Archives par mot-clé : civils

Olga Dror : The Author and her Work [about Nha Ca]

[ndlr] A l’occasion des cinquante ans de l’Offensive du Têt, relisons l’article historique d’Olga Dror en introduction du témoignage de Nha Ca paru en 1969 et traduit en anglais en 2014 (p. xv-lxv).

Réf. : Nha Ca, Mourning Headband for Hue. An Account of the Battle for Hue, Vietnam 1968, Indianapolis, Indiana University Press, 2014. Translated with an Introduction by Olga Dror.

 

Ý kiến về lễ kỷ niệm 50 năm Mậu Thân ‘rầm rộ’ [BBC Vietnamese]

[ndlr] Une chronique intéressante sur la commémoration officielle par la RSVN de l’Offensive du Têt 1968, à lire comme illustration de la persistance d’une des fractures vietnamiennes.

Tổng Bí thư Nguyễn Phú Trọng cùng các lãnh đạo cao nhất trong Đảng Cộng sản dự lễ kỷ niệm 50 sự kiện mà Việt Nam gọi là « Cuộc Tổng tiến công và nổi dậy Xuân Mậu Thân 1968 ».

Năm 1968, biến cố tổng tấn công trên khắp các địa phương của Việt Nam Cộng Hòa đã tạo ra bước ngoặt trong Chiến tranh Việt Nam.

Bí thư Thành ủy TP.Hồ Chí Minh Nguyễn Thiện Nhân phát biểu tại buổi lễ, nêu lập trường chính thức của Đảng:

« Cuộc Tổng tiến công và nổi dậy Xuân Mậu Thân 1968 mãi mãi là biểu tượng sáng ngời của lòng yêu nước, của ý chí quyết tâm sắt đá, tinh thần quyết chiến, quyết thắng của toàn Đảng, toàn dân và toàn quân ta để giành độc lập, tự do, được dẫn dắt, soi đường bởi sự lãnh đạo tài tình, đường lối đúng đắn của Đảng ta và Chủ tịch Hồ Chí Minh vĩ đại ».

Ý kiến ‘phi chính thức’

Tuy vậy, giáo sư Nguyễn Khắc Mai, cựu Vụ trưởng Vụ Nghiên cứu, Ban Dân vận Trung ương Đảng Cộng sản Việt Nam nói với BBC: « Tôi cho rằng không nên làm kỷ niệm Mậu Thân rầm rộ, nghiên cứu thì cứ nghiên cứu để tìm ra bài học ngăn ngừa chuyện ấy trong tương lai. »

« Không nên khoét sâu những nỗi đau của một cuộc chiến huynh đệ tương tàn như vậy. »

« Người nhà đánh nhau, nồi da xáo thịt thì oai hùng nỗi gì mà tưởng niệm. »

« Hơn nữa, tôi thấy bây giờ dư luận không để ý nhiều đến buổi lễ này. »

« Bây giờ không phải bất kỳ sự kiện nào Đảng làm thì người ta cũng theo dõi, hoan nghênh đâu, » ông Khắc Mai cho hay.

Hôm 1/2, nhà báo tự do Nguyễn An Dân bình luận với BBC:

« Đảng Cộng sản Việt Nam dùng chữ « tri ân », vậy lễ này tri ân những người nằm xuống vì cái gì? Vì họ chiến đấu cho đảng? Hay vì họ nội chiến với chính đồng bào của mình? »

Lire la suite : BBC Vietnamese, 01/02/2018.

Image « à la une » : April 1969: a South Vietnamese woman mourns over the body of her husband, found with 47 others in a mass grave near Hue © AP Photo/Horst Faas

Cody J. Foster : Did America Commit War Crimes in Vietnam?

[ndlr] Dans la série « Vietnam ’67 », un article à lire sur le tribunal Russell organisé par des intellectuels européens pour dénoncer la guerre menée par les Américains au Viêt-Nam.

Continuer la lecture de Cody J. Foster : Did America Commit War Crimes in Vietnam?

Marcelino Truong : Une si jolie petite guerre. Saigon 1961-1963 – CR de lecture par Alexandre Brochard

CR de lecture d’Alexandre Brochard : Marcelino Truong, Une si jolie petite guerre. Saigon 1961-63, Paris, Denoël, Denoël Graphic, 2012, 269 p.

MarcelinoTruong_UneSiJoliePetiteGuerreUne si jolie petite guerre est un roman graphique narrant trois années d’enfance de son auteur, Marcelino Truong, illustrateur né à Manille (Philippines) d’une mère malouine et d’un père vietnamien. Haut-fonctionnaire et diplomate de la République du Viêt-Nam (communément appelé Sud-Viêt Nam), son père est amené à travailler dans les ambassades du monde entier, entrainant sa famille lors de ses déplacements. Après quelques années passées aux États-Unis et l’élection de John Fitzgerald Kennedy à la présidence, la famille Truong s’installe finalement à Saigon. Nous sommes en 1961 et les prémisses d’une guerre sans précédent se font déjà ressentir dans la capitale du Sud-Viêt Nam1.

Au-delà de l’aspect graphique permettant d’exprimer par le trait et les couleurs, cet ouvrage est également une source d’informations concernant la vie quotidienne saïgonnaise au début de la guerre du Viêt Nam. Très accessible, le récit nous renseigne aussi sur les conditions de vie des civils dans la campagne sud-vietnamienne via des passages plus historiques, en parallèle avec des chapitres plutôt personnels, narrés à travers les yeux de l’auteur lorsqu’il avait quatre ans (en 1961). Bien qu’ayant vécu cette période depuis le Sud (allié aux États-Unis dans un contexte de guerre froide), Marcelino Truong s’efforce de faire la part des choses et de traiter autant des violences commises par les forces armées populaires du Front National de Libération du Sud-Viêt Nam2 que par l’Armée de la République du Viêt Nam3, ainsi que de leurs techniques de propagandes respectives. Enfin, les figures féminines et les enfants, parfois oubliées des autres récits, sont mis en avant au fil des vignettes à travers différents personnages.

Une vie mondaine, urbaine et occidentale

Si l’auteur affirmait lors d’une interview que « notre histoire est celle de milliers de familles comme la nôtre, dont on ne parle jamais ou peu »4, il ne faut néanmoins pas perdre de vue que le cadre de vie de la famille Truong était plutôt privilégié. Son père étant un proche et l’interprète du Président Ngô Đình Diệm (1955 – 1963), il fréquentait de fait les hautes sphères de pouvoir du Sud-Viêt Nam. Il menait une vie plutôt mondaine, rythmée notamment par de nombreuses réceptions au Palais de l’indépendance5, près duquel il résidait dans un appartement de style moderne. L’auteur ne manquera cependant pas de dénoncer que « la vie mondaine continuait donc et pourtant, les nouvelles de la guerre étaient mauvaises » (p. 86). Depuis le centre-ville de Saigon, il ne s’agissait encore que d’une « jolie petite guerre » (p. 90), finalement d’une ampleur dont personne n’avait encore pris conscience.

C’est donc une vie apparemment éloignée du danger que Marcelino Truong et sa famille vivent, dans un Saigon encore marqué par des années de colonisation. En effet, l’influence française est omniprésente, tant dans les toponymes que dans l’architecture, en passant par la littérature, la musique et le cinéma. C’est ainsi non sans humour que l’auteur narre sa rencontre avec Fernandel dans Ali Baba et les Quarante Voleurs6 lors d’une séance en centre-ville, alors même qu’une grenade explosait dans un autre cinéma de l’autre côté de la rue. La présence américaine dans le pays se faisait également ressentir sous bien des aspects, du Coca-Cola à la voiture familiale, une Rambler7. De nombreuses références au cinéma hollywoodien (Gone with the Wind, 1939 de Victor Fleming, Ben Hur, 1959 de William Wyler…) sont aussi faites tout au long du récit, illustrant l’imprégnation de l’auteur dans la culture de l’Oncle Sam.

