Archives par mot-clé : civils

Stewart Lone (ed.), Daily lives of civilians in wartime Asia – CR de lecture par Gwendolène Chambon

Réf. : LONE, Stewart (ed.), Daily lives of civilians in wartime Asia: from the Taiping Rebellion to the Vietnam War, Westport, Conn., Greenwood Press, 2007.

Cet ouvrage intitulé Daily lives of civilians in wartime Asia: from the Taiping Rebellion to the Vietnam War a été publié en 2007 chez Greenwood Press, une maison d’édition basée à Westport dans le Connecticut, spécialisée dans les publications académiques et plus largement à destination de l’enseignement (du primaire au supérieur). L’ouvrage est édité sous la direction de Stewart Lone, professeur d’histoire sociale sur l’Asie de l’Est à l’Université de South West Wales en Australie, et spécialiste du Japon et de la Corée. Cet ouvrage collectif s’insère dans la collection Daily Life through History qui rassemble un certain nombre d’études consacrées à la vie quotidienne durant la guerre.

Quelques titres de la collection “Daily Lives of Civilians in Wartime” chez Greenwood Press.

L’ouvrage apparaît d’abord comme un manuel d’histoire. Il couvre des périodes différentes et des éléments de guerre diverses : colonisation, décolonisation, rébellions ou guerre civile (les belligérants impliquant parfois des puissances occidentales mais pas systématiquement). Il couvre un peu plus d’un siècle de guerres en Asie. Découpé en huit chapitres, traitant chacun d’une période différente, il se veut accessible à tous les publics.

« La guerre est arrivée à la maison »

Dans l’introduction, l’Asie est définie comme comprenant les pays d’Asie du Nord-Est et du Sud-Est, principalement ceux proches de l’influence géographique ou culturelle de la Chine. Sont donc exclus les pays d’influence indienne ou islamique, soit l’Asie du Sud et l’Asie centrale. On peut nuancer cette limitation de l’espace avec la présence d’un chapitre sur l’Indonésie et d’un autre sur les Philippines. Cependant, les auteurs justifient leur position en s’appuyant sur l’importance du commerce maritime de ces pays, longtemps colonisés par des puissances occidentales, avec la Chine.

L’introduction pose ensuite les concepts de « conflits » et de « guerre » dans cette région largement influencée par le confucianisme. Selon  l’auteur, il y a une « résistance intrinsèque à la guerre et aux guerriers » (avec une nuance pour le Japon). Ainsi, entre la prise de pouvoir des Qing en Chine en 1644, qui ont su maintenir un système stable, et l’arrivée des britanniques vers le milieu du XIXe siècle, il n’y a pas de conflits majeurs entre deux pays de l’est de l’Asie 1. Il y a une mise en opposition avec les pays d’Europe de l’Ouest et les États-Unis, où se développe l’idée que la guerre est source de progrès et créativité. Avec l’arrivée des Occidentaux, les sociétés asiatiques auraient été forcées d’altérer leurs valeurs et pratiques, le point de rupture étant la première guerre de l’opium (1839-1842). Avec les Traités inégaux et les colonisations occidentales, il y aurait eu l’établissement d’un nouvel ordre culturel et social.

Cette idée qui prône que ce sont les Occidentaux qui ont amené la culture de la guerre en Asie, nous semble assez critiquable, même si bien sûr, et on va le voir dans les chapitres, ils sont souvent mêlés de près ou de loin aux différents conflits étudiés (belligérants, forces alliées à l’une des parties en guerre).

Cet ouvrage a sans doute vocation à raconter l’histoire autrement, c’est-à-dire à travers le regard des gens ordinaires, les civils, qui ne participent pas directement aux combats, à l’inverse des soldats, mais qui sont nécessairement impactés, d’une manière ou d’une autre par les conflits, et qui sont d’ailleurs souvent ceux qui en souffrent le plus. On se trouve parfois à chemin entre l’histoire sociale et la micro-histoire. Cette approche est intéressante mais se pose évidemment la question des sources et de la méthode pour rendre compte d’un tel point de vue.

« La guerre est arrivée à la maison » : cette phrase indique la nécessaire adaptation de la vie quotidienne des civils pendant ces temps de guerre (se réfugier sous terre, fuir, survivre, résister…), notamment sur les points les plus élémentaires comme la nourriture et l’habillement. Les auteurs analysent et mesurent comment la guerre s’introduit dans la vie quotidienne. Pour ce faire, différents angles d’approche sont valorisés : un point de vu large, un autre centré sur une ville, l’idée étant de restituer une histoire sociale au plus proche des civils dans leur vie quotidienne. L’introduction annonce également l’existence de biais du fait que les auteurs se concentrent surtout sur la vie urbaine, faute de source sur la vie rurale. Il y a donc une part d’ignorance sur le quotidien d’une partie importante des populations étudiées. L’ouvrage est enfin illustré par des cartes et des photographies, comme autant de  témoignages visuels au lecteur.

Une diversité d’approches pour rendre compte de la vie quotidienne en temps de guerre

Sept auteurs différents se partagent l’écriture du livre, tous des professeurs associés, professeurs ou chercheurs, spécialistes dans les domaines et pays abordés par l’ouvrage. Cela apporte une grande diversité dans l’écriture et dans les approches privilégiées dans chaque chapitre. Des éléments communs dans la structure des chapitres peuvent être relevés. Il y a toujours un point de contextualisation sur le conflit en introduction de chapitre. Le plus souvent, il y a une description de la vie des civils par la ville (en termes spatiaux), même si on a parfois quelques éléments sur la vie dans les campagnes comme c’est le cas dans le premier chapitre sur la Chine durant la rébellion des Taiping ou dans le chapitre sur le Japon en guerre de 1937 à 1945.

