Archives par mot-clé : colonisation

De l’Indochine au Viêt Nam : la colonisation des corps à l’oeuvre et en débat

LaColonisationDesCorps_Débat[ndlr] A l’occasion de la Journée internationale de la femme (8 mars) et de la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale (21 mars), le Centre d’études postcoloniales de Lyon a organisé une rencontre-débat à la librairie Terre des Livres à Lyon autour de l’ouvrage collectif La colonisation des corps dirigé par Agathe Larcher-Goscha et François Guillemot.

La rencontre a débuté par une présentation des objectifs du Centre d’études postcoloniales de Lyon par Adama Sidibé (auteur d’une thèse en philosophie à Paris 8 : Réflexions sur la gouvernementalité en Afrique noire postcoloniale. La postcolonie repensée à travers une lecture Foucaldienne) suivie d’une présentation par François Guillemot (texte ci-dessous) de l’ouvrage en question.

Elle s’est poursuivie avec une communication de Paul Mvengou Cruzmerino sur un des aspects de sa récente thèse en anthropologie soutenue le 6 février 2015 et intitulée Entre Afriques et Amériques latines. Citoyennetés, mémoires noires et mondialisations. Le Gabon et le Mexique noir (Université Lumière Lyon 2).

 

De l’Indochine au Viêt-Nam :

La colonisation des corps à l’œuvre et en débat

Cet ouvrage constitue le premier aboutissement d’un projet sur la problématique du corps en Asie (le Viêt-Nam étant un cas parmi d’autres) que nous avons mis sur pieds en 2007, Agathe-Larcher Goscha et moi-même. Il s’est concrétisé par un colloque sur les « identités corporelles au Viêt-Nam » qui s’est déroulé sur deux jours en mai 2007 autour d’une vingtaine d’interventions. L’idée d’éditer les textes clés de cette manifestation scientifique était évidente mais a pris beaucoup de temps, à la fois dû à nos calendriers surchargés et à la difficulté de trouver un éditeur intéressé par notre projet sous la forme d’un ouvrage collectif.

Quoiqu’il en soit, Vendémiaire, un éditeur spécialisé dans les études historiques, a pris fait et cause pour ce projet éditorial et nous avons pu rassembler 14 contributions en les organisant en chapitres thématiques, abordant tour à tour un aspect de notre questionnement sur le corps. Il s’agissait de rappeler l’importance de cette problématique dans les études vietnamiennes (Huard et Durand, Connaissance du Viêt-Nam, 1954) mais aussi dans la vie sociale des Vietnamiens et de réfléchir sur son évolution à travers un vingtième siècle extrêmement violent, marqué par la guerre et par des bouleversements culturels, politiques, sociaux ou économiques.

Evoquons rapidement la genèse de la confrontation coloniale. Le Viêt-Nam (réunifié par l’empereur Gia Long en 1802) devait subir, à partir du milieu du XIXe siècle, les premières attaques contre son territoire et une monarchie déjà déclinante. Ce pays fut conquis par les armes et la guerre contre les corps que décrivit Pierre Loti (Trois journées de guerre en Annam, 1883) annonçait un siècle de turbulences précoces et d’une rare intensité jamais égalées dans les autres parties de l’empire colonial. Rappelons que le Viêt-Nam fut démantelé, je devrais dire « démembré » lors de la constitution de l’Union Indochinoise en 1887. Son territoire fut administrativement divisé en trois tronçons : Tonkin, Annam ou Cochinchine avec des degrés divers d’implication des forces coloniales mais le tout restant relativement proche d’une administration directe. Fière d’apporter à ce peuple colonisé « sa mission civilisatrice », la France affichait de fait un déni d’existence à cette civilisation ancienne à la fois autonome et sinisé. Cependant la modernité s’imposa aux Vietnamiens comme une contrainte mais aussi une évidence et ils en firent leur projet.

L’objectif de cet ouvrage est bien d’enquêter sur cette contrainte à travers la thématique du corps. L’ouvrage s’appuie sur une chronologie longue en débutant par les aspects culturels pré-coloniaux, décryptés dans le chapitre 1 par l’ethnologue et ethnobotaniste Dinh Trong Hieu. D’emblée, ce chapitre essentiel pour notre compréhension du « corps indigène » pose les marqueurs essentiels de ce qui constitue le corps chez les Vietnamiens : la face, la tête et le ventre. L’analyse des fonctions sociales des éléments les plus importants du corps est admirablement exposée ici. La face représente ce « moi social » si prégnant dans la société vietnamienne où l’on peut « perdre la face » dans son rapport à l’autre ; la tête qui surplombe tout (p. 39) et dirige l’être sans le penser. Celui qui pense, doute, hésite, s’exprime c’est le ventre combinaison de l’estomac et des entrailles. A l’appui d’un vocabulaire riche et expressif illustrant les actes de la vie quotidienne, Dinh Trong Hieu nous initie à la valeur de ce qui fonde la personne vietnamienne dans son intégrité corporelle, psychique, psychologique, culturelle et cultuel.

Le second chapitre de l’historien de la colonisation Alain Ruscio nous plonge directement dans cette altérité intimement liée au contact colonial. Ici le corps des autres est méprisé, incompris ou nié. Alain Ruscio expose les représentations dévalorisantes du corps colonisé pour ne pas faire oublier que l’entreprise coloniale fut profonde, touchant l’âme et les cœurs, mais aussi les corps dans leur gestuelle propre dans leur essence même. Le Vietnamien, malgré l’attirance qu’il exerce chez certains ne vaut finalement pas grand chose aux yeux du colonisateur. Il reste « étrange » à ses yeux. Ruscio montre tout compte fait que l’effort de compréhension vient du colonisé plutôt que du colonisateur. Nous retrouvons ici une thématique chère à Albert Memmi.

Cette première évaluation coloniale qui transparaît surtout dans la littérature des années vingt et trente, prend une dimension anthropométrique dans le chapitre trois. Agathe Larcher-Goscha, historienne, se penche sur un aspect peu connu de la colonisation en Indochine : la mise en coupe du corps indigène. Celui-ci est mesuré, examiné, exhumé, découpé, photographié jusque dans ses parties les plus intimes, pour produire des analyses qui nous paraissent aujourd’hui effarantes car teintées des préjugés de l’époque, eux-mêmes véhiculés dans les expositions coloniales. Il s’agit de mettre en avant l’infériorité (p. 103) de ce petit corps colonisé qui pourtant au regard de l’histoire fut bien téméraire, ce que quelques observateurs avisés avaient déjà noté (p. 103). Un discours sur la race se développe, on diserte sur la résistance du tirailleur annamite et au final des Vietnamiens finissent par s’approprier le discours colonial anthropométrique au service du nouveau nationalisme (p. 114).

L’altérité du corps indochinois est dûment interrogée dans le chapitre 4 de l’historien américain Christopher E. Goscha, specialiste justement de l’espace indochinois dans sa dimension transnationale. Dans une longue analyse fine sur la fabrique indochinoise des rois coloniaux, il expose en trois actes la neutralisation de l’empereur Bao Dai en le comparant à Norodom Sihanouk, cet autre roi indochinois, si différent par son exubérance. La coquille coloniale de Bao Dai est décryptée à travers son éducation à la française, sa mise sur le trône en 1932 « pieds et poings liés » à des fins de survie coloniale (après les soulèvements révolutionnaires de 1930) et la résistance passive qu’offrit l’empereur au fil de son mandat déclinant. L’impuissance royale de Bao Dai est contrebalancée par le génie et la gouaille d’un Sihanouk dont l’intelligence fut de mener tambour-battant sa croisade pour l’indépendance du Viêt-Nam en 1953 alors que Bao Dai vivait les derniers temps d’un Etat-associé aux prises d’une guerre fratricide. Dans une perspective d’une histoire culturelle croisée d’une histoire des mentalités, Goscha met à nu les deux rois pour mieux comprendre le drame qui se joua du côté de Bao Dai et de son pays.

La fabrique du roi laisse place au chapitre suivant aux pratiques alimentaires. Toujours dans un esprit comparatif, Erica J. Peters, chercheure américaine, met l’accent sur les gestuelles, les goûts, les pratiques culinaires et leurs portées sociales ou symboliques. Les plats, dangereux pour les uns et bons les autres (p. 184), sont étudiés à l’aune des conceptions culturelles opposées ou concurrentes ou encore ignorées. Elle expose toutes les difficultés qu’ont les Français d’Indochine des classes moyennes ou aisées à « manger à l’asiatique » (p. 196) et à se fondre dans les pratiques endogènes.

