Archives par mot-clé : Cholon

Laurent Gédéon : Les rivalités en mer de Chine méridionale. Enjeux géopolitiques et géostratégiques entre la Chine, le Vietnam et les États-Unis [HDR].

Toutes nos félicitations à notre collègue Laurent Gédéon pour sa soutenance HDR.


Le vendredi 18 décembre à 15h, à l’ENS de Lyon, Laurent Gédéon, maître de conférences à l’Université catholique de Lyon, membre de l’Institut d’Asie Orientale, a soutenu son habilitation à diriger des recherches intitulée :

« Les rivalités en mer de Chine méridionale. Enjeux géopolitiques et géostratégiques entre la Chine, le Vietnam et les États-Unis ».


Jury composé de :

  • Guibourg Delamotte, Maître de Conférences (HDR), INALCO
  • Guy Faure, Directeur de Recherche CNRS (émérite), IRASIA
  • Fabienne Jagou, Maître de Conférences (HDR), Ecole Française d’extrême Orient
  • Pierre Journoud, Professeur des Universités, université Paul Valéry, Montpellier 3
  • Frédéric Lasserre, Professeur titulaire, université Laval, Québec
  • Yveline Lecler, Professeur des Universités émérite, Sciences Po Lyon

Le dossier d’habilitation qui comporte deux volumes s’intitule « Les rivalités en mer de Chine méridionale. Enjeux géopolitiques et géostratégiques entre la Chine, le Vietnam et les États-Unis ».

Le premier ou volume principal (272 p.) est axé sur la problématique des archipels Spratleys et Paracels, situés en mer de Chine méridionale et revendiqués simultanément par la République populaire de Chine et le Vietnam. La recherche a permis de valider l’hypothèse selon laquelle le Vietnam, s’il souhaite réaliser ses ambitions géostratégiques en mer de Chine méridionale, se trouve dans l’obligation d’intégrer une architecture géopolitique et sécuritaire régionale comprenant les États-Unis. Elle a également ouvert la voie à la définition d’un nouveau concept géopolitique de « géomaritimité ».

Le deuxième volume ou volume annexe (112 p.) propose un retour sur les travaux antérieurs ainsi qu’un recueil de quelques publications récentes. Ces travaux ont porté sur la communauté sino-vietnamienne (Hoa), le quartier de Cholon à Ho Chi Minh-Ville où elle se concentre et l’impact de sa présence sur les relations entre la Chine et le Vietnam. Une première partie de cette recherche a mis en lumière la persistance du rôle économique important des Hoa, en dépit de leur marginalisation temporaire pendant les années 1970-80 due à la réunification du Vietnam et la mise en place d’un nouveau modèle d’économie socialiste. Ces travaux ont ouvert la voie, dans une deuxième partie, à l’analyse des caractéristiques urbaines du quartier de Cholon et l’évolution du rôle joué par le canal (arroyo chinois) reliant ce quartier à la rivière Sai Gon. Cette recherche a mobilisé les outils offerts par les humanités numériques.

Photo « à la une » : Carte des revendications en mer de Chine méridionale. © CC Wikipédia

Mei Feng Mok: « Negotiating Community and Nation in Chợ Lớn: Nation-building, Community-building and Transnationalism in Everyday Life during the Republic of Việt Nam, 1955-1975 »

[ndlr] Présentation par Christoph Giebel de la thèse de Mei Feng Mok sur Cholon et sa population sous la République du Viêt-Nam de 1955 à 1975. Chronique publiée avec l’autorisation de son auteur.

Ref.: Mei Feng Mok, Negotiating Community and Nation in Chợ Lớn: Nation-building, Community-building and Transnationalism in Everyday Life during the Republic of Việt Nam, 1955-1975, University of Washington, History, PhD thesis, Chair: Christoph Giebel, 2016.

It is with great pleasure that I announce to VSG a newly minted Ph.D.

