Archives par mot-clé : commerce

Kirsten W. Endres, Ann Marie Leshkowich (eds.) : Traders in Motion. Identities and Contestations in the Vietnamese Marketplace

[ndlr] Parution. Présentation de l’éditeur.

Traders in Motion

Identities and Contestations in the Vietnamese Marketplace
Edited by Kirsten W. Endres, Ann Marie Leshkowich

With essays covering diverse topics, from seafood trade across the Vietnam-China border, to street traders in Hanoi, to gold shops in Ho Chi Minh City, Traders in Motion spans the fields of economic and political anthropology, geography, and sociology to illuminate how Vietnam’s rapidly expanding market economy is formed and transformed by everyday interactions among traders, suppliers, customers, family members, neighbors, and officials.

The contributions shed light on the micropolitics of local-level economic agency in the paradoxical context of Vietnam’s socialist orientation and its contemporary neoliberal economic and social transformation. The essays examine how Vietnamese traders and officials engage in on-the-ground contestations to define space, promote or limit mobility, and establish borders, both physical and conceptual. The contributors show how trading experiences shape individuals’ notions of self and personhood, not just as economic actors, but also in terms of gender, region, and ethnicity. Traders in Motion affords rich comparative insight into how markets form and transform and what those changes mean.

Ref. : Endres, Kirsten W., and Ann Marie Leshkowich, eds. Traders in Motion: Identities and Contestations in the Vietnamese Marketplace. Southeast Asia Program Publications, Cornell University Press, 2018.

TABLE OF CONTENTS

Introduction: Space, Mobility, Borders, and Trading Frictions
ANN MARIE LESHKOWICH AND KIRSTEN W. ENDRES

PART I. Space, Place, and Contentious Politics of Market Redevelopment
Introduction: The Spatial Politics of Marketplaces
LINDA J. SELIGMANN

Chapter 1
Making the Marketplace: Traders, Cadres, and Bureaucratic Documents in Lào Cai City
KIRSTEN W. ENDRES

Chapter 2
“Run and Hide When You See the Police”: Livelihood Diversification and the Politics of the Street Economy in Vietnam’s Northern Uplands
SARAH TURNER

Chapter 3
Grand Designs? State Agendas and the Lived Realities of Market Redevelopment in Upland Northern Vietnam
CHRISTINE BONNIN

Chapter 4
Ghost Markets and Moving Bazaars in Hanoi’s Urban Space
GERTRUD HÜWELMEIER

PART II. Circuits of Mobility, Identities, and Power Relations
Introduction: Moving and Shaking
ERIK HARMS

Chapter 5
A Mobile Trading Network from Central Coastal Vietnam: Growth, Social Network, and Gender
HY VAN LUONG

Chapter 6
Money, Risk Taking, and Playing: Shifting Masculinity in a Waste-Trading Community in the Red River Delta
MINH T. N. NGUYEN

Chapter 7
“Strive to Make a Living” in the Era of Urbanization and Modernization: The Story of Petty Traders in a Hanoi Peri-urban Community
NGUYỄN THỊ THANH BÌNH

Chapter 8
Dealing with Uncertainty: Itinerant Street Vendors and Local Officials in Hanoi
LISA BARTHELMES

PART III. Borderwork
Introduction: Constructing, Maintaining, and Navigating Boundaries
CHRIS GREGORY

Chapter 9
Regulations and Raids, or the Precarious Place of Gold Shops in Vietnam
ALLISON TRUITT

Chapter 10
Moralities of Commerce in a Northern Vietnamese Trading Community
ESTHER HORAT

Chapter 11
Fuel Trade: People, Places, and Transformations along the Coal Briquetting Chain
ANNUSKA DERKS

Chapter 12
Arbitrage over the Beilun/Kalong River: Chinese Adjustments to Border Trade Practices in Vietnam
CAROLINE GRILLOT

Afterword
GRACIA CLARK

Contributors:
Lisa Barthelmes, Christine Bonnin, Gracia Clark, Annuska Derks, Kirsten W. Endres, Chris Gregory, Caroline Grillot, Erik Harms, Esther Horat, Gertrud Hüwelmeier, Ann Marie Leshkowich, Hy Van Luong, Minh T. N. Nguyen, Nguyen Thi Thanh Binh, Linda J. Seligmann, Allison Truitt, Sarah Turner.