Le dégoût ou la méfiance pour les pratiques culinaires rejoint les préoccupations du chapitre de l’historienne Isabelle Tracol-Huynh sur les prostituées du Tonkin. Au fil d’une analyse pertinente, elle décrypte le corps à corps colonial, entre désir et répulsion, dont est l’objet les travailleuses du sexe dans un contexte colonial. Elle ne néglige pas non plus la prostitution précoloniale qui revêtait des aspects plus culturels mais insiste sur le développement des nouvelles pratiques organisées et sanitaires liées au fort développement économique de l’Indochine (p. 210). Le tableau est édifiant lorsque sont abordées les questions de la domination masculine et coloniale sur un corps féminin peu érotisé, la question du péril vénérien, du corps malade rejeté et de la réglementation élaborée pour endiguer ce corps utilisé puis rejeté. La femme devient alors un « danger social » qu’il convient d’encadrer par des réglementations sanitaires qui relèvent plus de la surveillance que de l’intérêt sociologique (cet aspect de son travail nous renvoie à Michel Foucault).

Le sujet féminin, le « moi féminin » prend une autre dimension dans le chapitre de Nora A. Taylor. A travers l’émergence des Beaux-arts et de la figuration du nu, le corps des femmes passe de l’objet colonial au sujet libéré du renouveau littéraire des années 1990 et notamment revendiqué dans l’art-performance. Le corps est surtout « un support pour réclamer que les questions personnelles deviennent publiques » (p. 244). Il n’est pas tant travaillé en tant que tel mais reste dans une certaine mesure dans les canons esthétiques classiques. A l’exception du travail de l’artiste Dinh Y Nhi, la souffrance, la mutilation ou la violence sexuelle restent assez peu exposées.

Dans son chapitre sur la nouvelle littérature vietnamienne du Doi Moi (Renouveau) qui émerge dans les années 1990, Doan Cam Thi, spécialiste de la littérature vietnamienne contemporaine à l’Inalco, poursuit le questionnement d’Erica Peters cette fois-ci à travers les mots et les représentations littéraires. Elle expose le nouveau rapport que les écrivaines entretiennent avec l’écriture du corps qui diffère de celui de l’art figuratif. Celui-ci devient « jouissant », n’est plus complètement prisonnier des stéréotypes et se libère de la morale même si l’exercice s’avère compliqué dans une société encore très confucéenne dans ces codes extérieurs. Doan Cam Thi montrent que ces prises de paroles croissantes reflètent « une volonté de dire les sensations et les fantasmes proprement féminins » (p. 259). Il n’empêche que malgré la censure, les écrivaines peuvent aller assez loin en exposant leurs jouissances, leurs troubles mais aussi leur désarroi voire la mise en scène de leur mort comme dans le roman Blogger. Le « moi féminin », revendicatif, prend ici tout son sens.

Le corps féminin laisse place au chapitre suivant au corps homosexuel, « haut lieu de l’imaginaire » pour Richard Quang-Anh Tran. Son analyse de la réception de l’homosexualité masculine dans un Viêt-Nam en plein bouleversement nous ramène à cette vision de l’autre, cet indigène étrange, du temps de la colonisation. « L’autre » est désormais homosexuel et Richard Tran démontre comment cette identité est dévalorisée, méprisée et stigmatisée dans le vocabulaire, souvent blessant et caricatural, censé la décrire. Comme pour la prostituée du Tonkin colonial, le corps homosexuel vietnamien apparaît comme pathologique, potentiellement dangereux et dénaturé. L’imaginaire véhiculé par la presse et les médias se cantonne le plus souvent à réduire l’homosexualité à une pratique indécente dans laquelle les êtres fautifs disparaissent. Une thématique que l’on retrouve également dans le roman Les Collines d’eucalyptus de Duong Thu Huong.

Avec son chapitre sur la douleur, Eric T. Jennings, historien canadien, inaugure une partie de l’ouvrage qui glisse progressivement vers une lente dégradation des corps. Ici, il s’agit encore de coloniaux rongés par un mal être lié au climat tropical que seules la ville de Dalat semble atténuer. Randonnées et excursions servent à « replonger l’Européen dans un microcosme familier » (p. 308). Il tente d’évacuer ainsi douleurs multiples et ennuis que la station d’altitude promet de résoudre. La ville coloniale en effet est imaginée comme possédant des vertus curatives et offrant toutes les possibilités d’un séjour médical réussi.

La question médicale est au cœur du texte de l’historienne Laurence Monnais titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur le pluralisme en santé. Elle s’attache dans son chapitre à retracer l’histoire du médicament en Indochine, de son commerce et de son industrialisation. Son analyse socio-économique s’intéresse autant aux maladies ou affections combattues (paludisme, rachitisme, neurasthénie) qu’aux pratiques médicamenteuses mêlant pratiques anciennes et modernes (p. 324) rappelant l’exemple cambodgien étudié dans un ouvrage d’Anne Guillou sur la médecine dans ce pays. L’hybridation et le métissage dans les usages finissent par s’imposer.

Lorsque l’on ne peut plus soigner, le corps est soumis à une dégradation irréversible. C’est l’objet de mon chapitre qui s’intéresse à un groupe social constitué en RDVN pendant la guerre du Viêt-Nam et composé de jeunes femmes à plus de 50 %. Les corps mobilisés, en un corps de « volontaires » constitué au service du militaire, subissent toutes les épreuves de la guerre et du choix de sa féminisation par les dirigeants de la RDVN alors emprunts de maoïsme. Après avoir retracé succinctement l’histoire de la création des Jeunesses de choc, nous avons mis l’accent sur leur utilisation sur le front de guerre notamment sur la Piste Hô Chi Minh. Le tableau est saisissant tant les corps sont exposés aux dégradations physiques les plus extrêmes jusqu’à la folie et la mort. La fin de la guerre ne met pas fin aux terribles souffrances et traumatisme des femmes engagées mais le « triomphe de la virilité » impose que l’on étouffe l’autre vision de la guerre portée par les femmes, une vision en prise directe avec la réalité.

Souffrir, mourir mais bénéficier d’une sépulture décente n’est rien en comparaison de la disparition des êtres. Le chapitre du chercheur sud-coréen Heonik Kwon s’intéresse aux « âmes errantes » des 300.000 disparus de la guerre du Viêt-Nam. Comment apaiser leur courroux lorsqu’ils continuent de hanter la vie des vivants ? Comment leur offrir une place sur l’autel des ancêtres lorsque la guerre expulse les « mauvais » fils et ne conservent que les bons ? Comment gérer socialement les morts violentes du massacre de My Lai, notamment celle des enfants ? Comment se libérer du deuil des défunts de la guerre ? Autant de questions et de pratiques scrutées par Heonik Kwon dans un exercice très convaincant.

Pour conclure, le corps individuel est abandonné au profit des dynamiques démographiques et sociales exposées par Francis Gendreau, statisticien-démographe. C’est un « corps collectif » qu’il nous donne à voir avec une prise de distance intéressante. Les problématiques de la guerre, du handicap et de la maladie sont analysées à l’aune de l’ensemble du corps social vietnamien démontrant toute l’importance de ces questions sur le plan politique et rappelant les conséquences socio-économiques qu’elles induisent si elles ne sont pas prises en compte.

L’ouvrage se termine sur une invitation à quelques lectures sélectionnées pour aller plus loin dans la réflexion. A la croisée de l’histoire (prédominante tout de même), de l’anthropologie et de la sociologie, cet ouvrage permet d’ouvrir un riche débat sur la « colonisation des corps » pendant la période coloniale mais aussi sur la décolonisation de ces corps et ce qu’il en reste dans les pratiques quotidiennes des Vietnamiens.

François Guillemot, 14/03/2015.

 

La colonisation des corps. De l’Indochine au Vietnam [parution]

La_colonisation_des_corps[ndlr] Parution d’un ouvrage collectif dirigé par Agathe-Larcher Goscha et François Guillemot. Il est issu du colloque sur les identités corporelles au Viêt-Nam organisé à l’ENS de Lyon. Présentation de l’éditeur.

Avec les contributions de : Dinh Trong Hieu, Alain Ruscio, Agathe Larcher-Goscha, Christopher E. Goscha, Erica J. Peters, Isabelle Tracol-Huynh, Nora A. Taylor, Doan Cam Thi, Richard Quang-Anh Tran, Eric Jennings, Laurence Monnais, François Guillemot, Heonik Kwon, Francis Gendreau.

