Archives par mot-clé : crise sino-vietnamienne

Viêt-Nam : le casse-tête chinois

CasseTeteChinoisLes communistes vietnamiens seraient-ils tombés dans un piège chinois et de longue date ? C’est que peut laisser à penser la situation actuelle après plus d’un mois de crise autour de l’affaire des plateformes positionnées dans la Mer de Chine méridionale. Le Parti communiste vietnamien (PCV) apparaît comme ligoté par son passé, son présent et son futur si aucun changement de régime n’intervient. Voici quelques réflexions succinctes autour du « casse-tête chinois » imposé au Viêt-Nam par son grand voisin du nord.

Une faible réaction de l’Etat-Parti : Des paroles sans actes ?

Après avoir agité le drapeau du nationalisme avec les débordements que l’on sait, le gouvernement vietnamien a fait entendre sa (petite) voix sur les ondes des radios et télévisions du monde. On y retrouve la sempiternelle revendication historique sur les Paracels et le mot d’ordre inlassablement lancé à la Chine depuis début mai : « La Chine doit retirer immédiatement la plateforme des eaux vietnamiennes » (Trung Quốc phải rút ngay dàn khoan ra khỏi vùng biển Việt Nam!). Depuis lors, le discours ne change pas et se décline avec une certaine ténacité sur les médias online vietnamiens. Par exemple, quotidiennement plusieurs journaux relaient de façon très efficace l’information venant de la confrontation en mer qui se limite actuellement à une petite guerre des nerfs à coup de canons à eau et de bousculades entre navires (un bateau de pêcheur vietnamien fut néanmoins coulé le 26 mai) [1]. Malgré des médias très remontés, pour l’heure, l’Assemblée nationale vietnamienne ne s’est contentée que d’un communiqué officiel (Thông cáo) le 21 mai 2014 [2].

Tình hình Việt Nam hiên nay! / La situation actuelle au Viêt-Nam © 2014 HNNDTBTCTQ
Tình hình Việt Nam hiên nay! / La situation actuelle au Viêt-Nam © 2014 HNNDTBTCTQ

Que fait la Chine ? De son côté, avant que la République Socialiste du Viêt-Nam (RSVN) n’internationalise le problème de façon officielle autrement que par des manifestations de soutien de compatriotes à l’étranger (comme à la belle époque du FNL Sud-Vietnam en guerre), la Chine a pris les choses en main. Largement médiatisé sur les médias officiels chinois, son dossier porté à l’ONU ressemble déjà à une claque [3]. Bien que ne reposant que sur des documents dont on peut contester la validité juridique, ils clarifient et confirment ce que les historiens connaissaient déjà : le degré de soumission de Hanoi à Pékin pendant la période de la guerre d’unification. En s’appuyant sur la Note diplomatique de Pham Van Dong et les manuels scolaires de la RDVN édités jusqu’en 1974, la Chine entend démontrer le volteface de Hanoi sur cette question. C’est assez simple à comprendre, la Chine populaire met en œuvre sa stratégie expansionniste (annoncée dans les textes depuis longtemps) en s’assoyant sur les traités internationaux en matière de droit maritime [4].

Du côté vietnamien, la fameuse phrase de Nguyen Tan Dung à Manille a fit le tour des rédactions de presse pour mettre en avant l’extraordinaire détermination du Premier Ministre. Il a été très clair, le Viêt-Nam ne sera l’esclave de personne [5]. On ne peut qu’abonder dans ce sens. Mais aujourd’hui, qui peut dire que ce dernier a remporté la partie au sein du Politburo contre les tenants de l’amitié indéfectible des deux partis communistes chinois et vietnamien ? De nombreux signes montrent que la rupture entre les deux partis communistes n’est pas à l’ordre du jour du côté vietnamien pour une raison toujours très pragmatique : maintenir la dictature du PCV. Et à ce titre, la marge de manœuvre de Nguyen Tan Dung est des plus réduites.

Le Politburo vietnamien qui n’apparaît toujours pas unifié sur la question des Paracels est en réalité paralysé par ses engagements passés avec le parti frère, son mentor des années de guerre et de nouveau son mentor depuis le début des années 1990. La Chine avait réussi à se développer économiquement fortement malgré le massacre de Tien An Men. Dictature du parti unique (et donc stabilité politique) et économie de marché faisait alors bon ménage et le modèle chinois inspira beaucoup les Vietnamiens.

Un passé compromettant : de la RDVN à la RSVN, le Sud nationaliste à la rescousse

1958_diplomatic_note_from_phamvandong_to_zhouenlaiDepuis le début de la crise deux affaires sont subitement revenues sur le devant de la scène et se révèlent être aujourd’hui de sérieuses épines dans le pied vietnamien. Tout d’abord, la fameuse Note diplomatique de Pham Van Dong, qui a fait couler beaucoup d’encre, et qui, quoi qu’on en dise est un aveu de faiblesse des leaders communistes vietnamiens dans leur stratégie d’existence sur le long terme. A la vue de la longue histoire entre les deux pays, le gouvernement de la RDVN de l’époque a vraisemblablement manqué de perspicacité pour offrir aux Chinois une belle occasion d’affirmer aujourd’hui leur droit de propriété sur l’ensemble des archipels. Bien que réfutée d’un revers de la main par le gouvernement vietnamien, cette note n’a pas fait l’objet d’une annulation officielle par l’Assemblée nationale [6].

Enfin, après le très violent conflit de 1979, quelle fut l’orientation du Politburo vietnamien ? Empêtrer dans une montagne de problèmes sociaux et économiques (exode massif de sa population, inflation à trois chiffres, échec patent de la collectivisation au Sud) il fallait mettre tout en œuvre pour renouer le contact avec le parti frère, là encore au détriment des enjeux nationaux. C’est ainsi qu’en 1990, alors que le Viêt-Nam sortait du bourbier cambodgien affaibli et inquiet des événements d’Europe de l’Est, de la fin annoncée de l’URSS et de la révolte étudiante en Chine (Tien An Men 1989), des contacts sont repris avec la puissante Chine. A l’époque, l’ambition était de se maintenir au pouvoir face à la montée des périls : effondrement économique, révolution de velours, soulèvement paysan… Il fallait pour Nguyen Van Linh, secrétaire général du PCV de 1986 à 1991, limiter sérieusement le Doi Moi (Renouveau) qui prenait des allures de plus en plus évidentes de Printemps vietnamien. Rappelons-nous le courage de certains intellectuels, des écrivains, les manifestations paysannes au Sud en 1988 (et plus tard, en 1997, la révolte des paysans de Thai Binh). L’ouverture devait se concentrer prioritairement sur les aspects économiques. L’appareil politique devait reprendre la main sur les effets non contrôlés du Doi Moi.

En septembre 1990, les instigateurs du Doi Moi se rendirent à Pékin dans le plus grand secret pour rétablir de bonne relations. Au jour d’aujourd’hui fait remarquer le chercheur Ngo Duc Tho personne ne sait ce que contenait comme engagement entre les deux parties ce marché pour un avenir politiquement radieux [7]. Ce que l’on sait c’est que la frontière terrestre fut redessinée pendant dix ans de 1999 à 2009, puis la frontière maritime dans le golfe du Tonkin et que le Viêt-Nam y laissa quelques plumes. Une campagne fut d’ailleurs très habilement menée par le parti Viêt Tân sur cette question. Du côté de la mer orientale, rien n’était réglé. L’affaire des Paracels et des Spratleys restaient sur deux confrontations militaires en 1974 (Hoang Sa) et 1988 (Gac Ma dans les Spratley).

CacTuSiHoàngSa_1974

L’ironie de cette affaire est que la cause de la République Socialiste du Viêt-Nam (RSVN) rejoint aujourd’hui celle âprement défendue par la République du Viêt-Nam (RVN, Sud), l’ennemi honnis du temps de la guerre. Comme le faisait remarquer Nguyen Ngoc Gia, le salut de la RSVN passe donc ironiquement par une forme de reconnaissance de la RVN [8]. Mais l’ancien régime sudiste peut-il être sérieusement convoqué par un État communiste qui insulte à longueur de papiers les vaincus, affublés des termes méprisant de « nguy » (fantoches), « phan dong » (réactionnaires), tous ceux qui restent attachés à leur symbole national (le drapeau jaune aux trois bandes rouges) ? Cela paraît peu crédible. Car l’État communiste n’a, pour l’heure, pas eu le courage de mettre en œuvre une politique de réconciliation nationale officielle avec les réhabilitations nécessaires qu’elle doit engendrer.

Les raisons d’une alliance communiste sino-vietnamienne

Si l’on en croit l’analyse de Valérie Niquet sur la fragilité interne du pouvoir chinois, on est alors en mesure de penser que les deux pouvoirs communistes (chinois et vietnamiens) ont tout intérêt à se réconcilier, chacun pour éviter l’effondrement [9].

Du côté chinois, il faudra éviter de provoquer le Viêt-Nam par des actes répétés de présence dans les eaux revendiquées par ce pays. Ce qui aujourd’hui n’est toujours pas le cas. On observe même une potentielle aggravation de la situation avec l’implantation de la nouvelle plateforme Nam Hai 9 à proximité du golfe du Tonkin (au sud-est de l’île chinoise de Hai Nam) et le harcèlement quotidien dont sont victimes les navires de pêcheurs vietnamiens dans la zone de la plateforme HD 981. Les Américains qui suivent de près l’évolution de la situation ne sont pas loin de penser que l’arrogance chinoise mériterait bien une guerre limitée avec le danger d’un embrasement potentiel de la région [10]. Ils ne sont d’ailleurs pas inactifs dans la région comme le démontre les récentes opérations maritimes conjointes avec les Philippines [11].

Du côté du Viêt-Nam, maintenir un contrôle policier étroit sur la dissidence et minimiser la portée de cette affaire en défendant coûte que coûte une solution pacifique sont les deux volets de la solution choisie sur le front intérieur [12]. A l’inverse, il s’agit sur le front diplomatique et extérieur de maintenir la possibilité de manifestations antichinoises et la menace d’une attaque juridique contre la Chine. Cette dernière option est d’ailleurs fortement préconisée par de nombreux experts (voir le colloque de Danang) [13].

Les amîtres d'oeuvre de la Conférence secrète de Pékin des 3-4 septembre 1990. De gauche à droite : Ly Bang, Jiang Zemin, Nguyen Van Linh, Do Muoi et Pham Van Dong
Les maîtres d’œuvre de la Conférence secrète de Pékin des 3-4 septembre 1990. De gauche à droite : Ly Bang, Jiang Zemin, Nguyen Van Linh, Do Muoi et Pham Van Dong

Cependant, l’un comme l’autre, les deux partis communistes sont en une sorte d’impasse car ils ne présentent plus une forme aussi homogène qu’avant. Comme le démontre les différentes réunions sur la dite « Mer orientale » à Hanoi (colloque « Thoát Trung » à Hanoi le 5 juin) et au sein du Politburo vietnamien, l’unanimité est difficile à obtenir. Ca discute beaucoup autant dans la rue qu’au sommet du pouvoir. Au sein des deux partis communistes chinois et vietnamien, la frange nationaliste n’entend pas céder devant la faction plus idéologique. Mais les deux partis se tiennent mutuellement. Si le PC chinois s’effondre, le PC vietnamien risque de suivre. L’évolution de l’affaire de la Mer de l’Asie du Sud-Est, pour reprendre la terminologie d’André Menras [14], dépendra donc beaucoup de la capacité de dialogue entre les deux partis communistes.

Et puisque l’on reparle beaucoup sur la blogosphère de l’alliance secrète conclue entre les deux politburo à Chengdu en 1990 (Hội nghị Thành Đô) à l’époque visant à faire face à la fin du communisme en URSS et en Europe de l’Est et aux événements meurtriers de Tien An Men, on peut effectuer quelques rapprochements entre les deux pays :

  • Les deux pays marquent une pause sur le plan économique et sont inquiets des failles présentes dans leur système bancaire (l’économie reste le facteur clé du destin politique) ;
  • Les révoltes sociales, ethniques ou religieuses sont de plus en plus courantes et violentes (pour la Chine, le terrorisme ouïgour ; pour le Viêt-Nam, les revendications religieuses chez les Hmongs au nord ou les Hoa Hao au sud) ; des jacqueries paysannes pour les deux pays ;
  • L’idéologie communiste, d’origine étrangère, est vilipendée par de nombreux intellectuels, et ce désormais même sur la place publique (cas récurrent au Viêt-Nam depuis l’affaire de la refonte de la Constitution) ;
  • Le nationalisme, suscité par les deux pouvoirs, reste difficilement contrôlable.

DaDaoTrungQuocXamLuoc

Un horizon flou ?

Au Viêt-Nam, le régime ne montre actuellement aucun signe d’assouplissement envers ceux qui ne partagent pas sa conception du monde. Les religieux bouddhistes Hoa Hao, les Catholiques, les Rédemptoristes, les Protestants, les blogueurs, les dissidents sont plus que jamais dans la ligne de mire de la Sécurité publique. En intensifiant secrètement, à « feu doux » la répression, le but principal pour le pouvoir est de ne porter qu’un seule voix solidaire dans la crise. Mais en faisant cela, le PCV donne du sens à ce slogan ravageur « hèn với giặc, ác với dân » (lâche avec l’ennemi, cruel avec le peuple) que le parti Viet Tan plaça pendant de long mois en exergue sur son site et que chacun murmure. Le Viet Tan, soit dit en passant, bénéficia d’une bonne publicité en se voyant accusé par la Cong An d’Ho Chi Minh-Ville et la presse officielle d’être le principal instigateur des débordements violents de Binh Duong et Dong Nai [15].

"Non, non, nous avons besoin que vous retourniez au travail"
« Non ! Non ! nous avons besoin que vous retourniez au travail »

Car aujourd’hui qui a peur du Viet Tan ? Les idées que ce mouvement pro-démocratique défend depuis sa reconversion à la non violence font leur chemin. L’activisme de ses membres porte ses fruits, leurs slogans tagués « HSTS » (Hoang Sa Truong Sa) dans les campagnes et villes vietnamiennes ont alimenté le nationalisme rampant dont le pouvoir se sait que faire. Au sein même du PCV, les esprits s’échauffent pour exiger une ouverture politique accompagnée d’une réponse ferme au défi chinois. Il n’est pas dit que cela fonctionne car la crispation générale guette l’appareil politique. A demi-mots, les membres du PCV, surtout parmi les plus jeunes vous le confient, « la Chine nous a coincé » [16]. Ce qui remet fortement en cause chez la jeune génération de cadres la politique bilatérale dite des « 4 bons » et « 16 principes » (十六字方针) toujours défendue par le pouvoir actuel malgré l’échec relatif de la réunion du 18 juin dernier entre Pham Binh Minh et le conseiller d’État chinois Yang Jiechi. Cette réunion importante, vue de l’extérieur, n’a apparemment pas dépasser les courtoisies de façade et la presse chinoise de mettre en avant de façon condescendante que « le fils prodigue vietnamien devait désormais rentrer à la maison », autrement dit revenir sagement dans le giron protecteur chinois [17].