Les chapitres sont structurés en parties (excepté pour le dernier qui porte sur le Vietnam, relevant plus du témoignage direct) mais n’abordent pas toujours les mêmes thèmes. Le chapitre peut être organisé par thèmes sociétaux (comme le premier sur le Japon de Meiji), autour d’un lieu (comme le Teahouse dans le chapitre sur la Chine urbaine en temps de guerre), par catégories de personnes, par des éléments culturels. Le chapitre sur la Corée se structure autour de trois villes : Séoul, Pusan et Pyongyang. Certains thèmes sont récurrents comme les conditions de vie de certaines catégories de la population (enfants, étudiants, femmes), l’impact de la guerre sur les éléments de base de la vie quotidienne comme la nourriture ou l’habillement, le rapport aux forces d’occupation quand il existe.

Des similarités dans le quotidien des civils en temps de guerre ?

On ne peut pas généraliser ce qui se déroule dans chacun des conflits mais on peut noter certaines similarités. La rhétorique de la “vie à la normale” est un concept qui ressort de cet ouvrage : malgré la guerre, les gens essaient de vivre normalement. Emergent alors des formes de résilience permettant aux populations de survivre (se nourrir, gagner de l’argent). Dans les attaques contre les villes, on observe également des similarités : la ville est prise par l’ennemi, parfois avec l’aide des habitants comme dans la Chine des Taiping (ou leur indifférence dans le cas de Séoul par exemple), elle est reprise et on assiste à des destructions massives puis à une repopulation tardive. Cela nous amène à la notion de « villes fantômes » (ghost cities) comme c’était le cas également de Phnom Penh qui n’est pas évoqué dans l’ouvrage.2. Le déplacement des populations est également un arc qu’on retrouve dans plusieurs des conflits évoqués. Ils entraînent en effet un nombre important de réfugiés, ce qui provoque une pression sur les ressources vivrières. C’est une conséquence connue de la guerre. Les questions des maladies et des conditions de la vie quotidienne pendant la guerre en fonction du climat pourraient être davantage abordées mais on sent que c’est également un point commun à considérer. Il ressort également de ces chapitres une importante routinisation de la violence sur ces civils.

En effet, dans les conflits étudiés, les civils sont les plus grandes victimes (bombardement, invasion / destruction, occupation / répression, mise à contribution forcée, déplacement de population…). Pour les auteurs, il y a une fracture avec les conflits antérieurs dans lesquels les forces armées étaient les plus touchées.

Guerre du Viêt-Nam, familles sur la route de Tan An, 1966-1967 © Tom Jackson (sur Manh Hai)

Comment restituer l’histoire quotidienne ?

L’ouvrage n’est pas exempt de points critiquables. On peut regretter le peu d’information sur la méthode, l’approche analytique de chacun des auteurs (en début de chapitre par exemple) bien qu’il faille noter la présence de notes et de bibliographies à chaque fin de chapitre. Il y a peu de citations directes dans la plupart des articles et peu d’explications sur les sources utilisées précisément. Il est difficile de savoir si les auteurs se basent sur des archives ou des témoignages. Cela est sûrement dû au fait que le livre s’adresse à un public large mais, dans le cadre académique, cette absence de précisions se révèle dérangeante. Certains chapitres gagneraient à être plus illustrés, avec des cartes pour la ville de Manille par exemple, ou avec davantage de photos comme pour le Vietnam. Un chapitre sur le conflit civil au Cambodge aurait apporté un autre point de vue intéressant. 

L’ouvrage reste facile à lire puisque chronologique. Même sans bien connaître les conflits, on peut aisément suivre les événements et se rendre compte de l’impact de la guerre sur les vies quotidiennes des civils, ce qui est l’objectif principal du livre. Les différentes approches apportent un point de vue varié très intéressant, diversifiant la lecture et la rendant fluide. Il faut noter également que les chapitres sont parfois très détaillés, ce qui nous apporte une vraie information sur la vie de ces civils, de manière très large : hommes, femmes, enfants, personnes âgés, prisonniers, étrangers… La restitution de ces vies en temps de guerre reste le point fort de cet ouvrage.*

* * *

Un travail de mémoire essentiel

Bien que les auteurs abordent quelques éléments politiques, ils ne forment pas du tout le cœur de l’ouvrage. Celui-ci est tourné vers le récit de la vie quotidienne des civils en temps de guerre. Cette histoire se double ainsi d’un travail de mémoire,permettant aux lecteurs d’avoir accès au point de vue des gens ordinaires, et finalement à l’autre côté de la guerre, pas seulement celui des élites, des dirigeants ou des combattants. Ce n’est évidemment pas un travail facile, en fonction des sources disponibles, notamment pour certains pays qui sont encore assez fermés sur le sujet. On note alors une difficulté de la micro-histoire : Comment généraliser la vie d’une population ou le point de vue des individus à partir d’un seul témoignage comme dans le cas du chapitre sur le Vietnam ? C’est là un des enjeux du travail des historiens.

Gwendolène Chambon, promotion ASIOC 2018-2019.

Gwendolène Chambon est étudiante en Master 2 Asie Orientale Contemporaine à l’ENS de Lyon. Elle s’est spécialisée sur la Chine populaire et s’intéresse en particulier aux enjeux de la relation entre ce pays et l’Union européenne. Elle effectue actuellement une mobilité académique à Shanghai.

