Archives par mot-clé : communisme

Antoine Lê : “La recherche politique d’une autonomie stratégique. La construction de l’appareil d’État révolutionnaire du Sud (COSVN) dans un contexte de guerre civile au Viêt Nam, 1954-1976” – thèse

Soutenance de la thèse d’histoire d’Antoine Lê sur un sujet particulièrement intéressant à l’appui de nouvelles sources.

Soutenance d’une thèse en histoire politique du Viêt Nam contemporain dirigée par Benoît de Tréglodé (IRSEM/CASE) et Andrew Hardy (EFEO/CASE) intitulée :

“La recherche politique d’une autonomie stratégique. La construction de l’appareil d’État révolutionnaire du Sud (COSVN) dans un contexte de guerre civile au Viêt Nam, 1954-1976”

Par Antoine LÊ

ATER à SciencesPo Paris – Campus du Havre. Doctorant Centre d’Asie du Sud-Est (CASE) / INALCO, Paris

La soutenance aura lieu le jeudi 30 mai 2024 à 14h (heure française), dans le grand salon de la Maison de l’Asie (1er étage),  22 avenue du Président-Wilson, 75016 Paris.
Le jury est composé de :

  • Benoît DE TRÉGLODÉ, Directeur de recherche, IRSEM/CASE, directeur de thèse
  • DOAN Cam Thi, Professeure des Universités, INALCO, examinatrice
  • Sabine DULLIN, Professeure des Universités, Sciences Po Paris, examinatrice
  • Christopher GOSCHA, Professeur, Université du Québec à Montréal, examinateur et rapporteur
  • François GUILLEMOT, Ingénieur de recherche, CNRS, examinateur
  • Andrew HARDY, Directeur d’études, EFEO/CASE, directeur de thèse
  • Pierre JOURNOUD, Professeur des Universités, Université Paul Valéry Montpellier 3, examinateur et rapporteur

La soutenance sera retransmise en ligne via zoom. Pour recevoir le lien, veuillez remplir le formulaire suivant (avant le 30 mai à 11h). Le lien vous sera envoyé la veille ou le matin du 30 mai.
https://forms.gle/5UuL4PzZYVumru7F7

Congrès fondateur du GRP du FNL-SVN et de l’Alliance des forces nationales et démocratiques de la paix en 1969 © DR

Résumé de la thèse :

La question de la relation entre le mouvement de libération du Sud-Viêt Nam et les autorités communistes de Hanoi a fait couler beaucoup d’encre. Pendant longtemps, les historiographies occidentale et vietnamienne ont, pour des raisons différentes, présenté les communistes du Sud-Viêt Nam comme de stricts agents de la République Démocratique du Viêt Nam au Nord. En utilisant des témoignages publiés, des archives inédites et des entretiens récoltés pendant plusieurs années de terrain au Viêt Nam, cette thèse tente d’apporter de nouveaux éclairages sur la question de l’autonomie politique du mouvement révolutionnaire sud-vietnamien. Elle se focalise tout particulièrement sur le Central Office for South Vietnam (COSVN), l’état-major politico-militaire du Parti communiste pour le Sud-Viêt Nam. Grâce à une approche prosopographique, internaliste et compréhensive, concentrée sur les parcours des dirigeants communistes du Sud-Viêt Nam cette étude vise à rendre visible l’évolution de l’autonomie politique du COSVN des Accords de Genève en 1954, jusqu’à la proclamation de la République Socialiste du Viêt Nam en juillet 1976.

La soutenance sera suivie d’un pot convivial.


Image “à la une” : Lieu de travail du dirigeant Nguyen Van Linh au sein du COSVN © Wikipedia / Sài Gòn Ăn Chơi 24h

André Menras : Vietnam, entre le meilleur et le pire – 50 ans de fidélité aux combats de ma jeunesse [parution]

Parution d’un témoignage exceptionnel sur le long compagnonnage de André Menras avec le Viêt-Nam, pays dont il devenu citoyen en 2009. Une chronique sans fard, corrosive pour les pouvoirs et bienveillante pour les petites gens des rizières ou de la mer. A lire pour mieux comprendre les enjeux cruciaux de ce pays.

