Archives par mot-clé : Chine

Hong Kong : 2 mois et demi de révolte [presse]

Depuis début juin 2019, la population de Hong Kong est mobilisée contre les projets de Pékin et pour sa survie démocratique. Rappel des principaux faits dans la presse française.

  • La révolte en quelques dates

Margaux Lannuzel avec AFP, “Hong Kong : trois dates pour comprendre l’escalade de la crise”, Europe 1, 19 août 2019. La crise entre l’archipel et la Chine continentale dont il dépend dure désormais depuis plus de deux mois. De part et d’autre, le ton s’est durci ces dernières semaines. 

Camille Caldini et Louis San, “L’article à lire pour comprendre la crise qui secoue Hong Kong depuis deux mois”, France Info, 16/08/2019. Né d’une opposition à un projet de loi spécifique, le mouvement de protestation contre la mainmise chinoise à Hong Kong ne faiblit pas et a élargi ses revendications, malgré l’ombre menaçante de Pékin.

Mathieu Dejean, “Comprendre la crise à Hong Kong en cinq moments-clés”, Les Inrockuptibles, 14/08/2019. Alors que des tanks de la police militaire chinoise affluent à proximité de Hong Kong, après deux mois d’une mobilisation inédite, faisons le point sur cette crise.

En vidéo : La résistance de Hongkong vue sur la longue durée

  • La manifestation populaire du dimanche 18 août 2019

Aabla Jounaïdi, “Hong Kong: une manifestation géante et sans violence”, RFI, 19/08/2019. Immense succès pour la manifestation pro-démocratie à Hong Kong du dimanche 18 août. D’après les organisateurs, 1,7 million de personnes auraient afflué dans et autour du parc Victoria malgré une pluie torrentielle. Mais surtout, le caractère pacifique de l’évènement aura été assuré.

Cyrille Pluyette, “À Hongkong, la mobilisation face à Pékin ne faiblit pas”, Le Figaro, 18/08/2019. Des centaines de milliers de manifestants ont encore défilé dans les rues ce dimanche, sans violence.

Le Monde avec AFP, “A Hongkong, nouvelle journée de manifestations malgré les menaces de Pékin”, Le Monde, 18/08/2019. Plusieurs dizaines de milliers de Hongkongais se sont rassemblés dimanche pour réaffirmer leur soutien à cette mobilisation prodémocratique sans précédent, en dépit des violences et des menaces d’intervention de Pékin.

Rosa Brostra, “A Hongkong, marée humaine contre vent et armée”, Libération, 18/08/2019. Environ 1,7 million de manifestants se sont rassemblés dans les rues de Hongkong, malgré les menaces d’intervention militaire de Pékin, le 18 août.

Vidéo. 20 Minutes avec AFP, “Hong Kong: La plus grande manifestation pro-démocratie depuis des semaines”, 20 Minutes, 18/08/2019. Après les manifestations violentes de cette semaine, les leaders du mouvement prodémocrate avaient à cœur de montrer le calme et la détermination de leurs soutiens.

“Un « autre Tiananmen » à Hongkong nuirait à un accord commercial, selon Trump”, Le Monde, 19/08/2019. Le président des Etats-Unis a de nouveau exprimé son souhait que la crise dans le territoire trouve une issue pacifique.

  • La stratégie de Pékin et de l’exécutif hongkongais

Le Monde et AFP, “Crise à Hong kong : Pékin a utilisé Twitter et Facebook contre les manifestants”, Le Monde, 20/08/2019. Le gouvernement chinois a créé de nombreux comptes pour discréditer et diviser le camp prodémocratie. L’impact de cette propagande reste difficile à évaluer.

L. C., “Hong Kong: Quelle est la stratégie de Pékin face aux manifestations?”, 20 Minutes, 16/08/2019. La Chine, qui a massé ses troupes à la frontière de Hong Kong, a menacé jeudi de ne pas rester « les bras croisés » si la contestation pro démocratie devait dégénérer.

Le Figaro avec AFP, “Hongkong: la cheffe de l’exécutif espère un «retour au calme»”, Le Figaro, 20/08/2019. La cheffe de l’exécutif hongkongais Carrie Lam a espéré ce mardi que l’absence de violences en marge de la grande manifestation prodémocratie de dimanche augurait d’un «retour au calme» dans l’ex-colonie britannique, tout en refusant d’accéder aux demandes des protestataires.

Image “à la une” : © Reuters, juin 2019.

4 juin 1989 : Il y a 30 ans Tiananmen

[ndlr] Il y a trente ans le 4 juin 2019, les chars de l’armée populaire chinoise répriment dans le sang le mouvement démocratique étudiant. Rappel vidéographique sur cet événement clé de l’histoire de la Chine contemporaine. Une mémoire consciencieusement effacée par le pouvoir en place. Mais le “printemps de Pékin” est désormais inscrit dans l’histoire mondiale.

