Archives par mot-clé : CNRS

Les collections vietnamiennes de l’Institut d’Asie Orientale (IAO) à Lyon

Ce billet propose un aperçu des collections vietnamiennes de l’Institut d’Asie Orientale à Lyon (UMR 5062). Nous présentons ci-après les principales collections de monographies et de périodiques en langue vietnamienne.

GiaiPhamMuaDong_1La politique d’acquisition d’ouvrages en vietnamien a débuté en 2003 grâce au soutien de la région Rhône Alpes (crédits INCA) et s’est poursuivie jusqu’à maintenant sur les fonds propres du laboratoire. La collection de monographies et de périodiques en langue vietnamienne de l’IAO est principalement composée d’ouvrages publiés depuis le début des années 1990 auxquels s’ajoutent des fonds plus anciens acquis depuis 2003 (fonds Georges Boudarel et Paul Mus) et des dons de chercheurs (Pierre Brocheux, Jean-Michel Cusset, Daniel Hémery, Philippe Langlet et Judy Stowe). Actuellement la collection rassemble plus de 5000 titres. Quelques 400 titres sont en cours de catalogage. A cela, il faut ajouter quelques 2500 titres de la collection du Fonds Boudarel également en cours de traitement ainsi que les ouvrages en vietnamien du fonds Langlet-Quach. A terme, près de 8000 ouvrages en langue vietnamienne seront disponibles.

Histoire politique et militaire (cotes 200V et 201V)

D’une façon générale le catalogage « maison » s’est fait selon les grandes catégories thématiques suivantes : société, sciences politiques, droit, économie, espaces, histoire, littérature.

Les usuels, dictionnaires, bibliographies et annuaires statistiques sont rassemblés dans les cotes 010V à 070V. Les ouvrages concernant la société (démographie, structures, groupes, faits sociaux, santé, éducation, religion, médias, culture) sont classés en 100V (de 100V à 111V). Les ouvrages en sciences politiques, défense, relations internationales sont en 200V. (de 200V à 205V). Le droit est classé en 300V, l’économie en 400V. (de 400V. à 416V, une série 400 comprenant les industries, les entreprises, la gestion, l’emploi, les syndicats, l’agriculture, l’innovation, l’économie monétaire et fiscale…). En 500V sont classés les ouvrages dédiés aux espaces et milieux (géographie, architecture, transports, territoires…). L’histoire est rassemblée dans les cotes 600V (de 600V à 607V), de l’histoire ancienne à l’histoire urbaine en passant par les récits personnels et l’histoire politique. Enfin, la littérature et la linguistique sont regroupées dans les cotes 700V et 750V.

Monographies

Les grandes thématiques de la collection vietnamienne rejoignent celles des autres aires culturelles étudiées à l’IAO : Droit ; Économie ; Géographie ; Histoire ; Sciences politiques ; Sociologie.

Aperçu des compactus (BDL / ENS de Lyon)

Quelques séries importantes sont à noter :

La collection des annuaires statistiques couvre les années 1994 à 2014 mais comprend également des séries plus anciennes publiées en République Démocratique du Viêt-Nam avant 1975.

L’IAO dispose d’une collection de plus d’une centaine de dictionnaires anciens et actuels sur la langue et la culture vietnamiennes et sur des thématiques particulières (armée, culture, littérature, folklore, ethnies). Elle possède notamment le dictionnaire encyclopédique du Viêt Nam en 4 volumes, le dictionnaire encyclopédique sur Hanoi (11 volumes parus), des dictionnaires biographiques, des chronologies historiques en plusieurs volumes et des dictionnaires encyclopédiques sur la faune, la flore ou les plantes médicinales.

Instruments de travail (grands formats, dictionnaires, annuaires statistiques, encyclopédies, écrits d’Ho Chi Minh)

La collection comprend également des Sources historiques majeures sur le Viêt-Nam contemporain, notamment la série complète (54 volumes) des Documents du PCV. La bibliothèque de recherche de l’IAO est la seule bibliothèque en France à posséder cette série ainsi que la série complète des Documents de l’Assemblée nationale (commandée). Elle a acquis par don de l’EFEO le Corpus des inscriptions anciennes du Việt-Nam, actuellement 21 volumes. Elle détient également les classiques sur l’histoire ancienne du Viêt-Nam : Đại Việt sử ký toàn thư (3 vol.), Đại Nam thực lục (19 vol.) et une série de sources sur l’histoire de Hanoi éditée à l’occasion du millénaire (2010). D’autres documents sources méritent d’être cités comme la documentation récente sur la Mer orientale (Biển Đông, 4 tomes + d’autres monographies sur ce sujet) ou les exemplaires originaux des revues Nhân Văn et Giai Phẩm (photo d’introduction de ce billet) dans la collection de périodiques du Fonds Boudarel.