Source : Cornell University Press

Perspective historique des relations franco-vietnamiennes

[ndlr] Discours d’ouverture de l’historien François Guillemot à l’occasion de la journée Anniversaire des relations France – Vietnam organisée à Paris par l’Asia Centre le lundi 9 avril 2018.

Mesdames et Messieurs, chers collègues, chers amis,

Il m’est donné pour tâche aujourd’hui d’introduire cette demi-journée de réflexion en rappelant brièvement quelques aspects de la longue relation historique et humaine entre nos deux pays. Permettez-moi de m’adresser à vous avec un regard d’historien et non celui d’un diplomate afin de mieux comprendre pourquoi la relation franco-vietnamienne construite sur des décennies et consolidée par le partenariat stratégique de septembre 2013 conserve intrinsèquement une certaine fragilité. Il ne s’agit pas ici dans cette courte introduction de faire acte d’un devoir de mémoire, qui rappelle le débat véhément de 2005 sur la colonisation, mais d’un nécessaire « devoir d’histoire » pour reprendre le mot de Claude Liauzu (1940-2007). Je vais brosser en dix minutes et à grand traits cette relation, ce continuum, qui à mon sens ne débute pas en 1973 mais plus d’un siècle et demi avant. Au milieu du XIXe siècle, cette histoire débute dans le fracas des armes, par un drame, une agression que les écrivains français de la fin du XIXe siècle qualifiaient déjà de guerre : guerre du Tonkin, guerre en Annam, bataille de Chi Hoa… Il faut se rappeler ici des oraisons funèbres du lettré Nguyễn Đình Chiểu (1822-1888), au sujet de sa patrie perdue. Les premières interactions entre nos deux pays furent douloureuses, faites de haine, de méfiance mais aussi d’amitié.

La France, vous le savez tous, a une longue histoire commune avec le Viêt-Nam. Elle a accompagné l’avènement de l’empereur Gia Long avant de prendre les armes de la conquête contre la dynastie des Nguyễn. Le pays Việt Nam puis Đại Nam a été démantelé et des traités inégaux ont été signés. Une politique d’entente franco-vietnamienne ou « franco-annamite » (selon la terminologie de l’époque), si présente dans le discours colonial, n’a pas revêtu la dimension escomptée. Pourtant un « Viêt-Nam français », sur quatre générations, a émergé de la colonisation dans une histoire qui ne fut pas à part égale. Phạm Quỳnh (1892-1945), Nguyễn Văn Vĩnh (1882-1936), Ngô Tất Tố (1894-1954) et bien d’autres furent des passeurs entre nos deux cultures et dans une certaine mesure Phan Châu Trinh (1872-1926), Phan Bội Châu (1867-1940, avec son texte Pháp – Việt đề huề luận de 1918), Nguyễn An Ninh (1900-1943) et Nguyễn Ái Quốc (1890-1969, le futur Hồ Chí Minh) également. Mais la marge de manœuvre de cette élite franco-vietnamienne a été toujours réduite par les rappels à l’ordre colonial dans une relation inégale. Sans soutien aux premiers démocrates, aux républicains modérés, face à la surdité du pouvoir colonial sur la réforme politique, le radicalisme a emporté la nouvelle vague des années vingt pourtant nourrie aux idéaux de liberté, égalité et de fraternité et justement soucieuse de lutter pour ces droits1. Elle y accéda pour partie par la révolution.