Présentation de l’éditeur ci-dessous.

Beaucoup d’aventuriers affirment que l’important n’est pas la destination mais le voyage lui-même. Et le mien a été beau. Partager jusque dans la prison une période décisive des combats d’un peuple en phase finale de décolonisation et voir naître la paix dans ce Vietnam martyrisé, continuer l’aventure avec lui pour construire la démocratie : quel privilège ! 

Tout au long de ce chemin, poussé par le hasard des grandes turbulences de l’Histoire et d’extraordinaires rencontres humaines, je me suis efforcé de rester « du côté des larmes », selon les mots de mon ami le poète Hoàng Hưng. Larmes, de douleur ou de joie qui réunissent dans un même espoir de bonheur ceux que l’on nomme les vainqueurs et les vaincus dans cette famille vietnamienne écartelée.

Source : https://www.lesindessavantes.com/ouvrage/vietnam-entre-le-meilleur-et-le-pire/

Indochine, une guerre oubliée – un film de David Korn-Brzoza [France TV]

Un long documentaire intéressant de David Korn-Brzoza comprenant des images inédites, souvent en couleurs (ou colorisées), exposant les différentes strates de la guerre d’Indochine. Présentation ci-après.

Le général De Lattre en 1951, à ses côtés Nguyên Huu Tri, Gouverneur du Nord Viêt-Nam sous l’Etat associé et membre du parti Dai Viêt. © ECPAD

Réalisé par : David Korn-Brzoza

Maison de production : Cinétévé / ECPAD / Procirep / Angoa / La Région Île-de-France

A l’occasion des 70 ans de la Bataille de Dien Bien Phu, qui mit un terme à la guerre d’Indochine, ce documentaire revient sur cette guerre française encore méconnue grâce à l’ouverture récente d’archives déclassifiées. La guerre d’Indochine est la guerre de décolonisation la plus violente du XXe siècle. De 1940 à 1954, la perle de l’empire colonial français, s’enflamme. Français et Vietminh transforment la péninsule indochinoise en un sanglant brasier, emportant avec eux tout un peuple. Car, derrière chaque bombe, chaque obus, chaque munition tirée, se cache l’aide des grandes puissances, qui ont fait de ce conflit un enjeu stratégique majeur de la guerre froide.

  • Diffusé le 01/05/2024 à 21h10  
  • Disponible jusqu’au 07/11/2024

Source et accès sur inscription (gratuite et sans abonnement) : https://www.france.tv/documentaires/histoire/5878824-indochine-une-guerre-oubliee.html


Notre avis : un documentaire assez exceptionnel de par la qualité de ses images mais qui comporte des raccourcis affligeants. L’introduction annonce : “Une guerre aux multiples facettes : une guerre coloniale, une guerre d’indépendance, une guerre froide, une guerre oubliée…” Une guerre civile oubliée, une guerre de réunification vue tout autant d’Hô Chi Minh que de SM Bao Dai. Le film fait l’impasse sur le départ de la guerre entre Vietnamiens avec la Révolution d’août, voire depuis les années 30 entre nationalistes et communistes sous la colonisation.

La transition entre l’État associé du Viêt-Nam (1948-1954) et l’avènement de la République du Viêt-Nam (1955-1975) est éludée et traitée de façon caricaturale. A 1h35 du documentaire, la représentation de la République du Viêt-Nam par le drapeau américain sur la carte après les Accords de Genève est une bêtise (faut-il remplacer celui de la RDVN au Nord par celui de la Chine populaire ?). Cette vue de l’esprit épouse le récit national-communiste toujours dans le déni de la guerre civile et de cet autre Viêt-Nam non communiste, vaincu et évacué de l’histoire. On ne comprend pas bien pourquoi des Vietnamiens se battent entre eux, ni pourquoi certains sont jusqu’à la fin aux côtés des soldats français à Diên Biên Phu (visibles à l’écran).