La première carte "verticale" de la Chine populaire présentée dans le Quotidien du Peuple le 25 juin 2014 © 2014 Le Quotidien du Peuple en ligne
La première carte « verticale » de la Chine populaire présentée dans le Quotidien du Peuple le 25 juin 2014 © 2014 Le Quotidien du Peuple

Que peut faire le Viêt-Nam communiste alors que son horizon semble bouché ? Pas grand chose car sa marge de manœuvre, si aucun changement politique d’envergure n’est mis en œuvre, apparaît bien étroite. De fait, la réaction officielle reste faible, peu audible et aujourd’hui assez peu crédible face à une offensive expansionniste chinoise pourtant claire. L’été chaud qui était prévu suite à l’affaire de l’implantation de la plateforme chinoise risque de se transformer en torpeur générale le temps que l’affront chinois passe, s’amenuise et disparaisse des esprits. La Chine s’est imposée un mois de mai 2014 et tout démontre qu’elle entend garder sa position de leadership sur la Mer, illustrée encore dernièrement par la publication de sa première carte « verticale » le 25 juin 2014 [16]. Ce fait majeur de l’histoire de la géopolitique de l’Asie du Sud-Est devrait en rester là, à moins que la Chine, provocations sur provocations, ne rencontrent finalement la bravoure légendaire des Vietnamiens ou que ceux-ci ne se mettent en marche collectivement et massivement pour engager chez eux la révolution de velours tant attendue chez les opposants et tant redoutée par le pouvoir. Ligoté par son passé, indécis à l’heure présente et apeuré par son futur, le PCV est pris dans les contradictions historiques de sa propre existence. Le défi chinois de mai 2014 est devenu un casse-tête chinois pour combien de temps encore ?

François Guillemot, 29/06/2014.

Notes

[1] Sur la veille des sites d’information vietnamiens sur la « Mer orientale » voir par exemple les rubriques : Tin tức Biển Đông, sur le site de l’Association des Juristes du Viêt-Nam, Biển Đông nổi sóng sur le site Dat Viet, Biển Đông dậy sóng ou Tin tức về chủ đề « biển đông » sur Dan Tri, Tình hình biển Đông sur SEA Times (en vietnamien) ou encore sur Chat Luong Viet Nam. Les autres sites VN Express, Doi Song & Phap Luat ou Tuoi Tre ont également réservé des dossiers sur le sujet. Sur le bateau de pêche vietnamien, voir : Un bateau de pêche vietnamien coulé par un navire chinois, Vietnam +, 26/05/2014.

[2] Vì sao Quốc hội không ra Nghị quyết biển Đông?, VTC, 24/06/2014.

[3] (Xinhua), La Chine révèle des documents clarifiant la situation des îles Xisha, Le Quotidien du Peuple, 10/06/2014 ; The Operation of the HYSY 981 Drilling Rig: Vietnam’s Provocation and China’s Position,  Ministry of Foreign Affairs PRC, 08/06/2014 ; Opération sur la plate-forme HYSY 981 : Provocations du Viet Nam et position de la Chine, China.org, 09/06/2014 ; Un dossier de 8 pages exposant la position officielle chinoise avec le rappel de la note de Pham Van Dong dans les annexes. Voir l’analyse de Carl Thayer, China’s Information Warfare Campaign and the South China Sea: Bring It On!, The Diplomat, 16/06/2014.

[4] Voir l’article de Laurent Gédéon sur Mémoires d’Indochine et l’analyse de Timothy A. Walton, China’s Three Warfares (PDF), Delex Consulting, Studies and Analysis, 2012.

[5] PM Nguyen Tan Dung in Manila: Vietnam to defend sovereignty, Embassy of the SRV in USA, 22/05/2014. Extrait de son allocution : « Tôi muốn nhấn mạnh rằng, Việt Nam kiên quyết bảo vệ chủ quyền và lợi ích chính đáng của mình bởi vì chủ quyền lãnh thổ, chủ quyền biển đảo là thiêng liêng. Chúng tôi luôn mong muốn có hòa bình, hữu nghị nhưng phải trên cơ sở bảo đảm độc lập, tự chủ, chủ quyền, toàn vẹn lãnh thổ, vùng biển, và nhất định không chấp nhận đánh đổi điều thiêng liêng này để nhận lấy một thứ hòa bình, hữu nghị viển vông, lệ thuộc nào đó« , Thủ tướng: Không đánh đổi chủ quyền lấy hữu nghị viển vông, Dan Tri, 22/05/2014.

[6] Quốc hội Việt Nam ‘không ra nghị quyết về biển Đông’, VOA, 24/06/2014 ; Quốc hội sẽ không có nghị quyết riêng về biển Đông, VN Economy, 23/06/2014.

[7] Ngo Duc Tho, Hội nghị bí mật Thành Đô 1990, 19/05/2014. Avec la traduction d’un extrait des mémoires de Lý Bằng, le numéro deux chinois présent à cette conférence secrète.

[8] Tran Trung Dao, Việt Nam Cộng Hòa, lối thoát của Hoàng Sa và dân tộc, Dan Lam Bao, 02/06/2014. Dans cette réhabilitation de la République du Viêt-Nam, voir également le témoignage de Nguyễn Ngọc Già, Tôi biết ơn Việt Nam Cộng Hòa, Dan Luan, 11/06/2014.

[9] Valérie Niquet, « Les tensions en mer de Chine révèlent la fragilité du pouvoir chinois », La Croix, 16/06/2014. Traduit en vietnamien sur RFI : Căng thẳng ở Biển Đông thể hiện sự mong manh của chế độ Trung Quốc, RFI, 24/06/2014.

[10] Voir par exemple les deux articles publiés dans The National Interest analysant le challenge de l’hégémonie chinoise : Michael Vlahos, History’s Warning: A U.S.-China War Is Terrifyingly Possible, 26/06/2014 ; David Shambaugh, The Illusion of Chinese Power, 25/06/2014. Lire également l’analyse originale de Song Chi : Nếu chiến tranh Việt-Trung xảy ra…, RFA, 20/06/2014.

[11] Voir : Philippines, U.S. to hold naval drills near disputed shoal in South China Sea, Reuters, 19/06/2014 ; Quân lực Phi Luật Tân tập trận chung với quân lực Hoa Kỳ tại biển Đông, Thoi Bao (The Vietnamese Newspaper), 28/06/2014.

[12] L’initiative de paix du Viêt-Nam : Lê Ngọc Thống, Biển Đông nổi sóng:Chiến lược ‘hòa bình chủ động’ của Việt Nam, Dat Viet, 26/06/2014.

[13] Voir la communication d’André Menras publiée sur Mémoires d’Indochine.

[14] Les voix qui poussent le Viêt-Nam à se défendre juridiquement : Hoài Hương, GS Thayer: ‘Việt Nam phải lên tiếng bây giờ nếu không sẽ mất cơ hội mãi mãi’, VOA, 27/06/2014 ; Nguyễn Đông, Tiến sĩ Nguyễn Nhã: ‘Nếu Việt Nam phản ứng yếu ớt, Trung Quốc sẽ lấn tới’, VN Express, 25/06/2014 ; Mặc Lâm, Kiện Trung Quốc, Việt Nam được gì ngay cả khi thua?, RFA, 24/06/2014 reproduit sur Viet Studies.

[15] Voir par exemple : Công an TP HCM: ‘Việt Tân kích động gây rối trong biểu tình’, VN Express, 06/06/2014. Une version officielle reprise sur une vingtaine de média en ligne (An Ninh TV, Dan Viet, Phap Luat, Tien Phong, Tuoi Tre…). Lire la réponse officielle du Viet Tan aux accusations de la RSVN : Vu cáo Việt Tân để bóp nghẹt lòng yêu nước, Viet Tan, 10/06/2014.

[16] Sur cet impasse, voir : Kính Hòa, Lưỡng nan của người CSVN trong thế đối đầu với Trung Quốc, RFA, 24/06/2014 reproduit sur Viet Studies.

[17] Báo TQ: Họ Dương gọi Việt Nam ‘đứa con hoang đàng hãy trở về’, RFA, Việt-Long- theo Shannon Tirzzi- The Diplomat, 20/06/2014. Voir le CR de la réunion côté vietnamien : Entretien entre Pham Binh Minh et Yang Jiechi, Vietnam +, 18/06/2014.

[18] Voir La première carte de Chine en version verticale, Le Quotidien du Peuple, 25/06/2014 ; La Chine présente la première carte complète de son territoire, China.org, 25/06/2014.

* * *

Informations complémentaires :

Giáp Văn Dương, Thoát Trung Luận, Viet-Studies.

Hãn Nguyên Nguyễn Nhã, ‘Việt Nam và cơ hội thoát Trung lần 4’, BBC Viet, 06/06/2014.

Kính Hòa, Thoát Trung hay thoát Cộng?, RFA, 09/06/2014.

Lê Chân Nhân, Đừng bàn “thoát Trung” nữa mà hành động, Dan Tri, 12/06/2014.

Nguyễn Gia Kiểng, Thoát Trung, nhưng coi chừng một sai lầm bi đát!, Thong Luan, 12/06/2014.

Thanh Trúc, Hội thảo làm thế nào để “Thoát Trung”?, RFA, 07/06/2014.

Thụy My, Vì sao kinh tế Việt Nam quá khó để thoát Trung?, RFI, 26/06/2014. Entretien avec Pham Chi Dung.

Tran Son Lam, Trạnh chấp chủ quyền: Chọn hữu nghị viển vông hay quốc gia, dân tộc?, Giao Duc Viet Nam, 30/06/2014.

Việt Nam cần ‘thoát Trung’ hay không?, VOA, 25/06/2014. Entretien avec Doan Viet Hoat.

MàJ : 30/06/2014.

A lire en complément l’analyse de Dang Xuong Hung, ancien consul de la RSVN à Genève (2008-2012) :

André Menras : Chronologie non exhaustive des agressions chinoises sur les pêcheurs du Centre Vietnam (2002-2014)

Chronologie non exhaustive  des agressions chinoises de 2002 à juin 2014 sur les pêcheurs du Centre Vietnam

par André Menras

Menras_PêcheursVN_3
Offrandes du pêcheur © 2014 Menras

Note liminaire : La plupart des informations concernant les agressions sur les pêcheurs sont de sources très officielles : Rapports du poste 328 des gardes-frontière et du Comité populaire de district de Ly Son. (Photocopies à disposition) Certaines informations proviennent aussi de journaux officiels vietnamiens (Tuoi Tre, Thanh Nien, Vietnam net, Phap luat, Dan tri, Saigon Tiep Thi, Lao Dong, de la BBC…). Ces statistiques sont cependant très incomplètes car ces informations, jugées « sensibles » sont difficiles à obtenir de la part des autorités vietnamiennes et les pêcheurs n’ont pas la liberté, les moyens matériels et l’organisation pour les communiquer par eux-mêmes. (Année 2008 par exemple.)

De 2002 à 2014, environ 2000 pêcheurs du Centre Vietnam ont été victimes des agressions chinoises autour et au large de l’archipel Hoàng Sa (Paracels). Certains y ont laissé la vie, d’autres tous leurs biens, leur santé, leur avenir et peut-être celui de leurs enfants.

Voici des dates et faits qui parlent d’eux-mêmes, avec quelques jalons qui marquent l’environnement politique au moment des faits.

2002

  • 2002 : 1 chalutier capturé et 16 hommes ; amende 80000 yuans.

2003

  • 2003 : 5 chalutiers capturés et 57 hommes ; confiscation pêche, équipements ; amendes selon : de 10000 dollars, 70000 yuans, 50000 yuans.

2004

  • 2004 : 6 chalutiers capturés et 76 hommes ; confiscation pêche et équipements ; amendes 30 millions de VND.

2005

  • 08/01/: Chalutier vietnamien agressé par les gardes-pêche chinois à l’ouest de la zone de démarcation du golfe du Tonkin (côté commun). Huit pêcheurs tués, deux blessés et 4 arrêtés.
  • Du 20/01/ au 04/03/2005 : 14 chalutiers capturés et 162 pêcheurs ; confisqué pêche et équipements. Montant des amendes  amende de 20 millions VND à 150 Millions de VND (1066 €).
  • Du 22/04 au 14/07/2005 : amende de 70000 yuans (8157 €).
  • Détention de M.Lê Văn Phước (14/07) et M. Mai Phụng Lưu (même date).

2006

  • 2006 : 11 chalutiers capturés et 133 hommes ; confiscation pêche, équipements ; amendes de 10 à 150 millions VND. Les «  contrevenants » sont pris en photo et filmés. 1 chalutier coulé (M.Dương Thọ, village An Hải). Son propriétaire est détenu le 23/10.

2007

  • 2007 : 3 chalutiers capturés et 110 hommes ; confiscation pêche, matériel ; amende de 70 à 250 Millions de VND. 1 chalutier confisqué : M. Mai Phụng Lưu, village An Hải, à nouveau emprisonné le 21/01.

2008

  • 2008 : année pauvre en information d’agressions de la part de la Chine envers les pêcheurs vietnamiens. Mais Pékin a une façade de paix à préserver pour la réussite des J.O. et les dirigeants vietnamiens jouent le jeu avec zèle en verrouillant soigneusement les informations.
  • 29/04 et 30/04 2008 : anniversaire de l’indépendance du Vietnam réunifié : accueil de la flamme olympique chinoise à Hồ Chí Minh Ville et à Hà Nội et arrestation de manifestants contre les agressions de Pékin sur les archipels de Hoàng Sa et Trường Sa.
  • 19/05 /2008 : Le Chalutier de M. Nguyễn Thanh Thu, village de Bình Châu a été éperonné et coulé au large de Hoàng Sa. Les 24 hommes d’équipage ont pu être sauvés par un chalutier voisin.
  • 07/2008 : la Chine reconnaît officiellement qu’elle a exigé de la compagnie américaine Exxon Mobil de cesser l’exploitation du pétrole en coopération avec le Vietnam. L’absence de réaction vigoureuse du côté vietnamien a poussé Exxon à obtempérer.
  • 15/07/2008 : Le chalutier de M. Đặng Nam, village de Nghĩa An (Phú Yên) est éperonné et coulé de nuit. Sauvés par un chalutier de passage. 7 des neuf pêcheurs gravement blessés.

2009

  • 15/01/2009 : éperonnage nocturne d’un chalutier originaire de Phú Yên : 9 disparus.
  • 08/03/2009 : Cinq bâtiments chinois font barrage au navire américain non armé de « surveillance des mers », l’USNS Impeccable, dans les eaux internationales à 75 miles nautiques au sud de Hai Nan. La Chine demande aux Américains de cesser ces « actions de surveillance illégales » dans sa zone économique exclusive.
  • 19/05/2009 : éperonnage chalutier de Bình Châu : coulé. 26 hommes sauvés par chalutier ami.
  • 16/06/2009 : capture dans les eaux de Hoàng Sa de 12 pêcheurs de An Hải ; libérés 2 mois après. (Pêcheurs Nguyễn Chí Thành et Dương Văn Tân perdu 1 milliard de dongs (35539 €).
  • 07/07/2009 : 3 chalutiers capturés à Hoàng Sa avec 37 hommes. 2 chalutiers confisqués ; amende 210000 yuans. 25 hommes sur les 37 sont renvoyés sur un seul bateau.
  • 15/07/2009 : 1 chalutier de Quảng Ngãi éperonné et coulé à Hoàng Sa avec 9 hommes à bord.
  • 01/08/2009 : 13 pêcheurs capturés et libérés10 jours plus tard contre rançon.
  • 28/09/2009 : 16 chalutiers surpris par typhon N°9 avec 200 hommes (île de Trụ Cầu, archipel Hoàng Sa). Tirs chinois leur interdisant l’accès au port pendant la tempête ; capturés ensuite, pillés, tabassés.
  • 12/12/2009 : 3 chalutiers capturés à Hoàng Sa. 2 chalutiers confisqués. 43 hommes renvoyés sur un seul bateau.