L’incompréhension ou la volonté de nier le fait indépendantiste a mené à la guerre. Mais malgré les flammes, des liens d’amitié sont restés et la position de la France s’est rangée du côté de la République démocratique du Viêt-Nam (RDVN) pendant la guerre fratricide dans un Viêt-Nam divisé. Le discours impérial de De Gaulle du 24 mars 1945 a été effacé par celui de Phnom Penh en 1966 du même homme (contre la guerre du Viêt-Nam). Les accords de paix de la seconde guerre d’Indochine ont été discutés et signés en France. La réunification du Viêt-Nam en 1976 devait permettre un nouveau départ, rapidement contraint par la troisième guerre d’Indochine. La relation franco-vietnamienne s’illustrait alors par l’action des courageux « french doctors » investis dans le sauvetage des boat people en Mer de Chine. L’image des années 1980 fut brouillée. On se souvient des tentatives désespérées de Laurent Fabius et d’intellectuels renommés pour sauver la tête de Trần Văn Bá (1945-1985), condamné à mort par Hanoi pour fait de résistance armée2. L’avènement du Renouveau (Đổi mới), suite à une autocritique générale du Parti communiste vietnamien (PCV), a été salvateur, tout était à reconstruire avec un nouveau paradigme. La révolution pragmatique remplaçait la révolution totalitaire. Trente ans après, les efforts réalisés sont impressionnants3. Mais là encore, la France très impliquée au début des années quatre-vingt-dix « a perdu pied », ce que souligne les experts, face aux investissements massifs venus d’Asie et au retour des États-Unis4.

En quelques dates clés, rappelons les visites d’un chef d’État français au Viêt-Nam : François Mitterrand en février 1993, Jacques Chirac, par deux fois, en 1997 et en 2004, François Hollande en septembre 2016 et Emmanuel Macron dans un futur proche suite à l’invitation de Nguyễn Phú Trọng (né en 1944), secrétaire général du PCV. Du côté de la République socialiste du Viêt-Nam, on peut citer les visites de quelques dignitaires importants du régime : Phạm Văn Đồng (1906-2000) en 1977, Võ Văn Kiệt (1922-2008) en 1993,  Trần Đức Lương (né en 1937) en 2002, Nông Đức Mạnh (né en 1940) en 2005, Nguyễn Tấn Dũng (né en 1949) en 2007, 2013 et 2015 et Nguyễn Phú Trọng en 20185. Depuis ce recentrage vietnamien sur l’Asie, où en est-on ? Le partenariat stratégique a été signé le 25 septembre 2013 pour consolider nos relations sur tous les plans6. La France n’est plus seule. Elle interagit au sein de l’Union européenne (UE) et cette dernière est désormais bien présente au Viêt-Nam en tant que troisième partenaire commercial après la Chine populaire et les États-Unis. Des accords ont été signés depuis 2015 : accord de libre-échange Union Européenne Viêt Nam (en cours de ratification), accord de partenariat et de coopération bilatérale (1er octobre 2016), et dialogue bilatéral sur les droits de l’homme (dernière session en décembre 2017) ; aide au développement 2014-2020 pour un montant estimé à 400 millions d’euros. C’est dans ce cadre que s’inscrit désormais notre relation.

Cependant, deux images négatives persistent et signent dans le champ de nos interactions. L’une véhiculée par les courants les plus à droite de l’échiquier politique hexagonal donne à croire que la colonisation fut une grande aventure héroïque, globalement positive dans la ligne droite des prétentions civilisatrices de la France du XIXe siècle lorsque celle-ci fut confrontée à la culture millénaire et impériale vietnamienne. Dans cette présentation idéalisée7 on oublie les larmes, l’humiliation et le sang. Cette perspective et cette méconnaissance de l’histoire globale débouche parfois sur un désintérêt pour le Viêt-Nam actuel. La seconde image, plus prégnante et largement relayée par les moyens de communication d’aujourd’hui est celle de la République socialiste du Viêt-Nam avec ses procès politiques à répétition, infligeant notamment des peines très lourdes à des dissidents, des blogueurs ou des activistes sociaux en réseau, une image qui questionne les historiens et plus largement les citoyens de nos deux pays sur « l’État de droit socialiste »8. Ces deux volets, l’un, réminiscence d’un passé lointain, l’autre, illustration d’une pratique ancrée dans un système, constituent en quelque sorte une épine dans le pied de la relation construite et apaisée qu’entendent consolider les deux pays.

