Archives par mot-clé : conflit maritime

Viêt-Nam : Feu vert pour protester contre le fait accompli Chinois en Mer de Chine ?

La situation se tend de nouveau entre le Viêt-Nam (RSVN) et la Chine (RPC) sur la question de la Mer de Chine méridionale, Mer de l’Est pour les Vietnamiens. Malgré une relative faible mobilisation, des manifestations vietnamiennes s’organisent.

Alors que des exercices militaires chinois se déroulaient les 6 et 7 août dans la zone des Paracels (Hoang Sa) à proximité du Centre du Viêt-Nam et qu’une occupation des Spratleys (Truong Sa) par des navires chinois irrite les autorités vietnamiennes, une manifestation rassemblant une dizaine de personnes s’est déroulée le 6 août devant l’ambassade de Chine à Hanoi, la capitale du pays.

Cette micro-manifestation revêt une signification néanmoins importante comme le souligne l’intellectuel Nguyen Trong Thuy sur son blog1. Elle intervient dans un contexte particulièrement compliqué pour la dissidence vietnamienne régulièrement muselée et harcelée. D’autres, comme l’avocat dissident Lê Cong Dinh y voient un possible « feu vert » des autorités vietnamiennes pour signifier que les Vietnamiens pourraient répondre dans la rue à la politique de fait accompli chinoise. La question se pose. Cependant, la population vietnamienne semble encore peu mobilisée par la question et personne du côté de la dissidence n’attend de véritable feu vert. Dans son ensemble, cette dernière se méfie d’une manipulation de l’esprit patriotique par les autorités communistes suivie d’une répression, un scénario déjà subi lors des expériences précédentes2.

Cette nouvelle affaire en Mer de Chine méridionale fait suite à une longue série d’occupations arbitraires chinoises et de militarisation des îlots en dépit du droit maritime international. Depuis le début du mois de juillet, un récif corallien dénommé Tu Chinh (Vanguard Bank), situé dans la zone économique exclusive maritime du Viêt-Nam est convoité par la Chine. Cette présence chinoise dans une zone maritime relevant entièrement du Viêt-Nam, conformément aux dispositions de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer de 1982, a provoqué à plusieurs reprises la réaction de Hanoi. Selon le South China Morning Post, la situation très tendue aurait pu déboucher sur une confrontation :

« Les garde-côtes chinois et vietnamiens ont été impliqués dans une confrontation d’une semaine autour d’un récif en mer de Chine méridionale, risquant le plus important affrontement entre les deux pays depuis cinq ans »3.

Le 16 août, le ministère des Affaires étrangères vietnamien protestait contre le retour d ‘un navire de prospection chinois répondant au nom de Haiyang Dizhi 8 (HD8) dans les eaux vietnamiennes des Spratleys4. Le 22 août 2019, lors d’une conférence de presse, la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Lê Thi Thu Hang réaffirmait le point de vue du Viêt-Nam :

“Ces derniers jours, le groupe de navires de recherche Haiyang Dizhi 8 de la Chine est revenu et a continué ses actes de violation grave de la zone économique exclusive et du plateau continental du Vietnam, déterminés selon la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer de 1982”

“Avec une volonté de défendre ses droits et intérêts légitimes, de contribuer à la paix, à la stabilité et à la sécurité régionale et internationale, le Vietnam est toujours prêt à résoudre les désaccords par la voie pacifique, selon le droit international”5.

Chevauchement de revendications dans la mer de Chine méridionale : la zone économique exclusive du Vietnam en bleu, la ligne rouge à neuf tirets de la Chine en rouge. © The Maritime Executive

Cependant, la réponse de Hanoi aux intrusions chinoises sur sa zone exclusive en Mer de l’Est a peu d’impact face à une Chine campée sur ses positions consistant à dire que la Mer de Chine, suivant la trajectoire des 9 points, soit quasiment dans sa totalité, lui appartient historiquement. Pour preuve, selon l’agence Reuters, le 24 août, le navire de prospection chinois dénoncé par Hanoi se rapprochait dangereusement de la zone exclusive vietnamienne au risque d’engendrer un accrochage6.

