Archives par mot-clé : Canada

« Rencontres plurielles, espaces dynamiques: L’Asie du Sud-Est à la croisée des chemins » – Appel à communications

Colloque 2013 du Conseil canadien des études sur l’Asie du Sud-Est (CCEASE)

Appel à communications

 

aseanmap
Source : http://www.tlfq.ulaval.ca


Thème: « Rencontres plurielles, espaces dynamiques: L’Asie du Sud-Est à la croisée des chemins »

 

Carrefour des Arts et des Sciences, Pavillon Lionel-Groulx, 3150, Jean-Brillant, Université de Montréal, QC

17-19 octobre 2013

Conférenciers d’honneur :

Benedict R.O’G. Anderson, Aaron L. Binenkorb Professor Emeritus of International Studies, Government & Asian Studies, Cornell University

Saturnino ‘Jun’ M. Borras Jr., Professeur adjoint en développement rural à l’Institute of Social Studies (ISS) et éditeur en chef, The Journal of Peasant Studies (JPS)

Le Centre d’études de l’Asie de l’Est de l’Université de Montréal vous invite à soumettre un résumé de communication pour l’édition 2013 du Colloque du Conseil canadien des études sur l’Asie du Sud-Est (CCEASE). Le colloque se tiendra au Carrefour des arts et des sciences de l’Université de Montréal, QC, du 17 au 19 octobre 2013.

La conférence du Conseil canadien des études sur l’Asie du Sud-Est a pour but d’encourager le dialogue interdisciplinaire sur une aire régionale commune. Le colloque 2013 poursuivra cet objectif en facilitant les échanges autour du thème général suivant: « Rencontres plurielles, espaces dynamiques : L’Asie du Sud-Est à la croisée des chemins ». L’Asie du Sud-Est a été modelée tant par les influences externes qui y convergent que par le mouvement continu des biens, des personnes et des idées parmi ses composantes. Interface privilégiée de flux divers et multidirectionnels, l’Asie du Sud-Est est aujourd’hui un point de jonction où de nouvelles dynamiques se juxtaposent à des héritages durables. La notion de « carrefour » anime depuis longtemps la manière dont la recherche conçoit cette partie du monde et évoque également un pont entre les disciplines. Elle est utile à la fois pour analyser les contacts entre populations, influences et phénomènes divers au même titre que l’impact de temporalités différentes sur ces relations. Comment peut-elle aujourd’hui servir nos schémas d’analyse par rapport à cet espace fragmenté, et nous aider à mieux comprendre tant la continuité que le changement en Asie du Sud-Est ?

Nous vous invitons à soumettre dès maintenant vos résumés et ce jusqu’au 30 juin 2013 en remplissant le formulaire suivant :

https://docs.google.com/spreadsheet/viewform?formkey=dExGYW82ZzZseUE1cXhRYU8tVUFrc0E6MA

Nous encourageons les soumissions de la part de professeurs, chercheurs et étudiants des cycles supérieurs dont les travaux portent sur l’Asie du Sud-Est, au même titre que de membres d’organisations de la société civile travaillant dans la région.

Les participants présenteront leur travail au sein d’un atelier (ou d’une table ronde) et les résumés de communications seront inclus dans le programme de la conférence. Les soumissions individuelles sont acceptées mais les propositions d’ateliers complets sont fortement encouragées. Nous encourageons également les présentations en français afin d’accroître la présence de cette langue au sein des activités du Conseil. Les ateliers peuvent soit inclure trois participants et un discutant ou quatre participants. Le comité scientifique étudiera les résumés, confirmera l’acceptation des propositions et organisera les ateliers par thème dans le cas de soumissions individuelles. Les participants à des ateliers comprenant un discutant devront soumettre un papier de 5000 à 8000 mots d’ici le 30 septembre 2013.

Veuillez noter que l’adhésion à l’Association canadienne des études asiatiques (ACÉA) est obligatoire pour participer au colloque du CCEASE. Si vous n’êtes pas membre ou n’avez pas renouvelé votre abonnement pour l’année 2013, vous êtes encouragés à le faire le plus tôt possible via le lien suivant: https://www.fedcan-association.ca/casa-acea

Enfin, il est possible que nous puissions attribuer un certain nombre de bourses à quelques étudiants des cycles supérieurs qui souhaiteraient bénéficier d’un soutien à leur participation au colloque. Nous encourageons ces étudiants à soumettre leur résumé le plus tôt possible avant la date limite.