Collections des documents du PCV et de l’Assemblée nationale de la RSVN

Pour la recherche historique, signalons que les collections en plusieurs volumes sur l’histoire du Viêt-Nam sont importantes. Éditées principalement en RSVN ou pendant la période de la République du Viêt-Nam (1955-1975) ou encore à l’étranger (France et Canada), elles abordent l’histoire générale du Viêt-Nam, l’histoire de la guerre, l’histoire économique (Đặng Phong en 3 vol.), l’histoire de Saigon (collection Văn hóa Sài Gòn), l’histoire des femmes, l’histoire des Jeunesses de choc (TNXP), l’histoire des moyens de communications, l’histoire du Parti communiste vietnamien ou celle des partis nationalistes (cotes 600 à 607V).

Histoire politique, nationalisme et communisme (Cote 605V)

L’IAO possède une collection des documents politiques parus pendant la guerre (fonds Boudarel, ouvrages et dossiers) et les œuvres politiques des principaux dirigeants communistes vietnamiens : Hồ Chí Minh, Võ Nguyên Giáp, Duẩn, Trường Chinh, Nguyễn Văn Linh… (cotes 200V) ainsi que des monographies régionales du PCV plus une collection d’ouvrages sur le droit du travail, le droit pénal, le droit des entreprises (cotes 300V). Ces collections en langue originale sont très utiles pour étudier l’histoire du communisme vietnamien, son implantation, sa structure, ses réalisations ou encore son discours.

Le volet littérature (cotes 700 et 750V) n’est pas négligeable car la collection comprend les plus grand auteurs vietnamiens : Dương Thu Hương, Khái Hưng, Nguyễn Hiến Lê, Nguyễn Huy Thiệp, Nguyễn Ngọc Ngạn, Nhã Ca, Nhất Linh, Phan Tứ, Tô Hoài, Võ Phiến, Vũ Trọng Phụng… ainsi que des collections de recueils de poésie et de théâtre populaire ou traditionnel (cote 100V).

Fonds Boudarel et ouvrages anciens

En outre, il faut signaler une collection de mémoires d’acteurs rassemblant plusieurs centaines de titres : Bùi Tín, Đồng Sĩ Nguyên, Hoàng Xuân Hãn, Nguyễn Quyết, Nguyễn Tường Bách, Nguyễn Văn To, Phm Duy, Phan Nhật Nam, Trần Văn Giàu, Trần Văn Khê, Võ Bm, Võ Nguyên Giáp, Xuân Vũ… (cotes 603V).

De même les principaux travaux d’intellectuels vietnamiens qui ont traversé le XXe siècle sont disponibles. Nous attirons l’attention également sur les précieuses sources en histoire ancienne et sur le bouddhisme du fonds Langlet-Quach que nous avions présentées dans un précédent billet.

Sur les questions économiques et sociales, la collection de l’IAO est à jour avec l’achat régulier des grandes analyses sur l’évolution économique depuis vingt ans (cotes 400V).

Périodiques

Il faut ajouter à cet ensemble unique en France l’abonnement annuel à 14 revues vivantes couvrant l’ensemble des sciences sociales (Histoire, Sociologie, Anthropologie, Droit, Économie, Sciences religieuses, etc.). Enfin, plus d’une centaine de revues mortes permettent d’approfondir dans le temps nos connaissances sur tel ou tel sujet.

Aperçu des collections de périodiques

Notre galerie de photographies affichent quelques collections en langues occidentales (français ou anglais) avec les revues Études vietnamiennes (depuis 1964, Hanoi), The Vietnam Forum (1983-1990, Yale) et Journal of Vietnamese Studies (depuis 2006, Berkeley).