MarcelinoTruong_UneSiJoliePetiteGuerre_extrait1

De plus, le code vestimentaire utilisé à l’époque au Palais présidentiel du Sud-Viêt Nam révèle encore une fois l’occidentalisation par l’influence américaine. Ainsi, le costume-cravate est de rigueur pour le père de l’auteur, tout comme pour le Président Ngô Đình Diệm. Enfin, le catholicisme fervent pratiqué par les parents de l’auteur n’est pas une exception dans le Sud-Viêt Nam, où se sont réfugiés plus de 800 000 catholiques nord-vietnamiens après la partition du pays en 1954. D’autre part, les fêtes de Noël sont très présentes dans la capitale en fin d’année. Un chapitre (pp. 134-148) est d’ailleurs dédié à l’histoire des catholiques du Viêt Nam depuis le XVIe siècle. Ces pratiques sont aussi à mettre en parallèle à la répression anti-bouddhiste ordonnée par Ngô Đình Diệm et dénoncée dans l’ouvrage.

Civils ruraux et urbains dans la guerre

La vie urbaine de l’auteur à Saigon est à lire au regard de celle des vietnamiens vivant à l’intérieure des terres, où s’exercent les principales violences de la guerre. Comme évoqué plus haut, l’auteur expose dans des vignettes plus historiques l’intensité des combats et les difficiles conditions de vie dont il n’a pas eu directement l’expérience. Les pages qui y sont consacrées sont teintées d’une palette de couleurs froides, illustrant une atmosphère plutôt macabre, mais aussi un certain détachement.

Ainsi, « la sale guerre avait lieu dans les campagnes » (p. 89), entre les affrontements avec les partisans du FNL et les différentes actions du gouvernement de la République du Viêt Nam, menées conjointement avec les États-Unis. L’auteur critique de manière virulente l’échec de la plupart de ces opérations et les nombreux « dommages collatéraux » (p. 165)8 qu’elles ont engendrés.

MarcelinoTruong_UneSiJoliePetiteGuerre_extrait2

Le programme « hameaux stratégiques », ayant pour objectif de protéger les paysans sud-vietnamiens de l’influence des Viêt Công, mettant à contribution les civils eux-mêmes pour leur construction, n’aurait eu pour résultat que l’impopularité des conseillers américains au bénéfice des combattants du FNL. Marcelino Truong dépeint également avec effroi les ravages de l’agent orange déversé sur les forêts vietnamiennes dès l’opération Ranch Hand9. L’évocation de la destruction de l’écosystème de la région et des déformations encore nombreuses aujourd’hui chez les nouveaux nés vietnamiens sonne comme un réquisitoire contre ces méthodes jugées inefficaces et surtout mortifères. De manière étonnante, l’auteur insiste beaucoup moins sur les violences perpétrées par le FNL sur les civils en les évoquant seulement, se concentrant sur les échecs du gouvernement du Sud.

Le monde rural est ainsi le théâtre des affrontements les plus sanglants, mais les grandes villes, et notamment Saigon, n’étaient pas en reste. C’est en effet dans de ce qui deviendra Hô-Chi-Minh-Ville en 1975 que s’exercent des dynamiques s’apparentant à une guerre civile. Les violences subies par les civils urbains sont d’un autre genre et c’est d’une toute autre manière que les illustre l’auteur (les ayant vécues lui-même) : en les insérant dans des scènes de vie familiales. La présence de plus en plus accrue de soldats, d’armes, de véhicules blindés et de références belliqueuses au fil des pages exprime de manière évidente l’installation d’un climat de guerre au sein de la capitale. Parallèlement s’ajoute également un climat de peur : des attentats successifs vont toucher le centre-ville, du Palais présidentiel à l’Hôtel de Ville, en passant par les cinémas et autres lieux de vie. Ce milieu devenant toujours plus hostile agitera d’ailleurs la santé de la mère de l’auteur par « une crise de foie carabinée » (p. 105) (sa mère avait été affectée par la guerre à Saint-Malo dans son enfance)10 et fait écho aux évènements récents quant à la tension palpable et le développement d’une certaine psychose. Cette paranoïa maternelle, très bien rapportée par l’auteur, s’exprime d’autant plus que les médias sont très présents à Saigon et vont de fait particulièrement insister sur ces évènements traumatisants.

La femme, l’enfant et le soldat

Outre les différences entre civils ruraux et civils urbains en termes d’expérience de la guerre, l’auteur présente aussi sous un autre jour les figures de la femme et de l’enfant dans ce contexte.

Le genre féminin est en effet omniprésent tout au long du récit à travers différents symboles et personnages. Déjà citée précédemment, la mère de Marcelino Truong est centrale et ses réactions rythment les pages du roman de manière singulière. Mère au foyer consciente du déroulement de la guerre (son mari lui donnant accès à cette information), elle va également avoir une influence non-négligeable sur ses enfants et surtout son mari, en précipitant leur départ de la capitale pour Londres à l’été 1963. Une autre figure féminine récurrente et symbolique de cette période : Madame Nhu, surnommée « Madame » ou « Dragon Lady » (par la presse américaine), belle-sœur du Président. Se voulant « une femme vietnamienne moderne et émancipée » (p. 123), elle est célèbre pour ses déclarations sulfureuses11 et son engagement féministe au sein du Mouvement de Solidarité des Femmes12. Elle est également à l’origine des Jeunes femmes républicaines, bataillon féminin des forces sud-vietnamiennes et bras armé du MSF. L’auteur insiste également sur sa comparaison avec les soeurs Trưng, héroïnes emblématiques de la lutte contre la Chine. Il explique clairement de quelle manière ces figures historiques ont été transposées en la personne de Madame Nhu, la Chine d’alors étant associée au Nord-Viêt Nam communiste. De cette manière, Marcelino Truong souligne intelligemment la place centrale des femmes dans le conflit vietnamien, considérées « à la fois actrice et victimes »13.

La seconde figure dépeinte à travers ce roman graphique, et qui est certainement la plus mis en avant : l’enfant. D’une part, le récit est raconté à travers les yeux de l’auteur lorsqu’il était petit, faisant donc ainsi de l’enfance le thème majeur de l’ouvrage. Mais là n’est pas le seul élément qui s’y rapporte. En effet, l’œuvre dans son ensemble peut, d’autre part, se lire comme une critique acerbe contre la militarisation des plus jeunes. Une simple observation des scènes familiales et de jeux permettent de se rendre compte que l’auteur « éprouvais une grande fascination pour les machines de guerre et les soldats qui peuplaient les rues de Saigon »14.

MarcelinoTruong_UneSiJoliePetiteGuerre_extrait3

Si ces quelques détails semblent anodins de prime abord, ils résonnent après réflexion comme autant d’attaques envers la propagande du gouvernement nord-vietnamien qui « avait largement militarisé la société […] et n’hésitait pas à mettre un fusil […] dans les mains des enfants » (p. 181), allant même jusqu’à une comparaison avec les enfants soldats du régime maoïste. Après la lecture de ces quelques lignes, la transposition du conflit dans l’univers ludique de l’auteur et de ses frères et sœurs (et certainement de beaucoup d’autres enfants à l’époque) semble devenir une évidence : les jeux de guerre, les fausses armes, l’intérêt pour les expositions d’armement, les combats d’animaux, les blagues sur les Viêt Công… Autant d’éléments apparemment anodins participent finalement de l’atmosphère générale, du climat de guerre et de tension paranoïaque évoqués plus haut. Cette réflexion a posteriori sur la militarisation de l’enfance est ainsi judicieusement incluse dans un récit enfantin et nourri de l’innocence de l’auteur, elle-même alimentée par un contexte urbain plutôt privilégié et sécurisé.

