Archives par mot-clé : commémoration

Le “Néo Dai Viêt” fête ses 55 ans d’existence

Depuis la chute de Saigon en 1975, le paysage politique vietnamien s’est réduit comme peau de chagrin. Les partis d’opposition, démocrates et non communistes, jugés “réactionnaires” ont tous été interdits, leurs leaders pourchassés, emprisonnés, exécutés ou relégués en exil forcé. Seuls quelques partis et mouvements para-communistes ont été tolérés par le nouveau pouvoir acteur de la réunification par la force. L’existence en exil de quelques formations politiques historiques, réprimées sur la longue durée par le colonialisme français et le totalitarisme communiste tient du miracle.

En 1988, les fantomatiques Parti Démocratique et Parti Socialiste, fondés respectivement en 1944 et 1946, ont été dissous et l’État vietnamien est depuis lors cet État-Parti exclusivement dirigé par le Parti Communiste Vietnamien. Toutes autres formes d’organisations politiques (club, think tank, parti politique, associations indépendantes du pouvoir ou syndicat) sont formellement interdits par le régime.

Parmi les survivants, acteurs politiques majeurs sous la République du Viêt-Nam (1955-1975), il faut compter sur les partis nationalistes “traditionnels” anticoloniaux, le Viêt Nam Quôc Dân Dang, fondé en 1927 et dirigé par Nguyên Thai Hoc (guillotiné par les Français le 17 juin 1930 à Yên Bai) et le Dai Viêt Quôc Dân Dang, fondé en 1938 et dirigé par Truong Tu Anh (disparu en décembre 1946 à la suite de son arrestation par le Viêt-Minh)1. Ces deux partis républicains ont joué un rôle majeur dans l’avènement de l’État du Viêt-Nam, présidé par S.M. Bao Dai entre 1949 et 1954 puis dans la construction d’un État démocratique non communiste au sud du 17e Parallèle entre 1955 et 19752. La guerre et la partition du pays en deux Viêt-Nam (Nord contre Sud) entre 1955 et 1975 n’a pu favoriser l’accomplissement d’un pouvoir civil démocratique fort pour s’opposer au Nord Viêt-Nam totalitaire3.

De gauche à droite : Drapeau du Front QDD de 1945-1946 (également drapeau du VNQDD et du DVQDD) ; drapeau du Tân Dai Viêt de 1964 ; drapeau du Dai Viêt Cach Mang Dang (Dai Viêt Révolutionnaire) de 1965 (reprend le fond jaune et rouge du VNQDD de 1930).

Le dimanche 3 novembre 2019, en Californie, un débat politique intitulé “Berlin, Hong Kong, Viêt-Nam” était organisé à l’occasion du 55e anniversaire du Tân Dai Viêt ou Néo-Dai Viêt en exil aux Etats-Unis et en Europe depuis la chute de Saigon4. C’est pour nous l’occasion de revenir rapidement sur l’histoire de cette formation politique marquée par la figure de l’intellectuel Nguyen Ngoc Huy, décédé le 28 juillet 1990 en France5.

Le Néo-Dai Viêt, fondé le 14 novembre 1964, est une scission du parti Dai Viêt fondé en décembre 1938 par Truong Tu Anh. Cette nouvelle formation politique est mise sur pied sous la République du Viêt-Nam pour répondre à une nouvelle situation au Sud. L’assassinat du Président Ngô Dinh Diêm et le renversement de son régime semi-autoritaire ouvre la voix à une expression démocratique plus large. Le vide politique à la suite du renversement du régime diemiste est une opportunité pour les partis nationalistes traditionnels de se réorganiser et de jouer un rôle politique au Sud. En 1964, l’objectif du Néo-Dai Viêt est de participer activement à l’avènement d’un état de droit démocratique au Sud, selon lui le meilleur régime à opposer au Nord communiste. Le Néo-Dai Viêt n’opère pas dans la clandestinité comme les anciens partis nationalistes anticoloniaux. Son action est publique et il présente des candidats à chaque élection. En 1964 également, Nguyen Ngoc Huy, le principal fondateur, rénove et étoffe considérablement la doctrine politique dite de la “Survivance du Peuple” préconisée par Truong Tu Anh en 1939 dans le contexte du Viêt-Nam colonisé. Il publie la doctrine rénovée en deux volumes à Saigon sous le titre “Dân tộc sinh tồn : Chủ nghĩa Quốc gia Khoa học” (La Survivance du Peuple : un nationalisme scientifique)6.