Image “à la une” : Photo de Nick Ut, New York Times © DR

Notes

  1. Notons qu’une guerre civile prolongée se déroule dans l’ancien Vietnam entre les seigneuries Trinh et Nguyen, 1627-1672 ; 1774-1775 []
  2. Rappelons que la ville fut vidée de ses habitants à l’arrivée des Khmers rouges à partir du 17 avril 1975 []

« Mémoires d’Indochine » 2018 : séance 5

Année universitaire 2018-2019 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires, récits de vie en situations

★ ★ ★

Mme Nguyen Van Bong en 1973. Son époux, homme politique de premier plan, cofondateur du Mouvement National Progressiste, fut assassiné en pleine rue à Saigon le 10 novembre 1971 © DR

Mémoires “genrées”

Séance 5 : mercredi 24 octobre 2018 – salle de réunion R20

Quelle est la place des femmes dans les récits mémoriels ? Quels types de récit sont écrits par les femmes ? A travers quelques exemples présentés pendant le séminaire, cette séance aborde la question des récits personnels rédigés par des femmes. Si ceux-ci souvent porteurs d’une histoire familiale et sociale dépassant le récit politique ou militaire des hommes, ils proposent aussi un récit alternatif (“genré et réconciliateur”) de la déchirure vietnamienne. Nous ferons appel aux mémoires de personnalités politiques de premier plan (Nguyen Thi Binh) tout comme de statut plus modeste (Le Ly Hayslip, Quynh Dao, Xuan Phuong) pour confronter la vision d’un récit à la fois national et familial.

Dans un second temps, nous discuterons de l’évolution historiographique de la thématique “genre et guerre” proposée par Françoise Thébaud puis nous questionnerons les enjeux sociaux et historiques de l’analyse iconographique, enjeux soulevés par la publication de l’ouvrage collectif Sexe, race et colonies (la Découverte, 2018).

Enfin, la troisième partie du séminaire sera dédiée aux exposés oraux. Le premier s’intéressera aux enjeux de mémoire en Indonésie, le second à la vie quotidienne des populations civiles dans un contexte de guerre.

Textes discutés

Françoise Thébaud, “Penser les guerres du xxe siècle à partir des femmes et du genre. Quarante ans d’historiographie”, in Les lois genrées de la guerre, Clio, Femmes, Genre, Histoire, n°39, 2014, p. 157-182. Article en ligne sur OpenEdition.

Nicolas Bancel, “Exhiber l’exhibition ? Quand les historiens font débat : retour sur « Sexe, race et colonies »“, The Conversation, 17/10/2018. [Lire également les articles mentionnés par des liens]

Corpus de récits personnels présentés en début de séance

Bong-Wright, Jackie, Autumn Cloud. From Vietnamese war widow to American activist, Sterling, VA, Capital Books, 2001.

Chân Không (Sœur), La force de l’amour. Une bouddhiste dans le Viêt-Nam en guerre, Paris, La Table Ronde, “Les chemins de la sagesse”, 1995.

Dang Phuong Nghi, Mo, une micro-histoire du Vietnam au XXe siècle, Paris, Centre International d’Études Vietnamiennes, 2004.

Elliott, Duong Van Mai, The Sacred Willow. Four Generations in the Life of a Vietnamese Family, Oxford, Oxford University Press, 1999.

Le Ly Hayslip (avec Jay Wurst), Entre le ciel et la terre, Paris, Éditions du Seuil, 1993. Lire le CR de lecture en ligne d’Astrid Gillier sur le carnet de recherche Femmes et Guerres au Viêt-Nam.

Ly San Meas, Mon Cambodge. Le destin d’une femme, Paris, L’Harmattan, “Graveurs de mémoire”, 2012.

Nguyen Thi Binh, Family, Friends and Country. Autobiography, Hanoi, Tri Thuc Publishing House, 2013. Traduit en français sous le titre Ma famille, mes amis et mon pays. Mémoires (Éditions Tri Thuc, Université Hoa Sen, 2015).

Quynh Dao, Tales from a Mountain City. A Vietnam War Memoir, Fyshwick, Odyssey Books, 2010.

Tran To Nga, Ma terre empoisonnée. Vietnam, France, mes combats, Paris, Stock, 2016.

Xuan Phuong (avec Danièle Mazingarbe), Ao dai, du couvent des Oiseaux à la jungle du Viêt-minh, Paris, Plon, 2001.

Exposés oraux

Exposé de Samia Kotele

  • Pramoedya Ananta Toer, The mute’s soliloquy : a memoir, Londres, Penguin books, 1999. (Titre original : Nyanyi Sunyi Seorang Bisu). 

Présentation en ligne : Amazon

Exposé de Gwendolène Chambon

  • Lone, Stewart, Daily lives of civilians in wartime Asia: from the Taiping Rebellion to the Vietnam War, Greenwood, The Greenwood Press Daily Life Through History Series: Daily Lives of Civilians during Wartime, 2007. 

Présentation de l’éditeur : Thrift Books

Image “à la une” : Peinture de l’artiste Dinh Y Nhi (née en 1967).

Olga Dror : The Author and her Work [about Nha Ca]

[ndlr] A l’occasion des cinquante ans de l’Offensive du Têt, relisons l’article historique d’Olga Dror en introduction du témoignage de Nha Ca paru en 1969 et traduit en anglais en 2014 (p. xv-lxv).