Symbolique de la tête, du ventre et des membres, poids de la gestuelle, représentations sexuelles ou anthropométriques tendant à classer cet être étrange qu’est le colonisé, fabrication d’un corps du roi conforme aux souhaits de la République française, perceptions renouvelées de l’environnement et du bien-être à travers les prescriptions de la modernité, enfin terribles effets de la guerre, corps meurtris, âmes sans repos hantant aujourd’hui encore un paysage où la tradition s’épuise à tenter d’absorber la violence du contemporain : telles sont quelques-uns des aspects dont traite ce livre, rapportant à l’Asie la thématique de l’histoire du corps désormais familière à l’Occident. De l’Indochine française au Viet Nam en guerre, plusieurs chercheurs de toutes nationalités ont été réunis pour mener à bien cette entreprise sans précédent.

François Guillemot est ingénieur de recherche à l’Institut d’Asie Orientale (CNRS / ENS de Lyon) ; ses recherches portent sur l’histoire politique et sociale du Viêt Nam contemporain. Agathe Larcher-Goscha est spécialiste de l’histoire coloniale de la péninsule indochinoise et traductrice.

Source : Éditions Vendémiaire

Communiqué de presse Colonisation des corps (PDF)

Réf. Guillemot, François & Larcher-Goscha, Agathe, La colonisation des corps. De l’Indochine au Vietnam, Paris : Éditions Vendémiaire, coll. Chroniques, 2014, 443 p.

Table des matières

Remerciements, p. 5-7

François Guillemot & Agathe Larcher-Goscha : Le Viet Nam à fleur de peau, pp. 9-27

Dinh Trong Hieu : La face, le ventre et autres symboliques du corps chez les Viet, pp. 28-60

Alain Ruscio : « Nous avons débarqué au milieu du peuple le plus étrange », pp. 61-81

Agathe Larcher-Goscha : La guerre des représentations anthropométriques, pp. 82-126

Christopher E. Goscha : Bao Dai et Sihanouk : la fabrique indochinoise des rois coloniaux, pp. 127-175

Erica J. Peters : Manger : pratiques vietnamiennes et identités européennes, pp. 176-199

Isabelle Tracol-Huynh : Désir et répulsion : les prostituées du Tonkin, pp. 200-228

Nora A. Taylor : L’autre exotique et le moi féminin, pp. 229-245

Doan Cam Thi : Quand elles écrivent leur corps, pp. 246-263

Richard Quang-Anh Tran : Le corps homosexuel, haut lieu de l’imaginaire, pp. 264-284

Eric Jennings : Dalat ou les Alpes en Indochine, pp. 285-312

Laurence Monnais : Les remèdes du bien-être, pp. 313-342

François Guillemot : Des jeunes filles mutilées, pp. 343-392

Heonik Kwon : Portés disparus, pp. 393-414

Francis Gendreau : Dynamiques démographiques, pp. 415-435

Bibliographie sélective, pp. 436-441

Biographies des auteurs, pp. 442-443

Signalons qu’Isabelle Tracol-Huynh vient de recevoir le Prix Jeune chercheur/se de la Ville de Lyon : « Récompensée pour ses études sur la réglementation de la prostitution et le gouvernement des corps à travers le prisme des mondes extra-européens, notamment l’empire colonial français en Asie au 20ème siècle ». Isabelle Tracol-Huynh, normalienne de Lyon, a soutenu sa thèse de doctorat d’histoire sur la prostitution au Tonkin à l’Université Lumière Lyon 2, dans un laboratoire commun CNRS/ENS de Lyon/Université Lyon2 : l’Institut d’Asie Orientale.

* * *

Liêm-Khê Luguern : Les « Travailleurs Indochinois ». Etude socio-historique d’une immigration coloniale

[ndlr] Signalement d’une thèse importante sur les « Travailleurs indochinois » soutenue le 19 juin 2014 à l’EHESS (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales).

 

Les « Travailleurs Indochinois »

Etude socio-historique d’une immigration coloniale

SoLinhTho
Source : Vietdom.Blog

Thèse pour l’obtention du doctorat d’histoire présentée par

Liêm-Khê Luguern sous la direction de Gérard Noiriel

 

Jeudi 19 juin 2014, 14h30

EHESS 190 av. de France, 75013 Paris, Salle 015

 

Résumé

Cette thèse retrace l’histoire des 20 000 Indochinois requis en métropole en 1939 par le ministère du Travail dans les usines travaillant pour la Défense Nationale avant d’être pour partie rapatriés entre 1948 et 1952. Elle analyse dans une démarche socio-historique l’élaboration d’un « récit » de l’histoire des « travailleurs indochinois » de la Seconde Guerre mondiale et les obstacles méthodologiques, épistémologiques et conjoncturels qui s’y sont opposés. Elle questionne l’apparition médiatique de la figure du « travailleur indochinois », dans un contexte de réception collective travaillé par la question des identités. Pour dépasser le cadre imposé par ce « présent mémoriel », l’histoire des « travailleurs indochinois » replace les parcours de ces hommes dans le mouvement plus large des circulations en situation coloniale et impériale. Elle met ainsi en évidence le poids du déterminisme social dans l’expérience migratoire. Au-delà du discours public et de la catégorisation étatique, la déconstruction d’une domination montre l’extrême diversité de situations et de parcours sociaux que masque l’entité « travailleurs indochinois ». Elle conduit ainsi à contester la notion d’« imaginaire colonial », en montrant que les représentations et les témoignages sont ici le produit d’une lutte et d’une coproduction où l’élite lettrée des Indochinois a joué un rôle majeur. Interrogeant le glissement actuel dans les débats publics du « social » vers le « racial », mais aussi les notions de « subalterne » et de « fracture coloniale » qui réduisent les rapports sociaux à l’antagonisme colon / colonisé, cette thèse entend ainsi contribuer à déconstruire la catégorie d’immigration postcoloniale.

Mots-clés : colonisation, catégorisation, élites indigènes, Indochine, migration, mémoire, post-colonial, représentation, réquisition, Seconde Guerre mondiale, Subaltern Studies, Viêt-nam

Jury :

  • Alban BENSA, directeur d’études EHESS
  • Andrew HARDY, maître de conférences, École Française d’Extrême-Orient (EFEO)
  • Gérard NOIRIEL, directeur d’études EHESS, directeur de thèse
  • Philippe PAPIN, directeur d’études, EPHE
  • Philippe RYGIEL (Rapporteur), professeur, Université Paris - Ouest - Nanterre - La Défense
  • Emmanuelle SAADA (Rapporteur), professeure associée, Université Columbia, New York

Source : IRIS / EHESS

Notice SUDOC : http://www.sudoc.fr/180145630

Génocides tropicaux. Catastrophes naturelles et famines coloniales. Aux origines du sous-développement [2003]

Davis_GénocidesTropicaux[ndlr] Une approche « longue durée » sur l’histoire de la colonisation et du climat et les conséquences sur le développement des pays colonisés. Paru il y a plus de dix ans (2001 en anglais dans sa version originale et 2003 pour la version française) cet ouvrage à thèse a fait débat pour son parti pris anti-libéral. Son auteur, Mike Davis, « chercheur inclassable de la gauche américaine » selon Libération, défend une histoire critique de la mondialisation. Titre original : Late Victorian Holocausts: El Niño Famines and the Making of the Third World. Réédité en 2006, présentation de l’éditeur ci-après.

À la fin du XIXe siècle, plus de cinquante millions de personnes moururent dans d’épouvantables famines qui survinrent quasi simultanément en Inde, au Brésil, en Chine et en Afrique. Déclenchées par le phénomène climatique aujourd’hui connu sous le nom d’El Niño, la sécheresse et les inondations provoquèrent des épidémies terribles, l’exode des populations rurales et des révoltes brutalement réprimées. C’est cette tragédie humaine absolument méconnue que Mike Davis relate dans cet ouvrage. Il montre en particulier comment la « négligence active » des administrations coloniales et leur foi aveugle dans le libre-échange aggrava de façon meurtrière ces situations catastrophiques. Ce livre offre une description saisissante des méfaits du colonialisme et de son régime politique et économique. Il présente ainsi un autre regard sur la naissance du tiers monde, en construisant une double histoire économique et climatique du développement qui conduit à penser l’interconnexion des deux grandeurs, naturelles et humaines, dans le cadre de ce qui était déjà, au XIXe siècle, un « système-monde ». À bien des égards, Génocides tropicaux ajoute un chapitre important au grand « livre noir du capitalisme libéral ».