L’idée de Nguyên Ngoc Huy est de fonder une véritable démocratie libérale et progressiste au Sud Viêt-Nam pour accompagner le développement économique et mettre en place des institutions étatiques fiables dans un pays divisé et miné par la guerre civile. Pour élargir son auditoire politique et rivaliser avec l’appareil communiste nordiste infiltré au Sud, le Néo-Dai Viêt créé une organisation de masse dénommée le Mouvement National Progressiste (MNP ou Mouvement National Radical, Phong Trào Quốc Gia Cấp Tiến) en 19697. Le Mouvement prend de l’ampleur, bénéficie d’une réelle assise dans le delta du Mékong lors des élections mais son leader le professeur Nguyên Van Bông est tué lors d’un attentat organisé par le réseau d’agents secrets dit du Comité de Sécurité T4 (pour la région de Saigon-Cholon) implanté au sud pour détruire l’appareil politique sudiste. Cette perte plonge de nouveau le Sud dans le chaos et le désarroi parmi la classe politique supportant l’idée d’un pouvoir civil. En effet, Nguyên Van Bông était pressenti pour devenir le futur Premier ministre de la République.

A l’heure actuelle, l’activité du Néo-Dai Viêt, à l’instar des autres partis politiques exilés, s’est considérablement réduite. Les membres qui sont nés au Viêt-Nam et ont participé à la vie politique de la République du Viêt-Nam avancent en âge et disparaissent chaque année, la jeune génération, moins impliquée dans les partis traditionnels, s’engage plus volontiers au sein de réseaux de lutte ou d’organisations rivales comme le Viêt Tân, plus modernes sur le plan de l’activisme. Cependant, le Néo-Dai Viêt exerce toujours une certaine influence sur le positionnement politique de la communauté exilée. Il organise régulièrement à l’instar d’un think tank des débats politiques sur la situation internationale et mobilise les jeunes générations à prendre conscience de l’impérialisme chinois en Asie du Sud-Est.

A l’aide de la doctrine de la “Survivance du peuple” qui anime toujours ce parti, il met en avant le “danger de disparition” du Viêt-Nam dirigé par un État-Parti pieds et mains liés avec Pékin. Il alerte sur la politique militaire de fait accompli de la Chine en Mer de l’Est (Biển Đông) et tente de proposer une solution politique pour un Viêt-Nam post-communiste8.

Le parti est actuellement présidé par M. Lê Minh Nguyên qui fait du combat pour la démocratisation du régime une priorité de son mandat (2017-2021)9. Fait remarquable, le jour de cette commémoration, un vieux militant de la première heure, M. Hoai Son Ung Ngoc Nghia, âgé de 96 ans, membre du Dai Viêt historique puis l’un des 14 co-fondateurs du Néo Dai Viêt en 1964, est monté à la tribune pour rappeler quelques points de l’évolution du parti rythmés par ses souvenirs personnels10. M. Ung Ngoc Nghia est l’un des derniers vétérans de la mouvance Dai Viêt. Son allocution fut suivie par celle du dirigeant actuel du Dai Viêt Quôc Dân Dang “canal historique”, M. Tran Trong Dat qui rappelait la nécessité d’unifier les différentes factions issus du Dai Viêt de 1938 dans la lutte pour le pays natal11. Ce rêve d’unification des factions Dai Viêt a trouvé ses limites en 1988 lorsque la même expérience a été tentée et n’a duré que quelques mois.

Enfin, les différents discours de ce 55e anniversaire furent suivis d’une journée de débat à travers trois interventions sur la chute du Mur de Berlin, sur la démocratie hongkongaise et sur la question de la démocratie au Viêt-Nam. En particulier, l’évolution de la lutte de Hong Kong face à Pékin donna lieu à de nombreux échanges.