 *** Merci de diffuser le présent appel auprès de vos réseaux ***

RAPPEL

  • Date limite pour la soumission des résumés : 30 juin 2013
  • Paiement des frais d’inscription et confirmation de participation : 1er septembre 2013
  • Date limite pour la soumission des papiers : 30 septembre 2013

Contact (courriel) : ccseas.conference2013@gmail.com

Source : Association Canadienne des Études Asiatiques

2013-2015 : Un musée canadien à la mémoire des Boat people

Le projet de construction d’un musée dédié à l’histoire des Boat people a été initié par la Fédération des Vietnamiens du Canada (Liên Hội Người Việt Canada) en 2004. L’idée a émergé après la tenue, au mois de décembre cette année là, d’une exposition organisée par cette Fédération pour célébrer le 25e anniversaire de la venue des « 4000 ». Il s’agissait d’un programme de la ville d’Ottawa pour accueillir 4000 réfugiés vietnamiens au Canada en 1979.

 

Le succès de l’exposition a motivé la Fédération de monter le projet du Musée des Boat People (Viện Bảo Tàng Thuyền Nhân) du Canada. Celui-ci a vu le jour un an plus tard en décembre 2005 lorsque la Fédération a commencé ses démarches pour collecter des fonds auprès des communautés vietnamiennes du Canada, des États-Unis, d’Australie et d’Europe pour ce projet. Dans un second temps, la campagne d’action consistait à mobiliser les organismes gouvernementaux au Canada.

Cette première campagne remporta un certain succès permettant aux porteurs du projet d’acheter un terrain de 8000 pieds carrés (env. 743 m2) en plein centre-ville d’Ottawa pour une somme de 600.000 dollars US. La seconde phase de collecte qui s’étendra sur deux ans entre 2013 et 2015, doit permettre de débuter la construction du musée sur cette parcelle de terre. L’idée est de pouvoir achever la construction de l’édifice à la fin de l’année 2015 pour marquer les 40 ans de la chute de Saigon et l’accueil de ces réfugiés en quête de liberté.

Le projet prévoit la construction d’un édifice de trois étages. Le premier étage sera destiné à être louer à des commerces, permettant ainsi d’obtenir des fonds consacrés au budget de fonctionnement du musée. Le deuxième étage disposera d’une salle de réunion, de plusieurs bureaux pour travailler et d’une bibliothèque. Le troisième étage, entièrement consacré à l’exposition, possédera trois galeries.

Sur le plan financier, le projet est estimé à un coût global de 4,3 millions de dollars. Sur cette somme, seul le prix du terrain soit 600 mille dollars, a déjà été payé. Les frais pour la construction de l’édifice sont estimés à 3,5 millions de dollars. Enfin, il faut ajouter environ 200.000 pour l’aménagement et la décoration intérieure. La phase actuelle doit permettre de recueillir des fonds des différends sponsors à hauteur d’un million de dollars.

La réussite du projet repose en effet sur l’importante contribution des Vietnamiens installés au Canada ou aux Etats-Unis. Nombre d’entre eux sont personnellement mobilisés par ce projet étant eux-mêmes d’anciens boat people ou réfugiés du Viêt-Nam communiste comme le souligne le Dr. Lê Duy Cấn, coresponsable du projet :

En réalité, notre espoir de financement repose principalement sur la contribution de la communauté vietnamienne à l’étranger. La communauté vietnamienne à l’étranger, comme nous le savons, regroupe 2,3 millions de personnes. Environ 1,5 million de Vietnamiens sont aux États-Unis, deux cent mille au Canada, plus de deux cent mille en Australie, la plupart étant anciens boat people. Nous espérons que ces personnes qui furent d’anciens boat people ou proches de réfugiés pourront également contribuer à l’édification de ce musée. L’objectif consiste à sauvegarder les faits historiques relatifs à la recherche de la liberté des réfugiés vietnamiens et leur réception dans les pays d’accueil. Le second objectif est de présenter aux populations locales les réalisations que la communauté vietnamienne a apportées à ces pays depuis 1975.

D’autres campagnes pour obtenir des fonds seront organisées à destination des entreprises canadiennes. Bon nombre d’entre elles ont employé des boat people ou des réfugiés vietnamiens par le passé. Ces employés de par leur sérieux et leur efficacité leur ont souvent donné satisfaction.

FG

D’après : RFA, 07/12/2012