On 8 June 2016, at the History department of the University of Washington, Seattle (USA), Mei Feng Mok successfully defended her dissertation « Negotiating Community and Nation in Chợ Lớn: Nation-building, Community-building and Transnationalism in Everyday Life during the Republic of Việt Nam, 1955-1975. »  The dissertation is based on a variety of sources in Vietnamese, Chinese, French and English, most notably rare and rarely-used Chinese-language newspapers from Chợ Lớn.  Examiners were Laurie Sears, Sasha Welland, and Christoph Giebel (chair);  Moon-ho Jung and Madeleine Dong added guidance at earlier stages of research.  Before coming to UW, Mei Feng Mok earned an MA in History at the National University of Singapore (NUS) with Bruce Lockhart.

Focusing on social life ordered around markets, native place congregations and temples, schools and work places, hospitals and medicinal halls, sports clubs and restaurants, private homes and public leisure places, Mei Feng deftly provides a rich tapestry of Chợ Lớn’s Chinese community, particularly its middle class, and the changes it underwent over time.  She situates Chợ Lớn in multiple relations: as one center of greater Sài Gòn, economic conduit for the southern Vietnamese hinterlands, socio-cultural hub for Chinese communities throughout Indochina, nodal point in transnational Chinese exchanges linking San Francisco, Hong Kong, China, and Singapore, and contributor to Cold War-era and Taiwan/ROC-centric sinophonic articulations.

The dissertation is organized into four main chapters:  

  • 1) Chợ Lớn’s built environment and human geography, its lived and shared spaces;  
  • 2) Education from kindergarten to adult learning between local and transnational networks and the state;  
  • 3) Sports and competitions over disciplining bodies and controlling social time;  
  • and 4) young adulthood, women in the public sphere, and socialization into multi-layered networks through marriage, work, philanthropy, and other ways of accumulating and spending social capital. 

Here Chợ Lớn emerges as a site of contestation between diasporic community interests, a « nation-building » Vietnamese state, and the transnational Chinese world not easily negotiated by individuals and further complicated by war, violence, and ideological divisions.

 Mei Feng’s work is bound to make significant contributions to a variety of fields:  e.g., to social history (and here everyday urban life) of which Việt Nam Studies are still desperately starved, to the growing body of studies on the Republic of Việt Nam (and a rare one where the RVN simply « is » rather than « fails »), to conversations about diasporic/minority communities with multiple identities in Việt Nam (and elsewhere), and to our knowledge of overseas Chinese and the dynamic currents in the Cold War-era transnational Chinese world.  Mei Feng will now take her talents and work to a Post-doctoral Fellowship position at the Asia Research Institute (ARI) in Singapore (NUS) where this important and exciting dissertation may well turn into a marvelous book.

 
Congratulations to Dr. Mei Feng Mok!
 
C. Giebel

UW-Seattle

Source : VSG

Image « à la une » : Le marché de Binh Tây à Cholon en 1960.

Laurent Gédéon : Saigon-Cholon, au fil de l’eau [récit visuel]

[ndlr] Recit visuel de Laurent Gédéon (IAO, ENS de Lyon) sur l’arroyo chinois.

Saigon-Cholon, au fil de l’eau

Ce récit visuel se présente sous la forme d’un itinéraire qui suit le cours de l’arroyo chinois, voie d’eau qui reliait Saigon à l’ancienne ville chinoise de Cholon. Les photos, prises en quasi-totalité au cours de la première moitié du XXe siècle, mettent en lumière la double fonction, économique et sociale, de cet environnement. Celui-ci apparaît à la fois comme un lieu d’habitat pour une frange de la population et un espace par lequel transitent les flux de marchandises entre Cholon et Saigon.

Đặng Ngọc Chấn

DangNgocChanM. Đặng Ngọc Chấn, Đốc-phủ-Sứ. Né en 1894 à Châu-Phủ (Châu Đốc, Cochinchine). Après avoir obtenu son diplôme d’Études complémentaires au Collège Chasseloup-Laubat, débuta dans l’Administration comme Instituteur de l’Enseignement primaire en 1913.

