Archives par mot-clé : chronologie

End of Empire : 100 Days in 1945 that Changed Asia and the World [NIAS Press]

[ndlr] Parution d’un ouvrage dédié à l’analyse au jour le jour de l’année 1945 en Asie orientale et en Asie du Sud-Est. Chronologie détaillée et contributions de 75 chercheurs. Avec les contributions pour l’IAO de Christopher E. Goscha, François Guillemot et Vatthana Pholsena. Présentation de l’éditeur.

David P. Chandler, Robert Cribb and Li Narangoa (eds.), End of Empire : 100 Days in 1945 that Changed Asia and the World, NIAS Press, 2016, 346 p.

EndOfEmpire_Nias2016

Aiming to balance the focus on European events in global public discussions and reminiscences of World War II, End of Empire focuses on a brief, 100-day period at the end of the war across a broad sweep of eastern Asia – a time when the Indonesian and Vietnamese revolutions were born, the fragile wartime truce between Communists and Nationalists in China began to fray, and the first steps were made in Japan towards a new democratic order. Following a chronological order, the volume combines daily events with commentary, photographs, maps and personal accounts. More importantly, it is part of a radical, multi-faceted project to commemorate the period not just in print but also on screen and in ‘real-time broadcasts’ published day by day. Here, perhaps, is the form of scholarly publishing and learning of the future but without abandoning traditional standards.

André Menras : ‘Battering ram’ and ‘spill-over’ - a chronology of the Chinese annexation of the Paracels

Conférence internationale de Đà Nẵng

« Hoàng Sa Trường Sa: sự thật lịch sử »

19-20 et 21 juin 2014

*

‘Battering ram’ and ‘spill-over’

a chronology of the Chinese annexation of the Paracels, a strategic base for control of the South-East Asia Sea

by André Menras

AndréMenras2011
André Menras Ho Cuong Quyet
© 2011 AFP Hoang Dinh Nam

 

Introduction:

We cannot understand the current situation if we restrict ourselves to a few recent events without taking the risk of viewing current confrontations as an expression of territorial ‘disputes’ where there would be little to choose between the parties in the confusion of responsibility and legitimacy. Pontius Pilate-like neutrality of this kind would exclude any possibility of a fair settlement without which there could be no actual or enduring peace. A chronological study of the key historical moments is absolutely essential, if not sufficient, to identify the sources of the conflict and their current expression in order to weigh them up more effectively to reach a settlement.

Throughout this talk I will not be using the term ‘the South China Sea’, because this term invented by colonial cartographers, from the 1960s onwards, and used in the majority of atlases, has, whether innocently or not, negative connotations in terms of sovereignty. Indeed, as demonstrated by going from ‘South China Sea’ to ‘South Chinese Sea’, a simple change in wording dispossesses bordering countries of this vital maritime area in favour of the Empire. This Mediterranean of South East Asia is not historically or legally, or in ancestral traditions, an exclusively Chinese lake. It is the common property of the countries which border it and the international community which increasingly uses it.

The pre-colonial period

Towards undisputed sovereignty

  • 1702 → The first Hoàng Sà brigade: 70 men from An Vĩnh.(Nguyễn Lords)
  • 1816→ The Emperor  Gia Long : Declaration of the Sovereign Rights of the An nam Empire over Hoàng Sa ( Cát Vàng)
  • 1833 to 1836→ Minh Mang orders: construction of a temple and sovereignty memorial stone, mapping, and the planting of trees
  • 1867→ Thủ Đức awards the title of ‘Hero’ to the sailors sent to Hoàng Sa and who perished during their voyage.

These coherent State acts by the Kingdom of An Nam fully justify the right to sovereignty. 

First colonial period up to the start of the 20th century:

China’s acts which acknowledge Vietnamese sovereignty over  the Paracels

  • 1884: The Treaty of Huế (article 15): “France undertakes to guarantee henceforth the integrity of the realms of His Majesty the King of An Nam ». The Paracel archipelago is one of these realms.
  • 1884: Chinese map of the ‘unified empire’ whose southern border extends only as far as Hai Nan. It does not therefore include the Paracels.
  • 1885: The Franco-Chinese Treaty of Tientsin:  China withdraws any claim to sovereignty over Vietnam and therefore the Paracels.
  • 1906: According to the  » Zhong guó Dìhixué jiao ke shu « , the official school geography textbook, the southernmost point in the country is 18° 13′ latitude north i.e. the south of Hai Nan Island.  The Paracels are therefore not part of the Empire.