Très éloigné de ce que l’on peut trouver dans les documentaires ou les ouvrages académiques traitant de cette période, Marcelino Truong nous offre ici un portrait familial et une micro-histoire de la guerre du Viêt Nam pour le moins atypique. En mettant l’enfant au centre, sujet méconnu de la guerre, il livre un récit proche du réel et fondé sur des expériences personnelles, tout en faisant écho à des problématiques très actuelles sur la guerre civile et la militarisation de l’enfance (en Syrie, au Tchad…). Le sujet est d’ailleurs traité parfois avec humour, le rendant accessible au plus grand nombre (bien qu’il soit le plus souvent classé dans la catégorie des romans graphiques « adultes ») ; parfois avec gravité, permettant au lecteur de prendre conscience des dénonciations qui en découlent. Chacune de ces atmosphères s’entrecroise avec des couleurs et des styles graphiques distinctifs, rendant l’ouvrage d’autant plus dynamique.

L’auteur illustre également les différentes facettes de ce que beaucoup ont appelé « la sale guerre »15. ou ont considéré comme « une guerre d’un autre genre », alliant des scènes de combat d’une violence inouïe dans les zones rurales aux caractéristiques d’une guerre civile et urbaine rythmée par des attentats répétés (le statut de guerre civile n’est d’ailleurs pas reconnu officiellement par le régime communiste au pouvoir depuis la fin de la guerre), sans oublier le rôle sans précédent de l’opinion publique internationale. Par une critique virulente tant des méthodes américaines appliquées par le gouvernement sud-vietnamien que de la terreur imposées par les combattants du FNL (opérations militaires, mauvais traitements, propagande…), l’auteur relève en grande partie le défi de l’impartialité. Il réussit à se détacher de l’histoire conventionnelle de la guerre du Viêt Nam sans pour autant renier ses influences occidentales et la vie mondaine que sa famille pu mener.

C’est donc un récit haut en couleurs et tout à fait passionnant que nous livre Marcelino Truong dans Une si jolie petite guerre, tant par son fond que par sa forme. Dans la lignée de Persepolis16, les expériences vécues à travers les yeux de l’enfance rapportées dans cet ouvrage sont à la fois lucides, touchantes, innocentes mais aussi très révélatrices. Si le ton parfois employé peut paraître très virulent envers certaines figures, la critique semble tout à fait justifiée et est même bienvenue. En effet, prendre du recul sur les erreurs du passé est essentiel afin de ne pas les reproduire à l’avenir. Le titre du second volume de ce roman graphique devrait d’ailleurs nous mettre sur la voie : Give Peace a Chance…17

Alexandre Brochard, promotion ASIOC 2015-2016.

Illustrations : Marcelino Truong © Denoël ; légendes A. Brochard.

 ★ ★ ★

Bibliographie

Ouvrages et articles cités

  • Guillemot, François, 2014 : Des Vietnamiennes dans la guerre civile. L’autre moitié de la guerre, 1945-1975, Paris : Les Indes savantes, 241 p.
  • Pasamonik, Didier, 2013 : « Marcelino Truong (Une si jolie petite guerre) : « Notre histoire est celle de milliers de familles comme la nôtre, dont on ne parle jamais ou peu. » », Actua BD, 31 juillet 2013, [En ligne], page consultée le 25 novembre 2015 (URL : http://www.actuabd.com/Marcelino-Truong-Une-si-jolie).
  • Satrapi, Marjane, 2007 : Persepolis, Paris : L’Association, coll. « Ciboulette », 365 p.
  • Truong, Marcelino, 2012 : Une si jolie petite guerre. Saigon 1961-63 Paris : Denoël, Denoël Graphic, 269 p.
  • Truong, Marcelino, 2015 : Give Peace a Chance. Londres 1963-75, Paris : Denoël, Denoël Graphic, 278 p.

Documentaires

  • Courtes, Marie-Christine, 2012 : « Mille jours à Saigon », documentaire diffusé sur la chaîne TVR Rennes 35 Bretagne (53 min), une coproduction Vivement Lundi !, 53 min.
  • Fomm, Christel, 2015 : « Der Vietnamkrieg. Gesichter einer Tragödie » (en français « Vietnam. La sale guerre »), documentaire diffusé sur la chaîne Arte le 14 avril 2015 à 20h50, 90 min, [En ligne], page consultée le 19 novembre 2015 (URL : https://www.youtube.com/watch?v=z8UZTfvD6ns).

Sitographie

_______________

Alexandre Brochard est étudiant du Master 2 « Asie Orientale Contemporaine » à l’Institut d’Asie Orientale de l’École Normale Supérieure de Lyon. En séjour académique à l’Université Gakushūin de Tōkyō en 2016, il effectue des recherches sur la sécurité énergétique et le développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication au Japon.

Notes

  1. République du Viêt Nam (1955 – 1975), opposée à la République démocratique du Viêt Nam (Nord-Viêt Nam) pendant la guerre jusqu’à la victoire communiste et la réunification []
  2.  FNL-SVN, aussi appelé Viêt Công, soutenu par le régime communiste du Nord-Viêt Nam []
  3. ARVN, armée du régime sud-vietnamien, soutenue par les États-Unis []
  4. Propos recueillis par Didier Pasamonik pour Actua BD, 31 juillet 2013, [En ligne], page consultée le 25 novembre 2015
    (URL : http://www.actuabd.com/Marcelino-Truong-Une-si-jolie) []
  5. Aujourd’hui Palais de la réunification, résidence officielle de Nguyễn Văn Thiệu, l’ancien Président de la République du Viêt Nam []
  6.  Un film de Jacques Becker, 1954 []
  7.  Renault Rambler, conçue par American Motors dans les années 1960 []
  8. Terme alors utilisé pour désigner les victimes civiles, que l’auteur considère comme un grave euphémisme []
  9. Opération militaire américaine (1962-1971) consistant en la pulvérisation de défoliants sur les zones rurales []
  10.  Didier Pasamonik pour Actua BD, op. cit., p. 1 []
  11.  Elle parla notamment de « barbecue » pour désigner l’immolation du bonze Thích Quảng Đức en juin 1963 []
  12. MSF, organisation féminine créée et dirigée par Madame Nhu []
  13. François Guillemot, Des Vietnamiennes dans la guerre civile. L’autre moitié de la guerre, 1945-1975, Paris, Les Indes savantes, 2014, citant Marguerite Rollinde, p. 18 []
  14.  Didier Pasamonik pour Actua BD, op. cit., p. 1 []
  15.  Christel Fomm, « Der Vietnamkrieg. Gesichter einer Tragödie » (en français « Vietnam. La sale guerre »), documentaire diffusé sur la chaîne Arte le 14 avril 2015 à 20h50 (90 min), [En ligne], page consultée le 19 novembre 2015 (URL : https://www.youtube.com/watch?v=z8UZTfvD6ns) []
  16. Marjane Satrapi, série de bande-dessinée autobiographique en noir et blanc dont l’intrigue se déroule entre Téhéran et Vienne sur la période 1979-1994, 4 volumes publiés entre 2000 et 2003 par les éditions L’Association []
  17. Marcelino Truong, Give Peace a Chance, Paris : Denoël, Denoël Graphic, 2015, 276 p. []