Nommé Secrétaire-interprète en 1915, admis en 1917 à l’École supérieure de Droit et d’Administration à l’Université d’Hanoi jusqu’en octobre 1920 ; nommé commis du Gouvernement de la Cochinchine en 1924.

Nommé Phủ en 1926 ; Đốc-phủ-Sứ en 1933 ; Đốc-phủ-Sứ hors classe spéciale en 1936.

En 1931, il a été envoyé en mission en France comme Délégué local indigène et Chef du Gouvernement ethnique de Cochinchine à l’Exposition Coloniale Internationale e Vincennes.

Assure actuellement et cumulativement avec ses fonctions de Délégué administratif du Centre, celles de Secrétaire de Province à Cholon.

Officier du Dragon d’Annam ;

Officier du Mérite Agricole Annamite ;

Officier du Sowathara ;

Chevalier de la Légion d’Honneur.

Source : Gouvernement général de l’Indochine, Service de l’Information, Souverains et notabilités d’Indochine. Notices par ordre alphabétique, Hanoi, IDEO, 1943, pp. 9-10.

Mme Diệp Thị Chắc

DiepThiChacMme Diệp Thị Chắc, née en 1857 à Tân-An (Cholon, Cochinchine).

Veuve à l’âge de 40 ans, exploite à elle seule un domaine de plus en plus important.

Est actuellement propriétaire de près de 800 hectares de rizières en plein rapport.

Agée aujourd’hui de 84 ans, utilise depuis de longues années la majeure partie de ses revenus aux œuvres de bienfaisance.

Source : Gouvernement général de l’Indochine, Service de l’Information, Souverains et notabilités d’Indochine. Notices par ordre alphabétique, Hanoi, IDEO, 1943, p. 9.

Nguyễn Khắc Cần

NguyenKhacCanM. Nguyễn Khắc Cần, Propriétaire foncier. Né en 1881 à Phước Vĩnh Tây (Cholon, Cochinchine).

A fait ses études au Collège Chasseloup-Laubat, Arpenteur-dessinateur du Service du Cadastre de Cochinchine de 1899 à 1912.

Membre de la Chambre d’Agriculture de Cochinchine de 1916 à 1925.

Huyện honoraire (1920), Phủ honoraire (1929) et Đốc-phủ-Sứ honoraire (1936).

Membre de la Commission mixte provinciale de Cholon.

Source : Gouvernement général de l’Indochine, Service de l’Information, Souverains et notabilités d’Indochine. Notices par ordre alphabétique, Hanoi, IDEO, 1943, p. 8.

Kha Văn Cần

KhaVanCanM. Kha Văn Cần [Kha Vang Cân], Ingénieur. Né en 1908 à Cholon.

Ingénieur des Arts et Métiers, promotion 1930-1933, École Nationale d’Aix-en-Provence.

Dessinateur, Agent technique puis Ingénieur aux Usines Renault à Billancourt (Seine) de 1934 à 1939. Envoyé en mission en Indochine de 1936 à 1939 par les Usines Renault, d’accord avec le Ministère des Colonies, pour le montage, la mise en marche et la livraison des automotrices Renault vendues aux Chemins de Fer de l’Indochine, ainsi que pour l’éducation du personnel des Chemins de Fer, en ce qui concerne l’utilisation et l’entretien de ces véhicules.

Rappelé à Billancourt à la fin de la mission, mais démissionnaire de plein gré et depuis 1939 directeur-propriétaire des Fonderies et Ateliers de constructions mécaniques et métalliques dénommées « Établissement Can et Van » à Choquan.

Membre du Conseil d’Administration de la Région Saigon-Cholon.

Membre du Comité de l’Artisanat en Cochinchine.

Membre du Comité de gestion et de perfectionnement auprès des Ateliers-Ecoles annexés aux écoles primaires publiques des villes de Saigon et Cholon.

Source : Gouvernement général de l’Indochine, Service de l’Information, Souverains et notabilités d’Indochine. Notices par ordre alphabétique, Hanoi, IDEO, 1943, pp. 7-8.