Le chercheur Ryan Martinson (Naval War College) retraçait dans un tweet du 26 août 2019 les mouvements du navire chinois Haiyang Dizhi 8 à moins de 200 km des côtes vietnamiennes et 102 km de l’île de Phu Quy (signalée Long Hai sur la carte) :

Les observateurs constatent que face à Pékin, jouant plus sur la coercition vis-à-vis de ses voisins que sur la conciliation, la réponse internationale reste faible. Un véritable conflit en mer de Chine méridionale semble d’ailleurs improbable et chacun de penser qu’en fin de compte Pékin ne lâchera pas prise7.

De leur côté, des membres de la société civile vietnamienne ont diffusé un « Appel contre l’invasion chinoise » le 16 août. Celui-ci a été signé par 17 organisations et plus de 700 personnes à titre individuel.8. Il révèle une véritable inquiétude chez les intellectuels de ce pays.

Du côté du Politburo vietnamien, la « question chinoise » ne manquera pas de s’imposer de façon accrue lors de la préparation du prochain congrès de janvier 2021. Les enjeux économiques et géostratégiques soulevés par la puissance chinoise impacteront le choix de la prochaine direction de l’Etat-Parti.

A l’étranger, les appels vietnamiens à manifester du 22 au 25 août, ont été entendus surtout aux Etats-Unis notamment à Washington où une centaine de personnes ont protesté devant l’ambassade de Chine9. D’autres mobilisations éparses devant des consulats chinois ont montré que les anciens blogueurs expulsés du Viêt-Nam, Diêu Cày (Nguyên Van Hai) à Los Angeles ou Me Nam (Nguyên Ngoc Nhu Quynh) à Houston, étaient toujours actifs. Pour l’heure, si les manifestations ne sont pas massives, la vigilance des Vietnamiens à l’intérieur comme à l’extérieur du pays reste intacte.

FG, 26/08/2019, MàJ 28/08/2019.

Notes

  1. Cf. Cuộc tập kích ngoạn mục vào Đại sứ quán Trung Cộng, Nguyen Trong Thuy’s Blog, 06/08/2019 []
  2. Voir l’analyse de Cao Nguyên, Căng thẳng Bãi Tư Chính: Lòng yêu nước của người dân bị lợi dụng và phản bội, RFA Vietnamese, 26/07/2019 []
  3. Liu Zhen, « China and Vietnam in stand-off over Chinese survey ship mission to disputed reef in South China Sea, » South China Morning Post, 12/08/2019 []
  4. Voir le communiqué officiel reproduit sur le Journal des Femmes : Yêu cầu Trung Quốc rút toàn bộ nhóm tàu tái diễn hành vi xâm phạm chủ quyền Việt Nam, Phu Nu Online, 16/08/2019 []
  5. Cf. VNA, Le Vietnam demande à la Chine de retirer tous ses navires de la zone économique exclusive du Vietnam, Vietnam +, 22/08/2019 []
  6. Cf. Khanh Vu, Chinese ship inches closer to Vietnam coastline amid South China Sea tensions, Reuters, 24/08/2019 []
  7. Voir l’article de Trinh Le, The Vanguard Bank standoff shows China remains undeterred, The Interpreter, 16/08/2019 []
  8. Cf. le décompte de la revue en ligne Dien Dan – Forum, mise à jour du 25/08/2019 []
  9. Pour un aperçu général des manifestations, voir : Người Việt nhiều nơi biểu tình chống Tàu cộng xâm lược và Việt cộng hèn với giặc ác với dân, Dân Làm Báo, 26/08/2019 []

Maritime Awareness Project (MAP)

[ndlr] Signalement par Christoph Giebel (University of Washington, Seattle, USA) sur VSG d’une plateforme interactive en ligne dédiée à la question de l’espace maritime de l’Asie de l’Est.