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2015 : Séance 4

Année universitaire 2015-2016 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

Mémoires d’Indochine :

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

MémoiresIndochine_2015_vintage

Séance 4 : mardi 20 octobre 2015

Les civils dans les guerres d’Indochine (1945-1993)

La péninsule indochinoise a été le théâtre de plusieurs guerres entre 1945, départ de la guerre d’Indochine dans le sud du Viêt-Nam (ex-Cochinchine) et 1993, date des élections générales au Cambodge sous l’égide de l’ONU. L’impact de ces guerres successives sur les civils fut considérable. On estime qu’environ 8 millions de tonnes de bombes (Turley, 2009, p. 123) furent lancées sur les trois pays de la péninsule indochinoise pendant la Seconde guerre d’Indochine soit deux fois plus que sur l’Europe pendant toute la Seconde guerre mondiale. Si ces chiffres sont discutés encore aujourd’hui, ils donnent une idée du désastre humain, social et écologique de cette guerre sur cet espace.

A travers les témoignages de Le Van Tri, médecin Viet Cong, Ngo Thi Hien, paysanne et Mme Nguyen Cong Minh, habitante de Hue, cette séance abordera la question des atrocités commises pendant la guerre du Viêt-Nam. Seront évoqués le massacre de Hue pendant l’offensive du Têt (1968), celui de My Lai, les opérations dite de « recherche et destruction » (« search and destroy ») de l’ennemi menées par l’armée américaine et la question des bombardements, notamment celle des épandages chimiques aériens. Violences humaines et violences du ciel seront tour à tour abordées. Le nombre des victimes de la guerre accusent des différences et des écarts importants selon les techniques de comptage, oscillant entre 1,6 à plus de 4 millions de morts (soldats et civils) pour l’ensemble de la péninsule (sans inclure le génocide cambodgien perpétré par les Khmers rouges après 1975).

Sources orales à discuter :

Interview with Le Van Tri, 1981

LeVanTri[date : 02 février 1981, durée : 11:00, texte en anglais en regard]

Interview with Ngo Thi Hien, 1981

NgoThiHien[date : 03 mars 1981, durée : 09:53, traduction en anglais en regard]

Interview with Mrs. Nguyen Cong Minh

NguyenCongMinh[date : s.d., durée : 20:19, traduction en anglais en regard]

US_AerialMunitions_Tons
Extrait de William S. Turley, The Second Indochina War. A concise political and military history (Rowman & Littlefield Publ., 2009, p. 124).

 Exposés oraux

  • MarcelinoTruong_UneSiJoliePetiteGuerreTruong, Marcelino, Une si jolie petite guerre. Saigon 1961-1963, Paris : Denoël, Denoël Graphic, 2012.

CR de lecture d’Alexandre Brochard

Présentation de l’éditeur : Denoël

  • DavidLanPham_TwoHamletsInNamBoPham, David Lan, Two Hamlets in Nam Bo. Memoirs of life in Vietnam through Japanese occupation, the French and American wars and communist rule, 1940-1986, Jefferson (NC) : McFarland, 2008, 2e éd.

CR de lecture de Camille Le Guilloux

Présentation de l’éditeur : McFarland
  • GrantEvans_ThePoliticsOfRitualAndRemembranceLaosGrant, Evans, The Politics of Ritual and Remembrance. Laos Since 1975, Honolulu: University of Hawaii Press, 1998 (reed. 2009).

CR de lecture d’Annabelle Auger

Présentation de l’éditeur sur : Amazon

* * *

Pour en savoir plus :

  • Grosscup, Beau, Strategic Terror: the politics and ethics of aerial bombardment, London  & New York, Zed Books, 2006. (Cf. chapitre 5 : « Cold War Strategic Bombing: From Korea to Vietnam »).
  • Clodfelter, Micheal, Vietnam in military statistics : a history of the Indochina wars, 1772-1991, Jefferson, N.C. : McFarland & Co., 1995.
  • Hosmer, Stephen T., Viet Cong repression and its implications for the future, Lexington, Mass., Heath Lexington Books [1970].
  • Kalyvas, Stathis N., The logic of violence in civil war, Cambridge ; New York : Cambridge University Press, 2006.
  • Nha Ca, Mourning Headband for Hue. An account of the Battle for Hue Vietnam 1968,  Bloomington, IN : Indiana University Press, 2014. Translated with an Introduction by Olga Dror.
  • Turley, William S., The Second Indochina War. A concise political and military history, Lanham, Md.: Rowman & Littlefield Publishers, 2009.

Sitographie : Statistics Of Vietnamese Democide. Estimates, Calculations, And Sources by R.J. Rummel.

 

Dinh Q. Lê : Memory For Tomorrow [exposition derniers jours au Mori Art Museum]

[ndlr] Exposition de l’artiste Dinh Q. Lê sur la thématique des civils dans la guerre. Une réflexion artistique sur la guerre vue des populations. L’exposition est présentée au Musée d’Art Mori à Tokyo depuis le 25 juillet jusqu’au 12 octobre 2015. Derniers jours.

DingQuangLe_MemoryForTomorrowCliquez sur l’image pour accéder au site de l’exposition

The first solo exhibition by the world’s most outstanding Vietnamese artist in Asia!

Born in Hà Tiên, a Vietnamese town near the Cambodian border, Dinh Q. Lê immigrated with his family to the U.S. at the age of ten to escape the Khmer Rouge. After studying photography and media art, Lê attracted attention with his tapestries made by weaving together strips of photographs (1989-), a process inspired by traditional Vietnamese grass mat weaving. Based on thorough research and interviews, Lê throws light on people’s memory as it is told through actual personal experiences. In The Farmers and the Helicopters (2006), the video installation that made Lê’s name known to people around the world, Lê ingeniously depicts the complex relationship between the Vietnamese people and war by focusing on a Vietnamese man who attempts to develop his own helicopter.

This year marks the 40th anniversary of the end of the Vietnam War as well as the 70th anniversary of Japan’s defeat in WWII. Examining the stories that have never been told, of individuals who have undergone events whose facts have been overshadowed by « official, » national and/or social histories, and exploring closer relations between art and society are extremely important issues. Through the unique artwork and activities of Dinh Q. Lê, this exhibition provides us with an opportunity to think about our past, present and future.

 

Voir aussi : Lê Quang Đỉnh: Ký ức gửi Ngày mai, BBC Viet, 09/10/2015. (entretien en ligne)

“Cuộc chiến tranh Việt Nam không đơn giản như mình nghĩ và tôi muốn người tới xem có được hiểu biết về cuộc chiến này mà không bị lệ thuộc vào những gì Chính phủ Việt Nam hay Chính phủ Mỹ nói ra,” ông Đỉnh nói.

Viêtnam – La « sale guerre » un film de Christel Fromm [Arte]

[ndlr] Thema spécial Viêt-Nam sur la chaîne Arte, mardi 14 avril 2015 : Viêtnam – La « sale guerre » un film de Christel Fromm (90 mn). Rediffusion lundi 04 mai à 8h50.

 

De la guerre d’Indochine menée et perdue par les Français à la chute de Saigon fin avril 1975, des vétérans américains, des combattants vietnamiens, des journalistes et des militants pacifistes retracent la guerre du Viêtnam. Ces témoignages émouvants alternent avec des images d’archives, des documents laissés par des soldats disparus et des extraits d’actualités de l’époque.