Le commentaire évoque toujours le Viêt-Minh en 1954 alors que la ligue indépendantiste est dissoute en 1951. Il s’agit désormais, au tournant de la guerre froide, d’une guerre contre l’Armée populaire du Viêt-Nam, instruite et équipée par la Chine populaire et l’URSS. Rien n’est dit non plus sur la guerre dans le delta du Mékong (la guerre commence en septembre 1945 au Sud) ou au centre du pays, le véritable oublié de cette guerre.

Points forts du documentaires : l’exploitation coloniale, le déroulement du conflit bien retracé, le napalm dans la guerre, la duplicité de la France, son déni de l’indépendance vietnamienne… Rappelons enfin que “Nguyên Ai Quôc” avant de devenir le pseudonyme du futur Hô Chi Minh était la signature collective du groupe parisien des Cinq Dragons comprenant le lettré moderniste Phan Châu Trinh, l’avocat Phan Van Truong, les nationalistes Nguyên An Ninh et Nguyên Thê Truyên et le communiste Nguyên Tât Thanh, tous indépendantistes…

L’historiographie récente (vietnamienne, anglo-saxonne ou française…) sur ce pays aurait pu être mobilisée pour éviter les quelques malheureux raccourcis dans un film aussi long, dommage.

Pour aller plus loin (ouvrages en français) :

  • Ivan Cadeau, La guerre d’Indochine. De l’Indochine française aux adieux à Saigon, 1940-1956 (Tallandier, coll. Texto, 2019).
  • Christopher Goscha, Vietnam, un état né de la guerre (Armand Colin, 2011).
  • François Guillemot, Viêt Nam, fractures d’une nation (La Découverte, 2018).
  • Pierre Journoud, Dien Bien Phu, la fin d’un monde (Vendémiaire, 2019).

Et en complément, voir l’autre documentaire de Bernard George : “Vietnam, une guerre civile” (2023) : https://indomemoires.hypotheses.org/38986

 

Journée d’hommage à Pierre Brocheux (1931-2022) – Université Paris Cité – 3 avril 2024

Une demi-journée d’études en hommage à Pierre Brocheux, historien du Viêt-Nam contemporain et de l’Asie du Sud-Est, décédé en décembre 2022. Programme ci-après.

Attention toujours même bâtiment mais changement de salle :

Halle aux Farines RDC  amphi 10 E (côté Seine)

Historien de l’Indochine, du Vietnam et de l’Asie du Sud-Est. L’homme, l’œuvre et son héritage.

Date : Mercredi 3 avril 2024, 14-18h
Lieu : Amphi 10E RDC, Université Paris Cité, Bâtiment Halle aux farines 15, esplanade Pierre Vidal Naquet 75013

Entrée libre

Journée d’étude organisée par le CESSMA (ancien Sedet) Paris Cité, en partenariat avec le Gis Asie, l’Ifrae et l’Efeo.


Pierre Brocheux, figure de la recherche française sur le Vietnam et l’Asie du Sud-Est : Témoignages (14H-15H15)

Invité d’honneur : Daniel Hémery

1) Pierre Brocheux : Un chercheur engagé : Claire Tran (Université Paris Cité, CESSMA) & Emmanuel Poisson (Université Paris Cité, IFRAE) 14H-14H20

2) Pierre Brocheux : Pilier des études sur l’Asie du Sud-Est à Paris 7 : Catherine Coquery Vidrovitch (ancienne directrice du Sedet, Paris 7) & Andrew Hardy (EFEO Paris) 14H20 14H40

3) Pierre Brocheux : Figure de la recherche française à l’international : Gisèle Bousquet (San José State University) & Bui Tran Phuong (ancienne rectrice de l’université Hoa Sen, Ho Chi Minh-Ville en zoom) 14H40 – 15H

Discussion 15H 15H15


II L’oeuvre de Pierre Brocheux et son héritage (15H15 – 17h55)