Les 14 périodiques vivants couvrent les thématiques suivantes : histoire (3 revues dont une revue d’histoire du PCV), défense et armée (4 revues), économie (1 revue), sociologie (1 revue), ethnologie (1 revue), religion (1 revue), sciences humaines et sociales (1 revue), études de l’Asie du Sud-Est et gender studies (1 revue).

Sur plus de détail sur ces périodiques, voir notre billet sur les revues vietnamiennes de l’IAO (abonnements 2003-2015).

En ce qui concerne les sources journalistiques ancienne de la période indochinoise, voir notre billet sur les microformes : Collections sur l’Indochine : les microformes de l’IAO.

Pour rechercher un ouvrage de la bibliothèque de recherche de l’IAO à Lyon sur le site de la Bibliothèque Diderot de Lyon (BDL) : http://rechercher.bibliotheque-diderot.fr/primo_library/libweb/action/search.do

Les informations relatives aux inscriptions des lecteurs et à l’emprunt des ouvrages sont en ligne sur le site du laboratoire : Services

Pour finir, les efforts déployés par notre Institut depuis treize ans, grâce également aux premiers soutiens de la région Rhône Alpes et aux initiatives des historien.nes Christopher Goscha et Agathe Larcher-Goscha, permet aujourd’hui d’offrir aux chercheurs sur le Viêt-Nam contemporain une bibliothèque de recherche à la fois diversifiée dans ses thématiques et de haute qualité.

Texte et photos : François Guillemot, IR CNRS, responsable des Collections vietnamiennes à l’IAO.

MàJ 10/03/2016.

Danielle Tan : La « stratégie casino » au Laos et au Cambodge – un pari risqué sur l’avenir

[ndlr] A lire sur le site du GIS Asie : l’article du mois du Réseau Asie.

Le Laos et le Cambodge ont toujours fait figure de parents pauvres dans le champ des études asiatiques, et d’autant plus en ce qui concerne l’analyse politique de leur situation contemporaine. Pourtant, depuis la fin du monde bipolaire qui a laissé la place aux politiques de libéralisation économique dans les derniers régimes communistes de la région, les changements socio-économiques se sont accélérés sans pour autant laisser entrevoir un renouveau sur le plan politique. La transition néolibérale dans ces deux pays semble loin d’ouvrir la voie à une transition démocratique, contrairement à ce que revendique le courant de la « transitologie »-Samuel P. Huntington en tête-qui mêle étroitement réformes économiques d’inspiration néolibérale et processus de démocratisation. Cette théorie accorde notamment une place fondamentale aux élites qui sont censées être le moteur du processus de démocratisation.

Lire la suite : GIS Asie

Image « à la une » : Kings Romans Casino en août 2012 © 2012 Danielle Tan.

Voir aussi  :

Décès de Muriel Charras, directrice de recherche au CNRS

Notre collègue Annick Guénel nous a informé de cette bien triste nouvelle.

Muriel Charras était géographe, directrice de recherche au CNRS et chercheure au CNRS depuis 1980. Membre du Centre Asie du Sud-Est (CASE UMR 8170), elle menait ses recherches sur l’Indonésie. Spécialiste de ce pays en particulier sur les problématiques de l’Indonésie extérieure, elle fit de nombreuses missions de terrain notamment à Sulawesi, Bali et Sumatra. Ses thèmes de recherche portaient sur : la colonisation agricole organisée et spontanée en Indonésie, l’évolution de l’agriculture ; l’organisation spatiale régionale ; les rapports entre Indonésie intérieure et extérieure ou les processus de peuplement dans la longue durée et d’autonomie régionale (Kalimantan, Sumatra, Sulawesi, Bali). Outre ses publications, elle contribua avec Manuelle Franck et Willem Johan Waworoentoe à l’Encyclopédia Universalis (entrées Indonésie, géographie et Djakarta). Nous reproduisons ci-dessous le message diffusé au CASE annoçant son décès.

MurielCharras
Muriel Charras (1948-2015)

Nous avons la tristesse de vous faire part du décès de notre collègue Muriel Charras survenue le 28 janvier 2015.