Ce dernier questionnement mis de côté, je vous laisse débattre de la renaissance économique et sociale impulsée depuis trente ans par le Renouveau, décrété par Nguyễn Văn Linh (1915-1998) lors du VIe Congrès du PCV en décembre 1986. Ce Renouveau dont il sera largement question ici doit être analysé de près avec ses succès et ses échecs ou à travers ses transformations encore inachevées. L’appel à un second Renouveau (à la fois politique et économique) est en effet dans l’air du temps comme le démontre les demandes récurrentes d’intellectuels vietnamiens. De même, les réalisations dans le cadre du partenariat stratégique signé il y a cinq ans doivent être décryptées sans complaisance. Et l’on pourra sûrement évoquer ici les échanges scientifiques et universitaires mis en œuvre ou en projet. Je laisse le soin aux intervenants de nous apporter quelques lumières sur la nouvelle étape européo-vietnamienne qui s’amorce et que l’on souhaite pérenne et plus fructueuse9. Je vous remercie de votre attention.

François Guillemot, IAO / ENS de Lyon, 09/04/2018

MàJ du 11/04/2018.

Notes

  1. Cf. Christopher Goscha, The Penguin history of Modern Vietnam, London, Penguin Books, Allen Lane, 2016, « The failure of Colonial Republicanism », p. 127-156 []
  2. La généalogie de ce résistant anti-communiste est une histoire franco-vietnamienne : son grand-oncle Bùi Quang Chiêu (1872-1945), fondateur du parti constitutionnaliste, fut assassiné en septembre 1945 par le Viêt-Minh, son père Trần Văn Văn (1908-1966), député de l’Assemblée constituante de la République du Viêt-Nam, fut assassiné par un commando Viêt-Công à Saigon en décembre 1966 et Tran Van Ba lui-même fut exécuté à Hô Chi Minh-Ville le 8 janvier 1985 malgré les vives protestations de la France []
  3. Sur ce sujet, voir l’exposé très complet de Jean-Philippe Eglinger, « L’économie », in Benoît de Tréglodé (dir.), Histoire du Viêt-Nam de la colonisation à nos jours, Paris, Éditions de la Sorbonne, coll. Libre cours, chapitre 5, p. 117-137 []
  4. Cf. pour la citation : « Pourquoi la France a perdu pied au Vietnam« , Les Échos, 27/03/2018 []
  5. Un Président de la République, trois Premiers ministres et deux Secrétaires généraux du PCV []
  6. Cf. « Relations bilatérales« , 16/03/2018. Pour une vue d’ensemble, voir l’article détaillé de Pierre Journoud, « France-Vietnam – Entre héritages de l’histoire et quête d’un nouveau souffle » sur Mémoires d’Indochine, 31/08/2016 []
  7. A titre d’exemple, voir le numéro spécial de Valeurs actuelles sur la colonisation française []
  8. Notons que des citoyens français ont été la cible ces dernières années de la répression politique : Pham Minh Hoang, expulsé le 25 juin 2017 ou dix ans plus tôt la militante pro-démocratie Nguyen Thi Thanh Van, arrêtée à Hô Chi Minh-Ville et accusée de terrorisme  []
  9. Étape cruciale aujourd’hui parasitée par l’affaire Trịnh Xuân Thanh et les récents procès politiques contre la dissidence comme le rappelle le journaliste indépendant Phạm Chí Dũng ; « EVFTA sẽ ra sao sau cú giáng án Hội Anh Em Dân Chủ?« , VOA, 10/04/2018 []

Li Tana: Imperial Rice Transportation of Nguyen Vietnam – Singapore, 1 November 2017

[ndlr] Conférence de Li Tana.

NALANDA-SRIWIJAYA CENTRE LECTURE SERIES

____________________________________________________________

Imperial Rice Transportation of Nguyen Vietnam

(1802-1883)