Table des matières :

RemerciementsIntroduction – Vacances au pays des famines – L’histoire secrète du XIXe siècle – Les « forçats de la faim » – Définitionspréalables – El Niño – Sécheresse – Famine (causalité) – Famine (mortalité due à la) – Holocauste (image de l’) – I. La grande sécheresse, 1876-1878 – 1. Les fantômes de Victoria – Le Néron des Indes – Le « salaire de Temple » – La « grève des secours » – Lytton descend de l’Olympe – « Meurtres de masses » – Famine et nationalisme – 2. Quand les pauvres dévorent leur propre toit – La Chine – Le Brésil – 3. Messies et canonnières – Sécheresse et projets impériaux en Afrique – Les tombes à ciel ouvert d’Afrique du Nord – Le nombre des victimes dans le monde II. El Niño et le nouvel impérialisme, 1888-1902 – 4. Le gouvernement de l’enfer – Après la charrue, la sécheresse – Éthiopie : « jours cruels » – Le jihad vaincu par la famine – Apocalypse fin de siècle ? – 5. Le carnaval des squelettes – « Les charniers du gouvernement » (1896-1897) – Malheur aux petits enfants – Le ciel bleu de la famine (1899-1902) – « Un vice-roi authentiquement impérialiste » – Le « chant de la famine » – L’enfer du Gujarat – 6. Révolutions millénaristes – Chine : quand les chrétiens « mettent le ciel en bouteille » – Brésil : la guerre de la Fin du monde – Asie : la famine comme stratégie coloniale – Afrique : les Européens vus comme des sauterelles – Des séquelles durant tout le XXe siècleIII. À la recherche d’ENSO – 7. Le mystère des moussons – Une science impériale – Socialisme et taches solaires – Géopolitique et oscillation australe – Bjerknes et le paradigme ENSO – Un régime multidécennal ? – 8. Climats de famine – Téléconnexion et causalité – Les climatologies régionales du phénomène ENSOUne chronologie du phénomène El NiñoIV. Écologie politique des famines – 9. Les origines du tiers monde – « Mauvais climat » ou « mauvais système » ? – Les « lois de cuir » contre les « lois de fer » – Perspectives sur la vulnérabilité – La défaite de l’Asie – L’économie de la fin de l’ère victorienne – Étalon or et militarismeL’hypothèse malthusienne – Le déficit d’irrigation – 10. Inde : la modernisation de la pauvreté – La misère nue des producteurs de coton – Affamés par le boom céréalier – L’État colonial – Enclosures victoriennes – Le déclin de l’irrigation indigène – 11. Chine : la révocation des mandats – De l’autarcie au marché – L’épuisement des réserves des greniers – Corruption et décentralisation – La rançon de l’âge d’or – La déforestation de la Chine du Nord – La crise de la Commission du fleuve Jaune – L’abandon de l’aménagement hydraulique – 12. Brésil : race et capital dans le Nordeste – Colonialisme informel et pouvoir d’État – Eugénisme et involution économique – Le déclin écologique – Le boom du coton – La farce de l’irrigation – Notes.

L’auteur :

Mike Davis, né en 1946 à Fontana (Californie), ancien camionneur et ouvrier d’entrepôt frigorifique, enseigne aujourd’hui la sociologie urbaine. Chercheur indépendant doté d’une grande curiosité interdisciplinaire, il a publié un livre sur l’histoire de la classe ouvrière américaine, intitulé Prisoners of the American Dream. City of Quartz (La Découverte, 1998 ; nouvelle édition La Découverte/poche, 2000), Génocides tropicaux (La Découverte, 2003 ; nouvelle édition 2006) et Au-delà de Blade Runner (Allia, 2006). Il a reçu le « Best Book Award de la American Social Science » et le prix 1998 « Lire la Ville ».

Source : La Découverte

Pour en savoir plus :

  • CR de lecture de Cyrille Ferraton, « Mike Davis, Génocides tropicaux. Catastrophes naturelles et famines coloniales (1870-1900). Aux origines du sous-développement, Paris, La Découverte, 2003, 479 p., trad. Late Victorian Holocausts, El Niño Famines and the Making of the Third World, 2001. », Astérion [En ligne], 2 | 2004, mis en ligne le 05 avril 2005. URL : http://asterion.revues.org/97
  • CR de lecture de Alicia Sliwinski, Génocides Tropicaux. Catastrophes naturelles et famines coloniales. Aux origines du sous-développement by Mike Davis; Marc Saint-Upéry (trad.), Anthropologica, Vol. 45, No. 2 (2003), pp. 307-309.

Daniel Hémery : L’Indochine à l’âge des extrêmes – protestations et révolutions (XIXe-XXe) siècles [2007]

[ndlr] Une synthèse incontournable mise en ligne en février 2007. A lire sur le site Europe solidaire sans frontières (ESSF).

"La chasse aux pirates faute de tigres" © Deroo
Nord-Tonkin 1908. « Pirates » décapités après l’affaire des empoisonneurs © Eric Deroo & Pierre Vallaud

 

L’Indochine à l’âge des extrêmes :

protestations et révolutions (XIXe-XXe) siècles

Daniel Hémery (13 février 2007)

I. 1858-1896
Les sociétés indochinoises face à leur mise en dépendance coloniale (1858 – 1896)

II. 1900-1939
Protestations anti-coloniales, nationalisme et communisme, mouvements sociaux (1900-1939)

III. 1940-2006
De la « Guerre des dix mille jours » à la mondialisation (1940-2006) : la révolution déconcertante

* * *

Daniel Hémery un historien français, spécialiste de l’histoire de la péninsule indochinoise. Auteurs d’ouvrages de référence sur Ho Chi Minh, l’Indochine coloniale et les révolutionnaires vietnamiens. Enseignant-chercheur à la retraite, ancien MCF à l’Université Paris Diderot Paris 7.

  • Révolutionnaires vietnamiens et pouvoir colonial en Indochine. Communistes, trotskystes, nationalistes à Saigon de 1932 à 1937, Paris, François Maspero, « Bibliothèque socialiste », 1975.
  • Guide de recherches sur le Vietnam. Bibliographies, Archives et Bibliothèques de France, Paris, L’Harmattan, « Racines du présent », 1983 (ouvrage collectif).
  • Les servitudes de la puissance. Une histoire de l’énergie, Paris, Flammarion, 1986 (ouvrage collectif).
  • Hô Chi Minh. De l’Indochine au Vietnam, Paris, Gallimard, « Découvertes Gallimard », 1990.
  • Indochine, la colonisation ambiguë, 1858-1954, Paris, Editions La Découverte, coll. « textes à l’appui/série histoire contemporaine », 2001 (nouvelle édition augmentée et mise à jour).

Voir également la Bibliographie partielle mise en ligne sur le site de ESSF (pdf).

Nguyen Thuy Phuong : L’école française au Vietnam de 1945 à 1975 [thèse en ligne]

Nguyen Thuy Phuong a soutenu sa thèse de doctorat en Sciences de l’éducation le 20 septembre 2013 à l’Université Paris Descartes. Sa thèse est désormais en ligne sur le site de Paris Descartes. Elle peut être téléchargée en cliquant sur le titre :

L’école française au Vietnam de 1945 à 1975

* * *

logoUniversitéParisDescartes_SHSanté

L’école française au Vietnam de 1945 à 1975. De la mission civilisatrice à la diplomatie culturelle

Résumé en français :

Ce travail de recherche historique retrace l’évolution de l’école française au Vietnam de 1945 à 1975, en s’appuyant à la fois sur les archives et sur les témoignages d’anciens élèves et professeurs. Dans l’Indochine coloniale, sous couvert de la « mission civilisatrice », les Français instaurent un système éducatif destiné à produire des subalternes, leur crainte étant de créer des « déclassés » menaçants pour l’ordre colonial. Pourtant, en dépit des résistances officielles, les élites vietnamiennes font entrer leurs enfants dans les lycées français réservés en principe aux Européens, s’appropriant en partie ces établissements.

