Archives par mot-clé : conflit

Dong Tam, le combat de villageois pour conserver leurs Terres

Alors que la situation se tend dans le village de Dong Tam, district de My Duc, à 40 km de Hanoi, nous publions un rappel des faits pour comprendre la résistance des villageois à l’accaparement de leurs terres.

Voici les faits, après recueil de témoignages et consultation d’articles de presse :

Le village de Dong Tam est situé à environ 40 kilomètres de Ha Noi dans le district de My Duc. Il est habité, depuis la nuit des temps, par des paysans qui cultivent essentiellement du riz, du maïs et des arbres fruitiers.

Depuis le mois de novembre 2016, un conflit oppose les villageois et le pouvoir administratif de la Ville de Ha Noi à propos d’un ensemble de terres cultivables d’une superficie totale de 59 Hectares, et ce conflit a pris une tournure rocambolesque le 15 avril 2017 incluant
des rebondissements dignes d’un roman policier.

Les paysans de Dong Tam ont en effet donné leur accord en 1980, au pouvoir central, pour l’occupation d’une zone de 47 hectares de terres destinée à la construction, leur avait-il été expliqué, d’un aéroport militaire vital pour la défense nationale. 40 ans après, aucun aéroport n’ayant été construit pour cause d’incompatibilité, révélée après sondages, avec la nature des sols, ce projet semblait avoir été définitivement abandonné et les terres sont restées inutilisées depuis 1980.

Les villageois disposent par ailleurs d’une zone de 59 hectares dont ils tirent une partie de leurs moyens de subsistance, mais depuis 2016 Le nouveau pouvoir de Ha Noi veut s’accaparer ces terres cultivées qui n’ont jamais fait l’objet d’un quelconque projet de transaction. Il veut maintenant acheter ces 59 hectares, qui plus est, pour un prix dérisoire, au grand dam des paysans qui refusent pour deux raisons principales :

  • Un prix sous-évalué.
  • L’intention (suspectée) du pouvoir de vouloir revendre ensuite les terrains au prix fort à des investisseurs pour la construction d’une ville nouvelle dite « ville intelligente »(( Appellation utilisée dans la presse vietnamienne traduite littéralement )) avec un budget d’un milliard de dollars.

Malgré l’opposition des villageois, le pouvoir a envoyé une société de travaux publics pour clôturer le terrain et entreprendre des travaux d’infrastructures.

Le 15 avril 2017, quelques dirigeants locaux du Parti sont venus accompagnés d’une brigade de police mobile et d’agents de sécurité en civil. Une délégation du village, sous l’autorité de Monsieur Kinh (82 ans), a tenté en vain de les faire revenir sur leur décision ; les policiers ont alors violenté Monsieur Kinh, puis arrêté et transféré au commissariat du district les 4 personnes qui l’accompagnaient.

Confrontées à cette situation intolérable, les femmes du village se sont concertées, ont alerté les villageois, « invité » les policiers à les suivre dans la salle des fêtes du village et les ont enfermés à double tour en exigeant que Monsieur Kinh soit libéré, précisant que s’il arrivait malheur à Monsieur Kinh, les 38 « invités » resteraient prisonniers. Elles les gardèrent 7 jours durant, une captivité qui sera cependant acceptée sans trop de mal par de jeunes policiers dont
on ne s’était probablement jamais occupé auparavant avec tant d’attentions, et par des autorités sans doute pas très droites dans leurs bottes.

Monsieur Kinh fut transféré à l’hôpital Viet Duc (hôpital vietnamo-allemand) à Ha Noi où les médecins confirmèrent une fracture de la jambe gauche. Son grand âge rendait l’opération délicate. Il reçut les soins qui s’imposaient ; plusieurs délégations politiques de haut niveau, dont le vice-ministre de l’Intérieur, des délégations et des personnalités peut-être prises au piège de calculs difficilement avouables, lui ont même rendu visite et fait des excuses. Il était gardé jour et nuit par 3 policiers apparemment chargés de sa sécurité, et le président de Ha Noi viendra en personne lui affirmer à plusieurs reprises qu’il se rendrait au village afin de mettre un terme au conflit.

Monsieur Kinh reste handicapé à ce jour et utilise le fauteuil roulant pour se déplacer.

Le président de la ville de Ha Noi est venu au village le 22 avril 2017 où il a affirmé par écrit, et signé, qu’il allait superviser une enquête destinée à déterminer si ces 59 hectares de terres cultivables appartiennent aux villageois ou à la Défense nationale. Il s’est engagé à ne pas poursuive pénalement les villageois qui ont « kidnappé » les 38 policiers et fonctionnaires de sécurité, et promis de punir celui ou ceux qui ont maltraité le vieux Monsieur Kinh.