2010

  • 05/02/2010 : Le commandement des gardes-frontière de Đà Nẵng (Centre Vietnam) déclare la présence de deux flottilles de chalutiers chinois avec au total 130 embarcations en action de pêche à 45 miles nautiques des côtes des provinces de Quảng Tri , Thưa Thiên Huế, jusqu’à Đà Nẵng. La police des mers vietnamienne déclare les avoir repoussé.
  • 03/03 /2010 : 7 pêcheurs province de Quảng Bình disparus en mer.
  • 09/03/2010 : Chalutier QNg-96516 de M. Dương Thanh Phú, originaire de Ly Son a été éperonné et coulé en action de pêche à Hoàng Sa. Ses 17 membres d’équipage ont été secourus in extremis par un chalutier qui pêchait dans les parages.
  • 30/03/2010 : M. Nguyễn Minh Triết, Président de la République Socialiste du Viêt Nam en visite dans la petite île de Bạch Long Vĩ, à 70 miles nautiques au large de Hải Phòng : « Concernant les frontières terrestres et maritimes, nous avons toujours privilégié la paix et l’amitié entre nos deux peuples et les peuples voisins… Avec la paix et l’amitié, le peuple peut avoir une existence stable. Ceci a toujours été la bonne volonté de notre peuple tout au long des milliers d’années d’édification et de préservation de notre pays. Sur la base de la négociation, des échanges et de la persuasion… Ne laisser aucun agresseur empiéter sur nos rivages, notre espace maritime et insulaire : ceci est la volonté juste, ferme et immuable du Parti et de l’Etat. Nous ne convoitons rien qui appartienne à autrui mais nous ne cèderons pas un seul pouce de notre terre natale. »
  • 30/04/2010 : jour anniversaire de l’indépendance du Viet Nam réunifié, l’agence Chine Nouvelle annonce la signature d’un contrat de coopération pour l’exploitation du pétrole entre la compagnie chinoise COSL et la société américaine Devon Energy.
  • 12/06 /2010 : le chalutier QNg- 96193 de M.Võ Xuân Tiến, du village An Hải, île de Lý Sơn (Quảng Ngãi) a été éperonné et coulé dans la nuit pendant le sommeil de ses 18 membres d’équipage à 30 miles nautiques de la ville de Qui Nhơn.
  • Du 10 au 22/06/2010 : La Chine ayant déclaré unilatéralement l’interdiction de pêcher, la marine de guerre chinoise chasse 31 chalutiers vietnamiens en action de pêche dans l’espace maritime sous souveraineté vietnamienne dans le golfe du Tonkin.
  • 04/05/2010: Dans les parages de Hoàng Sa, la marine de guerre chinoise prend en chasse 3 chalutiers vietnamiens (2 originaires de Bình Châu et 1 de Lý Sơn).
  • Un chalutier a été capturé avec 11 pêcheurs. Ils ont été détenus à Hoàng Sa dans l’île de Phú Lâm et libérés contre rançon de 70000 yuans.
  • Du 05/05 au 16/05/2010 : Selon le rapport des garde-frontière de Quảng Ngãi et plusieurs témoignages de pêcheurs, des flottilles de dizaines de chalutiers chinois sont signalées à seulement 40 miles nautiques de l’île vietnamienne de Lý Sơn.
  • 07/05/2010 : Les bâtiments HQ 261 et HQ 263 de la marine de guerre vietnamienne appareillent du port de Đà Nẵng pour des manœuvres communes avec des bâtiments de la Marine de Libération Populaire chinoise… Ils passent au large de l’archipel de Hoàng Sa sous souveraineté vietnamienne, occupé par la Chine et où sont détenus des pêcheurs vietnamiens en attente de paiement de rançon…
  • 15/05/2010 : libération des 11 pêcheurs détenus et libérés 10 jours après contre 8000 euros. Instruments de navigation, vivres, prises de pêche, centaines de litres de carburant ont été confisqués.
  • Début 06/2010 : Le général Phùng Quang Thanh, ministre de la défense du Vietnam déclare : « La mer de l’Est est tranquille, je dirige l’armée jour après jour, heure après heure. J’ai la situation en main de façon tout à fait naturelle. Les activités économiques y sont normales. Le transport maritime est normal. Les travaux de la mer se déroulent normalement… Nos médias doivent se garder de laisser d’autres pays utiliser la question de la Mer de l’Est pour diviser les relations entre le Vietnam et la Chine, diviser le Parti, diviser l’Etat et notre peuple. »
  • 12/06/2010 : Un chalutier de Lý Sơn est éperonné et coulé en pleine nuit à 40 miles de la côte du Centre Vietnam. Les 18 hommes de l’équipage de M. Võ Xuân Tiền sont sauvés in extremis après 7 heures de dérive, par un chalutier ami.
  • 03/12/2010 : La frégate lance–missiles Xiangfan de la marine chinoise arrive à Đà Nẵng pour une visite amicale après sa participation à une patrouille commune sino-vietnamienne.

2011

  • 12/01/2011 ; 6 pêcheurs de l’équipage Le Minh Tan « disparaissent » corps et biens par temps calme dans les parages de l’îlot Bombay, archipel d’Hoàng Sa, occupé par les Chinois, « triangle des Bermudes » des pêcheurs vietnamiens.
  • 03/03/2011 : La marine philippine appuyée par 2 avions de combat fait face aux patrouilleurs chinois escortant un navire sondeur dans la zone de Reed Bank, à 200 kms de l’île de Palawan, près du point d’exploitation pétrolière Malampaya. Les bâtiments chinois quittent la zone.
  • 26/05/2011 : Trois navires chinois  sectionnent les câbles de sondage sismique du navire de prospection vietnamien Bình Minh 02 à 120 miles marins du Cap de Đại Lanh (province de Phú Yên), en pleine Zone économique exclusive du Vietnam et à 340 miles marins des côtes chinoises de Hai Nan.
  • 31/05/2011 : Tirs de la marine de guerre chinoise sur 4 chalutiers de la ville de Tuy Hòa (province de Phú Yên) en action de pêche sur le plateau continental du Vietnam.
  • 05/06/2011 : Manifestation populaire de rue à Ho Chi Minh-ville  (HCMV) et Hà Nội contre les agressions chinoises. C’est la première d’une série de 11 qui se renouvellent de façon hebdomadaire jusqu’au 21/08/2011. Arrestations musclées et emprisonnements.
  • 09/06/2011 : Un « navire de pêche » chinois escorté par deux navires  de surveillance des pêches chinois  percute volontairement et sectionne les câbles d’exploration du navire Viking II de la compagnie Petro Vietnam à l’intérieur de la zone économique exclusive du Vietnam.
  • 14/07/2011 : équipage Lê Văn Cương, 13 hommes, attaqués par «  bateau blanc à coque d’acier » (patrouilleur marine de guerre chinoise) dans les parages de Đá Loi (Hoàng Sa) occupé par les Chinois. Destruction cabine, instruments de navigation, eau potable et jerricans diesel, instruments de pêche, confiscation de la pêche.
  • 17/07/2011 : manifestations réprimées à Ha Noi et HCM-ville. Arrestations, interrogatoires, violences policières. Nombreuses lettres ouvertes adressées aux autorités vietnamiennes directement et par le web. Pas de réponses. Pétitions et déclarations signées par des centaines de citoyens circulent sur le web.
  • Entre 19/07 et 22/07/2011 : un navire de guerre chinois a sommé un bâtiment indien l’Airavat  en visite au Vietnam de s’identifier et d’expliquer sa présence Mer d’Asie du Sud-est, à 45 miles nautiques au large des côtes vietnamiennes. Pas de protestation des dirigeants vietnamiens.
  • 04/08/2011 : La chaîne de télévision nationale VTV1 consacre 15 minutes du journal du soir pour calomnier les manifestants et les pages internet « réactionnaires ». Très nombreuses lettres de protestation de la part d’intellectuels célèbres et respectés qui se trouvaient parmi les manifestants.
  • 14/08/2011 : Chalutier de M. Trần Hiền (Lý Sơn) capturé à Hoang sa avec 10 hommes d’équipage. Les militaires chinois ont cofisqué les prises de pêche, les équipements de navigation et de plongée avant de menacer les pêcheurs, établir un dossier sur chacun, et de les laisser repartir. Le rapport du17/06/2011 du commandement des gardes-côtes de Quảng Ngãi stipule que depuis le début du mois, 4 autres chalutiers de la province ont été capturés et pillés par la marine chinoise.(MM. Phạm Hà, (Bình Châu), Huỳnh Công Nhiệm (An Hải – Lý Sơn), Lê Vinh (An Vĩnh), Võ Đào (Bình Châu).
  • 18/08/2011 : équipage Nguyen Van Thanh, 7 hommes, capturés, confiscation de l’ancre, de la pêche, plus de 100 millions de VND (3 553€) de dégâts et pertes ; libérés le 24/08 contre 6 250  US dollars payés par les familles à un intermédiaire au Vietnam même !
  • 21/08/2011 : Manifestation interdite par décret, non signé et illégal, émanant du Comité Populaire de la ville de Ha Noi. Grand déploiement policier, nouvelles arrestations, présence de char dans la rue.
  • 29/08/2011 : Réunion à Pékin : Conversations stratégiques Défense-Sécurité sino–vietnamiennes (deuxième réunion). Le général Nguyễn Chí Vịnh, vice ministre de la Défense et chef de la délégation vietnamienne, se déclare décidé à « accroître les échanges, la coopération, la coordination des forces navales, des gardes-côtes, des forces armées des deux pays aux frontières… ». Mr Nguyễn Chí Vịnh annonce à cette occasion la « ferme décision de régler la question des rassemblements et manifestations au Vietnam afin qu’elles ne se reproduisent plus »… « La réalité est que la Chine s’est engagée à ne pas s’emparer de la terre et de la mer du Vietnam et que le Vietnam ne cèdera jamais hors de tout principe, sur la question de souveraineté. Le Vietnam ne s’appuiera sur aucun autre pays pour s’opposer à la Chine… ». «… Les forces ennemies s’appuient sur deux arguments factices pour saboter nos bonnes relations : Premièrement, le Vietnam s’appuie sur les USA pour s’opposer à la Chine. Deuxièmement, le Vietnam cède devant la Chine qui s’empare de ses terres et de son espace maritime. Ce sont là des arguties défavorables au Parti et à l’Etat du Vietnam ainsi qu’aux relations sino-vietnamiennes… »
  • 09/09/2011 : la marine chinoise et la société de téléphonie « China Mobile » inaugurent un chantier d’édification de 8 bases de téléphonie mobile et 3 postes de communication satellite dans les îlots occupés des Spratleys.
  • 10/09/2011 : l’Agence Chine Nouvelle annonce le départ d’un nouveau bâtiment de Hai Nan pour Trường Sa (Spratleys) afin d’« aider à l’exploitation piscicole dans la période à venir ». Actuellement la Chine compte jusqu’à 500 navires de pêche en activité permanente dans la zone.
  • 23/09/2011 : Répondant à l’AFP, un leader de la compagnie pétrolière indienne ONGC Videsh Ltd déclare que sa compagnie « effectuera les forages d’exploration dans la zone choisie selon un calendrier conforme aux exigences techniques ». Cette déclaration fait suite à celle faite la veille par le porte -parole du Ministère des Affaires Etrangères chinois selon laquelle : « Toutes les activités d’exploitation de pétrole et de gaz de la part de sociétés étrangères sans autorisation des autorités chinoises sont illégales et sans valeur ». Le journal chinois « Global times » qualifie de « provocation politique » de la part du Vietnam cette invitation de coopération à la compagnie indienne.
  • 24/09/2011 : Mr Trương Văn Đức et Mr Trương Tài en action de pêche avec deux chalutiers originaires de Binh Chau et Ly Son dans la zone de Hoang Sa sont surpris par la tempête. Lorsqu’ils cherchent abri dans l’île de Trụ  Cẩu, ils essuient le feu des militaires chinois et sont pris en chasse 4 heures durant par leur marine de guerre. Tirs sur les chalutiers, heurts sur la coque, cabine brûlées par jet d’engins incendiaires, bombardement par canon à eau à bout portant.(rapport des garde-côtes de Sa Kỳ).
  • 24/09/2011: L’association des paysans de la ville de Đà Nẵng annonce au journal Lao Động qu’au cours du mois dernier, au moins 5 chalutiers de 350 CV ont été vendus. Coût d’un de ces chalutiers : 2 milliards de VN dongs (environ 67000 euros). Chaque bateau fait vivre une centaine de personnes (sur terre et en mer). Le journal commente : « Ce phénomène traduit les difficultés pour les pêcheurs (du Centre Vietnam) de coller à la mer. Ils l’abandonnent… Pour le seul district de Thanh Khê (port de Đà Nẵng) sur les 124 bateaux au-dessus de 90CV qui vont pêcher au large, 60 ont déjà été vendus pour rejoindre d’autres provinces ». Dans le même temps, les chalutiers chinois se concentrent de plus en plus près des côtes du Centre Vietnam.