Après la Seconde Guerre mondiale, le Vietnam s’engage dans la voie de l’indépendance, obligeant les Français à repenser leur doctrine scolaire, qui, après avoir cru un moment que la France resterait « l’éducatrice de l’Indochine », se résolvent à un rôle d’accompagnement via la création d’une mission culturelle. Il n’est plus question de limiter l’accès des Vietnamiens aux lycées français mais au contraire de leur ouvrir les portes pour leur proposer un enseignement de haut niveau. La défaite française de Điện Biên Phủ en 1954, qui voit la France se désengager du Vietnam, accélère la mutation de l’ancien système éducatif colonial. En passant sous la tutelle des Affaires étrangères, l’enseignement français au Vietnam devient un instrument de la diplomatie culturelle. Les Français espèrent qu’une présence culturelle assurée notamment par leurs prestigieux lycées leur garantira une influence déterminante. Au Nord, dans la République Démocratique du Vietnam pro-soviétique, le Lycée Albert-Sarraut devient la seule école occidentale à fonctionner dans un État du bloc communiste, et permet aux Français de conserver en pleine Guerre froide un lien privilégié avec un pays considéré en Occident comme un ennemi. Cette expérience unique s’achève en 1965 faute d’entente entre Français et Nord-Vietnamiens sur la nature du lycée. Au Sud, dans la République du Vietnam nationaliste et pro-américaine, la situation reste plus longtemps favorable aux Français. Les élites vietnamiennes se pressent aux portes des lycées français, gages d’un enseignement de qualité et d’un meilleur avenir pour leurs enfants dans un pays en guerre. Pour les Français, cette attirance pour leurs écoles et pour la culture française leur permet de contrer l’influence grandissante des États-Unis, qui investissent lourdement dans la réforme de l’État sud-vietnamien et notamment dans celle du système éducatif. Cependant, les gouvernements sud-vietnamiens, pour des raisons politiques, décrètent à la fin des années 1960 la nationalisation progressive de ces écoles. Après la réunification en avril 1975, tous les établissements français sont rendus au Vietnam. Telle qu’il est raconté par l’histoire « officielle » des archives, le parcours du système d’enseignement français au Vietnam se termine donc par un échec. Au Nord comme au Sud, les satisfactions qu’en retirent les dirigeants français sont minimales. Les élites vietnamiennes ne se sont pas ralliées aux positions françaises. Culturellement, la francophonie au Vietnam régresse dès les années 1950.

En revanche, pour la centaine d’anciens élèves que nous avons interrogés sur cette période de leur vie, le système d’enseignement français est décrit comme un véritable succès, en dépit de parcours familiaux et scolaires particulièrement tourmentés. Leur perception de l’école française est unanimement positive. Ils ont étudié au sein de ces établissements dans une ambiance pacifique, studieuse et égalitaire. Ils reconnaissent à l’école française un rôle fondamental dans la construction de leur personnalité, ainsi que dans leur réussite personnelle au cours de leur existence. C’est grâce à cette école qu’ils sont devenus des êtres « complets », riches de leur double culture. De leur point de vue, l’école française au Vietnam après la colonisation est une réussite. On voit ici, au travers de cette comparaison entre l’interprétation historique et l’interprétation mémorielle de l’école française au Vietnam entre 1945 et 1975, combien histoire et mémoire sont complémentaires dans notre compréhension du passé.

Mots clés : Vietnam, Indochine, France, diplomatie culturelle, école, lycée, enseignement secondaire, politiques éducatives, colonisation, décolonisation

* * *

Résumé en anglais :

 

The French schools in Vietnam from 1945 to 1975: from the civilizing mission to cultural diplomacy

 

Thuy Phuong NGUYEN

PhD on Educational Sciences, University Paris Descartes

Abstract 

This historical research traces the evolution of the French schools in Vietnam from 1945 to 1975, drawing from archives and interviews with former students and teachers. In colonial Indochina, under the guise of the « civilizing mission », the French established an educational system designed to produce only subordinates, as they feared that a better education would create individuals likely to threaten the colonial order. Yet, in spite of the resistance of colonial authorities, Vietnamese elites always managed to send their children to the local French schools that were, in principle, open only to Europeans.

After World War II, Vietnam embarked on the path of independence, forcing the French to rethink their educational policy in a country that was no longer a colony. After believing for a while that France would remain « the educator of Indochina », the French accepted to play a supporting role in Vietnamese education through the creation of a cultural mission. There was no longer question of limiting access to French schools: rather, those schools opened their doors wide to Vietnamese students to offer them a high-quality education. The French defeat of Dien Bien Phu in 1954, which resulted in France’s political withdrawal from Vietnam, accelerated the transformation of the former colonial education system. Passing under the tutelage of Foreign Affairs, the French schools in Vietnam became an instrument of cultural diplomacy. The French hoped that their continuing cultural presence, and particularly their prestigious lycées, would grant them a decisive influence in Vietnamese affairs. In the North, in the pro-Soviet Democratic Republic of Vietnam, the Lycée Albert Sarraut became the only western school to operate in a communist nation, allowing the French to maintain a special relationship with a country that the West considered as an enemy. This unique experience was terminated in 1965 due to lack of agreement between the French and the North Vietnamese on the nature of the school. In the South, in the nationalist, pro-American Republic of Vietnam, the situation remained favorable to the French. Vietnamese elites rushed the gates of French schools, which promise them a quality education and a better future for their children in a war-torn country. For the French, the attractiveness of their schools and of French culture allowed them to counter the growing influence of the United States, who were then pushing ahead with reform, especially in the Vietnamese educational system. Nevertheless, the South Vietnamese government, for political reasons, decreed in the late 1960s the gradual nationalization of the French school system. After the Reunification of April 1975, all French schools were returned to the Vietnamese state. As told by the « official » history described in the archives, the story of the French educational system in Vietnam ends in failure. In both North and South Vietnam, French efforts in cultural diplomacy in Vietnam came to naught. Not only the Vietnamese elites did not concur with the French political positions, but the prominence of French language and culture actually decreased in Vietnam from the 1950s onwards.

However, the hundred or so alumni we have interviewed about this period of their lives have described the French school system as a success. Their perception of the French schools is overwhelmingly positive, in spite of all of the personal difficulties and travails caused by the wars. They enjoyed the peaceful, studious and egalitarian atmosphere of the lycées. Today, they praise the fundamental role that these schools played in the construction of their personality and in their lifetime achievements. This schooling made them fully realized human beings, possessors of a rich dual culture. From their point of view, the French schools in postcolonial Vietnam were successful. Through this comparison between the historical and memorial perception of the French educational system in Vietnam between 1945 and 1975, we see how history and memory complement each other for our better understanding of the past.

Keywords : Vietnam, Indochina, France, cultural diplomacy, school, high school, secondary education, educational policies, colonization, decolonization

Profil de Nguyen Thuy Phuong

Notice SUDOC : http://www.sudoc.fr/175621691

Isabelle Tracol-Huynh : Entre ordre colonial et santé publique, la prostitution au Tonkin de 1885 à 1954 [thèse]

Université Lumière Lyon 2

École doctorale 483 ScSo

Faculté GHHAT

Département d’histoire

Institut d’Asie Orientale

 

Entre ordre colonial et santé publique, la prostitution au Tonkin de 1885 à 1954

Isabelle TRACOL-HUYNH

Groupe de prostituées dans les années 1950. © Archives personnelles de RTV.
Groupe de prostituées dans les années 1950. © Archives personnelles de RTV. 

Thèse pour l’obtention du titre de docteur en Histoire de l’Université de Lyon délivré par l’Université Lumière Lyon 2

Sous la direction de Christian HENRIOT

 

Présentée et soutenue publiquement le jeudi 12 décembre 2013

ENS de Lyon, IAO, à 14h en salle R66, 15 parvis René Descartes, Lyon

Devant un jury composé de :

Sylvie CHAPERON – professeure à l’Université Toulouse 2 le Mirail

Christopher GOSCHA – professeur à l’Université du Québec à Montréal

Christian HENRIOT – professeur à l’Université Lumière Lyon 2

Dominique KALIFA – professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Philippe PAPIN – professeur à l’École Pratique des Hautes Études

 

Résumé :

Entre ordre colonial et santé publique, la prostitution au Tonkin de 1885 à 1954

L’étude de la prostitution au Tonkin pendant la colonisation française est celle d’un monde en mutation. Le développement de la prostitution est à relier directement avec les changements socio-économiques que connaît le Tonkin. La mobilité croissante des populations à l’époque coloniale a pour conséquence une urbanisation importante accompagnée d’une transformation radicale de la société urbaine. Ces changements favorisent une expansion à la fois quantitative et qualitative de la prostitution car de nouvelles formes apparaissent (chanteuses, danseuses, etc.).

Fenêtre ouverte sur un monde urbain en transformation, le monde prostitutionnel permet également de rendre compte de la complexité de la société coloniale dont il est le microcosme puisqu’il en reprend la hiérarchie raciale, les rapports de domination, de tension et de sympathie réciproque. Ce microcosme est placé sous le signe de la rencontre des genres et, surtout, des races, ce qui, en situation coloniale, ne va pas sans poser problème. La gestion de la prostitution par les autorités s’insère directement dans la politique de maintien de l’ordre mise en place par l’État colonial, puisqu’elle s’efforce de recréer au sein du monde prostitutionnel la hiérarchie, à la fois genrée et raciale, régissant l’ensemble de la société coloniale.

Le second volet de l’administration de la prostitution est sanitaire car c’est au nom de la santé publique que la prostitution est réglementée. Le but est de lutter contre les maladies vénériennes, péril pour l’individu et la nation. L’histoire de la prostitution au Tonkin est celle d’une tension entre une administration tentant de contrôler un monde prostitutionnel mouvant et multiforme et les acteurs du monde prostitutionnel qui mettent en place des stratégies de contournement et d’évitement.