Mais il avait à peine tourné les talons que le pouvoir hanoïen tourna casaque.

En juin 2017, les villageois apprirent que la Police de la ville de Ha Noi avait porté plainte contre eux au motif de séquestration de personnes exerçant un mandat public, les accusant de « voler » des terres appartenant à l’État.

Fin juillet 2017, la commission d’expertise mandatée par la ville de Ha Noi concluait que ces 59 hectares appartenaient bien à la Défense nationale.

Suite aux conclusions de cette commission, les villageois font appel au premier ministre et au président du pays qui ont alors dépêché des experts centraux pour réexaminer le statut de ces
parcelles.

Deux ans plus tard, le 25 avril 2019, cette nouvelle expertise a confirmé, approuvant ainsi les conclusions de la précédente commission, et en produisant des documents de propriété
soudainement apparus, que les 59 hectares appartenaient réellement à la Défense nationale.

Aux villageois indignés et plus que jamais décidés à défendre leurs terres, elle rétorque qu’ils auraient dû conserver les doubles en leur possession.

Depuis lors, le pouvoir procède à des intimidations, il publie des vidéos, et des articles pour diffamer Monsieur Kinh et ses amis, et menace ceux qui sont opposés à cette confiscation illégale des terres.

Des incursions militaires ont lieu périodiquement, des mouchards espionnent les opposants et des policiers en civil surveillent leurs habitations, ce qui rend la vie au village extrêmement oppressante.

Selon les dernières informations, le pouvoir envisagerait avant la fête du Têt lunaire, le 25 janvier prochain, un assaut armé pour déloger les opposants et surtout occuper cette parcelle litigieuse de 59 hectares avec des engins et des camions Tandis que les villageois sont déterminés à rester sur leurs terres.

L’inaction risque d’annoncer un bain de sang…

Tran Thi. Le 6 janvier 2020.

Illustration « à la une » : M. Lê Dinh Ky, un paysan de Dông Tâm en lutte.

Ian G. Baird: Political Memories, Economic Land Concessions, and Landscapes in the Lao People’s Democratic Republic

Paper presented at the International Conference on Global Land Grabbing II – October 17‐19, 2012 – Organized by the Land Deals Politics Initiative (LDPI) and hosted by the Department of Development Sociology at Cornell University, Ithaca, NY.

Abstract
Recently I have argued that ‘political memories’ —which are crucial for establishing and maintaining ‘political capital’, based on individual and group positioning during past wars and conflicts— are important when considering varied outcomes from negotiations that occur in the Lao People‘s Democratic Republic in relation to large-scale economic land concessions (see Baird and Le Billon 2012, Political Geography). In this paper I expand on the idea of political memories by considering the concept in relation to the theoretical framework presented by Hall et al. (2011) in their book Powers of Exclusion, which stresses the importance of interactions between regulation, force, the market and legitimation for understanding different types of exclusionary processes, especially in relation to access to land. I argue that political memories are particularly relevant when it comes to the idea of legitimation, and that the concept of political memories fits well into Hall et al.’s framework. In relation to large-scale plantation, mining and hydropower dam concessions, I stress the importance of political memories in (re)shaping understandings of landscapes.

Lire la suite : Cornell Land Project (pdf)

Ian Baird, Assistant Professor of Geography, University of Wisconsin-Madison, see Ian Baird Profile

Ian G. Baird is an Assistant Professor of Geography and an affiliate of the Center for Southeast Asian Studies at the University of Wisconsin – Madison. Geographically, his research is focused on mainland Southeast Asia, especially Laos, Cambodia and Thailand. He is particularly interested in upland peoples, including the Brao and Hmong, and the ethnic Lao. Much of his research revolves around political ecology, human-environment relations, the co-management of natural resources, resource tenure issues, development studies, post-colonial studies, social movements, social theory, social and spatial (re)organization, identities, boundaries, and 19th and 20th century mainland Southeast Asia history. He conducts research regarding social justice and environmental issues associated with internal resettlement in Laos, economic land concessions in mainland Southeast Asia, and hydropower development in the Mekong region. He also has a keen interest in indigenous peoples’ issues. He has worked with progressive non-government organizations (NGOs) and people’s organizations in Southeast Asia for most of the last 25 years. He believes that environmental justice issues should be recognized more widely as being fundamentally linked to human rights, including rights to livelihoods. He has an extensive academic publication record.

Email: ibaird@wisc.edu

Source : Human Rights Initiative, University of Wisconsin-Madison