A travers ce 55e anniversaire, les organisateurs font passer le message à leurs compatriotes à l’intérieur du pays que la lutte pour un autre Viêt-Nam est encore possible, ce que la résilience et la détermination des formations politiques nées sous la colonisation ou pendant la guerre civile démontrent.

FG, 09/11/2019.

Notes

  1. Voire notre panorama général des partis politiques vietnamiens sur Mémoires d’Indochine : Aperçu illustré sur les organisations politiques, religieuses et culturelles vietnamiennes contemporaines []
  2. Sur le rôle du Dai Viêt pendant la période baodaiste, voir notre étude : Dai Viêt, indépendance et révolution au Viêt-Nam. L’échec de la troisième voie (1938-1955), Paris, Les Indes savantes, 2012 []
  3. Raison pour laquelle, une catégorie dite “démocratie militaire” a été proposée par des chercheurs travaillant sur les régimes démocratiques en construction dans un contexte de guerre civile, concept auparavant pour les périodes antiques et modernes []
  4. Cf. Đảng Tân Đại Việt Kỷ Niệm 55 Năm Ngày Thành Lập Đảng ; Hội Thảo Chính Trị: Tường Bá Linh Sụp Đổ, DC Hồng Kông, Dân Chủ VN, Viêt Bao Online, 07/11/2019 []
  5. Sur le parcours politique de cet intellectuel voir notre chapitre d’ouvrage : « An Intellectual through Revolution, War, and Exile. The Political Commitment of Nguyen Ngoc Huy (1924-1990) »,in Nathalie Huynh Chau Nguyen (ed.), New Perceptions of the Vietnam War. Essays on the War, the South Vietnamese Experience, the Diaspora and the Continuing Impact, Jefferson (NC), McFarland, 2015, pp. 41-71 []
  6. Ces deux volumes interdits de circulation par les autorités communistes après 1975 comme la plupart des écrits politiques ont été réédités aux États-Unis en 2006 []
  7. Le terme “radical” est à comprendre dans le sens de Parti radical, social démocrate []
  8. Ce fut d’ailleurs l’objet d’un colloque avorté en 1993 à Hô Chi Minh-Ville marqué par l’arrestation de membres du Tân Dai Viêt co-organisateurs ou participants []
  9. Cf. Việt Luận phỏng vấn ông Lê Minh Nguyên Chủ tịch đảng Tân Đại Việt, Việt Luận, 1er mai 2019 []
  10. Đảng Tân Đại Việt Kỷ Niệm 55 Năm Ngày Thành Lập Đảng, art. cit. []
  11. Đảng Tân Đại Việt Kỷ Niệm 55 Năm Ngày Thành Lập Đảng, art. cit. []

Hommage aux travailleurs indochinois – 21 octobre 2018

[ndlr] Message de Pierre Daum.

Dimanche 21 octobre

Hommage aux “travailleurs indochinois”

organisé dans l’ancienne Poudrerie de Saint-Chamas
par les maires de
Saint-Chamas et de Miramas

  • 11h00 : dépôt de gerbes
  • 12h00 Vin d’honneur
  • 13h00: repas convivial (réservation obligatoire 0621573449)
  • 16h30: projection du film Une histoire oubliée (52 mn, 2017) en présence de la réalisatrice Ysé Tran

De 1945 à 1950, plus d’un millier d’ouvriers vietnamiens ont été envoyés par le gouvernement français pour répondre à la demande de main d’oeuvre des multiples entreprises de Lorraine. Avec le statut particulier d’”indigène”, c’est-à-dire encadré par l’État, comme dans les colonies. Le film d’Ysé Tran part à la recherche de l’histoire singulière de ces hommes, arrachés à leurs villages pour les besoins de la guerre. 20 000 “travailleurs indochinois” ont débarqué à Marseille en 1939-1940 afin d’être utilisés dans les usines d’armement. Parqués dans des camps dans le Sud de la France après la capitulation de 1940, ils travaillent sans salaire, dans tous les secteurs de l’économie. À travers des témoignages de travailleurs indochinois centenaires ou presque, de leurs épouses et surtout de leurs enfants, et grâce à la découverte d’un fonds d’archives inédites, le film d’Ysé Tran dévoile enfin cette page longtemps ignorée de l’histoire ouvrière en Lorraine.