Réf. : Nha Ca, Mourning Headband for Hue. An Account of the Battle for Hue, Vietnam 1968, Indianapolis, Indiana University Press, 2014. Translated with an Introduction by Olga Dror.

 

Ý kiến về lễ kỷ niệm 50 năm Mậu Thân ‘rầm rộ’ [BBC Vietnamese]

[ndlr] Une chronique intéressante sur la commémoration officielle par la RSVN de l’Offensive du Têt 1968, à lire comme illustration de la persistance d’une des fractures vietnamiennes.

Tổng Bí thư Nguyễn Phú Trọng cùng các lãnh đạo cao nhất trong Đảng Cộng sản dự lễ kỷ niệm 50 sự kiện mà Việt Nam gọi là “Cuộc Tổng tiến công và nổi dậy Xuân Mậu Thân 1968”.

Năm 1968, biến cố tổng tấn công trên khắp các địa phương của Việt Nam Cộng Hòa đã tạo ra bước ngoặt trong Chiến tranh Việt Nam.

Bí thư Thành ủy TP.Hồ Chí Minh Nguyễn Thiện Nhân phát biểu tại buổi lễ, nêu lập trường chính thức của Đảng:

“Cuộc Tổng tiến công và nổi dậy Xuân Mậu Thân 1968 mãi mãi là biểu tượng sáng ngời của lòng yêu nước, của ý chí quyết tâm sắt đá, tinh thần quyết chiến, quyết thắng của toàn Đảng, toàn dân và toàn quân ta để giành độc lập, tự do, được dẫn dắt, soi đường bởi sự lãnh đạo tài tình, đường lối đúng đắn của Đảng ta và Chủ tịch Hồ Chí Minh vĩ đại”.

Ý kiến ‘phi chính thức’

Tuy vậy, giáo sư Nguyễn Khắc Mai, cựu Vụ trưởng Vụ Nghiên cứu, Ban Dân vận Trung ương Đảng Cộng sản Việt Nam nói với BBC: “Tôi cho rằng không nên làm kỷ niệm Mậu Thân rầm rộ, nghiên cứu thì cứ nghiên cứu để tìm ra bài học ngăn ngừa chuyện ấy trong tương lai.”

“Không nên khoét sâu những nỗi đau của một cuộc chiến huynh đệ tương tàn như vậy.”

“Người nhà đánh nhau, nồi da xáo thịt thì oai hùng nỗi gì mà tưởng niệm.”

“Hơn nữa, tôi thấy bây giờ dư luận không để ý nhiều đến buổi lễ này.”

“Bây giờ không phải bất kỳ sự kiện nào Đảng làm thì người ta cũng theo dõi, hoan nghênh đâu,” ông Khắc Mai cho hay.

Hôm 1/2, nhà báo tự do Nguyễn An Dân bình luận với BBC:

“Đảng Cộng sản Việt Nam dùng chữ “tri ân”, vậy lễ này tri ân những người nằm xuống vì cái gì? Vì họ chiến đấu cho đảng? Hay vì họ nội chiến với chính đồng bào của mình?”

Lire la suite : BBC Vietnamese, 01/02/2018.

Image “à la une” : April 1969: a South Vietnamese woman mourns over the body of her husband, found with 47 others in a mass grave near Hue © AP Photo/Horst Faas

Cody J. Foster : Did America Commit War Crimes in Vietnam?

[ndlr] Dans la série “Vietnam ’67”, un article à lire sur le tribunal Russell organisé par des intellectuels européens pour dénoncer la guerre menée par les Américains au Viêt-Nam.

Continuer la lecture de Cody J. Foster : Did America Commit War Crimes in Vietnam?

Marcelino Truong : Une si jolie petite guerre. Saigon 1961-1963 – CR de lecture par Alexandre Brochard

CR de lecture d’Alexandre Brochard : Marcelino Truong, Une si jolie petite guerre. Saigon 1961-63, Paris, Denoël, Denoël Graphic, 2012, 269 p.

MarcelinoTruong_UneSiJoliePetiteGuerreUne si jolie petite guerre est un roman graphique narrant trois années d’enfance de son auteur, Marcelino Truong, illustrateur né à Manille (Philippines) d’une mère malouine et d’un père vietnamien. Haut-fonctionnaire et diplomate de la République du Viêt-Nam (communément appelé Sud-Viêt Nam), son père est amené à travailler dans les ambassades du monde entier, entrainant sa famille lors de ses déplacements. Après quelques années passées aux États-Unis et l’élection de John Fitzgerald Kennedy à la présidence, la famille Truong s’installe finalement à Saigon. Nous sommes en 1961 et les prémisses d’une guerre sans précédent se font déjà ressentir dans la capitale du Sud-Viêt Nam1.

Au-delà de l’aspect graphique permettant d’exprimer par le trait et les couleurs, cet ouvrage est également une source d’informations concernant la vie quotidienne saïgonnaise au début de la guerre du Viêt Nam. Très accessible, le récit nous renseigne aussi sur les conditions de vie des civils dans la campagne sud-vietnamienne via des passages plus historiques, en parallèle avec des chapitres plutôt personnels, narrés à travers les yeux de l’auteur lorsqu’il avait quatre ans (en 1961). Bien qu’ayant vécu cette période depuis le Sud (allié aux États-Unis dans un contexte de guerre froide), Marcelino Truong s’efforce de faire la part des choses et de traiter autant des violences commises par les forces armées populaires du Front National de Libération du Sud-Viêt Nam2 que par l’Armée de la République du Viêt Nam3, ainsi que de leurs techniques de propagandes respectives. Enfin, les figures féminines et les enfants, parfois oubliées des autres récits, sont mis en avant au fil des vignettes à travers différents personnages.