First colonial period up to 1945

The beginning of Chinese ambitions:

  • 1909: 24-hour landing of Admiral Li Zhun on Phú Lâm (Pattle) Island under the orders of the Governor of Guangdong and Guangxi.
  • 1921: The Provincial Governor of Canton announces that he wishes to annex the archipelago and annex it to Hainan.
  • 1925: The General Governor of Indochina reaffirms that the archipelagos are An nam lands under French protectorate.
  • 1925-1936: Series of articles by Henri Cucherousset in ‘L’éveil économique de l’Indochine’ (The Economic Awakening of Indochina)
  • 1931-1932: China allows private individuals to collect guano on the archipelago. France objects.
  • 1937- 1939: Detachment of colonial guards on Pattle to build a lighthouse, a weather station, a radio station, and erect a memorial: » The French Republic – Kingdom of Annam – Archipelago of the Paracel Islands -1816- Pattle Island 1938″.

Second colonial period up to 1954

Chinese ambitions become burgeoning claims to sovereignty.

  • 1945: Potsdam Conference – Nationalist China is given the mission of disarming Japan north of the 16th parallel.
  • 1947: Chiang Kaï Chek’s troops land on the eastern Paracel islands. France sends a military detachment which establishes a garrison on Pattle. France suggests international arbitration, which China refuses.
  • 1947: appearance of the first U-shape line with 11 dashes of the S-E Asia Sea.  
  • 1950: China evacuates its garrison on Woody Island. Control of the archipelagos is officially handed over to Bảo Đại.
  • 1951: San Francisco conference. The Paracels and Spratleys are not attributed to any country. The Soviet Union suggests Mao’s China: rejected with a crushing majority. Bảo Đại’s Foreign Minister reaffirms Vietnamese sovereignty. France is silent on the matter.
  • 1954: The Geneva Accords: all the islands are now administered by the SRV (south of the 17th parallel). No Chinese protests during the negotiations.

After Geneva up to the departure of the USA…

The violence of the « fait accompli ».

  • 1956: French retreat and relief by SRV troops on Pattle and the Crescent Group. PRC troops land discretely on the eastern side ( the Amphitrite Group ). This time they will stay.
  • 1958: Diplomatic memo from Phạm Văn Đồng  who ‘notes and approves’ a PRC declaration which sets the boundaries of China’s territorial waters at 12 nautical miles. Peking uses this to support its claims to sovereignty over the archipelagos.
  • 1974: The Chinese navy takes the entire archipelago by force. 64 Vietnamese die. The nearby US Seventh Fleet, do not come to the rescue when asked. The Republic of Vietnam’s observer at the U.N asks for the situation to be considered by the Security Council. Without success. No support is forthcoming from the USA or France.

After 1974 until 2009

China secures  the Hoàng Sa base. Legitimisation. New shows of strength.

  • 10 December 1982: Montego Bay Convention on the Law of the Sea signed and ratified by China and Vietnam will come into force in 1994: « art. 89: no state may validly purport to subject any part of the high seas to its sovereignty’.
  • March 1988: violent battle on Gac Ma (Johnson South Reef). 74 vietnamese killed.
  • 1992: Peking grants the US company Crestone Energy a concession for petrol exploration in Vietnam’s EEZ.
  • 1989 to 1995 occupation of additional reefs and small islands including that of Panganaban reef.( Mischief reef) (The Philippines’ EEZ).
  • 2002: Declaration Of Conduct (D.O.C), « gentlemen’s agreement ». Between China and the ASEAN states. Start of a Chinese campaign of threats and bullying to dissuade foreign companies from cooperating with Vietnam and the  Philippines in these countries’ EEZs…
  • 2007: Chinese law establishes the town of “Tam Sa” attached to Hainan and based in Phú Lâm (Paracels).

