom Kaing Gerek Eav, responsable du centre de torture et d’exécution, autour duquel le livre est bâti : ses réactions, ses mensonges, son rire cynique ou inconscient, sa réinterprétation de l’histoire, son pouvoir de séduction, de manipulation…

Enfin, dernière composante de nature littéraire, le jeu intertextuel : Rithy Panh, nourri de culture européenne et française, enrichit son propos, et en quelque sorte lui donne une dimension intemporelle, au moyen de références à d’autres livres qui l’ont formé, les poètes (Vigny, Prévert), les anciens déportés (Primo Levi, Charlotte Delbo, Stéphane Hessel), les intellectuels (Furet, Badiou, Althusser, Hilberg).

« Les personnes arrêtées étaient des ennemis, pas des hommes »

Mais ces qualités littéraires ne doivent pas nous faire oublier, évidemment, la raison d’être du livre, la restitution insupportable d’un des plus odieux génocides du XXe siècle. Sans complaisance, mais avec rigueur et précision, l’auteur égrène la litanie des humiliations et des souffrances que de prétendus purificateurs imposent à d’innocentes victimes : torture, famine, exécutions sommaires, expériences médicales, menace permanente, méfiance généralisée, vexations, chantage, extorsion de pseudo-confidences et d’autocritiques, déplacement de population, séquestration, viols, déshumanisation : « Les personnes arrêtées étaient des ennemis, pas des hommes. »

Au bout de l’horreur, I,7 million de morts en moins de quatre ans, de 1975 à 1979. Rithy Panh a vu disparaître son père, homme cultivé et francophile, sa mère, femme de la campagne dotée pourtant d’une belle résistance, certains de ses frères et sœurs, ses jeunes neveux, ses amis de rencontre, un médecin qui le soigne, un artiste qu’il admire, un jeune enfant de son âge qui l’aide à se nourrir.

« L’homme n’a droit à rien »

La chance, le hasard, l’instinct l’ont fait échapper à cette fameuse « élimination » qui tient lieu de ligne politique. Ce que lui expliquera l’ignoble Duch : « Monsieur Rithy, les Khmers rouges, c’est l’élimination. L’homme n’a droit à rien. » Le crime alors devient banal, parce que le mal est banal, nous le savons depuis longtemps. Mais le narrateur oppose à cette démoniaque ardeur de tuer une réjouissante banalité du bien, celle qui donne à l’humanité sa face claire. Même si ce pari sur l’homme ne s’accompagne pas du pardon, encore moins de l’oubli, comme l’atteste le message que doit délivrer ce livre indispensable.

« Rien n’est plus réel que le rien »

Les films de Rithy Panh – Bophana, une tragédie cambodgienne (1996), S 21, la machine de mort khmère rouge (2003), Duch, le maître des forges de l’enfer (2012) ont su traduire en images cette barbarie contemporaine. L’Élimination continue la dénonciation au moyen des mots, et chacun d’entre eux, rempli d’une terreur surmontée et d’une révolte mal contenue, nous atteint plus profondément encore. Une phrase résume  ce sentiment : « Rien n’est plus réel que le rien. »

Yves Stalloni

Source : Blog de l’Ecole des Lettres

* * *

Qui se souvient des Khmers rouges ?

Qui se souvient des Khmers rouges ? Qui se souvient du Kampuchéa démocratique, sinistre parti marxiste-léniniste ayant régné par la terreur sur le Cambodge de 1975 à 1979 ? Les idéologies passent, mais les blessures restent. Ce sont ces blessures que Rithy Panh met à nu dans L’élimination, livre écrit en collaboration avec Christophe Bataille.

Rithy Panh a treize ans quand les Khmers rouges prennent le pouvoir. Treize ans, c’est l’âge des premières amours. Pour Rithy Panh, ce sera l’apprentissage de la mort, de la famine, de la déshumanisation. Il perdra tout, sauf la vie : « J’étais sans famille. J’étais sans nom. J’étais sans visage. Ainsi je suis resté vivant, car je n’étais plus rien. »

Plus tard, pour raconter ce cauchemar et tenter de comprendre la folie meurtrière de l’Angkar, il deviendra cinéaste et se confrontera à Duch, le bourreau de son peuple, le chef du S21, le camp où étaient torturés et exécutés tous « les ennemis du peuple ». L’Elimination alterne ainsi des passages où Rithy Panh témoigne pour sa famille disparue et d’autres où, à l’occasion du procès des principaux dirigeants du Kampuchéa démocratique, il dialogue avec son bourreau.

Qui est Duch ? Un homme cultivé, ancien professeur de mathématiques, bon connaisseur de la culture française. Un homme de l’ombre aussi, un policier qui dirigeait les interrogatoires au S21, passant des heures dans son bureau à annoter les confessions des suppliciés, organisant l’élimination des « ennemis de classe » avec une efficacité d’orfèvre.