2012

  • 3/1/2012: Chalutier QNg 66101 agressé, 21 pêcheurs malmenés
  • Chalutier QNg66074 confisqué.
  • 11/01/2012: Deux pêcheurs chinois à bord du navire Guifang 21558 qui dérivaient en raison d’une panne de moteur ont été secourus par des pêcheurs vietnamiens et ont été remorqués vers la ville de Hà Long avant d’être rapatriés en Chine.
  • 22/01/2012: Chalutier GNg 90576TS confisqué.
  • A 5 heures du matin, le chalutier QNg-90281 avec à son bord 11 pêcheurs du hameau Châu Thuận, village de Bình Châu, district de Bình Sơn a regagné le continent après avoir subi l’assaut d’un bâtiment « étranger ». Selon le patron du chalutier, M. Đặng Tằm, l’incident s’est produit à 15h le 22/02. A ce moment-là, les 11 pêcheurs de ce chalutier pêchaient dans la zone de Hoàng Sa appartenant au Vietnam lorsqu’ils ont soudainement été pris en chasse, abordés et harcelés par un navire militaire « étranger ». La marine chinoise contrôle totalement cette zone. « Les militaires ont utilisé leurs fusils pour nous pousser dans la cabine de pilotage. Ils ont utilisé des canons à eau de forte taille pour nous rassembler vers la proue, nous ont bandé les yeux et tabassé certains d’entre nous. J’estime à 500 millions de dongs les dégâts causés au chalutier. » Matériel de pêche détruit ou pillé. Tirs de balles incendiaires sur la cabine et sur la coque. M. Tằm et ses dix hommes d’équipage ont été emprisonnés à Phú Lâm. C’est la deuxième fois en 2 ans. La première en mai 2010 : 70000 yuan de rançon pour sa libération et confiscation de tout son matériel, y compris le moteur.
  • 3/03/2012 : Deux chalutiers originaires d’An Hai, île de Ly Son, capturés par les Chinois à Hoang Sa. Celui de M. Trần Hiền (QNg-66074TS) et de M. Lê Vinh (QNg 66101 TS). Refusant de payer la rançon à l’invite des autotités vietnamiennes, les 21 hommes ont été détenus 49 jours sur l’ïle de Phu Lam, dans des conditions carcérales extrêmes. Ils sont rentrés à Ly Son sur le même chalutier le 22 avril. Le chalutier de M. Lê Vinh a été confisqué.
  • 30/3/2012: 2 nouvelles agressions, pas de détails précis.
  • 16/05/2012: Le chalutier QNg-50003 TS de M. Nguyễn Thành Nhất, hameau Châu Thuận, village de Bình Châu, district de Bình Sơn (Quang Ngai) a été capturé à Hoang sa avec 7 membres d’équipage. Un autre chalutier, (QNg-55003TS), celui de M. Trần Phương, originaire du même village, a été confisqué. Les deux équipages, 14 hommes en tout, sont rentrés au port sur le chalutier de M. Nguyễn Thành Nhất. 3 tonnes de poissons ont été confisquées, les tuyeaux de plongée ont été sectionnés, les appareils d’orientation volés ainsi que la sonde, les combinaisons de plongée…pour une valeur de 400 millions de dongs.
  • 7/05/2012: chalutier QNg94411TS confisqué.
  • 7/05/2012 : chalutier QNg 44867 TS confisqué.
  • 7/06/2012 : chalutier QNg 94487 TS immobilisé 3 jours ; chalutier QNg 96845 TS immobilisé 3 jours ; chalutier QNg 94779 TS immobilisé 3 jours et chalutier QNg 94096 TS idem.
  • 12/06/2012: QNg 90133 TS: prises de pêche confisquées et destruction du matériel de pêche et de navigation.
  • 2/07/2012 : Six chalutiers de Sa Hùynh (village Phổ Thạnh Pho, district de Đức Phổ, province de Quang Ngai) capturés par les Chinois. Les chalutiers de Nguyễn Duy Nam (QNg 94411TS) ; M. Nguyễn Duy Việt (QNg4487TS) ; Trần Minh Giữ (QNg 94484TS) ; M. Võ Quốc Việt (QNg 96845 TS) ; M. Lục Nghĩa Minh (QNg 94779TS) ; M. Lục Nghỉa Thành (QNg 94096TS). Les chalutiers QNg 94411TS et QNg 94779 TS ont été confisqués. Prises de pêche et matériel des autres chalutiers ont été confisqués. En tout 42 pêcheurs ont été concernés.
  • 15/07/2012 : Une flotte de 30 chalutiers chinois partis de Hai Nan sont entrés dans la zone vietnamienne de l’archipel de Trường Sa . Protestation vietnamienne.

2013

  • 2013: Pas de détention MAIS….
  • 28/1/2013: Le Chalutier QNg 55535 TS pris sous le feu sous le feu du bâtiment chinois 787.
  • 11/03/2013: Chalutier de M. Bùi Tấn Thành agressé.
  • 11/03/2013: Chalutier QNg 966979 TS agressé par le bâtiment chinois 841.
  • 13/03/2013: Chalutier QNg 96417 TS agressé par le bâtiment chinois 262.
  • 13/03/2013: Chalutier QNg 96382 TS agressé par le bâtiment chinois 263.
  • 16/03/2013: Chalutier QNg 50949 TS agressé . Destruction du matériel de pêche. Confiscation de la prise.
  • 17/03/2013: Chalutier QNg 96399 TS pris en chasse par bâtiment et hélicoptère chinois.
  • 20/03/2013 : Le chalutier QNg 96382 TS pris sous le feu des balles incendiaires et cabine détruite.
  • 23/03/2013 :Le chalutier QNg 94590 TS est arraisonné. Destruction du matériel de pêche. Confiscation de la pêche .
  • 20/05/2013: Le chalutier 90917 TS éperonné par 3 fois.
  • 28/05/2013 : Le chalutier QNg 93768 TS immobilisé 4 heures.
  • 7/07/2013 : Le chalutier QNg96787 TS est éperonné , les pêcheurs frappés. Le matériel et la pêche détruits ou confisqués. De même pour le chalutier QNg 90153 TS.

2014

  • 1/03/2014 : Le chalutier QNg 90479TS de M. Võ Văn Lựu originaire de Bình Châu, Quảng Ngãi, a été attaqué dans la zone de Hoàng Sa par un navire chinois ayant à son bord environ 35 hommes armés de fusils et de matraques type taser. M. Lựu et les 14 pêcheurs ont été frappés et blessés. Tous les équipements de plongée, d’orientation et de communication ainsi que les 5 tonnes de prise de pêche, poissons et homards, ont été pillés.
  • 07/05/2014 : Alors qu ‘il pêchait près de l’île Colins (Hoàng Sa), le chalutier QNg 96416 TS de M. Nguyễn Lộc (Lý Sơn) avec 16 pêcheurs à son bord a subi de la part du bateau chinois N° 1241 des tirs de balles incendiaires, des jets de marteaux, de bouteilles, de boulons. Les câbles des instruments de communication et d’orientation ont été sectionnés à l’aide de faucilles. Il a ensuite été sévèrement éperonné par un autre bateau chinois. La coque enfoncée et la cabine en partie détruite.
  • 16/05/2014 : Le chalutier QNg 90205TS dont le chef de bord est M. Nguyễn Văn Quang, originaire de Bình Sơn, avec à son bord 12 pêcheurs, a été attaqué par le bateau chinois de surveillance des pêches N° 306. Après avoir arraisonné le chalutier, les Chinois ont frappé les pêcheurs. Deux d’entre eux, MM. Nguyễn Huyền Lê Anh et Nguyễn Tấn Hải ont été grièvement blessés.
  • 16/05/2014 : Le chalutier QNg 90045TS dont le chef de bord est M. Võ Bá Nha originaire de Bình Châu avec 9 pêcheurs a été surpris près de l’île de l’arbre, à 4 milles nautiques de l’île de Phú Lâm (Hoàng Sa), en pleine action de pêche en plongée. Il a dû fuir tous feux éteints pour échapper trois heures durant au bâtiment chinois de surveillance des pêches N°306 qui l’abordait et le bombardait de… pierres ! La cabine est en partie détruite mais il n’y a aucun blessé.
  • 17/05/2014 : Le chalutier QNg 96011TS avec 13 pêcheurs à bord a été arraisonné par le bâtiment chinois N°21102 près de l’île Triton ( Hoàng Sa). Tout le matériel a été détruit.
  • 26/05/2014 : Le chalutier ĐNa 90152TS originaire de Đà Nẵng avec 10 pêcheurs à bord été éperonné et coulé par le bâtiment chinois N° 11209. L’équipage a pu être sauvé par la police des mers vietnamienne.
Menras_PêcheursVN_1
Pêcheurs vietnamiens © 2014 Menras

 

* * *

Quelques données supplémentaires

Interdiction de pêche décrétée annuellement par la Chine

du 16mai au 1er août. (Au plus fort de la saison)

En Mai 2009 en même temps qu’elle dépose à l’O.N.U sa carte « langue de bœuf en 9 traits », prétention  de souveraineté sur 80% de la mer du Sud-Est asiatique, la Chine interdit la pêche dans toute cette zone (voir carte ci-dessous) dont une grande partie empiète très largement sur  la ZEE du Vietnam. (Zone Economique Exclusive selon la loi sur le droit à la mer de l’ONU, dite de Montego Bay 1982, dont la Chine est signataire).

ChineseAreaFishingBan_HaiDangVu
Territorial Scope of the Chinese Fishing Ban in 2011 © 2011 Hai-Dang Vu

Parmi les buts visés

1) Transformer la ZEE du Vietnam en zone contestée.

2) Terroriser les pêcheurs non protégés pour qu’ ils abandonnent ma mer et laissent le champ libre aux pêcheurs chinois.

Dommages matériels subis par les pêcheurs (1 euro= environ 28000 dongs Vietnam. 1 euro= environ 8,2 yuan chinois (renminbi).

Revenus moyens des pêcheurs ouvriers (de loin les plus nombreux)

Voici quelques chiffres pour octobre 2011 (chiffres à réactualiser pour 2014) :

Salaire moyen d’un pêcheur – plongeur qui se loue pour une pêche hauturière vers l’Archipel Hoang Sa : autour de 5 millions de dongs (un peu moins de 180 euros) par mois (deux sorties de 15 jours pour un petit chalutier de 90 cv, une sortie d’un mois pour un chalutier de 250cv). La somme peut aller jusqu’à 8 millions VND (Vietnam dongs) si la pêche a été très bonne et descendre en dessous de 5 millions VND si la pêche a été mauvaise car souvent l’équipage partage chance et malchance.

Le prix d’un bateau de 90cv est d’un milliard VND, celui d’un 250cv est d’un milliard et demi VND.

Pour un « patron » pêcheur, l’investissement pour un chalutier de 90CV qui va pêcher à Hoang Sa pour 15 jours de sortie est de 150 millions VND (carburant, salaires, vivres etc…). Pour un 250cv et un mois de mer la somme dépasse les 200 millions VND.

La saison de pêche commence après le Tết (février solaire, nouvel an de l’année lunaire) et finit en septembre. Hors cette période les dangers de typhons violents sont plus fréquents. Il faut aussi préciser que de mi-mai au 1er août, donc en pleine saison de pêche, les Chinois ont unilatéralement décrété que la pêche était interdite « pour protéger l’environnement ». En fait, leurs propres chalutiers continuent de pêcher. Et quelquefois très près des côtes vietnamiennes. Pour les pêcheurs, les mois d’hiver se passent à terre à de petits boulots et à la maigre pêche côtière. Une journée à ramasser les algues marines sur la côte ou à trier et conditionner l’aïl (principale denrée agricole de l’île de Ly Son) rapporte de 30000 à 50000 VND. C’est essentiellement le travail des femmes et des enfants.

 « Dédommager ? » :

En avril 2014, le tribunal des affaires maritimes de Shanghai a ordonné la confiscation d’un cargo japonais pour se dédommager d’une dette de guerre datant de 1936: Trente millions de dollars pour deux bateaux perdus. Les japonais ont payé.

Combien de dizaines de milliards de dollars la Chine doit-elle au Vietnam pour l’emprunt forcé des Paracels pendant 40 ans, pour le manque à gagner économique que cela représente, pour les familles des militaires vietnamiens tués lors de l’annexion de l’archipel, pour les milliers de pêcheurs malmenés et interdits de pêche pendant ces dizaines d’années, pour les dizaines de pêcheurs tués, les dizaines de chalutiers coulés et confisqués, les centaines de rançons encaissées ? Si les dégâts de ce holdup monumental et ses conséquences devaient être seulement mesurés en termes d ‘argent un tel dédommagement boosterait l’économie du Vietnam pendant des années et sortirait de la misère des milliers de famille encore victimes de ces crimes.

Pour les dirigeants chinois, la seule façon de sortir par le haut de cette tragédie de leur fait est à l’opposé de la voie qu’ils ont choisi d’imposer : il faut cesser immédiatement toute agression et incursion dans l’espace maritime et insulaire sous souveraineté vietnamienne et prendre ses dispositions pour rendre à César ce qui lui appartient : rendre Hoàng Sa au Vietnam. Toute autre voie ne peut être qu’éphémère et conduire la Chine et la paix dans une impasse douloureuse.

André Menras

Chronologie réalisée par André Menras arrêtée au 01/06/2014. Textes et photos de l’auteur, publiés avec son aimable autorisation.

30 ngày Trung Quốc xâm phạm chủ quyền Việt Nam [VN Express]

[ndlr] Diaporama interactif de VN Express intitulé : « Tableau complet de la situation après 30 jours de tension provoqués par la Chine en Mer de l’Est ».

VNExpress_ToanhCanh30NgayCliquez sur l’image pour accéder au Diaporama (VN Express, 02/06/2014).

Rappel de quelques points clés :

Troubled Waters [South China Morning Post]

[ndlr] Résumé du conflit dans les Paracels à travers la grande carte pédagogique présentée dans le South China Morning Post du 26 mai 2014. Aperçu géopolitique, militaire et économique très utile pour cerner les enjeux de la crise.

SCMP-logo

TroubledWaters

Cliquez deux fois sur la carte pour l’agrandir / © 2014 SCMP Graphic: Adolfo Arranz

Source : South China Morning Post, 26/05/2014.

Dominique Foulon : La situation sociale vietnamienne – une lutte des classes qui ne poserait pas la question du pouvoir ?

Atelier de réflexion : les enjeux de la crise sino-vietnamienne.

Samedi 24 mai 2014. ENS de Lyon

★ ★ ★

La situation sociale vietnamienne : une lutte des classes qui ne poserait pas la question du pouvoir ?

Par Dominique Foulon

Carnets du Viêt Nam

Résumé :

Les manifestations et les émeutes qui ont secoué le Viêt Nam voici deux semaines ont surpris par leur importance et par leur violence. On dénombre en effet 22 provinces touchées par le phénomène selon la presse vietnamienne. Toutefois, pour exceptionnelles qu’elles soient par leur ampleur, ces violences ne sont pas inhabituelles dans la vie sociale vietnamienne de ces dernières années. La contestation ouvrière et paysanne est une donnée récurrente de la vie politique du pays même si elle fait rarement la une de la presse. Au delà du caractère strictement revendicatif, cette contestation a engendré des attitudes de défiance avec l’autorité dans différents secteurs de la société. Cela ne signifie pas que, comme on le lit, souvent en pareil cas, que le pouvoir serait sur le point de s’écrouler, on pourrait même s’interroger pour savoir si, en définitive, au delà du spectaculaire ces évènements ne seraient pas la preuve d’une certaine “normalité” ? Une lutte de classe traditionnelle qui toutefois ne poserait pas directement la question du pouvoir politique.