From 2009 onwards: consolidation, legitimization, the escalating crisis accelerates, new shows of strength

2009

  • March: the USNS « Impeccable »: path blocked by Chinese naval vessels
  • April: Quingdao: demonstration of the military power of the navy
  • May: – diplomatic memo to the Secretary General of the UN, in reaction to the submission on Vietnam’s sovereignty and the joint submission by this country and Malyasia, which deemed these submissions as ‘illegal and invalid’. China reaffirms its sovereignty based on its famous ‘9-dotted line’, without any historic or legal basis, covering 80% of the maritime zone and all the archipelagos.
  • From 16 May to 1 August: unilateral ban on fishing in the zone claimed by Peking; – setting up of a special department attached to Foreign Affairs to ‘manage questions related to maritime sovereignty’.
  • October: ASEAN summit : Refusal to consider differences over the SE Asia Sea in multi-party talks.
  • December:  ‘To Develop tourism on a large scale’ in the U-shaped zone, the Chinese National Assembly adopts the law to protect and develop the islands.

2011

  • May:  aggression against the ‘Bình minh 02′, a seismic exploration vessel belonging to the Pétrovietnam company,  from Chinese vessels in Vietnam’s EEZ. Goal: to make the EEZ a disputed zone…
  • September: aggression against the ‘Viking II’ from the same company in Vietnam’s EEZ.

2012

  • April: ASEAN summit – China pressures Cambodia, then President, to prevent a joint communiqué concerning a declaration of conduct with legal force (DOC) in the SE Asia Sea.
  • April-May:  Scarborough shoal (Spratleys) : 3-week confrontation with the Philippines within Manila’s EEZ.
  • July: China elects the ‘President of Tam Sa’. Installation of a 3G satellite communications centre on Phú Lâm.
  • August: 23,000 Chinese fishing boats leave Quang Dong and Hainan to fish in the SE Asia Sea – PLA division-sized military unit established in Phú Lâm for the ‘defence zone of “Tam Sa” as an ‘instrument for governing the sea’.

2013

  • June: publication of the book: ‘The city of Tam Sa, China: its history, resources, and role in national defence’.
  • November: ‘Air Defence Identification Zone’ (ADIZ) decreed by China above the East China Sea. Japan and the 10 countries in ASEAN declare that they agree to “cooperate more in order to ensure the freedom of flight and the security of civil aviation… »

2014

  • January: Decree from the Hainan province requiring authorisation from any ‘foreign’ fishing boat active in the ‘U-shaped line’ under penalty of large fines and sanctions which could result in their boat being confiscated and having to appear before a Chinese court.
  • May:  Installation of a huge  oil platform (HD981)  inside Vietnam’s EEZ, 119 nautical miles from the Lý Sơn baseline. The goal – to turn Vietnam’s EEZ into a disputed zone.

The key elements of Peking’s expansionist strategy

  • 1°)  In the expansionist process, ‘going out’ towards the south, Peking began with the closest point: the Paracels archipelago.
  • 2°) From this secure base, Peking begins to take steps towards establishing new bases inside the EEZ of bordering nations which China wants to turn into ‘disputed zones’ with a ‘battering ram’.
  • 3°) China has always taken advantage of the ‘emptiness’ following the departure of other powers (1956, 1974, 1988 and currently) by following a strategy  of threats, military violence and fait accompli.
  • 4°) China has only ever signed international or regional agreements so that it can then violate them. However, China is a signatory of the Charter of the United Nations ‘art. 2.4: ‘All Members shall refrain in their international relations from the threat or use of force against the territorial integrity or political independence of any state…’
  • 5°) A diplomatic strategy of division, refusal to participate in multi-party negotiations, refusal of international arbitration. A strategy supported by a policy of economic incentives and reprisals.

The international community’s responsibilities and debt

  • The French colonial state in a certain way helped An nam to free itself of Chinese influence and retain a large part of its territorial integrity. From another angle, it sometimes forgot and even betrayed the ‘protected’ country for its own short-term interests. The hesitation and wavering fuelled China’s ambitions:
  • « The Paracels could constitute a bargaining chip or be used as compensation as concessions from us on other issues » (Letter dated 20 March 1930 from P. Pasquier Governor General of Indochina to the Minister of Colonies.)
  • Silence from France at the San Francisco Conference in 1951 and after the Chinese invasion of the Paracels in 1974.
  • The Nixon-Kissinger US administration: inaction when the Chinese attacked in 1974. Silence from the nearby 7th fleet.
  • « The USA’s position is not to support Vietnam’s claims to sovereignty over the islands. »  Henry Kissinger. (Foreign relations of the United states 1969-1976; Volume XVIII, China 197361976; Document 66).
  • Neutrality is a fight for the law and justice. This was the lesson of Munich.