1) Histoire économique et sociale : 15H15 – 15H 55
Patrice Morlat
(chercheur indépendant) : Regards croisés sur le mode de production colonial en Indochine
Gisèle Bousquet (San José State University) : Urbanisation au Vietnam: Enjeux économiques et sociaux

2) Histoire du Sud Vietnam : 15H 55 – 16H35
Bui Tran Phuong
(chercheuse indépendante, Ho Chi Minh-Ville en zoom) : Femmes et genre dans la littérature du Sud, dans la première moitié du XX e siècle
Pascal Bourdeaux (EPHE, Paris) : Le Viet Nam entre région et nation: le delta du Mékong en questions

3) Nationalisme et Communisme 16H35 – 17H15
Sophie Quinn Judge
(chercheuse indépendante) : Histoire du communisme vietnamien: l’approche biographique
Claire Tran (CESSMA, Université Paris Cité) : Contribution à l’histoire du nationalisme vietnamien : Histoires parallèles

4) Vietnam, Indochine, Asie du Sud Est 17H15 -17H55
Christopher Goscha
(Uqam, Montreal) : Repenser le Vietnam à Paris VII : de l’Indochine à l’Asie du Sud-Est
Philippe Peycam (IIAS, Leiden) : Du microcosme saïgonnais à l’Asie dans le monde


C’est la nuit maintenant – Giờ sang đêm hết rồi / 26 oct-05 nov 2023 / Paimbœuf

Le réalisateur Pierre Michelon présentera son film lors d’une série de projections, rencontres, débats à Paimboeuf (44), près de Nantes, du 26 octobre au 5 novembre.

Programme :

SPECTRE productions
Entre-deux
Un film en train de se faire
Ville de Paimbœuf

Ont le plaisir de vous convier
au HANGAR, à Paimbœuf (44)
du 26 octobre au 5 novembre 2023
aux projections de

C’est la nuit maintenant – Giờ sang đêm hết rồi
Un film en Polyvision de Pierre Michelon

EN QUELQUES MOTS :

En 1930, un jeune communiste vietnamien nommé Trần Tử Yến (L’hirondelle) est condamné pour complot contre la sûreté de l’Etat et tentative de meurtre. Avec 537 autres camarades, il est déporté de « l’Indochine » vers les « établissements pénitenciers spéciaux » de l’Inini, une subdivision de la Guyane française. Il décède en 2001 à Cayenne, à l’âge de 93 ans, sans avoir revu son pays natal. Écrite à plusieurs mains, parlée à plusieurs voix, cette œuvre polyglotte (français / vietnamien / créole guyanais) présente l’unique témoignage audiovisuel de Trần Tử Yến, recueilli par la réalisatrice Geneviève Wiels en 1999.

Retranscrit en français et en vietnamien, le témoignage fragile de Trần Tử Yến nous ouvre à des paysages, des images et des passages. C’est peut-être la nuit, voire l’oubli (le titre est tiré d’une expression de Trần Tử Yến) mais des alliances se sont créées pour raconter son histoire, entre traductrices et historiennes, entre les condamnés et leurs geôliers, entre les filles guyanaises de Trần Tử Yến et leurs cousin·e·s du Việt Nam. Deux frères séparés par l’histoire se retrouvent par la langue et se regardent, c’est peut-être un miroir : il s’appelle Trần Tử Yến (L’hirondelle), il s’appelle Trần Tử Yên (La paix).

INFOS PRATIQUES :
Du 26 octobre au 05 novembre 2023
Le hangar / quai Sadi Carnot / Paimbœuf

projections tous les jours (sauf lundi) à 18h00 et 19h30
18h00 : première partie (75min)
19h30 : seconde partie (80min)
entrée libre

un film en polyvision de Pierre Michelon avec Trần Tử Yến et Trần Tử Yên, Josette Trần Tử Yến Muguette, Claudette et William Tran-Tu-Yen
Christèle Dedebant, Trần Phương Thảo, Maxime Bichon

réalisation des écrans : James Clochard
assistance artistique : Inès Miossec

RENCONTRES/ATELIERS :
(suivis des projections)

Le jeudi 26 octobre à 16h00, Le Hangar : rencontre avec l’historienne Christèle Dedebant

— « Destins croisés : que sont devenus les anciens forçats indochinois de Guyane/Inini ? »

Si Joseph Trần Tử Yến est resté sur « la terre du bagne », plusieurs de ses anciens compagnons d’infortune ont suivi des trajectoires différentes. Christèle Dedebant reviendra sur quelques-uns de ces destins ballotés par les soubresauts de l’histoire.