Ce travail entend analyser à la fois le système mis en place par les autorités et la réalité du monde prostitutionnel en s’intéressant à ses acteurs et à ses lieux.

Mots-clés : Vietnam ; Tonkin ; colonisation ; prostitution ; santé publique ; péril vénérien ; police ; culture urbaine ; problème public ; rôle de la presse

Isabelle Tracol-Huynh: Between Colonial Order and Public Health – Prostitution in Tonkin (1885-1954) [PhD Thesis]

Isabelle Tracol-Huynh:

Between Colonial Order and Public Health – Prostitution in Tonkin

(1885-1954)

[PhD Thesis]

Groupe de prostituées dans les années 1950. © Archives personnelles de RTV.
Groupe de prostituées dans les années 1950. © Archives personnelles de RTV. 

 

Abstract:

Between Colonial Order and Public Health: Prostitution in Tonkin (1885-1954)

During French colonization, the world of prostitution in Tonkin evolved as the result of the numerous social and economic changes that were occurring at the time. The increasing mobility of the population led to rapid, significant urbanization: consequently, the city changed in form and in culture. Prostitution hence became increasingly visible. Its expansion was both quantitative and qualitative in the sense that prostitutes were no longer confined within the so-called spaces of “legal” brothels and were no longer perceived as being the only women capable of providing sexual services. In this regard, the world of prostitution  is a critical vantage point which permits a far-reaching study of these global changes as well as a unique vantage point onto the complexity of colonization itself.

This world was a microcosm of  colonial society with its latent notions of racial hierarchy, inherent domination, and intimacy for colonization, and these all represent an intimate yet politically charged encounter. The racial boundaries delineated at the very foundations of the colonial order were therefore blurred and had to be redrawn and sharpened. The regulation of prostitution was one of the means used by authorities to control the interaction between the colonizers and the colonized because it reproduced the racial distinctions of the colonial society.

The second dimension of the administration of prostitution was medical: because of venereal diseases, prostitution was perceived to be a threat to individuals and the nation as a whole. The regulation of prostitution thus was part and parcel of the policing strategies set up by the authorities to insure colonial order and public health. Nonetheless, its application proved to be difficult because prostitution, which was understood as construing both actors and places, resisted the police and medical frameworks that sought to confine them. Authorities’ attempts clashed with the evasive strategies of prostitutes, madams, clients, and others as well.

In light of these issues, this study offers a thorough examination of the official frameworks and the reality of prostitution as it existed in colonial Tonkin.

Keywords: Vietnam; Tonkin; prostitution; colonization; public health; venereal diseases; police; urban culture; social problem; newspapers influence

Indochine. Des territoires et des hommes (1856-1956) [parution]

IndochineTerritoiresHommesIndochine. Des territoires et des hommes (1856-1956)

Édition publiée sous la direction de Christophe Bertrand, Caroline Herbelin et Jean-François Klein

Coédition Gallimard/Musée de l’Armée

Albums Beaux Livres, Gallimard, 316 pages, 500 ill., sous couverture illustrée, 200 x 300 mm.

Le processus de colonisation et de décolonisation de l’ancienne Indochine française tient presque tout entier dans un siècle, de 1856 à 1956. Les dernières avancées de l’historiographie permettent de l’appréhender dans son ensemble, pour mieux comprendre sa spécificité : l’Indochine, enjeu politique et économique mais aussi mythe littéraire, constitue un cas à part dans l’histoire de l’empire colonial français. En diversifiant les approches – militaire, politique, sociale, économique, religieuse, culturelle – et en croisant les regards d’historiens français, cambodgiens, laotiens, vietnamiens et anglo-saxons, cet ouvrage vise à en offrir l’image la plus complète.

Un ensemble exceptionnel de près de 400 œuvres, objets et documents, souvent inédits – peintures, dessins et photographies, armes, uniformes et emblèmes, archives et imprimés provenant des collections du musée de l’Armée et de nombreuses institutions patrimoniales de référence –, donne à voir toutes les facettes du passé complexe de l’Indochine. Leur diversité fait écho au travail des auteurs et vient nourrir la réflexion.

Source : Gallimard

  • Agenda :

Exposition Indochine. Des territoires et des hommes, 1856-1956

Du 16 octobre 2013 au 26 janvier 2014

Musée de l’Armée, Paris

Trinh Van Thao : La résistance du Cần Vương revisitée (1)

 

La Résistance du Cần Vương revisitée [1]

Figures de Lettrés dans le récit historique du Can Vuong.

Un portrait de groupe

*

 Trinh Van Thao

 

Relire Annam-Tonkin 1885-1896. Lettrés et paysans vietnamiens face à la conquête coloniale (Paris, L’Harmattan, 1989) de Charles Fourniau vingt ans après. En hommage à mes vieux vietnamisants disparus : Charles Fourniau (IRSEA-CNRS) et Philippe Langlet (Paris 7).

 

Statue_PhanDinhPhung
Statue de Phan Dinh Phung à Saigon

Il faut se méfier de l’habitus universitaire et du ritualisme commémoratif combinant subtilement l’affectation et la condescendance en masquant le jeu de miroir entre gens cultivés. Se garder de tomber dans la trivialité faite du mélange de complaisance et de confraternité, d’éloge sans objet et regret sans enjeux.

Pour moi, le meilleur hommage que l’on puisse rendre à un historien du Viêt Nam comme Charles Fourniau, c’est d’aborder avec respect et tout le sérieux requis l’œuvre dont il était l’auteur et le parcours de chercheur en relation avec son métier d’historien.

 Cela dit, l’exercice n’est pas sans danger car le devoir de mémoire historique est tout aussi exigeant et délicat que le travail de critique littéraire. En l’occurrence, il s’agit de délimiter le champ disciplinaire, situer l’œuvre majeure et son auteur dans l’historiographie, apprécier sa place dans l’histoire actuelle de la colonisation de l’Indochine. Pour ce faire, le lecteur ne peut faire l’économie d’un « retour » aux sources bibliographiques, porter un regard critique du savoir historique légué par les fonds documentaires et archivistiques de la seconde moitié du XIXe siècle avec ses lumières et ses zones d’ombre.

Un simple coup d’œil sur la bibliographie française contenue dans l’ouvrage cité de Charles Fourniau (édité en 1989) et surtout dans sa thèse de doctorat (soutenue à l’université d’Aix-Marseille en 1983) permet de voir la discrétion relative de cet épisode pourtant riche en événements dans le face à face entre la France et du Viet Nam : guerres de conquête, naissance d’un empire de l’Occident au détriment d’un autre empire d’Asie (le Dai Nam des rois Nguyen), triomphe de la civilisation fondée sur la force mécanique (selon Phan Boi Chau) face à une monarchie « crépusculaire » (Nguyen The Anh) de type confucéen.

Pourtant de ces fonds historiographiques d’une richesse inouïe [1], il n’en ressort que peu de publications de synthèse majeures [2] portant sur la guerre de résistance des lettrés (1885-1896) à la fin du XIX e siècle, entre le départ du Cortège Royal de Ham Nghi vers Tân So, l’appel à l’insurrection générale (1885) et la fin annoncée d’une figure légendaire de la résistance lettrée, Phan Dinh Phung (1896) sans oublier les ultimes combats du De Tham en 1913. Au milieu de cette étrange discrétion, le livre de Charles Fourniau publié en 1989 chez L’Harmattan constitue en soi un événement littéraire dédié à la lutte des lettrés et paysans vietnamiens contre les forces d’occupation étrangères.

DynastieNguyen1802-1883
Généalogie des empereurs du Việt Nam (dynastie des Nguyễn) jusqu’au 30/11/1883 © PUP

Osons une hypothèse qui pourrait choquer la communauté historienne sur les raisons de l’amnésie partielle de l’historiographie coloniale (surtout pour le Viêt Nam). Et nous interroger sur le phénomène de fracture de la mémoire historique (selon la terminologie de Maurice Halbswach) en rapport avec la perte de la souveraineté politique de l’Etat des Nguyen au lendemain du départ de Ham Nghi (1885-1886) pour prendre la tête de la résistance Can Vuong, son combat désespéré, sa capture et l’exil. Les circonstances confuses et complexes qui ont marqué l’avénement de son cousin Dông Khanh – qui rappellent, en résonance, la destitution de l’empereur Quang Tu (Guangxu) de Victor Segalen (Le Fils du Ciel)- ouvrent l’ère des « rois potiches » dans le long procès de dépossession politique et symbolique du Viêt Nam par le pays de tutelle. Tout s’est passé désormais comme si avec l’élimination du roi « légitime » [3] et la subversion de l’Etat vietnamien sous les effets de l’administration directe (colonat) ou indirecte (protectorat) par les fonctionnaires français relevant du Gouvernement général de l’Indochine, le fil symbolique de la mémoire historique a rompu son cours en attendant la renaissance de l’Etat indépendant proclamé en Août 1945 [4]. Pour être « ambiguë » (Brocheux et Hémery), la colonisation du Viêt Nam ne procédait pas moins d’une réalité irréfutable, celle de la capture de tous ses attributs de la souveraineté vietnamienne par un pays étranger. En ce sens, le Testament de Khai Dinh de 1922 dans lequel le roi ne revendiquait plus que l’exercice du culte officiel de ses ancêtres avait au moins le mérite de lever l’équivoque « protectorat » en révélant la réalité d’une fiction.