The fishermen of Central Vietnam – victims of Chinese aggression

  • A very limited chronology of aggressions (between 2002 and 2013)
  • Around 2000 fishermen victims around and off the coast of the Hoàng Sa archipelago.
  • Approximate total Attacks: several hundred.
  • Fishermen who have been killed or who have ‘disappeared’: 30
  • Fishermen who have been rammed and just saved: 120.
  • Sunk or confiscated fishing boats: approx. 30.
  • Fishermen kidnapped for a ransom in Phú Lâm (for between a few days and a month and a half): approx. 500.
  • Ransoms: around $5000 – 8000 per fishing boat: Amount unknown.
  • Fishing gear systematically destroyed or confiscated: Amount unknown.
  • Fish catches systematically confiscated: Amount unknown.

Don’t Human Rights apply at sea?

Terrorism and human tragedy.

  • Mrs Nguyễn Thị Hào (Bình Châu village, Quảng Ngãi).
  • « I lost my husband and my son when they were fishing in Hoàng Sa in 2008. They disappeared near Bombay  island along with 7 of their fellows. Nine people in all. »
  • Mrs Trương Thị Nhi ( Bình Châu ):“They shot him and killed him. »
  • Mr Nguyễn Thành Đồng ( Bình Châu):“In this region, when a woman loses her husband, the family loses everything »
  • Mr Tiêu Viết Là ( Bình Châu ):“Three of them hit me. I’ve been hurt since and can’t go out to sea. My fishing boat has been confiscated and I have to pay a ransom. I’ve lost everything”.
  • Mr Nguyễn Đặc ( Lý Sơn):“Having just what you need to eat or enjoy prosperity depends on Hoàng Sa ».

 

Conclusion: Compensation?

In April 2014 the Maritime Affairs Tribunal in Shanghai ordered the confiscation of a Japanese shipment to compensate for a war debt dating back to 1936: thirty million dollars for two confiscated boats. The Japanese paid.

How many tens of billions of dollars does China owe Vietnam for forcibly borrowing the Paracels for 40 years, for the lack of economic gains that this represents, for the families of Vietnamese soldiers killed during the annexation of the archipelago, for the thousands of mistreated fishermen who were banned from fishing for decades, for the dozens of fishermen killed, for the dozens of fishing boats sunk and confiscated, and for the hundreds of ransoms paid out? If the damages of this monumental hold-up and its consequences were only measured in terms of money, then the compensation would at least boost Vietnam’s economy for years and get thousands of families, who are still victims of these crimes, out of poverty.

For the Chinese leaders, the only way to get out of this tragedy positively is the opposite of the approach they have chosen to impose: all acts of aggression and incursion need to stop immediately in the maritime and island zone under Vietnamese sovereignty and measures taken to give to Caesar what belongs to Caesar i.e. return Hoàng Sa to Vietnam. Any other approach can only be short-lived and lead China into a painful impasse and peace with it.

Some resources on the fishermen

Video: « Hoàng Sa Vietnam : painfull loss, la meurtrissure » (posted on YouTube)

André Menras : « Tâche d’huile » et « coups de bélier » – l’affaire de la plateforme de forage chinoise

Atelier de réflexion : les enjeux de la crise sino-vietnamienne.

Samedi 24 mai 2014. ENS de Lyon

★ ★ ★

L’affaire de la plateforme de forage chinoise :

une nouvelle avancée dans la stratégie d’expansion en « tâche d’huile » et en « coups de bélier » pour annexer la mer du Sud-Est asiatique.

Par André Menras (Hồ Cương Quyết)

Chercheur indépendant

AndréMenras_24-05-2014
André Menras à l’Institut d’Asie Orientale à Lyon © 2014 IAO

 

On ne peut pas comprendre la situation présente si l’on se confine à quelques évènements récents sous peine de considérer les affrontements actuels comme l’expression de « disputes » territoriales dans lesquelles les parties concernées seraient renvoyées dos à dos dans une confusion de responsabilité et de légitimité. Une telle neutralité poncepilatique exclurait toute possibilité de règlement équitable sans lequel la paix ne saurait exister et durer. L’examen chronologique des événements historiques marquants est absolument nécessaire, sinon suffisant, pour identifier les sources du conflit et leur expression actuelle afin de peser plus efficacement pour son règlement.

