Archives par mot-clé : cour cambodgienne

International justice: tackling impunity in Asia

[ndlr] Signalement d’un article de Priya Pillai publié dans The Interpreter, le média en ligne du Lowy Institute.


Trials in Cambodia, while fraught, may help deliver accountability for crimes against humanity across the region.

Nuon Chea and Khieu Samphan, high ranking officials of the Pol Pot regime, have been sentenced to life imprisonment twice over for their role in the genocide of the Cham Muslim and ethnic Vietnamese minorities during the Khmer Rouge era.

The landmark judgment delivered this month by the Extraordinary Chambers in the Courts of Cambodia (ECCC) found the pair guilty of crimes against humanity, including murder, forced marriage and rape, forced labour, among others.

The decision of the chamber and the institution which issued it are noteworthy for a few reasons, not all positive. Of the two completed cases at the ECCC, the guilt of only three individuals has been adjudicated upon. Four defendants are yet to face trial, which is unlikely to proceed due to government opposition.

Lire la suite : The Interpreter, 29/11/2018.

Illustration « à la une » : Victims of the Pol Pot regime on display in a memorial tower at the Choeung Ek killing fields © Satoshi Takahashi via Getty

Lucie Labbé : « Danseuses et divinités. Modalités et enjeux de l’apprentissage de la danse de cour cambodgienne » [thèse]

[ndlr] Annonce d’une soutenance de thèse en anthropologie sociale sur le Cambodge.

« Danseuses et divinités. Modalités et enjeux de l’apprentissage de la danse de cour cambodgienne »

Lucie Labbé

Soutenance de thèse de doctorat de l’EHESS (École des hautes études en sciences sociales) en ethnologie – anthropologie sociale sous la direction de Mme Bénédicte Brac de la Perrière

mercredi 6 avril 2016 à Paris

 

Résumé de la thèse :

Cette thèse a pour objet la danse de cour cambodgienne qu’elle aborde non seulement en tant que production sociale mais aussi dans ses aspects esthétiques et techniques. D’origine rituelle et palatine, cette forme de danse également nommée « danse classique khmère » est aujourd’hui enseignée dans un contexte étatique institutionnel. Depuis quelques décennies, la danse de cour est aussi enseignée et pratiquée dans les cadres touristique et humanitaire au sein de groupes de danse constitués, le plus souvent, de jeunes gens issus de milieux défavorisés. Des tournées internationales de troupes professionnelles et des associations créées par des Cambodgiens de la diaspora ont également contribué à l’exporter hors du Cambodge.

Partant de ces observations, les conditions dans lesquelles le « savoir dansé » est aujourd’hui incarné hors de la cour sont examinées afin de mettre en évidence le rôle actuel de la danse et des danseuses. Il s’est avéré que, dans les différents contextes où elle existe, la danse de cour n’apparaissait pas seulement comme un symbole visible de l’identité cambodgienne. En effet, une efficacité rituelle lui est toujours reconnue dans certains cadres, en particulier celui du ministère de la Culture et des Beaux-Arts. Là, l’apprentissage est particulièrement rigoureux et rythmé par des cérémonies qui actualisent le lien entre les générations passées et présentes de maîtresses et d’élèves.

Les danseuses, forgées par la danse à la fois dans leur corps et dans leur esprit, incarnent des modèles de femmes khmères dans un cadre ethnico-national où la royauté demeure un référent social. Certaines  revendiquent par ailleurs un nouveau statut d’artiste en développant une expression personnelle dans la continuité mais aussi, pour quelques-unes, dans une forme de rupture avec les référents monarchiques et étatiques.

Le jury sera composé de :

  • M. Michel ANTELME, professeur, INALCO
  • Mme Bénédicte BRAC DE LA PERRIÈRE, directrice de recherche, CNRS
  • M. Jean-Paul COLLEYN, directeur d’études, CNRS / EHESS
  • M. Michael HOUSEMAN, directeur d’études, CNRS / EPHE
  • Mme Dana RAPPOPORT, chargée de recherche, CNRS / EHESS
  • Mme Ashley THOMPSON, maître de conférence, SOAS (Royaume Uni)

 

Informations pratiques :

La soutenance aura lieu le mercredi 6 avril 2016 à 14h au

Centre Asie du Sud-Est (CASE)

Bâtiment Le France, salle 638 (6ème étage)

190 avenue de France, 75013 Paris

Accès : Métro ligne 6 (station : Quai de la gare) ou bus 89 (arrêt : Bibliothèque François Mitterrand).

Image « à la une » : danse classique khmère dans Reamker, danse avec les dieux, documentaire de Stéphane Lebon, 1993, 58’.