Le mercredi 1er novembre à 16h00, Le Hangar : atelier musical avec Thẩm Yến Linh

— (Auto)Radio Lointain

Partage pratique & exploration mélodique de l’intime – déracinement –
ré-enracinement – héritage musical.

Pourquoi utiliser l’outil Musique ? Parce que c’est tout aussi important que la cuisine sur l’échelle des choses que l’on se transmet en famille ou entre ami·e·s, en dehors du patrimoine matériel. Mais si tout le monde parle beaucoup de la cuisine, c’est sans doute parce qu’il est difficile de survivre sans nourriture ; cependant il n’est pas moins difficile de survivre sans air, qui est la première composante du son, et tout de suite après, de la musique.

Parce que c’est le lieu de passage et de transmission de la langue. Parce que ce sont des connections neurologiques particulières qui marquent la mémoire sensible sonore et qui portent des traces du « début ». Parce que la musique est un art qui se compose avec des temps et compose ainsi différemment avec « le » temps. Ce dernier peut emporter ou abîmer peintures, sculptures, architectures, tandis que la musique utilise un support fait d’un matériau différent pour perdurer à travers le temps, et ainsi se transporter dans des bagages qui ne se pèsent pas en kilos.

Le dimanche 5 novembre à 16h00, Le Hangar (exceptionnellement le 5/11, les projections se feront à 17h et 18h30) : rencontre avec Henri Copin

— D’autres échos historiques et linguistiques :
Entre 1900 et 1930 se forment au Việt Nam différents groupes de patriotes et nationalistes, revendiquant une modernisation politique et sociale autour de modèles japonais, français, ou chinois. Henri Copin évoquera cette évolution et son rapport avec la langue vietnamienne romanisée (Quốc ngữ).


PRÉSENTATION DES INVITÉ.E.S :

Christèle Dedebant est historienne, elle a soutenu en 2001 une thèse de doctorat à l’EHESS intitulée Les lumières de Zenâna : figures de proue de la condition féminine au Pakistan dans leur contexte historique. Elle est par ailleurs journaliste à GEO Magazine et GEO Histoire depuis 20 ans. Auteur du Voile et la Bannière, aux Editions du CNRS, 2003, elle est familière de la Guyane et de son histoire : « Je me suis intéressée aux “Annamites” exilés en Guyane à plusieurs titres. Tout d’abord parce qu’une partie de ma famille vit à Cayenne et à Saint-Laurent du Maroni. Pour GEO, j’ai eu l’occasion de réaliser de nombreux reportages in situ. Mais c’est à Paris que le destin s’est noué : j’y ai rencontré à l’occasion d’un dîner chez des amis une nièce de Trần Tử Yến, la veille de l’un de mes départs pour un énième reportage sur les orpailleurs illégaux. J’ai été immédiatement captée par cette histoire de colonisation transversale. J’ai rencontré à Cayenne Josette Trần Tử Yến, la fille du déporté politique, et j’ai été happée par le sujet »

Le livre de Christèle, Poulo Condore-Cayenne, les derniers déportés politiques de Guyane (titre provisoire), est à paraître (2024) aux éditions Actes Sud, collection Archives du colonialisme.

Thẩm Yến Linh : « Je m’appelle Yến Linh, je suis née à Hà Nội et j’ai grandi dans les Hauts-de-Seine. J’ai ainsi parlé et chanté en vietnamien avant de le faire en français.