Une vie mondaine, urbaine et occidentale

Si l’auteur affirmait lors d’une interview que « notre histoire est celle de milliers de familles comme la nôtre, dont on ne parle jamais ou peu »4, il ne faut néanmoins pas perdre de vue que le cadre de vie de la famille Truong était plutôt privilégié. Son père étant un proche et l’interprète du Président Ngô Đình Diệm (1955 – 1963), il fréquentait de fait les hautes sphères de pouvoir du Sud-Viêt Nam. Il menait une vie plutôt mondaine, rythmée notamment par de nombreuses réceptions au Palais de l’indépendance5, près duquel il résidait dans un appartement de style moderne. L’auteur ne manquera cependant pas de dénoncer que « la vie mondaine continuait donc et pourtant, les nouvelles de la guerre étaient mauvaises » (p. 86). Depuis le centre-ville de Saigon, il ne s’agissait encore que d’une « jolie petite guerre » (p. 90), finalement d’une ampleur dont personne n’avait encore pris conscience.

C’est donc une vie apparemment éloignée du danger que Marcelino Truong et sa famille vivent, dans un Saigon encore marqué par des années de colonisation. En effet, l’influence française est omniprésente, tant dans les toponymes que dans l’architecture, en passant par la littérature, la musique et le cinéma. C’est ainsi non sans humour que l’auteur narre sa rencontre avec Fernandel dans Ali Baba et les Quarante Voleurs6 lors d’une séance en centre-ville, alors même qu’une grenade explosait dans un autre cinéma de l’autre côté de la rue. La présence américaine dans le pays se faisait également ressentir sous bien des aspects, du Coca-Cola à la voiture familiale, une Rambler7. De nombreuses références au cinéma hollywoodien (Gone with the Wind, 1939 de Victor Fleming, Ben Hur, 1959 de William Wyler…) sont aussi faites tout au long du récit, illustrant l’imprégnation de l’auteur dans la culture de l’Oncle Sam.

MarcelinoTruong_UneSiJoliePetiteGuerre_extrait1

De plus, le code vestimentaire utilisé à l’époque au Palais présidentiel du Sud-Viêt Nam révèle encore une fois l’occidentalisation par l’influence américaine. Ainsi, le costume-cravate est de rigueur pour le père de l’auteur, tout comme pour le Président Ngô Đình Diệm. Enfin, le catholicisme fervent pratiqué par les parents de l’auteur n’est pas une exception dans le Sud-Viêt Nam, où se sont réfugiés plus de 800 000 catholiques nord-vietnamiens après la partition du pays en 1954. D’autre part, les fêtes de Noël sont très présentes dans la capitale en fin d’année. Un chapitre (pp. 134-148) est d’ailleurs dédié à l’histoire des catholiques du Viêt Nam depuis le XVIe siècle. Ces pratiques sont aussi à mettre en parallèle à la répression anti-bouddhiste ordonnée par Ngô Đình Diệm et dénoncée dans l’ouvrage.

Civils ruraux et urbains dans la guerre

La vie urbaine de l’auteur à Saigon est à lire au regard de celle des vietnamiens vivant à l’intérieure des terres, où s’exercent les principales violences de la guerre. Comme évoqué plus haut, l’auteur expose dans des vignettes plus historiques l’intensité des combats et les difficiles conditions de vie dont il n’a pas eu directement l’expérience. Les pages qui y sont consacrées sont teintées d’une palette de couleurs froides, illustrant une atmosphère plutôt macabre, mais aussi un certain détachement.

Ainsi, « la sale guerre avait lieu dans les campagnes » (p. 89), entre les affrontements avec les partisans du FNL et les différentes actions du gouvernement de la République du Viêt Nam, menées conjointement avec les États-Unis. L’auteur critique de manière virulente l’échec de la plupart de ces opérations et les nombreux « dommages collatéraux » (p. 165)8 qu’elles ont engendrés.

MarcelinoTruong_UneSiJoliePetiteGuerre_extrait2

Le programme « hameaux stratégiques », ayant pour objectif de protéger les paysans sud-vietnamiens de l’influence des Viêt Công, mettant à contribution les civils eux-mêmes pour leur construction, n’aurait eu pour résultat que l’impopularité des conseillers américains au bénéfice des combattants du FNL. Marcelino Truong dépeint également avec effroi les ravages de l’agent orange déversé sur les forêts vietnamiennes dès l’opération Ranch Hand9. L’évocation de la destruction de l’écosystème de la région et des déformations encore nombreuses aujourd’hui chez les nouveaux nés vietnamiens sonne comme un réquisitoire contre ces méthodes jugées inefficaces et surtout mortifères. De manière étonnante, l’auteur insiste beaucoup moins sur les violences perpétrées par le FNL sur les civils en les évoquant seulement, se concentrant sur les échecs du gouvernement du Sud.

