Archives par mot-clé : Cochinchine

Nguyễn ngọc Châu : Le Caodaïsme

[ndlr] Annonce de la mise en ligne d’un article de M. sur la fondation du Caodaïsme en 1926. Nous remercions M. Hua Vang Tho pour nous avoir signalé ce document.

Le 7 octobre 1926, la création de la religion caodaïste fut officiellement annoncée et une Déclaration signée par 28 adeptes, fut envoyée au Gouverneur de Cochinchine, monsieur Le Foll ; elle était accompagnée de la liste de 247 noms de ceux qui étaient présents à la réunion de décision le 23 du 8è mois de l’année Bính Dần (1926) chez monsieur Võ Văn Tường (voir annexe 1 du document en ligne).

Pour l’avènement du Caodaïsme, des fêtes grandioses furent célébrées du 18 au 20 novembre 1926 à Tứ  Lâm Tự, pagode  bouddhiste dont la construction  avait été financée en grande  partie  par M. Nguyễn Ngọc Thơ et Mme Lâm Hương Thanh3 (qui devinrent peu après des dignitaires caodaïstes), et dont le supérieur était favorable au caodaïsme naissant. Un sacerdoce fut mis en place et un code religieux promulgué.

Le nom officiel de la religion caodaïste, Đại Đạo Tam Kỳ Phổ Độ, veut dire  » La Grande Voie de la Troisième Amnistie », sous entendu « de Dieu vis à vis de l’humanité », ou, dans une appellation plus moderne, « La Troisième Ère Universelle du Salut Divin de La Grande Voie ».

NguyenNgocChau_LeCaodaisme

Source : Paris Times

Image « à la une » : L’oeil de Cao Dai au Temple de Tay Ninh © Ethnotek Blog

Một ngày ở Trung tâm Lưu trữ quốc gia II [vidéo]

[ndlr] Présentation vidéographique intéressante du Centre n° 2 des Archives nationales à Ho Chi Minh-Ville. Intitulée « Un jour au Centre des archives nationales II », la vidéo offre un aperçu du travail effectué en coulisses et de la préservation des documents. Merci à l’équipe des archives pour cette initiative.

Le Centre n° II à Hô Chi Minh-Ville : comprend les archives du Gouvernement de Cochinchine (Goucoch, plus de 2435 mètres linéaires) pour la période coloniale et celle de l’État national du Viêt-Nam (1948-1955) (43 mètres).

Il comprend les archives de la République du Viêt-Nam de 1955 à 1975 (460 mètres pour la Première République, 1955-1963 ; 2 mètres pour le Conseil militaire révolutionnaire, 1963-1965 ; 15 mètres pour le Comité directeur national, 1965-1967 et 158 mètres pour la Seconde République). Pour l’ensemble de la période 1954-1975 au Sud, il détient également le Fonds du premier ministre soit 1044 mètres ainsi que de nombreux autres Fonds sur une période plus longue, par exemple le Fonds du ministère des Finances de 1940 à 1975 soit 547 mètres, celui des Douanes, 547 mètres également. Selon Nguyen Thi Thiem, conservatrice, le Centre n° 2 gère actuellement un fonds de plus de 14.000 mètres linéaires au total comprenant plus de 4000 mètres pour la période coloniale jusqu’en 1945 et plus de 4000 mètres pour la période républicaine (1955-1975).

Enfin, il comprend de nombreux Fonds sur le pouvoir révolutionnaire et le Viêt-Nam réunifié jusque dans les années 1990. En plus d’une très grande richesse documentaire, le Centre n° 2 possède des collections de cartes (plus de 30.000), de documents iconographiques (plus de 100.000 photographies) et d’images animées ainsi que 200 heures enregistrées.

Voir les inventaires (PDF) ci-après :

Réf. : Trung tâm Lưu trũ Quốc gia II, Phạm Thị Huệ (chủ biên), Sách chỉ dẫn các phông lưu trữ bảo quản tại Trung tâm Lưu trũ Quốc gia II [Guide des fonds d’archives conservés au Centre n° 2 des Archives nationales], TP. HCM, NXB Tổng hợp Thành phố Hồ Chí Minh, 2006, 600 p.

