Archives par mot-clé : crimes contre l’humanité

Sévane Garibian (dir.) : La mort du bourreau. Réflexions interdisciplinaires sur le cadavre des criminels de masse [parution]

[ndlr] Présentation de l’éditeur. Ouvrage disponible en français et en espagnol.

lamortdubourreauLa dernière décennie a vu la mort de Slobodan Milosevic, Augusto Pinochet, Saddam Hussein, Oussama Ben Laden ou Mouammar Kadhafi. Car les génocidaires, criminels de guerre, dictateurs, tyrans ou agents du terrorisme international des XXe et XXIe siècles, meurent aussi. Dans tous les cas, les questions que posent ces disparitions singulières sont identiques, bien que se situant dans des contextes différents : quand et comment ces criminels sont-ils morts ? Que faire de leur dépouille ? Comment appréhender leur héritage, la mémoire de leur personne et de leurs crimes ?

Malgré leur caractère crucial et leur actualité, ces questions n’ont pour l’heure suscité que peu de travaux dans le domaine des sciences juridiques et sociales. Si l’on observe un important regain d’intérêt pour la parole du bourreau en tant que source d’information, rares sont les études qui s’attachent au sort de celui-ci, une fois décédé. Cet ouvrage vise précisément à combler ce manque.

La réflexion interdisciplinaire engagée ici met en dialogue les apports du droit, de l’histoire, de l’anthropologie, de la sociologie, de la littérature et de la psychologie autour de trois thématiques principales : les modalités de la (mise à) mort du bourreau, le traitement post-mortem de son corps, et la question de la patrimonialisation face aux exigences de justice et de réparation. Ce volume entend ainsi montrer les enjeux entourant la fin des criminels de masse – une mort jamais anodine, même lorsqu’elle est naturelle.

Ouvrage dirigé par : Sévane Garibian

Contributions de : Rosa Ana Alija Fernández, Ana Arzoumanian, Antoine Garapon, Sévane Garibian, Anne Yvonne Guillou, Florence Hartmann, Frédéric Mégret, Muriel Montagut, Didier Musiedlak, Nicolas Patin, Karine Ramondy, Élodie Tranchez

Sommaire

Remerciements

Présentation des auteurs

Préface
Antoine Garapon

  • Introduction
    La mort du bourreau, ou le temps incalculable de son éternité

    Sévane Garibian
  • Prologue
    Tyrannicide et droit international : une coexistence possible ?

    Élodie Tranchez

Mort naturelle, mort suspecte

  • « Ubus africains » : de l’hubris à la « belle mort », l’exception-nalité africaine ?
    Karine Ramondy
  • Le chemin inextricable entre le lit de mort et la lutte contre l’impunité : les cas de Franco et de Pinochet
    Rosa Ana Alija Fernández
  • La revanche posthume de Slobodan Milosevic
    Florence Hartmann
  • Le « maître de la terre ». Les cultes rendus au cénotaphe de Pol Pot
    Anne Yvonne Guillou

Mise à mort judiciaire

  • Expier le meurtre de millions d’hommes ? L’exécution des hauts dignitaires nazis après la Seconde Guerre mondiale
    Nicolas Patin
  • Saddam Hussein. De la politique de la cruauté à une dramaturgie de l’enterrement
    Ana Arzoumanian

Exécution extrajudiciaire

  • Ordonné par le cadavre de ma mère. Talaat Pachat, ou l’assas­sinat vengeur d’un condamné à mort
    Sévane Garibian
  • Les métamorphoses du corps de Mussolini
    Didier Musiedlak
  • Ben Laden, chronique juridique d’une mort annoncée
    Frédéric Mégret
  • La mort de Mouammar Kadhafi : contexte, traitement médiatique et signification
    Muriel Montagut

Source : éditions Petra

Version en espagnol : La muerte del verdugo. Reflexiones interdisciplinarias sobre el cadáver de los criminales de masa (Ed. Miño y Dávila, Buenos Aires). Lien : Miño y Dávila

Les excuses de Frère N°2 (Nuon Chea): « Je ne cherche pas à fuir mes responsabilités »

[ndlr] La presse française relaie les regrets tardifs de Nuon Chea, l’idéologue des Khmers rouges jugé à Phnom Penh pour crimes contre l’humanité. Extraits.