For anyone interested in the island disputes in the East/South China/West Philippines Sea, there is the new and still developing Maritime Awareness Project (MAP), jointly undertaken by the Sasakawa Peace Foundation USA and the Seattle-based National Bureau of Asian Research (NBR):

http://maritimeawarenessproject.org/about/

Its comprehensive interactive map feature is particularly impressive and informative:

http://maritimeawarenessproject.org/interactive-map/

CG

MaritimeAwarenessProject_InteractiveMap
 Cliquer sur l’image pour accéder au site

L’Asie et la Mer, entre enjeux et conflits – Journée d’études – vendredi 18 mars 2016 – IrASIA

Journée d’études

Vendredi 18/03/2016

9h00 à 17h00

« L’Asie et la Mer, entre enjeux et conflits »

Aix-en-Provence, Site Schuman

Pôle Multimedia, Salle de colloque 2

Programme et affiche (PDF) :

Journée d’études IrAsia 18 mars 2016_Affiche

JE_L'AsieEtLaMer_IrAsia_18-03-2016

Atelier de réflexion : les enjeux de la crise sino-vietnamienne

L’Institut d’Asie Orientale (IAO) et l’Association Culturelle des Vietnamiens du Rhône organisent

Atelier de réflexion : les enjeux de la crise sino-vietnamienne

Samedi 24 mai, de 15h à 18h, Salle de réunion de l’IAO (R66)

L’atelier se propose d’analyser les récents événements liés à l’implantation d’une plateforme pétrolière dans les eaux contestées des Paracels. Cette implantation considérée comme « illégale » par le Viêt-Nam a engendré de nombreuses manifestations de rue partout dans le pays. Il s’agira de rappeler les enjeux géopolitiques du moment et de comprendre les causes des violences antichinoises qui se sont déroulées principalement dans les provinces de Binh Duong, Dong Nai et de Ha Tinh ainsi que leur impact sur le Viêt-Nam.

Intervenants :

  • Christophe Tran (ACVR) : Les réactions des Vietnamiens à l’étranger

 

Places limitées. Inscription requise auprès de l’IAO :

laurent.gedeon@ens-lyon.fr ou francois.guillemot@ens-lyon.fr

AtelierReflexionChine-Vietnam_2014_05_24

China’s Oil Rig Gambit: South China Sea Game-Changer? – by Carl Thayer

[ndlr] Suite de l’affaire de la Plateforme chinoise illégale HD 981. Analyse de l’expert australien Carl Thayer à lire sur The Diplomat.

HD981
© 2014 Thanh Niên

* * *

China’s Oil Rig Gambit: South China Sea Game-Changer?

China’s placement of a state-owned oil rig in the South China Sea was unexpected, provocative and illegal.

China’s placement of the giant state-owned oil rig HD-981 in Block 143 inside Vietnam’s Exclusive Economic Zone (EEZ) on May 2 was unexpected, provocative and illegal.

This incident marks the first time China has placed one of its oil rigs in the EEZ of another state without prior permission. This was an unexpected move because China-Vietnam relations have been on an upward trajectory since the visit to Hanoi by Premier Li Keqiang in October. At that time, both sides indicated they had reached agreement to carry forward discussions on maritime issues. China’s move was also unexpected because Vietnam has not undertaken any discernible provocative action that would justify China’s unprecedented actions.

China’s deployment of the rig was provocative because the oil rig was accompanied by as many as 80 ships, including seven People’s Liberation Army Navy warships. When Vietnam dispatched Coast Guard vessels to defend its sovereign jurisdiction, China responded by ordering its ships to use water cannons and to deliberately ram the Vietnamese vessels. These actions were not only highly dangerous, but caused injuries to the Vietnamese crew.

Read more : The Diplomat, 12/05/2014.

Why Did China Set Up an Oil Rig Within Vietnamese Waters? – by Ankit Panda

[ndlr] Article de Ankit Panda publié dans The Diplomat d’aujourd’hui. Analyse des raisons qui ont poussé la Chine populaire à forer dans les eaux vietnamiennes. Pourquoi maintenant et pourquoi le Vietnam ? L’article est suivi de l’analyse lucide et détaillée du Viêt-Nam sur cette question (première partie de l’émission). Rappel des faits et du contexte international particulier, offrant l’occasion pour la Chine de tenter de modifier les rapports de force dans la région et d’affirmer son autorité sur les eaux contestées.

Navire de la Garde côtière chinoise attaquant un navire vietnamienne au canon à eau au large de la plate-forme HD 981 © 2014 Dan Tri
Navire de la Garde côtière chinoise attaquant un navire vietnamien au canon à eau au large de la plate-forme HD 981 © 2014 Dan Tri

Why Did China Set Up an Oil Rig Within Vietnamese Waters?