Tout au long de cette intervention je ne parlerai pas de Mer de Chine méridionale car ce géonyme attribué par les cartographes coloniaux et, à partir des années 60, repris dans une grande majorité des atlas, porte, innocemment ou non, une connotation malsaine sur le plan de la souveraineté. De « Mer de Chine » à « Mer de la Chine » il n’y a en effet qu’un petit mot à penser pour déposséder au profit de l’Empire les nations riveraines de cet espace maritime vital pour elles. Cette Méditerranée de l’Asie du Sud-Est n’est ni historiquement, ni juridiquement, ni dans la pratique ancestrale, un lac exclusivement chinois. Elle est le bien commun des nations qui la bordent et de la communauté internationale qui en emprunte le passage avec une fréquence sans cesse accrue.

DaiNamNhatThongToanDo
Đại Nam nhất thống toàn đồ

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

1°) Chronologie de l’annexion chinoise de l’archipel des Paracels

L’examen détaillé des dates historiques depuis la période précoloniale jusqu’ à aujourd’hui révèle clairement la naissance puis la montée en puissance des appétits chinois sur Les Paracels et au-delà, en passant par l’annexion totale de l’Archipel jusqu’à l’installation actuelle de la plateforme de forage dans la zone économique exclusive du Vietnam.

A) Durant la période précoloniale, l’An Nam a édifié sur l’archipel une souveraineté incontestée.

Depuis les seigneurs Nguyen, en 1702, la première brigade de Hoang Sa (alors appelé Cat Vang) est constituée avec 70 jeunes hommes du village de An Vinh (dont les descendants vivent toujours à Ly Son) pour, sous les ordres des seigneurs se rendre chaque année dans l’archipel, y récupérer des restes d’épaves, et en ramener des produits de la mer. Avec les empereurs Nguyen la tradition se continue et se développe.

  • 1816 : Gia Long déclare les droits souverains de l’empire d’An Nam [Viêt Nam] sur l’archipel appelé alors « Cat Vang « .
  • 1833-1836 : Ming Mang ordonne l’érection d’un temple, la construction d’une stèle de souveraineté et la plantation d’arbres.
  • 1867 : Tu Duc décerne le titre de héros à des « binh si », soldats de la mer, ayant péri dans leur périple vers Hoang Sa… Autant d’actes étatiques cohérents et annuels de la part de l’empire d’An Nam [Dai Nam] qui justifient pleinement droit à souveraineté. Sans aucune contestation de la part de quelque autre État.

B) Première période coloniale jusqu’au début du XXème siècle : La Chine reconnaît implicitement cette souveraineté.

  • 1884 : traité de Hue. « La France s’engage à garantir l’intégrité des États de SM. Le roi d’An Nam ». Et donc des Paracels. La même année édition d’une carte chinoise de « l’empire unifié  » dont le point le plus austral est la pointe sud de l’île d’Hai Nan. Elle ne comprend donc pas Les Paracels.
  • 1885 : traité franco-chinois de Tianjin. La Chine renonce à toute prétention de suzeraineté sur l’An Nam et donc sur les Paracels.
  • 1906 : édition d’un manuel national d’enseignement de la géographie : le « Zhong guo dilixue giao keshu ». La limite australe de l’empire est toujours l’île d’Hai Nan.

C) Première période coloniale jusqu’en 1945 : naissance des appétits chinois.

  • 1909 : débarquement de 24h des troupes de l’Amiral Li Zhu sur l’île de Pattle. Opération commanditée par le gouverneur du Guang xi-Guangdong.
  • 1925 : le Gouverneur Général d’Indochine annonce que l’Archipel est sous la souveraineté de l’An Nam sous protectorat français.
  • 1925-1936 : série d’articles d’Henri Cucherousset dans « L’Éveil économique de l’Indochine » qui proteste contre la « mollesse » des devoirs protecteurs de la France sur l’archipel.
  • 1931-1932 : la Chine adjuge l’exploitation du guano (phosphates) sur l’archipel à des particuliers. Protestation officielle française.
  • 1937-1939: détachement de gardes coloniaux dépêché sur Pattle pour y construire un phare, une station météo, une station TFS et y dresser une stèle portant l’inscription « République française-Royaume d’An Nam-Archipel des Paracels : 1816-île de Pattle 1938 ».

D) Deuxième période coloniale jusqu’en 1954 : les appétits chinois deviennent prétentions souveraines naissantes.