Fiche du film sur : Film documentaire

1948-2018 : 70 ans d’existence du drapeau du Viêt-Nam libre

[ndlr] A l’occasion du 70ème anniversaire du Drapeau du Viêt-Nam libre, initié par l’AGEVP (Association Générale des Étudiants Vietnamiens de Paris) avec le soutien d’autres associations, une grande marche s’est déroulée à Paris le samedi 9 juin 2018.

Le défilé qui serpentait dans le 13e arrondissement a rassemblé environ 450 personnes. Cette manifestation colorée a été un moment fort pour signifier l’attachement des réfugiés vietnamiens et des générations suivantes à un symbole national en vigueur au Viêt-Nam entre 1948 et 1975 et un symbole communautaire pour de nombreux réfugiés politiques après 1975 à travers le monde. Particulièrement importante aux États-Unis, au Canada, en Australie ou en Europe, la communauté vietnamienne reste attachée aux valeurs de liberté, de progrès et de justice sociale du pavillon aux trois bandes rouges.

L’argumentaire de cette manifestation en précisait le contexte :

  • 1948 : le 10 décembre, l’Assemblée générale des Nations Unies adopte la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme à Paris au Palais de Chaillot.
  • 1948, le 2 juin, six mois plus tôt, le Gouvernement Central Provisoire du Vietnam adopte comme drapeau national « Cờ Càn », le Drapeau Jaune avec trois bandes rouges continues, et comme hymne national « Thanh niên hành khúc », “La marche de la Jeunesse”.

Le choix de ce drapeau est fondé sur sa signification et son symbole : les couleurs jaune et rouge représentent le peuple vietnamien de peau jaune et de sang rouge.

Historiquement, le fond jaune constitue la représentation des différentes dynasties du Vietnam, avec des écritures centrales en rouge variant selon les époques. « Cờ Vàng », le Drapeau Jaune est l’empreinte de l’Histoire vietnamienne et de ses traditions millénaires.

Les trois bandes rouges ont un sens particulier : elles symbolisent la réunification des trois régions, reconnue en 1948 après des décennies de lutte, pour laquelle des hommes et des femmes se sont sacrifiés. Elles incarnent la liberté, la démocratie et la souveraineté :

– Liberté, ou le droit à l’expression de son opinion, dans le respect de l’ordre social,

– Démocratie, où le vote citoyen et le pluralisme politique conditionnent l’évolution sociale et politique du pays,

– Souveraineté, ou le droit et le devoir de préserver son identité, son âme de toute ingérence extérieure.

Mais au Vietnam, qu’en est-il aujourd’hui ?

70 ans après, le Drapeau Jaune flotte toujours, pour nous rappeler la nécessité absolue de ces principes, seuls garants d’un état indépendant de toute puissance étrangère et qui reconnaît à ses citoyens leurs droits humains, civils et politiques.

“Pour un Viêt-Nam libre, démocratique et souverain”… rappelle la grande banderole de début de défilé. Alors que le pays traverse depuis 2011 des périodes de tension liée à l’expansionnisme chinois et que des interrogations se posent de nouveau sur le rôle de l’État-Parti vietnamien face à son grand voisin du nord, ce symbole est réapparu au Viêt-Nam même comme un défi de légitimité.

FG

Photos : © AGEVP

Reportage court :

Reportage de la chaîne STBN :

Reportage de RFA :

Chants de lutte et d’espoir :
;

Célébration des 70 ans du Drapeau Jaune du Vietnam Libre – samedi 9 juin 2018

[ndlr] Annonce de la journée de commémoration de la création du drapeau jaune aux trois bandes rouges il y a 70 ans. Une marche est organisée le samedi 9 juin dans les rues du XIIIe arrondissement de Paris (quartier asiatique) suivi d’une rencontre-débat. Présentation en vietnamien et en français. Texte des associations organisatrices.

Cờ Vàng ba sọc đỏ là lá cờ trong con tim và khối óc của muôn triệu người dân Việt thiết tha với Tự Do, Dân ChủTự Chủ, không chấp nhận sự lấn át đã dần biến thành một hình thức đô hộ của Trung Cộng, không chấp nhận sự kiện bán nước của đảng CSVN đang độc quyền cai trị.