Why now and why Vietnam?

The who, what, where, when and how of China’s HD-981 oil rig foray into Vietnamese waters have been addressed comprehensively, both by commentators here at The Diplomat and elsewhere. The enduring question, as with many of China’s provocative actions in the Asia-Pacific, remains why? The opacity of China’s internal decision-making processes makes it rather difficult to conclusively answer that question, but a good amount of evidence suggests that the oil rig crisis with Vietnam was manufactured to test the mettle of ASEAN states and the United States. It gives Beijing an opportunity to gauge the international response to China asserting its maritime territorial claims.

As Carl Thayer points out on this blog and M. Taylor Fravel said in an interview with The New York Times, the China National Offshore Oil Company’s decision to move oil rig HD-981 was a premeditated move of territorial assertion. CNOOC may be a state-owned enterprise but the decision to move this $1 billion asset into an area with questionable hydrocarbon reserves while also inciting a diplomatic crisis speaks to the planned, political nature of this move. The fact that approximately 80 PLAN and Chinese coast guard ships accompanied the rig reinforces the notion that China was making a strategic push to assert its territorial claims in the region.

Read more : The Diplomat, 13/05/2014.

* * *

L’analyse vietnamienne

Trung Quốc dùng giàn khoan 981 để thay đổi hiện trạng Biển Đông

Source : Clip VN

Paracels : Forage chinois contesté et regain de nationalisme vietnamien

Alors que se célèbre aujourd’hui 7 mai 2014 le 60e anniversaire la bataille de Dien Bien Phu, lors de laquelle les généraux vietnamiens bénéficièrent de la précieuse aide chinoise [1], les relations entre les deux pays communistes se sont subitement tendues à la suite des incursions répétées de la Chine populaire dans la zone maritime vietnamienne.

L’incident a débuté le 1er mai dernier lorsque la Chine a poussé ses bâtiments militaires à proximité des îles Paracels dans le but d’y faire fonctionner un puits de forage de pétrole au seul profit de la China National Offshore Oil Corporation (CNOOC). On savait les Paracels sous contrôle militaire chinois et que la revendication des îlots vietnamiens perdus en 1974 était de pure forme mais l’implantation d’une structure pétrolière, baptisée Haiyang Shiyou 981 par Beijing et inaugurée en mai 2012, dans ce nouveau paysage contesté sonne comme une véritable provocation pour les autorités de Hanoi [2]. La réaction du Parti Communiste Vietnamien (PCV) ne s’est d’ailleurs pas fait attendre. Par la voix de Pham Binh Minh, vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères de la RSVN, une protestation officielle a été émise le mardi 6 mai lors d’une conversation téléphonique avec Yang Jiechi, le conseiller d’État chinois.

Position_HD981
Position (carré noir) de la plateforme de forage chinois dans la zone maritime vietnamienne © 2014 Petrotimes

Le site officiel du PCV rapporte les propos de Pham Binh Minh ci-après :

« Ces actes sont illégaux et contraires au droit et à la pratique internationale. Ils violent gravement la souveraineté du Vietnam sur l’archipel de Hoang Sa (Paracels), ses droits souverains et sa juridiction dans sa zone économique exclusive et sur son plateau continental. Ils portent également atteinte à la confiance politique et à la coopération multisectorielle entre les deux pays.

« Le Vietnam proteste énergiquement contre ces actes et demande à la Chine de retirer cette plateforme et tous ses bateaux de cette zone et de retourner à la table de négociation pour régler tous les différends à ce sujet« . [3]

Cette protestation officielle s’accompagne de son pendant historique régulièrement mis en avant par Hanoi pour réaffirmer sa souveraineté ancienne sur les Paracels et les Spratley et d’un rappel du contexte juridique international :

« Le Vietnam possède suffisamment de preuves historiques et de bases juridiques pour affirmer sa souveraineté, ses droits légitimes sur les deux archipels de Hoang Sa (Paracels) et de Truong Sa (Spratley) ainsi que ses droits souverains et sa juridiction dans sa zone économique exclusive et sur son plateau continental, conformément à la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer de 1982 (UNCLOS).