  • 1945 : la Chine nationaliste reçoit mission de désarmer les Japonais au nord du 16ème parallèle.
  • 1947 : les troupes de Chang Kaï-chek débarquent sur les Paracels orientales. La France envoie un détachement militaire qui prend garnison sur Pattle et demande un arbitrage international. Refus de la Chine. La même année, apparition de la première ligne en U en 11 traits, matérialisant les prétentions souveraines chinoise sur 80% de la mer du Sud Est asiatique.
  • 1950 : la Chine évacue sa garnison de l’île boisée. Le contrôle de l’archipel est officiellement remis à l’empereur Bao Dai.
  • 1951 : conférence de San Francisco. Les Paracels et les Spratleys abandonnées par les Japonais, ne sont attribuées à personne. L’URSS propose de les placer sous la souveraineté de la Chine de Mao. Proposition rejetée à l’écrasante majorité. Le ministre des Affaires étrangères de Bao Dai réaffirme la souveraineté du Vietnam. Silence de la France.
  • 1954 : Accords de Genève. Toutes les îles passent sous l’administration de la République du Sud Vietnam. Pas de protestation de la Chine présente lors des négociations.

E) L’après Genève jusqu’au départ des Américains : la violence du fait accompli.

  • 1956 : retrait des Français et relève par les troupes de la République du Viêt-Nam sur Pattle et le groupe du croissant (Sud-ouest de l’archipel). Les troupes de la République populaire de Chine débarquent discrètement sur la partie orientale (Amphitrite) et ne la quitteront plus.
  • 1958 : note diplomatique du Premier ministre de la RDVN Pham Van Dong qui « enregistre et approuve » une déclaration de la RPC fixant à 12 milles nautiques la limite des eaux territoriales de la Chine. Pékin utilise encore aujourd’hui cette note pour étayer son argumentation de souveraineté.
  • 1974 : la marine de guerre chinoise s’empare de la totalité de l’archipel. 64 morts vietnamiens. La 7ème flotte US à proximité, appelée au secours par son allié sud-vietnamien, ne réagit pas. L’observateur de la République du Viêt-Nam à l’ONU demande un examen de la question par le Conseil de Sécurité. Sans succès. Aucun soutien des USA ni de la France.
tuongniem-haichien-HS1974
19 janvier 2014 : commémoration du 40e anniversaire de la bataille des Paracels © 2014 Tin Tuc Hang Ngay

F) L’après 1974 jusqu’en 2009 : consolidation de la base de Hoang Sa, légitimation et nouveaux coups de force.

  • 1982 : Convention de Montego Bay sur le droit à la mer signée et ratifiée par la Chine et le Vietnam : « Aucun État ne peut légitimement soumettre une partie de la Haute mer à sa souveraineté ».
  • 1988 : coup de force sanglant à Gac Ma (Johnson reef). 74 morts vietnamiens de la République Socialiste du Vietnam.
  • 1992 : la Chine octroie à la compagnie US Crestone Energy une concession d’exploitation située dans la ZEE du Vietnam.
  • 1989-1995 : occupation par la Chine de récifs et d’îlots supplémentaires dont celui de Panganaban reef (Mischief reef) dans la ZEE des Philippines.
  • 2002 : signature de la « Déclaration de (bonne) conduite » (DOC), gentlemen agreement, entre la Chine et les pays de l’ASEAN. « …Ne pas faire usage de la force ou de menace pour régler les différents ; ne pas compliquer la situation par de nouvelles édifications… » Début d’une campagne chinoise de menaces et de chantage pour dissuader les compagnies pétrolières étrangères de coopérer avec le Vietnam et les Philippines dans les ZEE de ces pays.
  • 2007 : loi chinoise instituant la ville de « Tam Sa » dépendant de Hai Nan et basée à Phu Lâm (Paracels).
BaoVeHSTS
« Ensemble exploitons et protégeons la mer et les îles du Viêt-Nam »

G) A partir de 2009, accélération de l’escalade et de sa légitimation.