Vietnam_LaSaleGuerre_ArteCliquez sur l’image pour accéder au site

Le cliché de cette petite Vietnamienne nue, fuyant un village en feu suite à un bombardement au napalm en 1972, a fait le tour du monde. Il est depuis resté gravé dans les mémoires. Mais comment en est-on arrivé à une telle horreur ? De la guerre d’Indochine menée et perdue par les Français à la chute de Saigon fin avril 1975, des vétérans américains, des combattants vietnamiens, des représentants des médias et des militants pacifistes retracent le conflit. Ces témoignages émouvants alternent avec des images d’archives inédites, des documents laissés par des soldats disparus et des extraits d’émissions d’actualités de l’époque. À travers cette matière passionnante, le film évoque aussi bien l’esprit de résistance des Vietnamiens que leur combat fratricide, né de la partition de leur pays. Viêtnam – La « sale guerre » explore les facettes les plus sombres de ce conflit aberrant et sans front : le mensonge des Américains pour justifier leur intervention militaire, le recours aux armes chimiques et l’ensemble des atrocités commises. Sans occulter pour autant l’envie tenace des deux camps de retrouver la paix et la liberté.

Notre avis : De nombreuses approximations historiques et quelques anachronismes sur le contexte vietnamien jalonnent le début et la fin du reportage (par exemple les images de la chute de Saigon sont présentées avant celles du départ des Américains de l’ambassade). Le film est intéressant pour mesurer l’ampleur du mouvement anti-guerre (aux États-Unis et en Europe) et le conditionnement des soldats américains formés pour tuer. S’appuyant sur des images crues, il revient avec réalisme sur les atrocités de la guerre, la violence aveugle contre les hommes, la guerre chimique et la résistance opiniâtre du Front National de Libération du Sud Viêt-Nam. Le rôle du photojournalisme est bien souligné dans la condamnation de la guerre et l’émergence d’une opinion publique mondiale. Les vétérans américains racontent leur expérience du conflit, leurs crimes envers les civils vietnamiens avant de revenir dans leur pays, indifférent à leur traumatisme. Cependant, le film reflète surtout une vision occidentale (et allemande) du conflit, celle de la « génération Viêt-Nam » et ne s’attarde pas suffisamment sur la dimension vietnamienne et fratricide de la guerre (discours des parties concernées, stratégie et objectifs) empêchant de comprendre pourquoi la guerre fut si longue et si meurtrière entre le Nord et le Sud.

FG

A revoir sur Arte + 7

Last Days in Vietnam [sortie officielle en avril 2015]

[ndlr] Message du VSG. Diffusion exclusive jusqu’à demain 7/02/2015 du film documentaire de Rory Kennedy sur la fin de la guerre du Viêt Nam. Malheureusement non accessible depuis la France, la Thailande ou le Viêt Nam. Cliquez sur l’image pour accéder au site.

LastDaysInVietnam

PBS, the US public TV network, has just posted Rory Kennedy’s widely praised documentary film, Last Days in Vietnam.  It can be viewed/streamed in full at the link below, but just from February 5-7.

http://www.pbs.org/wgbh/americanexperience/lastdays/

The film will be broadcast by PBS for the first time at 9pm on April 28.

In April of 1975, the North Vietnamese Army was closing in on Saigon as South Vietnamese resistance was crumbling. Approximately 5,000 Americans remained with roughly 24 hours to get out. Their South Vietnamese allies, co-workers, and friends faced certain imprisonment and possible death if they remained behind, yet there was no official evacuation plan in place. Still, over the last days in Vietnam, with the clock ticking and the city under fire, 135,000 South Vietnamese managed to escape with help from a number of heroic Americans who took matters into their own hands, engaging in unsanctioned and often makeshift operations in a desperate effort to save as many people as possible.

* * *

Voir aussi les autres extraits suivants :

News footage shows the panic permeating South Vietnam leading up to the Fall of Saigon in April, 1975.

Col. Stuart Herrington recounts helping groups of South Vietnamese escape during the final days before the fall of Saigon.

South Vietnamese veteran Dam Pham and U.S. Army veteran Stuart Herrington describe the chaos at the U.S. Embassy during the final days of Saigon in April, 1975.

Kiem Do, a colonel in the South Vietnamese Navy, remembers the solemn flag-lowering ceremony aboard the U.S.S. Kirk after the fall of Saigon.

Miki Nguyen tells the story of the day his family left Vietnam.

With so many South Vietnamese helicopters landing on the USS Kirk, the crew had no other option than to dump the helicopters overboard once they’d unloaded their passengers.

Journalist Jim Laurie recalls the looting that took place after the last U.S. helicopters left the American Embassy in Saigon in April, 1975.

As North Vietnamese tanks rolled into Saigon, eleven U.S. Marines found themselves on the roof of the American Embassy with no U.S. helicopters in sight.

After the Fall of Saigon, Dam Pham and other South Vietnamese soldiers wondered what fate awaited them.

* * *

Possibilité de voir le film sous-titré en vietnamien sur YouTube à l’adresse suivante :

https://www.youtube.com/watch?v=HBJaDLx-ULY

Hugo Slim : Les civils dans la guerre – CR de lecture par Evolène Tcherkassof

Hugo Slim, Les civils dans la guerre

Identifier et casser les logiques de violence

HugoSlim_LesCivilsDansLaGuerre

L’étude de Hugo Slim* vise à explorer « les intentions et objectifs à l’origine des souffrances infligées aux civils et les raisonnements qui les sous-tendent » (p. 23). Ce n’est donc pas un nouvel ouvrage descriptif sur la situation historique ou juridique des civils dans les conflits armés, le récit de tel épisode de guerre ou la synthèse du droit applicable, mais un ouvrage analytique et normatif qui cherche à comprendre les raisons d’un phénomène et proposer des solutions pour améliorer une situation complexe.

Pour ce faire, l’auteur procède en quatre parties (cf. intertitres) : après un récapitulatif des théories portant sur la notion de civil, il décrit les exactions perpétrées envers les civils, c’est-à-dire de quelles façons ils sont atteints, pour ensuite se demander pourquoi ils sont pris pour cible. Il termine son ouvrage par un plaidoyer « pour une guerre limitée », en expliquant pour quelle raison, selon lui, les civils doivent, envers et contre tout, être protégés.

1. Différentes attitudes face à la guerre

Le civil est, étymologiquement, l’innocens, celui qui n’est pas capable de nuire. La raison d’être et le point de départ de cette définition est à la fois une intuition morale millénaire (la protection des plus faibles) et l’un des piliers du droit international humanitaire moderne (le principe de discrimination entre combattants et non-combattants).

Les discours sur les civils sont variés, selon qu’ils les intègrent dans une vision « globale » de l’ennemi, comprenant de manière indifférenciée les populations civiles, et les utilisant même dans des stratégies de destruction et d’humiliation, ou comme dommages collatéraux qu’ils disent autant regrettables qu’inévitables, considérant que la souffrance des civils est inhérente à la guerre.

Hugo Slim propose dans son premier chapitre (l’unique chapitre de sa première partie) un compte-rendu succinct des idéologies concernant les civils, depuis l’Antiquité jusqu’aux Conventions de Genève, en passant par Saint Augustin.

2. Les sept cercles de souffrances des populations civiles

Dans la deuxième partie intitulée « Les sept cercles de souffrances des populations civiles » [1], l’auteur analyse d’abord les souffrances les plus marquantes infligées aux populations civiles, puis il s’intéresse aux actes à long terme qui sont moins médiatisés mais responsables de nombreuses pertes. Entre témoignages personnels et chiffres de massacre, cette partie foisonne d’exemples plus ou moins récents. Dans le cadre de ce séminaire [Mémoires d’Indochine], nous nous sommes intéressés aux exemples indochinois.

