Archives par mot-clé : colonisation

Le Vietnam il y a 150 ans vu par un médecin militaire français [Vietnam +]

[ndlr] Redécouverte du Viêt-Nam via des écrits français récemment traduits.

Hanoi (VNA) – Récemment, de nombreux ouvrages sous forme de compte-rendu personnel ou de récit de voyage d’Occidentaux ayant vécu au Vietnam ont suscité une grande attention auprès des sociétés d’édition. Une campagne au Tonkin, écrit par le français Hocquard fait partie d’un de ces livres et son écho résonne à l’heure actuelle dans la communauté des amoureux de lecture.

Une campagne au Tonkin est un ouvrage publié par la Société par actions de la culture de Dông A Books. Il s’agit d’un compte-rendu personnel du médecin militaire et photographe français Charles-Édouard Hocquard. Fin du XIXe siècle, la France a mené une grande campagne dans le but d’établir un protectorat sur le Tonkin (région septentrionale du Vietnam). Hocquard a vécu deux ans en Indochine (1884-1886) au service de l’expédition française.

Lire la suite : Nguyễn Thị Hồng Minh, Vietnam +, mardi 30 juin 2020

Illustration « à la une » : Les versions imprimées du livre Une campagne au Tonkin de l’auteur français Hocquard, publié par Dông A Books.

Mathieu Guérin : Colonisation et transformation des territoires au Cambodge – 22/11/2019

[ndlr] Séminaire de recherche de l’IAO. A ne pas manquer.

« Colonisation et transformation des territoires au Cambodge »

Mathieu Guérin, historien, maître de conférence à l’INALCO (UMR8170 CASE)

Vendredi 22 novembre 2019 de 14h à 15h30, Salle de réunion de l’IAO (D4.070)

Résumé : La colonisation européenne s’est accompagnée d’une prise en charge de territoires, à différentes échelles, par les colonisateurs. Comme le montre l’exemple de la Terre de Kampong Svay au Cambodge, devenue résidence puis province de Kampong Thom, cette intervention extérieure a entraîné une redéfinition des territoires, de leur espace, de leur gouvernance, de leur rapport à l’État et de leur économie. Les paysages et l’environnement porte les traces de ces évolutions. Leur étude permet de saisir les conséquences tant sociales, politiques, économiques ou environnementales de la colonisation européenne pour les Cambodgiens aux XIXe et XXe siècles.

Source : IAO

« Mémoires d’Indochine » 2019 : séance 4

Année universitaire 2019-2020 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

“Décoloniser l’histoire de l’Indochine”

★ ★ ★

Un des timbres de la série « Légende du Ramayana » dessinée par Mar Leguay © DR

L’invention du Laos

Cette séance consacrée à l’histoire du Laos de la colonisation française à l’Etat-nation indépendant s’intéressera aux étapes de la conquête coloniale, à la fondation et à la construction d’un « Laos français » puis indépendant. Deux figures seront évoquées : celle d’Auguste Pavie (1847-1925), explorateur au destin inédit, et celle du Prince Phetsarath Rattanavongsa (1890–1959), fondateur du Laos Issara, mouvement nationaliste et indépendantiste laotien. L’étude de la diversité ethnique de ce pays sera abordée sous l’angle des constructions de catégories spécifiques en situations coloniale et postcoloniale.

Séance 4 : mercredi 16 octobre 2019 – salle de réunion de l’IAO

Lectures requises :

Dion Isabelle, « Chapitre 2 – Une conquête pacifique ? Auguste Pavie, L’explorateur aux pieds nus (Cambodge-Laos, 1876-1895) », dans : Amaury Lorin éd., Nouvelle histoire des colonisations européennes (XIXe-XXe siècles). Sociétés, cultures, politiques. Paris cedex 14, Presses Universitaires de France, « Le Noeud Gordien », 2013, p. 27-38. URL : https://www.cairn.info/nouvelle-histoire-des-colonisations-europeennes–9782130619284-page-27.htm

Søren Ivarsson and Christopher E. Goscha, “Prince Phetsarath (1890–1959): Nationalism and Royalty in the Making of Modern Laos”, Journal of Southeast Asian Studies, 38 (1), Feb. 2007, pp. 55–81.