Tiananmen, l’événement que la Chine veut effacer

À l’occasion des 30 ans de Tian’anmen, le journaliste Pierre Haski signe un portrait documentaire de Liu Xiaobo, l’un des plus grands dissidents chinois, et revient sur ce tournant dramatique et majeur de l’histoire du pays.

30 ans après, « L’homme de Tiananmen » reste encore une énigme

A l’occasion des 30 ans des évènements de Tiananmen, nous avons demandé à l’une des figures de cette révolte, l’écrivain et poète chinois Liao Yiwu – condamné à quatre ans de bagne pour avoir écrit un poème qui dénonçait le massacre du 4 juin 1989 – qui était l’homme de Tiananmen, celui qui s’est dressé devant les chars de l’armée chinoise, devenant à lui seul, le symbole de la lutte pour la liberté.

Thảm sát Thiên An Môn: Quan điểm của một người lính

Ngày 4 tháng 6 đánh dấu 30 năm vụ thảm sát Thiên An Môn, một cuộc đàn áp đẫm máu một phong trào dân chủ đã bị xóa khỏi lịch sử ở Trung Quốc, nhưng vẫn được nhớ đến bởi những người đã chứng kiến sự hỗn loạn tại Bắc Kinh. Khởi đầu chỉ là một cuộc tập họp tự phát của một nhóm sinh viên tương đối nhỏ vào ngày 15 tháng 4 năm 1989, nhưng đã biến thành một cuộc tụ tập của hơn 1 triệu người vào ngày 20 tháng 5, khi những công dân bình thường kéo đến để bày tỏ sự ủng hộ của họ đối với những người biểu tình. Chính phủ Trung Quốc gọi cuộc biểu tình là “cuộc nổi dậy phản cách mạng”, và đã tuyên bố thiết quân luật vào ngày 20 tháng 5, đồng thời huy động hơn 200.000 quân tại thủ đô. Trong số đó có ông Lý Hiểu Minh, một cựu quân nhân của Quân đội Giải phóng Nhân dân. Ông Lý Hiểu Minh cho biết tuy ông đã không có bắn một phát súng nào, nhưng ông vẫn mang cảm giác tội lỗi đối với cái chết của các sinh viên và thường dân khi những chiếc xe tăng tiến vào Quảng trường Thiên An Môn vào ngày 4/6. (Chaîne YouTube du Viêt Tân)

Welfare for Migrant Factory Workers in China and Vietnam Faculty of Sociology, Bielefeld University – ERC

Annonce de recrutement de deux jeunes docteur.es
dans le cadre d’un projet de recherche financé par l’ERC.

2 Phd-plus positions available in ERC-funded research project

Welfare for Migrant Factory Workers in China and Vietnam

Faculty of Sociology, Bielefeld University

We are recruiting 2 Phd-plus positions for the European Research Council (ERC) funded project Welfare for Migrant Factory Workers in China and Vietnam led by Minh Nguyen, Professor of Social Anthropology. This is a 5-year research project (2019-2024) that comparatively examines the moral dynamics of welfare transformations in China and Vietnam through the case of migrant workers employed by global factories. The project will take into account how these dynamics play out both in policy processes and in the lives of the workers and their families, through comparative social policy analysis (1 post-doc researcher) and ethnography (2 PhD researchers).

The two PhD researchers will each conduct an ethnographic study of migrant factory workers’ welfare, one in China and one in Vietnam. Upon successful completion of the PhD, there is possibility to be employed as post-doc researchers until the end of the project (hence PhD-plus).

Applicants should have research proposals that suit the objectives and approaches of the project. These are available at the project’s website, which is still under construction but carries essential information: http://www.uni-bielefeld.de/soz/welfarestruggles/index.html.

Application deadline: May 2nd.

The appointment will start as soon as possible.  For more information on requirements, salary and benefits, and how to apply, please see the job advertisement

Here is a link to all the project’s job advertisements on H-Net: https://www.h-net.org/jobs/job_display.php?id=58466

Please direct inquiries to minh.nguyen@uni-bielefeld.de; applications should be sent to sekretariat.nguyen@uni-bielefeld.de

Angie Ngoc Tran : Workers say no to Vietnam’s ‘Special Exploitation Zones’

[ndlr] A lire sur New Mandala. Analyse détaillée de Angie Ngoc Tran sur le projet controversé de trois nouvelles zones économiques spéciales au Viêt-Nam

On Sunday, 10 June 2018, thousands of people took to the streets in major Vietnamese cities—Nha Trang, Binh Thuan, Hanoi, and Ho Chi Minh City, among others. Academics, independent journalists, and overseas Vietnamese signed petitions to join in their protest against the Draft Law on the 99-year lease of the three Special Administrative and Economic coastal zones in Vietnam. Workers, too, went on strike in two industrial zones in Long An and Tien Giang provinces. These collective actions led to a concession from the government: it would delay the National Assembly’s ratification of the Draft Law to its next meeting.