Le chapitre 2, « Tuer, blesser, violer », traite des actions les plus médiatisées et les plus choquantes. Hugo Slim divise ce chapitre en quatre parties, en soulignant « qu’il convient toutefois à garder à l’esprit que ces dernières ne constituent qu’un aspect du vécu des personnes concernées. L’autre est la survie » (p. 67). Génocides, meurtres de masse, massacres, bombardements aériens, puis exactions, tortures et disparitions et enfin viols, exploitations et sévices sexuels sont les catégories retenues par l’auteur pour illustrer son propos.

En Indochine, ce sont les massacres qui sont perpétrés à de nombreuses reprises. Si le massacre de My Lai, le 16 mars 1968, où 500 hommes, femmes et enfants sont massacrés par des soldats américains, fut extrêmement médiatisé notamment par l’opinion publique américaine, il « n’a rien d’unique dans sa brutalité » (p. 78) affirme l’auteur [2]. Au Cambodge, la purge politique de Pol Pot pour fonder une nouvelle société khmère et déclarer un « an zéro » (p. 81) a causé plus de 2 millions de morts et sa visée était clairement exterminatrice.

Hugo Slim découvre déjà ce qu’il développe tout au long du livre et qui constitue en quelque sorte son fil directeur : les motivations des acteurs et les logiques qui poussent à la commission de ces crimes. Analysant différents « degrés d’intention », il distingue ce qui relève de la cruauté inhérente à la guerre et ce qui appartient à des stratégies délibérées, pour accomplir des objectifs politiques ou militaires. Ainsi, dans la catégorie des viols, exploitations et sévices sexuels, le cas indochinois se distingue de la violence de masse qui existent partout ailleurs. L’auteur ne détaille que la demande américaine au Viêt Nam pour des « services de repos et récupération », ce qui implique un développement de la prostitution plus ou moins forcée.

Les exemples détaillés dans le chapitre 3, intitulé « Déplacements, appauvrissements, famines, maladies et détresse psychologique » sont de très loin les premières causes de mortalité des civils dans la guerre et les civils de la péninsule indochinoise ont été particulièrement marqués par les violences à leur égard.

Les déplacements de population, au Viêt Nam, ont été très importants, notamment à travers la création de « hameaux stratégiques » qui offre des services et une prétendue sécurité. Pourtant, les bombardements aériens intensifs pendant la guerre du Viêt Nam mettent à mal cette vision sécuritaire. Ce conflit fut caractérisé par l’emploi de nombreux instruments de destruction : « bombes intelligentes », napalm, engins à fragmentation, qui tuaient par définition sans discrimination. Ainsi, l’opération Rolling Thunder, qui ciblait, entre autres, la piste Ho Chi Minh, a valu des tirs sur des « cibles d’opportunités » ainsi que des bombardements spontanés.

Le travail forcé requalifie le civil qui possède alors une qualité plus ambiguë que ce que certains textes de droits veulent faire croire. Les « porteurs » de l’armée du Général Vo Nguyen Giap sont bien des civils qui se font pourtant bombarder pour des raisons tactiques, puisqu’ils fournissent un soutien à l’armée populaire vietnamienne.

Les famines et maladies : toujours liées, elles sont parfois les conséquences de déplacements de population. Souvent, elles sont intentionnelles et exploitées par les généraux : le napalm et l’agent orange au Viêt Nam mettent à nu les routes de circulation mais contribuent à une politique de terre brûlée et l’empoisonnement des populations.

Le Laos est un pays emblématique en ce qui concerne les souffrances post-conflit : après les 3 millions de tonnes de bombes qui se sont abattues sur son pays, celles qui n’ont pas explosé demeurent une menace quotidienne et 10 000 personnes sont mortes depuis 1973 de ces vestiges.

HugoSlim_KillingCivilians3. Pourquoi prendre les civils pour cible ?

La troisième partie développe ce questionnement, passant de la question « comment les civils souffrent » à « pourquoi ils souffrent » (p. 158). Composée de trois chapitres, elle constitue le noyau de l’ouvrage, explorant les raisons qui poussent les belligérants à viser les civils, et les moyens qu’ils utilisent pour convaincre leurs troupes de le faire.

« Celui qui tue les civils ne le fait pas sans raison. Il a ses motifs, se convainc de leur bien-fondé, puis s’efforce d’en convaincre les autres aussi. » (p. 161).

L’auteur divise les idéologie en cinq catégories, allant du « rejet pur et simple de l’éthique civile », c’est-à-dire du principe de protection des non-combattants, aux adeptes des idéologies qui protègent les civils mais se retrouvent contraints à leur faire du mal.

On a tout d’abord l’explication du fonctionnement de l’idéologie génocidaire, la vision dualiste, la domination et la revanche : l’ennemi est souvent décrit comme appartenant à une race inférieure, tandis qu’est mis en avant un idéal de pureté. L’Allemagne nazie et la Turquie face à la Grèce moderne et aux Arméniens ont porté cet idéal et la méthode dite « des quotas » montre bien l’idéal d’extermination. La vision dualiste a souvent pour vecteur un support religieux (croisades, pensée du frère musulman Sayyid Kotb, pp. 175-1977), tandis que l’esprit de domination ne s’intéresse pas aux civils qu’il détruit : il est autocentré. L’esprit de revanche ou les représailles donnent une légitimité au massacre des civils même lorsque ceux-ci ne sont pas responsables des exactions initiales. On retrouve dans de nombreux actes terroristes cette volonté de vengeance.

Parce que ça marche : l’utilité est en effet mise en avant sans langue de bois. Les leaders politiques y voient un intérêt tactique. « Ils partent du principe que de tels actes se justifient par leur caractère exceptionnel. Aussi, dès lors que leur cause est grande d’un point de vue moral, les pertes civiles sont acceptables dans certaines circonstances » (p. 195). Dans les guerres asymétriques, les combattants plus faibles revendiquent ainsi un plan d’égalité avec leur ennemi, et la dimension spectaculaire de certaines attaques-suicides permettent de faire basculer l’opinion publique, qui se trouve être un enjeu majeur.

Parce que ça rapporte : la « fonction économique de la violence dans les guerres civiles » (David Keen) est un enjeu tactique majeur. Les combattants peuvent chercher à anéantir le potentiel de leurs ennemis, en massacrant tous les hommes, pour éradiquer la capacité de résistance de la population, tandis que les femmes seront visées en tant que génitrices.