  • 2009 : en mars, L’USNS américain « Impeccable » se voit barrer la route au large d’Hai Nan par des bâtiments de la flotte chinoise. Avril : à Quinddao, grand show international de la puissance militaire navale chinoise. Mai : note diplomatique chinoise au secrétaire général de l’ONU en réaction au dépôt de l’acte de souveraineté du Vietnam et de l’acte conjoint que ce pays a déposé avec la Malaisie. La Chine y affirme ses prétentions souveraines matérialisées par la ligne en U en 9 traits (ou langue de boeuf) englobant 80% de l’espace maritime et la totalité des archipels de la mer du Sud-Est asiatique. Du 16 mai au 1er août : Pékin décrète unilatéralement l’interdiction de pêcher dans la zone. Octobre : sommet de l’ASEAN en Thaïlande. La Chine refuse d’aborder de façon multipartite la question des différends en Mer du Sud-Est asiatique. Décembre : Pékin annonce sa décision de « développer le tourisme sur une grande échelle » dans la zone en U. L’assemblée nationale adopte la loi sur « la protection et le développement des îles ».
  • 2011 : en mai, agression sur le « Binh minh 02 » navire d’exploration sismique de la compagnie PetroVietnam, en ZEE du Vietnam. Septembre : agression sur le « Viking », autre navire vietnamien de prospection, dans la ZEE du Vietnam.
  • 2012 : sommet de l’ASEAN. La Chine fait pression sur le Cambodge, alors président, pour empêcher un communiqué commun en faveur d’un « Code de conduite » ayant force de loi en mer du Sud-Est asiatique. Avril-mai : affrontement de 3 semaines avec Les Philippines à Scarborough shoal (archipel des Spratleys) en ZEE des Philippines. Juillet : la Chine fait élire le Président de « Tam Sa » et installe un centre de communication satellitaire 3G sur l’île de Phu Lam. Août : vingt-trois-mille chalutiers chinois partent de Quang Dong et Hai Nan pour aller pêcher en mer du Sud-Est asiatique. Création aux Paracels d’une unité militaire de l’APL à l’échelle d’une division pour la « zone de défense de Tam Sa » comme « un appareil pour gouverner la mer ».
  • 2013 : en juin, édition du livre « Ville de Tam Sa, Chine : Histoire, ressources et rôle dans la défense nationale ». Novembre : zone d’Identification aérienne crée par la Chine dans la Mer dite de Chine orientale, vis à vis du Japon. Le Japon et les 10 pays de l’ASEAN se déclarent d’accord pour « coopérer davantage afin de garantir la liberté de survol et la sécurité de l’aviation civile ».
  • 2014 : en janvier, décret de la province de Hai Nan qui exige une autorisation pour tout chalutier « étranger » en activité dans la zone en U, sous peine de fortes amendes et de sanctions allant jusqu’ à la confiscation du chalutier et la comparution devant un tribunal chinois. Mai : implantation d’une plateforme de forage géante (HD 981) en pleine ZEE du Vietnam. Affrontements au large de l’île Tri Tôn (archipel de Hoang Sa) 10 policiers de la marine vietnamienne blessés, 4 bâtiments vietnamiens éperonnés et endommagés, un chalutier vietnamien coulé.
MerAsieDuSudEst
Le tracé en rouge de la « langue de bœuf chinoise » sur 80% de l’espace maritime

2°) Lignes de force de la stratégie expansionniste de Pékin

  • 1°) Dans ce « going out » annexionniste vers le Sud maritime, Pékin a commencé par le plus proximal : Les Paracels.
  • 2°) A partir de cette base qu’elle consolide, elle jette des ponts vers de nouvelles bases, par tache d’huile ou par coups de force ponctuels, à l’intérieur des ZEE des nations riveraines qu’elle veut transformer en « zones disputées ».
  • 3°) Toutes ces actions sont basées sur la violence militaire et sur la surprise. Aucun des traités ou accords signés aussi bien sur le plan international que sur le plan local ne sont respectés.
  • 4°) Au niveau tactique, Pékin utilise toujours des périodes de vide ou de faiblesse de puissance pour porter de nouveaux coups. (départ des colonialistes français en 1956, départ des USA en 1974, faiblesse de la RSVN privée du soutien de l’URSS dès la fin des années 70, faiblesse relative des USA, malgré leur politique de « pivot » vers la zone Pacifique-Asie… Faiblesse économique de l’Europe demandeuse de contrats chinois provisoirement salvateurs).
  • 5°) Sa tactique diplomatique et économique est toujours celle de la division. Par gratifications ou par rétorsions économiques. Le refus d’arbitrage international ou de discussion multilatérale est une constante historique de sa diplomatie.