Le Vietnam appliquera toutes les mesures nécessaires pour protéger ses intérêts légitimes. Le Vietnam fait toujours preuve de bonne volonté dans le règlement des divergences via des négociations, sur la base des conceptions communes des hauts dirigeants des deux pays et de l’Accord sur les principes directeurs fondamentaux du règlement des questions maritimes entre le Vietnam et la Chine, conformément au droit international, a fortiori l’UNCLOS ». [4]

Le 3 mai, l’Administration de sécurité maritime chinoise annonçait officiellement la mise en route du forage. Le porte-parole du ministère vietnamien des Affaires étrangères Lê Hai Binh s’insurgeait :

« L’emplacement d’opération du forage HD-981 exposé dans l’annonce chinoise est situé totalement dans la zone économique exclusive et sur le plateau continental du Vietnam, à environ 120 miles nautiques de ses côtes. [5]

PlateformeChinoise_HaiyangShiyou981
La plateforme chinoise Haiyang Shiyou 981 © 2014 Petrotimes

Pour faire valoir son bon droit et pour démontrer que cet acte ne fait pas l’unanimité en Chine populaire, l’agence de presse francophone Vietnam + mobilisa ses talents de propagandiste en relayant la voix d’un intellectuel chinois :

Dans un texte publié le 6 mai sur son blog à la page 163.com, le célèbre intellectuel chinois Li Ling Hua a affirmé que la Chine étant une partie de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer de 1982 (CNUDM 1982), elle doit mener des actes conformément aux articles 74 et 83 de celle-ci aux termes desquels elle doit respecter le plateau continental et la zone économique exclusive de 200 milles marins des pays environnants. [6]

D’autres voix importantes se sont fait entendre comme celle de la porte-parole du Département d’État américain Jen Psaki qui évoque un acte « provocateur » pouvant déstabiliser la région [7]. Les voix des intellectuels et blogueurs vietnamiens n’ont par contre pas retenu l’attention de l’agence officielle. Dans un entretien avec le journaliste Tran Quang Thanh (Radio Chan Troi Moi), le dissident et intellectuel iconoclaste Ha Si Phu constatant l’inefficacité de la politique vietnamienne face au grand frère communiste en appelait à la mobilisation populaire pour renverser la situation [8].

Dans le même registre, une vidéo de deux minutes postée sur You Tube par Dân Làm Phim (Les citoyens cinéastes) tourne en dérision les vaines protestations officielles de la RSVN face à la politique de fait accompli de la Chine populaire. Elle met en scène l’espace vietnamien peu à peu envahi par son voisin du Nord. Sur un fond musical digne d’un mauvais film à suspense, la vidéo pose cette question aux citoyens : « Ami, lorsque le Viêt-Nam sera complètement occupé par la Chine, où seras-tu, que feras-tu ? »

Les réactions au sein de la société civile et de la blogosphère sont encore plus explicites. Une des premières émanent de l’avocat dissident Cu Huy Ha Vu qui, de son exil forcé aux États-Unis, a proclamé lors d’une conférence de presse qu’il rentrerait tôt ou tard dans son pays pour y défendre son peuple et sa patrie contre l’expansionnisme chinois [9]. Ce regain de nationalisme et de positionnement contre la Chine risque de donner du fil à retordre à la Sécurité publique vietnamienne qui doit déjà savoir que dès dimanche prochain deux manifestations sont programmées à Hanoi et à Saigon. En effet, 20 associations et groupes issus de la société civile se sont d’ores et déjà données le mot d’ordre pour exprimer le ras-le-bol des Vietnamiens face aux empiètements récurrents de la Chine. [10]