Tuer sans le vouloir : Si la négligence fait partie intégrante des idéologies anti-civils, l’auteur nuance ce propos en soulignant la difficulté de faire preuve de précision. Les situations « qui dégénèrent » à cause du stress, de la peur ou d’une surcharge sensorielle des combattants sont nombreuses. C’est l’extrémité la plus humaine des actions anti-civils. Les civils sont alors des « dommages collatéraux ». Cette nécessité militaire est mise en parallèle avec le « double effet » dont parle Saint Thomas d’Aquin ; celui-ci explique que quelqu’un qui commet une action dans une visée louable mais qui produit des effets indésirable qu’on ne peut pas prévenir n’est pas moralement coupable. L’OTAN met régulièrement en avant ce principe, tandis qu’Israël défend l’idée selon laquelle la responsabilité morale ne lui incombe pas uniquement, mais que le Hezbollah, en se cachant dans les zones civiles (zones résidentielles de Gaza, villages au Liban), met délibérément les civils en danger. « Autrement dit, si les civils sont tués par l’armée israélienne, la responsabilité morale n’en incombe pas forcément aux seules forces d’Israël, mais peut souvent être attribuées à ceux qui les combattent en adoptant des pratiques qui exposent les populations ». (p. 218)

« Tuer des civils est moralement, politiquement et pratiquement plus simple si vous pensez que les personnes que vous attaquez ne sont pas vraiment des civils » (p. 228). Or la limite entre le civil et l’attaquant est souvent floue, et c’est cette ambiguïté qu’Hugo Slim, conscient du fait qu’elle est trop souvent évacuée par les théoriciens de la paix, veut établir. En effet, le droit international ne définit la qualité de civil que négativement, en fonction de ce qu’ils font ou ne font pas. Mais l’auteur voit au cœur de la notion de civil « un argument moral lié à l’identité et à l’innocence » (p. 231), c’est-à-dire une qualité qui dépasse les seules actions.

L’ambiguïté de la qualité de civil vient du fait que les civils sont parfois amenés à s’impliquer dans les conflits armées pour différentes raisons. Il définit quatre domaines d’ambiguïté : économique, militaire, social ou politique. Pour survivre, les civils sont parfois amenés à collaborer avec leurs bourreaux en leur offrant leurs services ; d’autres civils contribuent à l’économie de guerre (depuis la collecte de leurs impôts qui servent à soutenir la guerre, jusqu’au travail en usine d’armement). Les camps de réfugiés ont également été exploités dans cette visée.

Sur le plan militaire, l’ambiguïté des civils est grande : les civils « à double usage » portent des armes pour la chasse, mais pourront s’en servir pour combattre ; d’autres sont « paysans le jour et combattants la nuit » (p. 243). La qualité de civil est souvent tranchée par les combattants d’en face qui cherchent à détruire la majorité des ennemis potentiels. Les liens sociaux entre des civils et des combattants (être membre de leur famille, de leur village) font des civils des objets de soupçons. Ils sont alors vu comme « des sympathisants actifs qu’il convient de combattre » (p. 245).

Enfin, c’est politiquement que les civils prennent parti : pour le chef islamiste Oussama Ben Laden, « tout citoyen d’une démocratie en guerre est politiquement non innocent, puisque le système dans lequel il vit lui permet de choisir librement ses dirigeants, et donc ses guerres » (p. 248-249). Cela met fin à ses yeux à l’immunité des civils. Par ailleurs, les idéologues sont régulièrement pris à parti dans tous les conflits (les civils nazis étant devenus l’exemple-type de la non-innocence pendant la Seconde guerre mondiale). L’ambiguïté au sein même d’une population mène à des tactiques anti-civils : les femmes Boers « entretiennent indéniablement la soif de combat des hommes », avait affirmé un officier, puisque leur dicton était « je peux trouver un autre mari, mais je ne peux pas trouver un autre État libre » (p. 253). Elles furent transférées de force dans des camps de concentration afin de limiter cet engagement.

Le soutien de toute une société dans un conflit est régulièrement mise en avant par les stratèges (Mao, Che Guevara, l’Armée de Résistance nationale ou NRA en Ouganda). Mais pour les juristes humanitaires, définir le civil implique parfois d’évaluer les conditions faisant d’un enfant une cible militaire légitime ; tâche difficile qui est « parfois trop précise et analytique face aux passions extrêmes et aux perceptions globales qui peuvent dominer les raisonnements de l’ennemi ». (p. 163)

My_Lai_massacre
Corps de Vietnamiens massacrés à My Lai © 1968 Ronald L. Haeberle – Time & Life Pictures/Getty Image

Pour accéder au reportage paru dans le magazine Time du 5/12/1969 cliquez sur l’image

« Les idéologies – même violentes – ne tuent pas. Ce ne sont que des idées. Pour produire leurs effets, elles doivent être appliquées. » (p. 265) Comment un « homme ordinaire » (Christopher R. Browning) peut-il se transformer en un tueur de civils ? Hugo Slim relève huit domaines qui amène à ce que certains deviennent extrêmement violents en temps de guerre : l’endoctrinement, la provocation, la pression des pairs, la tradition, l’autorité, le déni, le plaisir et l’habitude.

Le principe du « 80/20 » ressort régulièrement dans les expériences psychologiques et les études approfondies sur les violences commises. « Il apparaît que, dans des conditions données, 80% d’entre nous s’associeront ou prendront directement part à des actes de violence. 10% refuseront et demanderont à être assignés à d’autres tâches et 10% seulement offriront une résistance active » (p. 267). Connaître les facteurs responsables de l’embrigadement d’une majorité devint donc un enjeu central et fait de ce chapitre le point-clé de l’ouvrage.

Déshumaniser l’ennemi, se conformer à la masse et à l’autorité, diluer son rôle dans la masse sont autant d’explications pour un comportement meurtrier. Massacrer l’un des siens peut être un rituel initiatique dans un groupuscule violent, mais le processus bureaucratique de la Shoah, à travers l’emploi d’euphémisme, met au contraire une grande distance entre le tueur et le tué. Des états seconds, provoqués par les drogues, le stress ou les rituels religieux, expliquent la désinhibition d’un individu ; mais, selon l’auteur, la simple soif de pouvoir et de violence peut être suffisante. Hugo Slim explique sans se voiler la face qu’« il y a quelque chose de particulièrement excitant dans les extrêmes de la guerre elle-même » (p. 288). Le sentiment de puissance ou le plaisir de dominer explique les horreurs et les jeux sadiques ; il explique aussi pourquoi le principe du 80/20 s’applique. Il y a la volonté de sauver ou de venger celui avec qui on a combattu, d’appartenir à un groupe soudé par des horreurs subies ou commises ensemble. Mais la répétition de tels actes de violence permet de tomber dans une habitude atroce, qui dépasse l’individu et rend des sociétés entières habituées aux phénomènes de violence. L’injustice et la colère rend les individus facilement manipulables. Sigmund Freud constatait la facilité avec laquelle on projette notre haine contre des éléments plus facile à détester. Enfin, c’est le déni (States of Denial, Stanley Cohen), c’est-à-dire la capacité à s’aveugler face à tout acte violent, qui permet aux « homme ordinaires » de réécrire leurs actes en étant sincèrement convaincu de la merci de leurs actes.

4. Pour une guerre limitée

Après avoir montré toute l’ambiguïté derrière les statuts de combattants et de civils, et ce qui les amenait à en arriver là, dans sa dernière partie, Hugo Slim tente de définir les grandes lignes visant à mieux protéger les civils.

Point essentiel, l’auteur cherche à faire changer les mentalités grâce au modèle d’Howard Gardner. Celui-ci donne en effet sept leviers permettant de faire évoluer les esprits : la raison, la recherche, la résonance, les redescriptions représentatives, les ressources et les récompenses, les événements du réel, et enfin les résistances à la protection des populations civiles. Les « arènes » où ces changements peuvent se produire vont de l’échelle globale (une nation entière) au plus intime (l’esprit même d’un individu) en passant par les courants religieux et les institutions éducatives.