FG

Christopher E. Goscha : Indochine ou Vietnam ?

[ndlr] Parution dans une édition révisée de la traduction de Going Indochinese. Présentation de l’éditeur. Une étude clé pour comprendre ce que fut l’Indochine en termes d’espace, de populations, de questionnements et d’imaginaires.

« L’Indochine française est formée de cinq merveilleux départements : la Cochinchine, le Cambodge, l’Annam, le Tonkin, le Laos »… Tel était le message que l’on pouvait trouver dans un ouvrage destiné, à la fin du XIXe siècle, aux enfants des écoles de cette nouvelle colonie française.

Goscha_IndochineOuVietnam

Puis vinrent la Seconde Guerre mondiale et les décolonisations, dans un mouvement de l’histoire qui paraît simple et linéaire : de l’effondrement d’un empire à l’indépendance des territoires conquis, d’une mosaïque de peuples arbitrairement réunis à la construction d’États modernes… Pourtant, les anciens colonisés continuèrent longtemps à se penser eux-mêmes comme des Indochinois. Un effet de l’éducation dispensée pendant des décennies, sans doute. Mais aussi de l’expansionnisme vietnamien, et de la longue association de ce peuple avec les colonisateurs dans l’administration des territoires. De fait, les Vietnamiens, tous horizons politiques confondus, furent bien plus enclins qu’on ne le croit à construire leur nouvelle identité sur l’ancien modèle colonial. Beaucoup trouvèrent dans la révolution et la lutte pour l’indépendance un motif d’asseoir leur domination sur les autres États de la région…

Une étude inédite sur l’identité indochinoise, qui invite à repenser l’histoire coloniale de la péninsule.

Professeur à l’Université du Québec à Montréal, Christopher E. Goscha est un historien américain spécialiste de la péninsule indochinoise dans les périodes de colonisation et de décolonisation. Pour en savoir sur ses cours, ses publications et ses recherches, voir son site personnel.

Source : Vendémiaire – Parution le 1er octobre 2015

Gaston Đỗ Văn Điêm

GastonDoVanDiemM. Gaston Đỗ Văn Điêm, Đốc-Phủ-Sứ en retraite. Né en 1879 à Châu-Đốc (Cochinchine).

A fait ses études aux Collèges de M-Tho et de Chasseloup-Laubat.

Admis au concours général en 1898, est entré dans l’Administration locale de la Cochinchine en 1899 comme Élève-secrétaire.

Après avoir franchi successivement les échelons de la hiérarchie du cadre secondaire, a subi avec succès l’examen de huyn et est entré dans le cadre supérieur avec le grade de huyn de 2e classe.

A été admis à la retraite en 1933, après 34 ans de services, avec le grade de Đốc-Phủ-Sứ de classe exceptionnelle.

Durant sa carrière administrative, a servi dans plusieurs provinces de la Cochinchine et a dirigé les circonscriptions de : Rch-Kiên, Lai-Vũng, Ca-Lành, Chef-lieu Trà-Vinh, Phú-Quc, Thốt-Nốt, Phú-Lc, Késach, Vụng-Liêm, Chef-lieu Vĩnh-Long, Vĩnh-Châu, Gia-Rai.

Se consacre activement, depuis sa mise en retraite, au commerce de céréales pour le compte d’une grande maison européenne d’exportation de Saigon. Exploite actuellement une importante plantation de caféiers sur le plateau des Bolovens au Laos.

Chevalier de la Légion d’Honneur.

Source : Gouvernement général de l’Indochine, Service de l’Information, Souverains et notabilités d’Indochine. Notices par ordre alphabétique, Hanoi, IDEO, 1943, pp. 19-20.