Le monde rural est ainsi le théâtre des affrontements les plus sanglants, mais les grandes villes, et notamment Saigon, n’étaient pas en reste. C’est en effet dans de ce qui deviendra Hô-Chi-Minh-Ville en 1975 que s’exercent des dynamiques s’apparentant à une guerre civile. Les violences subies par les civils urbains sont d’un autre genre et c’est d’une toute autre manière que les illustre l’auteur (les ayant vécues lui-même) : en les insérant dans des scènes de vie familiales. La présence de plus en plus accrue de soldats, d’armes, de véhicules blindés et de références belliqueuses au fil des pages exprime de manière évidente l’installation d’un climat de guerre au sein de la capitale. Parallèlement s’ajoute également un climat de peur : des attentats successifs vont toucher le centre-ville, du Palais présidentiel à l’Hôtel de Ville, en passant par les cinémas et autres lieux de vie. Ce milieu devenant toujours plus hostile agitera d’ailleurs la santé de la mère de l’auteur par « une crise de foie carabinée » (p. 105) (sa mère avait été affectée par la guerre à Saint-Malo dans son enfance)10 et fait écho aux évènements récents quant à la tension palpable et le développement d’une certaine psychose. Cette paranoïa maternelle, très bien rapportée par l’auteur, s’exprime d’autant plus que les médias sont très présents à Saigon et vont de fait particulièrement insister sur ces évènements traumatisants.

La femme, l’enfant et le soldat

Outre les différences entre civils ruraux et civils urbains en termes d’expérience de la guerre, l’auteur présente aussi sous un autre jour les figures de la femme et de l’enfant dans ce contexte.

Le genre féminin est en effet omniprésent tout au long du récit à travers différents symboles et personnages. Déjà citée précédemment, la mère de Marcelino Truong est centrale et ses réactions rythment les pages du roman de manière singulière. Mère au foyer consciente du déroulement de la guerre (son mari lui donnant accès à cette information), elle va également avoir une influence non-négligeable sur ses enfants et surtout son mari, en précipitant leur départ de la capitale pour Londres à l’été 1963. Une autre figure féminine récurrente et symbolique de cette période : Madame Nhu, surnommée « Madame » ou « Dragon Lady » (par la presse américaine), belle-sœur du Président. Se voulant « une femme vietnamienne moderne et émancipée » (p. 123), elle est célèbre pour ses déclarations sulfureuses11 et son engagement féministe au sein du Mouvement de Solidarité des Femmes12. Elle est également à l’origine des Jeunes femmes républicaines, bataillon féminin des forces sud-vietnamiennes et bras armé du MSF. L’auteur insiste également sur sa comparaison avec les soeurs Trưng, héroïnes emblématiques de la lutte contre la Chine. Il explique clairement de quelle manière ces figures historiques ont été transposées en la personne de Madame Nhu, la Chine d’alors étant associée au Nord-Viêt Nam communiste. De cette manière, Marcelino Truong souligne intelligemment la place centrale des femmes dans le conflit vietnamien, considérées « à la fois actrice et victimes »13.

La seconde figure dépeinte à travers ce roman graphique, et qui est certainement la plus mis en avant : l’enfant. D’une part, le récit est raconté à travers les yeux de l’auteur lorsqu’il était petit, faisant donc ainsi de l’enfance le thème majeur de l’ouvrage. Mais là n’est pas le seul élément qui s’y rapporte. En effet, l’œuvre dans son ensemble peut, d’autre part, se lire comme une critique acerbe contre la militarisation des plus jeunes. Une simple observation des scènes familiales et de jeux permettent de se rendre compte que l’auteur « éprouvais une grande fascination pour les machines de guerre et les soldats qui peuplaient les rues de Saigon »14.

MarcelinoTruong_UneSiJoliePetiteGuerre_extrait3

Si ces quelques détails semblent anodins de prime abord, ils résonnent après réflexion comme autant d’attaques envers la propagande du gouvernement nord-vietnamien qui « avait largement militarisé la société […] et n’hésitait pas à mettre un fusil […] dans les mains des enfants » (p. 181), allant même jusqu’à une comparaison avec les enfants soldats du régime maoïste. Après la lecture de ces quelques lignes, la transposition du conflit dans l’univers ludique de l’auteur et de ses frères et sœurs (et certainement de beaucoup d’autres enfants à l’époque) semble devenir une évidence : les jeux de guerre, les fausses armes, l’intérêt pour les expositions d’armement, les combats d’animaux, les blagues sur les Viêt Công… Autant d’éléments apparemment anodins participent finalement de l’atmosphère générale, du climat de guerre et de tension paranoïaque évoqués plus haut. Cette réflexion a posteriori sur la militarisation de l’enfance est ainsi judicieusement incluse dans un récit enfantin et nourri de l’innocence de l’auteur, elle-même alimentée par un contexte urbain plutôt privilégié et sécurisé.

Très éloigné de ce que l’on peut trouver dans les documentaires ou les ouvrages académiques traitant de cette période, Marcelino Truong nous offre ici un portrait familial et une micro-histoire de la guerre du Viêt Nam pour le moins atypique. En mettant l’enfant au centre, sujet méconnu de la guerre, il livre un récit proche du réel et fondé sur des expériences personnelles, tout en faisant écho à des problématiques très actuelles sur la guerre civile et la militarisation de l’enfance (en Syrie, au Tchad…). Le sujet est d’ailleurs traité parfois avec humour, le rendant accessible au plus grand nombre (bien qu’il soit le plus souvent classé dans la catégorie des romans graphiques « adultes ») ; parfois avec gravité, permettant au lecteur de prendre conscience des dénonciations qui en découlent. Chacune de ces atmosphères s’entrecroise avec des couleurs et des styles graphiques distinctifs, rendant l’ouvrage d’autant plus dynamique.