Un pervers, Duch ? Un fou ? Vous n’y êtes pas. Il incarne plutôt ce qu’Hannah Arendt, à l’occasion du procès Eichmann, appelait la banalité du mal. Une banalité qui sommeille en chaque homme, ni perversion ni violence physique, et qui semble pourtant procéder des deux. En soi, Duch ne fait pas peur, il n’est pas plus violent qu’un autre ; mais sa rhétorique est terrifiante, à l’exemple des slogans révolutionnaires de cette époque : « Si tu es un libertaire, si tu veux être libre, pourquoi ne pas mourir à ta naissance ? » – « Qui proteste est un ennemi, qui s’oppose est un cadavre ! »

Ces slogans disent tous la même chose : avant d’être un acte, la révolution est un langage. Et c’est ce langage qui rend possible le pire. A ce sujet, Rithy Panh établit des parallèles avec la façon dont les nazis avaient investis leur propre langue pour l’idéologiser, mais aussi – et cela paraîtra peut-être choquant à certains lecteurs français – avec certains discours de Saint-Just.

Bien plus, Rithy Panh se fait l’écho aussi de ce que certains intellectuels français pensaient du processus révolutionnaire engagé au Cambodge. Parmi eux, et non des moindres, Alain Badiou et Noam Chomsky. Le premier, dans un article du Monde daté de janvier 79, parle de « formidable campagne anticambodgienne », face à la découverte des crimes perpétrés par les Khmers rouges. Le second, en 1980, rejette en bloc toutes « les critiques particulièrement virulentes » à l’égard du Kampuchéa démocratique.

On reste sans voix devant de tels propos, guidés par la mauvaise foi, l’ignorance, le ressentiment. Trois choses contre lesquelles se bat Rithy Panh, par son travail de cinéaste et d’écrivain, lui qui a tout perdu, sauf le devoir de transmettre aux vivants ce que fut l’ampleur de cette perte.

Pascal Hérault 
(29/06/12)  

Source : Encres Vagabondes

* * *

Un éclairage bouleversant

Ce récit à deux voix offre un éclairage bouleversant sur l’extermination par les Khmers rouges « des bourgeois, des intellectuels, des propriétaires » cambodgiens, sous le régime de Pol Pot.

Rithy Panh part sur les traces des bourreaux qui lui ont volé son adolescence et ravi sa famille.

Habité par trois objectifs : « comprendre, expliquer, se souvenir », il a choisi  de laisser un témoignage visuel (ses films dont S21) et écrit sur ce génocide dont il réchappa miraculeusement.

Le récit, à la veine autobiographique, se divise en deux axes : ce que le narrateur a vécu, vu, entendu (un passé obsédant, lancinant comme une douleur) et ce qu’il a pu recueillir en exhumant des archives, des photos ou en interrogeant  des tortionnaires et Duch dans sa prison.

Tout a basculé le 17 avril 1975, date à laquelle les parents de Rithy Panh et bon nombre de fonctionnaires étaient devenus « des oppresseurs » à éliminer. Les voilà déplacés, ballottés, d’un lieu à un autre, séparés, affectés à des camps, contraints à un travail exténuant.

Le narrateur, âgé de treize ans, va connaître la punition, les privations, la maladie.

Il perdra tout contact avec sa famille, sera réduit à la condition animale. Il égrène ses souvenirs heureux au sein de sa famille, contrastant avec les plus effroyables durant ces « quatre années terribles » où les horreurs s’enchaînent, la terreur.

Rithy Panh rend un vibrant hommage à ses parents : sa mère admirable pour son abnégation, sa bonté, son courage et son père, un héros, devenu « une boussole », qui lui avait donné le goût de la lecture, de la connaissance, ainsi qu’au peintre Vann Nath.

A Duch, présenté comme un « homme éduqué », capable d’aimer et de procréer, chargé du centre S21, revient la responsabilité d’un million sept cent mille morts.

A l’auteur, rescapé du kamtech, qui ne cache pas les séquelles d’un tel enfer (insomnies, cauchemars, agoraphobie, angoisse),ni son chagrin incommensurable, on aurait envie de le conforter dans la pertinence de son travail avec la citation de Karen Blixen : « Tous les chagrins sont supportables si on en fait une histoire ».

Rithy Panh  rend compte des atrocités (familles décimées), des exactions (tortures,massacres, viols, prises de sang) au nom d’une idéologie. Scènes insoutenables, poignantes, traumatisantes, l’horreur au-delà de l’entendement, de l’indicible, susceptibles de heurter la sensibilité du lecteur.

L’auteur fait entendre sa colère, sa révolte, son indignation à l’encontre de ceux qui ont détourné la vérité. Comment accepter les mensonges de Duch ? Si ce n’est qu’en soulignant sa soumission à sa hiérarchie, celui-ci se défendant en affirmant qu’il n’était « qu’un rouage entre les décideurs et les exécutants ».Faute d’obtenir la vérité, Rithy « cherche la parole » en tentant de soutirer des aveux, des confessions afin de montrer que Duch n’est pas un monstre, « que l’homme n’est pas foncièrement mauvais ». Mais « sa vérité n’était pas celle qu’il attendait ».

L’auteur n’était-il pas bercé d’illusions en pensant qu’il pourrait amener Duch vers plus d’humanité ?