Dominique Foulon à l'Institut d'Asie Orientale © 2014 IAO
Dominique Foulon à l’Institut d’Asie Orientale © 2014 IAO 

* * *

Les émeutes qui ont secoué le Viêt Nam voici deux semaines ont surpris par leur violence et par leur multiplicité puisque l’on dénombre 22 provinces touchées par le phénomène selon la presse vietnamienne. En effet, elle annonce que le calme est revenu dans 22 provinces c’est donc, par déduction, qu’il n’y avait pas le calme auparavant…

Le nombre de manifestants est, lui aussi, inhabituel et démontre, si besoin était, l’émotion et l’exaspération que les multiples incursions et provocations chinoises aux alentours des îles contestées suscitent dans l’opinion publique. Cependant au delà de ce que les médias présentaient comme une vague de protestation nationaliste, voire xénophobe, me revint en mémoire le couplet d’une de mes chansons préférées :

« Une explosion fantastique
N’en a pas laissé une brique.
On crut qu’c’était Fantômas,
Mais c’était la lutte des classes »

La Java des bons enfants

Chanson de Guy Debord
Musique de Francis Lemonnier

Pour exceptionnelles qu’elles soient, ces violences ne sont pas une nouveauté au Viêt Nam. Depuis des années des contestations importantes émaillent l’actualité sociale du pays. Mais l’attaque et la mise à sac de sociétés chinoises, taïwanaises, sud-coréennes posent, à mon avis, d’autres questions que celles qui tournent autour de la question de la souveraineté des îles Hoàng Sa et Truong Sa. Depuis des années les grèves qui ont éclaté dans les entreprises avec des capitaux provenant de ces pays outre des revendications classiques de salaires et de conditions de travail mettent aussi, surtout, en avant de manière récurrente et précise, le respect de la dignité humaine. Nous y reviendrons.

Mme Le Hien Duc incarnation de la lutte contre la corruption © Nguyen Xuan Dien
Mme Le Hien Duc incarnation de la lutte contre la corruption © Nguyen Xuan Dien

Une longue liste de troubles sociaux :

  • En 1997, des émeutes paysannes avaient éclaté dans la province de Thai Binh au sud de Haiphong, ces violences firent plusieurs morts. Il y eut à l’époque de nombreux articles mais, à ma connaissance, aucun film ni aucune photo n’ont été diffusées.
  • En 2001, plusieurs personnes ont été blessées et de multiples arrestations ont été effectuées lors des manifestations des minorités ethniques dans les Hauts-plateaux du Centre du Vietnam. Des « provocateurs (déjà) ont détruit des bâtiments publics, y compris une école mardi à Buon Me Thuot, capitale de la province de Dac Lac » écrivait alors un quotidien. Ces incidents firent plusieurs blessés, y compris parmi les forces de sécurité. Des films tournés par les journalistes vietnamiens de ces incidents existent mais (toujours à ma connaissance) n’ont jamais été diffusés.

Ce qui change depuis ces années c’est l’introduction dans la vie quotidienne des gens des nouveaux moyens de communications que ce soit internet bien sûr mais aussi les téléphones portables. On sait qu’il y a en moyenne 1,8 téléphones portables par habitants au Viêt Nam (92,5 millions d’habitants en 2013) que malgré des difficultés l’accès aux réseaux sociaux il est aisé de poster des vidéos sur le Net. Ainsi en quelques heures (parfois moins) des évènements filmés via un téléphone portable se retrouve visionné par des milliers de personnes.

Depuis des années les démonstrations de masse pacifique ou non se sont multipliées.

On se souvient du centre de Hanoi bloqué par des milliers de catholiques en 2008 lorsqu’ils réclamaient (à tort ou à raison) le retour d’un terrain à l’église.

Sans faire une liste exhaustive voici quelques faits significatifs dans différents domaines.

Grève ouvrière dans la zone industrielle Nomura à Haiphong en mai 2011 © Dan Tri
Grève ouvrière dans la zone industrielle Nomura à Haiphong en mai 2011 © Dan Tri

Grèves ouvrières

  • 7 juin 2005 des milliers de travailleurs d’une usine de chaussures taïwanaise Hue Phong sabotent du matériel et des installations pour protester contre les horaires trop long, les mauvais traitements physiques, les bas salaires et la violation de leur droit.
  • Décembre 2005/janvier 2006 une centaine de grèves dans les usines à travers tout le pays 40 à 50 000 grévistes dans la région d’Hô Chi Minh-ville. Les entreprises étrangères (Taiwan et Corée du Sud), outre les bas salaires, sont accusées de ne pas respecter les lois sociales du Viêt Nam. Les travailleurs réclament le paiement des heures supplémentaires, des congés, de meilleur conditions de travail pour les femmes enceintes et surtout ce qui revient surtout : le respect. La presse à l ‘époque évoque des cas « où la dignité et l’honneur des salariés ont été mis en cause ». A l’époque l’usine de chaussures Rieker (compagnie de Hong Kong) dans la province de Quan Nam voulait congédier purement et simplement les grévistes. Des négociations avec les syndicats ont évité cela et permis des améliorations. Ces multiples grèves « sauvages » (sans autorisation des syndicats officiels) avaient à l’époque mis le doigt sur le caractère obsolète du droit de grève de l’époque puisque selon les règles en place il fallait au moins 3 semaines pour démarrer un mouvement social considéré comme « légal ».
  • En 2007 541 grèves recensées dans tout le pays.
  • En 2008 : 775 grèves. Au cours de cette année dans l’usine taïwanaise Sun Jade dans la province de Thanh Hoa 3 grèves pour protester contre les mauvais traitements, les humiliations voire les violences de la maitrise.
  • Avril 2010 grèves dans le Dong Nai dans l’usine du groupe taïwanais Pou Chen qui produit les chaussures Nike. Là aussi les revendications ayant aux salaires mais aussi à la mauvaise qualité des repas une question qui va prendre une ampleur importante dans les années suivantes avec de nombreuses intoxications alimentaires parfois graves dans les cantines des usines. (une recherche sur ce thème dans le journal Thanh Niên renvoie à sept pages d’articles à ce sujet).
  • 2011 : 857 grèves durant les onze premiers mois de l’année soit le double de 2010.
  • Début 2013 vague de grèves dans le Delta du Mékong quand de nombreuses entreprises à l’approche du Têt n’ont pas proposé de primes (équivalent du 13e mois) en particulier les travailleurs de Hau Giang exportateur de crevettes (+18% d’exportation en plus et 10% de plus de bénéfice). A cette occasion le président du comité populaire de Hau Giang a dénoncé « les éléments extrémistes » .
  • Janvier 2014 incidents violents sur le chantier de construction d’une future usine Samsung dans la province de Thai Nguyen au Nord de Hanoi. Des centaines d’ouvriers s’en prennent au local et aux véhicules des gardiens qu’ils incendient. Les multiples contrôles tatillons et semble-t-il l’interdiction de rentrer avec son repas ont exaspéré les ouvriers.
  • Au lendemain des émeutes et des grèves les ouvriers d’une usine coréenne Shilla Bags Vietnam d’Hô Chi Minh-ville étaient encore en grève pour le paiement des jours de grève, pour obtenir des repas mangeables et des toilettes ouvertes toute la journée et non seulement 1h30 le matin. Ces toilettes n’étant par ailleurs disponibles qu’avec une carte et il y a trois cartes pour 80 ouvriers.
Grève au sein de l'entreprise Rieker Vietnam pour protester contre les mauvaises conditions de travail (avril 2010) © Dien Dan Doanh Nghiep
Grève au sein de l’entreprise Rieker Vietnam pour protester contre les mauvaises conditions de travail (avril 2010) © Dien Dan Doanh Nghiep

Les expulsions à la campagne

Phénomène ancien et lui aussi récurent ; voici 15 ou 20 ans que des paysans viennent aux abords des ministères réclamer justice en groupe avec des banderoles et des portraits d’Hô Chi Minh.

Il est difficile de dénombrer toutes ces manifestations.

Ce problème a pris une autre dimension quand en janvier 2012 à Tiên Lang, dans la région d’Haiphong, quand Doan Van Vuon et sa famille se sont opposés à leur expulsion à l’aide de mine artisanale et fusils de chasse, en ouvrant le feu sur la police et les représentants des autorités locales. Cette riposte a sidéré beaucoup de monde et conduit de nombreux dirigeants à s’interroger publiquement sur les raisons de ces évènements et mettre en cause les pratiques douteuses des responsables locaux.

En mars de la même année, de nouveaux des rassemblements massifs de paysans : devant l’Assemblée Nationale à Hanoi le 24 avril ; dans la banlieue de la capitale à Van Giang 2000 personnes se heurtent à des centaines de policiers anti-émeutes et à de nombreux policiers en civils ou à des « civils » indéterminés mafieux, hommes de main, sbires… Parmi les multiples vidéos, souvent impressionnantes, de ces incidents on retiendra celle où l’on voit deux journalistes battus violemment par des civils et des policiers (ci-dessous).

Récemment encore des nervis ont tiré sur des paysans qui, à Van Giang, continuent de s’opposer à la confiscation de leur terre et ce malgré le fait qu’ils aient alerté les autorités locales des menaces qui planaient sur eux.

Avril 2013 toujours dans la région d’Haiphong des paysans qui occupaient leur terrain ont été attaqués par des vigiles et des « civils » armés de briques et de matraques, il y a eu des blessés.

Manifestation paysanne contre le projet Ecopark à Van Giang en 2012 © BBC
Manifestation paysanne contre le projet Ecopark à Van Giang en 2012 © BBC

Les expropriations sont nombreuses. Les baux signés il y a 20 ans par les paysans arrivent à échéance et beaucoup ne sont pas reconduits. De nombreux terrains à proximité des villes ont vu leur valeur multipliée de manière fantastique. Non seulement les paysans ne peuvent garder leur terre mais souvent les indemnités qu’ils touchent ne correspondent même pas à l’investissement effectué durant deux décennies pour améliorer les terrains. Ils ne peuvent alors même pas récupérer d’autres terres cultivables Sans parler des énormes plus values qui passent dans les poches de corrompus.

Violences policières

Là aussi les cas sont trop nombreux pour être tous énumérés. Décès suite à des matraquages, morts au poste de police… Ce qui est nouveau depuis 2010 s’illustrent par les réactions de la population comme en juillet 2010 dans la province de Bac Giang quand des milliers de personnes participant aux funérailles d’un jeune motocycliste mort lors d’une course poursuite avec la police. La foule a porté le cercueil devant le bâtiment du Comité Populaire et en a arraché les grilles. Heurts violents avec la police anti-émeutes.

Violence policière à Ha Noi contre des supporters de football en 2009 © VN Express
Violence policière à Ha Noi contre des supporters de football en 2009 © VN Express

Depuis, lors de plusieurs funérailles, les familles ont fait un crochet qui devant un comité populaire ou un poste de police pour présenter le cercueil du défunt mort des suites de son passage dans les locaux de la police.

Lors d’une enquête à propos de la mort d’un voleur de chien (chose hélas très courante plusieurs voleurs ou suspects ont été lynchés et tués en différents endroits du Viêt Nam) la police s’est rendue coupable de torture pour faire avouer des gens interpellés.

Lors du procès d’un inculpé, une centaine de villageois sont venus au tribunal avec leurs aveux. Ces cent personnes ont chacune déclaré avoir tué le voleur. Une action collective et contestataire rare.

La police en plus du mépris qu’elle inspire ne suscite plus ou beaucoup moins de crainte qu’auparavant.

10 Avril 2014, plus de 100 policiers mobilisés pour récupérer quatre policiers enlevés par la foule en colère, dans la province de Ha Tinh. Neuf policiers ont été blessés et plusieurs locaux officiels ainsi que les maisons de quatre responsables locaux ont été endommagées par une foule de plusieurs centaines de personnes en colère protestant contre un projet de cimetière.

Poster des associations issues de la société civile contre la violence policière © 2014
Poster des associations issues de la société civile contre la violence policière © 2014

Le sort des travailleurs à l’étranger

Actuellement environ trois millions de Vietnamien/nes travaillent à l’étranger avec des contrats légaux mais parfois dans des conditions pénibles ou désastreuses (Moyen-Orient, États du Golfe, Malaisie). De nombreux Vietnamiens travaillent clandestinement en Chine.

On peut aussi parler du problème lancinant du trafic d’êtres humains, essentiellement des femmes, envoyées en Chine au Cambodge, à Taïwan ou dans d’autres pays pour des « mariages » arrangés ou pour être livrées à la prostitution. Un phénomène qui participe à un certain climat quand on sait que beaucoup de ces « mariages » ne sont qu’un alibi pour une nouvelle forme d’asservissement.

Les foules imposantes qui ont accompagné les funérailles du général Vo Nguyen Giap alors que le gouvernement ramenait le deuil général à deux jours, pour cause de réception du premier ministre chinois, est aussi un indice d’une assurance en soi qui ne manque pas de s’exprimer dans d’autres domaines.

L’ensemble de ces faits, dont la liste est loin d’être exhaustive, participe à un sentiment général de défiance et aussi de confiance en soi qui va, semble-t-il, perdurer. Pour autant ces mouvements, parfois très radicaux dans leur expression, ne posent pas directement la question du pouvoir politique. Mais pour combien de temps ?

Dominique Foulon, 24 mai 2014.

Pour citer cet article :

Foulon, Dominique (1er juin 2014), « La situation sociale vietnamienne : une lutte des classes qui ne poserait pas la question du pouvoir ? », Mémoires d’Indochine [carnet de recherche] : https://indomemoires.hypotheses.org/15104 (Page consultée le …).

André Menras : « Tâche d’huile » et « coups de bélier » – l’affaire de la plateforme de forage chinoise

Atelier de réflexion : les enjeux de la crise sino-vietnamienne.

Samedi 24 mai 2014. ENS de Lyon

★ ★ ★

L’affaire de la plateforme de forage chinoise :

une nouvelle avancée dans la stratégie d’expansion en « tâche d’huile » et en « coups de bélier » pour annexer la mer du Sud-Est asiatique.

Par André Menras (Hồ Cương Quyết)

Chercheur indépendant

AndréMenras_24-05-2014
André Menras à l’Institut d’Asie Orientale à Lyon © 2014 IAO

 

On ne peut pas comprendre la situation présente si l’on se confine à quelques évènements récents sous peine de considérer les affrontements actuels comme l’expression de « disputes » territoriales dans lesquelles les parties concernées seraient renvoyées dos à dos dans une confusion de responsabilité et de légitimité. Une telle neutralité poncepilatique exclurait toute possibilité de règlement équitable sans lequel la paix ne saurait exister et durer. L’examen chronologique des événements historiques marquants est absolument nécessaire, sinon suffisant, pour identifier les sources du conflit et leur expression actuelle afin de peser plus efficacement pour son règlement.

Tout au long de cette intervention je ne parlerai pas de Mer de Chine méridionale car ce géonyme attribué par les cartographes coloniaux et, à partir des années 60, repris dans une grande majorité des atlas, porte, innocemment ou non, une connotation malsaine sur le plan de la souveraineté. De « Mer de Chine » à « Mer de la Chine » il n’y a en effet qu’un petit mot à penser pour déposséder au profit de l’Empire les nations riveraines de cet espace maritime vital pour elles. Cette Méditerranée de l’Asie du Sud-Est n’est ni historiquement, ni juridiquement, ni dans la pratique ancestrale, un lac exclusivement chinois. Elle est le bien commun des nations qui la bordent et de la communauté internationale qui en emprunte le passage avec une fréquence sans cesse accrue.

DaiNamNhatThongToanDo
Đại Nam nhất thống toàn đồ

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

1°) Chronologie de l’annexion chinoise de l’archipel des Paracels

L’examen détaillé des dates historiques depuis la période précoloniale jusqu’ à aujourd’hui révèle clairement la naissance puis la montée en puissance des appétits chinois sur Les Paracels et au-delà, en passant par l’annexion totale de l’Archipel jusqu’à l’installation actuelle de la plateforme de forage dans la zone économique exclusive du Vietnam.