Généalogie des empereurs du Việt Nam (dynastie des Nguyễn) de la mort de Tự Ðức jusqu’au 13/5/1916 © PUP
Généalogie des empereurs du Việt Nam
(dynastie des Nguyễn) de la mort de Tự Ðức jusqu’au 13/5/1916 © PUP

La preuve la plus éclatante de cette perte de souveraineté, et celle de mémoire historique, est attestée en creux par le silence de l’histoire officielle sur des guerres de « pacification » menées par les Français et leurs alliés locaux contre les « rebelles, bandits et pirates annamites » toutes catégories confondues. Durant cette durée quasi séculaire (1858-1954), face à l’abondance documentaire venant des fonds d’archives – archives d’Etat, rapports ministériels, service historique des armées, presse, publications scientifiques, mémoires d’acteurs, cartographies et photos, iconographie consignées et soigneusement répertoriés dans les centres spécialisés sans parler les fonds privés – , il ne subsiste chez les peuples vaincus (le Viêt Nam ne fait pas l’exception parmi les anciens colonies et protectorats) que les fragments émiettés de la mémoire collective (M. Halbwachs) issus d’individus, de lignées ou de groupes, sources privées ou privatisées mêmes si elles émanaient des agents de l’Etat traditionnel. Dans sa remarquable «Historiographie d’Etat au siècle des Nguyen », notre regretté collègue Philippe Langlet a dressé un état des lieux implacable pour constater in fine son ultime implosion :

«  A partir de 1865, Tu Duc n’osa même plus célébrer lui-même le sacrifice au Ciel, rite essentiel de l’Etat. Dès lors comment publier la version impériale de l’histoire et l’encyclopédie de l’empire sans attirer l’attention sur l’échec nationale des Nguyen ? (…) la deuxième invasion du Nord en 1882, et la crise de succession au décès de Tu Duc (1883) imposèrent un nouveau délai pour les dernières révisions. Puis l’ordre d’imprimer venait d’être donné quand la bataille de Huê (1885) fit tout remettre à plus tard. (…) les ébauches ont été complétées, achevées, et pour la plupart imprimées sous les règnes de Thanh Thai, Duy Tân, pendant lesquels de nouveaux projets ont encore été réalisés. Par contre, l’histoire viêt abrégée versifiée en langue nationale, abandonnée à l’initiative privée, put être publiée à Hanoi dès 1870.» [5]

Quant à leur contenu, « on est facilement dégoûté par leur caractère d’hagiographie, de panégirique dynastique autant ou plus que de morale confucéenne, de surabondance de détails administratifs et de pauvreté en récits concrets sur la vie du peuple, de rigueur chronologique et objective insinuant en fait l’idée d’une causalité et cachant un choix partial dans les données historiques. Mais la thèse historique des Nguyen ne pouvait être convaincante que cachée derrière la multitude des faits » (ibid.).

 Cela dit, ces chroniques royales révèlent tout de même, au-delà de l’habitus historiographique, une « prodigieuse mémoire » même lorsqu’elles se sont révélées plus dynastiques que nationales [6].

Vua_Tu_Duc
L’empereur Tu Duc (1829-1883)

Du côté de l’historiographie française, il faut reconnaître que la production scientifique était loin de rendre justice à la richesse des matériaux dont elle disposait. A l’encontre de l’hagiographie coloniale qui fleurit entre les deux guerres mondiales, leur (sous) traitement varie en fonction des aléas de l’actualité, entre l’assoupissement et les réveils brutaux au lendemain d’un revers militaire ou d’un échec politique voire d’une crise sociale qui agitèrent le conscient et l’inconscient collectif (selon Pierre Kaufman) : Yên Bay (1930), Soviets de Nghe Tinh, le Front Populaire…

Mis à part les rares travaux-phare de Pierre Gourou, Paul Mus, Jean Chesneaux…, un seul ouvrage en langue française et écrit par un universitaire vietnamien (Le Thanh Khoi) Viet Nam. Histoire et civilisation parut presque en catimini aux Editions de Minuit en 1955 [7], la Bibliothèque historique du Viêt Nam Cân Dai (histoire moderne du Viet Nam) [8] hésite entre défense et illustration des temps forts du célèbre Procès de la colonisation en Indochine de Nguyen Ai Quoc et apologie des « effets positifs » de la colonisation [9], entre les réquisitoires sans nuances et les larmes amères du triste repentir de l’homme blanc !

Quoi qu’il en soit, cette séquence de l’histoire parallèle de deux nations aura toutes les peines du monde pour trouver sa juste place dans la mémoire historique des Etats tant en France qu’au Viêt Nam.

Tout ce constat désabusé n’a d’autre intention que pour souligner le travail pionnier de Charles Fourniau dont le projet scientifique, en parfait accord avec ses convictions politiques, s’inscrit de plein droit dans l’histoire coloniale française et l’histoire moderne du Viêt Nam. De sa thèse de doctorat (Les contacts franco-vietnamiens de 1885 à 1896 en Annam et au Tonkin) [10] jusqu’à la publication, sur le tard, d’œuvres majeures comme L’Annam-Tonkin 1885-1896. Lettrés et paysans vietnamiens face à la conquête coloniale (Paris, L’Harmattan, 1989, 294 pages) et surtout Vietnam. Domination coloniale et résistance nationale 1858-1914 (Paris, Les Indes Savantes, 2002, 845 pages). Dix ans après la parution du Vietnam… et d’autres témoignages et souvenirs liés à la carrière de journaliste de L’Humanité au Viet Nam (C. Fourniau serait le seul journaliste étranger à avoir vécu le début de la guerre américaine au Viêt Nam), force est de constater qu’elles n’ont pas suscité un accueil chaleureux de la part de la communauté historienne comparé au succès médiatique des ouvrages récents d’inspiration plutôt iconographique. Et d’observer sans amertume ni surprise le décalage toujours persistant entre la recherche universitaire et la presse plus ou moins cultivée.

L'empereur Ham Nghi (1871-1943)
L’empereur Ham Nghi (1871-1943)

C’est dans cette conjoncture particulière qu’il semble plus intéressant de renouer post mortem avec l’historien du Can Vuong un dialogue pour l’Histoire en suggérant les repères qui rendent possible, et légitime, la comparaison du livre de Charles Fourniau et Viet Nam du confucianisme au communisme. Essai d’itinéraire intellectuel de Trinh Van Thao (l’auteur de cet article) parus presque simultanément dans la même collection de L’Harmattan « Recherches Asiatiques » [11]. Le double éclairage qu’apportent les travaux en langue française portant sur les mêmes Acteurs agissant dans le même contexte historique permet de comprendre le comportement et l’action des lettrés (l’objet de L’Annam et le Tonkin) à l’éclairage de leur écrits et prises de position qui constituent grosso modo la substance de mon essai d’itinéraire intellectuel. Et réciproquement. Au-delà des options méthodologiques apparemment contraires (action contre idée) mais combien complémentaires, il n’est pas difficile de constater la réalité d’une convergence sur la signification de cette période d’un demi-siècle vietnamien dans l’histoire de l’Asie [12].