Face à la question « pourquoi protéger les populations civiles ? », l’auteur refuse un modèle idéaliste ou connoté religieusement, axé sur la valeur de la vie humaine. Mais en invitant à « reconnaître l’ambiguïté » du statut de civil et en mobilisant l’intérêt personnel, il produit en réalité une proposition équilibrée et intelligente. Il détaille les questions d’éthique et le concept d’innocence, en soulignant les devoirs et obligations du civil. Ainsi, écrit-il :

« s’il est inacceptable d’attaquer une personne qui ne peut pas s’attaquer à vous, attaquer une personne alors qu’on prétend ne pas être à même de le faire l’est tout autant. L’abus du statut de civil ne peut être toléré. Profiter de ce statut pour mener des actions terroristes (…) rapproche l’ambiguïté – inévitable et tolérable – des rôles assumés par les civils de l’action militaire directe. Ils font tout simplement passer le civil de la position d’individu naturellement engagé dans la guerre sur un plan politique à celle d’individu potentiellement opérationnel au plan militaire ». (p. 329)

Reconnaître l’ambiguïté des civils, et garder en tête la résonance ou l’empathie, permettra de les respecter, et il peut être important de punir et récompenser les exactions, et ne pas simplement s’arrêter à la dimension morale de l’acte. C’est, enfin, que pour Hugo Slim, « tolérer l’ennemi suffit ». (p. 61)

* * *

Cette étude offre un mélange de témoignages vécus dans une description-choc de la violence à laquelle font face les civils. Mais, si le propos détaillé est difficile à résumer, entre exemples foisonnants et analyse, la lecture est extrêmement fluide grâce aux parties claires. Cependant, accumulant de nombreux exemples, l’ouvrage n’est pas exempt d’approximations.

On peut regretter également, malgré une non-spécialisation assumée, de ne pas trouver, dans chaque catégorie (sciences politiques, droit international humanitaire, psychologie, sociologique, stratégie militaire…) des éléments permettant d’aller plus loin, à défaut de le lire dans l’ouvrage lui-même. L’auteur ouvre en effet des pistes pour des champs d’analyse très approfondis mais n’offre pas cette possibilité si le lecteur le désire.

« Chaque nouveau courant d’opinion ainsi créé modifie de façon subtile les paramètres de la pensée et détermine ce qui est considéré comme inacceptable ou inacceptable au sein de sociétés entières. Après Ghandi, personne ne peut plus affirmer que la violence est le seul moyen de susciter un changement politique. Après Freud, il est difficile de prétendre que les expériences vécues durant l’enfance ne nous influencent pas à l’âge adulte. » (p. 319)

Lecture faite d’Hugo Slim, il est impossible désormais de considérer le civil comme une catégorie homogène de personnes faibles et innocentes attaquées sans raison ; c’est précisément pour cela qu’il est fondamental de parvenir à sa protection.

Evolène Tcherkassof, promotion ASIOC 2014-2015

 

Notes

[1] Ce sont : Les violences directes, les violences sexuelles, les souffrances liées aux déplacements forcés, l’appauvrissement des populations touchées par ces violences, les famines et les maladies, les souffrances d’ordre psychologique, les souffrances d’après-guerre (p. 64).

[2] Selon les sources, ce sont entre 347 et 504 civils qui furent massacrés.

Réf. : Hugo Slim, Les civils dans la guerre. Identifier et casser les logiques de violence, Genève : Labor et Fides, 2009. Traduit de l’anglais par Odile Ferrard. Edition originale anglaise : Hugo Slim, Killing Civilians: Method, Madness, and Morality in War, London: Hurst, 2007.

* * *

* Hugo Slim est un spécialiste des études humanitaires et de la protection des civils en temps de guerre. Il fut, de 1983-1994, travailleur humanitaire pour Save the Children UK et pour l’ONU au Maroc, au Soudan, en Éthiopie, en Palestine et au Bangladesh. Il fut également conseiller pour la Red Cross. Cette expérience du terrain est fondamentale dans ses écrits, puisqu’il émaille son récit de son vécu, en plus du nécessaire recul académique. Il devint en 1994 maître de conférence à Oxford Brookes University, et fut, entre 2003-2007, responsable du Centre pour le Dialogue Humanitaire à Genève. Il est aujourd’hui associé à l’Oxford Intitute for Ethics, Law and Armed Conflicts et est invité à écrire dans des grands médias anglais tel que The Guardian. Ses recherches portent sur l’éthique humanitaire dans les guerres et les désastres.

Bibliographie sélective :

  • Browning, Christopher R., Ordinary Men: Reserve Police Battalion 101 and the Final Solution in Poland, New York : HarperPerrenial, 1992.
  • Cohen, Stanley, States of Denial: Knowing about Atrocities and Suffering, Cambridge ; Malden, Mass. : Polity, 2001.
  • Gardner, Howard, Changing Minds: The Art and Science of Changing our own and other People’s Minds, Boston, Mass. : Harvard Business School Press, 2004.
  • Keen, David, The Economic Functions of Violence in Civil Wars, Oxford : Oxford University Press ; London: International Institute for Strategic Studies, 1998.

 

Evolène Tcherkassof étudie actuellement en Master 2 en double diplôme Sciences-Po / ENS de Lyon. Après avoir étudié le japonais pendant de nombreuses années, ses recherches portent sur la sécurité internationale et la géostratégie contemporaine en Asie Orientale. Elle est invitée par le département de sciences politiques de l’Université de Gakushuin à Tôkyô en 2015.

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2014 : Séance 6

Année universitaire 2014-2015 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

Mémoires d’Indochine :

La décolonisation et la guerre

vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

Mémoiresd'Indochine_2014

Séance 6 – Mardi 18 novembre 2014

« Femmes dans les guerres d’Indochine »

Cette séance abordera la question des femmes aux prises d’une décolonisation brutale et celle de leur mobilisation dans la guerre civile vietnamienne de part et d’autre du 17ème Parallèle. Pour illustrer cette thématique, nous nous appuierons sur une nouvelle littéraire de Lê Minh Khuê évoquant le sort des jeunes filles des Jeunesses de choc (TNXP) sur le front de guerre en RDVN et un témoignage clé de l’écrivaine Nha Ca sur les ravages de la guerre à Huê en 1968. Deux expériences directes de la guerre du Viêt-Nam.

Extraits de textes à discuter :

  • Lê Minh Khuê, “Lointaines étoiles”, in Lointaines étoiles, Hanoi, Editions en Langues Etrangères, 1973, pp. 10-37.

 

* * *

Exposés oraux sur le Cambodge des Khmers Rouges (croire et mentir) :

  • Bernard, Alexia, CR de lecture de : Chuth Khay, Comment j’ai menti aux Khmers Rouges, Paris : L’Harmattan, 2004.

 

Pour aller plus loin :

  • Doan Cam Thi, « Femme, fantasme et guerre. Genèse d’une parole libre dans “La survivante de la Forêt qui rit”, nouvelle vietnamienne de 1991 », La revue des ressources, 2 avril 2007.
  • Nathalie Huynh Chau Nguyen, Memory is another country. Women of the Vietnamese Diaspora, Santa Barbara, California: Praeger, 2009. (traduit en français sous le titre : La mémoire est un autre pays. Femmes de la diaspora vietnamienne, Paris, Riveneuve éditions, 2013).
  • Phan Thanh Hao & Karen G. Turner, Even the Women Must Fight. Memories of War from North Vietnam, New York: John Wiley & Sons, 1998.
  • Sandra C. Taylor, Vietnamese Women at war. Fighting for Ho Chi Minh and the revolution, Lawrence: University Press of Kansas, Modern war studies, 1999.
  • Gina Marie Weaver, Ideologies of Forgetting. Rape in the Vietnam War, New York: State University of New York Press, 2010.
  • Guillemot, François, Des Vietnamiennes dans la guerre civile. L’autre moitié de la guerre, 1945-1975, Paris : Les Indes savantes, 2014.