A) Durant la période précoloniale, l’An Nam a édifié sur l’archipel une souveraineté incontestée.

Depuis les seigneurs Nguyen, en 1702, la première brigade de Hoang Sa (alors appelé Cat Vang) est constituée avec 70 jeunes hommes du village de An Vinh (dont les descendants vivent toujours à Ly Son) pour, sous les ordres des seigneurs se rendre chaque année dans l’archipel, y récupérer des restes d’épaves, et en ramener des produits de la mer. Avec les empereurs Nguyen la tradition se continue et se développe.

  • 1816 : Gia Long déclare les droits souverains de l’empire d’An Nam [Viêt Nam] sur l’archipel appelé alors « Cat Vang « .
  • 1833-1836 : Ming Mang ordonne l’érection d’un temple, la construction d’une stèle de souveraineté et la plantation d’arbres.
  • 1867 : Tu Duc décerne le titre de héros à des « binh si », soldats de la mer, ayant péri dans leur périple vers Hoang Sa… Autant d’actes étatiques cohérents et annuels de la part de l’empire d’An Nam [Dai Nam] qui justifient pleinement droit à souveraineté. Sans aucune contestation de la part de quelque autre État.

B) Première période coloniale jusqu’au début du XXème siècle : La Chine reconnaît implicitement cette souveraineté.

  • 1884 : traité de Hue. « La France s’engage à garantir l’intégrité des États de SM. Le roi d’An Nam ». Et donc des Paracels. La même année édition d’une carte chinoise de « l’empire unifié  » dont le point le plus austral est la pointe sud de l’île d’Hai Nan. Elle ne comprend donc pas Les Paracels.
  • 1885 : traité franco-chinois de Tianjin. La Chine renonce à toute prétention de suzeraineté sur l’An Nam et donc sur les Paracels.
  • 1906 : édition d’un manuel national d’enseignement de la géographie : le « Zhong guo dilixue giao keshu ». La limite australe de l’empire est toujours l’île d’Hai Nan.

C) Première période coloniale jusqu’en 1945 : naissance des appétits chinois.

  • 1909 : débarquement de 24h des troupes de l’Amiral Li Zhu sur l’île de Pattle. Opération commanditée par le gouverneur du Guang xi-Guangdong.
  • 1925 : le Gouverneur Général d’Indochine annonce que l’Archipel est sous la souveraineté de l’An Nam sous protectorat français.
  • 1925-1936 : série d’articles d’Henri Cucherousset dans « L’Éveil économique de l’Indochine » qui proteste contre la « mollesse » des devoirs protecteurs de la France sur l’archipel.
  • 1931-1932 : la Chine adjuge l’exploitation du guano (phosphates) sur l’archipel à des particuliers. Protestation officielle française.
  • 1937-1939: détachement de gardes coloniaux dépêché sur Pattle pour y construire un phare, une station météo, une station TFS et y dresser une stèle portant l’inscription « République française-Royaume d’An Nam-Archipel des Paracels : 1816-île de Pattle 1938 ».

D) Deuxième période coloniale jusqu’en 1954 : les appétits chinois deviennent prétentions souveraines naissantes.

  • 1945 : la Chine nationaliste reçoit mission de désarmer les Japonais au nord du 16ème parallèle.
  • 1947 : les troupes de Chang Kaï-chek débarquent sur les Paracels orientales. La France envoie un détachement militaire qui prend garnison sur Pattle et demande un arbitrage international. Refus de la Chine. La même année, apparition de la première ligne en U en 11 traits, matérialisant les prétentions souveraines chinoise sur 80% de la mer du Sud Est asiatique.
  • 1950 : la Chine évacue sa garnison de l’île boisée. Le contrôle de l’archipel est officiellement remis à l’empereur Bao Dai.
  • 1951 : conférence de San Francisco. Les Paracels et les Spratleys abandonnées par les Japonais, ne sont attribuées à personne. L’URSS propose de les placer sous la souveraineté de la Chine de Mao. Proposition rejetée à l’écrasante majorité. Le ministre des Affaires étrangères de Bao Dai réaffirme la souveraineté du Vietnam. Silence de la France.
  • 1954 : Accords de Genève. Toutes les îles passent sous l’administration de la République du Sud Vietnam. Pas de protestation de la Chine présente lors des négociations.

E) L’après Genève jusqu’au départ des Américains : la violence du fait accompli.

  • 1956 : retrait des Français et relève par les troupes de la République du Viêt-Nam sur Pattle et le groupe du croissant (Sud-ouest de l’archipel). Les troupes de la République populaire de Chine débarquent discrètement sur la partie orientale (Amphitrite) et ne la quitteront plus.
  • 1958 : note diplomatique du Premier ministre de la RDVN Pham Van Dong qui « enregistre et approuve » une déclaration de la RPC fixant à 12 milles nautiques la limite des eaux territoriales de la Chine. Pékin utilise encore aujourd’hui cette note pour étayer son argumentation de souveraineté.
  • 1974 : la marine de guerre chinoise s’empare de la totalité de l’archipel. 64 morts vietnamiens. La 7ème flotte US à proximité, appelée au secours par son allié sud-vietnamien, ne réagit pas. L’observateur de la République du Viêt-Nam à l’ONU demande un examen de la question par le Conseil de Sécurité. Sans succès. Aucun soutien des USA ni de la France.
tuongniem-haichien-HS1974
19 janvier 2014 : commémoration du 40e anniversaire de la bataille des Paracels © 2014 Tin Tuc Hang Ngay

F) L’après 1974 jusqu’en 2009 : consolidation de la base de Hoang Sa, légitimation et nouveaux coups de force.

  • 1982 : Convention de Montego Bay sur le droit à la mer signée et ratifiée par la Chine et le Vietnam : « Aucun État ne peut légitimement soumettre une partie de la Haute mer à sa souveraineté ».
  • 1988 : coup de force sanglant à Gac Ma (Johnson reef). 74 morts vietnamiens de la République Socialiste du Vietnam.
  • 1992 : la Chine octroie à la compagnie US Crestone Energy une concession d’exploitation située dans la ZEE du Vietnam.
  • 1989-1995 : occupation par la Chine de récifs et d’îlots supplémentaires dont celui de Panganaban reef (Mischief reef) dans la ZEE des Philippines.
  • 2002 : signature de la « Déclaration de (bonne) conduite » (DOC), gentlemen agreement, entre la Chine et les pays de l’ASEAN. « …Ne pas faire usage de la force ou de menace pour régler les différents ; ne pas compliquer la situation par de nouvelles édifications… » Début d’une campagne chinoise de menaces et de chantage pour dissuader les compagnies pétrolières étrangères de coopérer avec le Vietnam et les Philippines dans les ZEE de ces pays.
  • 2007 : loi chinoise instituant la ville de « Tam Sa » dépendant de Hai Nan et basée à Phu Lâm (Paracels).
BaoVeHSTS
« Ensemble exploitons et protégeons la mer et les îles du Viêt-Nam »

G) A partir de 2009, accélération de l’escalade et de sa légitimation.

  • 2009 : en mars, L’USNS américain « Impeccable » se voit barrer la route au large d’Hai Nan par des bâtiments de la flotte chinoise. Avril : à Quinddao, grand show international de la puissance militaire navale chinoise. Mai : note diplomatique chinoise au secrétaire général de l’ONU en réaction au dépôt de l’acte de souveraineté du Vietnam et de l’acte conjoint que ce pays a déposé avec la Malaisie. La Chine y affirme ses prétentions souveraines matérialisées par la ligne en U en 9 traits (ou langue de boeuf) englobant 80% de l’espace maritime et la totalité des archipels de la mer du Sud-Est asiatique. Du 16 mai au 1er août : Pékin décrète unilatéralement l’interdiction de pêcher dans la zone. Octobre : sommet de l’ASEAN en Thaïlande. La Chine refuse d’aborder de façon multipartite la question des différends en Mer du Sud-Est asiatique. Décembre : Pékin annonce sa décision de « développer le tourisme sur une grande échelle » dans la zone en U. L’assemblée nationale adopte la loi sur « la protection et le développement des îles ».
  • 2011 : en mai, agression sur le « Binh minh 02 » navire d’exploration sismique de la compagnie PetroVietnam, en ZEE du Vietnam. Septembre : agression sur le « Viking », autre navire vietnamien de prospection, dans la ZEE du Vietnam.
  • 2012 : sommet de l’ASEAN. La Chine fait pression sur le Cambodge, alors président, pour empêcher un communiqué commun en faveur d’un « Code de conduite » ayant force de loi en mer du Sud-Est asiatique. Avril-mai : affrontement de 3 semaines avec Les Philippines à Scarborough shoal (archipel des Spratleys) en ZEE des Philippines. Juillet : la Chine fait élire le Président de « Tam Sa » et installe un centre de communication satellitaire 3G sur l’île de Phu Lam. Août : vingt-trois-mille chalutiers chinois partent de Quang Dong et Hai Nan pour aller pêcher en mer du Sud-Est asiatique. Création aux Paracels d’une unité militaire de l’APL à l’échelle d’une division pour la « zone de défense de Tam Sa » comme « un appareil pour gouverner la mer ».
  • 2013 : en juin, édition du livre « Ville de Tam Sa, Chine : Histoire, ressources et rôle dans la défense nationale ». Novembre : zone d’Identification aérienne crée par la Chine dans la Mer dite de Chine orientale, vis à vis du Japon. Le Japon et les 10 pays de l’ASEAN se déclarent d’accord pour « coopérer davantage afin de garantir la liberté de survol et la sécurité de l’aviation civile ».
  • 2014 : en janvier, décret de la province de Hai Nan qui exige une autorisation pour tout chalutier « étranger » en activité dans la zone en U, sous peine de fortes amendes et de sanctions allant jusqu’ à la confiscation du chalutier et la comparution devant un tribunal chinois. Mai : implantation d’une plateforme de forage géante (HD 981) en pleine ZEE du Vietnam. Affrontements au large de l’île Tri Tôn (archipel de Hoang Sa) 10 policiers de la marine vietnamienne blessés, 4 bâtiments vietnamiens éperonnés et endommagés, un chalutier vietnamien coulé.
MerAsieDuSudEst
Le tracé en rouge de la « langue de bœuf chinoise » sur 80% de l’espace maritime

2°) Lignes de force de la stratégie expansionniste de Pékin

  • 1°) Dans ce « going out » annexionniste vers le Sud maritime, Pékin a commencé par le plus proximal : Les Paracels.
  • 2°) A partir de cette base qu’elle consolide, elle jette des ponts vers de nouvelles bases, par tache d’huile ou par coups de force ponctuels, à l’intérieur des ZEE des nations riveraines qu’elle veut transformer en « zones disputées ».
  • 3°) Toutes ces actions sont basées sur la violence militaire et sur la surprise. Aucun des traités ou accords signés aussi bien sur le plan international que sur le plan local ne sont respectés.
  • 4°) Au niveau tactique, Pékin utilise toujours des périodes de vide ou de faiblesse de puissance pour porter de nouveaux coups. (départ des colonialistes français en 1956, départ des USA en 1974, faiblesse de la RSVN privée du soutien de l’URSS dès la fin des années 70, faiblesse relative des USA, malgré leur politique de « pivot » vers la zone Pacifique-Asie… Faiblesse économique de l’Europe demandeuse de contrats chinois provisoirement salvateurs).
  • 5°) Sa tactique diplomatique et économique est toujours celle de la division. Par gratifications ou par rétorsions économiques. Le refus d’arbitrage international ou de discussion multilatérale est une constante historique de sa diplomatie.

3°) Responsabilités et dette de la communauté internationale

  • a) L’État colonialiste français a d’une certaine façon aidé l’An Nam a se libérer de l’emprise chinoise et a assimiler des « territoires sans maître » (dans les Spratleys ) dont le Vietnam a hérité au titre de l’ « Uti Possidetis Suis ». Mais, d’un autre côté, il a quelquefois aiguisé les appétits chinois en oubliant ou trahissant les intérêts de l’État « protégé » pour ses propres visées à court terme. « Les Paracels pourraient constituer une matière de marchandage ou une contre-partie à des concessions (avec la Chine) de notre part sur d’autres points » (lettre du 20 mars 1930 de P. Pasquier, Gouverneur général de l’Indochine au ministre des colonies). Il en est de même du mutisme de la France lors de la Conférence de San Francisco en 1951 et lors de l’invasion chinoise des Paracels en 1974…
  • b) Les USA, administration Nixon-Kissinger : abandon total lors de l’invasion chinoise de 1974. Mutisme de la 7ème flotte à proximité. Kissinger : « La position des USA est de ne pas soutenir les prétentions de souveraineté vietnamiennes sur les îles. » (Foreign relations of the United States 1969-1976; Volume VIII; China 1973-1976: Document 66).
  • c) Aujourd’hui. Toutes proportions gardées, l’Histoire a déjà connu des dictatures ponctuellement puissantes en quête d’ « espace vital ». Le traité de Munich en 1938 a montré l’illusion qui consiste à acheter la paix à de tels régimes en abandonnant à leurs appétits des espaces souverains d’autres nations. Winston Churchill commentait ainsi ce genre d’abandon : « On nous a proposé la honte ou la guerre. Nous avons choisi la honte et nous avons eu la guerre ». Être neutre aujourd’hui, c’est faire respecter le droit international contre la politique de la canonnière. C’est aussi une façon de ne pas subir soi-même la loi du canon.
ngu_dan_VietTTXVN
Pêcheurs vietnamiens © TTXVN

4°) Les pêcheurs du Centre du Vietnam :

les droits de l’Homme s’arrêtent-ils où commence la mer ?

L’Histoire, c’est aussi la vie quotidienne des simples gens. Pour des dizaines de milliers de pêcheurs vietnamiens qui doivent aller gagner leur vie autour des îles Paracels, c’est une tragédie permanente car chaque sortie en mer peut être la dernière.

La plupart des informations concernant les agressions chinoises sur les pêcheurs sont de sources très officielles : Rapports du poste 328 des garde-côtes et du Comité populaire de district de Ly Son. Certaines informations proviennent aussi de journaux officiels vietnamiens (Tuoi Tre, Thanh Nien, Vietnam net, Phap luat, Dan tri, Saigon Tiep Thi, Lao Dong, et de la BBC). Ces statistiques sont cependant incomplètes car ces informations, jugées « sensibles » sont difficiles à obtenir de la part des autorités et les pêcheurs n’ont pas la liberté et l’organisation pour les communiquer. (Année 2008 par exemple.)

De 2002 à 2014, j’ai pu répertorier des centaines d’agressions. Environ 2000 pêcheurs en ont été victimes. 30 tués ou « disparus » par temps calme. 120 dont le chalutier a été éperonné et qui ont été sauvés in extremis. 500 emprisonnés sur l’île de Phu Lam de quelques jours à près de 2 mois et libérés contre rançon payée par la famille (7000 à 8000 USD). Matériel de pêche systématiquement détruit ou confisqué. Prise de pêche confisquée.