Pour rendre intelligible ma relecture de L’Annam-Tonkin 1885-1896, il me faut recourir, à l’instar de la sociologie historique, au « détour générationnel » pour comprendre la recomposition de la classe dirigeante vietnamienne (les lettrés) à l’épreuve de la conquête coloniale, mettre en rapport « conjoncture politique » et « génération sociale » [13] :

  • Le sommet de l’Etat traditionnel au « crépuscule de la monarchie » (Nguyen The Anh) [14] est formé autour de l’empereur Tu Duc (1848-1883) des personnalités fortes du pouvoir mandarinal vietnamien : Truong Dang Quê (le puissant courtisan et garant de la continuité dynastique), Phan Thanh Gian (l’homme de lettres et le représentant de l’Etat) et Nguyen Tri Phuong (le pouvoir militaire). A eux trois, ils incarnaient la légitimité de l’Etat traditionnel et, d’une certaine manière, sa souveraineté interne et externe. En ce sens et au-delà de leur « virtù » personnelle (Antonio Gramsci), ces acteurs appartiennent dans notre terminologie à la génération de la Défaite [15]. Triple défaite : la Cour dans le processus de renouvellement du personnel politique face à la menace extérieure, la diplomatie dans la volonté de sortir de l’isolement international, la défense dans l’invention d’une stratégie de guerre adaptée au temps moderne.
  •  Le réformisme « rentré » entrepris par le lettré catholique Nguyen Truong Tô à la fin de règne de Tu Duc et le confucéen Nguyen Lô Trach [16] livra la scène politique vietnamienne à la « génération de la Résistance » en instituant un face à face tantôt feutré tantôt violent opposant les lettrés réfractaires représentés par Phan Dinh Phung et les Régents ralliés aux conquérants victorieux tels Hoang Cao Khai, Nguyen Huu Dô ou Nguyen Than… laissant en marge, ou plutôt en position d’attente, le « marais » d’indécis et d’opportunistes formés de « groupes d’opinion » [17] qui agirent en coulisse sur la Cour au gré des circonstances et des coteries [18]. Sur le terrain de la lutte symbolique, la fuite de Ham Nghi suivie de l’intronisation de Dông Khanh (supra) introduisait bel et bien une double légitimité conflictuelle en créant un espace de  contestation et de compromission au sein même de la classe dirigeante et de la bureaucratie mandarinale.
  • La relève de Hoang Hoa Tham (un chef paysan) et la liquidation des dernières poches de résistance indiquent clairement le déclin du leadership lettré et le tranfert du pouvoir à la classe paysanne. En effet, à la différence du Cân Vuong de Phan Dinh Phung, l’entourage du héros de Yen Thê est composé essentiellement de chefs militaires issus du peuple Kinh et des minorités ethniques. Elles amorcent la fin de l’insurrection et sa reconversion à une stratégie de transition qui annonce la démarche politique et culturelle du mouvement Duy Tân en 1908 [19].

Le grand mérite de Charles Fourniau fut d’avoir, dans son récit de 1989, restitué avec pertinence et finesse les grandes lignes des moments politico-militaires décisifs qui ont jalonné le mouvement insurrectionnel à « l’appel du roi » Ham Nghi – d’où son nom (Cân Vuong) – des lettrés et paysans qui se sont rangés, durant la décennie 1885-1896, derrière son autorité morale et politique et de la monarchie avant que celle-ci ne sombre devant l’ennemi.

Phan Dinh Phung, le chef militaire du Can Vuong
Phan Dinh Phung (1847-1896), le chef militaire du Can Vuong

Pour le mettre à jour dans le temps et l’espace, déconstruisons le récitatif historique de L’Annam-Tonkin en séquences significatives de la fuite éperdue du Cortège Royal vers le Nord Annam suivie des scènes à vrai dire confuses intervenues dans les provinces méridionales (Khanh Hoa, Binh Thuan puis Phu Yên et Binh Dinh) en remontant vers le cœur de la rebellion (Ba Dinh près de la province de Thanh Hoa et de Ninh Binh), avant de regagner le delta occidental et oriental du Fleuve Rouge (Bai Say), pour revenir, après la capture de Ham Nghi, à son point de départ, aux maquis de Hung Linh et Huong Son où se sont illustrées les troupes de Phan Dinh Phung. Avec, en fin de parcours la prise de Yen The défendu par les partisans du De Tham. Chacune des ces séquences porte collectivement et individuellement la marque de la confrérie lettrée, ses motivations, sa capacité de mobilisation des masses paysannes, en un mot, son charisme comme ses contradictions, ses forces et ses limites. Chacune suppose la mise en place d’un travail de déconstruction destiné à :

1) évaluer les enjeux et les rapports de forces du moment,

2) identifier les acteurs les plus représentatifs,

3) localiser les lieux de lutte afin de rendre visible le déplacement des forces antagonistes,

4) caractériser la nature des campagnes par rapport à l’ensemble du mouvement.

 

[à suivre]


Notes

[1] Aix en Provence et ses annexes françaises et vietnamiennes, le Château de Vincennes et Fréjus, la Nouvelle Bibliothèque François Mitterand voire les hauts lieux de la vietnamologie contemporaine comme Washington, Cornell, Columbia ou Melbourne sans oublier Moscou ou Pékin… Comme quoi l’interminable guerre du Viêt Nam (1945-1975) en cache celle qui la précède presqu’un siècle avant !

[2] L’histoire de la fin de l’empire Viêt Nam attend toujours ses Michelet, Guizot… qu’elle mérite ! Je laisse volontiers à la génération actuelle de chercheur le soin de réévaluer les acquis dans l’historiographie de cette période pourtant cruciale dans la formation de la conscience nationale vietnamienne !

[3] Il s’agit d’une légitimité relative compte tenu des régicides intervenus entre la mort de Tu Duc et l’intronisation de Ham Nghi.

[4] Je reviendrai sur celle de l’Etat-parti qui, de 1945 à nos jours, est doublement et malheureusement tributaire à la fois du récitatif colonial (qu’elle prend à l’envers) et de la phraséologie stalinienne !

[5] Philippe Langlet, « Historiographie d’Etat au siècle des Nguyen » in Viet Nam Sources et Approches, Publications de l’Université de Provence, 1996, p. 357.

[6] P. 356-357 in Viêt Nam. Sources et approches, PUP, 1996, textes d’Euroviet d’Aix réunis par P. Le Failler et J.M. Mancini.

[7] Réédité sous le titre Histoire du Viêt Nam des origines à 1858, Ed. Sud-Est Asie 1982. La date finale de 1858 en dit long sur la séquence muette de la mémoire historique !

[8] Mises à part les publications en langue vietnamienne de Nguyen The Anh et de ses collègues de la République du Sud (1955-1975).

[9] Réplique tardive et réparatrice à la fausse conscience post-coloniale qui avait tant chagriné les nouveaux philosophes des années 70. Tout compte fait, les crimes colonialistes ne font pas le poids face à la Shoah et des Goulags !

[10] Thèse de doctorat d’Etat soutenue à Aix-Marseille I en 1983 (2660 pages). On peut s’étonner que son auteur, agrégé d’histoire, n’ait pas trouvé sa place à l’université alors que le Centre d’archives d’outre-mer pour lequel il s’est tant donné venait de s’ installer à proximité de la faculté des Lettres d’Aix en Provence.

[11] C. Fourniau comme l’auteur de cet article ont bénéficié d’un accueil sympathique et amical de l’éditeur tout en déplorant de nombreuses déficiences éditoriales heureusement rectifiées dans la seconde édition (2007) du moins en ce qui me concerne. Je me proposerai d’apporter en annexe des corrections permettant une réédition que j’appelle de mes vœux !

[12] Voir les traces de notre coopération dans Le contact colonial franco-vietnamien. Le premier demi-siècle (1858-1911), PUP, 1999.

[13] Trinh Van Thao, Viet Nam du confucianisme au communisme, (édition 2007).

[14] Je m’inspire ici des travaux de deux contributions remarquables sur cet épisode de l’histoire vietnamienne parues dans la collection « Recherches Asiatiques » de L’Harmattan : Yoshiharu Tsuboï (L’empire vietnamien face à la France et à la Chine, 1987) et Nguyen The Anh (Monarchie et fait colonial au Viêt-Nam (1875-1925), 1992).

[15] Celle-ci les conduit à la mort et au suicide : Nguyen Tri Phuong mortellement blessé lors de la prise de la Citadelle de Hanoi en 1873, Phan Thanh Gian s’est suicidé après le coup de force des Français en 1867. Quant à Truong Dang Quê, sa belle carrière de courtisan s’étiole dès le début de l’invasion française.

[16] A l’exception du Duy Tân tardif au début du XXe siècle, le modernisme vietnamien n’a connu une ampleur comparable à celle du Japon et de la Chine à pareille époque. Gilles de Gantès et Nguyen Phuong Ngoc (éditeurs), Viet Nam. Le moment moderniste, Aix en Provence, PUP, 2009.

[17] Y. Tsuboï , op cit.

[18] Voir Nguyen The Anh, Monarchie et fait colonial au Viêt Nam (1875-1925). Le crépuscule d’un ordre traditionnel, Paris, L’Harmattan, 1992.

[19] Gilles de Gantès et Nguyen Phuong Ngoc (édit.), Viet Nam. Le moment moderniste, PUP, 2009.