Archives par mot-clé : Charles Antoine de Nerciat

Bui Tin : « De la reddition de Saigon à l’exil en France et à la dissidence » par Charles Antoine de Nerciat [2000]

[ndlr] A l’occasion du décès du dissident Bui Tin, nous reproduisons ci-après l’article biographique de Charles Antoine de Nerciat, rédigé pour l’AFP en 2000. Notez que Bui Tin réfutait en 2013 avoir recueilli la reddition du gouvernement de Saigon mais était seulement présent en tant que journaliste, témoin historique, et néanmoins le plus haut gradé de l’armée populaire sur les lieux. Sur son rôle voir l’interview de Mặc Lâm sur RFA (30/04/2013).

PARIS – Le colonel Bui Tin, de l’armée de Hanoi, a assuré sa place dans l’histoire lorsqu’il a recueilli, le 30 avril 1975, la reddition de Saigon, mettant ainsi avec éclat un point final à quelque 30 années de guerre au Vietnam. A vrai dire, c’est un peu le hasard qui a mis ainsi, ce jour-là, à la vedette cet officier dont les galons ont été gagnés dans les grandes batailles livrées par les troupes communistes de Ho Chi Minh contre le corps expéditionnaire français, d’abord, puis contre les Américains et leurs alliés sud-vietnamiens.

« Ca s’est déroulé accidentellement », a-t-il observé dans une interview à l’AFP. « Je n’y vois aucun mérite ». Bui Tin était bien l’officier du rang le plus élevé à pénétrer dans le palais présidentiel de Saigon –rebaptisée, depuis, Ho Chi Minh Ville –, mais, s’il était là, c’était non pas comme chef d’une unité mais comme correspondant de guerre du Quan Doi Nhan Dan, le journal de l’armée. Aussi, une fois la brève capitulation accomplie, s’est-il retiré dans un coin pour rédiger son article. Son papier terminé, il s’est enfin laissé aller à la détente. Il était, a-t-il raconté, « dans un état d’exaltation ». Cet état d’esprit ne devait pas durer longtemps.

Photo publiée dans le Viet Bao Online en 2012 dans un article de Bui Tin sur la chute de Saigon, le 30 avril 1975 © DR

 

« La désillusion à l’égard du régime de Hanoi est survenue pour moi immédiatement après avril 1975 », a déclaré Bui Tin. « On nous parlait de réconciliation nationale et de clémence des vainqueurs. Et voilà que militaires et fonctionnaires du régime vaincu étaient expédiés, par centaines de milliers, dans des camps de rééducation, soumis à une politique bizarre de travaux forcés, de sévices et de bourrage de crâne. » Le comportement de la police à l’égard des « boat people » devait, lui aussi, révolter Bui Tin qui accuse les forces de sécurité de s’être fait payer de substantiels pots-de-vin pour laisser ces réfugiés quitter clandestinement leur pays, souvent à bord de bateaux surchargés. « C’était rançonner les gens en or ou en dollars. Pour les envoyer à la mort », dit Bui Tin.

Maintenant âgé de 73 ans, l’officier à la tenue et au casque verts de jungle qui a reçu la reddition du dernier président sud-vietnamien, le général Duong Van Minh — le « Grand » Minh, ainsi surnommé du fait de sa taille inhabituelle pour un Vietnamien –, avait commencé sa carrière de combattant révolutionnaire dans les tous débuts de la guérilla contre les forces françaises. En 1954, il était à Dien Bien Phu lorsque l’armée communiste de Ho Chi Minh, devenue une force redoutable, remporta une victoire éclatante sur les troupes coloniales françaises, mettant fin à la domination de la France sur le Vietnam. Puis, ce furent les longues et dures années de combats contre les troupes américaines et sud-vietnamiennes. Bui Tin y a pris part, soit comme chef d’unités combattantes, soit comme correspondant de guerre.

Mais, en 1990, le voilà qui prend le chemin de l’exil, et s’installe à La Courneuve, près de Paris. Par une coïncidence, c’est aussi en France que vit, en exil également, le Grand Minh, et les deux adversaires de 1975, le Nord-Vietnamien vainqueur et sûr de lui et le général sudiste vaincu, sont entrés en contact l’un avec l’autre. Le Grand Minh, âgé de 84 ans et souffrant, s’est retiré de la vie publique.

Bui Tin, au contraire, multiplie pétitions et déclarations, devenant une des voix les plus écoutées de la dissidence vietnamienne. Il vient de publier en France un livre, « Vietnam, la Face cachée du Régime » – une mise à jour d’un premier ouvrage publié en anglais en 1992. Comme dans son livre, Bui Tin a fait part à l’AFP de son indignation face à ce qu’il qualifie de « corruption » et « d’arrogance » de la part des dirigeants du Vietnam. Il s’est élevé contre la mise à l’écart par les successeurs de Ho Chi Minh, décédé en 1969, du célèbre général Vo Nguyen Giap, le héros de Dien Bien Phu qui, au fil des années, a perdu tous ses postes et doit se contenter d’un rôle de figuration occasionnel dans les grandes manifestations du régime.

Bui Tin a aussi réitéré de précédentes critiques contre l’occupation, de 1979 à 1989, du Cambodge par le Vietnam. « Cela a été l’enlisement, coûteux sur le plan moral comme sur le plan matériel, source d’isolement international pour le Vietnam », a-t-il jugé. « Il fallait aller au Cambodge pour en chasser le régime criminel des Khmers Rouges, puis remettre ce pays entre les mains de l’ONU et des pays voisins de l’ASEAN ».

« Tout cela fait que nous avons perdu un quart de siècle. 25 ans après notre entrée dans Saigon, le Vietnam est un pays à la traîne par rapport à ses voisins, et un pays sans liberté. » 

Par Charles Antoine de Nerciat – AFP, le 11 Avril 2000.

Lu également sur le site archivé de Patrick Guenin

 

En complément, l’interview de Bui Tin accordée à RFA le 30 avril 2013 dans laquelle il revient sur son rôle de témoin lors de la reddition du gouvernement de la République du Viêt-Nam au Palais de l’Indépendance à Saigon (30 avril 1975).


 

Illustration « à la une » : photo de Bui Tin, journaliste au Nhân Dân © DR