Nguyễn Ngọc Diệm

NguyenNgocDiemNguyễn Ngọc Diệm, Đốc-Phủ-Sứ. Né en 1891 à An-Hòa (Sadec, Cochinchine).

Études au Collège Chasseloup-Laubat. Diplômé d’Études Primaires Supérieures.

Nommé Secrétaire du Gouvernement de Cochinchine en 1911.

Admis en 1920 à l’École Supérieure de Droit et d’Administration à l’Université de Hanoi.

Nommé en 1922 au Gouvernement de la Cochinchine.

Nommé Huyện en 1925.

Phủ en 1928.

Đốc-Phủ-Sứ en 1937.

Đốc-Phủ-Sứ de classe exceptionnelle en 1940.

A servi successivement dans les provinces de Tân-An, Gò-Công et à la Direction des Bureaux du Gouvernement de la Cochinchine.

Chevalier de la Légion d’Honneur (1942).

Source : Gouvernement général de l’Indochine, Service de l’Information, Souverains et notabilités d’Indochine. Notices par ordre alphabétique, Hanoi, IDEO, 1943, p. 19.

Võ Hiếu Đệ

130723154600_0025 - Copie (2)M. Võ Hiếu Đ, né en 1877 au village d’An-Hip (Bến-Tre, Cochinchine).

Élève-Secrétaire (1893) et désigné à Cần-Thơ. Après dix années de services, il a démissionné pour se livrer à la riziculture.

Victime du typhon en 1904 et de l’inondation de 1905, il a repris ses services à Cần-Thơ et quitta définitivement en 1915 l’Administration après vingt ans de services.

Membre élu de la Chambre d’Agriculture de Cochinchine de 1922 et 1923. Membre titulaire désigné par le Gouvernement du Grand Conseil des Intérêts Économiques et Financiers de l’Indochine de 1928 à 1930.

Président du Conseil d’Administration, du Syndicat Agricole et de la Société Indigène de Crédit Agricole Mutuel de Cần-Thơ de 1918 à 1922 et réélu depuis 1923 jusqu’au 15 janvier 1941, date à laquelle il a demandé la résignation de ses fonctions en raison de son âge.

Officier du Dragon d’Annam (1929). Officier du Million d’Éléphants (1937). Chevalier de la Légion d’Honneur.

Source : Gouvernement général de l’Indochine, Service de l’Information, Souverains et notabilités d’Indochine. Notices par ordre alphabétique, Hanoi, IDEO, 1943, p. 18.

Huỳnh Long Hương

HuynhLongHuongM. Huỳnh Long Hương, né en 1872 à Phú Hưng, (Bến Tre, Cochinchine).

A fait ses études au Collège Chasseloup-Laubat. A servi comme secrétaire : à l’Inspection de Mỹ Tho, puis, aux Cabinets du Résident Supérieur au Tonkin, du Gouverneur Général de l’Indochine et du Gouverneur de la Cochinchine (1893 à 1905).

Promu Huyn, puis Phủ et Đốc-phủ-Sứ et a rempli les fonctions de délégué administratif à Bc-trang (Trà-Vinh), Thốt Nốt (Long-Xuyên), Tràng Bang [Trảng Bàng] (Tây-Ninh), An Hòa (Mỹ-Tho), Chef-lieu de Bc Liêu et enfin Chef-lieu de Vĩnh-Long (1905 à 1927).

Admis à la retraite pour ancienneté de services en 1928 après six ans de grade de Đốc-phủ-Sứ.

Admis, ainsi que sa famille, à jouir des droits de citoyen français.

Inscrit au Livre d’Or et membre du Comité consultatif du Livre d’Or de la province de Bến Tre.

Membre titulaire français du Conseil de province, puis membre de la Commission mixte provinciale de Bến Tre.

Officier de l’Ordre Royal du Cambodge.

Chevalier de la Légion d’Honneur.

Source : Gouvernement général de l’Indochine, Service de l’Information, Souverains et notabilités d’Indochine. Notices par ordre alphabétique, Hanoi, IDEO, 1943, p. 36.