Archives par mot-clé : corps en guerre

Séminaire « Mémoires d’Indochine » 2017 : séance 3

Année universitaire 2017-2018 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

Récits de vie, histoire et littérature : connexions et déconnexions

★ ★ ★

Guerres directes et indirectes

Séance 3 : mercredi 4 octobre 2017 – salle D4.070 (IAO)

« La guerre, comme l’amour, ne se raconte pas » écrit Phan Huy Duong le traducteur de Bao Ninh. Alors que la guerre fait rage au Viêt-Nam pendant plus de trente ans, elle a varié en intensité. La guerre à Cantho, dans le delta du Mékong, n’est pas la même qu’à Danang. Dien Bien Phu, le Verdun vietnamien, s’écrit aujourd’hui à hauteur d’hommes avec de la peur et des larmes. La guerre vue de Saigon reçoit les échos des brutalités commises par les hommes en armes dans les deltas et dans la jungle. Les petites « guerres » qui se déroulent sur les campus américains, japonais ou européens en forment des échos indirects et lointains. Hanoi sous les bombardements de 1972 ou la Piste Ho Chi Minh sous les nuages de défoliants et sous les orages de feu ont laissé des traces profondes dans les récits de ceux qui l’ont vécu. Pour l’écrivain Bao Ninh, un des premiers à briser le tabou de l’héroïsme officiel, la guerre n’est que dévastation et reste à toujours sans vainqueurs. A travers quelques textes, nous explorons ce qu’en disent les écrivains et comment la déchirure s’exprime.

Sources mobilisées :

  • Bao Ninh, Le chagrin de la guerre, Arles, Philippe Picquier, 1994, p. 15-27.
  • Nha Ca, Les canons tonnent la nuit, Arles, Philippe Picquier, 1997, p. 103-150.
  • Vu Bao, « Le héros qui pissait dans son froc », dans Le héros qui pissait dans son froc, La Tour d’Aigues, L’Aube, 1996, p. 51-62.

 

Quelques récits accompagnants cette séance :

Dang Thuy Trâm, Les carnets retrouvés, 1968-1970, Arles, Philippe Picquier, 2010.

Dao Thanh Huyen et al., Dien Bien Phu vu d’en face. Paroles de bô dôi, Paris, Nouveau Monde éditions, 2010.

Lê Cao Dai, C’était au Tây Nguyên. Journal de guerre d’un chirurgien nord-vietnamien, 1965-1973, Hanoi, Editions The Gioi, 2006.

Ngo Van Chieu, Journal d’un combattant Viêt-Minh, Paris, Seuil, 1955.

  • Portrait de Phan Nhat Nam : Phan Nhật Nam (1943) is a writer, known as South Vietnam’s most famous war reporter.

 

Analyses du roman de Bao Ninh :

Doan Cam Thi, « Le Chagrin de la guerre » ou l’impossible autobiographie, La Revue des Ressources, mardi 1er février 2011.

Phan Huy Duong, « Une douleur sans perspective », in Bao Ninh, Le chagrin de la guerre, Arles, Philippe Picquier, 1994, p. 5-14.

 

Image « à la une » : « Guerre en Asie » par FX et illustration photographique de l’agence Sputnik, La piste Ho Chi Minh.

La colonisation des corps. De l’Indochine au Vietnam [parution]

La_colonisation_des_corps[ndlr] Parution d’un ouvrage collectif dirigé par Agathe-Larcher Goscha et François Guillemot. Il est issu du colloque sur les identités corporelles au Viêt-Nam organisé à l’ENS de Lyon. Présentation de l’éditeur.

Avec les contributions de : Dinh Trong Hieu, Alain Ruscio, Agathe Larcher-Goscha, Christopher E. Goscha, Erica J. Peters, Isabelle Tracol-Huynh, Nora A. Taylor, Doan Cam Thi, Richard Quang-Anh Tran, Eric Jennings, Laurence Monnais, François Guillemot, Heonik Kwon, Francis Gendreau.

Symbolique de la tête, du ventre et des membres, poids de la gestuelle, représentations sexuelles ou anthropométriques tendant à classer cet être étrange qu’est le colonisé, fabrication d’un corps du roi conforme aux souhaits de la République française, perceptions renouvelées de l’environnement et du bien-être à travers les prescriptions de la modernité, enfin terribles effets de la guerre, corps meurtris, âmes sans repos hantant aujourd’hui encore un paysage où la tradition s’épuise à tenter d’absorber la violence du contemporain : telles sont quelques-uns des aspects dont traite ce livre, rapportant à l’Asie la thématique de l’histoire du corps désormais familière à l’Occident. De l’Indochine française au Viet Nam en guerre, plusieurs chercheurs de toutes nationalités ont été réunis pour mener à bien cette entreprise sans précédent.

François Guillemot est ingénieur de recherche à l’Institut d’Asie Orientale (CNRS / ENS de Lyon) ; ses recherches portent sur l’histoire politique et sociale du Viêt Nam contemporain. Agathe Larcher-Goscha est spécialiste de l’histoire coloniale de la péninsule indochinoise et traductrice.

Source : Éditions Vendémiaire

Communiqué de presse Colonisation des corps (PDF)

Réf. Guillemot, François & Larcher-Goscha, Agathe, La colonisation des corps. De l’Indochine au Vietnam, Paris : Éditions Vendémiaire, coll. Chroniques, 2014, 443 p.

Table des matières

Remerciements, p. 5-7

François Guillemot & Agathe Larcher-Goscha : Le Viet Nam à fleur de peau, pp. 9-27

Dinh Trong Hieu : La face, le ventre et autres symboliques du corps chez les Viet, pp. 28-60

Alain Ruscio : « Nous avons débarqué au milieu du peuple le plus étrange », pp. 61-81

Agathe Larcher-Goscha : La guerre des représentations anthropométriques, pp. 82-126

Christopher E. Goscha : Bao Dai et Sihanouk : la fabrique indochinoise des rois coloniaux, pp. 127-175

Erica J. Peters : Manger : pratiques vietnamiennes et identités européennes, pp. 176-199

Isabelle Tracol-Huynh : Désir et répulsion : les prostituées du Tonkin, pp. 200-228

Nora A. Taylor : L’autre exotique et le moi féminin, pp. 229-245

Doan Cam Thi : Quand elles écrivent leur corps, pp. 246-263

Richard Quang-Anh Tran : Le corps homosexuel, haut lieu de l’imaginaire, pp. 264-284

Eric Jennings : Dalat ou les Alpes en Indochine, pp. 285-312

Laurence Monnais : Les remèdes du bien-être, pp. 313-342

François Guillemot : Des jeunes filles mutilées, pp. 343-392

Heonik Kwon : Portés disparus, pp. 393-414

Francis Gendreau : Dynamiques démographiques, pp. 415-435

Bibliographie sélective, pp. 436-441

Biographies des auteurs, pp. 442-443

Signalons qu’Isabelle Tracol-Huynh vient de recevoir le Prix Jeune chercheur/se de la Ville de Lyon : « Récompensée pour ses études sur la réglementation de la prostitution et le gouvernement des corps à travers le prisme des mondes extra-européens, notamment l’empire colonial français en Asie au 20ème siècle ». Isabelle Tracol-Huynh, normalienne de Lyon, a soutenu sa thèse de doctorat d’histoire sur la prostitution au Tonkin à l’Université Lumière Lyon 2, dans un laboratoire commun CNRS/ENS de Lyon/Université Lyon2 : l’Institut d’Asie Orientale.

* * *