Date: Wednesday, 1 November 2017
Time: 3.00 pm – 4.30 pm

Venue: ISEAS Seminar Room 2

About the Lecture

In the first volume of his monumental work Strange Parallels: Southeast Asia in Global Context, Victor Lieberman compared three geographically-based regions of Mainland Southeast Asia, namely the western, the central and the eastern mainland. Lieberman saw coherence in the three regions in that they were all politically and culturally integrated as the result of a series of synchronised cycles between 1000 and 1830. The major difference between Vietnam and its two neighbouring regions, in Lieberman’s analysis, was that Vietnam’s integration was neither as complete or sustained at the same level as achieved by Burma and Siam, even as late as the 19th century Nguyen dynasty (from 1802). Instead of three sustained imperial integrations, he saw two and a fraction. Geography was an important factor. Vietnam lacked one dominant, integrating river system like the Irrawaddy (2170 km long) in Burma or Chao Phraya (372 km long) in Thailand. Yet it did have one geographical feature which might have played a compensatory role in integration, a 3260 km coast line. Moreover, early 19th century Vietnam had a long maritime tradition and a powerful navy, plus close commercial relations with southern China. Why did these potential positives fail to promote closer integration of the new state?

This seminar considers that question by focusing on one of the most important economic factors implicated in that failure, imperial rice transportation. This system formed a major cornerstone of Nguyen policy, but its practical costs and operational failures combined to ensure that Vietnam’s coastal sea lanes did not play a similar unifying role as the major river systems in Burma and Siam.

About the Speaker

Dr Tana Li is Visiting Senior Fellow at Nalanda-Sriwijaya Centre and emeritus senior fellow at the College of Asia and Pacific Studies, the Australian National University. She works on maritime and environmental histories of Vietnam and southern China. Her works includes The Nguyen Cochinchina; Water Frontier: Commerce and the Chinese in the Lower Mekong Region, 1750-1880, and Gulf of Tongking Through History, among others. At the ISEAS, Li Tana is working on a manuscript of Maritime history of Vietnam. She is also leading an international collaborative project, « The Making of the Red River », financially supported by the Chiang Chingkuo Foundation, Taiwan. This study of ecological history of the Greater Red River region is carried out by a team of historians, geologists, and GIS experts based in Austria, France, Vietnam, and Taiwan.

To register, please write to nscevents@iseas.edu.sg

 LiTana_Conference_1November2017

Source : ISEAS

Image « à la une » : Chiến thuyền của thủy quân triều Nguyễn (mô phỏng) © DR

Maritime trade on the Biển Ðông Sea (the South China Sea) in History – 10/11/2015

[ndlr] Annonce d’un séminaire à New York sur l’histoire du commerce en Mer de Chine méridionale.

New York (November 10th, 2015).

The Institute for Vietnamese Culture & Education ( IVCE) is pleased to announce a seminar on Maritime trade on the Biển Ðông Sea (the South China Sea) in History.

Topic I: Archaeological finds in the Biển Đông Sea (otherwise called the South China Sea), and historical documents found in the archives of Vietnam, Japan, China and Western countries reveal the important role of the Biển Đông Sea and Vietnam in the maritime trade network of the world between the Xth and the XXth centuries, especially in the Grand Commercial Era of world (XVIth to XVIIIth centuries). Vietnam is located on the vast western continental shelves running lengthwise along the Biển Đông Sea, where a series of harbors were convenient for the trade ships of international merchants to dock and do business since the XIth century. Vietnam also possessed and frequented several archipelagoes in the Biển Đông Sea, including the Paracels (quần đảo Hoàng Sa) and the Spratlys (quần đảo Trường Sa), that lie on these busy trade routes. Presented by Dr. Trần Đức Anh Sơn.

Topic II: State regulations on foreign maritime trade areas and merchants and state expeditions to archipelagos in the Biển Đông Sea (the South China Sea) under the various dynasties, from the Lý, Trần to the Lê and Nguyễn, in Vietnam (Xth to XXth centuries). The legal and general historical documents, such as: Đại Việt sử ký toàn thư [Complete Annals of Đại Việt], Khâm định Việt sử thông giám cương mục [Comprehensive Annals of Vietnam as Ordered by the King], Lê triều chiếu lệnh thiện chính [The Book on Good Government of the Lê Dynasty], Phủ biên tạp lục [Miscellaneous Chronicles of the Pacified Frontier] show how foreign trade areas were established and foreign merchants’ movements regulated. Besides promoting foreign trade, the State also made itself present in the Biển Đông Sea by launching state expeditions to the Paracels (quần đảo Hoàng Sa) and Spratlys (quần đảo Trường Sa) for salvage and asserting sovereignty. Presented by Dr. Tạ Văn Tài.