Voir en fin d’article le film documentaire « Hoang Sa Vietnam : La meurtrissure ». (film toujours interdit de projection au Vietnam).

Ces hommes et leurs familles sont les victimes d’une véritable politique terroriste qui vise à vider cette partie de la mer des pêcheurs vietnamiens absolument sans défense pour les remplacer par des pêcheurs chinois. Jusqu’ici les organisations internationales comme Amnesty international, interpellées pour réagir face à ces traitements inhumains, sont restées sans réaction. L’État du Vietnam non seulement ne protège toujours pas ses pêcheurs mais n’ose même pas les organiser pour faire un procès à la Chine devant le Tribunal international sur le droit à la mer…

Lyon, le 24 mai 2014

André Menras

Pour citer cet article :

Menras, André (30 mai 2014), « L’affaire de la plateforme de forage chinoise : une nouvelle avancée dans la stratégie d’expansion en “tâche d’huile” et en “coups de bélier” pour annexer la mer du Sud-Est asiatique », Mémoires d’Indochine [carnet de recherche] : https://indomemoires.hypotheses.org/15066 (Page consultée le …).

François Guillemot : « L’urgence démocratique » – Le regard de la dissidence sur la crise sino-vietnamienne

Atelier de réflexion : les enjeux de la crise sino-vietnamienne.

Samedi 24 mai 2014. ENS de Lyon

★ ★ ★

« L’urgence démocratique ».

Le regard de la dissidence sur la crise sino-vietnamienne

Par François Guillemot

Institut d’Asie Orientale

UMR 5062 – CNRS – Ecole normale supérieure de Lyon

Guillemot_UrgenceDémocratique_slide1

Introduction

[DIAPO 1] Les manifestations antichinoises de ces deux dernières semaines ont présenté un double visage, voire un triple visage qui, globalement, propose deux options différentes pour résoudre la crise actuelle. Le premier visage fut illustré par la protestation officielle du gouvernement de la République Socialiste du Viêt-Nam (RSVN) face à l’implantation de la plateforme HD 981 dans les eaux contestées des Paracels. Il fut relayé largement par la presse d’État mais aussi sur les réseaux de communications non officiels de l’État-Parti (par exemple les sites dédiés aux plus hautes autorités de l’État et les blogs de soutien au régime) et par les organisations mobilisées pour manifester dans la rue leur soutien à la politique gouvernementale. Le second visage revêtit la forme d’une contestation non officielle dont les mots d’ordre stigmatisaient autant l’expansionnisme chinois que le régime autoritaire vietnamien. C’est ce dernier aspect que nous proposons de survoler à travers les différentes voix de la dissidence qui se sont exprimées tout au long de ces deux semaines agitées. Enfin, le troisième visage portait pour ainsi dire la marque des « sans voix » les ouvriers de Dong Nai, de Binh Duong, de Ha Tinh, les étudiants de Can Tho, les Catholiques de Vinh, les bouddhistes Hoa Hao, les petites gens du régime qui se exprimés pacifiquement ou violemment à travers un nationalisme antichinois fait d’un bloc.

Je commencerai cette courte communication par identifier les principales voix dissidentes, incarnées par des leaders d’opinion aujourd’hui relativement bien connus, qui se sont fait distinguer sur le sujet. Quels furent leurs mots d’ordre, que contenaient leurs déclaration politiques, quelles types d’action préconisèrent-ils ? Je poursuivrai par les solutions envisagées pour sortir de l’impasse dans laquelle semble se trouver le gouvernement vietnamien actuel dont la tâche, il faut le souligner, est extrêmement difficile. Et qui pour l’heure, essentiellement par la voix de Nguyen Tan Dung et de ses deux jeunes vice-Premier ministres (Pham Binh Minh et Vu Duc Dam), parvient à maintenir le cap.

[DIAPO 2 & 3] Quelles voix se sont fait entendre au sein de la dissidence et pour dire quoi ? Les principales têtes dures de la dissidence vietnamienne se sont exprimées sur la crise actuelle. Les critiques émanent de différentes générations de contestataires incarnées aussi bien par le Dr Nguyen Dan Que, l’avocat exilé Cu Huy Ha Vu, que par la jeune génération des Pham Chi Dung, Pham Thanh Nghien ou Nguyen Tien Trung. Notons que tous sont d’anciens prisonniers de conscience. Des déclarations politiques ont été produites par un certain nombre d’organisations issues de la société civile, laïques et religieuses (bouddhistes et catholiques) à l’intérieur du pays, ou par des organisations politiques anticommunistes ou non communistes résidant à l’étranger (Viet Tan, Tan Dai Viet). Ces différentes déclarations et analyses, qui fondent le corpus de cette réflexion, permettent de rappeler rapidement ce qui préoccupe la dissidence.

[DIAPO 4] Avant cela, il convient d’évoquer en deux mots la politique actuelle du gouvernement :

  • Rester ferme sur la revendication de souveraineté ;
  • Ne pas envoyer de bâtiments militaires en Mer de Chine méridionale ;
  • Porter l’affaire au niveau régional (ASEAN) et international (ONU) ;
  • Maintenir les discussions au niveau bilatéral ;
  • Réprimer toute manifestation intérieure « illégale » mais promouvoir l’activisme à l’étranger ;
  • Rassurer les compagnies étrangères et et prévoir des dédommagements pour les compagnies attaquées.

Questions sans réponses

  • Le reflux de l’histoire

[DIAPO 5] Le premier aspect historique qui a ressurgi des affres de l’histoire du Viêt-Nam en guerre est la « Note diplomatique » de Pham Van Dong adressée à ses homologues chinois le 14 septembre 1958. Il s’agit d’une réponse banale mais affirmative validant le tracé maritime de la Chine maoïste sur la mer méridionale. Cette Note a suscité moult polémiques jusqu’à aujourd’hui [24 mai]. Les plus farouches opposants au régime la brandissent pour dire que les communistes vietnamiens ont vendu à la Chine cet espace maritime depuis des décennies. Un argument de poids qui a finalement été repris par la Chine elle-même dans sa joute verbale avec Hanoi. On parle d’une facture de 870 milliards de dollars pour solder la part de la dette de la guerre financée par la Chine contre la propriété des îlots de la mer de Chine méridionale. Ceux qui disent que ce texte n’a aucune valeur juridique s’appuient sur le fait que les Paracels dépendaient de la République du Viêt-Nam (Viêt-Nam du Sud pendant la guerre) déchue et non de la RDVN (Viêt-Nam du Nord) soutenue à l’époque par la Chine populaire. Enfin, certains font l’exégèse du texte pour contester toute allégeance à la Chine, minimisant ainsi la valeur du document. Le tonitruant député Duong Trung Quoc en appelait dernièrement à une clarification par l’Assemblée nationale et le gouvernement vietnamien a récusé officiellement le 24 mai toute valeur juridique à ce document.

  • Violences imprévisibles ?

La seconde grande thématique qui a traversé les analyses des dissidents est celle du déferlement de violence. De nombreuses questions restent aujourd’hui sans réponses sur le rôle de la police et sur l’intervention très tardive des pompiers. Un certain laisser-faire, je devrais dire laisser-détruire, a été constaté par de nombreux blogueurs. Cela rappelle nos casseurs d’ici et les violences en marge de manifestations pacifiques. Comme c’est un fait rare (en terme d’images et de médiatisation) mais peut-être pas si nouveau qu’il n’y paraît en RSVN, chacun y va de son hypothèse : la police ou ses hommes de main (côn đồ), les agents secrets (tình báo) de la Sécurité publique seraient derrière les événements dans le but de discréditer le mouvement dans son ensemble et permettre ainsi l’élargissement de la répression ; d’autres, comme l’avocat Nguyen Van Dai, pensent que des espions et agents chinois ont organisé les choses dans le but de frapper sans distinction les intérêts économiques taïwanais, japonais ou sud-coréens des zones industrielles de Binh Duong ou de Dong Nai. De façon plus prosaïque, on peut penser que la violence populaire impliquait des classes marginales prêtes à en découdre avec le « Chinois », incarnation d’une exploitation sans vergogne. Plus terrible encore furent les violences raciales lors de l’expédition punitive organisée contre des ouvriers chinois dans le complexe Formosa de Vung Ang dans la province de Ha Tinh. Il y a eu mort d’hommes, lynchages et sauvagerie manifeste si l’on croit les photos prises par le jeune net-citoyen photographe Nguyen Lan Thang. A la suite du rapatriement d’urgence d’un millier d’ouvriers chinois par le port de Vung Ang, la population locale rejetait la faute sur le laxisme des autorités provinciales qui fermeraient les yeux sur l’implantation de travailleurs chinois illégaux dans la province. Quoi qu’il en soit l’image de ses deux flambées de violence fut désastreuse pour le Viêt-Nam.

Les solutions préconisées

[DIAPO 6] Je voudrais ici mettre l’accent sur trois points clés développés par la dissidence :

1 – La survie passe par un changement intérieur radical (non violent et/ou violent) ;

2 – Les nouvelles alliances économiques, militaires, diplomatiques (le repositionnement du Viêt-Nam) ;

3 – La poursuite des manifestations pacifiques à l’intérieur du pays.

  • Démocratiser en urgence

[DIAPO 7 : Nguyen Dan Que] La parole du Dr Nguyen Dan Que, un dissident de longue date, est sans ambiguïtés. Comme beaucoup d’autres, il propose une marche salvatrice vers la démocratie. Selon lui, seule la démocratisation du régime permettra de résoudre les défis multiples du Viêt-Nam. Son analyse est sans pitié pour le régime communiste et porte sur un constat d’échec : « le pays est en faillite à cause de l’orientation générale prise où l’on passe d’une erreur à une autre, et de la gestion laxiste du fléau national que représente la corruption endémique ». Cette dégradation subie depuis des décennies est, selon lui, due « à la dictature communiste ». Il poursuit : « Il n’y a que le système démocratique qui pourra résoudre les impasses politiques, économiques, éducatives et culturelles, sociales actuelles du Viêt-Nam ». Sur le plan international, seul un gouvernement démocratiquement élu pourra obtenir une grande légitimité et le soutien populaire nécessaire pour défendre les intérêts vietnamiens en Mer de Chine. Il propose un plan de démocratisation en deux étapes. Une étape préliminaire qui verrait le bureau politique du Parti Communiste Vietnamien (PCV) démissionner en bloc pour transmettre le pouvoir à l’instance populaire suprême incarnée par l’Assemblée nationale. L’Assemblée désignerait un gouvernement intérimaire. Ce dernier modifierait en profondeur toute la politique étrangère en s’appuyant sur « la morale traditionnelle nationale au profit du peuple », en faisant de la défense de l’indépendance et de la souveraineté nationales le fondement de sa politique, tout en mettant en œuvre le processus de démocratisation du régime. L’étape suivante, l’Assemblée nationale abandonnerait la constitution actuelle et organiserait la décommunisation générale des organismes du pouvoir à tous les échelons. Elle détacherait le PCV de la police et de l’armée, tout comme des activités religieuses, syndicales ou celles des groupes constitués… L’Assemblée décréterait l’avènement d’un système démocratique et libéral. L’Assemblée rédigerait la nouvelle loi électorale en faveur du pluralisme et du multipartisme. Enfin, des élections libres, justes et transparentes sous supervision internationale pourraient se dérouler. C’est à ces conditions que la défense de l’intégrité du territoire vietnamien peut être envisagée. Toujours selon lui, la question de la « Mer orientale » pourra ainsi être débattue dans une conférence rassemblant tous les pays de l’ASEAN concernés par cet espace maritime contesté en présence des 4 puissances impliquées dans la région (États-Unis, Chine, Japon et Russie, il oublie Taïwan). Cette conférence internationale donnerait naissance à un nouvel accord définissant clairement les droits de souveraineté et économique de chacun. Cette proposition du Dr Nguyen Dan Que peut prêter à sourire et son programme de démocratisation volontariste bien idéaliste. Elle rejoint sur biens des points les questions débattues par des blogueurs et journalistes indépendants. Chacun de ces contestataires de penser que le gouvernement actuel, ligoté par la Chine, ne peut plus se porter garant de l’intégrité nationale.

  • Se repositionner, sortir du giron chinois

[DIAPO 8 : Pham Chi Dung] Cela fait déjà plusieurs mois que des blogueurs ont exposé leur désir de voir un changement de direction dans la politique diplomatique de leur pays. En clair, il s’agit d’abandonner les deux slogans politiques chinois « Phương Châm 16 Chữ Vàng » et « Tinh Thần 4 Tốt » (« voisinage amical, coopération globale, stabilité à long terme, en direction de l’avenir »). Ceux-ci, acceptés par le Politburo vietnamien lors de la fixation de la frontière à partir de 1999, fondent l’approche officielle et sont repris textuellement dans les médias vietnamiens pour qualifier les relations particulières entre les deux pays.

L’intellectuel Tran Trung Dao, poète et informaticien, se demande comment le Viêt-Nam peut-il battre la Chine ? Se basant sur le fait qu’aucun empire n’est immortel, et donc peut s’effondrer, il met en avant quatre conditions pour sortir du giron chinois : la première implique que le Viêt-Nam se démocratise avant la Chine (la même idée est reprise par la blogueuse Song Chi). Si la plupart des analystes du Viêt-Nam estiment que la démocratie peut s’avérer une solution efficace pour défendre l’intégrité du territoire vietnamien, Tran Trung Dao pense qu’elle sera aussi un outil pour vaincre la Chine. Cette démocratie doit se mettre en place rapidement avant qu’un conflit armé n’éclate en Asie qui donnerait l’avantage à la Chine. Selon M. Dao, la Chine populaire n’est pas effrayée par la puissance militaire des États-Unis ou la bombe atomique mais par la démocratie et s’inquiète beaucoup, dans sa cour arrière, de l’évolution du Viêt-Nam. « L’arme démocratique », ce sont les termes employés, provoquerait une réaction en chaîne menant à l’effondrement du système communiste chinois. L’éclatement de l’empire en plusieurs territoires ne permettrait pas à la Chine de s’occuper des îles lointaines des Paracels ou des Spratleys. Le second point concerne l’union nationale vietnamienne. La démocratie permettrait d’obtenir un large soutien international avec cette condition essentielle de l’union nationale. Sans cette dernière, aucun peuple ne peut vaincre. Mais le nationalisme préconisé par Tran Trung Dao doit reposer sur des bases humanistes et non pas verser dans l’extrémisme, le racisme ou la caricature. Le troisième point consisterait pour le Viêt-Nam d’activer une nouvelle stratégie nationale pour se repositionner sur le plan international. Il s’agit d’éviter à tout prix l’isolement du Viêt-Nam et d’inscrire le pays dans de nouvelles alliances militaires clairement définies. Sa neutralité actuelle le dessert. Enfin, la quatrième condition va dans le même sens puisqu’il préconise que le Viêt-Nam fasse le choix crucial de l’alliance militaire la plus sûre sur le modèle du Japon, des Philippines ou de la Corée du Sud ce qui revient à dire en langage décodé que seule une alliance américano-vietnamienne serait viable. Cependant, M. Dao, un rien désabusé, ne prévoit pas de changement possible au niveau de l’État-Parti, il en appelle finalement aux 90 millions de Vietnamiens à prendre leur destin en main.