Nhân dịp 70 năm cờ vàng ba sọc đỏ, 1948 – 2018, THSV VN Paris cùng các tổ chức đồng đứng ra tổ chức mùa Vinh Danh 70 Năm Cờ Việt Nam Tự Do.

Ngày thứ bảy 09/06/2018

10g30 – Diễn hành Cờ Vàng tại ( Paris store) 44 avenue d’Ivry – 75013 Paris

13g15 – Ăn trưa, Hội thảo, Văn nghệ tại M.A.S. 10 rue des Terres au Curé – 75013 Paris

Hãy cùng nhau tham dự đông đảo để thành kính tưởng niệm các anh hùng tử sỹ đã hy sinh dưới lá cờ này, khẳng định tiếp tục cuộc đấu tranh cho Việt Nam Tự Do, Dân Chủ,Tự Chủ, và hỗ trợ những nhà tranh đấu quốc nội.

Xin gửi đến quý Bác, các Anh Chị Em lộ trình buổi sáng mùng 9 tháng 6; xin mời các thiếu nữ cùng mặc áo dài quần trắng, và các thanh niên quần xậm áo trắng, cho cuộc diễn hành thật trang nghiêm.

Tổng Hội Sinh Viên Việt Nam tại Paris.

★ ★ ★

Pour des millions de Vietnamiens, le Drapeau Jaune aux trois bandes rouges est le symbole de la Liberté, la Démocratie et la Souveraineté. Il est le refus de toute ingérence étrangère, de la Chine actuellement. Il est l’opposition à l’autocratie du gouvernement de Hanoi, qui jugule le peuple et dilapide le patrimoine vietnamien.

2018 : l’A.G.E.V.P. lance avec de nombreuses associations de la communauté vietnamienne en France, en Europe et dans le monde, une campagne de célébration des 70 ans du Drapeau Jaune du Vietnam Libre.

Samedi 09/06/2018

10h30 : Défilé du Drapeau Jaune, départ 44 avenue d’Ivry, 75013 Paris

13h15 : Déjeuner puis Conférence – Débat – Animations à la M.A.S. 10 rue des Terres au Curé, 75013 Paris

Venez nombreux à cette journée d’action et d’échange.

Rendons hommage aux personnes qui ont donné leur vie pour les Valeurs de ce Drapeau.

Soutenons les hommes et les femmes qui en ce moment, luttent pour la Liberté, la Démocratie et la Souveraineté du Vietnam.

Veuillez trouver ci-joint l’itinéraire du Défilé du matin du 9 juin prochain;  la tenue d’une tunique blanche ou d’une chemise blanche renforcera la solennité de notre Marche.

Association Générale des Etudiants Vietnamiens de Paris –  http://www.agevp.com/ – mail: agevp@agevp.com
132 avenue d’Italie – 75013 Paris
– Défendre la liberté, préserver la culture, préparer la jeunesse –

Bùi Tín : Nén hương lòng nhân ngày 30 tháng Tư

[ndlr] La voix du colonel Bùi Tín (né en 1927), exilé politique résidant en France depuis 1991 et journaliste indépendant. Dans le texte qui suit intitulé “Un encens de compassion pour le 30 avril”, il publie un appel à la réconciliation nationale lancé au gouvernement communiste vietnamien à l’occasion de cette journée commémorative.

Le 30 avril 1975, date de la chute de Saigon, Bui Tin était présent au Palais de l’Indépendance lors de la capitulation du dernier gouvernement de la République du Viêt-Nam alors présidée par le général Duong Van Minh. Il est l’auteur de nombreux textes de réflexion sur le destin du Viêt-Nam contemporain, le communisme et la guerre.

Ngày kỷ niệm 30/4/1975 – 30/4/2018 đã tới.

Tôi viết bài báo ngắn này như thắp một nén hương lòng, đầy trĩu lo buồn vì từng là một nhân sống tại chỗ cho sự kiện lịch sử 30/4/1975, nhưng 43 năm qua tình hình đất nước xấu đi trông thấy về mọi mặt, chính trị lạc hậu, Nhà nước tham nhũng, đảng Cộng San thoái hóa suy thoái thê thảm, Công an và Quân đội mất phương hướng phục vụ nhân dân, xã hội băng hoại, đạo đức suy đồi, nền giáo dục vỡ trận.