Pholsena Vatthana, « Nommer pour contrôler au Laos, de l’État colonial au régime communiste », Critique internationale, 2009/4 (n° 45), p. 59-76. URL : https://www.cairn.info/revue-critique-internationale-2009-4-page-59.htm

Pour accompagner cette séance :

Evans, Grant, The politics of ritual and remembrance. Laos since 1975, Honolulu, University of Hawaiʻi Press, 1998. Cote IAO : 600AA.03/1150 et 605AA.15/43. CR de lecture par Annabelle Auger

Ivarsson, Søren, Creating Laos : the making of a Lao space between Indochina and Siam, 1860-1945, Copenhagen, NIAS, “Monograph series – Nordic Institute of Asian Studies”, no. 112, 2008. Cote IAO : 600AA.08/257. CR de lecture de Constance Voisin

Stuart-Fox, Martin, A History of Laos, Cambridge, Cambridge University Press, 1997. Cote IAO : 600AA.03/1112. CR de lecture par Nelly Didelot

★ ★ ★

Exposé de Nowmay Opalinski

  • Laurence de Cock, Dans la classe de l’homme blanc : l’enseignement du fait colonial en France des années 1980 à nos jours, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2018. 

Présentation de l’éditeur : PUL

Illustration « à la une » : timbre du Royaume du Laos, 1958 Chamnane Prisayane / Pheulpin

« Mémoires d’Indochine » 2019 : séance 3

Année universitaire 2019-2020 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

“Décoloniser l’histoire de l’Indochine”

★ ★ ★

Illustration de couverture d’un manuel de littérature vietnamienne représentant l’entrée du Temple de la littérature à Hanoi (publié à Saigon, 1959)

Écrire l’histoire du Viêt-Nam sous la colonisation

Enseigner et écrire l’histoire de leur pays en « situation coloniale » relevait d’un défi pour les intellectuels vietnamiens. Assez rapidement après les premiers récits historiques des colonisateurs, ils ont pris en main cette question pour produire leurs propres récits de la culture, de la littérature et de l’histoire vietnamiennes. Cette séance reprendra les points essentiels de notre communication du 16 mai 2019 en s’appuyant en complément sur des références devenues classiques sur « l’écriture de l’histoire » (Philippe Artières, Michel de Certeau, Paul Veyne). Nous verrons quels usages font les auteurs vietnamiens des historiographies nationales et coloniales pour construire un récit neuf de leur propre histoire et dresser des corpus spécifiques sur les plans culturels et littéraires.

Séance 3 : mercredi 9 octobre 2019 – salle de réunion de l’IAO

Lectures requises :

Dufourmont Eddy, « L’écriture de l’histoire dans le Japon et la Corée à l’époque coloniale. Shiratori Kurakichi et Choi Namseon », Hypothèses, 2007/1 (10), p. 271-281. URL : https://www.cairn.info/revue-hypotheses-2007-1-page-271.htm

Pozner Paul, «  Le problème des chroniques vietnamiennes, origine et influences étrangères  »,  Bulletin de l’École française d’Extrême-Orient. Tome 67, 1980. pp. 275-302. URL : www.persee.fr/doc/befeo_0336-1519_1980_num_67_1_3347

Pour accompagner cette séance :

Compte-rendu – Journée d’études : (Dé)construire les “archives coloniales”

Signalement du compte-rendu de deux parties de Vincent Bollenot sur cette problématique intéressante pour notre séminaire. Nous remercions cet auteur pour ce partage de connaissances.

Les 27 et 28 juin 2019, les Archives nationales d’outre-mer (ANOM) ont accueilli à Aix-en-Provence la double journée d’études (Dé)construire les « archives coloniales » : Enjeux, pratiques et débats contemporains co-organisée avec le Groupe de recherche sur les ordres coloniaux (GROC). Cet événement scientifique avait pour ambition de rassembler chercheuses et chercheurs en sciences humaines de concert avec des archivistes afin de réfléchir à la pertinence de la catégorie d’ « archives coloniales », de sa production et de ses usages.