 TranDucAnhSon  Dr. Trần Đức Anh Sơn, Ph.D. in History (Vietnam National University in Hanoi, 2002) was awarded scholarships to study on museology, archaeology, history of art and management of cultural heritage in Japan, Korea and Germany. Dr. Trần Đức Anh Sơn is the author of several research books, including Blue and White porcelain of Huế – Some Academic Exchanges (ed.), Thuận Hóa in Huế 1997; Sino-Vietnamese Porcelain in the Nguyễn Period, Vietnam National University in Hanoi, 2008; Documents on Vietnam’s sovereignty over the Paracels, Văn hóa-Văn nghệ in HCMC, 2014; Ship and Shipbuilding in Vietnam in the Nguyễn Dynasty, Văn hóa-Văn nghệ in HCMC, 2014. He is currently a Vice-Director of Danang Institute for Socio-Economic Development and a Fulbright visiting scholar at Yale University.
 TaVanTai Dr. Ta Van Tai, Ph.D. (University of Virginia), LL.M. (Harvard Law School), was former professor of law and lawyer in South Vietnam prior to 1975, former research associate and lecturer at Harvard Law School, and is a practicing attorney in Massachusetts, USA. His publications include, among others, The Vietnamese Tradition of Human Rights, Institute of East Asian Studies, University of California-Berkeley, 1988; with co-author Nguyen Ngoc Huy, The Lê Code: Law in Traditional Vietnam, 3 Vols., Ohio University Press, 1987; The Rule of Law in 19th Century Vietnam and China, Chapter in Histoire de la Codification Juridique au Vietnam, ed. by Bernard Durand et. al., Faculty of Law of Montpellier University, February 2001; U.S.-Vietnam Trade Agreement, Harvard Asia Quarterly, Winter 2001; with co-authors Thanh Trai and Sesto Vecchi, Doing Business in Vietnam, Vietnam Council on Foreign Relations, Saigon, Vietnam 1970 and 1974; Ethnic Minorities’ Rights in Old Vietnam in Vietnam Forum, Yale University, March 1984 and May 1985; Confucianism: Rule by Law and Rule of Law, The Conference in Hanoi, Vietnam, co-sponsored by Vietnam and the Harvard-Yenching Institute, 2007; published also in the Vietnam Social Sciences Journal, Nos. 1 and 3, 2009. His awards include: Fulbright, then U.S. Agency for International Development, Asia Foundation, Ford Foundation and Aspen Institute. He is listed in Who’s Who in American Law, Who’s Who in the World, Who’s Who in America.

Place: Hamilton 309, Columbia University.
Time: Thursday, November 12th, 2015. 8.00 – 9.00pm: Seminar
9.00 – 9.30pm: Documentary on Maritime trade on the Biển Ðông Sea (South China Sea)
Contact: Ngoc Le-Cascarino, ntl2105@columbia.edu
Sponsor: Columbia VSA, Weatherhead East Asian Institute and IVCE.

Place: Terrace Room, Paige Hall, Tufts University.
Time: Friday, November 13th, 2015. 7 – 8pm: Seminar
8 – 8.30pm: Documentary on Maritime trade on the Biển Ðông Sea (South China Sea)
Contact: Trang Nguyen, Minh_Trang.Nguyen@tufts.edu
Sponsor: Tufts Vietnamese Students Club, Tufts International Relations Department and IVCE.

Source : VSG.

Image « à la une » : illustration de l’ouvrage : Trần, Đức Anh Sơn & Vũ, Hữu San, Ngành đóng thuyền và tàu thuyền ở Việt Nam thời Nguyễn : phụ lục đôi nét về hàng hải nước Việt xưa, TP. Hồ Chí Minh : Nhà xuất bản Văn hóa-văn nghệ, 2014.

Gaston Đỗ Văn Điêm

GastonDoVanDiemM. Gaston Đỗ Văn Điêm, Đốc-Phủ-Sứ en retraite. Né en 1879 à Châu-Đốc (Cochinchine).