Why now, given that the idea of these three special economic zones was “old news”, having been announced in May 2017? It turns out that lack of transparency about the details of the Draft Law—made available only before a vote in the June 2018 session of the National Assembly—had triggered these massive protests.

Lire la suite : New Mandala, 18/07/2018.

Illustration à la une :  © Nguyen Peng

Vietnamese see special economic zones as assault from China [SCMP]

[ndlr] La tension monte au Viêt-Nam au sujet du projet de trois zones économiques spéciales que l’opinion publique estime dédiées à la Chine. A lire sur le South China Morning Post. Article de Bennett Murray.

The South China Sea dispute, along with memories of the 1979 border war, run deep in the Vietnamese national psyche, making SEZs viscerally unpopular.

The Vietnamese government is confronting a rising tide of public anger as its parliament debates a controversial bill to create three new special economic zones (SEZs), raising fears of Chinese encroachment on Vietnamese soil.

Although Vietnam already has 18 SEZs, the new concerns largely stem from a provision that would allow 99-year leases in some cases within the three new zones in Quang Ninh and Khanh Hoa provinces, as well as on Phu Quoc Island. The bill does not explicitly mention any particular country but it is widely presumed China, Vietnam’s largest trading partner, would dominate investments in the SEZs.

Attempting to allay concerns, Prime Minister Nguyen Xhan Phuc announced on Thursday the government would adjust the 99-year time frame but did not elaborate.

Lire la suite : SCMP, 07/06/2018.

Voir aussi : Projet de “3 zones économiques spéciales chinoises” au Viêt-Nam – Réactions

Image “à la une” : Manifestation anti-chinoise à Hanoi en 2014. La pancarte dit “La patrie avant tout” © DR

Johann Grémont : Maintenir l’ordre aux confins de l’Empire [parution]

[ndlr] Signalement de la publication de la thèse remaniée de Johann Grémont. Présentation de l’éditeur.

Réf. : Johann Grémont, Maintenir l’ordre aux confins de l’Empire. Pirates, trafiquants et rebelles entre Chine et Viêt Nam 1895-1940, Paris : Maisonneuve et Larose nouvelle édition, coll. « Asie en perspective », 2018.

La collection Asie en perspective est dirigée par Eric Guerassimoff et Emmanuel Poisson.

Des manuels de géographie aux planisphères de l’École de la République, l’Indochine coloniale affiche sur des aplats rassurants une autorité dont les contours clairement définis s’appliquent de manière uniforme sur l’ensemble du territoire. En réalité l’affirmation de la France sur les confins du Tonkin à partir des années 1880 fut le fruit d’une entreprise diplomatico-militaire délicate et de longue haleine dans un environnement troublé.

Depuis la moitié du XIXe siècle, la région frontalière bordant le Céleste empire échappe à l’autorité nominale de la cour de Huế qui s’appuyait traditionnellement sur les gardiens traditionnels des marches issus des grands lignages autochtones pour garantir une stabilité mise à mal sous la pression des bandes chinoises. L’autorité des empereurs Nguyễn s’efface au profit de l’ordre colonial, nouveau garant de la paix et de la stabilité sur la frontière sino-vietnamienne.

Épaulés par leurs partisans, les officiers français, basés dans un chapelet de postes, luttent en collaboration avec leurs homologues situés du côté chinois contre toutes les formes de crimes se jouant de la frontière. C’est cette histoire du maintien de l’ordre sur les confins de l’Empire par les autorités coloniales qui est l’objet de ce livre. Fruit d’une thèse de doctorat, il vise à restituer l’architecture destinée à préserver l’ordre public sur la frontière sino-vietnamienne, cerner le dynamisme des illégalismes transfrontaliers, du banditisme aux trafics en passant par les rébellions, et étudier la manière dont les pouvoirs publics tentent d’apporter une réponse à cette criminalité bordant la région frontalière.

L’auteur : Enseignant de formation, Johann Grémont  a vécu et travaillé au Vietnam dans le cadre de la coopération décentralisée. Désormais attaché d’administration centrale, il poursuit ses recherches autour de la frontière et du maintien de l’ordre dans les colonies à la confluence de l’histoire culturelle et quantitative.

Source : Hémisphère éditions

Image “à la une” : Pirates chinois venus en parlementaires à Bao-Ha, tiré de Léon-Xavier Girod, Dix Ans de Haut-Tonkin, édité chez Alfred Mame & fils à Tours, 1899.

IAO : Recherches sur l’Asie – Périodiques en ligne

[ndlr] Pour s’y retrouver dans les multiples publications sur l’Asie, Zhang Yu, documentaliste à l’IAO, a conçu une liste de périodiques en ligne très utile pour la recherche.

Cette rubrique propose à nos chercheurs, étudiants et lecteurs une liste de périodiques en ligne consultables selon des modalités différentes.

Asie
Chine
Japon
Vietnam

A découvrir sur le site de l’IAO.