Archives par mot-clé : conditions de travail

Biterrois : l’indignation, un sentiment qui mène la vie d’André Menras

[ndlr] A l’occasion de la projection du nouveau film documentaire d’André Menras sur les plongeurs vietnamiens en Mer de Chine, rappelons ce portrait en ligne, publié par Emmanuelle Boillot du Midi Libre début janvier 2018.

André Menras a toujours la même énergie, celles de l’indignation et de l’humanité qui l’habitent depuis plus de 70 ans. Il est allé à la rencontre de pêcheurs vietnamiens menacés par la Chine.

Enfant du Faubourg, aujourd’hui Sauviannais, André Menras a toujours la même énergie, celles de l’indignation et de l’humanité qui l’habitent depuis plus de 70 ans. « La bête a vieilli mais les gènes n’ont pas changé », dit-il en souriant malicieusement.

Joueur de rugby, aimant faire la fête avec les copains et parfaitement ignorant de la chose politique, il s’est trouvé projeté, à 21 ans, dans un monde d’horreur, de violence et d’injustice. « Après avoir fait l’école normale à Montpellier, je suis parti enseigner le français en coopération à Da Nang dans le centre du Vietnam, puis à Saïgon. C’était en 1968, la guerre faisait rage et cela a été un véritable choc. On croisait des corps dépecés, sur les bords des chemins, que les gens qui passaient n’osaient pas reconnaître, par peur. C’était insupportable. »

[…]

Il a filmé Les Chevaliers des sables jaunes en vivant avec eux, sur leur bateau, pendant 25 jours, un quotidien épuisant, toujours aux aguets des navires chinois. Mais pour une bonne pêche qui a rapporté à chacun des 15 Vietnamiens 700 €, soit trois fois le salaire moyen.

« Eux, ils cueillent le poisson, c’est leur gagne-pain. Ils descendent en respirant un air vicié envoyé par un compresseur. Il faut une prise de conscience internationale. La Chine peut sortir tous ses navires de guerre, elle n’empêchera pas les pêcheurs d’aller dans cette zone ancestrale. »

Lire la suite : Midi Libre

Interview de 2014 en vietnamien dans laquelle André Menras revient sur sa trajectoire des années de guerre à la Mer de Chine :

Image « à la une » : André Menras en compagnie des pêcheurs et plongeurs en Mer de Chine © DR

Cambodge : les ouvrières de la confection prennent la parole – par Philippe Revelli [CCFD]

[ndlr] Article rare sur les rudes conditions de travail des ouvrières de la confection au Cambodge. Elles furent dernièrement au centre d’une révolte sociale (voir Le Monde, 13/11/2013) pour la revalorisation de leurs salaires et l’amélioration de leurs conditions de travail. Article et photo de Philippe Revelli.

Cambodge_OuvrièresConfection
© 2013 Philippe Revelli

 

Au Cambodge, où quelque 400 000 salariés, à 95% des femmes, fabriquent des vêtements pour les principales marques du prêt à porter de la planète, le Workers Information Center œuvre à sensibiliser les ouvrières à défendre leurs droits.

Un alignement de chambres des deux côtés d’un couloir sombre. Dyna frappe à la porte entrouverte de l’une d’entre elles, salue, se déchausse avant d’entrer. A l’intérieur de la minuscule pièce règne une chaleur étouffante. Quatre jeunes femmes y bavardent en préparant le repas du soir. Elles font une place à la nouvelle venue, qui s’assied en tailleur sur une natte posée à même le sol.

Dyna est coordinatrice du « Drop-in center » (DIC) de Prey Tea – l’une des huit antennes d’accueil mises en place à Phnom Penh par le Worker Information Center (ONG en lien avec le CCFD-Terre solidaire). Plusieurs fois par semaine, elle se rend au domicile d’ouvrières de la zone industrielle de Pochentong et, au cours de ces visites qui ont lieu après la journée de travail, écoute leurs doléances : « j’ai pris mon poste à 6 heures 30 et terminé à 21 heure tous les jours… en plus, cette semaine, on travaillera aussi dimanche ! » ; « l’après-midi, le patron fait éteindre les ventilateurs et la chaleur dans l’atelier est insupportable » ; « mon contrat est renouvelé tous les trois mois depuis plus de deux ans »…

Lire la suite : CCFD-Terre Solidaire, 02/12/2013.