31 Aug 2011:Nuon Chea during the third day of Trial Chamber's preliminary hearing on fitness to stand trial © 2011 ECCC
31 Aug 2011:Nuon Chea during the third day of Trial Chamber’s preliminary hearing on fitness to stand trial © 2011 ECCC 

 Khmers rouges/génocide: l’idéologue assume

L’idéologue du régime des Khmers rouges, Nuon Chea, jugé pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité, a admis pour la première fois jeudi sa responsabilité dans une entreprise de mort qui a fait quelque deux millions de morts entre 1975 et 1979.

Ancien numéro deux du régime, Nuon Chea, 86 ans, est l’un des deux derniers accusés encore jugés, après le décès en mars de Ieng Sary, ministre des Affaires étrangères de Pol Pot, à 87 ans.

« Je ne cherche pas à fuir mes responsabilités », a-t-il déclaré au cours de son procès devant le tribunal international de Phnom Penh, alors qu’il avait rejeté jusqu’à présent toutes les charges pesant contre lui.

Lire la suite : Le Figaro, 30/05/2013.

* * *

Procès des Khmers rouges : Nuon Chea reconnaît sa responsabilité

L’idéologue du régime des Khmers rouges Nuon Chea, jugé pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité, a admis pour la première fois jeudi 30 mai sa responsabilité dans une entreprise de mort qui a fait quelque deux millions de morts entre 1975 et 1979. Ancien numéro deux du régime, Nuon Chea, 86 ans, est l’un des deux derniers accusés encore jugés, après la mort, en mars, de Ieng Sary, ministre des affaires étrangères de Pol Pot, à 87 ans.

Lire la suite : Le Monde, 30/05/2013.

* * *

Premiers remords de Nuon Chéa pour les crimes des Khmers rouges

Phnom Penh (Reuters) – Un responsable khmer rouge a exprimé jeudi du remords pour la mort d’environ 1,7 million de ses compatriotes lors du génocide perpétré dans les années 1970 par le régime maoïste et reconnu sa responsabilité pour la première fois depuis le début de son procès.

« Je suis responsable de ce qui s’est passé à l’époque du Kampuchéa démocratique », a déclaré Nuon Chéa devant le tribunal spécial mis en place avec le soutien de l’Onu et qui l’a inculpé de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité.

« J’exprime de profonds regrets pour les événements qui ont eu lieu volontairement ou non. Je suis moralement responsable », a dit l’ancien n°2 et chef de la propagande du parti maoïste en adressant ses « condoléances » aux victimes de l’ex-régime présents dans le prétoire.

Lire la suite : Le Nouvel Observateur, 30/05/2013.

* * *

L’idéologue des Khmers rouges reconnaît sa responsabilité dans le génocide

C’est la première fois, depuis le début de son procès pour les crimes du régime de Pol Pot, que Nuon Chea exprime du remords. Il minimise toutefois sa responsabilité.

L’idéologue du régime des Khmers rouges, Nuon Chea, jugé pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité, a admis pour la première fois jeudi sa responsabilité dans une entreprise de mort qui a fait quelque deux millions de morts entre 1975 et 1979.

Lire la suite : Libération, 30/05/2013.

* * *

Cambodge: les premiers remords de Nuon Chea, l’idéologue du régime des Khmers rouges

L’idéologue du régime des Khmers rouges, Nuon Chea, admet pour la première fois, ce jeudi 30 mai, sa responsabilité dans une entreprise de mort qui a fait quelque deux millions de victimes entre 1975 et 1979. Ancien numéro deux du régime, Nuon Chea est l’un des deux derniers accusés encore jugés. « Je ne cherche pas à fuir mes responsabilités », a déclaré cet homme de 86 ans, jugé pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité, alors qu’il avait rejeté jusqu’à présent toutes les charges pesant contre lui. Son procès se déroule devant le tribunal international de Phnom Penh.

Lire la suite : RFI, 30/05/2013.

Pour suivre l’actualité du Tribunal de Phnom Penh : The Extraordinary Chambers in the Courts of Cambodia (ECCC).