J’ai plusieurs amours et pratiques : l’architecture, la scénographie, la menuiserie (ENSAPM, Lycée Léonard de Vinci, Ateliers Devineau), l’illustration (Paris 1 Sorbonne, techniques pastels, aquarelles et numériques, collaborations vidéos ou imprimées), la musique (Conservatoire de Vanves, chant, écriture, compositions, représentations), les activités associatives et collectives (Collectif Vietnam Dioxine, Collectif Paaf, Le Studio Jaune) et plus récemment le théâtre en tant que comédienne (SAIGON 2023-2024, de Caroline Guiela Nguyen, Compagnie des Hommes Approximatifs).

Grâce à ces différents medium, depuis 2015 je construis mon travail artistique autour de la question intime et politique de l’héritage, du déracinement, en l’occurence dans mon cas : le Việt Nam. J’exerce également une activité de traduction : c’est ainsi que j’ai rencontré le cinéaste Pierre Michelon à l’occasion de la transcription linguistique pour son film documentaire sur monsieur Yến (L’hirondelle). »

Henri Copin a vécu et travaillé au Việt Nam, au Cambodge et au Sénégal. Il vit à Nantes.

Auteur de nombreux ouvrages, articles, communications, consacrés à la représentation littéraire de l’Asie (pays de l’ex-Indochine) et de l’Afrique, en période coloniale ou post coloniale, à l’altérité, aux figures de l’Autre et de l’Ailleurs. Contribue à L’Encyclopédie de la Colonisation française, en cours de publication aux Indes Savantes. Professeur à l’Université permanente de Nantes, élu à l’Académie littéraire de Bretagne et des Pays de la Loire.

Pierre Michelon est né à Nantes en 1984. En observateur participant, il arpente les terrains d’une société oublieuse et aphasique. Sa réflexion est concentrée sur l’écriture, l’oralité et l’usage de l’Histoire. Ses récentes recherches l’ont conduit à réaliser des portraits de déporté·e·s politiques dans les bagnes coloniaux (Amara, Cinéma du réel, 2019, Histoire de la maladie, musée du Louvre, 2019). Elles se déclinent dans une variété de propositions : traductions, films, installations, performances-documentaires… Chacun de ces montages est conçu autour d’un processus de recherche, qui prend tantôt la forme d’enquêtes, d’entretiens, de dérives et d’associations multiples. Les paysages y deviennent des témoins. La démarche artistique de Pierre Michelon se tient à cet endroit, là où se produit un témoignage, là où se fabrique une communauté. Il est diplômé de École des Beaux-arts de Nantes (D.N.A.P.), de la Villa Arson à Nice (D.N.S.E.P.), de l’École des Beaux-arts de Paris (SACRe, doctorat de création).

Entre-deux est une structure de recherche engagée dans la production et la diffusion de l’art public contemporain sous toutes ses formes, éphémères et pérennes, interrogeant les enjeux du contemporain par rapport au réel sur le territoire de Nantes mais aussi élargi à la région des Pays de la Loire.
URL : www.entre-deux.org

Vietnam : révélations sur la répression des manifestations pacifiques [Fidh] – juin 2023

Dans un nouveau rapport publié le 20 juin 2023, la FIDH et le Vietnam Committee on Human Rights (VCHR) font état de la répression systématique du droit à la liberté de réunion au Vietnam. Un document édifiant et utile à lire et à télécharger.

Paris, le 20 juin 2023. Le rapport de 58 pages intitulé « Une Histoire de la Violence – Répression du droit à la liberté de réunion pacifique au Vietnam » dresse le bilan le plus complet à ce jour de plus de trois décennies de mouvements contestataires au Vietnam qui ont donné lieu à une vague de répression systématique. Parmi les actions du gouvernement visant à réprimer les manifestations, on trouve notamment : l’usage injustifié ou disproportionné de la force, les arrestations, le placement en détention, les mises en accusation et autres types d’attaques et de harcèlement à l’encontre des organisateur·rices, des participant·es et sympathisant·es.