Parmi les voix officielles relayées par la dissidence qui se sont fait entendre sur les solutions de sortie de crise, Mme Pham Chi Lan, experte économique du Viêt-Nam et conseillère de haut-rang dans l’appareil d’État, a souligné l’opportunité à saisir à l’issue de cette crise pour reconsidérer la politique économique de la Chine au Viêt-Nam. Elle propose un rééquilibrage avec le développement de nouveaux partenariats économiques avec de nouveaux pays afin de rendre l’économie vietnamienne plus indépendante c’est-à-dire moins dépendante de la Chine. Elle n’est pas tendre pour cette dernière qu’elle accuse de « procédures sales » dans leurs relations commerciales ou économiques avec le Viêt-Nam.

  • Lutter jusqu’au bout et manifester pacifiquement

[DIAPO 9 : Tan Dai Viet] Deux partis politiques interdits au Viêt-Nam ont rédigé des déclarations pour protester contre l’implantation de la plateforme chinoise HD 981. Le premier, le Tân Đại Việt (Néo Dai Viet), fondé à Saigon en 1964 mais interdit depuis 1975, principalement implanté aux États-Unis et en Europe, entend réagir devant « la catastrophique perte du pays » (đại họa mất nước). En cinq points, il condamne l’agression chinoise, interpelle l’opinion internationale sur la violations des droits maritimes par la Chine, condamne la faible réaction des autorités communistes vietnamiennes exigeant de leur part des mesures énergiques pour porter l’affaire devant un tribunal international, en appelle à la solidarité internationale et enfin, dans son cinquième point, se prépare avec les compatriotes à la lutte commune autour du mot d’ordre « Contre la Chine, éliminer les Communistes Vietnamiens » (Chống Tàu Diệt Việt Cộng). La déclaration est guerrière et rappelle les campagnes anticommunistes meurtrières organisées au Sud Viêt-Nam entre 1955 et 1975 pour éradiquer la résistance antigouvernementale ou antiaméricaine. Elle est de toute évidence une posture pour se démarquer de la propagande antichinoise promue par Hanoi. Elle reflète néanmoins l’état d’esprit d’une partie de la communauté exilée qui estime que seul un soulèvement populaire pourra débarrasser le pays du totalitarisme. Mis en cause par le pouvoir communiste d’être derrière les violences de Binh Duong, le parti Việt Tân, quant à lui, a immédiatement réagi dénigrant ces accusations sans fondement et réaffirmant son attachement à la lutte non violente (Đấu tranh bất bạo động) dans un communiqué de presse en ligne en date du 18 mai 2014. Cette aspect clé de la lutte est pour lui « la seule façon de ne pas pénétrer dans l’arène de la violence sur laquelle le régime détient la supériorité absolue ». C’est aussi la voie « la plus civilisée, la plus humaniste à l’aube du XXIe siècle ».

Les organisations anticommunistes vietnamo-américaines poursuivent leur manifestations sur des mots d’ordre autant antichinois qu’anti-gouvernementaux, la prochaine en date du mardi 27 mai se rassemblera autour de cinq slogans assez similaires de ceux du Tân Đại Việt [manifestation annulée depuis]. Sont mentionnés en prime le danger de la « sinisation » du Viêt-Nam et la « complicité » du PCV dans l’agression chinoise.

[DIAPO 10 : Pham Thanh Nghien] A l’intérieur du pays, le régime communiste nourrit cette contradiction interne qui est de promouvoir l’activisme à l’étranger pour porter la voix du Viêt-Nam sur le plan international et d’empêcher les gens de manifester dans le pays. On ne sait aujourd’hui si cette option pourra tenir longtemps. Sur son blog, la jeune dissidente Pham Thanh Nghien, assignée à résidence à Haiphong, s’interrogeait le 18 mai sur la violence étatique : « Il y a une chose que je ne peux comprendre : pourquoi, à l’heure où la patrie est en danger, que la seule porte de sortie pour sauver la Nation de la disparition est de s’appuyer sur la force du peuple, le gouvernement communiste maintient sa politique d’emprisonnement, de mépris, de vengeance et d’oppression contre l’expression du patriotisme ». Les dissidents vietnamiens mettent en garde le pouvoir contre la colère croissante du peuple si l’interdiction des rassemblements antichinois est maintenue. L’exaspération est difficilement contrôlable comme le démontre l’immolation par le feu, le vendredi 23 mai à l’aube, de la bouddhiste Le Thi Tuyet Mai (Dong Xuan) devant ce lieu hautement symbolique que représente le Palais de la Réunification. Toutes les associations de la société civile sont d’accord sur la nécessité de manifester pacifiquement (Pham Chi Dung, Nguyen Tien Trung). Ceci pose de nouveau la question soulevée il y a plusieurs années déjà d’une loi sur le droit de manifester, un sujet remis à l’ordre du jour par le député Duong Trung Quoc.

Cu Huy Ha Vu fait la synthèse contestataire

[DIAPO 11 : Cu Huy Ha Vu] L’analyse des événements par Cu Huy Ha Vu repose sur le ressentiment antichinois ancestral des Vietnamiens. Il y a cette idée chez certains intellectuels et politiciens (également au sein du parti) du danger permanent que représente la Chine (voir encore la dernière déclaration publique de Duong Trung Quoc). Ils évoquent la lutte multiséculaire et la période de domination chinoise. Pour M. Vu, porter l’affaire au niveau international n’apparaît pas comme une solution viable car la Chine n’acceptera jamais de reculer sur ce sujet. Cela fera donc perdre un temps précieux au Viêt-Nam. Le Viêt-Nam est engagé dans une course contre la montre pour changer sa politique intérieure et extérieure. Le gouvernement s’inscrit dans le long terme, sur une durée indéterminée, alors que la dissidence demande des mesures urgentes donc un très court terme. Cu Huy Ha Vu préconise une alliance militaire immédiate avec les États-Unis, la seule grande démocratie capable de mettre un frein aux ambitions de la Chine. De son côté, Nguyen Sinh Hung, le président de l’Assemblée nationale souligne que la politique gouvernementale envers la Chine doit à la fois être « souple et dure » ce qui revient à dire, selon ses détracteurs, qu’elle n’est pas clairement définie.

Quant à la perte du Parti en tant que formation politique unique et omnipotente, d’aucun considèrent que seul le territoire national compte, les régimes politiques quels qu’ils soient, passent. D’autres dissidents résument l’attitude du pouvoir actuel par cette formule frappante « Thà mất nước chứ không mất đảng » (Plutôt sacrifier le pays que le parti)… De nombreux citoyens partage ce sentiment de la trahison du pouvoir. Une société qui ne peut manifester est une société « cliniquement morte » (chết lâm sàng) répondait la fille d’un manifestant âgé interdit de sortir de chez lui (site Việt Tân). Selon Cu Huy Ha Vu (mais il n’est pas le seul à le penser), le changement passera par la violence si le gouvernement vietnamien n’écoute pas les aspirations du peuple. Cette éventualité que personne ne souhaite à vrai dire reste plausible. La mise en garde imprécatoire de l’avocat dissident est sérieuse.

* * *

Depuis la réunification, l’analyse des faits démontrent que le maintien du PCV à tous les échelons de la société freine aujourd’hui de nombreuses potentialités de la société vietnamienne. L’éducation en pâtit, la liberté académique, la liberté de penser (plus de 212 prisonniers de consciences selon la FIDH), de manifester pacifiquement, tous ces éléments engendrent des frustrations et provoquent chaque année la fuite des cerveaux. A l’ombre du PCV, il est difficile de construire en refusant la corruption et d’élaborer librement un projet car une ligne rouge invisible est toujours active. Il y a encore trop de tabous, de cicatrices à refermer. Le PCV a hérité en 1975 d’une société aux identités plurielles (politiques, sociales, religieuses, culturelles) qu’il a d’abord espéré pouvoir rééduquer selon les critères de sa révolution missionnaire. Il a finalement appris à l’accepter mais il reste une tension permanente entre cet état de fait et la nature du régime politique. Près de quarante ans après la guerre civile, aucune réconciliation officielle n’est intervenue. Tous les actes allant dans ce sens ont été initiés par la société civile ou les organisations religieuses. Les héros des uns font toujours le malheur des autres. L’État-Parti doit prendre en compte cette réalité qui pèse encore sur le quotidien des familles.

[DIAPO 12 : Ly lich gia dinh] Prenez l’exemple d’une demande officielle pour adhérer au parti unique. Nous sommes encore dans la rhétorique de la guerre avec une discrimination sociale et politique sur plusieurs générations. Il y a toujours ceux qui sont du côté du pouvoir et qui ont raison et ceux qui ont tort, les « ngụy » (fantoches), les « thù địch » (adversaires), les « phản động » (réactionnaires), l’ennemi intérieur logé au sein du corps social qui voudrait répandre le chaos. Cette vision binaire, caractéristique des régimes autoritaires, repose sur le vieux crédo léniniste de la purge sociale permanente. Il fait encore beaucoup de mal à la société vietnamienne. Ceci créé des tensions, des divisions, nourris des amertumes dans les histoires familiales et engendrent des réactions radicales. Il faut entendre la voix des paysannes « indignées » (dân oan) et celle des intellectuels issus des rangs du parti (le général Tran Do décédé en 2002, l’avocat Cu Huy Ha Vu, l’ancien officier de l’armée populaire et journaliste Pham Chi Dung, l’ancienne policière Ta Phong Tan…) pour évaluer l’ampleur du ressentiment face à l’injustice et à la corruption souvent liés aux groupes d’intérêts politico-économiques organisés au sein de l’appareil communiste et aujourd’hui taxés de collusion avec la Chine communiste.

Conclusion

  • Réconcilier
  • Réformer
  • Démocratiser

[DIAPO 13] La crise actuelle offre à de nombreux experts internationaux et/ou spécialistes de la région (Carl Thayer, Jonathan London, Murray Hiebert, Laurent Gédéon…) l’occasion d’affiner leurs analyses sur le danger potentiel d’une guerre limitée entre plusieurs belligérants de cet espace maritime fortement contesté. Les cartes peuvent en effet être redistribuées à travers de nouvelles alliances militaires. Cette crise est aussi une formidable occasion pour la dissidence vietnamienne de repenser sa stratégie et de construire son discours politique pour trouver des solutions viables et des alternatives envisageables. Coup d’État militaire par une faction patriotique de l’armée, renversement populaire violent, chute de l’intérieur sous la pression pacifique de la rue et sous l’effet de la détérioration du système policier (comme en RDA), réforme radicale initiée par le pouvoir actuel, démocratisation progressive du régime, toutes les options restent ouvertes pour mener le Viêt-Nam sur le chemin d’une nouvelle ère démocratique ou d’un second « Doi Moi » (Renouveau). Une évolution inverse peut être également plausible avec le renforcement de la faction pro-chinoise du PCV, l’intensification de la répression, l’interdiction de manifester, le blocage des réseaux sociaux, la baisse de la revendication territoriale et le règlement de la question au niveau bilatéral dans le plus grand secret. L’entre-deux probable est une solution « nửa vời », insuffisante et inachevée, visant à calmer le jeu et à reporter les problèmes cruciaux du moment au lendemain.

Comme vous avez pu le constater rien n’est simple et demandera de la part de celles et ceux qui mèneront ce combat une extrême lucidité, du pragmatisme, de l’expérience et une vision politique sur le long terme. La transition démocratique est une épreuve que beaucoup redoutent car potentiellement porteuse de désordres. Du côté du pouvoir vietnamien, l’État-Parti ne peut plus se permettre d’être aussi répressif que par le passé. Dans son évolution pragmatique, le PCV, véritable maître du jeu, aurait tout intérêt à favoriser la liberté d’expression et l’émergence de « think tanks » sur ces sujets complexes. Il pourrait tout à fait offrir des tribunes libres dans les quotidiens en ligne les plus en vues pour favoriser l’échange d’idées et le renouvellement de la pensée. Cela aurait le double avantage de recueillir les meilleures idées et de réintégrer au sein de la communauté nationale les intellectuels les plus critiques au lieu de les cantonner en marge des affaires publiques alors qu’ils possèdent aujourd’hui une notoriété internationale indéniable. Cela permettrait une transition politique en douceur mais demanderait du courage. En outre, d’accepter de libérer toutes celles et ceux qui ont exprimé des idées patriotiques et tenté de dessiner une « autre voie » pour le Viêt-Nam. Sans quoi le transnationalisme oppositionnel émergeant aura bien des chances de se développer.

[DIAPO 14] Le PCV devra un jour où l’autre mettre en œuvre la réconciliation nationale officielle, parfois timidement exprimée, mais jamais réalisée. Le 30 avril 2015 pourrait être décrété « Jour de réconciliation » pour ne plus signifier la victoire des uns sur les autres. De la sorte, la devise « Indépendance, Liberté et Bonheur », paradoxalement inspirée du triple démisme chinois (doctrine de Sun Yat-sen et devise du VNQDD, le Parti National du Viêt-Nam [interdit]), retrouvera tout son sens ou, si un changement radical s’opère, elle sera remplacée par une autre, plus conforme aux idéaux d’humanisme et de progrès fondement de l’identité nationale vietnamienne qui ont été ceux des lettrés modernistes du début du XXe siècle.

[DIAPO 15] Je vous remercie pour votre attention.

Guillemot_VietnamUrgenceDémocratique_24-05-2014

* * *

Documents de référence :

Pour citer cet article :

Guillemot, François (27 mai 2014), « ‘L’urgence démocratique’ : le regard de la dissidence sur la crise sino-vietnamienne », Mémoires d’Indochine [carnet de recherche] : https://indomemoires.hypotheses.org/14938 (Page consultée le …).

中越南海主权争议何以演变成前所未有的反华暴力?[RFI Chine]

[ndlr] Entretien avec Jean-Claude Pomonti et François Guillemot sur la crise sino-vietnamienne. Un dossier de Judith Geng à lire ou à écouter sur RFI Chine.

中国海警船向越南巡逻艇放射水炮。图片摄于2014年5月3日。 路透社
中国海警船向越南巡逻艇放射水炮。图片摄于2014年5月3日。
路透社

中国和越南围绕南海岛屿的主权争议由来已久,双方也曾为此兵戎相见。但今年5月中旬,继中国钻油平台“海洋石油981”向双方有主权争议的水域移动,开展 勘探之后,越南国内发生前所未有的大规模反华抗议游行,这些游行活动演变成严重暴力事件,致使500多家台商工厂遭到破坏,并有人员伤亡。由来已久的海岛 主权争议何以衍生出如此的暴力?如何理解反华游行前所未有的规模?越南政府在听任民间表达抗议之后,是否陷入被动?这场危机将如何收场?越南是否有可能效 仿菲律宾,加强与美国的军事联盟以求自保?我们分别电话采访了法国《世界报》常年关注东南亚国家情况的资深记者、让-克洛德•波孟蒂(Jean-Claude Pomonti)和法国里昂东亚研究中心、法国国家科研中心CNRS研究员弗朗索瓦•吉野莫(François Guillemot).

Lire la suite : RFI Chine, 24/05/2014.