3°) Responsabilités et dette de la communauté internationale

  • a) L’État colonialiste français a d’une certaine façon aidé l’An Nam a se libérer de l’emprise chinoise et a assimiler des « territoires sans maître » (dans les Spratleys ) dont le Vietnam a hérité au titre de l’ « Uti Possidetis Suis ». Mais, d’un autre côté, il a quelquefois aiguisé les appétits chinois en oubliant ou trahissant les intérêts de l’État « protégé » pour ses propres visées à court terme. « Les Paracels pourraient constituer une matière de marchandage ou une contre-partie à des concessions (avec la Chine) de notre part sur d’autres points » (lettre du 20 mars 1930 de P. Pasquier, Gouverneur général de l’Indochine au ministre des colonies). Il en est de même du mutisme de la France lors de la Conférence de San Francisco en 1951 et lors de l’invasion chinoise des Paracels en 1974…
  • b) Les USA, administration Nixon-Kissinger : abandon total lors de l’invasion chinoise de 1974. Mutisme de la 7ème flotte à proximité. Kissinger : « La position des USA est de ne pas soutenir les prétentions de souveraineté vietnamiennes sur les îles. » (Foreign relations of the United States 1969-1976; Volume VIII; China 1973-1976: Document 66).
  • c) Aujourd’hui. Toutes proportions gardées, l’Histoire a déjà connu des dictatures ponctuellement puissantes en quête d’ « espace vital ». Le traité de Munich en 1938 a montré l’illusion qui consiste à acheter la paix à de tels régimes en abandonnant à leurs appétits des espaces souverains d’autres nations. Winston Churchill commentait ainsi ce genre d’abandon : « On nous a proposé la honte ou la guerre. Nous avons choisi la honte et nous avons eu la guerre ». Être neutre aujourd’hui, c’est faire respecter le droit international contre la politique de la canonnière. C’est aussi une façon de ne pas subir soi-même la loi du canon.
ngu_dan_VietTTXVN
Pêcheurs vietnamiens © TTXVN

4°) Les pêcheurs du Centre du Vietnam :

les droits de l’Homme s’arrêtent-ils où commence la mer ?

L’Histoire, c’est aussi la vie quotidienne des simples gens. Pour des dizaines de milliers de pêcheurs vietnamiens qui doivent aller gagner leur vie autour des îles Paracels, c’est une tragédie permanente car chaque sortie en mer peut être la dernière.

La plupart des informations concernant les agressions chinoises sur les pêcheurs sont de sources très officielles : Rapports du poste 328 des garde-côtes et du Comité populaire de district de Ly Son. Certaines informations proviennent aussi de journaux officiels vietnamiens (Tuoi Tre, Thanh Nien, Vietnam net, Phap luat, Dan tri, Saigon Tiep Thi, Lao Dong, et de la BBC). Ces statistiques sont cependant incomplètes car ces informations, jugées « sensibles » sont difficiles à obtenir de la part des autorités et les pêcheurs n’ont pas la liberté et l’organisation pour les communiquer. (Année 2008 par exemple.)

De 2002 à 2014, j’ai pu répertorier des centaines d’agressions. Environ 2000 pêcheurs en ont été victimes. 30 tués ou « disparus » par temps calme. 120 dont le chalutier a été éperonné et qui ont été sauvés in extremis. 500 emprisonnés sur l’île de Phu Lam de quelques jours à près de 2 mois et libérés contre rançon payée par la famille (7000 à 8000 USD). Matériel de pêche systématiquement détruit ou confisqué. Prise de pêche confisquée.

Voir en fin d’article le film documentaire « Hoang Sa Vietnam : La meurtrissure ». (film toujours interdit de projection au Vietnam).

Ces hommes et leurs familles sont les victimes d’une véritable politique terroriste qui vise à vider cette partie de la mer des pêcheurs vietnamiens absolument sans défense pour les remplacer par des pêcheurs chinois. Jusqu’ici les organisations internationales comme Amnesty international, interpellées pour réagir face à ces traitements inhumains, sont restées sans réaction. L’État du Vietnam non seulement ne protège toujours pas ses pêcheurs mais n’ose même pas les organiser pour faire un procès à la Chine devant le Tribunal international sur le droit à la mer…

Lyon, le 24 mai 2014

André Menras

Pour citer cet article :

Menras, André (30 mai 2014), « L’affaire de la plateforme de forage chinoise : une nouvelle avancée dans la stratégie d’expansion en “tâche d’huile” et en “coups de bélier” pour annexer la mer du Sud-Est asiatique », Mémoires d’Indochine [carnet de recherche] : https://indomemoires.hypotheses.org/15066 (Page consultée le …).