L’auteur illustre également les différentes facettes de ce que beaucoup ont appelé « la sale guerre »15. ou ont considéré comme « une guerre d’un autre genre », alliant des scènes de combat d’une violence inouïe dans les zones rurales aux caractéristiques d’une guerre civile et urbaine rythmée par des attentats répétés (le statut de guerre civile n’est d’ailleurs pas reconnu officiellement par le régime communiste au pouvoir depuis la fin de la guerre), sans oublier le rôle sans précédent de l’opinion publique internationale. Par une critique virulente tant des méthodes américaines appliquées par le gouvernement sud-vietnamien que de la terreur imposées par les combattants du FNL (opérations militaires, mauvais traitements, propagande…), l’auteur relève en grande partie le défi de l’impartialité. Il réussit à se détacher de l’histoire conventionnelle de la guerre du Viêt Nam sans pour autant renier ses influences occidentales et la vie mondaine que sa famille pu mener.

C’est donc un récit haut en couleurs et tout à fait passionnant que nous livre Marcelino Truong dans Une si jolie petite guerre, tant par son fond que par sa forme. Dans la lignée de Persepolis16, les expériences vécues à travers les yeux de l’enfance rapportées dans cet ouvrage sont à la fois lucides, touchantes, innocentes mais aussi très révélatrices. Si le ton parfois employé peut paraître très virulent envers certaines figures, la critique semble tout à fait justifiée et est même bienvenue. En effet, prendre du recul sur les erreurs du passé est essentiel afin de ne pas les reproduire à l’avenir. Le titre du second volume de ce roman graphique devrait d’ailleurs nous mettre sur la voie : Give Peace a Chance…17

Alexandre Brochard, promotion ASIOC 2015-2016.

Illustrations : Marcelino Truong © Denoël ; légendes A. Brochard.

 ★ ★ ★

Bibliographie

Ouvrages et articles cités

  • Guillemot, François, 2014 : Des Vietnamiennes dans la guerre civile. L’autre moitié de la guerre, 1945-1975, Paris : Les Indes savantes, 241 p.
  • Pasamonik, Didier, 2013 : « Marcelino Truong (Une si jolie petite guerre) : “Notre histoire est celle de milliers de familles comme la nôtre, dont on ne parle jamais ou peu.” », Actua BD, 31 juillet 2013, [En ligne], page consultée le 25 novembre 2015 (URL : http://www.actuabd.com/Marcelino-Truong-Une-si-jolie).
  • Satrapi, Marjane, 2007 : Persepolis, Paris : L’Association, coll. « Ciboulette », 365 p.
  • Truong, Marcelino, 2012 : Une si jolie petite guerre. Saigon 1961-63 Paris : Denoël, Denoël Graphic, 269 p.
  • Truong, Marcelino, 2015 : Give Peace a Chance. Londres 1963-75, Paris : Denoël, Denoël Graphic, 278 p.

Documentaires

  • Courtes, Marie-Christine, 2012 : « Mille jours à Saigon », documentaire diffusé sur la chaîne TVR Rennes 35 Bretagne (53 min), une coproduction Vivement Lundi !, 53 min.
  • Fomm, Christel, 2015 : « Der Vietnamkrieg. Gesichter einer Tragödie » (en français « Vietnam. La sale guerre »), documentaire diffusé sur la chaîne Arte le 14 avril 2015 à 20h50, 90 min, [En ligne], page consultée le 19 novembre 2015 (URL : https://www.youtube.com/watch?v=z8UZTfvD6ns).

Sitographie

_______________

Alexandre Brochard est étudiant du Master 2 “Asie Orientale Contemporaine” à l’Institut d’Asie Orientale de l’École Normale Supérieure de Lyon. En séjour académique à l’Université Gakushūin de Tōkyō en 2016, il effectue des recherches sur la sécurité énergétique et le développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication au Japon.

Notes

  1. République du Viêt Nam (1955 – 1975), opposée à la République démocratique du Viêt Nam (Nord-Viêt Nam) pendant la guerre jusqu’à la victoire communiste et la réunification []
  2.  FNL-SVN, aussi appelé Viêt Công, soutenu par le régime communiste du Nord-Viêt Nam []
  3. ARVN, armée du régime sud-vietnamien, soutenue par les États-Unis []
  4. Propos recueillis par Didier Pasamonik pour Actua BD, 31 juillet 2013, [En ligne], page consultée le 25 novembre 2015
    (URL : http://www.actuabd.com/Marcelino-Truong-Une-si-jolie) []
  5. Aujourd’hui Palais de la réunification, résidence officielle de Nguyễn Văn Thiệu, l’ancien Président de la République du Viêt Nam []
  6.  Un film de Jacques Becker, 1954 []
  7.  Renault Rambler, conçue par American Motors dans les années 1960 []
  8. Terme alors utilisé pour désigner les victimes civiles, que l’auteur considère comme un grave euphémisme []
  9. Opération militaire américaine (1962-1971) consistant en la pulvérisation de défoliants sur les zones rurales []
  10.  Didier Pasamonik pour Actua BD, op. cit., p. 1 []
  11.  Elle parla notamment de « barbecue » pour désigner l’immolation du bonze Thích Quảng Đức en juin 1963 []
  12. MSF, organisation féminine créée et dirigée par Madame Nhu []
  13. François Guillemot, Des Vietnamiennes dans la guerre civile. L’autre moitié de la guerre, 1945-1975, Paris, Les Indes savantes, 2014, citant Marguerite Rollinde, p. 18 []
  14.  Didier Pasamonik pour Actua BD, op. cit., p. 1 []
  15.  Christel Fomm, « Der Vietnamkrieg. Gesichter einer Tragödie » (en français « Vietnam. La sale guerre »), documentaire diffusé sur la chaîne Arte le 14 avril 2015 à 20h50 (90 min), [En ligne], page consultée le 19 novembre 2015 (URL : https://www.youtube.com/watch?v=z8UZTfvD6ns) []
  16. Marjane Satrapi, série de bande-dessinée autobiographique en noir et blanc dont l’intrigue se déroule entre Téhéran et Vienne sur la période 1979-1994, 4 volumes publiés entre 2000 et 2003 par les éditions L’Association []
  17. Marcelino Truong, Give Peace a Chance, Paris : Denoël, Denoël Graphic, 2015, 276 p. []