Trois mots d’ordre accompagnent cet ordre de mobilisation intitulé « Protéger la Patrie » (image ci-dessous). Le premier consiste à protester contre « l’invasion » chinoise en Mer orientale, il interpelle directement la Chine populaire. Le second est en direction de l’État vietnamien, pressé de trouver une solution en s’appuyant sur le peuple pour faire cesser les provocations chinoises dans la zone maritime vietnamienne. Le troisième mot d’ordre vise à faire libérer sept dissidents et blogueurs actuellement emprisonnés pour leurs actions patriotiques : Điếu Cày – Nguyễn Văn Hải, Bùi Thị Minh Hằng, Trần Huỳnh Duy Thức, Nguyễn Xuân Nghĩa, Việt Khang, Trần Vũ Anh Bình, Đinh Nguyên Kha. [11]

baovetoquoc-danlambaoDans sa politique de conquête des hydrocarbures la Chine choisit la manière forte. L’annonce publiée le 3 mai dernier par l’Administration de sécurité maritime chinoise avait fait savoir que le forage pétro-gazier HD-981 fonctionnerait du 2 mai au 15 août dans un emplacement de 15° 29′ 58  » de latitude Nord et 111° 12′ 06 » de longitude Est [12]. On imagine aisément la mauvaise surprise pour le Viêt-Nam qui, depuis juin 2011, tente avec un certain succès de réprimer les manifestations anti-chinoises dans les grandes villes. L’arrestation récente du blogueur Ba Sàm (Nguyen Huu Vinh) par la Sécurité publique n’arrange rien car elle est un avertissement contre ceux qui contestent la politique de la RSVN. Cette arrestation donne l’impression que l’État vietnamien, très embarrassé par cette situation, se plie aux injonctions chinoises. Les mots d’ordre de l’appel à manifester visent tout autant la Chine que l’État vietnamien. L’été risque donc d’être chaud.

FG, mise à jour le 08/05/2014.

[1] Jean-Luc Domenach, « Qui se souvient de Diên Biên Phu? », Ouest-France, 07/05/2014.

[2] Yann Rousseau, « Cette nuit en Asie : Grave poussée des tensions entre la Chine et le Vietnam », Les Echos, 07/05/2014.

[3] CPV, « Le Vietnam demande à la Chine de retirer sa plateforme de forage pétro-gazier des zones maritimes vietnamiennes », Le journal en ligne du PCV, 07/05/2014.

[4] Idem.

[5] CPV, « Le Vietnam s’oppose fermement aux activités étrangères illégales dans ses zones maritimes », Le journal en ligne du PCV, 05/05/2014.

[6] VNA, « Opinions publiques : la Chine doit respecter la CNUDM 1982 », Vietnam +, 07/05/2014.

[7] VNA, « Plate-forme chinoise en Mer Orientale, « une provocation », Vietnam +, 07/05/2014.

[8] Hà Sĩ Phu: Chỉ nhân dân Việt Nam mới cứu được nước, Chan Troi Moi, 07/05/2014. (une leçon de real politik. La question de la réponse à apporter est à la toute fin de l’entretien).

[9] TS Cù Huy Hà Vũ họp báo ở Quốc hội Hoa Kỳ, RFA, 06/05/2014. (interview)

[10] Lời Kêu Gọi Biểu tình Yêu Nước của 20 Tổ Chức Dân Sự Việt Nam, Dan Lam Bao, 08/05/2014.

[11] Idem.

[12] CPV, « Le Vietnam s’oppose fermement aux activités étrangères illégales dans ses zones maritimes », Le journal en ligne du PCV, 05/05/2014.

* * *

Informations complémentaires


Conférence de presse de la RSVN rappelant que 80 navires chinois (dont 7 navires militaires) avaient pénétré dans les eaux vietnamiennes.

Une recherche par le mot clé « HD 981 » (terme utilisé dans la presse vietnamienne) sur le moteur de recherche Google renvoie le 8 mai 2014 à 772 entrées soulignant l’important traitement médiatique dont bénéficie cette inquiétante affaire au Viêt-Nam.

L’expert australien Carl Thayer considère que la Chine lance un défi au Viêt-Nam et que cette manœuvre agressive est une réponse probable au récent tour d’Asie du président américain Barak Obama (AFP).

Suivre l’information sur la Mer de chine méridionale (Mer orientale pour les Vietnamiens) :

Articles en français des 08 et 09 mai :

Bandeau capturé sur les sites non officiels des plus hautes personnalités de la RSVN

banner-nguyen-tan-dung

Le slogan dit : « S’opposer à l’agression chinoise »