Dans cette description foudroyante du totalitarisme, l’auteur pointe une analogie avec le stalinisme, un modèle pour Duch et dénonce cet embrigadement qui transforme les hommes en esclaves, en automates. Le récit est ponctué de slogans terrifiants, comme celui-ci : « Seule la violence chasse une violence antérieure ». Cruauté, barbarie, purge, fosses, charniers sont des mots clés traduisant le drame épouvantable que la bouffée d’oxygène apportée par la poésie peine à adoucir.

De nombreux ouvrages de références (si l’on en juge par la copieuse bibliographie) ont irrigué la pensée du narrateur dont : Primo Levi, Hannah Arendt, Claude Lanzmann, Jean Hatzfeld.

Le parcours hallucinant du narrateur force notre admiration, par son courage dans sa lutte pour survivre, « rester vivant », puis pour s’adapter dans sa famille d’accueil française et reprendre des études. N’a-t-il pas puisé sa force de résilience dans sa volonté d’évacuer le passé ? N’a-t-il pas caressé l’espoir que « chaque témoignage est une pierre qui contribue à édifier un rempart contre la menace du retour à la barbarie ».

Rithy Panh, avec la collaboration de Christophe Bataille, livre un implacable réquisitoire contre le Kampuchea démocratique et accomplit un travail de mémoire indispensable, trente ans après la chute de Phnom Penh. La puissance de cet éprouvant ouvrage l’assure de résister à l’oubli.

Nadine Doyen

Source : Traversées

Autres avis :

sur le blog Audouchoc

sur le blog A propos de livres…

sur le blog de Delphine’s Books and more

sur le blog Des livres et tout, un avis mitigé

sur le blog L’Antre des mots…

sur le Blog de Francis Richard

sur le Blog de Mimi, un avis négatif


« Le Chagrin de la guerre » ou l’impossible autobiographie – par Doan Cam Thi

[ndlr] Article de Doan Cam Thi sur l’écriture de l’écrivain vietnamien Bao Ninh autour de son ouvrage qui fit grand bruit dans le Viêt Nam du début des années 1990. Elle interroge l’écriture de la guerre dans le Viêt Nam communiste et analyse la « confession » de Bao Ninh. Cet article a été publié initialement dans la revue en ligne La Revue des Ressources. Il est extrait de Doan Cam Thi, Écrire le Vietnam contemporain (Presses universitaires Paris Sorbonne, 2010).

 

Un témoin a besoin d’un état civil.
Marc Bloch, L’Étrange défaite

Il n’est pas vrai qu’il peut se taire et oublier. Il faut qu’il explique, qu’il raconte, qu’il domine ce monde dont il fut la victime.
Georges Perec, Robert Antelme ou la vérité de la littérature

Si l’homme a toujours occupé une place centrale dans le réalisme socialiste, il n’a été qu’un thème idéologique, en liaison avec la lutte de libération nationale et l’édification socialiste, deux objectifs de la « Révolution vietnamienne ». Il a été cet « homme nouveau » que la littérature « devait contribuer à construire » selon les instructions du Parti communiste dès 1957. Modèle importé de l’Union soviétique et de la Chine populaire, fils du marxisme léninisme, l’« homme nouveau » portait une conscience de classe qui lui permettait de faire la révolution pour changer le monde.

Concrètement, il devait avoir « un sens élevé de la collectivité, une forte aspiration pour la science et la technique, l’amour de la littérature et des arts, le patriotisme accompagné de l’esprit internationaliste prolétarien » [1]. L’écrivain avait en conséquence pour mission de « découvrir l’homme nouveau et faire l’éloge de ses vertus afin d’en faire une figure artistique, un exemple à suivre pour tout le monde » [2]. Psychologiquement, ce personnage littéraire était unifié, cohérent et analysable. Positif, il luttait contre les « mauvais éléments » et triomphait en chaque circonstance.

Dans quelles conditions la littérature vietnamienne a t elle pu soudain, au milieu des années 1980, renoncer à ce héros collectif pour produire l’être individuel ? Par quel travail a t elle pris de la distance avec les notions orthodoxes du sujet, afin de pénétrer dans les zones d’ombre du moi et d’en faire un véritable objet de création romanesque ?

Lire la suite : La Revue des Ressources

* * *

Maître de conférences à l’Institut national de langues et civilisations orientales (Inalco), Doan Cam Thi a publié Écrire le Vietnam contemporain. Guerre, corps, littérature (Presses de l’Université Paris Sorbonne, 2010), Au rez-de chaussée du paradis. Récits vietnamiens 1991-2003 (Philippe Picquier, 2005), Poétique de la mobilité. Les lieux dans Histoire de ma vie de George Sand (Rodopi, 2000). Elle a traduit en vietnamien La Douleur de Marguerite Duras (Hanoi, Les Éditions des Femmes, 1999), en français L’Embarcadère des femmes sans mari de Duong Huong (Aube, 2002) et Chinatown de Thuân (Le Seuil, 2009). Doan Cam Thi est lauréate du prix « Le mot d’or de la traduction 2005 » (Unesco – AIF – Société française des traducteurs).