A fait ses études aux Collèges de M-Tho et de Chasseloup-Laubat.

Admis au concours général en 1898, est entré dans l’Administration locale de la Cochinchine en 1899 comme Élève-secrétaire.

Après avoir franchi successivement les échelons de la hiérarchie du cadre secondaire, a subi avec succès l’examen de huyn et est entré dans le cadre supérieur avec le grade de huyn de 2e classe.

A été admis à la retraite en 1933, après 34 ans de services, avec le grade de Đốc-Phủ-Sứ de classe exceptionnelle.

Durant sa carrière administrative, a servi dans plusieurs provinces de la Cochinchine et a dirigé les circonscriptions de : Rch-Kiên, Lai-Vũng, Ca-Lành, Chef-lieu Trà-Vinh, Phú-Quc, Thốt-Nốt, Phú-Lc, Késach, Vụng-Liêm, Chef-lieu Vĩnh-Long, Vĩnh-Châu, Gia-Rai.

Se consacre activement, depuis sa mise en retraite, au commerce de céréales pour le compte d’une grande maison européenne d’exportation de Saigon. Exploite actuellement une importante plantation de caféiers sur le plateau des Bolovens au Laos.

Chevalier de la Légion d’Honneur.

Source : Gouvernement général de l’Indochine, Service de l’Information, Souverains et notabilités d’Indochine. Notices par ordre alphabétique, Hanoi, IDEO, 1943, pp. 19-20.

Andrew Hardy: Commerce et diplomatie dans les relations plaine-montagne au centre Vietnam [CASE 28/11/2014]

[ndlr] Prochain séminaire du CASE avec l’historien Andrew Hardy.

Logo_CASE

Séminaire de Master — Histoire sociale de l’Asie du Sud-Est à l’époque moderne

La double légitimation des pouvoirs aux époques moderne et contemporaine

Grégory Mikaelian (CNRS – UMR 8170) et Emmanuel Poisson (U. Paris Diderot – UMR 7219)

 

Vendredi 28 novembre de 14 h à 16 h

« Commerce et diplomatie dans les relations plaine-montagne au centre Vietnam : la muraille de Quang Ngai (XIXe siècle) »

Andrew Hardy (École française d’Extrême-Orient / CNRS, Centre Asie du Sud-Est)

Salle : 475 C

Université Paris Diderot

Bâtiment des Grands Moulins – Aile C – 4e étage

16 rue Marguerite Duras

75013 Paris

Trương Văn Cầm

TruongVanCamM. Trương Văn Cầm, Administrateur de la Société Alcan Saigon. Né en 1901 à Cholon.

Ancien élève du Collège Chasseloup-Laubat.

Bachelier ès-Sciences mathématiques (Montpellier).

Diplômé de l’École des Hautes Études Commerciales de Paris, promotion 1924.

A fait ses études en France de 1918 à 1924. Rentré en Cochinchine fin 1924 et a travaillé au groupe Suzannh, Camlien et Anloc comme chef-comptable de 1925 à 1927.

De 1928 à 1929, secrétaire particulier de M. le Consul Général de France Bodard, à Batavia (Java).

En 1929, revenu en Cochinchine pour s’occuper de la vente de phosphate pour le compte de la Société Nouvelle des Phosphates du Tonkin et a placé durant les années 1929-1930 et 1931 plus de 300.000 sacs de phosphates dans toutes les régions de la Cochinchine.

En 1935, entré au Grands Magasins Charner comme chef du Service d’expédition et nommé chef du rayon d’Alimentation en 1936.

En 1937, engagé par la Société Alcan Saigon S. A. pour organiser les départements : Import et Export, Engrais, branche qui ont atteint un développement important, qui, en l’espace de 4 ans, a vendu plus de 600.000 sacs d’engrais divers (azotés, potassiques, phosphatés) pour toutes les cultures du pays d’un montant total dépassant 4 millions de piastres.

A été récemment nommé Administrateur de la Société avec procuration.

Source : Gouvernement général de l’Indochine, Service de l’Information, Souverains et notabilités d’Indochine. Notices par ordre alphabétique, Hanoi, IDEO, 1943, p. 7.