Ayant participé à la fondation du laboratoire DEVI (Dynamique, Espace et Variation en Insulinde) dont elle fut l’une des fondatrices avec Christian Pelras, elle a ensuite dirigé le LASEMA (Laboratoire Asie du Sud-Est et monde austronésien), puis le CASE (Centre Asie du Sud-Est), dont elle a assuré la co-direction avec Andrée Feillard pendant plusieurs années (2008-2012).

Géographe de formation, discipline à laquelleelle est restée fidèle, elle a soutenu une thèse sous la direction de Georges Condominas, qu’elle a su enrichir des apports de l’ethnologie, suivant sur le terrain un groupe de Balinais, de leur village d’origine à Bali même, puis lors de leur réinstallation à Sulawesi, dans le cadre de la politique indonésienne de transmigration. Elle a ensuite longtemps travaillé dans le sud de Sumatra, étudiant sur le terrain l’intense processus de transmigration que connaissait cette région. Elle a séjourné de nombreuses années en Indonésie, pour accompagner les programmes de coopération entre le LASEMA et le LIPI*.

Elle a, entre autres, élargi sa réflexion à la longue durée, et est devenue la cheville ouvrière de plusieurs programmes menés en coopération avec des archéologues et des historiens français et indonésiens, comme en attestent ses dernières publications et les écrits qu’elle laisse inédits, sur lesquels elle travaillait encore malgré la maladie. Elle nous laisse le souvenir d’une collègue et d’une amie d’un très grand courage, d’une grande humanité, toujours attentive aux parcours des jeunes chercheurs, œuvrant en particulier pour donner aux femmes la place qui leur revenait dans les laboratoires, en Indonésie comme en France.

MigrationsSpontanéesIndonésiePrincipales publications

  • « Sumatra Transnational Prospect beyond Indonesian Integration” in Fau, Khonthapane, Taillard (eds.), Transnational Dynamics in Southeast Asia : the Greater Mekong Subregion and Malacca Strait Economic Corridors, ISEAS, Singapore, 2014 : 221-250.
  • « Indonésie – Géographie », Encyclopédie Universalis en collaboration avec Manuelle Franck, 2008.
  • Menyelusuri sungai, meruntu waktu, Penelitian Arkeologi di Sumatera Selatan 2001-2004, Guillaud (ed.) Pusat Arkeologi – IRD – EFEO 2006.
  • « Western Kalimantan in Development : A Regional Disappointment, » In Glenn Smith & Hélène Bouvier, eds., Communal Conflicts in Kalimantan : Perspectives, Jakarta : PDII-LIPI, 2006 : 131-169.
  • « The Reshaping of the Indonesian Archipelago after 50 years of Regional Imbalance”, in Regional Autonomy in a Multi-Cultural Indonesia, M. Erb, C. Faucher & P. Sulistiyanto (eds.) Routledge Curzon, London & New York, 2005 : 87-108.
  • « Les configurations et recompositions spatiales dans l’Asie du Sud-Est insulaire contemporaine », avec Manuelle Franck, in Intégrations régionales en Asie orientale, Paris, Les Indes Savantes, 2004 :399-420.
  • « Quarante ans d’introversion de l’Indonésie ; l’éclipse de toute une région. L’ASE insulaire dans les recompositions spatiales », en collaboration avec Manuelle Franck, in F. Cayrac-Blanchard, G. Defert et F. Durand (éds.), Indonésie contemporaine, Hommage à Jacques Leclerc, Paris, L’Harmattan, 2000 : 69-106.
  • « L’Indonésie : le plus grand archipel de monde », Géographie Universelle, Volume : Asie du Sud Est et Océanie, A. Antheaume & J. Bonnemaison & M. Bruneau & Ch. Taillard (eds.), Paris, Bélin Reclus, 1995 : 40-76.
  • Spontaneous settlements in Indonesia : Agricultural pioneers in Southern Sumatra. M. Pain & M. Charras (eds.). Paris, ORSTOM, 1993.
  • « L’Indonésie extérieure en peine de perspectives », Archipel 46, n° spécial : Orde Baru, 1993 : 173 190.
  • De la Forêt Maléfique à l’Herbe Divine : La transmigration en Indonésie, les Balinais Sulawesi, Edition de la MSH/Archipel, 340 p. Prix Jeanne Cuisinier 1982, INALCO.

Source : CASE

* LIPI : Lembaga Ilmu Pengetahuan Indonesia (The Indonesian Institute of Sciences)