Ce rapport, paru en anglais et en français, préconise également des mesures concrètes et détaillées que le gouvernement vietnamien devrait mettre en œuvre afin que les lois et pratiques relatives à la liberté de réunion pacifique soient conformes aux normes internationales.

« La modification de toutes les dispositions relatives à la sécurité nationale dans le Code pénal vietnamien doit constituer un point de départ afin de garantir un environnement sûr et favorable au droit à la liberté de réunion pacifique dans le pays. Hanoï devrait aussi accélérer son processus d’adoption d’une loi relative aux manifestations, attendue depuis trop longtemps, qui soit conforme aux normes internationales », déclare Adilur Rahman Khan, secrétaire général de la FIDH.

Lire la suite : https://www.fidh.org/fr/regions/asie/vietnam/vietnam-revelations-sur-la-repression-des-manifestations-pacifiques


UNE HISTOIRE DE LA VIOLENCE
Répression du droit à la liberté
de réunion pacifique au Vietnam
(pdf)


Projection : Films vietnamiens – festival Cinéma du Réel – BULAC 29 mars 2023

La BULAC participe à la 45e édition du Cinéma du Réel. Projections et table ronde le mercredi 29 mars 2023.

Projection de film d’atelier, 18h

Visuel du film À qui appartient la terre ? (Doan Hông Lê, 2009)
« À qui appartient la terre ? » de Đoàn Hồng Lê, 2009, 55′

Synopsis. L’État vietnamien décide de moderniser et d’implanter de vastes complexes touristiques sur toute la zone côtière de la région agricole de Quảng Nam, obligeant les paysans à quitter leurs terres. Le film relate les réactions des habitants, dont la plupart ont participé à la lutte de libération pour l’Indépendance du Vietnam.


Table ronde, 19h

Quand le cinéma documentaire raconte l’histoire d’un pays

Cette table ronde proposera aux cinéastes ayant encadré ou participé aux ateliers Varan Vietnam de dialoguer avec des enseignants-chercheurs ayant pour terrain le Vietnam.

Les ateliers de cinéma documentaire lancés en 2004 à Hanoï par les Ateliers Varan ont permis à des étudiants et réalisateurs d’expérimenter pour la première fois le cinéma direct et surtout le son synchrone. Avec la volonté de donner la parole à des individus, des populations, des groupes ethniques invisibilisés de la société vietnamienne, les stagiaires plongent, caméra numérique en main, dans une société ouverte au capitalisme depuis peu. Tout en donnant à voir l’histoire de ces vingt dernières années au Vietnam, leurs films témoignent d’un rapport au monde en train de se transformer, et de l’urgence de le raconter. Les enseignants-chercheurs présents se feront l’écho de ces transformations.

Table ronde avec :

  • Pascal Bourdeaux, maître de conférences à l’EPHE ;
  • Sylvie Gadmer, cinéaste et co-fondatrice des Ateliers Varan Vietnam ;
  • Đoàn Hồng Lê, cinéaste ;
  • Thi Hai Nguyen, chargée de collections pour le domaine vietnamien à la BULAC, chercheuse associée au Centre Asie du Sud-est (EHESS/CNRS) ;
  • Trần Phương Thảo, cinéaste et productrice à Varan Vietnam ;

animée par Yves de Peretti, cinéaste et formateur aux Ateliers Varan


Projection de films d’atelier

 

« Dans le quartier de Thành Công, il y a le village de Thành Công » de Phan Thị Vàng Anh, 2004, 33′

Synopsis. Dans un vieux quartier de Hanoi, de nouveaux hauts-parleurs doivent être réparés et installés. Vàng Anh filme avec humour l’animation suscitée par cet événement et nous plonge au cœur des contradictions vietnamiennes.

« Lune sur la briqueterie » de Lê Thu Minh, 2020, 36′

Synopsis. Installées le long du fleuve Mékong depuis des siècles, les briqueteries de Mang Thít ont été un symbole de la prospérité économique du delta. Aujourd’hui, le dernier four traditionnel va s’éteindre définitivement.

Source : La BULAC fait son Cinéma du réel – édition 2023 | BULAC