  • Le jeudi, les journées d’études s’ouvrent sur une présentation-visite des ANOM animée par Isabelle Dion, Eve Roy et Delphine Auzepy. Suivent trois panels et deux tables-rondes répartis sur les deux journées.

Lien vers le compte-rendu (1) publié le 26/07/2019 : https://groc.hypotheses.org/391

  • Ce second billet propose un compte-rendu de la deuxième journée, rythmée par deux panels et une table ronde.

Lien vers le compte-rendu (2) publié le 29/07/2019 : https://groc.hypotheses.org/403

Illustration « à la une » : Archives nationales – Site de Pierrefitte (détails) / Wikipedia

Phim tai lieu : chí sĩ yêu nước Phan Châu Trinh

[ndlr] Signalement de la diffusion d’un film documentaire sur le lettré moderniste Phan Châu Trinh.


Chí sĩ yêu nước Phan Châu Trinh

Un film réalisé par Nguyen Sy Bang sur un scénario de Duong Thi Thanh Huong et Nguyen Sy Bang. Directeur de la production : NSND Nguyen Nhu Vu (DSF, 2018).

Avec les participations de : Bui Van Tieng, François Guillemot, Le Thi Kinh, Luu Trong Van, Nguyen Thi Binh, Ngo Thi Hoang Mai, Nguyen Minh Triet, Nguyen Su, Tran Viet Ngac, Trinh Van Thao, Vu Ngoc Hoang…

Histoire d’un rendez-vous manqué entre la France et le Viêt-Nam colonisé et d’une vision politique pacifique pour accéder à l’indépendance.

Le film sera présenté au 10e festival euro-vietnamien du film documentaire du 31 mai au 9 juin 2019 à Hanoi (le 1er juin, 19h) et Ho Chi Minh-Ville.

Sur ce festival, voir :

Marie de Rugy : Aux confins des empires – Université Paris Diderot, 28 mars 2019

L’Université Paris Diderot accueillera Marie de Rugy ce jeudi 28 mars 2019 pour une présentation de son ouvrage Aux confins des empires, Cartes et constructions territoriales dans le nord de la péninsule Indochinoise (1885-1914), Paris, Éditions de la Sorbonne, 2018, 312 p.

Marie de Rugy présentera son travail et les coulisses de l’écriture de son livre le jeudi 28 mars 2019, de 17h à 18h30, dans la salle 165 E (Halle aux farines) de l’Université Paris Diderot. Séminaire d’actualité scientifique ouvert à tous. Affiche ci-dessous.

Présentation éditeur :

Au milieu des années 1880, les marges septentrionales de la péninsule indochinoise sont soumises à une double conquête coloniale, celle de l’Annam et du Tonkin par les Français, et celle de la Haute-Birmanie par les Britanniques. Aux explorations fluviales s’ajoutent la délimitation des frontières et la cartographie régulière des territoires sous l’égide des différents services géographiques. Diplomates chinois, siamois et européens négocient dans les capitales et dans les montagnes, sous la tente. Topographes européens et indiens arpentent les routes et les sentiers pour lever les itinéraires et mesurer l’espace. Ils s’enquièrent auprès des habitants du juste toponyme, collectent et font traduire des cartes autochtones, interrogent leurs guides, les chefs locaux et les marchands venus de Chine.

Ce livre retrace les politiques institutionnelles, les pratiques de terrain et les constructions territoriales qui en découlent. Par une étude croisée de la cartographie dans ces espaces, il met en lumière le statut central d’un territoire spatialement périphérique, à propos duquel on a pu parler d’une « géographie de l’ignorance ». À rebours de quelques idées reçues, il montre que les cartes ont un pouvoir limité, même en contexte colonial, si l’on accepte de dépasser les discours pour observer les modalités de leur production et leurs différents usages.

Page institutionnelle de Marie de Rugy (en post-doctorat à l’Université de Cambridge).