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2015 : Séance 4

Année universitaire 2015-2016 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

Mémoires d’Indochine :

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

MémoiresIndochine_2015_vintage

Séance 4 : mardi 20 octobre 2015

Les civils dans les guerres d’Indochine (1945-1993)

La péninsule indochinoise a été le théâtre de plusieurs guerres entre 1945, départ de la guerre d’Indochine dans le sud du Viêt-Nam (ex-Cochinchine) et 1993, date des élections générales au Cambodge sous l’égide de l’ONU. L’impact de ces guerres successives sur les civils fut considérable. On estime qu’environ 8 millions de tonnes de bombes (Turley, 2009, p. 123) furent lancées sur les trois pays de la péninsule indochinoise pendant la Seconde guerre d’Indochine soit deux fois plus que sur l’Europe pendant toute la Seconde guerre mondiale. Si ces chiffres sont discutés encore aujourd’hui, ils donnent une idée du désastre humain, social et écologique de cette guerre sur cet espace.

A travers les témoignages de Le Van Tri, médecin Viet Cong, Ngo Thi Hien, paysanne et Mme Nguyen Cong Minh, habitante de Hue, cette séance abordera la question des atrocités commises pendant la guerre du Viêt-Nam. Seront évoqués le massacre de Hue pendant l’offensive du Têt (1968), celui de My Lai, les opérations dite de “recherche et destruction” (“search and destroy”) de l’ennemi menées par l’armée américaine et la question des bombardements, notamment celle des épandages chimiques aériens. Violences humaines et violences du ciel seront tour à tour abordées. Le nombre des victimes de la guerre accusent des différences et des écarts importants selon les techniques de comptage, oscillant entre 1,6 à plus de 4 millions de morts (soldats et civils) pour l’ensemble de la péninsule (sans inclure le génocide cambodgien perpétré par les Khmers rouges après 1975).

Sources orales à discuter :

Interview with Le Van Tri, 1981

LeVanTri[date : 02 février 1981, durée : 11:00, texte en anglais en regard]

Interview with Ngo Thi Hien, 1981

NgoThiHien[date : 03 mars 1981, durée : 09:53, traduction en anglais en regard]

Interview with Mrs. Nguyen Cong Minh

NguyenCongMinh[date : s.d., durée : 20:19, traduction en anglais en regard]

US_AerialMunitions_Tons
Extrait de William S. Turley, The Second Indochina War. A concise political and military history (Rowman & Littlefield Publ., 2009, p. 124).

 Exposés oraux

  • MarcelinoTruong_UneSiJoliePetiteGuerreTruong, Marcelino, Une si jolie petite guerre. Saigon 1961-1963, Paris : Denoël, Denoël Graphic, 2012.

CR de lecture d’Alexandre Brochard

Présentation de l’éditeur : Denoël

  • DavidLanPham_TwoHamletsInNamBoPham, David Lan, Two Hamlets in Nam Bo. Memoirs of life in Vietnam through Japanese occupation, the French and American wars and communist rule, 1940-1986, Jefferson (NC) : McFarland, 2008, 2e éd.

CR de lecture de Camille Le Guilloux

Présentation de l’éditeur : McFarland
  • GrantEvans_ThePoliticsOfRitualAndRemembranceLaosGrant, Evans, The Politics of Ritual and Remembrance. Laos Since 1975, Honolulu: University of Hawaii Press, 1998 (reed. 2009).

CR de lecture d’Annabelle Auger

Présentation de l’éditeur sur : Amazon

* * *

Pour en savoir plus :

  • Grosscup, Beau, Strategic Terror: the politics and ethics of aerial bombardment, London  & New York, Zed Books, 2006. (Cf. chapitre 5 : “Cold War Strategic Bombing: From Korea to Vietnam”).
  • Clodfelter, Micheal, Vietnam in military statistics : a history of the Indochina wars, 1772-1991, Jefferson, N.C. : McFarland & Co., 1995.
  • Hosmer, Stephen T., Viet Cong repression and its implications for the future, Lexington, Mass., Heath Lexington Books [1970].
  • Kalyvas, Stathis N., The logic of violence in civil war, Cambridge ; New York : Cambridge University Press, 2006.
  • Nha Ca, Mourning Headband for Hue. An account of the Battle for Hue Vietnam 1968,  Bloomington, IN : Indiana University Press, 2014. Translated with an Introduction by Olga Dror.
  • Turley, William S., The Second Indochina War. A concise political and military history, Lanham, Md.: Rowman & Littlefield Publishers, 2009.

Sitographie : Statistics Of Vietnamese Democide. Estimates, Calculations, And Sources by R.J. Rummel.