Cuộc hòa giải dân tộc tùng hứa hẹn đã bị cố tình lãng quên và phản bội. Các lời cam kết long trọng ghi trên giấy trắng mực đen « tôn trọng quyền tự quyết của nhân dân miền Nam Việt Nam » và « không dùng vũ lực để thôn tính nhau » đã bị xâm phạm thô bạo vì đường lối đấu tranh giai cấp Mác-xít coi bạo lực luôn đồng nghĩa với cách mạng.

Đã có lời kêu gọi tâm huyết của Giáo sư đảng viên Đào Công Tiến, nguyên hiệu trường Đại Học kinh tế phía Nam từ năm ngoái là nên tổ chức một cuộc đại Cầu siêu, đại Sám hối nhân dịp này, tổ chức thăm viếng thắp hương, dâng hoa… tất cả các nghĩa trang lớn nhỏ, phần mộ các liệt sỹ hy sinh và mất tích thuộc tất cả mọi bên trong chiến tranh, phía Quân đội Nhân dân cũng như phía Quân đội Viềt nam Cộng hòa, các nghĩa trang của các đạo Phật giáo, Cao Đài, Hòa Hảo, Tin lành… cũng như các nghĩa trang quân đội Hoa kỳ, Canada, Tân tây lan, Úc, Thái lan… nếu còn có trên đất nước ta.

Lire la suite : VOA

Oanh Ngo Usadi : I saw and heard Saigon falling, 43 years ago today

[ndlr] La chute de Saigon dans la mémoire d’une famille exilée.

After three decades of bloodshed, Vietnam’s civil war abruptly ended 43 years ago today, on April 30, 1975. The events surrounding this date are seared into the minds of every Vietnamese person of a certain age.

I was not yet four years old, but these are some of my earliest memories. There was no longer a North and South Vietnam divided at the 17th parallel, only the Socialist Republic of Vietnam.

Days before, the radio inside our house in Saigon had been ticking off provinces that had fallen into North Vietnamese hands: some of them the hometowns of my relatives. As rumors of gory revenge preceded the communists’ advance, thousands of people abandoned their homes and fled to any place that was still free. Many, including my aunts, with husbands away fighting in the South Vietnamese Army, ended up at our house.

The presence of so many visitors had the feel of Tet, the Vietnamese New Year. But for this reunion, the mood was far from celebratory. I recall hearing the word hoa binh, meaning peace, sprinkled in conversations. My father explained that it meant the end of fighting and soldiers on both sides could go home. “For you, there would be no more hiding under the counters and staircases,” he said to me.

Lire la suite : Washington Examiner, 30/04/2018.

Commémoration du 30 avril 1975(“Black April”) en Californie :

 

Inauguration à Paris d’une stèle en hommage aux victimes des Khmers rouges

[ndlr] Communiqué de la FIDH (Fédération internationale des Droits de l’homme) concernant l’édification de la stèle commémorative à Paris dédiée aux victimes du régime des Khmers rouges.

Ce mardi 17 avril 2018, la Ville de Paris inaugurera le premier lieu de mémoire en Europe en hommage aux victimes du régime des Khmers rouges, en partenariat avec la FIDH, le Haut Conseil des Asiatiques de France et de l’association des Victimes du Génocide des Khmers rouges.

Date et lieu :

Mardi 17 avril 2018 à 09h15

Parc de Choisy (Paris 13e)

“Après la condamnation des dirigeants Khmers rouges pour crimes contre l’humanité par les Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens, l’inauguration du mémorial en l’honneur des victimes de ces crimes à Paris représente une mesure de réparation longtemps attendue, notamment par la diaspora cambodgienne en France. Le devoir de justice accompagné du devoir de mémoire apportent une contribution indispensable à la garantie de non-répétition de tels crimes qui heurtent la conscience de l’humanité.”

Patrick Baudouin, Président d’honneur de la FIDH et avocat de parties civiles dans le dossier 002 devant les CETC.

Lire la suite : FIDH

Pour en savoir plus :

Image “à la une” : © FIDH DR